Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+2]    #1 05/05/2018 09h12

Membre
Réputation :   81  

Les jeunes gens, sur ce forum viennent nous présenter leur stratégie pour devenir sinon rentier au moins financièrement indépendants en quelques années. Le tout avec calculs sur tableurs, résultats issus d’études académiques ( le plus souvent en anglais, ce qui n’aide pas à la compréhension, au moins pour moi) Tout cela est fort intéressant, parfois assez éclairant et donne des idées.
Pour autant, peut-on réduire la vie à un business plan ?
Les jeux de l’amour et du hasard sont parfois déterminants et peuvent faire de vous un rentier en quelques semaines.
Je vous propose d’oublier Excel quelques minutes et de partager des anecdotes où le hasard a bien fait les choses. Et comme parfois, on peut provoquer la chance, cela pourra en inspirer certains
- un copain, tout juste sorti de sup de Co ( on ne disait pas encore Business School) va se reposer de ses efforts dans une station balnéaire huppée. Au hasard de ses sorties, il rencontre la jeune héritière d’une boite qui vient d’être rachetée par un groupe du CAC 40.
A 25 ans, il vit en Suisse et gère la fortune de sa femme.
Leçon n° 1 : quand on est aspirant rentier, il vaut mieux aller passer ses vacances à Saint Tropez qu’au camping de Melun.
- un autre copain, en délicatesse avec ses études est passionné de voile. Pendant les vacances, il est moniteur dans un club de voile. Il a une élève pas très douée mais très sympa. Après plusieurs dessalages où il a réussi à ne pas la noyer, il la ramène à ses parents qui possèdent deux domaines viticoles dans le Bordelais et plusieurs dizaines d’appartements à Bordeaux.Vous devinez la suite…
Leçon n°2 : vivre à fond ses passions ouvre des portes insoupçonnées
- Que faire si on est ni beau ni doué à la voile ? Il reste la poésie. Quand j’étais petit garçon, j’allais passer mes vacances chez mon grand père qui habitait près de Bordeaux. Il avait un bout de terrain ,ancienne vigne abandonnée envahie par les herbes folles, j’y faisais des cabanes, du vin imbuvable avec les quelques ceps de vigne qui subsistaient, je chassait les moineaux…A son décès la maison fut vendue et j’ai demandé à garder le terrain en souvenir.
Les années ont passé, l’environnement à été défiguré par les lotissements, je n’y suis plus retourné.
J’ai commencé à recevoir des courriers de promoteurs que j’ai jeté, jusqu’au jour où je me suis renseigné : on m’offrait 400 k€ du paradis vert de mon enfance.
Leçon complémentaire (oublions la poésie) : si vous avez un terrain non constructible à proximité d’une ville en expansion, pensez qu’un jour il pourra devenir constructible. Mais il faut qu’il soit moche, plat, mais moche. Si vous avez des arbres dessus, coupez-les, sinon, il sera classé en espace vert et vous ne pourrez rien en faire.

Message édité par l’équipe de modération (05/05/2018 15h13) :
- modification du titre ou de(s) mot(s)-clé(s)

Mots-clés : amour, hasard, poesie

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #2 05/05/2018 09h49

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

Ces tableurs sont une forme de prière séculière.

Dans tous les cas que vous décrivez, le jeune homme chanceux était juché sur les épaules de géants : s’il n’était pas forcément fortuné, il avait a minima une maîtrise des codes et une prestance suffisante pour être le bienvenu dans des cercles auxquels il n’appartenait pas. Une certaine éducation et confiance en soi, léguée par une famille consciencieuse et bien éduquée elle-même, est souvent nécessaire pour celà - ou bien une volonté de fer pour les acquérir soi-même contre vents et marées.

Quand on est dépouvu de diplômes prestigieux, de "bonnes manières", d’héritage ou que l’on est désservi par un physique ingrat ou une pensée médiocre, les chiffres d’un tableur sont peut-être un voeux pieux mais ils offrent la perspective grisante pour un jeune butor de prendre finalement sa destinée en main, et d’obtenir par la force du poignet tout ce qui devrait lui être refusé de par sa naissance ou son manque d’éducation.

Les deux stratégies ont leur place, et sont complémentaires. Il faut toujours rester à l’affût pour être en position de profiter d’une opportunité inespérée, mais en attendant le tableur et ses jalons sont à la fois rassurants et un rappel à l’ordre si l’on s’écarte trop du chemin que l’on a tracé pour soi-même.

D’ailleurs, il faudrait aussi mentionner que pour beaucoup, le chemin est plus important que la destination. Le sentiment de bâtir pierre par pierre une nouvelle destinée pour ceux qu’on aime importe souvent plus que le résultat. En Chine, on dit d’un homme entretenu par son épouse qu’il "mange du riz mou" (吃软饭) - un sort certes confortable mais associé à la débilité du vieillard contraint d’être nourri de gruau à la cuiller, tributaire de la piété filiale de sa descendance.

Je pense que bien souvent derrière le fantasme de devenir rentier se cache le désir ardent d’être maître de sa destinée, plutôt que l’aspiration à une vie de confort matériel.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

En ligne En ligne

 

#3 05/05/2018 10h07

Banni
Réputation :   5  

Tout à fait exact et j’ajoute que pour la bourse prendre les chemins de traverse peut etre enrichissant!

J’avais repéré en lisant la presse econonomique des années 80 que beaucoup de jeunes societés avaient Sofinnova  dans leur capital et quelle ne fut pas ma surprise de retrouver cette"mamie nova" au hors cote perdue entre pompes funebres generales et schlumberger industies!
Ni une ni deux ,j’en achete un peu! à l"epoque c"etait sportif pour avoir des infos car pas d’internet mais à la premiere convocation à l’AG je souris!les comptes sont billantissimes,ils avaient des TRI phénoménaux dans leurs participations et nageaient dans le cash.

Par la suite  ce fut distributions regulieres et exceptionnelles en tout genre ,ils remontaient tout l’argent vers les actionnaires(dont LEBON qui attira mon attention) puis  ils se sont retirés de la bourse car cela devenait sans doute honteux d"etaler de tels gains…

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #4 05/05/2018 12h07

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2231  

J’allais répondre au message initial de Toufou de façon générale, mais Doubletrouble l’a fait avant moi, de façon à la fois parfaitement juste et bien plus éloquemment que je n’allais le faire.

Je vais donc juste raconter une anecdote… de tableur.

Je viens d’un milieu modeste (des grands-parents petits paysans en Aveyron, familles nombreuses). Mon père s’est donc construit tout seul, en partant de rien (ma mère, enseignante, a rapidement arrêté son activité professionnelle pour s’occuper de la famille). Après quelques années dans l’industrie, en suivant des cours du soir, il est devenu enseignant (en génie électrique), puis après plusieurs échecs a passé l’agrégation, a écrit un livre dans son domaine technique et s’est exilé 2 ans en Tunisie pour accélérer sa carrière, et a finalement accédé à un poste de professeur de chaire supérieure en classe prépa post-Bac techno (donc une belle progression professionnelle au prix d’efforts continus).

Au début de sa carrière, les finances familiales n’étaient pas roses (endettement immobilier etc.), et enfant j’ai connu quelques Noëls à l’économie. Au fil de la progression professionnelle de mon père (et de ses efforts d’épargne), les Noëls se sont améliorés. Quand j’ai eu 13-14 ans, mon père m’a montré son tableur sur lequel il tenait ses comptes : je me souviens du "Wow !" que j’ai poussé, admiratif, quand il m’a montré la courbe de son patrimoine au fil du temps : une belle courbe parabolique. Ce jour-là, j’ai compris d’un coup le sens de nos efforts d’économie… et la puissance des intérêts composés. Je me souviens surtout de la fierté et de la joie dans les yeux de mon père.

Aujourd’hui, mon père continue de mettre à jour régulièrement son tableur pour ses finances… et pour les miennes (et je dois avouer que faire progresser mon patrimoine, c’est aussi un peu pour lui faire plaisir). Je vais bientôt récupérer par donation de jolie maisons de campagnes qu’il a rénovées et qui sont sa fierté.

Et j’espère un jour montrer mon tableur à un fils, à mon tour, et lui léguer ces mêmes maisons.

Ce bonheur simple de construire pas à pas sa vie, de s’imposer face aux difficultés par son travail et sa détermination, d’améliorer jour après jour la vie de sa famille, aucun gain au loto, aucune rencontre de fortune, aucune riche héritière, ne le permet. Le confort matériel n’est rien à côté de la joie et de la fierté de s’accomplir.

[Et d’ailleurs, si j’y réfléchis, mes copines ont toujours eu le même profil : des femmes d’origine modeste, mais fortes, intelligentes et indépendantes - car je me sens en empathie avec ce genre de profil, je pense, à tort ou à raison, qu’elles donneraient de bonnes valeurs à mes enfants - même si je suis sûr que l’héritière à papa peut aussi être une bonne mère. ;-)  ]

En ligne En ligne

 

#5 05/05/2018 12h43

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   213  

C’est une question de personnalité et de capacité. Quand on a de la facilité dans les relations humaines on a peut être moins besoin de tableur. Mais réciproquement quand on croit que tout est facile, qu’on est meilleur que les besogneux, on ferait parfois bien de s’astreindre à un tableur pour voir la réalité en face. La finance c’est quand même avant tout des chiffres. L’idéal est d’être au bon endroit au bon moment…avec un tableur wink


"Ne nous soumets pas à la tentation du stock picking…" - Portefeuille et Mon blog

Hors ligne Hors ligne

 

#6 05/05/2018 13h24

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   535  

Bonjour !

Ma réponse va comporter deux points : les "anecdotes" et le tableur.

Les anecdotes citées constituent un bel exemple de "biais du survivant". De manière similaire, on pourrait dire : "Madame X ne connait rien aux tableurs, mais elle a bâti une belle fortune simplement en achetant un billet gagnant du Loto" ; ce qui sous-entendrait que, pour devenir rentier, il suffit d’acheter des billets (gagnants) du Loto…

Pour les tableurs, ils sont utilisés, par les investisseurs personnels, comme des calculatrices évoluées. Ils font simplement gagner du temps. On pourrait faire la même chose avec un crayon et du papier, mais ce serait beaucoup plus long.
Donc, le tableur n’est pas moyen de perversion des esprits. C’est juste un outil.

Au final, le propos de Toufou peut être résumé à cette question :  Le hasard n’est-il pas préférable à la réflexion ?


M07

Hors ligne Hors ligne

 

#7 05/05/2018 14h04

Membre
Réputation :   81  

Mon propos est très mal résumé par M07 et au contraire très bien explicité par doubletrouble.
L’objet du forum est comment devenir rentier ? C’est donc le but.
Comment y arriver : c’est le chemin.
Et le chemin n’est pas borné, c’est comme cela qu’il faut interpréter mon message.
La vie offre des opportunités illimités et il faut provoquer la chance.
Provoquer la chance, c’est travailler dur pour apprendre et pour construire. C’est sortir de sa zone de confort pour aller au devant des autres. C’est rencontrer des gens de tous les milieux, apprendre les codes des uns et des autres et savoir se faire apprécier.
C’est être curieux, se cultiver, développer son esprit critique, se forger des idées personnelles et s’adapter pour profiter de toutes les opportunités.
C’est enfin et surtout ne pas se poser de limites.
Le tableur est utile ponctuellement, c’est un outil tactique mais pas stratégique.
Mais, c’est vrai, je me vois plus comme un oiseau sur la branche que comme une fourmi besogneuse.

Hors ligne Hors ligne

 

#8 05/05/2018 15h15

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

toufou a écrit :

L’objet du forum est comment devenir rentier ? C’est donc le but.
Comment y arriver : c’est le chemin.
Et le chemin n’est pas borné, c’est comme cela qu’il faut interpréter mon message.

Votre message initial et cette précision sont intéressants.
Pas totalement transcendants, mais il s’agit de points qu’il n’est pas inutile de rappeler.

Cependant, admettez que si quelqu’un a le but d’être rentier, comme vous le mentionnez ici, il parait à la fois très aléatoire et moralement discutable de chercher un conjoint pour atteindre ce but.
Sans compter que cela nécessite beaucoup de "travail": le nombre de multi-millionnaires intéressé par votre sexe, votre situation sociale et étant disponible n’est pas forcément très élevé. La convaincre de notre qualité de conjoint éternel demandera sans doute beaucoup de sacrifices, de cacher certains aspects de notre personnalité, etc.
Difficile dans ces conditions de faire un mariage heureux sur le long terme.

Bref, si ce but nous tient véritablement à coeur que vous décrivez, il parait nécessaire de privilégier le tableur… tout en trainant éventuellement aux bons endroits, "au cas où".
C’est pour cette même raison qu’il m’arriver de jouer au Loto: ça ne coute (presque) rien et sur un coup de chance…

A noter: pour approcher du statut de rentier, fréquenter des femmes nettement plus pauvres m’aura bien servi.
Quand on découvre (en vrai, pas juste à la télé ou sur Internet) que les humains arrivent à être heureux dans des conditions de dénuement dangereux, on prend conscience qu’il n’y a pas besoin de nombres avec beaucoup de zéros pour être rentier heureux.
(mais, je n’aurai pas rejeté une multi-millionnaire folle de moi wink )

Dernière modification par Faith (05/05/2018 15h16)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#9 05/05/2018 15h25

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   378  

Le tableur n’est qu’un outil. Il ne vous donnera uniquement un résultat à partir de données que vous avez entré. C’est toujours l’homme qui est devant l’écran qui décide de son avenir. Comme les profils anecdotiques cités par toufou, chacun a fait des rencontres heureuses ou malheureuses qui guident votre (train de) vie.

Etudiant, j’ai rencontré un jour Jean-Philippe Dehecq, à l’époque pdg de Sanofi qui m’a donné l’impulsion du départ de ma vie professionnelle. La discussion  a duré quelques minutes tout au plus mais il m’a insufflé un sorte de ligne directrice qui m’a amené au poste de dirigeant d’une grosse pme en 10 ans.

Idem pour l’immobilier qui a toujours été ma passion. Je voulais investir à 30 ans pour être rentier à 50 ans. Je n’ai pas pu le faire pour des raisons de choix familiaux à l’époque (monsieur voulait un garage, madame une salle de bains… ce sera une salle de bains). Finalement apres un divorce coûteux à 40 ans, je suis devenu rentier grâce à l’immobilier à… 50 ans et 3 mois grâce à ma compagne actuelle qui me laisse vivre mes envies et la rencontre avec agent immobilier pas trop motivé sur la vente d’un immeuble.

Comme tres bien explique par scipion8, maîtriser la valeur ajoutée de notre travail est essentiel et c’est quelque chose qui fait partie de l’éducation que j’ai vécu avec des parents artisans.

Donc oui les rencontres que vous faites ont une incidence primordiale  sur votre vie, bien plus qu’excel.

Dernière modification par lachignolecorse (05/05/2018 15h41)


Faire et laisser dire

Hors ligne Hors ligne

 

#10 05/05/2018 15h59

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   233  

Je doute que beaucoup ici cherchent à devenir rentier en gérant la fortune de sa femme.

Il n’y a pas d’idéologie particulière derrière cela, mais j’ai souvent constaté que lors que monsieur venait d’un milieu modeste et que madame était fortunée, la "pression" globalement  exercée sur monsieur était souvent assez forte, et il n’était souvent pas simple pour monsieur de s’épanouir dans cette environnement.

Personnellement je sais que j’aurais eu beaucoup de mal dans cette situation.

Je pense aussi que le chemin est bien plus important que la destination…

Hors ligne Hors ligne

 

#11 13/05/2018 19h03

Membre
Réputation :   3  

Excel est un logiciel fabuleux permettant de comparer des hypothèses de calcul dont les données sont déterministes, ou alors relativement fiables.
Par contre quand l’hypothèse de départ est fausse, comme disent nos amis anglo-saxons : garbage in, garbage out!

Donc Excel très bien pour faire sa comptabilité, ses prévisions de dépenses et de rendements.
Par contre faire les bonnes prédictions (en bourse, acheter au son du canon et vendre au son du violon. Acheter de l’immobilier sous son prix et bien placé, le rénover soi même, etc…) est plus important.
Avoir des infos que les autres n’ont pas est utile, tant que ce n’est pas du délit d’initié. Un tuyau publié à 100.000 exemplaires n’est plus un tuyau.

En plus le facteur chance est primordial : être là au bon endroit au bon moment. Ou son contraire…
Et comment influer la chance ? Certains la laissent passer et ne se souviennent que des moments où ils n’ont pas eu de chance. C’est la file de l’autoroute des autres, et la caisse du supermarché des autres qui avance plus vite :-)

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "et si on oubliait les tableurs (peut-on réduire la vie à un business plan) ?"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur