Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#26 03/03/2021 01h31

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Invest. Exotiques
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   603  

Une fois que vous avez dépassé un point mort par la croissance vous ne revenez pas en arrière ; donc oui le seuil de rentabilité est atteint.

L’emprunt obligataire est une convertible qui n’a pas vocation à être remboursée, et qui n’a d’ailleurs pas donné lieu à versement de cash mais à une contrepartie à l’actif en charges constatées d’avance (poste comptes de régul dans le bilan) ; ce poste diminue à mesure que l’enveloppe publicitaire est consommée, passant en charges dans le compte de résultat. La convertible est à retraiter en capitaux propres.

Hors ligne Hors ligne

 

#27 03/03/2021 16h08

Membre (2016)
Top 50 Réputation
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   417  

Merci Corran

pour résumer sur ce dossier :

- Le seul de rentabilité est atteint au S1…on ne revient pas en arrière…toutes choses égales par ailleurs (évolution des coûts fixes, du taux de marge commerciale et du CA).
- Obligataire : yes, bien noté
- Dettes (hors obligataire): y’en a et pas qu’un peu = 8,1M€ dont environ la moitié de PGE. Ça ne m’empêche pas de dormir (au regard du cash en face) mais je ne veux pas mettre ça sous le tapis.

Perso, mon instinct = la croissance est bien orientée, la société devrait devenir bénéficiaire cette année et avec un peu de bol, on verrai les ratios de valorisation converger vers ceux de VU par ex.

Hors ligne Hors ligne

 

#28 02/08/2021 10h11

Membre (2013)
Top 20 Réputation
Top 20 Actions/Bourse
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   1165  

Bonjour Carignan99,

nous partageons quelques valeurs en commun dont NETGEM qui a publié ses semestriels il y a quelques jours.
Qu’en pensez-vous ?

Merci.


Parrain Linxea . Yomoni . Boursorama . Vattenfall . Fortuneo . Total (105579483) . Binck . Igraal . eBuyClub . BLOG

En ligne En ligne

 

[+5]    #29 13/08/2021 18h06

Membre (2016)
Top 50 Réputation
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   417  

Introduction
Ce reporting comporte trois volets :
  1)    Aujourd’hui : mise à jour du PEA-PME
  2)    Aujourd’hui : liste des autres small caps françaises et Benelux, que j’ai en CTO BD
  3)    A venir : liste des small cap étrangères (surtout , que j’ai en CTO BD et IB

------------------------------------------------------------------------------------------------------

VOLET 1 : MAJ PEA-PME


Pour rappel, le PEA-PME s’inscrit dans un ensemble d’autres avoirs boursiers, détaillés ci-dessous (Pea-pme, CTO chez Bourse Direct et CTO chez IB) :



Les performances sont donc satisfaisantes. En 2021, le PEA-PME progresse de +26,9%, soit environ 5 points de plus que son benchmark.

Entre le dernier reporting et aujourd’hui, je n’ai procédé qu’à un seul mouvement : vente de Netgem (@Maxicool, ce point répondant à votre interrogation).
J’avais vendu deux mois avant la publication du S1 (à 1,16€ ; MV s/PRU de -2,5%). Ce sont les chiffres du T1 2020 qui m’ont décidé, avec certes une croissance de la marge brute mais -12% de CA. Je comprends bien le changement en cours : on favorise le CA récurrent (opérateur dans la TV/radio) et abandon de l’activité de vente de box. Tout ça est bel et bien mais il va falloir une sacré croissance du nombre d’abonnés pour compenser cet abandon. Et à posteriori, je m’interroge en voyant les résultats du S1: les amortissements dus aux équipements nécessaires à la croissance maintiennent le ROC en territoire largement négatif.

Sinon, la majorité des valeurs progressent bien en 2021 :




Pour les deux plus gros ’flops’ :

Verimatrix (MV 2021 = -51%) : gifle magistrale. Après un exercice 2020  en berne (CA -3% et un Ebitda qui se maintient peu ou prou), le S1 2021 est un peu mieux (tous les chiffres du S1 sont ici). Le CA progresse de +18% et la marge d’Ebitda de +5 pts (à 21,8%). MAIS ces chiffres ne sont dus qu’au programme de licences NFC. En parallèle, les ventes dans le secteur des ’logiciels’ (cœur de métier) se replient de -20%. Le CP précise que le CA 2021 devrait se situer ’au dessus de $90M’, soit une progression nulle par rapport à l’an dernier! Cela étant, le bilan reste super solide (en cash net positif, à environ 10% de la capitalisation) et le développement du CA récurrent semble prometteur. Enfin, le fonds One Equity Partners (29% du capital) pourrait être intéressé par une OPA? (c’est ce que je lis à droite et à gauche mais franchement, je ne sais pas dans quelle mesure ça relève d’un truc crédible ou d’un doux rêve).

Witbe (MV 2021 = -51%) : l’exercice 2020 a été catastrophique (CA -24%, Ebitda anéanti à à peine 1% du CA, -2,8M€ de pertes et un ratio D/CP qui bondit à 139%). Cela étant, il semblerait qu’une dynamique plus favorable soit de retour, avec une activité qui progresse de +32% au T1 2021, soit une peu plus vite qu’au T1 2020 (+26%). On verra bien…

Pour les deux meilleures progressions :

Savonnerie de Nyons (PV 2021 = +183%) : le fabricant de savon drômois a réalisé une magnifique année 2020, avec un CA en progression de +35%. Couplé à une sensible progression de la marge brute (+6 pts) et une grande maitrise des coûts, les taux de profitabilité et de rentabilité progressent fort (le taux d’Ebitda de +13 pts, à 31% et le taux de ROIC de +11 pts à 32%). La dette financière augmente de +0,2M (à 1M€) mais avec en face une trésorerie qui progresse de +0,7M (à 1.1M€). Même après prise en compte des 350k€ de dividendes (un rendement de 10% sur mon PRU!), le solde reste favorable. La société a annoncé avoir créé un petit département de R&D et poursuivre ses efforts en matière de recherche de marchés export. Il n’est pas dit que la croissance soi aussi soutenue cette année. Cela étant, le momentum est bon et la valeur reste relativement bon marché (Ev/ebitda de 7.3).

Invibes advertising (PV 2021 de +144%)  : après une année 2020 faiblarde (on devient exigeant : CA de seulement +20%) pour ce spécialiste de la publicité digitale, le CP pour les semestriels de 2021 annonce une progression organique de +143% par rapport à 2019! L’offre rencontre de façon manifeste un certain succès. En revanche, l’activité crame du cash, avec un FCF de plus en plus négatif (-1,2M€ en 2020). Logiquement, l’endettement progresse (passe à 33% des capitaux propres). Et en avril, la société a annoncé le succès d’une augmentation de capital par placement privé de 5 ME … à surveiller donc.

Conclusion générale :
Résultats satisfaisants. Les équilibres gains/pertes entre valeurs me confortent dans l’idée que je ne doit surtout pas être concentré sur 10-15 sociétés. Vu ma capacité à identifier de grosses bouses boursières et à m’y accrocher (j’ai connu des ’succès’ retentissants en la matière dans le passé. Par ex. Orchestra ou -pire- Adomos), il vaut mieux que je diversifie et que je m’en tienne pour une large part à du ’fire-and-forget’ (i.e. buy and hold). Je ferai moins de bêtises comme ça.
Sinon, j’ai un peu de cash disponible sur le PTF mais pas d’inspiration.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

VOLET 2 : autres small caps France et benelux


En plus du PEA-PME, je possède une centaine d’autres valeurs, sur deux CTO. Dont une trentaine de type ’small caps’. Je propose de les partager avec vous pour (éventuellement) un peu d’inspiration et/ou des critiques constructives.

Pour la France, peu de surprises. Vous retrouverez des descriptions et analyses très fouillées sur le forum pour la plupart (on les retrouve dans pas mal de PTF) :

MG International : une croissance qui s’accélère, des taux de profitabilité et de rentabilité qui progressent, une magnifique génération de cash, le tout pour des ratios de type ’value’ (P/CF de 5.7 et Ev/ebitda de 4.8). Que demande le peuple?

Mersen : spécialités électriques et des matériaux avancés. A beaucoup souffert en 2020 (à peine rentable) mais a fortement rebondi cette année. A publié au cours de l’été des perspectives encourageantes pour 2021. L’endettement reste maitrisé.

Vicat  : ce cimentier a réussi a dégager une petite croissance de son CA en 2020, en compensant l’activité en retrait en France avec ses activités à l’export. Le S1 2021 était bon, avec un CA en hausse de +16,5% et le RO et le RN qui doublent. Ça reste franchement value (P/CF et EV/Ebitda aux alentours de 5).

Akwel : l’équipementier automobile a très bien géré 2020 mais le CA du S1 2021 reste en retrait de celui de 2019. Cela étant, la dette financière est relativement faible (19,5% des capitaux propres à fin 2020) et le cash net représente 11% de sa capitalisation. Ça reste très franchement value (Ev/Ebitda et P/CF <4).

Gevelot: industriel qui intervient dans trois activités (extrusion à froid, pompes et mécanique). La société est toujours sous-valorisée et pleine de cash.

Kaufman et broad et ABC Arbitrage : deux valeurs de rendement que je conserve religieusement. Pour leurs dividendes (nécessaires sur le CTO) et parce qu’elles savent ce qu’elles font (en matière de métier).

Aquila  : une bien jolie avignonnaise, spécialiste de la sécurité et du gardiennage. Je l’ai traditionnellement eu pour ses dividendes et pour la croissance. Il n’y a plus de dividendes mais je garde pour sa croissance (S1 2021 : +25% vs S1 2019 ; et -6,8% vs S1 2020 mais l’an dernier était exceptionnel - effet Covid).

Assystem  : a fortement souffert en 2020, avec un repli du CA de -5,2%, un Ebitda divisé par deux et une perte nette de -2.2M. Ces résultats sont plombés par sa quote-part dans Exploeo (R&D externalisée). Cela étant, les activités sont repartis à la hausse, avec au S1 2021 un CA similaire à celui de 2019. Je conserve pour sa position de spécialiste dans l’ingénierie du nucléaire, secteur oh combien stratégique (et aussi essentiel pour la lutte contre le réchauffement climatique).

Samse : négoce en matériaux/outillage. L’activité est restée relativement stable en 2020, avec une sensible amélioration des marges. Le S1 2021 est en forte croissance et atteint un niveau record en matière de CA (930M€ vs 756M€ en 2019…). Cela étant, la pénurie de matières premières pourrait poser problème. A suivre. Ça reste très bon marché : P/CF de 4,6 et Ev/ebitda de 6,8. A noter : le fonds indépendance & expansion est rentré sur ce dossier en mai 2021.

--------------------------------------------------------

EDIT
J’ai complètement oublié d’inclure les valeurs Benelux, que voici :

Euronav : exploitant belge de pétroliers. L’idée était ici de partir sur l’hypothèse d’un déséquilibre prévisible (et favorable) entre l’offre (de tankers) et la demande (de pétrole), surtout post pandémie. Discussion fascinante à ce sujet ici : panorama du secteur du transport maritime de produits pétroliers.

Alfen : petite capitalisation néerlandaise, positionnée notamment sur les bornes de recharge pour les véhicules électriques. En forte croissance (+32% p/an sur 3 ans), rentable (ROIC de l’ordre de 20%) et avec peu de dettes (hors obligations locatives, le ratio D/CP est de l’ordre de 10%). Cash nette positive (environ

Holland colours : encore une batave de qualité, spécialisée dans la peinture. Croissance très lente mais avec des taux de profitabilité et de rentabilité (ROIC qui flirte maintenant avec les 20%) qui s’améliorent année après année. Au bilan, on trouve 0 dettes financières. Le tout pour un prix très correct (P/CF = 10,01 et EV/Ebitda de 8,7).

Nedap : dans nos sociétés où l’obsession du contrôle social se développe, l’offre de Nedap a de l’avenir… Le CA s’est tassé en 2020 mais le S1 2021 est reparti à la hausse (le plus élevé des cinq dernières années). Toujours sur les semestriels, on note que le CA récurrent continue de progresser (16.7% du CA en 2017, 27,4% en 2021 ; note : chiffres semestriels). Les taux de profitabilité et de rentabilité sont très corrects, l’endettement financier est nul, le FCF yield est d’environ 6%. Pour une société de cette qualité, je trouve les ratios de valorisation très raisonnables (notamment, Ev/Ebitda = 12.1).

Notes : la plupart des ratios/indicateurs financiers cités dans ce post sont issus de Morningstar, parfois des communiqués de presse des société (pour les semestriels). Pour les ratios d’endettement, je retraite aussi bien que je puisse les obligations locatives du montant des dettes fi.

--------------------------------------------------------

VOLET 3 : small caps hors France/Benelux (une vingtaine de valeurs US, allemandes, polonaises, italiennes, australiennes etc.)


A venir (en cours de rédaction).

Dernière modification par carignan99 (13/08/2021 18h39)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+4]    #30 22/08/2021 11h42

Membre (2016)
Top 50 Réputation
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   417  

Je continue mon point sur les petites capitalisations présentes dans mes CTO.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le contexte : après avoir mis en place un CTO/PEA-PME orientés France/Benelux (cf. posts précédents), j’ai voulu me diversifier dans des valeurs étrangères. A noter : via IB, je n’ai pas accès aux places nordiques (sauf si la valeur peut être achetée sur une autre place).

A cette fin, j’ai repéré environ 160 sociétés étrangères (hors France/Benelux) présentes dans des fonds que j’aime bien (ex. : Gay-Lussac, Berenberg, SEB, I&E etc.) mais aussi sur le forum, au gré de mes lectures (je préfère ne nommer personne, sinon je vais en oublier !).

Je les ai classées (scoring) sur plusieurs critères (croissance moyenne 3 ans, ROIC, D/CP, cash net/capitalisation, FCF/VE, P/CF et EV/Ebitda). Toutes ces données proviennent de Morningstar. Pour faire simple, je les aime bien 1) en croissance de 10-15%+, 2) ROIC de 15%+, 3) peu ou pas de dettes et cash net positif. Toutes ne remplissent bien entendu pas tous ces critères mais j’essaye de m’en approcher.

Finalement, j’en ai identifié une quarantaine qui semblaient les plus prometteuses, dont environ la moitié de petites capitalisations (objet de ce point d’étape de mes PTF).

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Je commence par l’Europe :

Ma préférée : Mo-BRUK SA (Pologne) : Découverte grâce à Doubletrouble. Acteur majeur (si ce n’est dominant) du recyclage/gestion (incinération etc.) des déchets en Pologne. Croissance forte depuis 2015, avec des taux de profitabilité/rentabilité en progression, jusqu’à devenir très élevés (2020 : ROIC de 50%, taux Ebitda 58%). Je me suis laissé entendre qu’il s’agissait d’un champion local de son secteur, dans un pays où beaucoup reste à faire en la matière. Le tout avec une forte génération de cash en 2020, 0 dette et à un prix très abordable (aux dernières nouvelles, Ev/Ebitda = 10.3). L’une de mes préférées, que j’ai surpondéré.

Gruppo Mutuionline SpA (Italie) : courtier en crédit et assurances. Une croissance régulière et rentable. Dans le fonds Berenberg European Small Cap. 

Draegerwerk AG & Co KGaA (Allemagne) : équipements de protection et médicaux (dont stations anesthésie, ventilateurs réa etc). Vivotait avant la Covid et a (sans surprises) réalisé un exercice 2020 exceptionnel. 2021 va bien entendu être moins brillant mais la Covid ne va pas s’envoler du jour au lendemain + je table sur un secteur qui devrait continuer de susciter de l’intérêt.

DocCheck AG (Allemagne) : spécialisée dans les activités de croissance dans le secteur médical (réseaux sociaux, e-commerce et prises de participations dans des startup).

Suess microtec (Allemagne) : découvert dans le PTF de Corran. Fournit des solutions pour l’industrie des semi-conducteurs (pas bien compris ce dont il s’agit). Un dossier très ‘GARP’, avec un bon exercice 2020.

Fabasoft AG (Autriche) : en plein dans la digitalisation des entreprises. Croissance soutenue, marges croissantes, belle rentabilité. On en trouve plusieurs mentions sur le forum.

Paradox Interactive (Suède) : jeux vidéo, découverte grâce à Doubletrouble (ce post). La croissance du S1 est moindre que celle constatée en 2020 (pic Covid) mais reste très dynamique vs le S1 2019. Dans le fonds SEB Nordic Small Cap.

Toya SA (Pologne) : fabrication/distribution d’outillages manuels et électriques. Presque 10 ans de croissance avec des marges toujours (peut varier) au rendez-vous.

LiveChat software (Pologne) : éditeur de logiciels qui vise à faciliter la communication entreprise-clients. A basculé en Saas en 2010. Pas de dette financière et de très (très) jolis taux de profitabilité et de rentabilité. Découverte en lisant un rapport du fonds Gay-Lussac Smicrocaps (qui s’est renforcé en juin 2021 ; source : rapport Gay-Lussac, juin 2021).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

A suivre : autres pays (surtout USA).

Dernière modification par carignan99 (22/08/2021 11h45)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #31 22/08/2021 13h53

Membre (2018)
Top 100 Réputation
Top 20 Expatriation
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   259  

Bonjour Carignan99

Carignan99 a écrit :

A noter : via IB, je n’ai pas accès aux places nordiques

Y a t’il une raison particulière? Normalement sur IB c’est un peu compliqué pour la Norvège, mais le Danemark, la Suède et même la Finlande ça passe.


“It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.” M.Twain

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+4]    #32 26/08/2021 19h09

Membre (2016)
Top 50 Réputation
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   417  

Je finis la présentations de mes small cap étrangères détenues en CTO. Ci-dessus, il y avait les valeurs France/Benelux/Europe. Le troisième (et dernier volet) = les valeurs US :
-
-

VALUE


Nautilus Inc (US) :
Fitness à domicile avec un CA qui a profité à plein de la Covid (+78% en 2020). Mais aussi probablement du PDG arrivé mi-2019 (Jim Barr), qui a notamment pour stratégie de dégager les offres à faibles marges / se concentrer sur celles à fortes marges + développer la digitalisation de l’offre. La croissance de 2020 était exceptionnelle (et devrait considérablement se tasser en 2021) mais j’ai été convaincu par la stratégie de la société (résumée ici par exemple). Ma thèse : une société en retournement, qui pourrait aller vers du Garp (note : ce n’est pas comparable à Peloton hein. Ça reste surtout un fournisseur d’équipements).

Smith & Wesson (US) :
Le fabricant du revolver de l’inspecteur Harry Callahan (modèle 29). Son CA a doublé l’an dernier (en partie du à un effet Covid ?), bilan sain, valeur pas chère (mais effet d’optique étant donnés les excellents résultats du dernier exercice). Il y a bien entendu des risques (notamment ceux inhérents au secteur = risques réglementaires) et c’est très cyclique mais j’achète ici une marque forte (qui était là hier et qui sera là demain), dans un secteur en croissance continue (+5,2% CAGR d’après la présentation ‘investisseurs’).
-
-

CROISSANCE PAS CHÈRE OU A PRIX RAISONNABLE


Superior group of companies (US) :
De la croissance cachée ? Découverte sur seekingalpha. En surface : une croissance du CA (+20,2% par an en moyenne entre 2016 et 2020), avec des performances et des équilibres financiers moyens (par ex. ROIC 13%, dans les 10% de marge d’Ebitda en moyenne, D/CP de 53%) ou pas supers (cash net assez franchement négatif). Mais quand on gratte deux minutes, on s’aperçoit qu’on a en fait trois business en un. Je ne prends en compte que 2016 à 2019 (pour éviter le biais du CA exceptionnel de 2020, dans le secteur santé ; source des données : mes calculs, d’après SEC filings) :
- Un premier, le traditionnel : uniformes pour les entreprises. CA +4,1% p/an, marge brute +5,5% p/an.
- Un second, centre d’appel (‘remote staffing’) : CA +20,8% p/an, marge brute +30,6% p/an.
- Un troisième, Bamko (produits/services promotionnels BtoB) : société acquise en 2016.  CA +56,9% p/an, marge brute +20,7% p/an.

On a donc un business historique à croissance devenue très lente et qui cède du terrain à deux autres, à croissance rapide (notamment Bamko, 11% du CA en 2016, 38% en 2020) ou plus franchement profitable (65% de marge brute pour l’unité ‘remote staffing’ vs environ 35% pour les deux autres). Avec un Ev/Ebitda de 10.7 en 2019, 8.6 en 2020 et 8.4 actuellement, je ne trouvais pas ça très cher.

NMI holdings :
assureur, en forte croissance, avec un joli FCF.

Johnson Outdoors (US):
Spécialiste des équipements pour les sports nautiques (pêche, plongée…). De la croissance lente mais rentable et pas trop chère. Assis sur par mal de cash (environ 18% de sa capitalisation…).

Malibu boats :
Bateaux de plaisance. Valeur découverte sur la file de Selden. Plus chère mais moins de dettes que Onewater Marine.

Onewater marine :
Bateaux de plaisance. Évoquée ici en substitut potentiel de Malibu boats parce multi-marques et bien moins chère. Cela étant, c’est aussi (beaucoup) plus endetté. Je ne suis pas arrivé à me décider (les deux sont tentantes) et ai tranché en achetant les deux!

Medifast:
Dans quelques portefeuilles du forum. Thématique porteuse (santé -perte de poids- et bien-être), forte croissance (confirmée au S1 2021), rentable, profitable, 0 dette financière (hors obligations locatives), FCF yield honorable (autour de 5%). Le tout pour un Ev/Ebitda de 11.9. Je ne trouvais pas ça très cher pour une croissance de bonne facture.

Irobot (US).
CA en croissance régulière depuis 7-8 ans, avec une offre/produits réputés (surtout robots aspirateurs) et innovante. Pas de dettes, rentable, profitable (les taux de marges varient selon les années), capable de générer des cash-flows très honorables. Pas le dossier du siècle mais ça m’inspirait confiance.

Franklin Wireless Corp (USA) : très risqué.
Cette société fournit des solutions de hotspot, routeurs et modems. Croissance explosive en 2020, avec une très forte génération de cash. Avec pour ainsi dire 0 dette financière, la société est assise sur un épais matelas de cash. Le tout pour un P/CF de 2.2 et EV/Ebitda de 1.1. Où est le bug ? Il y en a plusieurs : un rappel de produits par Verizon, une class action de la part d’actionnaires et un CA ultra concentré sur deux clients. On a donc là un ticket de loto, genre ‘couteau qui tombe’. Je sais bien qu’en essayant de rattraper un couteau qui tombe, on risque plus de se blesser que de gagner mais ça rattrapera mon retard en matière de paris (je ne joue pas au loto ni ne parie…).
-
-

CROISSANCE CHÈRE / TRÈS CHÈRE


PubMatic (USA):
Plateforme cloud pour la publicité digitale.  Découvert en flânant sur la file de Corran (ici). Un dossier de croissance : CA de +14,7% en 2019, +30,6% en 2020 et une guidance de +38 à +40% en 2021, avec un taux d’Ebitda autour de 30% (similaire à 2020). Source : rapport Q2. La génération de FCF est négative ou faiblarde, selon les années. Ce n’est pas donné (Ev/Ebitda 18.8 et P/CF de 29).

Onto innovation :
Secteur des semiconducteurs. Valeur découverte sur la file de Corran (ici). Belle croissance d’environ 30% par an (confirmée au S1 2021) et avec des marges et une rentabilité qui sont reparties à la hausse en 2020. 0 dette financière -hors obligations locatives). Ce n’est pas donné (Ev/Ebitda 18.5).

XPEL Inc :
Films protecteurs. On la trouve dans pas mal de portefeuilles du forum. Croissance soutenue (de l’ordre de +33% p/an), très peu de dettes financières, rentable et profitable … chère (8.9x le CA et Ev/Ebitda de 48).

OptimizeRx Corp :
Dans quelques portefeuilles du forum. Thème de la digitalisation du secteur de la santé. CA en forte croissance (confirmée au S1 2021), de l’ordre de +50% par an. Pas de dettes financières. Mais une profitabilité qui reste à prouver + c’est super cher (18x les ventes). On verra bien.

GrowGeneration Corp:
Fournitures pour les cultures hydroponiques – parfois mentionnée comme le ‘Home Depot’ pour le cannabis… On en parle ici et là sur le forum (ici). De la croissance explosive (+138% p/an sur trois ans), confirmée sur le S1 2021. A nuancer tout de même : la croissance est tirée par des acquisitions/ouvertures de magasins (dont les ventes p/magasin progressent néanmoins de +50 à +60% dans les trimestriels). Pas de dettes financières (hors obligations locatives). Crame du cash (FCF négatif). La boite est devenue profitable en 2019. C’est cher (5x le CA, Ev/ebitda de 52). Je ne sais pas si la croissance est soutenable (légalisation dans d’autres Etats ? expansion du parc commercial à bon compte ? développement de sa plateforme de e-commerce ?) ni si les marges peuvent continuer à progresser à des niveaux honorables. Cela étant, je me positionne dessus pour profiter du boom de cette industrie.
-
-

INCLASSABLE


Fulgent genetics (US):
On la trouve dans plusieurs portefeuilles du forum. Spécialiste des tests ADN, son CA a explosé en 2020 (x13, merci les tests Covid). Ici, il s’agit d’un pari : la Covid est loin d’être finie et les tests vont demeurer une part importante des stratégies nationales. Pendant ce temps, la société gagne des sous, qu’elle pourra réinvestir pour développer son cœur de métier (enfin c’est l’idée…). Les ratios de valorisation suggèrent une valeur ‘value’ mais ils sont complètement distordus par les performances (de nature très très exceptionnelles) de 2020.
-
-

---------------------------------------------------------------------------------------------------------
@Liberty84
De mémoire et quand je cherche à acheter (par exemple) une valeur suédoise, ça me dit ’souscrire’ et l’écran n’indique rien (pas de cours achat/vente, rien). Je n’ai pas gratté l’affaire (d’autres valeurs à acheter) mais j’ai compris qu’il fallait que je souscrive pour y accéder. Peut être est-ce souscrire aux infos de marché? Auquel cas on achète/vend à l’aveugle? (pas confort avec ça…).
Honnêtement, je n’ai pas plus gratté l’affaire que ça. Mais vous me mettez le doute et maintenant que j’ai finit mes achats US (cf. ci-dessus), je vais me pencher sur cette histoire. Peut être que je n’ai rien compris et que je n’ai pas besoin de souscrire à quoi que ce soit. Ce qui serait une bonne nouvelle (je pourrais alors faire mes emplettes).
-
-

---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Courte MAJ du portefeuille PEA-PME

J’avais un peu de cash et ai décidé :
1. de renforcer (un peu) Sergeferrari, pour les raisons exposées ici.
2. D’initier une ligne PCAS : convaincu par ce que j’ai lu sur la file idoine, par la présence long terme dans le fonds HMG et par l’entrée récente de Gay-Lussac (à 12,80€). PRU de 13,10€.

Dernière modification par carignan99 (26/08/2021 19h20)

Hors ligne Hors ligne

 

#33 26/08/2021 20h38

Membre (2018)
Top 100 Réputation
Top 20 Expatriation
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   259  

Bonjour Carignan99,

Si vous allez dans votre gestion de compte, Paramètres du Compte (Account Settings), et descendez dans la page, vous avez les différents produits auxquels vous avez accès. Si vous allez dans la catégorie Actions, vous avez la liste des marchés que vous souhaitez, et si les pays Scandinaves n’y sont pas, il vous suffit de cliquer sur Ajouter et cocher les marchés qui vous intéressent. Certains marchés peuvent être bloqués (par exemple il faut être résident indien pour accéder à ce marché) mais pour les Scandinaves ça devrait passer sans problème (pas besoin de souscrire à des infos de marché).



Il arrive qu’il y ait des bugs et que temporairement le cours et spread ne s’affichent pas. Mais si vous avez vérifié la place de cotation et que vous avez le cours (via Google, Yahoo, etc) vous pouvez tout de même placer votre ordre avec succès.

Pour se placer sur le cannabis, IIPR est bien aussi.

Dernière modification par Liberty84 (26/08/2021 20h48)


“It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.” M.Twain

Hors ligne Hors ligne

 

#34 27/08/2021 10h54

Membre (2020)
Réputation :   48  

Intéressant la ligne "Savonnerie de Nyons" que je découvre dans votre portefeuille. Je vais regarder car la société semble afficher une croissance rentable régulière depuis son IPO (y compris en 2020), notamment à l’international (60% du CA hors de France), et les ratios de valorisation me semblent bas pour une valeur de croissance. Le titre a déjà quasiment triplé depuis l’IPO en 2016 mais l’histoire n’est peut-être pas terminée car la société est encore très petite (4 M€ de CA en 2020 pour 1 M€ d’EBIT s’il-vous-plait et une situation financière très saine). En 2016, le CA étaient inférieur à 2 M€ et l’EBIT de 0,2 M€, de plus la société était en situation de dette financière nette positive.

Le dossier pourrait avoir de l’allure si la société arrivait à dépasser le seuil des 10 M€ de CA.

Interview récente du dirigeant : Erwan Allée Pdg La Savonnerie de Nyons : "Le savon ne connaît pas la crise" - La Bourse et la Vie TV L’information éco à valeur ajoutée

Dernière modification par levovitch1988 (27/08/2021 11h01)

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de carignan99"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur