Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#76 16/10/2018 21h26 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   113 

Et pourquoi pas ? L’OAT à dix ans est en dessous de 1%. On pourrait tout aussi bien prendre un PER de 100.

Je sais bien que les constructeurs automobiles se payent actuellement avec des PER de 5-6, mais je ne comprends pas pourquoi.

Dernière modification par Larbinator (17/10/2018 11h57)

Hors ligne

 

[+1]    #77 17/10/2018 13h08 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   651 

Soit vous avez des connaissances en bourse et vos conseils peuvent être bienvenus, encore qu’un minimum de mises en gardes s’imposerait, soit pour poser ce genre de question il vous manque certaines bases notamment sur une des spécificités connue de longue date des constructeurs automobile en bourse (sans parler du contexte actuel avec le diesel).

Larbinator a écrit :

Ne voyant pas en quoi le métier de constructeur automobile serait plus pourri qu’un autre.

C’est un métier à faibles marges, un PER de 5 est plus réaliste que 15 ou 100 (!).

Larbinator a écrit :

Mon conseil: Renforcer Renault jusqu’à 20% du portefeuille, objectif 150€ (+110%)

Mon conseil : si vous êtes novice en bourse, abstenez-vous de suivre ce genre de recommandation et étudiez aussi le cours de Peugeot. La volatilité peut être énorme sur ces entreprises, si Renault a un cours qui passe à 150€ ça sera plutôt très surprenant, le fait est qu’aujourd’hui elle passe sous les 70€ tout comme en 2014, 2015 ou 2016.
Dossier à risque.

Dernière modification par kc44 (17/10/2018 13h09)

Hors ligne

 

[+1]    #78 17/10/2018 13h47 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   537 

Bonjour Larbinator,

Si vous regardez les multiples de PER de Renault depuis 10 ans sur Morningstar vous verrez que 15 est une cible peu réaliste (même si le PER de MS n’est pas retraité des participations de RNO).

Le PER ne tient pas compte de la structure financière de l’entreprise (endettement net), appliquer un multiple commun sur toutes entreprises c’est donc faire fi de l’endettement de la société.

Le PER ne tient pas compte de l’intensité capitalistique du métier (capex de maintenance) ni des marges de la société c’est bien pour ça qu’on achète plus cher les bénéfices des GAFAM (en multiple) que ceux des entreprises industrielles (qui plus est cycliques).

Le PER peut avoir son utilité mais dans le cadre d’une comparaison relative dans un même secteur (et en mesurant en parallèle l’endettement de la société, on n’applique pas un même PER sur deux sociétés du même secteur mais aux structures financières totalement différentes).

Bonne journée.

Dernière modification par bibike (17/10/2018 13h48)


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

#79 17/10/2018 14h51 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   431 

Larbinator a écrit :

Ne voyant pas en quoi le métier de constructeur automobile serait plus pourri qu’un autre.

Pas pourri, mais cyclique sensible à l’évolution :
. du pouvoir d’achat (achat pouvant être différé ou baissé en gamme)
. des taux d’intérêt (achat souvent à crédit)
. du prix des matières premières (acier, etc.)
. du prix de l’énergie (pétrole, électricité).

Ajoutez y :
. des normes environnementales de plus en plus dures
. des mutations technologiques (voitures électriques, à hydrogène, autonomes)
. des guerres commerciales ou sur les taux de change
. des nouveaux constructeurs (Chine, Inde, Malaisie, etc.).

Il est donc normal d’avoir des PER très bas, il faut rémunérer tous ces risques.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

[+2]    #80 17/10/2018 17h20 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1025 

Perso je suis un adepte de l’approche "boîte noire" : du point de vue de l’actionnaire, une entreprise - quel que soit son secteur, quelle que soit la structure de son bilan - est simplement une source de dividendes futurs. En "régime permanent", ces dividendes croissent de façon plus ou moins rapide. Et leur taux d’actualisation doit refléter les risques divers (principalement sectoriels et géographiques) sur l’activité, donc sur la continuité des dividendes.

J’approche donc le PER en réfléchissant à la formule de Gordon-Shapiro :
P = D1 / (r-g)
La valeur des fonds propres (P) est égale au flux actualisé des dividendes futurs, en faisant l’hypothèse que le dividende prévu prochain exercice (D1) croîtra chaque année (et jusqu’à la fin des temps) à un taux g. Le taux d’actualisation r doit refléter le coût des fonds propres (le rendement attendu par l’actionnaire).

Donc :
P/D1 = 1/(r-g)

En faisant l’hypothèse d’un taux de distribution de 100% des profits E (on peut voir les profits mis en réserve comme des dividendes simplement "retardés") : D1 = E donc :
P/E = 1/(r-g)

Le taux d’actualisation r peut se décomposer en "taux sans risque" tsr (typiquement pour un pays donné) et en une somme de diverses primes de risques pdr (sectorielle, idiosyncratique…).

PER = P/E = 1/(tsr+pdr-g) donc pdr-g = (1/PER)-tsr

Comparons 2 valeurs françaises (même tsr, approximé par exemple par le taux des OAT 10 ans, actuellement 0.8%) :

- Renault (PER=5) : pdr-g = (1/5)-0.8% = 20%-0.8% = 19.2%

- LVMH (PER = 20) : pdr-g = (1/20)-0.8% = 5%-0.8% = 4.2%

La question que je me pose si je dois choisir d’acheter LVMH ou Renault, c’est : la différence de 15 points de pourcentage entre le pdr-g entre Renault et LVMH se justifie-t-elle ? Dit autrement : Renault n’est-il pas excessivement pénalisé par 15 points de pourcentage en plus de pdr-g par rapport à LVMH ?

1) Considérons d’abord g : le taux de croissance "structurel" des profits (plus précisément : de l’earning per share), en "régime permanent" (= jusqu’à la fin des temps). Perso une hypothèse de g = 0% pour Renault (marché mature et très concurrentiel) et de g = 10% pour LVMH (leader mondial avec un fort avantage compétitif, gagnant de la mondialisation avec des changements à long-terme dans les habitudes de consommation des pays en développement) ne me choquerait pas.

Si on retient cette hypothèse, cela veut dire que le potentiel de croissance différent de l’EPS de LVMH et de Renault explique déjà les 2/3 du différentiel de pdr-g (10 points de pourcentage sur 15).

2) Considérons maintenant pdr : il faut répondre à 2 questions :

(i) Les risques sur la continuité des dividendes sont-ils plus importants pour Renault ou pour LVMH ?

- Premièrement, il faut d’abord noter que le secteur automobile est plus cyclique que le secteur du luxe : cela mérite une prime de risque.

- Deuxièmement, perso, je considère que le Dieselgate n’est qu’un avant-goût de difficultés politiques, judiciaires et réputationnelles pour les constructeurs automobiles, dans un contexte de préoccupations environnementales croissantes.

- Troisièmement, l’environnement très concurrentiel sur le marché automobile avec compétition de nouveaux entrants (constructeurs émergents, véhicules électriques etc.) - alors que LVMH profite d’un fort moat - justifie aussi une prime de risque.

Donc, oui, pour moi les risques sur la continuité des dividendes de Renault sont beaucoup plus importants que pour LVMH. (Je rejoins totalement l’avis d’ArnvaldIngofson.)

(ii) Quel différentiel de prime de risque est justifié pour couvrir ces risques supplémentaires ? Bien sûr c’est la question la plus compliquée. Il faut réfléchir comme le futur propriétaire de ces entreprises : une rémunération supplémentaire de 5% / an pour Renault me semble-t-elle suffisante pour couvrir les risques que j’ai identifiés ?

Ma réponse est non. Donc sur ces cours je préfère être actionnaire de LVMH (PER 20) que de Renault (PER 5). Je ne considère pas Renault "moins chère" que LVMH.

Pour les constructeurs automobiles, j’essaie d’être très sélectif, de choisir des constructeurs avec une bonne efficacité opérationnelle et une marque forte - offrant de meilleurs chances de me payer des dividendes pérennes, sur un horizon très long. J’ai choisi Daimler (mais je suis en belle moins-value, indiquant peut-être que j’ai sous-estimé les risques sur le secteur).

Dernière modification par Scipion8 (18/10/2018 13h00)

Hors ligne

 

#81 17/10/2018 18h58 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Réputation :   43 

Larbinator a écrit :

Ne voyant pas en quoi le métier de constructeur automobile serait plus pourri qu’un autre.

Mon conseil: Renforcer Renault jusqu’à 20% du portefeuille, objectif 150€ (+110%)

Si vous considérez que l’automobile vaut 15 fois ses bénéfices, pourquoi vous focaliser sur Renault ? Vous avez le choix la plupart des constructeurs sont en 5 et 7 fois les bénéfices.

Dans vos calculs, vous valorisez Daimer et Nissan en acceptant un PE autour de 5 et prenez 15 pour renault. Pourquoi ?

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#82 17/10/2018 22h56 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Réputation :   61 

bibike a écrit :

Le PER ne tient pas compte de la structure financière de l’entreprise (endettement net), appliquer un multiple commun sur toutes entreprises c’est donc faire fi de l’endettement de la société.

Le PER tient compte en partie de l’endettement puisqu’il inclut le coût de la dette (qu’on peut toujours faire rouler). C’est un indicateur levered contrairement à l’EBIT.

Mais je vous rejoins sur le reste, en particulier le fait que le per ne résume pas la situation financière, ni la vraie capacité bénéficiaire, ni les ROI, etc.

Dernière modification par Evariste (17/10/2018 23h01)

Hors ligne

 

[+1]    #83 18/10/2018 12h13 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   166 

Bonjour

@Scipion8

Je me méfie beaucoup de ces formules et calculs très académiques et trop intelligents car ils supposent généralement beaucoup d’hypothèses loin d’être remplies:
+ distribution totale du résultat,
+ taux d’actualisation (quel taux, quelle durée)
+ même tsr,
etc …

De plus, comme on part du Résultat, on ne tient pas compte des politiques fiscales (différentes d’un pays à un autre), de la stratégie financière (fonds propres ou endettement) voire d’investissement (achat ou location), etc … Or comme tout cela peut changer au cours du temps, rien ne dit qu’il n’y aura pas d’impact sur le résultat.
Or, si j’ai bien compris, vous faites ces calculs pour un investissement à long terme.

Je préfère m’en tenir à un ratio de marge brute. Plus la marge brute est importante, plus la probabilité est élevée que la société retourne une part importante (ou la totalité comme dans votre raisonnement) de son résultat à ses actionnaires.

On peut résumer votre comparaison Renault / LVMH de la façon suivante.
Renault: coûts variables importants (COS 80,5 %), coûts fixes nettement moins (frais généraux et intérêts, 13,7 %° .
LVMH: coûts variables beaucoup plus faibles (COS 34,7 %), coûts fixes importants (46,12 %).

Pour comparer 2 entreprises, il suffit de calculer le Ratio des Marges Brutes pondérées par le taux de croissance du CA. Au moins, tout cela repose sur des données réelles, avec le minimum d’hypothèses.
Il en reste quand même deux, que l’entreprise reste profitable, que la structure coûts variables / coûts fixes reste la même, mais c’est généralement le cas.

Par exemple, dans notre cas.
Renault (2017):
Marge brute par action (19,5 % du CA): 11.477/274 (dilué) = 41,88 € par action.
Taux de croissance du CA: 9,5 % (calculé sur 5 dernières années).

LVMH (2017):
Marge Brute par action (65,3 % du CA): 27.826/504 (dilué) = 55,21 par action.
Taux de croissance du CA: 10,1 % (idem).

Il suffit ensuite de calculer le Ratio entre ces 2 données.
R = (Marge Brute/action) X Tx Croissance CA de A / (Marge Brute/action) X Tx Croissance CA de B
Si R > 1, privilégier A
Si R < 1, privilégier B

Ici, (41,88 x 1,095) / (55,21 x 110,1) = 0,75
C’est donc LVMH qu’il faut privilégier.

Cette formule est beaucoup plus simple  et permet de comparer des actions de plusieurs marchés.
Comparer Renault et LVMH était facile.
Mais regardez les calculs que vous devriez faire s’il vous fallait choisir entre des entreprises d’un même secteur, cotées sur des marchés différents, impliquant des devises différentes.

Il faut cependant faire attention en fixant le taux de croissance du CA. Si le taux retenu correspond à la phase haussière du cycle, il est prudent de le réduire d’un bon tiers. Si au contraire on va aborder une phase haussière, on peut l’augmenter d’un tiers. Pour prendre du recul, rien de mieux que d’afficher un graphique en mois pour voir où nous en sommes du cycle.

Cordialement


Sur Twitter @Boursovision et Facebook /Boursovision Suggestions gratuites de valeurs pour investir

Hors ligne

 

#84 18/10/2018 13h41 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Réputation :   67 

Larbinator prend un PE de 15 en général.  Pourquoi pas pour une entreprise ’moyenne’ ce qui est en gros la moyenne de PE du marché sur le LT.  Mais Renault est loin d’être une entreprise moyenne.  Sur les 15 dernières années, le rendement total (cours + divs) aux actionnaires moyen est de 3% par an selon morningstar.com.

Donc oui, un PE de 15, cela me semble drôlement ambitieux.

Dernière modification par marcopolo (18/10/2018 13h43)

Hors ligne

 

#85 18/10/2018 17h46 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   113 

Merci à tous de vos réponses, il s’amorce une discussion très intéressante.

Mon but est de comparer les actions de tous secteurs afin de trouver des actions sous-évaluées dans une approche value. C’est pour ça que je n’utilise pas le PER du secteur (constructeur automobile) mais un PER moyen de 15. L’ensemble du secteur automobile me paraissant sous-évalué.

@ Durun

Belle démonstration.

Deux questions, s’il-vous-plaît.

Comment à la lecture du rapport annuel isolez vous les coûts variables et les coûts fixes ?
Je n’ai jamais fait ce calcul.

Ne faut-il pas pour comparer prendre en compte le cours de l’action, hors RNO cote 70€ et LVMH 263 €.

@ marcopolo

Deux questions, s’il-vous-plaît.

Comment trouvez-vous le retour aux actionnaires sur 15 ans sur le site Morningstar ?
Je n’utilise pas du tout ce site mais il me parait potentiellement intéressant.

Quand vous regardez le retour historique aux actionnaires (cours + dividende) ne regardez vous pas dans le rétroviseur au lieu de calculer la valeur du titre et anticiper le cours futur ? Comment détecter une action sous-évaluée avec une telle méthode ? Par exemple, si le cours de l’action a baissé sur 15 ans, soit un retour aux actionnaires négatifs, pour vous elle ne vaut rien ?

@ bibike

Deux questions, s’il-vous-plaît.

Comment accédez-vous à l’historique des PER de Renault sur le site Morningstar ?

Considérez-vous le marché comme efficient quand il applique des PER de 20 à un secteur et de 5 à un autre ? Dans ce cas toute approche value n’est-elle pas impossible ?

alexince1978 a écrit :

Si vous considérez que l’automobile vaut 15 fois ses bénéfices, pourquoi vous focaliser sur Renault ? Vous avez le choix la plupart des constructeurs sont en 5 et 7 fois les bénéfices.

Pour moi, tout le secteur des constructeurs automobiles est sous-évalué. Je pourrais effectivement revaloriser la valeur de la participation dans Nissan à un PER de 12 ou 15. Je fais le choix de ne pas le faire par prudence.

Ce qui m’intéresse particulièrement dans l’action Renault, c’est la valeur de la participation de 43.7% dans Nissan (et très accessoirement les 1.55% dans Daimler) qui constitue un actif de valeur au cours actuel, en quelque sorte un cours plancher de 56€ en cas de scénario catastrophe circonscrit à Renault. En plus, je considère Nissan sous-valorisé au cours de Bourse actuel, PER de Nissan = 5.4, c’est le bonus.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Larbinator (18/10/2018 17h58)

Hors ligne

 

#86 18/10/2018 18h23 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Réputation :   26 

Pour ma part j’ai pris bonne note des différents avis éminents des membres du forum. Plutôt analyste technique, je voyais un bon support à 66€ et je comptais conserver cette valeur pour son rendement (PRU moyen à l’achat de 80€). Différents avis ici m’ont fait réviser mon jugement et j’ai tout vendu à 70€. Mon horizon est maintenant quelque part à mi chemin entre les plus bas et plus haut de la période 2007/2009 (donc 50€?).

Hors ligne

 

#87 18/10/2018 18h31 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Réputation :   67 

@ marcopolo

Deux questions, s’il-vous-plaît.

Comment trouvez-vous le retour aux actionnaires sur 15 ans sur le site Morningstar ?
Je n’utilise pas du tout ce site mais il me parait potentiellement intéressant.

Quand vous regardez le retour historique aux actionnaires (cours + dividende) ne regardez vous pas dans le rétroviseur au lieu de calculer la valeur du titre et anticiper le cours futur ? Comment détecter une action sous-évaluée avec une telle méthode ? Par exemple, si le cours de l’action a baissé sur 15 ans, soit un retour aux actionnaires négatifs, pour vous elle ne vaut rien ?

RNO Renault SA Stock Quote Price | Morningstar
Trailing returns, 15-Year
Résultat 4%

Je suis d’accord avec vous que l’indicateur est imparfait.  Par exemple, RNO pouvait être surévalué il y a 15 ans et sous évalué maintenant, ou l’inverse ou tout autre scénario entre ces deux ci.  Mais, 15 ans est une période assez longue pour évaluer la création de valeur pour l’actionnaire et cette création de valeur, et bien elle est mince.

Hors ligne

 

#88 18/10/2018 21h29 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   166 

Bonsoir

@Larbinator

Oui, j’ai oublié de le préciser.
Coûts fixes et coûts variables étant des notions de comptabilité analytique, aucune société ne publiera ce genre d’information. Donc il faut essayer de les cerner à partir de la comptabilité générale.
Sur les sites anglo-saxons et US, on indique le COS, Coût des ventes. C’est ce que je considère comme correspondant aux charges variables.
Les charges fixes correspondent aux frais généraux et intérêts, en anglais SG&A Expense (Selling, General et Administrative Expense) et Interest Expenses.

Dans le raisonnement fait précédemment, on cherche à savoir quelle action a la plus grande probabilité de générer le plus de profit. Les calculs sont ramenés à une action.
On peut bien sûr approfondir et faire d’autres calculs plus ou moins utiles. Je vous laisse les découvrir.

Cordialement


Sur Twitter @Boursovision et Facebook /Boursovision Suggestions gratuites de valeurs pour investir

Hors ligne

 

[+2]    #89 18/10/2018 21h34 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   537 

Larbinator a écrit :

@ bibike

Deux questions, s’il-vous-plaît.

Comment accédez-vous à l’historique des PER de Renault sur le site Morningstar ?

Considérez-vous le marché comme efficient quand il applique des PER de 20 à un secteur et de 5 à un autre ? Dans ce cas toute approche value n’est-elle pas impossible ?

a) Morningstar.com (pas le site français), vous cherchez Renault sur la place "XPAR" vous cliquez sur "valuation" et vous obtenez les ratios sur 10 ans.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_rno.jpg

Vous pouvez les recalculer vous même en téléchargeant tous les cours sur Yahoo finances et en mettant en face les résultats de chaque année, comme je l’avais fait ici pour Akwel.

b) Non ce n’est pas ce que j’ai voulu dire et non bien sûr que l’approche value n’est pas impossible.
Les secteurs ne sont pas comparables entre eux, parce que les entreprises sont incomparables (déjà qu’au sein d’un même secteur parfois…….).
Pas les mêmes risques (réglementaires, concurrentiels, environnementaux etc), pas la même intensité capitalistique (beaucoup moins besoin de capex dans le secteur du luxe que celui des constructeurs auto ou de n’importe quelle industrie), pas les mêmes taux de marges etc…

Charlie Munger a écrit :

Il y a deux sortes de business. Le premier gagne 12% et vous pouvez les prendre à la fin de l’année. Le deuxième gagne 12%, mais tous l’excès de trésorerie doit être réinvesti - il ne reste jamais de trésorerie. Cela me rappelle le gars qui regarde tous ses équipements et dit ’Voici tous mes bénéfices’. Nous détestons ce type d’activités.

Regardez juste le ROIC (rendement des capitaux investis) et la comparaison entre BPA et FCF par action :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_rno_lvmh.jpg

ROIC +++ chez LVMH versus RNO : du fait de l’intensité capitalistique déjà mais aussi des taux de marges et des avantages concurrentiels.

BPA versus FCF par action : chez LVMH les deux sont à peu près égaux voir il y a plus de FCF par action que de BPA (donc le bénéfice est réellement en trésorerie) tandis que chez Renault l’entreprise investi plus que ses bénéfices (FCF < BPA) donc typiquement la phrase de Munger : les bénéfices sont mangés par le renouvellement de l’appareil industriel.

Bref ne pas comparer des entreprises incomparables, donc ne pas comparer des secteurs qui n’ont rien à voir sinon vous allez vous retrouver acheteur de toutes les cycliques et les business en déclin !

C’est pas pour ça que les cycliques et les vieux business sont à jeter mais vous ne pouvez pas leur appliquer les mêmes ratios qu’aux business florissants.

PS : je n’ai rien contre Renault et j’en suis même actionnaire pour les mêmes raisons que vous mais avec beaucoup moins d’attente envers la valorisation cible (et pour à seulement 1% de mon portif).

PS 2 : je suis d’accord avec vous pour la valeur de la participation Nissan mais le marché le sait très bien et il s’en fou complètement ce n’est pas comme si c’était un actif caché que personne n’avait vu donc comme c’est le marché qui décide, à prendre avec des pincettes quand même….

@Durun : vous vous basez sur la valeur absolue de la marge brute par action.
Si Renault fait un split en divisant son nombre d’actions par 2, elle double sa marge brute par action et passe largement devant LVMH, pourtant l’entreprise n’a pas changé et gagne toujours aussi peu.

Et puis la marge brute est un possible signe de moat (newsletter 13, + 15 +17 +18 + 40) mais cela ne dit rien de la structure financière de l’entreprise et donc du rendement des capitaux investis. Enfin ça ne vous renseigne pas non plus sur le prix auquel vous achetez cette marge brute (donc potentiellement bien trop cher).


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

#90 18/10/2018 21h40 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   184 

Larbinator a écrit :

Et pourquoi pas ? L’OAT à dix ans est en dessous de 1%. On pourrait tout aussi bien prendre un PER de 100.

Je sais bien que les constructeurs automobiles se payent actuellement avec des PER de 5-6, mais je ne comprends pas pourquoi.

Tout ce qui a été dit avant, mais avant le côte cyclique + cash flows non récurrents sans importants réinvestissements.

Dans le même genre regardez micron ou samsung, qui se payent ces prix là et qui ont les deux mêmes principales contraintes.

Dernière modification par AleaJactaEst (18/10/2018 21h47)

Hors ligne

 

#91 19/10/2018 12h30 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Réputation :   26 

idamante a écrit :

Pour ma part j’ai pris bonne note des différents avis éminents des membres du forum. Plutôt analyste technique, je voyais un bon support à 66€ et je comptais conserver cette valeur pour son rendement (PRU moyen à l’achat de 80€). Différents avis ici m’ont fait réviser mon jugement et j’ai tout vendu à 70€. Mon horizon est maintenant quelque part à mi chemin entre les plus bas et plus haut de la période 2007/2009 (donc 50€?).

Comme attendu, c’est le support à 66€ qui a été attaqué. Mais pour l’instant le rebond sur le support a été violent.

Hors ligne

 

#92 23/10/2018 09h14 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   537 

Trimestre décevant pour Renault, même s’il y a un fort effet de change.

23/10/2018 09:08:53 Renault sanctionné après un trimestre décevant (Boursier.com) - Début de séance logiquement compliqué pour Renault qui abandonne plus de 4% à 63 euros. Le constructeur au losange a dévoilé des revenus inférieurs aux attentes au troisième trimestre et a abaissé ses prévisions de croissance du marché automobile mondial, notamment en raison du ralentissement observé dans plusieurs pays émergents.

Recul des revenus au troisième trimestre

Le groupe a réalisé sur les trois derniers mois un chiffre d’affaires de 11,484 milliards d’euros, en baisse de 6% et inférieur au consensus (12,2 MdsE). A taux de change et périmètre constants, le repli ressort à 1,4%.

Objectifs annuels confirmés

Malgré ce coup de moins bien, le Groupe Renault a confirmé ses objectifs 2018, à savoir une hausse de son chiffre d’affaires (à taux de change et périmètre constants), le maintien d’une marge opérationnelle du Groupe supérieure à 6%, et la génération d’un free cash-flow opérationnel de l’Automobile positif.

Comme quoi le marché anticipe bien les choses parfois et qu’il faut rester humble et méfiant vis à vis de son jugement.

Actionnaire pour heureusement moins de 1% de mon portefeuille.

Edit compléments :

Actu Binck a écrit :

Hors AvtoVaz, le pôle automobile a connu une chute de 8,4% de ses revenus, à 10,06 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires "a été pénalisé par la forte dévaluation des principales devises du groupe (peso argentin, real brésilien, livre turque, rouble russe) qui a conduit à un effet change négatif de 4,0 points", explique Renault. "L’effet volume pèse pour -2,6 points, notamment en raison de la chute des marchés turc et argentin et d’un déstockage du réseau sur le troisième trimestre", ajoute la société. A contrario, le groupe a relevé ses prix dans certains pays émergents, ce qui lui a permis d’enregistrer un effet prix positif de 1,6 point. La baisse des ventes aux partenaires a par ailleurs pesé sur le chiffre d’affaires à hauteur de 3,3 points.

………

Le groupe automobile a en revanche modifié ses perspectives de marché. Le constructeur automobile table désormais sur une croissance du marché mondial de 2% en 2018 par rapport à l’an dernier, contre 3% auparavant. Le marché européen devrait croître de "plus de 1,5%" - Renault tablait sur 1,5% précédemment- avec une progression de 4% pour la France, contre 2% attendus précédemment.

Le groupe a drastiquement revu à la baisse sa prévision de croissance du marché chinois, à 2% contre 5% précédemment. Le groupe a maintenu ses prévisions pour le Brésil qui devrait connaître une hausse de 10%, la Russie qui devrait croître de "plus de 10%", et l’Inde dont le marché est attendu en hausse de 8%.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par bibike (23/10/2018 09h20)


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

#93 19/11/2018 10h47 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   431 

REUTERS•19/11/2018 à 09:57 a écrit :

Ghosn va être arrêté au Japon pour violation de réglementation-presse

TOKYO, 19 novembre (Reuters) - Carlos Ghosn, PDG de Nissan,
va être arrêté par le parquet de Tokyo pour violation présumée
de la réglementation japonaise sur les instruments financiers et
la Bourse, rapporte  le site internet du journal nippon Asahi.
    Selon le journal, Carlos Ghosn, qui est également le PDG de
Renault  RENA.PA , est suspecté d’avoir sous-évalué sa propre
rémunération dans des rapports financiers. Il a accepté de
collaborer avec la justice.
    Un porte-parole de Nissan a dit que le constructeur
automobile vérifiait ces informations.
    Le titre Renault perdait 6% vers 9h55 à la Bourse de Paris.

Je dirais même plus : 56.030 EUR  -13.13% .

Déjà je le trouvais trop bien payé, et si en plus il est suspecté d’avoir sous-évalué sa propre
rémunération dans des rapports financiers …

Le Monde a écrit :

Un des patrons les mieux payés de l’Archipel

Au Japon depuis 1999, Carlos Ghosn a été le principal artisan du sauvetage du constructeur japonais, au bord de la faillite. Entouré d’une petite équipe de cadres venus de Renault, il a restructuré la société et l’a progressivement rapprochée opérationnellement de la forme au losange au sein d’une alliance industrielle globale. Après ce sauvetage, M. Ghosn est devenu une véritable idole au Japon, au point de devenir un personnage de manga.

Longtemps, il a été l’un des patrons les mieux payés de l’Archipel, avec une rémunération – incorporant un salaire fixe, variable et des stock-options – supérieure à 9 millions d’euros par an. En 2017, cependant, sa rémunération a baissé, quand il a abandonné sa fonction de directeur général chez Nissan. Il a touché l’équivalent de 5,6 millions d’euros pour son travail chez le constructeur japonais, selon le cabinet Proxinvest. Chez Renault, le patron de l’alliance Renault-Nissan doit en revanche obtenir, pour l’exercice 2017, 7,4 millions d’euros.

Depuis plusieurs années, la rémunération du patron suscite de nombreuses polémiques, en France, l’Etat – qui détient toujours 15 % de Renault – refusant systématiquement de voter en faveur de la rémunération de M. Ghosn lors des assemblées générales. En 2016, les actionnaires avaient même voté contre lors de l’AG, un vote que le conseil d’administration n’avait pas suivi.

La nouvelle pourrait-elle accélérer la succession de M. Ghosn à la tête de Renault ? Depuis février, le groupe français était entré dans une période de transition. Un numéro deux chez Renault avait été désigné pour la première fois depuis 2013, en la personne de Thierry Bolloré, nommé directeur général adjoint.

Contactés par Le Monde, les services du ministère de l’économie, qui gèrent la participation de l’Etat dans Renault, n’ont pas souhaité faire de commentaires. Tout comme Renault, Nissan France et Nissan Europe.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (19/11/2018 11h05)


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#94 19/11/2018 11h11 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   651 

Arrondissons à 15, ça parait tout de même excessif mais bon.

Hors ligne

 

#95 19/11/2018 11h29 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   83 

Nissan Motor announced later on Nov. 19 that it would take immediate action to remove Ghosn as company chairman and representative board member.

Source : Nissan.

Regarding serious misconduct by Nissan Chairman and one representative director - Global Newsroom

Dernière modification par Tahure (19/11/2018 11h29)

Hors ligne

 

#96 19/11/2018 11h36 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   651 

Oui ça semble un peu plus grave que ce qui est dans le premier article :
Nissan confirme que Carlos Ghosn a dissimulé des revenus au fisc et va proposer son départ - 19/11/2018 11:28:51 - Boursorama
"En outre, de nombreuses autres malversations ont été découvertes, telles que l’utilisation de biens de l’entreprise à des fins personnelles", ajoute le groupe qui va proposer au conseil d’administration de le "démettre de son poste rapidement". (à propos de Nissan)

Dernière modification par kc44 (19/11/2018 11h36)

Hors ligne

 

#97 19/11/2018 11h42 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   190 

Mouais
peut être qu’il est parti avec un stylo bille qui appartenait à la boite, allez savoir.
Quoiqu’il en soit, RNO était sur ma liste pour mon CTO, en cours de constitution. J’avais prévu d’en prendre 7 alors j’en ai acheté 8, pour le même prix donc. Pas de quoi enfoncer un peu plus le cours smile

Hors ligne

 

#98 19/11/2018 11h47 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   651 

Vous savez, ces gens ont tous frais payés, transports en classe affaire, restaurants, téléphonie, déplacements en famille si missions à l’étranger et les stylos bien sûr mais ne laissez pas croire qu’un simple emprunt de stylo pourrait déclencher ce genre d’affaire. Avez-vous travaillé dans le privé pour savoir ce qui est en jeu si même la justice vient mettre son nez dans ces affaires ?
Le processus d’alerte en interne aurait du mieux fonctionner, y compris pour un PDG. Certainement aussi une boule puante venant de concurrents possiblement en interne mais bon, attendons d’en savoir plus, s’il y a perquisitions, il en sortira une réponse claire.

Hors ligne

 

#99 19/11/2018 11h51 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   412 

Carlos a été "balancé" par un lanceur d’alerte.

- The Washington Post

Nissan Motor Co. says an internal investigation found that its chairman, Carlos Ghosn, has underreported his income. The Japanese automaker said he will be dismissed.

Nissan said an investigation based on a whistleblower report found Ghosn had falsified reports on his compensation “over many years.”

It said the investigation found other misconduct by Ghosn, including the personal use of company assets.

Dernière modification par ZeBonder (19/11/2018 11h52)

Hors ligne

 

#100 19/11/2018 12h02 → Renault : constructeur automobile français

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   190 

@Surin
j’étais évidemment sur un mode ironique…
Quand à ce genre d’affaires, c’est soit une baudruche qui va se dégonfler ou c’est un truc énorme. Allez savoir. Mais peu importe, dans le moyen/long terme, Renault y survivra.
Quoiqu’il en soit, 56€ devenait un bon point d’entrée je trouve.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech