Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Sondage 

Les dividendes sont-ils un critère dans votre sélection d'actions ?


Oui, c'est le critère le plus important pour moi

12% - 18
Oui, c'est un critère important parmi d'autres

61% - 91
Non, je préfère pas de dividendes pour raisons fiscales

17% - 26
Non, je perçois les dividendes comme un signal négatif

2% - 3
Non, autres raisons

6% - 9
Nombre de votants : 158

#26 13/03/2018 14h01 → Faut-il acheter des actions à dividendes ? (allocation d'actif, dividende, fiscalité, imposition)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   375 

A la défense du management d’Exxon, il me semble qu’il faut mettre en perspective cette débâcle avec les cours des matières premières…

L’activité est tellement sensible aux cours du pétrole qu’un rachat peut sembler relutif à l’instant T et finalement détruire de la valeur du simple fait de l’effondrement du cours des matières premières dont dépendent les bénéfices de l’entreprise, mais sur lesquels l’entreprise n’a aucun pouvoir.

Si le pétrole repart à la hausse durablement, ses rachats deviendront relutifs alors même que l’entreprise n’a aucune maitrise de ce facteur externe.


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

#27 13/03/2018 14h19 → Faut-il acheter des actions à dividendes ? (allocation d'actif, dividende, fiscalité, imposition)

Membre
Réputation :   57 

Citer Warren Buffett est un peu la tarte à la crème. Qui est Warren Buffett ici? Qui connait tellement bien ses entreprises qu’il est certain que le management va faire le bon choix? Warren Buffett achète des entreprises entières et les intègre à Berkshire. Quand on consolide on n’a plus besoin de se verser un dividende, n’est-ce pas, et on peut quand même empêcher la société en question d’utiliser son cash n’importe comment, en l’allouant ailleurs. Ce que ne peut donc pas faire l’investisseur normal, à la merci des choix de tous les dirigeants de toutes ses entreprises. Pour un Warren Buffett, combien de dirigeants qui conduisent la barque en fonction de leur intérêt personnel, et pas forcément dans celui des actionnaires?

Berkshire Hattaway est à peu près la seule configuration qui fonctionne bien: je n’ai pas de dividende, mais la société ne peut en fait pas être trop faiblement valorisée car elle garantit elle-même un niveau plancher, en annonçant clairement son seuil de rachat d’actions. Mais si on prend une autre entreprise qui ne fait pas exactement pareil? Si ma daubasse est valorisée durablement comme une daubasse, et qu’elle ne verse pas de dividende malgré ses gains? J’en fais quoi? J’attends, certes, mais combien? Le marché peut-il rester insensible plus longtemps que la limite de ma patience, ou plus prosaïquement de la limite de mes poches si je compte sur es entreprises pour les remplir?

Par ailleurs, un dividende est à peu près le seul retour à l’actionnaire dont on est certain de la valeur exacte. Buyback, investissement dans de la croissance, c’est moins certain. Ca rapportera peut-être plus sur le long terme. Ou peut-être pas.

Bref, je trouve que le dividende est un élément parmi d’autres. J’aime assez les sociétés qui en paient, même avec un faible payout ratio. Cela dénote au moins une volonté de retourner quelque chose à l’actionnaire. Mais je suis d’accord que ce n’est pas obligatoire, et qu’une société peut très bien avoir l’intention de retourner de la valeur aux actionnaires sans verser de dividende. Mais il faut certaines conditions pour cela.

Hors ligne

 

#28 13/03/2018 16h16 → Faut-il acheter des actions à dividendes ? (allocation d'actif, dividende, fiscalité, imposition)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   283 

@Gaspode :

Concernant Exxon, avez-vous fait le rapprochement entre les obligations convertibles que vous citez et le montant de $210 milliards ? Le ratio est sans rapport aucun et ne justifient ni de près ni de loin un tel chiffre dans une industrie par nature cyclique…

L’allocation de capital des 3 entreprises citées a été catastrophique à posteriori. Aujourd’hui, la culture de la plupart des intervenants sur les marchés est « pro buyback » et ce sans conditions.

J’essaie juste de rappeler que c’est une possibilité d’allocation du capital parmi d’autres, et pas forcément la meilleure au vu d’un historique maintenant attesté (et pas par moi, par des sources académiques). L’intérêt du management n’est pas le votre dans une écrasante majorité de cas…

La meilleure allocation, jusqu’à preuve du contraire, c’est d’investir dans des projets à fort ROE, qui font croitre les FCF et pérénisent l’entreprise et permettent ensuite toutes les largesses.

IBM, GE et des big pharma comme Gilead auraient mieux fait d’investir dans leur coeur de métier, y compris en faisant des acquisitions externes si nécessaire, plutôt que de faire des rachats d’actions par dizaines de milliards quand le business sous-jacent commençait à faiblir. Ou, dans le doute, verser plus de dividendes, pourquoi pas exceptionnels, pour que leurs actionnaires se chargent de l’allocation du capital excédentaire.

Si le coeur de métier est fragilisé, tous les rachats d’actions du monde ne changeront pas le fond du problème, cela ne fait que retarder le déclin des profits.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech