Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#26 20/01/2018 08h36

Membre
Réputation :   81  

Bonjour,

Merci pour vos explications très claires.

En gros ce que vous nous dites c’est que depuis la fin des quotas, Sodiaal fait lui même ses quotas?
Si je reprends votre exemple, (vous avez du faire une erreur sur le prix de 2€) avec un stand de crêpes j’ai le droit de vendre et je peux faire au maximum 100 crêpes, contractuellement en ayant payé un "droit"  j’ai le droit d’ajouter une crêpière et de vendre 110 crêpes.Ces 10 crêpes supplémentaires, sont vendues au tarif B, un tarif inconnu à l’avance, d’ailleurs personne ne sait si celui qui fait les crêpes arrivera à les produire.
S’il n’y à pas de perdant, dans tous les cas celui qui a encaissé le droit a gagné.

Je n’ai pas regardé l’émission, mais j’ai lu le communiqué Havas, je me suis toujours demandé comment des produits pareils pouvaient se trouver sur des marchés financiers à fluctuer.

Petite précision sur le site de GM, ils sont actionnaires majoritaires avec 51%


La règle n’est pas absolue, mais il semblerait que plus le niveau de scolarité de votre lecteur est élevé, plus ce dernier accorde de l’importance à l’orthographe. Le lecteur aurait tendance à mesurer l’intelligence de son interlocuteur à son mode d’expression. Méconnaître ce réflexe vous exclura.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #27 20/01/2018 08h48

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   521  

mehdi57 a écrit :

Bonjour,

Merci pour vos explications très claires.

En gros ce que vous nous dites c’est que depuis la fin des quotas, Sodiaal fait lui même ses quotas?
Si je reprends votre exemple, (vous avez du faire une erreur sur le prix de 2€) avec un stand de crêpes j’ai le droit de vendre et je peux faire au maximum 100 crêpes, contractuellement en ayant payé un "droit"  j’ai le droit d’ajouter une crêpière et de vendre 110 crêpes.Ces 10 crêpes supplémentaires, sont vendues au tarif B, un tarif inconnu à l’avance, d’ailleurs personne ne sait si celui qui fait les crêpes arrivera à les produire.
S’il n’y à pas de perdant, dans tous les cas celui qui a encaissé le droit a gagné.

Bonjour,

Pas exactement des quotas, du "signal prix".
Mais historiquement de ce que j’ai compris ça a en effet été demandé par les éleveurs pour pour amortir les fluctuations de prix après la fin du système des quotas.

91% de la production est au tarif A et 9% au tarif B. Si l’on se place d’un point de vue économique, on comprend que l’existence du tarif B permet en fait à Sodiaal de rendre une part de sa production très sensible au prix de marché, et donc ça lui permet d’ajuster plus efficacement son offre par rapport à la demande (à la hausse comme à la baisse). Ce sont ces 9% qui vont amortir l’essentiel des chocs en cas de marché contraint, mais ils vont en contrepartie être mieux rémunérés en cas de marchés favorables.

Le 2€ est donc bien volontaire : le tarif B monte plus haut et baisse plus bas que le tarif A selon que le marché est favorable ou non.

Dit autrement, le tarif B va capter une partie plus importante des gains que le tarif A en cas de marché favorable, mais il va aussi capter une partie plus importante des pertes en cas de marché défavorable.

A nouveau ce n’est pas un système miracle, c’est juste un mécanisme d’amortissement des chocs. En cas de marché durablement défavorable, B trinquera très fort, mais A trinquera également (moins fort, mais fort quand même).

Et comme vous l’aurez compris mon but n’est absolument pas de dire que tout va bien au niveau du prix du lait. Mais dénigrer une entreprise qui a essayé de mettre ce genre de système tarifaire en place sans même avoir essayé de comprendre son fonctionnement, c’est juste débile.

Petite précision sur le site de GM, ils sont actionnaires majoritaires avec 51%

Exact, j’ai juste à chaque fois essayé de prendre des valeurs arrondies/simples.
Le coût de revient d’une crêpe n’est pas de 1€ smile.

Dernière modification par Geronimo (21/01/2018 00h44)

Hors ligne Hors ligne

 

#28 20/01/2018 12h28

Banni
Réputation :   286  

GoodbyLenine a écrit :

stokes a écrit :

Le "patron du lait", on le trouve bien sûr aux Iles Vierges, pourtant peu réputées pour la qualité de leur cheptel laitier, le seul lait que l’on y produit provenant de la noix de coco :

Besnier Michel Alain | ICIJ Offshore Leaks Database

Vous semblez vous mélangez les pinceaux : Sodiaal (dont cette discussion parle), ce n’est pas Lactalis (dont le patron est Besnier), c’est un de ses concurrents.

Votre réaction, c’est un peu comme reprocher à Méléchon d’avoir fictivement employé son épouse Pénélope comme assistante parlementaire pendant des années, en mélangeant les partis politiques…

Oups ! Mea maxima culpa !

En même temps, j’espère que le jury des modérateurs me reconnaîtra des circonstances atténuantes, car Sodiaal comme Lactalis c’est du non coté ; il y a donc un biais de boursicoteur qui me conduit à moins bien connaître ces firmes.

Hors ligne Hors ligne

 

#29 20/01/2018 13h55

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   154  

Cela dit dans ce genre de discussion, j’aimerais bien savoir ce qu’en dirait un éleveur.
HS mais pas tant : une collègue infirmière a bossé dans un abattoir: on lui enjoignait de ne pas déclarer des accidents( "ça coute 300 euros la déclaration!"), de ne pas appeler le 15 pour d’autres accidents(alors que la personne disant de ne pas le faire n’a aucune qualification médicale ni paramédicale), et interdiction d’informer les employés de la procédure à suivre pour déclarer une maladie professionnelle(en fait il faut juste demander à son médecin traitant)…le tout n’empéchant pas les grands messes sur la sécurité en commission CHSCT pour respecter la loi(là est le moment où j’ai envie de rire pour ne pas pleurer)…
Donc désolé si c’est HS, mais ça en dit juste un peu sur l’usage d’une culture du secret dans l’industrie alimentaire et l’usage éthique qui y est de mise.

Hors ligne Hors ligne

 

#30 20/01/2018 14h05

Banni
Réputation :   286  

Les éleveurs qui vendent leur production à Lactalis  n"ont qu’un seul droit : celui de courber l’échine en se taisant !

Cf un article de Capital, pourtant pas une revue gauchiste, qui date un peu, mais qui n’a rien perdu de son acuité :

Les petits secrets d’Emmanuel Besnier, patron de Président, Bridel, Lactel? - Capital.fr

Du coup, j’ai fini par savoir pourquoi Lactalis est restée non cotée : les héritiers de l’affaire, parmi lesquels l’actuel "patron du lait", ont négocié avec le gouvernement Jospin un étalement du paiement des droits de succession pour éviter de devoir vendre des titres.

Hors ligne Hors ligne

 

#31 20/01/2018 14h10

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

stokes a écrit :

Les éleveurs qui vendent leur production à Lactalis  n"ont qu’un seul droit : celui de courber l’échine en se taisant !

J’aime assez ce genre de passages:

Les producteurs de lait n’ont toujours pas digéré le contrat que Besnier leur a soumis en avril. «Ce document regorge de clauses inacceptables : il nous impose un droit d’exclusivité et nous interdit toute forme de manifestation ou de grève», fulmine un agriculteur

Inacceptables.
Donc ils ne les ont pas acceptées, n’est-ce pas ?


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#32 20/01/2018 14h35

Banni
Réputation :   286  

On  comprend qu’ils avaient le choix entre accepter l’inacceptable et jeter leur lait à la rivière…..

Les producteurs laitiers les plus clairvoyants ont su sortir de l’emprise de leurs exploiteurs en se lançant dans la transformation, mais ce n’est encore qu’une minorité.

Sur le fond, il y a quand même un souci : un groupe oligopolistique qui maximise le profit de ses actionnaires, empoisonne nos bébés et ruine nos paysans !

Une enquête préliminaire pour « blessures involontaires », « mise en danger de la vie d’autrui », « tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine » et « inexécution d’une procédure de retrait ou de rappel d’un produit » préjudiciable à la santé a été ouverte et permettra de déterminer les responsabilités.

Pour autant, on se doute bien que les actionnaires de Lactalis ne seront pas mis sur la paille comme le sont leurs malheureux fournisseurs paysans, cela quelles que puissent être les amendes et les montants versés aux parties civiles.

La réponse à un scandale sanitaire de cette ampleur n’appelle qu’une réponse : l’expropriation immédiate des actionnaires de Lactalis à un prix fixé souverainement par l’Etat et la mise en place d’un tarif administratif du "lait paysan", à l’instar de ce qui existe déjà pour la production d’énergies renouvelables.

Hors ligne Hors ligne

 

#33 20/01/2018 15h22

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   521  

Les messages 30, 31 et 32 sont hors sujet.

Hors ligne Hors ligne

 

#34 20/01/2018 15h28

Banni
Réputation :   286  

Vous avez raison oui, mais peut-être serait-il possible d’élargir le titre de la discussion pour qu’il englobe l’ensemble de la problématique traitée par cette émission.

Message édité par l’équipe de modération (20/01/2018 16h03) :       On ne va pas changer le titre, et le sujet, d’une discussion, chaque fois que quelqu’un aura délibérément largement dévié hors du sujet…

Hors ligne Hors ligne

 

#35 21/01/2018 05h45

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030  

Geronimo a écrit :

Le prix A (91% de la production Sodiaal) est à 320€/1000L.
Mais je ne suis pas éleveur, donc j’avoue que débattre du prix du lait c’est pas mon domaine.

C’est variable:
Les prix du lait en ¤/1000L
Alors en ce moment ça remonte, ça doit suffire à couvrir le coût des éleveurs. Le problème c’est quand les cours sont en dessous du coût de production en France. Ce n’est bien sûr pas tenable à long terme.

Je n’ai toujours pas compris où allaient concrètement les 51 millions de bénéfices. 3,5 pour la partie de Sodiaal détenue par les éleveurs mais quid des 45 millions environ? Qui détient cette somme mise en report à nouveau? Si elle est convertie en actions Yoplait, elle doit générer des dividendes pour ses actionnaires donc les éleveurs non?
Ca reste très flou pour moi à la vue du reportage.

Par contre j’en retiens une chose:
Selon Cash, 100000 dollars NZD de pertes annuelles sont égales à 180000 €.
Produits laitiers : où va l?argent du beurre ? - Cash investigation (intégrale) - YouTube regarder à 1h42min30s, le passage dure 15 secondes smile
Donc si vous avez des dollars NZD allez vite les convertir chez France 2 et vous ferez une belle culbute !
J’aime beaucoup de magazine mais ce genre d’exemple montre qu’en effet ils ne sont pas économistes.

Dernière modification par kc44 (21/01/2018 05h46)

Hors ligne Hors ligne

 

#36 21/01/2018 07h48

Membre
Réputation :   30  

Il suffit d’être passé une fois entre les pattes d’un journaliste pour savoir que l’on ne vous y reprendra jamais plus.
Votre droit a correction quand il y a erreur en première page , apparaît en dernière page des semaines plus tard après avoir harceler le journaliste pendant des semaines.
La transformation de vos propos n’étant qu’un moindre mal par rapport au fait que quoi qu’il arrive c’est le journaliste qui a le dernier mot.
Un" lourd naliste " sans faute est un généraliste de tout et un spécialiste de rien qui est de gauche a plus de 90 pour cent et travail pour un patron de droite donc a priori un frustré.
Sa frustration est d’autant plus grande qu’il n’est que dans l’instant.
Pas de suivi des dossiers dans le temps , pas de prospectives d’avenir.
Il n’existe qu’a travers les autres, ce que disent les autres , ce que font les autres et il fait ce que font tous les intermédiaires , ils se croient plus importants que les producteurs.
Cordialement et désolé pour ceux qui font bien leur boulot .

Hors ligne Hors ligne

 

#37 21/01/2018 11h17

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   473  

M.erci Géronimo pour cet intéressant sujet et pour la clarté de vos explications (+1).

Géronimo a écrit :

Si Sodiaal vend ses parts dans Yoplait pour 500 M€, son compte de résultat ne fera apparaître aucun changement car la plus value a déjà été comptabilisée. Le report à nouveau ne bouge pas d’un pouce.
A l’actif, on passera les 500M€ d’immobilisation financière en Trésorerie.

Je comprends le principe, mais la partie en gras m’interpelle. Cette ligne de report à nouveau va bien disparaître un jour non? ELle ne va pas rester dans les comptes de la société des années durant après que la société ait concrétisé sa vente de Yoplait? Elle le supprime au fur et à mesure qu’elle consomme le cash empoché en trésorerie? Comment ca marche?


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #38 21/01/2018 12h45

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   190  

Le RAN pourra servir à distribuer des dividendes aux propriétaires de l’entreprise en cas de décision de ceux-ci ; en effet, ceux-ci peuvent décider de distribuer une part des bénéfices, ou plus que les bénéfices en "piochant" dans le RAN : son montant comptabilisé variera alors.
Il peut également "compenser" un exercice montrant un résultat négatif : le résultat sera imputé sur le RAN, lui-même constitué d’une part des bénéfices antérieurs, dès l’ouverture de l’exercice suivant.
L’emploi effectif (Yoplait, trésorerie, autre acquisition, charges, remboursement de dettes, …) des fonds que l’on aurait tendance à y associer n’a aucun impact sur le montant du RAN enregistré dans les comptes.

Dernière modification par wulfram (21/01/2018 12h45)

En ligne En ligne

 

#39 21/01/2018 13h37

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   473  

Il peut également "compenser" un exercice montrant un résultat négatif

Si vous avez des pertes, il faut bien du cash frais pour compenser les pertes et continuer à payer les charges non? Taper dans le RAN, je comprends que ca va marcher sur l’exercice comptable, mais sur le besoin concret de cash?

En plus si le RAN est un passif pour équilibrer les immobilisations financières comment peut on utiliser ledit passif pour éponger ses pertes?


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

#40 21/01/2018 15h20

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   521  

MisterVix a écrit :

M.erci Géronimo pour cet intéressant sujet et pour la clarté de vos explications (+1).

Géronimo a écrit :

Si Sodiaal vend ses parts dans Yoplait pour 500 M€, son compte de résultat ne fera apparaître aucun changement car la plus value a déjà été comptabilisée. Le report à nouveau ne bouge pas d’un pouce.
A l’actif, on passera les 500M€ d’immobilisation financière en Trésorerie.

Je comprends le principe, mais la partie en gras m’interpelle. Cette ligne de report à nouveau va bien disparaître un jour non?

Toutes choses égales par ailleurs, la ligne Report à nouveau (les Capitaux propres plus généralement) est réduite en cas d’exercice déficitaire, et augmentée en cas d’exercice bénéficiaire. Elle n’a aucune raison de "disparaître".

Elle est également réduite en cas de distribution de dividende.

ELle ne va pas rester dans les comptes de la société des années après que la société ait concrétisé sa vente de Yoplait?

La vente de Yoplait (si valorisé comme dans le bilan) ne changerait rien aux capitaux propres.
Par contre elle permettrait à Sodiaal de distribuer le montant de cette vente en dividende, puisqu’à l’actif Sodiaal détiendra alors du cash et non des parts de Yoplait (note : Sodiaal pourrait théoriquement directement distribuer ses parts dans Yoplait aux éleveurs, mais pour le coup ça n’aurait aucun sens). 

Si l’Assemblée Générale décide une telle distribution, alors oui les capitaux propres (le RAN) serait réduit.

Elle le supprime au fur et à mesure qu’elle consomme le cash empoché en trésorerie?

Pas forcément. Elle peut vendre Yoplait et empocher le cash, puis utiliser ce cash pour le distribuer… ou pour acheter un immeuble, des actions Apple, des stands de crêpes, un concurrent à l’étranger, etc.
Le cash est transformé en actif dans ces derniers cas (plus ou moins judicieux smile) ou est transféré aux actionnaires dans le cas de la distribution.

Si vous avez des pertes, il faut bien du cash frais pour compenser les pertes et continuer à payer les charges non?

Ca dépend, si les pertes sont purement comptables, vous n’avez aucun problème de cash.
Prenez l’exemple de l’amortissement d’un immeuble : vous achetez cash un immeuble que vous amortissez sur 25ans.
En année 0, vous avez une énorme sortie de cash égale au Prix de l’immeuble, mais une charge comptable de Prix de l’immeuble/25.
En année 1, vous avez zéro sortie de cash mais une charge comptable toujours de Prix de l’immeuble/25.

Taper dans le RAN, je comprends que ca va marcher sur l’exercice comptable, mais sur le besoin concret de cash?

Capitaux propres (dont RAN) et cash sont deux choses bien distinctes.

Surin a écrit :

Je n’ai toujours pas compris où allaient concrètement les 51 millions de bénéfices. 3,5 pour la partie de Sodiaal détenue par les éleveurs mais quid des 45 millions environ?

Sauf erreur de ma part, ces chiffres n’ont aucune base réelle.
Sodiaal a distribué aux éleveurs 17 M€ en 2016 au titre de l’exercice 2015, et 25M€ en 2017 au titre de l’exercice 2016. Ces distributions se font pour partie sous forme de remise sur le prix du lait et pour partie sous la forme de remise future sur le prix du lait.

Qui détient cette somme mise en report à nouveau?

La formulation est mauvaise. C’est des actifs que l’on détient.
Les éleveurs détiennent, au travers de Sodiaal, 49% de Yoplait, parts que l’on peut évaluer à 500M€ (j’ai pas le chiffre exact, je remets ce montant mais ça ne change bien sûr rien si en fait c’est 350M€).

Dernière modification par Geronimo (21/01/2018 15h31)

Hors ligne Hors ligne

 

#41 21/01/2018 15h38

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   381  

MisterVix a écrit :

Il peut également "compenser" un exercice montrant un résultat négatif

Si vous avez des pertes, il faut bien du cash frais pour compenser les pertes et continuer à payer les charges non? Taper dans le RAN, je comprends que ca va marcher sur l’exercice comptable, mais sur le besoin concret de cash?

En plus si le RAN est un passif pour équilibrer les immobilisations financières comment peut on utiliser ledit passif pour éponger ses pertes?

On ne peut pas faire un parallèle direct entre pertes (ou bénéfices) qu’on trouve au RAN et cash. Vous pouvez faire des pertes et être assis sur un monceau de cash. A l’inverse, vous pouvez faire des bénéfices monstrueux et être à découvert à la banque.

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "sodiaal et reportage cash investigation : confusion entre l'actif et le passif ?"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur