Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+2]    #176 01/12/2020 14h32

Membre
Réputation :   18  

Un article dans Investir.ch par James P. Cullen (CEO de Cullen Capital Management), avec le questionnement : un-retour-du-style-value-en-2021 ?

James P. Cullen a écrit :

Conclusion

La meilleure façon d’éviter la volatilité du marché des actions est d’avoir une vision à long terme (à savoir à cinq ans) et d’investir en s’imposant une discipline en termes de prix. Nous sommes également persuadés que nous allons entrer dans une période pendant laquelle les bénéfices et les dividendes auront plus d‘importance, alors qu’au cours des cinq années précédentes ils ont été considérés comme quantités négligeables.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+4]    #177 02/12/2020 05h31

Membre
Réputation :   22  

Je reprends aussi quelques info du lien que vous avez donnez starlord.

investir.ch a écrit :

Ce rendement évoque la situation de 1999, lorsque la gestion value avait atteint un niveau de survente extrême. La gestion growth avait enregistré une hausse de +24% tandis que le style value avait subi une baisse de -5%. L’écart de -29% avait été le plus élevé dans l’histoire du marché, à cette époque. Comme vous pouvez le voir, l’année suivante le MARCHE AVAIT SUBI UN REVIREMENT et le style value avait monté de +24% tandis que le style growth avait baissé de -17%, donnant lieu à un écart spectaculaire de +41%.

Je trouve cet article intéressant car il met en perspective la période actuelle par rapport à ce qui c’est passé il y a 20 ans. Et je lis la même chose dans les bouquins qui prône la value et qui ont été écrit à aux alentours des années 2000. Ils parlent tous de la même chose, l’ambiance sur les marchés c’est du genre le style value c’est fini, le marché est différent maintenant, etc… Et ce fut un beau krach.

Mais avant ce krach, l’investissement value faisait de moins en moins d’adepte sur les fonds de placement car ce type d’investissement ne fonctionnait plus par rapport à l’investissement growth.
+24% pour le growth contre -5% pour le value. Soit -29% pour le value !
Les gens ont quitté les fonds de placement value, ce qui a encore plus baissé la perf du value.

investir.ch a écrit :

Fin 1999, nous avons assisté à la clôture des fonds communs de placement value, suite à quoi tout le monde a cru que le style value était définitivement mort et enterré. Des milliers d’investisseurs ont continué à céder des titres value, début 2000,

Quand je lis un peu sur ce forum, je vois exactement la même chose :

Lopazz sur la file Encore un karch a écrit :

La seule solution que le marché semble valider, c’est les actions d’entreprises à forte croissance, grosses marges et avantage concurrentiel important. Forcément, cela se ressent sur les valorisations qui sont en zone rouge selon les critères de l’ancien monde.

C’est exactement ce qui s’est passé en 1999.

Un graphique sera peut-être plus explicatif, il est du même genre que d’autres déjà postés.
https://www.investir.ch/wp-content/uploads/2020-11-27-cul-g1v2.png

On vient bien que le style value est au plus bas.
La performance des daubasses suit un peu ce graphique. Il superforme de 2008 à 2012. Puis il performe plus ou moins comme le msci world.

Il faut aussi regarder cette image qui montre le sort des entreprises qui étaient surcoté pendant la bulle.
Je vous laisse noter que ces entreprises sont des belles entreprises dont on utilse toujours les produits dans le monde de l’informatique, on fait du réseau avec Cisco, Intel est partout, Oracle avec ces serveurs aussi, et Microsoft j’en parle pas.
Et pourtant, après la bulle, ces belles entreprises n’étaient pas un bel investissement. Il faut réussir à faire la différence entre un bon investissement et une bonne entreprise. Voir la vidéo de Mohnish Prabai à ce propos (merci Nemesis)
Mohnish Pabrai?s Lecture and Q&A with students of Peking University (Guanghua School of Mgmt.) - YouTube
https://www.investir.ch/wp-content/uploads/2020-11-27-cul-g3.png

Leur fond d’investissement Deep Value ne fonctionne pas trop mal, ils ont superformé, mais pas sûr qu’avec leur frais de 1.5% plus les frais variable ce soit une bonne affaire.
QUAERO Capital - Restricted access

Mes conclusions

Dans ce contexte il est difficile pour moi d’investir dans un etf world, ou dans le S&P500. Il me semble que après 2000 le S&P500 a tout de même fait 4%/an dividende réinvestit. Ce n’est pas mal, mais on peut espérer clairement mieux.
Si on choisi de faire du value, comme on ne sait pas quand la crise sera fini, je me recommande à moi même de ne pas investir dans des sociétés trop endettées. C’est une mesure de précaution, qui peut-être nous fera louper de bon investissement, mais qui d’un autre côté nous empêchera de perdre de l’argent en cas d’évènement malencontreux.

Lisez l’article qu’a poster Starlord wink.

Dernière modification par Ares (02/12/2020 11h24)

Hors ligne Hors ligne

 

#178 02/12/2020 13h27

Membre
Réputation :   24  

Ayant une certaine somme à investir sur des actions internationales sur mon CTO, et comme je trouve les niveaux des GAFAM assez bullesques , je manquais d’idées pour de l’investissement plus value sur les actions étrangères. 

Je viens donc de regarder; en quête d’idées , le fonds de Barrage capital, gérant a priori connu pour faire du value. Pour m’apercevoir de quoi?Le portefeuille a maintenant une majorité de titres growth, GAFAM en tête. D’où la bonne performance. Vous me direz qu’ils ont sans doute acheté ces actions quand elles étaient plus "value"que maintenant, bien sûr. Mais la rotation sectorielle n’a pas l’air vraiment en route.

Les alertes sur la situation de bulle du growth se multiplient mais ne se traduisent pas encore sur les portefeuilles on dirait.

Pas eu le temps de regarder d’autres gérants pour voir si c’est la même chose, mais je vais le faire.

Hors ligne Hors ligne

 

#179 02/12/2020 14h29

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1002  

Ca fait des années que Barrage sont majoritairement positionnés sur les GAFAM, avec des allers et retours.

Ils justifient la décote par une approche DCF, mais on ne connait pas le détail des hypothèses de calcul. A partir de là, avec l’outil DCF tout peut-être qualifié de value, c’est juste une question de paramètres.


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#180 10/12/2020 10h43

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   622  

Pour alimenter le débat un graphique Les Echos/Blackrock avec pour titre dans le quotidien :
Les fondamentaux supportent encore la cote des valeurs technologiques

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3859_fd_secteurs_compares.png

Les Echos a écrit :

Rien de mieux qu’un retour aux « fondamentaux » pour tenter de s’y retrouver dans la course vertigineuse des indices boursiers. BlackRock Investment Institute le souligne au tournant de l’année (« 2021 global outlook. A new investment order »), tous les secteurs ne partent pas égaux. La tech se distingue des autres secteurs par sa marge bénéficiaire (mesurée par la rentabilité des fonds propres), à égalité avec la consommation de base, mais la croissance en plus. En accélération, la numérisation des économies n’est pas terminée. La concentration inédite des gains boursiers sur quelques sociétés reste un risque non négligeable. Mais des thèmes émergent (comme la 5G) et certaines catégories (logiciels,microprocesseurs) sont moins exposées au risque de régulation

La rentabilité sur les fonds propres est-elle vraiment le meilleur critère de jugement ?

Le retour à la moyenne, dans quelques secteurs, pourrait peut-être donner une autre projection des mêmes données ?


Ceux qui dansent sont pris pour des fous par ceux qui n'entendent pas la musique (Nietzsche)

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #181 14/01/2021 13h30

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   278  

Le dernier mémo d’Howard Marks s’intéresse au sujet du Growth vs. Value.

Mise en perspective de l’opposition historique entre ces 2 styles d’investissement relativement à la situation d’aujourd’hui.

Comme souvent avec lui, un (assez long) développement de ce vétéran de l’investissement sur le sujet, que j’ai trouvé très intéressant. Bonne lecture !

Dernière modification par julien (14/01/2021 13h52)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur