Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+1]    #1 09/09/2017 15h14

Membre
Réputation :   6  

Bonjour à tous,

Je suis tombé il y a peu sur cette courte vidéo qui interroge sur le fait de savoir si on vit dans une bulle et quelles conséquences cela peut avoir.



En résumé, vivre dans une bulle c’est avoir des connaissances du même milieu social et qui partagent les même opinions. Cela serait un danger pour la démocratie.

Et je me faisait une réflexion au niveau des investissements financiers pour tenter d’y voir un parallèle:
1- Est-ce que je vis dans une bulle? cela peut être: copier les investissements de proches ou d’investisseurs connus, avoir les mêmes sources d’informations…

2- Est-ce un danger pour mon portefeuille?
Cela peut conduire à un certain aveuglement préjudiciable à la performances des ses investissements.

De mon coté, même si mes achats d’actions sont en majorité dans le style daubasses, je ne m’interdit pas d’écouter les argument des investisseurs techniques.

Mots-clés : bulle, diversification, investissement

Hors ligne Hors ligne

 

#2 12/09/2017 10h57

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2740  

Pendant longtemps, j’ai lu le Monde Diplomatique pour élargir mon prisme économique, écologique ou sociétal.

Même si certains articles me hérissaient, d’autres étaient très intéressants dont une critique de La Révolte d’Atlas d’Ayn Rand (longtemps un de mes livres préférés) qui m’avait troublé.

Au final, cela a été une bien meilleure lecture que les mensuels Capital ou Management ou d’autres du même acabit, qui me distrayaient mais ressassaient toujours les mêmes choses et toujours avec le même point de vue.

J’aime bien aussi Courrier International, mais à choisir entre les deux, ce serait le Monde Diplomatique.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 12/09/2017 11h23

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   157  

Hello !

Au delà de l’investissement, j’ai réalisé récemment être dans une bulle sociale au travers de deux évènements : les élections américaines et le Brexit. A la lecture des articles et réactions sur les réseaux sociaux que je fréquente, il m’apparaissait hautement improbable que D. Trump soit élu, ou que la sortie du Royaume Uni de l’UE soit actée. On voit le résultat aujourd’hui !

L’effet de bulle est également grandement renforcé par les algorithmes actuel tendant à cibler le contenu proposé lors de la navigation sur internet. Un cercle vicieux en soit : un article vous intéresse, vous cliquez, Google/Facebook/autre le prend en compte, vous propose du contenu similaire, vous cliquez, et ainsi de suite…

J’en déduis que le risque est similaire dans le monde de l’investissement. Seul un regard critique ou une ouverture d’esprit vous permettra d’y échapper smile

A+
Sylvain


Be the change that you wish to see in the world

Hors ligne Hors ligne

 

#4 12/09/2017 12h04

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   252  

Remarque idem à l’InvestisseurHeureux concernant le Monde Diplomatique. Un autre journal que je lisais régulièrement, tout en ayant le poil encore plus hérissé, était  Alternatives Economiques. Extrêmement instructif.

C’est pourtant sociétalement plutôt mon bord politique naturel (85% de ma famille bosse ou a bossé pour l’Education Nationale), mais les réalités du monde de l’entreprise m’avait tourné vers le centre.

Hors ligne Hors ligne

 

#5 12/09/2017 14h20

Membre
Réputation :   16  

En ce qui me concerne, la lecture du "Capital au XXIeme siècle" de Thomas Picketty m’a quelque peu fait sortir de ma bulle…


Bogle: "you get what you don't pay for."

Hors ligne Hors ligne

 

[+2 / -1]    #6 12/09/2017 15h25

Banni
Réputation :   59  

Le plus simple pour sortir de sa bulle est de simplement écouter les petites gens qui nous entourent :
femme de ménage / stagiaire au bureau / nounous etc….
Par exemple mon malheur actuel est la difficulté que j’ai de trouver un logement familial ski au pied au 3 vallées pourtant hors vacances scolaires, j’en ai parlé au stagiaire qui me parle sans cesse de sport en l’imaginant fan de ski et ben non il n’a jamais skié de sa vie :-)
Ce genre de mise en perspective aide à relativiser et finalement se rendre compte qu’un autre domaine fera l’affaire.

Généralement ces personnes sont ravies que vous puissiez vous intéresser à eux et à leur quotidien, moi même ayant conservé de mes années en CPGE une passion pour l’œuvre de LEvy Strauss j’assouvi ainsi ma soif de découverte des autres.

Hors ligne Hors ligne

 

#7 12/09/2017 15h43

Membre
Réputation :   37  

whaoou Alexis 92  : les petites gens qui nous entourent…. ou encore : Généralement ces personnes sont ravies que vous puissiez vous intéresser à eux et à leur quotidien,

Soit vous faites de l’humour et c’est du 3eme degré minimum soit …je n’ose méme pas dire ce que je pense.

Hors ligne Hors ligne

 

#8 12/09/2017 15h43

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

@Alexis92: avez-vous fait exprès d’expliquer comment "sortir de sa bulle" en rédigeant un message emprunt de l’appartenance à cette même bulle ? Si c’est volontaire, l’effet de mise en abîme est saisissant… sinon…

Alexis92 a écrit :

les petites gens
(…)
un autre domaine fera l’affaire.
(…)
ces personnes sont ravies que vous puissiez vous intéresser à eux

Pour sortir de sa bulle, c’est facile: lire/écouter/rejeté des choses qui vous auriez rejeté sinon (du rap pour un adepte de classique, du Levy Strauss si vous êtes adepte de SF, et inversement bien sur)
Dans une moindre mesure, c’est ce que j’ai pratiqué sur les mangas: m’apercevant que je lisait toujours le même style, j’ai pris une résolution: lire le premier tome de toutes les séries disponibles en Magasin.
Plusieurs mois ont été nécessaires, mais j’ai pu découvrir de nombreux titres qui ne m’auraient jamais attiré sinon.

A pratiquer dans d’autres domaines, si on a du temps.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne En ligne

 

#9 12/09/2017 16h06

Membre
Réputation :   11  

C’est un sujet très intéressant…
Après il ne faut pas voir le côté péjoratif dans "bulle"

Car au sein même de cette communauté les bulles sont très différentes…. !

Je pense avoir été dans une bulle jusqu’à ce que je soit un jeune adulte. La JAPD fait vraiment se rendre compte des disparités qu’il peut exister dans une même génération.

Par la suite ce qui m’a le plus aidé, c’est les sports collectif, on rencontre vraiment des personnes de tout horizon, tenter de comprendre chaque point de vue et chaque "culture" est vraiment très intéressant.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 12/09/2017 20h12

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   307  

Pour ma part, j’ai des amis de toute classe sociale (un pote qui enchaine des intérims en métiers manuels, un aide soignant etc.) et de toute opinion politique (certains votent France Insoumise et on se doute que ce n’est pas mon cas).

Je peux être dans une bulle au niveau géographique (je n’ai pas de connaissance en grande banlieue parisienne par exemple).
Je m’efforce de ne pas trop me couper des réalités de mon pays. Par exemple, je vais parfois au marché dans le quartier "sensible" (tout est relatif) de la ville.

Par rapport aux 3 questions de la vidéo, je ne suis donc pas plus que ça dans une bulle.

Je pense que mon caractère INTJ, qui se fout des conventions sociales, aide à ne pas choisir ses amis uniquement en fonction de leur position sociale (comme beaucoup de me collègues ont quant à eux l’air de le faire)

Si vous voulez faire un test plus complet pour voir si vous vivez dans une bulle, il y en a un en bas de cette page

Pour ma part, dans celui-là aussi, j’y échappe..

Dernière modification par julien (12/09/2017 20h14)

Hors ligne Hors ligne

 

#11 12/09/2017 21h18

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   535  

[demi-HS, mais humoristique]

Pour vivre dans une bulle, il faut que celle-ci soit grosse. Or, il y a quelques semaines j’ai vu, à Londres, un individu capable de faire de telles bulles :
 


M07

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 12/09/2017 21h26

Membre
Réputation :   53  

Alexis92 a écrit :

Le plus simple pour sortir de sa bulle est de simplement écouter les petites gens qui nous entourent :
femme de ménage / stagiaire au bureau / nounous etc….

Généralement ces personnes sont ravies que vous puissiez vous intéresser à eux et à leur quotidien,

C’est drôle, en lisant votre message, votre pseudo me disait quelque chose. J’ai rapidement retrouvé ce fil.
Ancien post

Vous faites preuve d’un cynisme improbable. Heureusement pour vous, vous n’en avez pas conscience.
Désolé pour le HS.

Adrien

Hors ligne Hors ligne

 

#13 12/09/2017 22h37

Membre
Réputation :   81  

François Hollande m’a soufflé une idée :

Hors ligne Hors ligne

 

#14 13/09/2017 08h52

Membre
Réputation :   81  

Bonjour,

Faisant parti des "petites gens" je suis (très) loin d’être dans une bulle au sens ou Charles Murray l’entend. Finalement je suis tellement ouvert que je suis seul dans ma propre bulle…paradoxal.

Par contre il y en a un très bel exemple ici.Vous pouvez même consulter sa présentation et vous dire que finalement les gens dans leur bulle ne sont pas forcement les plus riches et hauts placés dans la société. 

J’ai préféré le test Américain ici: Do you live in a bubble? A quiz | PBS NewsHour

Bonne journée.


La règle n’est pas absolue, mais il semblerait que plus le niveau de scolarité de votre lecteur est élevé, plus ce dernier accorde de l’importance à l’orthographe. Le lecteur aurait tendance à mesurer l’intelligence de son interlocuteur à son mode d’expression. Méconnaître ce réflexe vous exclura.

Hors ligne Hors ligne

 

#15 13/09/2017 09h57

Banni
Réputation :   59  

Il est en tout cas intéressant de noter que pour beaucoup ici sortir de sa bulle consiste à lire la presse de gauche (alter eco, le diplo….) alller au marché….
Ils ne manquent plus que quelqu’un pour dire qu’il mange du quinoa bio du pérou et un autre pour dire qu’il aime regarder "j’irais dormir chez vous" en océanie et nous aurons coché toutes les cases du : " la connaissance de l’autre j’adore mais ne mélangeons pas les torchons et les serviettes".

PS : j’ai réservé aux saisies in fine ;-)

Dernière modification par Alexis92 (13/09/2017 09h59)

Hors ligne Hors ligne

 

#16 13/09/2017 10h45

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   183  

Au sens du test, je vis dans une bulle.

Qu’importe si je vivais à Créteil ou dans le 2ème arrondissement, qu’importe mon cercle proche, qu’importe mes convictions et comment je perçois mon environnement. Qu’importe ce que je fais de mon temps hors boulot. Qu’importe où vous passez vos vacances et avec qui, qu’importe ce que vous avez fait dans vos séjours à l’étranger (boulot ou études). C’est un peu limité comme définition. Vous êtes cadre du secteur privé à Paris, paf la bulle.

En l’occurrence, je m’étonne tous les jours de la reproduction sociale, de l’influence de l’environnement sur les gens, du conformisme, du manque globale de diversité intellectuelle (je me moque des diversités religieuses, ethniques, ou autres) des gens qui m’entourent.

Et c’est quand même très orienté bobo de gauche / bourgeois de droite contre pauvre petits ouvriers/prolétaires. Si on était aussi malhonnête que ceux qui font le test, on pourrait facilement retourner la chose en disant que la femme de ménage ne sort pas de sa bulle parce qu’elle ne parle pas à son employeur d’autre chose que de ménage et qu’elle ne fait pas ses courses au Bon Marché, ni ne va en vacances à Bali. Du grand n’’importe quoi.

Quant à l’idée de se faire mal pour sortir de sa bulle, en lisant des magazines opposés à ses idées / centres d’intérêts, ou en fréquentant des gens qui ont des convictions opposées, ou des centres d’intérêts incompatibles… Personnellement, j’ai eu l’obligation de le faire pendant 15 ans à l’école, pendant 5 ans dans les études, et encore maintenant au boulot, j’ai ma dose.

Pour ce qui concerne mon temps libre, je retourne dans ma bulle, et j’adore ça. Ça reste quoiqu’il en soit une part minoritaire de mon temps éveillé.

Avoir de la curiosité intellectuelle, oui, se forcer par hypocrisie, non.

Hors ligne Hors ligne

 

#17 13/09/2017 10h45

Membre
Réputation :   59  

LuxFuit a écrit :

Bonjour à tous,

Je suis tombé il y a peu sur cette courte vidéo qui interroge sur le fait de savoir si on vit dans une bulle et quelles conséquences cela peut avoir.



En résumé, vivre dans une bulle c’est avoir des connaissances du même milieu social et qui partagent les même opinions. Cela serait un danger pour la démocratie.

En écoutant les 3 questions, ma réponse est oui aux trois questions, je ne serais donc pas dans une bulle selon cette vidéo, peut-être que c’est plus difficile d’être dans une bulle quand on a été soi-même à plusieurs échelles sociales ou appartenu à plusieurs "milieux sociaux" (employé, ruiné, au chômage puis trader puis rentier), le fait d’avoir cotoyé régulièrement des plus pauvres ou à l’inverse bien plus riches que soi (qui ne gèrent pas forcément bien d’ailleurs, on s’en rend parfois compte avec le temps), cela permet de ne pas être dans une bulle et bien voir les différents étages et milieux sociaux.
Le fait aussi d’être un peu "marginal" (si on fait de la bourse son activité essentielle, on devient un marginal par rapport au reste de la société, si on est rentier idem, ce n’est pas la norme) fait aussi que c’est difficile d’être dans une bulle, car le contact avec les autres rappelle régulièrement que ce n’est pas comme ça pour tout le monde.
Votre passé aussi vous le rappelle, si vous n’êtes pas frappé d’amnésie ou d’Alzheimer.

Dernière modification par zetrader (13/09/2017 10h46)

Hors ligne Hors ligne

 

#18 13/09/2017 12h23

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   248  

J’ai mis des années à fabriquer ma bulle, est-ce si grave ?

Je m’y sens super bien. Je trouve très confortable de pouvoir maîtriser qui y entre, qui en sort, quand j’en sors moi même, le tout jamais - euh… rarement- lié à un quelconque statut social.

Plus grave : il m’arrive de me dire que moins j’en sais sur les autres et moins ils en savent sur moi, mieux  je me porte…

Sinon, décidément, j’aime beaucoup Julien.

Dernière modification par Range19 (13/09/2017 13h54)

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur