Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+1]    #1 16/05/2018 17h20

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   214  

Le financement d’usufruits de SCPI par un crédit, dans le cadre d’une société civile à l’impôt sur les sociétés, est une opération qui se fait au moyen d’un prêt non affecté.

Si l’on souhaite obtenir un concours bancaire important, l’usufruit ne pouvant être donné en nantissement au profit de la banque prêteuse, il faut fournir une garantie distincte en apportant en garantie un bien spécifique.

* Prêt à la consommation :


En première intention, je recommande souvent de solliciter un prêt à la consommation auprès d’une banque en ligne. Il y a régulièrement des offres promotionnelles avec des taux proches de 1%, sur certains sites (ex : boursorama banque), pour un montant généralement plafonné à 30 K€. Pour un couple cela peut faire 60 K€ en prêt amortissable sur 3 à 5 ans, ce qui n’est déjà pas si mal pour débuter…

* Avance sur contrat d’assurance-vie :

Cette solution est aujourd’hui classique ! L’avance est généralement consentie pour deux fois 3 ans. Elle ne comprend pas de tableau d’amortissement car il s’agit d’un prêt in fine en capital et intérêts, remboursable au plus tard au terme des 6 ans. Le remboursement peut prendre la forme d’un rachat sur le même contrat d’assurance-vie ou d’un versement spécifique. Le contrat d’assurance-vie est nanti à la garanti de l’emprunt. L’avance peut être au maximum de 60% des sommes investies sur le dossier.

Si le placement est en baisse, l’assureur peut demander à l’emprunteur un versement complémentaire pour rester en tout temps, dans cette limite de 60%.

Le taux applicable varie grandement d’un assureur à l’autre. Certaines compagnies offrent des taux de crédit particulièrement intéressants pour leurs avances (actuellement 2,2% l’an, par exemple, chez Assurance Epagne Pension ou Cardif) sur les contrats qu’elles assurent.

Cette solution est assez simple à mettre en place et le levier potentiel est déjà très intéressant.

* Prêt lombard :

Il s’agit d’un prêt in fine non affecté accordé par une banque (généralement une banque privée) sur la base du nantissement d’actifs financiers, comme un contrat d’assurance-vie, un PEA ou un compte titre. Plusieurs banques développent ce type de financement pour leur clientèle haut de gamme et pour les avoirs qui leurs sont confiés, généralement accessible à partir de 500.000 euros d’investissements financiers.

En fonction des supports d’investissement, le prêt in fine accordé peut représenter jusqu’à 50% des sommes placées. Les taux, fixes ou variables, sont fonction de la qualité du dossier et de la durée de l’emprunt (entre 3 et 15 ans). Les intérêts de l’emprunt sont généralement remboursables au fil de l’eau.

Il existe plusieurs offres sur le marché, mais les banques communiquent assez peu dessus, car elles ont mauvaise presse. (voir par exemple : Crédit Lombard, la technique imparable des gros revenus pour éviter l’impôt et "blanchir" leur compte en Suisse - Challenges.fr)

* Prêt avec garantie hypothécaire :


Un grand nombre de banques (comme le Crédit Foncier, par exemple) accordent des prêts non affectés sur la base d’une garantie hypothécaire prise sur un bien immobilier libre d’inscription, après expertise du bien. Ce prêt est généralement amortissable.

Les taux applicables sont un peu au-dessus de ceux qui se pratiquent habituellement pour un prêt immobilier classique.

C’est une solution particulièrement intéressante si vous possédez déjà un bien immobilier libre d’inscription parce que le prêt peut être accordé pour une longue durée, au nom de la société, ce qui rend les intérêts déductibles pour le calcul de l’impôt sur les sociétés.

Par cette méthode, on peut obtenir des sommes importantes à investir en usufruit de SCPI, avec des financements d’une durée de 15 ans. Une telle durée permet d’envisager plusieurs "rotations" d’usufruit, avant un amortissement complet de l’emprunt. Dans cette configuration, l’effet de levier potentiel est donc maximal.

La mise en place de cette solution implique la rédaction d’un acte notarié de prêt hypothécaire.

Dernière modification par stephane (16/05/2018 17h31)

Mots-clés : crédit, impôt sur les société, scpi, usufruit

Hors ligne Hors ligne

 

#2 15/06/2018 15h10

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   265  

Bonjour,

en attendant de connaitre les garanties de pret proposées par le cmb pour acheter de l’usufruit de scpi j’ai quelques questions.

- prêt a la conso impossible car madame ne voudrait pas.
Chez bourso, 30k sur 4 ans a 1% ca fait 600€ de mensualités, j’en ai déjà un, ca suffit comme ca.

- l’avance sur contrat d’assurance vie me parait peu rentable sur du fonds euro mais interessant en cas d’uc d’opcvm actions. L’avance sur pea me semble egalement une bonne alternative.

- concernant le prêt hypothequaire, pas sur que je puisse etant donné que ma rp n’est pas remboursee et que seule la moitié m’appartient.

- le credit lombard…pas sur que le cmb le fasse, surtout vu mon profil. Imaginons, on nanti 200k de pea, on nous prete 100k sur 15 ans a 1,5% en credit in fine, on paye les intérêts au fil de l’eau et au bout de 15 ans il faut rembourser les 100k…qu’il faut être sur d’avoir généré avec les revenus soit par exemple avec corum sur 15 ans 100k/0,42*5,54%/12 = 1100€/mois de revenus - les frais de compta de sci - les interets du prets - la fiscalité annuelle (reduite par l’amortissement et la deductibilité des interets) et la fiscalité a la sortie de la sci pour rembourser les 100k…ca me parait complexe a simuler, non ?

Reste donc l’avance sur pea/av.
Gbl parlait de devoir avoir 130%  du montant emprunté (soit 260k nantis pour 200k emprunté ?), ça oblige a avoir de la réserve en cas de krach boursier non ? D’ailleurs comment maintenir 130% du montant d’un pea plein qui devisse de 50% si vous ne pouvez plus l’alimenter ?

Il n’y a finalement pas vraiment d’alternative au contrat d’assurance vie car lui au moins on peut l’alimenter en cas de krach boursier contrairement a un pea plein.

On peut mixer les 2.

Dernière modification par Malolechat (15/06/2018 16h46)


Parrain : Linxea, Boursorama, saxo banque, Binance, crypto.com, swissborg, maiar, kucoin :)

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur