Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+1]    #1 11/01/2012 11h34

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   150  

Pour info, le Figaro Magazine du 10 décembre 2011 en parle (auteur Pascal Grandmaison) , et cite des sociétés comme lulu.com, jepublie.com  thebookedition.com ou bod.fr , toutes permettant une conception directe et paramétrable de son ouvrage depuis un PC.


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 09/05/2012 17h13

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   307  

J’ai eu l’occasion de creuser un peu (beaucoup même…) plus en détail comment fonctionne une autoédition via lulu d’un point de vue financier. Je partage donc dans ce post.

Pour un livre de 260 pages, le cout de fabrication à l’unité est de 8.10 € HT pour l’auteur pour les ventes au détail et de 5.36 € HT pour les ventes en gros,  c’est-à-dire aux détaillants. (lulu considère que le cout de fabrication n’est pas le même dans les 2 cas ("imprimeurs différents" je cite…), avec un prétexte sur le cout de reliure alors qu’en pratique celle-ci semble être très similaire…

L’auteur choisit ensuite le prix de vente en gros de son livre et le prix de vente au détail (ce dernier étant nécessairement le double du prix de vente en gros). L’auteur est totalement libre sur la fixation de son prix, qui va ensuite conditionner sa marge.
Par exemple, il peut choisir un prix de vente au détail de 22.99 € TTC soit 21.49 € HT et donc de 10.75 € HT en vente en gros.

Sur une vente en gros (par exemple, passant par amazon), il reste à partager 10.75 - 5.36 = 5.39 € à 80%/20% entre l’auteur et lulu, soit il reste 80%*5.39 = 4.31 € pour l’auteur

Sur une vente au détail, via le site lulu, lulu laisse aussi 80% de la marge de distribution/détaillant à l’auteur. Il reste donc 80%*(21.49-8.10)= 10.71 € HT pour l’auteur.
Du pur  point de vue de la rémunération, l’auteur auto-édité a donc intérêt à diriger ses lecteurs sur le site lulu plutôt que sur Amazon…Inconvénient pour ses lecteurs, lulu n’offre pas les frais de port… L’auteur peut néanmoins jouer sur la remise (quoique limite avec la loi Lang car celà oblige à afficher une remise supérieure à 5%) pour les compenser.
L’auteur peut aussi faire le choix de faire une distribution exclusive lulu, le référencement sur Amazon étant facultatif.

Enfin, lulu propose des remises pour l’auteur s’il commande un nombre important d’ouvrages. Ainsi, l’auteur qui est prêt à prendre le risque d’un stock de 100 ouvrages peut recevoir chez lui 100 livres pour, dans cet exemple, un coût unitaire frais de port compris de 6.42 € HT/6.96 € TTC (au lieu de 8.10 € HT + frais de port s’il n’en commande qu’un seul)
S’il choisit de prendre le risque de ce stock, et d’assurer lui-même l’envoi de ses livres, il garde l’intégralité de la marge entre le prix de vente et ces 6.96 € TTC (moins les frais de port s’il les offre), et évite ainsi les 20% de frais en sus de lulu sur son bénéfice.
Je vous passe l’aspect fiscal sur ce dernier choix : en effet, les auteurs lulus semblent assimiler les rémunérations reversées directement par lulu à des droits d’auteur, mais dans ce le cas du stock revendu,  pour qui veut faire les choses bien c’est nécessairement autoentrepreneur ou micro…

Bref, quel que soit le cas/choix , on retrouve nettement plus que les 2 € environ qui reviendraient à l’auteur dans le cas d’un livre édité à compte d’éditeur (rapport entre 2* et 7* selon les cas exposés)…Toutefois, il sera naturellement très difficile de vendre autant d’exemplaires dans un cas d’autoédition que ce que pourrait faire un éditeur…

Je profite de ce post pour remercier au passage IH qui me répondait sur le post immédiatement précédent de cette file… Et qui m’a encouragé à penser qu’écrire un premier livre sur un domaine qui nous passionne n’était pas une tâche aussi insurmontable que ça…  si on est prêt à y consacrer un peu de temps !

Dernière modification par julien (09/05/2012 21h24)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 29/08/2012 16h04

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   307  

Nous évoquions, moi, comme le maître de les lieux dans la  file sur son livre  le fait que convertir un livre numérique d’un format pdf vers les formats des livres numériques (.epub, .mobi) pour liseuses et autres Kindle était fastidieux.

Maintenant que j’ai écoulé un nombre représentatif d’exemplaires de mon livre autoédité, je peux vous faire un premier retour d’expérience : je maintiens que c’est fastidieux. Néanmoins j’ai découvert que le jeu pouvait en valoir la chandelle, comme le montrent mes stats ci-dessous :

Site Autoediteur ou Ventes Directes    14%
                                       Amazon    19%
                    Total Version Papier    33%
   
                                               PDF    5%
                                        Kindle    24%
                                       Ibooks    36%
                                             Kobo    2%
                         Total numérique    67%
   
                                         Total    100%

Le livre étant auto-édité, je pense que les méthodes de promotions (principalement revue sur des blogs , promotion directe des sites de vente en ligne…) interfèrent peu. La politique de prix que j’ai choisie a en revanche pu jouer, car le prix de la version numérique a été établi à 9 € environ pour 21 € environ sur le livre papier, soit un peu + de 40% (L’idée étant qu’une vente de livre numérique génère à peu près le même revenu pour moi qu’une vente de livre papier). Mon but principal n’étant toutefois pas de faire une opération financière sur un livre comme nous en avons déjà parlé ici…

Je pense néanmoins que ces stats qui confirment un essor du livre numérique en France étaient intéressante à partager. Et vu la part ibooks + Kindle qui constitue à ma grande surprise 60% des ventes, la conversion, certes fastidieuse, était finalement utile à faire. Les acheteurs de livres numériques, ayant investi dans une liseuse, seraient-ils des acheteurs + compulsifs que les autres ? ou des prospects + qualifiés sinon ?

Même si personnellement, je pense que je préfèrerais toujours sentir les pages du papier, me détourner des écrans (déjà très présents dans mon quotidien professionnel) pour ressentir un vrai moment de détente, et collectionner l’objet dans ma bibliothèque quitte à le payer plus cher…
Et pour en rester au numérique, je trouve également un format pdf, reflet fidèle de la version papier, beaucoup plus sympathique en présentation qu’un epub/mobi (sûrement à cause du côté fastidieux de la création de ces derniers pour garder une mise en page correcte…)

Dernière modification par julien (29/08/2012 16h11)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #4 11/09/2017 16h43

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   307  

@Fructif.

Sur Construisez et gérez votre patrimoine avec succès, je l’ai en numérique sur ibooks, et Kobo en plus de Kindle.

ibooks représente 12% de mes ventes numériques, Kobo 10%. Tout le reste est en Kindle.

Sur Investir en bourse : styles gagnants, styles perdants, je ne l’ai mis qu’en Kobo en sus de Kindle.
Kobo représente 14% de mes ventes numériques. Tout le reste est en Kindle.

A noter que sur le Kobo, le comportement est similaire au Kindle : le rythme peut se réduire après la sortie, mais pas tant que ça. Alors que sur ibooks, une bonne partie des ventes étaient concentrées à la sortie du livre et sont nettement tombées après.

Bref, c’est quand même du vrai Pareto. Après il y a quand même quelques lecteurs potentiels qui ont un Kobo et pas un Kindle. A vous de voir si vous voulez aller quand même les chercher, car il est quand même plus aisé de passer d’un formatage Kindle à Kobo que d’un formatage papier à Kindle

PS : tant qu’à faire d’échanger des RExp, sur Createspace, êtes vous parvenu à faire sauter la retenue à la source de 30% en fournissant un identifiant fiscal américain ? (quand j’avais essayé, c’était nécessaire et pas si simple, je ne sais pas si c’est toujours le cas ?

Dernière modification par julien (11/09/2017 16h45)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 13/11/2017 13h09

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   622  

La réponse est … 2 !
- Createspace a 24H pour valider vos modifications (ils ont rarement mis moins dans les nombreux updates que j’ai fait depuis plus de 2 ans maintenant)
- Vous devez valider ce qu’ils ont validé. Donc un délai de latence supplémentaire.

C’est clairement pas pratique. L’interruption peut clairement casser la dynamique de vente.

A noter que cela ne fonctionne pas comme cela sur KDP Papier, mis il y a d’autres inconvénients. Ce qui fait que je n’ai pas passé le pas.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 14/11/2017 16h03

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   473  

Bonjour

En lisant cette file avec intérêt, je pense à un logiciel que j’utilise depuis peu et que je trouve très intéressant: SCRIVENER . Je voulais faire un petit retour pour ceux qui pourraient être intéressés, et éventuellement avoir vos retours.

Il s’agit d’un logiciel d’écriture, disponible sur Windows comme Mac.

Il s’agit évidement d’un traitement de texte, et bien sûr à ce niveau Word reste imbattable pour moi, un léger temps d’acclimatation est nécessaire.

Mais le plus c’est qu’il s’agit d’un logiciel de création. Il permet d’organiser son travail, et de multiples façons (on peut toutes les utiliser mais on peut aussi choisir celle qui vous correspond le mieux). Ainsi on peut mettre dans son travail de très nombreuses notes, des TAGS (To do, à relire, à réécrire, Terminé etc…), gérer des feuilles de brouillons, un système de plans extrêmement pratique (sous forme de liste ou de tableau visuel). Le chapitrage permet de réorganiser très aisément son plan, simplement en glissant les textes. On peut également gérer les notes de bas de page (le logiciel s’occupera tout seul ensuite de les mettre en bas de page ou en fin de volume, à votre guise).

Le système est multifenêtre, permettant une personnalisation relative de l’espace de travail.

Gestion aisée des médias, images/photos/graphiques, mais aussi tous types de medias.

Des tas de petites fonctionnalités que je trouve très pratiques même si pas indispensables (par exemple le logiciel intègre des modes plein écran pour écrire sans distraction, ou un mode de lecture vocale performant, je trouve que d’entendre son texte donne une relecture très différente).

Enfin, mais je n’ai pas (encore) testé cette fonctionnalité, le logiciel gère de multiples formats, du pdf à l’epub, bien évidement le format Kindle, ainsi que des formats spécifiques à l’impression papier etc… Les commentaires lus sur internet sont très positifs sur ce système qui semble donner satisfaction aux utilisateurs. Il permet donc d’exporter son texte vers le ou les formats dont on a besoin aujourd’hui.

Prix: 45 USD, après un essai gratuit de 30 jours d’utilisation vraie (pas 30 jours d’affilée, 30 jours d’usage du logiciel). Ca me semble correct.

Ils font beaucoup de bruit sur leur nouvelle appli ios. Pas testé, je ne vois pas l’intérêt.

Voilà, je n’ai pas l’expérience des auteurs qui interviennent sur cette file, alors je m’exprime avec prudence, mais je trouve que cet outil est pratique et fait le job.


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 18/11/2017 18h38

Membre
Réputation :   2  

Elle est bien cachée, ce qui est probablement volontaire car elle permet de se faire rembourser un produit dématérialisé, qu’on peut donc conserver… Il me semble que c’est lié à la législation française sur le droit de rétractation lors d’achats online.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 21/11/2017 14h26

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   307  

En gros, la dynamique des ventes sur Amazon, c’est : plus vous vendez, plus votre position dans les classements thématiques monte, plus vous êtes visible, et donc plus vous vendez…

La dynamique peut donc s’auto-entretenir. 24 heures de non-ventes peuvent vous faire sortir d’un top 3 de type "bourse" ou "immobilier", et là ça se connaît.

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #9 10/12/2017 15h02

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   622  

Julien,
Je rebondis ici sur la question que vous avez postée dans la file de votre dernier livre : "Combien de ventes pour être un best seller ?".
Je me suis aussi posé la question, mais il y a vraiment peu de données sur le sujet. D’autant plus que l’on est sur une niche.

Mais voilà quelques références (sources diverses):
- En 2016, le N°1, Guillaume Musso a vendu 1,8 millions de livre.
- En 2016, le N°20, Michael Connely a vendu 400K livres.
- Le tirage moyen (pas médian) est de 5000 livres.
- Le tirage médian (initial) est de 1200 en 2016 (prix moyen de 23€). Seul le tirage initial est connu de la BnF, et non les chiffres de retirage ou de réimpression à l’identique. Chiffres de 2012 : Plus d’un quart des livres sont tirés à moins de 300 exemplaires (28 %), plus de la moitié ont un tirage compris entre 301 et 5 000 exemplaires (51,4 %), et 20,6 % ont un tirage supérieur à 5 000 exemplaires, dont 0,2 %
seulement un tirage supérieur à 100 000 exemplaires.
- 750 000 références (!)
- 70 000 nouveaux livres ou nouvelles éditions.
- La BnF compte 13000 livres en autoédition en 2016 (sachant que beaucoup d’auteurs indépendants ne prennent pas d’ISBN)
- Le livre le plus vendu en 2016 "Harry Potter et l’enfant maudit" 800K exemplaires
- Le 30e livre le plus vendu 150K exemplaires
- Les 1000 titres les plus vendus font 20% du chiffres d’affaires du livre
- Les 10000 titres les plus vendus font 45% du chiffres d’affaires du livre
- Les titres "Sciences et techniques, médecine, gestion" c’est 1% des livres vendus
- Le revenu médian des 2500 écrivains affiliés à l’Agessa est de 9500€ pour la première année, il monte à 20K€ pour 10 ans d’affiliation. La médiane globale est autour de 15K€. Aussi, le seuil d’affiliation est de 8500€ par an. Sachant qu’un livre rapporte à peu près 2 euros à un auteur, il y a 2500 écrivains qui vendent plus de 4000 livres par an. (Ca n’inclue pas les traductions)
- La presse raporte que beaucoup de politiques de premier plan (Aubry, Raffarin, etc.), ne dépassent pas 1000 livres même si certains (Sarkozy etc.) dépassent largement les 50 000
- La presse semble relater comme best seller d’auto édition les livres qui dépassent les 10 000 exemplaires

Donc pour moi :
- Vendre plus de 500 livres est déjà une vraie réussite, on est au delà du cercle de ses proches qui achètent afin de faire plaisir
- Vendre plus de 1000 livres à 20€ en une année sur Amazon c’est, à peu près, 7K€ de revenus (bruts). Ça vous place dans les 3000 premiers auteurs en France ! (pour ça il faut cumuler l’ensemble de ses livres).
- 5000 C’est exceptionnel pour notre créneau.
- 10000 c’est un best seller, quelque soit le thème. Et beaucoup d’auteurs publiés rêveraient de ça.

Je viens de dépenser 5,4€ sur Edisat pour voir les ventes d’un de mes livres référence "Les placements de l’épargne à long terme", et il n’y a pas de données. J’ai l’impression qu’il n’y a aucunes données sur les livres qui nous intéressent. Dommage.

Dernière modification par Fructif (10/12/2017 16h11)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 11/12/2017 15h25

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   307  

@MisterVix.

Sur mes deux premiers (pas encore assez de retour à ce jour sur L’investissement immobilier locatif intelligent), les ventes ont été les plus fortes la première année. C’est assez significatif par rapport aux années suivantes

Schématiquement, entre la 2nde année et les années d’après, il y en a moins, mais c’est plutôt un plateau qu’une réelle décroissance. Le nombre de ventes / mois  baisse d’une année sur l’autre, mais assez légèrement, ,de l’ordre de 10%-15% par rapport à l’année précédente.

La non-fiction est sûrement avantagée par rapport à la fiction de ce côté là.

Dernière modification par julien (11/12/2017 15h26)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 30/03/2018 16h00

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2740  

Fanto a écrit :

Quel serait l’intérêt d’opter pour la redevance à 35% plutôt que 70% ?

Pour mémoire, Amazon impose la redevance à 35% (donc 65% de commission pour Amazon) si le prix de votre ebook dépasse les 10 €.

C’est une manière de forcer les éditeurs a casser leur prix et pour moi cela relève de l’abus de position dominante.

Pour prendre mon cas avec mon ebook sur les foncières cotées, que je vends 29,90 € en version PDF. Si je le mets à 29,90 € sur Kindle, Amazon se prend 19 € de commission ! Si le mets à 9,90 €, la commission d’Amazon est déjà plus raisonnable, autour de 3 €, mais dans ce cas je cannibalise les ventes PDF car le différentiel de prix entre les deux versions est trop élevé.

Du coup j’ai finalement abandonné complètement la vente via Amazon, même si je perds des ventes potentielles. Évidemment, une solution sera d’abaisser mon prix également sur la version PDF. Mais vu la thématique de niche et le volume des ventes, ça n’a pas de sens.

En bref, si vous souhaitez vendre sur Amazon Kindle, il faut caper le prix à 9,90 €. Donc il faut être sûr d’avoir un marché suffisamment grand ou sinon ne pas passer trop de temps sur le livre…

D’une manière générale, la commission d’apporteur d’affaire a toujours été autour de 10-15% dans de nombreux secteurs d’activités. Mais les gros acteurs internet utilisent leur position dominante pour prélever des commissions complètement exorbitantes.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 30/03/2018 17h57

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   307  

Pour dire d’une autre façon ce que dit IH.

- Jusqu’à 9.99 € vous avez 70 % de commission. Donc 7 € pour 10 € (en réalité un peu moins car il faut tenir compte de la TVA mais simplifions en omettant ce paramètre)
- Une fois passée la barre des 10 €, vous avez 35% de commission. Vous ne retrouvez donc pas votre commission avant d’avoir un prix de 20 € (20/0.35 = 7 €). A commission égale, vous n’avez pas intérêt à faire payer le lecteur plus cher. Donc d’un pur point de vue Kindle, on va dire qu’il y a une plage 10 € à 25 € ou il n’y a aucun intérêt à vous positionner… Et au delà de 25 € ça peut commencer à faire un prix perçu cher pour un livre numérique.

Mais si vous avez un livre papier en parallèle, ça complique encore le raisonnement ci-dessus. On ne peut pas raisonner comme si vous n’aviez qu’un livre Kindle, car vous devez évaluer en sus le taux de cannibalisation de vos ventes papier par le Kindle. Si votre livre a un prix autour de 20 €, avec un prix Kindle à 9.99 € vous n’êtes pas si loin d’une équivalence de votre commission sur les livres papiers (ma commission Kindle est d’environ 80% de ma commission papier en ce qui me concerne sur L’investissement immobilier locatif intelligent. Sur les 2 précédents, c’était l’inverse mais Createspace n’exsitait pas encore). Donc si des lecteurs qui vous auraient acheté la version papier se tournent vers le Kindle, ce n’est pas très grave. Surtout que vous gagnez potentiellement des lecteurs supplémentaires qui ne lisent que sur Kindle ou des curieux et l’ont acheté parce qu’ils étaient prêts à payer 10 € pour votre livre mais n’auraient pas été prêts à payer 20 € pour la version papier.

Mais si vous avez un livre positionné plus premium (exemple le livre d’IH sur les foncières cotées Investir dans l’immobilier depuis chez soi qui est à 35 € et de mémoire en couleurs), alors vendre du Kindle à 10 € va vous cannibaliser vos ventes papier. Ce qui peut conduite à choisir de laisser le livre papier en vente sur Amazon mais de se priver de Kindle et de proposer en parallèle une version numérique hors Amazon plus chère que 10 €, décision qu’a prise IH comme il l’explique ci-dessus…

Il faut tenir compte aussi du style du livre :
- En non fiction des Kindle à 9€ et quelques, ça se vend.
- En non-fiction, la norme c’est 2.99 € sur ce qui se vend. Le reste au-dessus de 10 € c’est vraiment des éditeurs qui le mettent pour dire on a une version numérique, mais ça fait peu de ventes.

@IH.
Pour moi, icile rôle d’Amazon s’apparente plutôt au rôle de distributeur et détaillant plutôt que d’apporteur d’affaires, non ?

Dernière modification par julien (30/03/2018 18h08)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 01/04/2018 10h57

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   622  

Julien (et les autres), suite à notre discussion, j’ai re regardé Createspace et KDP "Paper".

Il faut savoir que l’inconvénient majeur de KDP (lorsque j’avais regardé, il y a quelques mois) était qu’on ne pouvait pas faire d’achats "auteurs". Mais ce n’est plus le cas, et apparemment, en prime ils sont imprimés en Europe (Createspace les imprimes aux USA - un des rares objets que je connaisse avec un "made in USA"- d’où des délais, des coûts et des droits de douane).
En prime, sur KDP, le livre est toujours en vente pendant qu’on le met à jour et qu’il est vérifié. Enfin, ça permet d’avoir toutes les statistiques au même endroit.
Sinon, ce sont les mêmes coûts et les mêmes royalties.

Naturellement, KDP "Paper" est toujours en beta et il doit y avoir des limitations. Par ailleurs, KDP paye à 2 mois, et Createspace à 1 mois.

Il me paraît clair que KDP est plus approprié, et sera plus approprié (à titre personnel, je ne comprends pas pourquoi il n’ont pas juste amélioré Createspace - une société qu’ils ont racheté !)

Après, je n’ai pas de retour sur les éventuels problèmes liés au transfert d’un ouvrage Createspace vers KDP. J’hésite donc à faire le transfert dès maintenant.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 16/08/2018 13h08

Membre
Réputation :   44  

J’espère qu’il est permis d’être en désaccord avec les remarques sur l’orthographe.
Si quelqu’un se balade avec des vêtements tachés, sera-t-il remarqué uniquement par des aigris ?
Eh bien, les fautes lourdes me font le même effet, et c’est d’autant moins compréhensible vu l’existence de la fameuse case à cocher !
La réponse la plus fréquente, c’est le lapsus, la faute de frappe, etc. Elle est parfois en situation, bien sûr.
Mais quand quelqu’un, dans le même message, confond plusieurs fois l’infinitif ("er") et le participe passé ("é"), ou encore la troisième personne du verbe avoir "a" avec la préposition "à", on peut alors constater de graves lacunes, et aussi un manque de respect : la moindre erreur est rejetée par n’importe quel logiciel, et leur usage force donc les gens à faire un sans faute, ils n’ont pas le choix. Est-ce normal de ne pas en faire autant vis à vis des humains ?
Oh, j’imagine que cette remarque sera probablement mal accueillie, c’est la vie… Nous sommes là dans une problématique analogue à ce que l’on constate parfois pour l’argent gagné honnêtement : ceux qui n’en ont pas dénoncent vivement les "chanceux".
D’ailleurs, je suis justement beaucoup moins fortuné que pas mal d’entre vous ici, et vous ne m’avez jamais vu en éprouver le moindre dépit. Alors pourquoi cette "aigreur", vis à vis de l’un ou l’autre qui semble vous devancer dans un autre domaine que l’argent ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 09/11/2019 15h25

Membre
Réputation :   19  

Ça y est, mon livre est disponible !

Je les ai reçus et la qualité est top, je suis vraiment satisfait.

J’ai démarré la commercialisation hier et je suis déjà plutôt content, j’en ai vendu une dans la journée juste avec mon Instagram.

Je l’ai envoyé à six influenceurs, je vais ainsi pouvoir voir si ça m’aide à les vendre.

Pour ceux que ça intéresse il est disponible uniquement à l’adresse suivante: www.abinvest.net/boutique et les frais de ports sont offerts pour la semaine de lancement.

Je vous tiendrai au courant le plus honnêtement possible des ventes.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 18/11/2019 18h21

Membre
Réputation :   19  

Bonsoir à tous,

Comme convenu je vous livre les premiers retours,

En dix jours mes 200 copies ont trouvé preneur, j’ai donc du recommander en urgence :-)

Je suis très content du démarrage, j’ai encore trois influenceurs qui doivent parler du livre, je pense que ça va aussi booster les ventes.

J’en profite pour remercier les gens du forum qui m’ont fait confiance et qui en ont commandé une copie !

Ademos

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Discussions similaires à "ecrire un livre : éditeur, support papier ou ebook ?"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur