Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[-1]    #26 21/03/2020 17h03

Membre
Réputation :   1  

Bonjour à tous,

Je manque d’experience et cherche donc une personne expérimentée qui puisse recommander des arbitrages à faire d’UC à UC sur des FCP au sein d’assurance vie.

J’ai contacté des conseillers en investissement financier mais ils ne se rémunérent que sur les placements qu’ils recommandent, or pour des raisons de fiscalité et de droit de succession d’AV, je ne peux pour le moment casser ces AV.

J’ai contacté le conseiller bancaire qui ne donne pas de conseil.

Idéalement ce serait de rémunérer une personne au temps passé pour prodiguer des recommandations de bons sens et spécifiques à cette AV.

Bref, mon souhait est de faire preuve d’humilité et donc de vous demander si parmi vous ou dans vos réseaux vous penseriez à une personne en particulier.

Merci pour vos réponses ici ou par MP.

Hors ligne Hors ligne

 

#27 21/03/2020 17h12

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   220  

C’est pas tout à fait ce que vous cherchez mais c’est gratuit Fonds | FCP | SICAV | Actions | PEA | ETF | Indices | Morningstar vous pouvez chercher les fonds de votre assurance vie dessus et voir comment ils sont notés . Pour ensuite faire vos choix.

Hors ligne Hors ligne

 

[-1]    #28 21/03/2020 20h34

Membre
Réputation :   1  

Gratitude pour votre lien que je vais regarder en détail JohnGaltTagart.
Je reste en parallèle à l’écoute de contact de conseiller de confiance de ce forum ou d’ailleurs, si vous en connaissez.

Dernière modification par Charlito (21/03/2020 21h57)

Hors ligne Hors ligne

 

#29 26/08/2020 17h24

Membre
Réputation :   0  

Bonjour à tous,

je suis actuellement salariée au Luxembourg et résidente en France.

Je souhaite créer une activité complémentaire dont l’objectif est qu’elle devienne ma seule et unique activité dans un horizon 15 ans (afin de me détacher pleinement de toute activité salariée et m’adonner à ce qui me plaît réellement). Ces revenus viendront alors en complément des revenus immobiliers et des revenus de placements financiers que je me crée petit à petit (mais je n’en suis qu’au début).

Mon idée serait de développer une petite activité de conseil en gestion budgétaire auprès d’individus de la classe moyenne - classe moyenne supérieure essentiellement. En effet, comme la majorité d’entre vous, je m’intéresse beaucoup aux moyens de devenir indépendante financièrement (immobilier, placements financiers, réductions des dépenses,…). Et je me rends compte que mon entourage est à des années lumière de ce mode de vie, non pas par manque de volonté mais plutôt par méconnaissance.

Je ne souhaite pas m’affilier à un réseau car je veux être libre de proposer des produits qui sont réellement à l’avantage du client (LINXEA, ETF sur un PEA,…). De plus, un des objectifs est vraiment d’éveiller le client afin qu’il prenne l’habitude de se poser les bonnes questions avant toute décision d’achat (ex: l’achat d’un véhicule à EUR 50,000 ou EUR 20,000 n’a pas seulement des conséquences à CT car le placement de ces EUR 30,000 à MT / LT pourrait générer de l’argent). Je pourrais également analyser leurs dépenses afin de les réduire > travail avec des courtiers en assurances (voiture, prêt, mutuelle), courtiers en prêts immobiliers, forfaits de téléphone,…

Pour information, je dispose des certifications IAS, IOBSP et je suis en cours d’obtention du CIF.

J’opterais pour le statut EURL (car en tant que travailleur frontalier, je ne peux pas utiliser le statut d’AE car inexistant au Luxembourg).

D’après mes connaissances, c’est un service qui pourrait fonctionner (bien sûr, l’offre est à retravailler plus finement). A votre avis, quelles sont les questions que je devrais me poser à ce stade du projet ? Cette activité vous semble-t-elle pérenne ? Le CIF est-il nécessaire si je ne gère pas le portefeuille du client mais que je le conseille seulement ?

Je vous remercie par avance pour toutes vos remarques / questions qui pourront m’aider à faire mûrir ce projet smile

Hors ligne Hors ligne

 

#30 26/08/2020 18h59

Membre
Réputation :   12  

Bonjour,

Ce sujet a déjà été abordé ici notamment : Devenir CGPI
Conseiller en Gestion de Patrimoine rémunéré à l’heure ?
et ici Avis sur CGP

Le problème majeur soulevé est que les français ne sont pas habitués à payer pour des conseils (et bien souvent ils vont penser que vous ne leur vendez que ce que vous voulez, très difficile de faire comprendre l’indépendance pure de votre profession), et ne sont donc pas très enclin à venir consulter un "conseiller budgétaire" comme vous l’appelez.

Je vous rejoins cependant sur le fait qu’il y a un réel potentiel d’activité dans cette branche, par exemple en faisant des mini conférences gratuites dans les écoles d’ingénieur ou de commerce (futurs cadres supérieurs) et en expliquant votre démarche globale si certains sont intéressés.

Ayant vécu 11 ans à Metz, je pense que la région et la proximité avec les travailleurs frontaliers rend tout ça possible.


Zenatitude

Hors ligne Hors ligne

 

#31 26/08/2020 19h08

Membre
Réputation :   4  

Bonjour, Il y a aussi le créneau de tous les youtubers pour une clientèle assez jeune mais qui donnent également de bons conseils financiers (parfois!).
Autrement un podcast ""Budgetchéri dans la même veine (plutôt pour débutant).
Si vous êtes dans le traditionnel, il y a effectivement beaucoup de CGPI.
Quel serait dont votre positionnement par rapport à un CGPI?
Avez vous fais déjà le tour de votre entourage pour savoir si vous pouviez avoir des clients potentiels?

En tout cas, c’est un beau projet et l’indépendance financière un bel objectif!

Christophe

Hors ligne Hors ligne

 

#32 26/08/2020 19h34

Membre
Réputation :   0  

Tibo a écrit :

Ce sujet a déjà été abordé ici notamment : Devenir CGPI Conseiller en Gestion de Patrimoine rémunéré à l’heure ? et ici Avis sur CGP

Merci -  je n’avais pas trouvé ces fils de discussion. Je vais les consulter !

Tibo a écrit :

Le problème majeur soulevé est que les français ne sont pas habitués à payer pour des conseils (et bien souvent ils vont penser que vous ne leur vendez que ce que vous voulez, très difficile de faire comprendre l’indépendance pure de votre profession), et ne sont donc pas très enclin à venir consulter un "conseiller budgétaire" comme vous l’appelez.

Oui, étant moi-même de nature très méfiante, c’est une pensée que je pourrais tout à fait avoir. A moi de trouver une solution pour vraiment montrer patte blanche ! C’est un point sur lequel je dois vraiment travailler car là est la clé de la réussite de ce type de conseils.

Tibo a écrit :

Je vous rejoins cependant sur le fait qu’il y a un réel potentiel d’activité dans cette branche, par exemple en faisant des mini conférences gratuites dans les écoles d’ingénieur ou de commerce (futurs cadres supérieurs) et en expliquant votre démarche globale si certains sont intéressés.

Effectivement, j’y ai pensé également (j’ai suivi un parcours d’école de commerce et la plupart de mes amis les plus proches également). Une bonne première piste à explorer !

Merci pour vos conseils !

Dernière modification par Helsinki (27/08/2020 08h55)

Hors ligne Hors ligne

 

#33 26/08/2020 19h35

Membre
Réputation :   31  

Je pense que c’est une fausse bonne idée.

Vous avez un biais, vous pensez que la plupart des gens pensent comme vous. (et comme les membres de ce forum)

Mais ce n’est pas le cas : la plupart des gens un peu fortunés s’en f*** - de la gestion et de l’optimisation de leur patrimoine. La très grande majorité de ceux que je côtoie, tant qu’ils arrivent à payer (assez largement) ce qu’ils ont à payer, eh bien, ils sont contents.

Certains diront " c’est affolant, les gens sont paresseux…" - ils ont plutôt d’autres valeurs et d’autres priorités.

Dernière modification par Kundera (26/08/2020 19h45)

Hors ligne Hors ligne

 

#34 26/08/2020 19h49

Membre
Réputation :   0  

Merci pour vos remarques Christophe

Stocri a écrit :

Quel serait dont votre positionnement par rapport à un CGPI?

Je ne connais aucun CGPI personnellement et je n’ai jamais souscrit à aucune offre de leur part car je préfère mettre en application les choses que j’ai apprises - même si elles sont peut-être plus simples. J’imagine que la plupart des CGPI se concentrent sur les catégories les plus "riches".

Pour ma part, l’objectif serait plutôt de proposer un accompagnement global aux jeunes actifs pour qu’ils se posent les bonnes questions. Par exemple, l’objectif de mes amis est d’acheter leur RP afin de ne pas "jeter de l’argent par les fenêtres". Dans leur esprit, c’est la suite logique. J’aimerais les inviter à réfléchir sur les autres solutions possibles. N’est-il pas plus rentable de rester locataire et d’acheter de l’immobilier locatif ? Peut-être cela leur permettrait-il d’avoir un lieu de vie plus confortable tout en développant leur patrimoine et bénéficiant de l’effet de levier du crédit !?

Je voudrais leur proposer des outils d’aide à la décision qui les accompagneront toute leur vie ensuite.

Stocri a écrit :

Avez vous fais déjà le tour de votre entourage pour savoir si vous pouviez avoir des clients potentiels?

Après discussion, je dirais que 80 % des personnes avec lesquelles j’en ai parlé (mes amis proches - jeunes cadres) se disent intéressées. Nos parents le sont également (pas pour les mêmes raisons évidemment). Mais qu’en sera-t-il lorsque l’activité sera vraiment créée ? Seront-ils enclins à passer le cap ? L’avenir nous le dira…

Kundera a écrit :

Mais ce n’est pas le cas : la plupart des gens un peu fortunés s’en f*** - de la gestion et de l’optimisation de leur patrimoine. La très grande majorité de ceux que je côtoie, tant qu’ils arrivent à payer (assez largement) ce qu’ils ont à payer, eh bien, ils sont contents.

Oui, je suis d’accord avec vous sur le fait que la plupart des gens ne se posent pas trop de questions tant que les factures sont payées et que le niveau de vie reste correct.

Néanmoins, je m’interroge :
- est-ce parce qu’ils s’en fichent réellement ?
- ou est-ce parce qu’ils ne pensent pas être capables de construire un patrimoine ?
- également parce qu’ils ne réfléchissent pas à se protéger contre un schéma de vie qu’ils ne pensent pas possible aujourd’hui (comme l’impossibilité de travail à partir de XX ans pour cause de maladie) ?

Dernière modification par Helsinki (26/08/2020 19h57)

Hors ligne Hors ligne

 

#35 26/08/2020 20h28

Membre
Réputation :   10  

Bonjour Helsinki,

Étant dans la gestion de patrimoine, je vois un point noir dans votre projet : comment faire rentrer de l’argent ?

Si vous ne souhaitez pas distribuer des produits pour percevoir des commissions, il va falloir faire payer le client directement. Cela a été dit précédemment, ce n’est pas courant en france et très peu de CGP vivent d’honoraires (et ceux qui le font facturent des audits que seul des CGP chevronnés savent réaliser).
Sans commissions, aucun revenu récurrent, j’ai bien peur que vous passiez tout votre temps a prospecter pour une mission incertaine et ponctuelle.
Si en plus c’est une activité annexe et que vous n’êtes que partiellement formé a la gestion de patrimoine, j’ai du mal a imaginer que ce business plan soit rentable.

Des gens de votre entourage sont intéressés mais sont-ils prêts à débourser quelques centaines d’euros pour être conseillés ? Une fois votre intervention faite, ils n’auront probablement plus besoin de vous pendant des mois, des années…

Si la gestion de patrimoine vous plaît, formez vous et tentez une expérience dans un cabinet, cela vous permettra de voir comment cela fonctionne et les problématiques de rémunération.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #36 26/08/2020 20h39

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   223  

Bonjour,

C’est une belle idée sur la papier.
Franchement je vous souhaite de réussir, mais je n’y crois pas une seconde.

Votre demarche ressemble à celle d’un vendeur de régime personalisé, qui vise les personnes en léger surpoids.

Pas les obèses sévères qui sont pris en charge médicalement par des médecins.

Mais votre clientèle n’est pas « pertinente » au sens où si ils sont là ou ils sont c’est qu’ils ne s’interessent pas au sujet serieusement.
Par flème, par manque de temps etc… et votre travail n’y changera rien, sauf si vous les ré-eduquer, ce qui vous prendra un temps enorme, et qui donc sera très cher pour eux car le ROI sera négatif pour eux.

Donc ca se terminera comme les régimes, ca marche 6 mois et après la vie reprend sa place.

Je pense qu’il vaut mieux developper une reelle expertise sur un sujet precis et viser une typologie d’obèse déterminé, afin de facturer une prestation de haute qualité pour des personnes dont le potentiel est important, plutot que de viser la quidam qui ne gère pas son budget quotidien.

Pour eux, faite un livre.
Vous ecrivez, plusieurs concepts de base et les intéressés vous contacteront si nécessaire.

Hors ligne Hors ligne

 

#37 26/08/2020 21h08

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   193  

Regardez du côté de la société Plénit’Finances, qui développe depuis plusieurs années un service de coaching budgétaire dans la veine de celui que vous envisagez de créer :

Mission : apprendre à gérer vos finances personnelles et professionnelles

Je n’ai ni souscrit à leurs services ni travaillé pour eux mais je suis abonné à leur newsletter et suis l’évolution de la société depuis quelques années, car c’est une piste de reconversion professionnelle que j’avais envisagée.

Comme vous je crois qu’il y a un besoin pour un tel service, étant donné l’absence totale d’éducation financière de la plupart des gens. Reste à voir comment en tirer un revenu suffisant pour en vivre, que ce soit en termes de pricing client et de volume d’activité. Et pour attirer les prospects il faudra certainement soigner le marketing personnel (blog, vidéos Youtube…), soit rejoindre un réseau existant qui dispose déjà d’une bonne notoriété.

Hors ligne Hors ligne

 

#38 26/08/2020 23h01

Membre
Réputation :   0  

Bonjour Helsinki,

Je pars de votre remarque

Helsinki a écrit :

Mon idée serait de développer une petite activité de conseil en gestion budgétaire auprès d’individus de la classe moyenne - classe moyenne supérieure essentiellement. En effet, comme la majorité d’entre vous, je m’intéresse beaucoup aux moyens de devenir indépendante financièrement (immobilier, placements financiers, réductions des dépenses,…). Et je me rends compte que mon entourage est à des années lumière de ce mode de vie, non pas par manque de volonté mais plutôt par méconnaissance.

Je ne suis pas du tout expert en CGP, et je n’ai pas autorité pour vous conseiller sur comment devenir ou vivre de ce métier. Mais je tiens juste à vous faire part de quelques réflexions, que vous avez peut-être déjà à l’esprit .

Je suis moi-même travailleur frontalier au GD Luxembourg depuis plus de 20 ans, et lorsque je suis arrivé de la région parisienne dans cette région de France, je ne connaissais en rien les spécificités du régime frontalier, ni du régime fiscal luxembourgeois.
J’ai découvert avec étonnement que la quasi totalité des travailleurs frontaliers français avec qui j’ai pu discuter lors de mon installation (locaux ou venant de loin comme moi) avait une méconnaissance totale des spécificités locales, surtout en matière de fiscalité. Les collègues belges semblaient bien plus au fait, mais les français étaient vraiment sans connaissances.

Je ne connaissais pas de CGP à l’époque, les banquiers français étaient incompétents sur les sujets "frontaliers", je n’avais pas non plus de notaire et j’ai donc fait mon chemin tout seul, en faisant des erreurs de jeunesse . Au bout de quelques années, j’avais enfin maitrisé les mystères de la déclaration fiscale Luxembourgeoise, et j’avais même commencé à conseiller quelques collègues français sur ce sujet. J’avais attaqué le sujet optimisation fiscale en premier car le montant des impôts est (très) élevé sur mes revenus Luxembourgeois.

J’ai donc eu le plaisir de pouvoir calculer mes restitutions d’impots chaque année au centime près, puis d’évaluer l’effet des véhicules de leasing sur une paye, puis de subir les changement de règlementation, puis de pouvoir demander le remboursement de la CRDS/CSG, et puis de souscrire aussi divers produits. Au total quelques dizaines de milliers d’euro récupérés grace à ces efforts.

Depuis le temps a passé, et maintenant se pose la question de la retraite, et là aussi il est complexe de pouvoir faire des prévisions à l’avance, et donc se positionner dans sa carrière. Les discussions avec mes collègues et amis sont toujours aussi navrantes, tout est basé sur des "on-dit", rien de concrêt. Donc même méthode, je ne désespère pas de réussir à fabriquer dans mon coin un calculateur excel pour modéliser/prévoir les pensions futures luxembourgeoises en fonction de la carriere FR+LU, de manière à pouvoir faire  des plans avant l’age de 55 ans .

Bref j’ai passé beaucoup de temps sur ces 2 sujets (impôts et pension), car il n’y avait tout simplement pas de spécialiste français capable de conseiller un frontalier français. J’aurais été heureux de payer quelqu’un pour me conseiller lorsque je suis arrivé, je serai aussi heureux de pouvoir payer quelqu’un maintenant.

Au final je pense très sincèrement qu’il y a une clientèle importante pour ce type de service. Car dans les 100000 frontaliers français qui vont chaque jour au GD Luxembourg, ne serait ce que 1% de cette population, ce serait déjà beaucoup de clients …

Et enfin vu la règlementation qui se complexifie régulièrement, là aussi j’imagine qu’un service d’aide à la déclaration fiscale serait le bienvenu chez de plus en plus de frontaliers, donc un nombre de clients potentiels en hausse à chaque nouvelle annonce fiscale.

Donc moi je pense que si vous aviez l’intention de pratiquer cette activité de CGP avec une spécialité "frontalier", vous auriez une clientèle locale assez abondante, et sans beaucoup de concurrence.

Les difficultés que j’imagine pour vous seraient certainement de
1) vous faire de l’expérience auprès de vos amis frontalier et voir si cette activité vous réussit, mais surtout vous plait
2) trouver une solution pour vous faire connaitre, le bouche à oreille ne me parait pas bien fonctionner dans la région

Quoi qu’il en soit, je vous souhaite de réussir dans vos projets
Cordialement
BG57

Hors ligne Hors ligne

 

#39 27/08/2020 09h02

Membre
Réputation :   0  

Zenithar, le 26/08/2020 a écrit :

Si vous ne souhaitez pas distribuer des produits pour percevoir des commissions, il va falloir faire payer le client directement. Cela a été dit précédemment, ce n’est pas courant en france et très peu de CGP vivent d’honoraires (et ceux qui le font facturent des audits que seul des CGP chevronnés savent réaliser).

Effectivement, si je comprends bien, il s’agit là de toute une mentalité à faire évoluer… J’ai commencé en cabinet d’expertise comptable. Le client ne comprenait pas pourquoi il devait payer un service de conseils alors qu’il payait déjà une prestation de comptabilité. On tombe un peu dans le même schéma !

Zenithar, le 26/08/2020 a écrit :

Si la gestion de patrimoine vous plaît, formez vous et tentez une expérience dans un cabinet, cela vous permettra de voir comment cela fonctionne et les problématiques de rémunération.

Mon objectif n’est absolument pas de travailler dans un cabinet… pour le coup, ce serait vraiment contraire à mes valeurs profondes et à mes objectifs. C’est également pour cela que je souhaite que cette activité soit complémentaire (pour ne pas être dans une volonté de chiffres avec mes ventes qui déterminent mon salaire).

Pryx, le 26/08/2020 a écrit :

Mais votre clientèle n’est pas « pertinente » au sens où si ils sont là ou ils sont c’est qu’ils ne s’interessent pas au sujet serieusement. Par flème, par manque de temps etc… et votre travail n’y changera rien. Je pense qu’il vaut mieux developper une reelle expertise sur un sujet precis et viser une typologie d’obèse déterminé, afin de facturer une prestation de haute qualité pour des personnes dont le potentiel est important, plutot que de viser la quidam qui ne gère pas son budget quotidien.

Votre remarque est très pertinente. C’était effectivement une de mes craintes/interrogations. Malgré toute la bonne volonté du monde, je ne vais pas faire changer des personnes qui n’en ressentent pas le besoin ou l’envie (ou peut-être uniquement pour des cas isolés). Je vais essayer de me spécialiser sur une clientèle plus spécifique et développer une expertise. Après tout, je pourrais tout de même conseiller les "obèses lambda" de mon entourage et laisser faire le bouche-à-oreille - mais cela représentera une partie mineure de la clientèle.

perecastor, le 26/08/2020 a écrit :

Regardez du côté de la société Plénit’Finances, qui développe depuis plusieurs années un service de coaching budgétaire dans la veine de celui que vous envisagez de créer Comme vous je crois qu’il y a un besoin pour un tel service, étant donné l’absence totale d’éducation financière de la plupart des gens. Reste à voir comment en tirer un revenu suffisant pour en vivre, que ce soit en termes de pricing client et de volume d’activité. Et pour attirer les prospects il faudra certainement soigner le marketing personnel (blog, vidéos Youtube…), soit rejoindre un réseau existant qui dispose déjà d’une bonne notoriété.

Aaaaah comme quoi tout est possible smile. Savez-vous si l’entreprise mentionnée fonctionne bien ?
Rejoindre un réseau dans cette situation ne pose donc pas forcément de problème (si on n’est pas forcé de vendre les produits du réseau). Une piste à explorer, merci !

bg57, le 26/08/2020 a écrit :

Je suis moi-même travailleur frontalier au GD Luxembourg depuis plus de 20 ans, et lorsque je suis arrivé de la région parisienne dans cette région de France, je ne connaissais en rien les spécificités du régime frontalier, ni du régime fiscal luxembourgeois.
J’ai découvert avec étonnement que la quasi totalité des travailleurs frontaliers français avec qui j’ai pu discuter lors de mon installation (locaux ou venant de loin comme moi) avait une méconnaissance totale des spécificités locales, surtout en matière de fiscalité. Les collègues belges semblaient bien plus au fait, mais les français étaient vraiment sans connaissances.

Donc moi je pense que si vous aviez l’intention de pratiquer cette activité de CGP avec une spécialité "frontalier", vous auriez une clientèle locale assez abondante, et sans beaucoup de concurrence.

Merci BG57 pour vos remarques. C’est vrai que nous trouvons peu d’informations sur internet et peu d’interlocuteurs capables de nous répondre… Je vivais au Luxembourg jusqu’à cette année donc je n’étais pas encore bien consciente de ce potentiel. Mais, ayant traversé la frontière, je me rends compte que c’est le flou total pour la plupart d’entre nous… et je ne parle même pas de ceux qui travaillent au Luxembourg mais ont de l’immobilier locatif en France (ou d’autres revenus).

J’ai travaillé en expertise comptable en France durant mon apprentissage. Je faisais la déclaration fiscale pour certains clients. Puis, au Luxembourg, j’ai fait aussi quelques déclarations fiscales simples pour des sociétés. Je ne partirais donc pas de zéro smile. Encore une piste à investiguer !

Dernière modification par Helsinki (27/08/2020 09h32)

Hors ligne Hors ligne

 

#40 27/08/2020 09h52

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2148  

Dans la mesure où la clientèle visée est peu fortunée, ça ne sera jamais rentable :
- si vous vous faites payer au vrai tarif horaire d’un CGPI compétent, vous les ruinez (en proportion de leur richesse).
- si vous ne vous faites pas payer au vrai tarif horaire, c’est vous qui travaillez pour des clopinettes.

Par ailleurs, vous semblez penser que c’est facile de transmettre des outils pertinents. N’oubliez pas l’énorme différence de connaissances et de culture entre eux et vous. L’éducation financière, ça s’apprend, mais c’est long et compliqué.

Il n’y a juste pas de marché, pas de niche pertinente.

Par contre, oui, c’est une noble cause. Comment faire une noble cause sans être payée suffisamment ? Envisagez de créer l’"association pour l’éducation financière des classes moyennes". Mais si vous voulez être payée un peu quand même, il faudra faire rentrer un peu d’argent dans cette association. Cotisations ? Prestations payantes mais pas chères ? Subventions ? Attention, un CGPI pourrait très bien vous chercher des noises, car une telle association ferait en fait une activité existante, mais au rabais, ce qui constitue une concurrence déloyale et illégale.

Comment faire une noble cause sans être payée du tout ? Ca c’est facile, il suffit de proposer vos services en bénévolat total ; même pas besoin d’association dans ce cas. Ca vous permettrait de tester le temps nécessaire pour faire adopter les outils que vous pensiez (temps que je pressens être très élevé), ainsi que le taux d’application de vos conseils (taux que je pressens être très bas).

"Ce qui est gratuit n’a pas de valeur".

PS : autre sujet : ne sous-estimez pas non plus les compétences nécessaires. Vous pensez à de jeunes actifs avec quelques placements. Très bien. Maintenant, le cas (qui semblait pourtant simple au premier contact) du jeune actif qui voudrait un peu mieux gérer ses finances, mais dont il apparaît dans la discussion que les parents (remariés) veulent lui transmettre l’entreprise familiale en Dutreil, se demandent comment équilibrer par rapport aux autres enfants (dont un du premier lit de monsieur et deux de madame), tandis que son grand-père voudrait bien faire une donation démembrée de son portefeuille boursier à ses petits-enfants en indivision, portefeuille constitué en partie d’un PEA et en partie d’un CTO, et le jeune actif se demande si son grand-père a une bonne idée ou s’il doit lui réorienter gentiment son projet… En plus, la grand-mère est décédée récemment et le petit-fils se demande si la RM Ciot s’applique aux AV qu’elle avait souscrit ? Là, seuls les CGPI qui font un effort permanent de formation et de mise à jour vont réussir à suivre. Et vous voyez bien qu’un cas comme ça ne se dépatouille pas en une heure ou deux. Vous voyez aussi que si vous êtes capable de dépatouiller un cas pareil, brader votre travail parce que le petit-fils ne veut pas pyer vu qu’il a l’habitude du tout gratuit sur internet, ça ne va pas.

Dernière modification par Bernard2K (27/08/2020 10h00)


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

#41 27/08/2020 11h24

Membre
Réputation :   14  

Bonjour Helsinki,

de mon expérience d’expat,  je ne peux qu’appuyer les propos de bg57, ce type de coaching/accompagnement dans une jungle administrative et fiscale étrangère marche plutôt bien.
Mais je ne suis pas sûre que cela corresponde à ce que vous souhaitez faire.

J’ai l’impression que votre envie serait plutôt de faire de l’éducation financière (et au passage tordre le  cou aux idées toutes faites type  "jeter un loyer par les fenêtres" etc.) et là je rejoins les avis des autres forumeurs quant à la difficulté de trouver le bon public (c’est à dire prêt à payer pour cela).

Je ne sais pas si vous parlez un peu l’allemand mais ce que je vois qui se rapproche le plus de votre démarche est une blogueuse Allemande qui traite des questions financières ( sa niche à elle, c’est l’indépendance financière des femmes, sujet assez brûlant de ce côté-ci du Rhin avec le temps partiel et la mise en pause de la carrière pour les enfants etc.)
Elle parle de psychologie d’investissement, d’investissement lazy, de l’intérêt de parier sur soi ( négocier des augmentations par exemple), du placement long terme, de la nécessité de définir ses objectifs.
En gros beaucoup de choses pertinentes souvent évoquées ici.
Elle est très active sur les réseaux sociaux, a écrit un livre, fait du coaching , des podcasts, des partenariats avec des courtiers, bref dans l’objectif assez proche de vous, dans la forme très différent.

Maintenant ce type de format n’est pas adapté à tout le monde, et par ailleurs pour que cela décolle vraiment il s’agit d’y consacrer plus qu’un petit temps partiel.

madamemoneypenny


We agree to disagree

En ligne En ligne

 

Favoris 1   [+3]    #42 27/08/2020 11h28

Membre
Réputation :   32  

Bonjour,

Très bonne intervention de Bernard 2K qui pose la problématique de la compétence du prestataire et du client.

A 58 ans et expert comptable depuis 30 ans, mon opinion est faite depuis longtemps : on ne gagne de l’argent que sur ce qu’on a l’habitude de faire. Le client moyen, celui que vous allez rencontrer tous les jours, celui qui n’a aucune connaissance technique dans le domaine ou vous exercez, qui ne vous posera quasiment aucune question, vous fera gagner votre vie. Celui que vous ne rencontrez qu’une fois tous les 10 ans, qui s’intéresse à la technique ou qui, pire, est un cas compliqué, vous fera perdre de l’argent. Car non seulement vous n’êtes pas capable immédiatement de répondre à sa demande, et il faudra vous former sur le dossier, mais en plus , il y a fort a parier que vous ne pourrez pas vendre deux fois votre investissement intellectuel. Reste seulement l’intérêt pour la technique, mais c’est autre chose.
Si vous avez travaillé dans un cabinet comptable et que vous n’avez jamais fais par exemple de consolidation depuis la fin de vos études, la seule mission que vous allez rencontrer dans votre carrière sera une catastrophe financière.
Tous les professionnels généralistes qui survivent le savent bien : les banques, ou les conseillers clientèle sont d’une nullité absolue en matière d’ingénierie financières, mais qui reçoivent des dizaines de clients par mois, et ou la gestion sous mandat consiste le plus souvent a acheter des FCP sans que le client n’y comprenne rien : il n’y a pas de dividende, pas d’impôt, le client est content.

Si vous voulez gagner votre vie, faites comme tous les CGP ; vendez de la SCPI et de l’assurance vie de Gestion de patrimoine en faisant miroiter 5% de revenus par an quand l’inflation est de 1% Vous encaisserez les commissions automatiquement, avec un travail très peu chronophage, que vous démultiplierez à tous vos clients. Beaucoup de notaires ou avocats l’on bien compris après s’être bien pris la tête pendant des années avec du travail technique très prenant. Après si vous voulez vraiment faire de la technique, il faudra être salarié d’une banque d’élite, mais surement pas en s’installant au coin de la rue.

Hors ligne Hors ligne

 

#43 28/08/2020 08h53

Membre
Réputation :   0  

Bernard2K, le 27/08/2020 a écrit :

Comment faire une noble cause sans être payée du tout ? Ca c’est facile, il suffit de proposer vos services en bénévolat total ; même pas besoin d’association dans ce cas. Ca vous permettrait de tester le temps nécessaire pour faire adopter les outils que vous pensiez (temps que je pressens être très élevé), ainsi que le taux d’application de vos conseils (taux que je pressens être très bas).

Bonjour Bernard,

merci pour votre message qui me fait clairement réfléchir…

Que pensez-vous alors d’un site internet où tout serait gratuit ? Cela me permettrait d’avoir des contacts avec des gens que je pourrais aider lorsqu’ils répondront aux différents articles (et donc me nourrir personnellement et me pousser à continuer à apprendre). La rémunération viendra alors de parrainages (Boursorama, etc), de mises en relation (ex: courtiers en assurances, courtiers en prêts bancaires) et de la vente d’un e-book (je ne souhaite pas faire de formations vidéo vendues à prix d’or mais bel et bien toucher le plus de monde possible avec des renseignements qualitatifs pour débutants).

Je précise que je ne cherche pas à gagner "beaucoup d’argent" à CT. Mon objectif est de me créer petit à petit des revenus complémentaires (qui viendront en complément des placements financiers et des loyers immobiliers) pour arrêter le salariat dans un horizon 15 ans. Je pourrais alors me positionner comme une experte pour les débutants qui souhaitent se lancer (proposer du coaching, faire des interventions en écoles supérieures,…).

J’aimerais bien le faire via une société afin de pouvoir déduire les formations que je souhaite suivre. Mais, est-ce vraiment rentable s’il est nécessaire d’avoir un expert-comptable ? A voir…

Chartreuse, le 27/08/2020 a écrit :

Elle parle de psychologie d’investissement, d’investissement lazy, de l’intérêt de parier sur soi ( négocier des augmentations par exemple), du placement long terme, de la nécessité de définir ses objectifs.
En gros beaucoup de choses pertinentes souvent évoquées ici.
Elle est très active sur les réseaux sociaux, a écrit un livre, fait du coaching , des podcasts, des partenariats avec des courtiers, bref dans l’objectif assez proche de vous, dans la forme très différent.

Maintenant ce type de format n’est pas adapté à tout le monde, et par ailleurs pour que cela décolle vraiment il s’agit d’y consacrer plus qu’un petit temps partiel.

Merci Chartreuse - je vais regarder plus en détails son site internet mais effectivement, cela me paraît très intéressant. C’est vrai que cela peut prendre du temps… mais je me dis que mon horizon 15 ans est à mon avantage pour développer petit à petit et faire du qualitatif.

patrick, le 27/08/2020 a écrit :

A 58 ans et expert comptable depuis 30 ans, mon opinion est faite depuis longtemps : on ne gagne de l’argent que sur ce qu’on a l’habitude de faire. /…/ Celui que vous ne rencontrez qu’une fois tous les 10 ans, qui s’intéresse à la technique ou qui, pire, est un cas compliqué, vous fera perdre de l’argent. Car non seulement vous n’êtes pas capable immédiatement de répondre à sa demande, et il faudra vous former sur le dossier, mais en plus , il y a fort a parier que vous ne pourrez pas vendre deux fois votre investissement intellectuel.

Merci Patrick. Ayant travaillé sur une courte période en expertise comptable, je ne peux qu’être d’accord avec vos propos…

patrick, le 27/08/2020 a écrit :

Si vous voulez gagner votre vie, faites comme tous les CGP ; vendez de la SCPI et de l’assurance vie de Gestion de patrimoine en faisant miroiter 5% de revenus par an quand l’inflation est de 1% Vous encaisserez les commissions automatiquement, avec un travail très peu chronophage, que vous démultiplierez à tous vos clients.

Bien triste constat que vous dressez là. Encore une fois, je ne souhaite pas gagner de l’argent à CT mais développer une activité qui me permettra d’avoir un revenu complémentaire dans 15 ans.

Aujourd’hui, mon emploi en tant que salarié me permet (tout en vivant frugalement) de pouvoir épargner/investir chaque mois (EUR 1,600 chaque mois sur mon PEA). Néanmoins, ce qui me fait un peu réfléchir à la lecture de l’ensemble des messages, c’est:
- ne faut-il pas mieux me consacrer à mon activité salariée pour les 5 prochaines années afin de passer manager dans ma banque (je gagne actuellement EUR 54 K annuels mais je peux aisément passer à EUR 75 K d’ici qq années) ? Et, une fois que j’aurai atteint ce stade, diminuer mon temps de travail pour développer cette activité complémentaire ? (à savoir qu’à l’heure actuelle, mon employeur avait validé mon projet de création d’entreprise en //)
- ou faut-il mieux commencer dès maintenant cette activité complémentaire afin de la faire grandir petit à petit sur les 15 prochaines années - mais dans laquelle je serais plus que probablement déficitaire au début (donc qui nécessitera de l’argent de mes fonds personnels que j’aurais pu placer sur mon PEA) et qui me prendra sûrement de l’énergie que j’aurais pu utiliser pour booster ma progression salariale (et donc également de l’épargne excédentaire que j’aurais pu placer sur mon PEA - dû à un meilleur salaire) ?

Toutes vos remarques me poussent à la réflexion. Je vous en remercie !

Dernière modification par Helsinki (28/08/2020 09h15)

Hors ligne Hors ligne

 

#44 02/09/2020 16h06

Membre
Réputation :   0  

Bonjour,

je tenais à remercier chaleureusement les personnes qui ont répondu à mes interrogations concernant mon projet. Vous m’avez aidé à y voir plus clair. J’étais un peu perdue avec un milliard d’idées potentielles à l’esprit et ne sachant pas vers laquelle / lesquelles me diriger.

Avec ce petit recul, je crois que la meilleure solution dans mon cas est de me mettre à fond dans ma profession actuelle (consolideur pour des clients fonds d’investissements dans une banque au Luxembourg) plutôt que de chercher à courir après tous les chevaux sans n’exceller nulle part. Par ailleurs, mon potentiel de croissance de revenus salariaux me laisse également à penser que c’est la meilleure solution afin d’épargner un maximum aujourd’hui et dans les années à venir (d’autant plus que mon métier ne me déplaît pas forcément - sans pour autant prendre mon pied en y allant le matin - et que les portes à ouvrir sont nombreuses étant diplômée d’une grande école).

Encore merci,

Bonne journée à tous smile

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #45 01/10/2020 08h24

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2148  

EDIT : j’auto-modère ce message puisque je vois que mon t.on ne convient décidemment pas à ce forum. Certes, ce message n’a rien à voir avec les -1 reçus. Mais ma contribution est un tout. Puisqu’elle dérange, je la retire. Pour le moment, je ne sais pas rendre ma participation lisse et acceptable par tous. Il faut donc que j’y réfléchisse encore. Je retourne à mes vacances. (Cela dit, le forum est très intéressant en lecture seule).

Dernière modification par Bernard2K (01/10/2020 10h33)


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur