Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+8 / -1]    #1 27/06/2017 14h58

Membre (2010)
Top 20 Expatriation
Top 10 Vivre rentier
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Entreprendre
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Réputation :   583  

Un phénomène intéressant à observer se développe depuis 18 mois, en cas d’OPA: refus de certains minoritaires d’apporter leurs titres, et même, pour certains non actionnaires, achat au dessus du prix de l’OPA, dans l’espoir qu’une deuxième OPA plus généreuse, donc à prix plus élevé, soit lancée un an plus tard.
Cela se voit désormais non seulement chez les petits porteurs, mais aussi chez certains professionnels de la finance.

Cela ne se voyait guère dans le passé: les petits porteurs et les gérants de fonds apportaient massivement leurs titres à l’offre, car ils savaient qu’en général, le cours rebaissait après la clôture de l’OPA et la liquidité devenait anémique. Seule exception parfois: un institutionnel détenant plus de 5% du capital n’apportait pas en cas d’OPR qui est annoncé comme prélude à un RO, car avec ses 5% il pouvait bloquer le retrait obligatoire (RO) et donc forcer l’actionnaire majoritaire à relever son prix.

Maintenant c’est l’inverse dans la majorité des cas:
Quand un non actionnaire apprend qu’il y a OPA sur l’action X à un prix P, il se précipite pour acheter en bourse même à un cours supérieur à P (pourquoi n’a-t-il pas acheté quelques jous plus tôt, quand le cours était bien plus bas, si réellement X est intéressante à ce point?),  car il est convaincu que la vraie valeur de X est TRES supérieure à P (sur la base d’une évaluation souvent peu fiable, car comme on sait qu’on veut aboutir à un prix plus élevé que P, on prend consciemment ou inconsciemment les hypothèses de départ en conséquence) et donc qu’il y aura plus tard une nouvelle offre à prix plus élevé.

Attention aux déceptions qui vont s’ensuivre.

Pour une histoire qui se termine bien comme Cegid, où les acquéreurs du bloc de contrôle ont effectivement lancé une nouvelle offre à prix augmenté, il y a eu et il y aura des histoires moins triomphantes où le cours rebaisse durablement après la pemière offre et la liquidité se réduit. Et aucune nouvelle offre n’est lancée de sitôt. Exemple: Maurel et Prom. On se retrouve alors en moins-vale latente un titre, et on est réduit à parier, non pas sur une nouvelle offre qui ne se produira peut-être jamais, mais sur une forte hausse des prix du pétrole; bref sur un tout autre pari que celui qu’on pensait faire au début.

Ou encore Gaumont, dont l’OPA vient de s’achèver. Ayant vendu ses parts dans des chaines de cinéma rentables, cette société conserve certes des actifs (notamment le catalogue de films) qui pourraient peut-être se vendre à prix élevé un jour (mais seront-ils mis en vente?) mais qui en attendant rapportent trop peu depuis des années.

Et même s’ils se mettent à rapporter davantage dans le futur, les minoritaires auront-ils le cash résultant, par exemple avec un dividende annuel en forte hausse? Ce n’est pas certain:
La famille Seydoux a sans doute lancé l’actuelle OPA pour désintéresser deux gros minoritaires, qui viennent en effet de sortir. Quelle motivation aura-telle pour lancer une deuxième OPA/OPR/RO? Et même si elle lance une OPR/RO, rien ne dira que ce ne sera pas à 75€, le prix de la première OPA et pas davantage.

Psychologiquement, certains petits porteurs se disent que si le majoritaire offre 75€, c’est que certainement l’action en vaut beaucoup plus. Mais ce n’est hélas ce n’est pas toujours vrai.
Et en poussant ce raisonnement jusqu’au bout, on arrive à une situation absurde où on ne vendra jamais une action en bourse, puisque pour vendre il faut un acheteur et que cet acheteur achète parce qu’il pense que le cours va monter. Donc il ne faut pas lui vendre …

Sans compter un autre point: nous sommes dans un haut de cycle, comme le montre le nombre anormalement élevé d’OPA/OPR depuis début 2017. Le même phénomène s’était d’ailleurs produit en S1 2007, il y a exactement dix ans. On connait la suite, avec une forte baisse des cours …

Bref, garder ses actions et ne pas les apporter à l’offre est une démarche qui doit être mûrement réfléchie et rester exceptionnelle, et ne pas devenir une démarche systématique.

Dernière modification par parisien (27/06/2017 15h02)

Mots-clés : gaumont, maurel et prom, nouvelle offre, opa

Hors ligne Hors ligne

 

#2 27/06/2017 15h34

Banni
Réputation :   283  

Je suis plutôt d’accord avec cette analyse.

En revanche, je pense qu’il est intéressant et en fin de compte peu risqué d’acheter des titres pour lesquels une OPA a été annoncée mais qui cotent en dessous du prix d’offre : la différence rémunère le risque de  non réalisation de l’OPA suite à un véto des autorités de la concurrence et le temps passé avant le paiement effectif.

Les refus des autorités de la concurrence sont assez rares et concernent plutôt les grosses opérations, rarement les offres sur des entreprises de taille moyenne.

Cerise sur le gâteau, cela permet de profiter pleinement d’une éventuelle contre-offre à un niveau supérieur.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #3 27/06/2017 15h42

Membre (2013)
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 20 Monétaire
Top 10 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 10 SIIC/REIT
Réputation :   536  

Je dois bien avouer qu’il m’arrive de me croire "plus malin" (et aussi de m’en mordre les doigts), mais je suis aussi plutôt d’accord avec ça.

Stokes: Le problème est que la différence à gagner est généralement en fonction de l’incertitude. Plus il est sûr que ça va se faire, moins cette différence est en général importante.

Hors ligne Hors ligne

 

#4 27/06/2017 16h06

Membre (2015)
Top 20 SCPI/OPCI
Réputation :   118  

@parisien:

C’est tout à fait juste ! Je me suis fait la même réflexion récemment en voyant la réaction de certains suite à l’OPA sur ETAM.

Surtout pour les petites valeurs, où le flottant se réduit à la portion congrue suite à une OPA, ne pas apporter ses titres ou vendre fait prendre le risque de rester sur un marché "mort": Dans ce cas, la valeur a de forte chance de baisser à terme, n’intéressant plus aucun investisseur institutionnel.

Il ne faut pas oublier que ce sont les gros (les zinzins) qui anime un marché, et les petits porteurs ne sont que des "suiveurs". Et, l’arrogance ou tout autre effet d’humeur n’a jamais payée en bourse et cela relève plus de la spéculation que de l’investissement raisonné.

@stokes:
S’il est possible de gagner (un peu) avec cette technique, cela reste un événement exceptionnel. Dans la majorité des cas, le cours s’aligne rapidement sur la valeur d’OPA laissant aucun espoir de gain au petit porteur. Le marché reste relativement efficient de ce point de vue.

Dans tous les cas, cela ne me semble pas intéressant, en ce sens qu’il s’agit tellement d’un épi-phénomène qu’il est impossible de baser sa stratégie d’investissement là-dessus.

Dernière modification par WhiteTiger (27/06/2017 16h12)


“The pessimist complains about the wind; the optimist expects it to change; the realist adjusts the sails.” W.A Ward

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+5 / -2]    #5 27/06/2017 16h08

Banni
Réputation :   184  

Sur le fonds, je vous rejoins, c’est une tendance depuis quelques temps du fait de l’argent pas cher.
Et il faut toujours être prudent sur les tendances : ne pas suivre les foules aveuglément.

Ensuite, sur le reste vous avez pratiquement tout faux, malgré vos connaissances maintes fois démontrées. A moins que vous le fassiez exprès pour attiser la polémique ?

=> C’est le risque des forums, où tout à chacun peut se dire expert. Et si on ne le contredit pas, ses propos passent pour parole d’Evangile.

Vous parlez d’OPA. Certes. Mais vous confondez les termes.

Dans tous les cas où il n’y a clairement pas d’OPA annoncée suivie d’une OPR (voire OPRO), les données sont complétements différentes. Et vous semblez - faussement ? - l’ignorer.

Vous savez éperdument qu’une OPA ou une OPRA est validé par l’AMF dans des conditions moins strictes dès lors qu’elle n’a pas un caractère d’expropriation des actionnaires, dans le sens obligatoire. C’est pour cela que lors d’offres sans sortie obligatoire (et donc expropriation) de la cotation de titres d’un marché boursier, les primes peuvent parfois être relativement faibles. Et cela se comprend : l’actionnaire majoritaire essaie de récupérer des titres à un prix qu’il sait lui-même sous-estimé. Libre à l’actionnaire minoritaire d’apporter alors ses titres à l’offre ou pas. Et de se demander : pourquoi apporter mes titres, alors que l’actionnaire majoritaire n’apporte pas (dans le cas d’une OPRA) et que le titre va continuer sa vie boursière ?

(il y a les exceptions liées aux tailles de positions, comme c’est le cas pour Gaumont et la participation de Bolloré et Dassault qui voient en l’OPRA un moyen de monétiser leurs participations. Ce qui n’est pas forcément possible si le marché est peu liquide au vu des montants. Mais là, c’est un autre monde que le notre avec nos milliers d’euros, voire petits millions pour les plus gros d’entre nous)

Si l’offre était inattaquable quant à son prix, l’initiateur de l’offre ferait immédiatement une offre suivie d’une OPR ("R" pour "retrait" ici). Typiquement ce qu’il s’est passé récemment sur LNC (rappel : une offre non obligatoire à 35 EUR et des rachats récents de Moïse Mitterrand à plus de 40 EUR pour un cours actuel à 44,50 EUR) avec une offre non suivie d’une OPR, idem pour CEGID que vous citez à contre-exemple ou encore Fimalac avec une OPAS à 101 EUR en 2016, et donc non obligatoire, suivie d’une nouvelle OPAS à 131 EUR une année plus tard. Bref, les exemples profitables aux minoritaires en plusieurs étapes lors d’offres sur des titres type Rachats (et non, encore une fois, en cas "d’OPA") sont légions.

Les plus anciens boursicoteurs doivent se rappeler de la société eFront qui avait initié une offre de Rachats (et non OPA…), comme pour Gaumont (tiens…), à 6 EUR. Et quelques mois plus tard, ô surprise, l’actionnaire majoritaire a offert une porte de sortie aux minoritaires via une OPAS suivie d’une OPR à 18 EUR. C’est un cas d’école.

L’AMF est en effet beaucoup plus vigilante sur les offres "obligatoires". Et les experts "indépendants" travaillent avec des primes supérieures sur les offres à caractère obligatoires.

parisien a écrit :

Ou encore Gaumont, dont l’OPA vient de s’achèver. Ayant vendu ses parts dans des chaines de cinéma rentables, cette société conserve certes des actifs (notamment le catalogue de films) qui pourraient peut-être se vendre à prix élevé un jour (mais seront-ils mis en vente?) mais qui en attendant rapportent trop peu depuis des années.

Totalement faux.
La société a proposé une OPRA (= Offre Publique de Rachat d’Actions, notez bien le "r" qui a une importance primordiale puisqu’il transforme une OPA en une opération beaucoup plus souple) pour racheter un maximum de titres, et pour ensuite les annuler au profit des actionnaires restants. Vous semblez parler d’une opération que vous ne connaissez pas ou bien vous ne maîtrisez pas les termes techniques.

Ou alors, est-ce une tentative de votre part de manipuler le cours en espérant le faire chuter et vous servir à bon compte comme vous avez tenté de le démontrer récemment ? Tentative pour récupérer des titres moins chers ?

---
Je n’interviendrai plus sur cette file estimant que c’est déjà donner beaucoup de mon temps pour vous donner une réponse sur un sujet que vous tentez de rendre faussement polémique, et en plus criblé d’erreurs.

Pour que vous compreniez bien que dans le cas de Gaumont il s’agit d’une OPRA et non d’une OPA, je me permets de vous joindre le document officiel (pourtant déjà disponible, et sur le site de la société, et sur le sujet éponyme) : Note d’information AMF sur l’Offre Publique de Rachats d’Actions
---

Partagez et proposez des idées d’investissements, la communauté en a toujours profité.

Dernière modification par FranckInvestor (27/06/2017 16h44)

Hors ligne Hors ligne

 

#6 27/06/2017 16h21

Membre (2014)
Réputation :   102  

FrankInvestor a écrit :

Typiquement ce qu’il s’est passé récemment sur LNC (rappel : une offre non obligatoire à 35 EUR et des rachats récents de Moïse Mitterrand à 40 EUR pour un cours actuel à ) avec une offre non suivie d’une OPR

Petite précision sur  LNC : les derniers rachats de Moïse Mitterrand se sont faits à 44,6 euros et non pas 40 euros pour une OPAS initiale à 35 euros. Soit +34% en 9 mois avec un dividende inclu de 2,5 euros…

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par etzanas (27/06/2017 16h51)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 27/06/2017 17h00

Membre (2012)
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   307  

Hello,

OPRA: on n’est pas obligé d’apporter. Le montant de l’opra donne souvent un plancher pour la valeur de l’entreprise. Après comme pour tout investissement, il faut bien analyser l’entreprise pour essayer d’estimer sa valeur. On peut aussi regarder l’historiques des dirigeants pour savoir si ils sont bons ou non en allocation de capital.

Dans le cadre d’une OPRA, il y a souvent l’engagement de ne pas faire une OPR pendant un an.

OPR: on est obligé d’apporter.

En général, je trouve que c’est un signe intéressant lorsqu’une entreprise essaie de racheter des actions.

Cheers

Jeremy

Hors ligne Hors ligne

 

#8 27/06/2017 17h13

Membre (2012)
Top 20 Crypto-actifs
Réputation :   139  

En général, j’apporte au minimum le nombre de titres correspondants à mon prix d’achat initial. Ainsi je ne perd rien de ma mise de départ, peu continuer à profiter des dividendes et attendre serein une éventuelle nouvelle offre.


Parrain Crypto.com aswk9j6a22,  Ebuyclub, Vivid, AFER, traderepublic, MAX, Fortunéo, Bourso,  Linxea, BUX orange bk……

Hors ligne Hors ligne

 

[+2 / -1]    #9 27/06/2017 17h14

Membre (2010)
Top 20 Expatriation
Top 10 Vivre rentier
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Entreprendre
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Réputation :   583  

@FranckInvestor: Vous m’avez fait bien rire:  L’incompétent que vous êtes qui accuse les autres de l’être!

Certaines de vos interventions passées sur ce forum contiennent des erreurs d’analyse, de raisonnement et parfois de simple calcul, étonnant d’ailleurs de la part d’un des auteurs des Daubasses (vous l’êtes bien?) .
Comme par exemple sur Foncière Volta, peu intéressante (car ne décote pas par rapport à sa fille SCBSM, qui elle est bien plus liquide) et assez dangereuse car justement très peu liquide.
Je m’étais néanmoins t.u ces fois-là, par courtoisie et par vague respect pour les Daubasses, dont on me dit  du bien régulièrement, même si je n’ai pas d’opinion sur eux n’ayant jamais été abonné.

Et même quand vous étiez intervenu pour aller dans le même sens que moi, comme par ex. sur le titre hongkongais Emperor International Holdings, on voyait bien que vous n’aviez fait qu’une analyse superficielle, en lisant pour l’essentiel la présentation powerpoint des résultats annuels, sans voir les réels facteurs de risque (mais qui heureusement pour le moment sont compensés par l’énorme décote du cours sur ANR - mais ce ne sera pas toujours le cas, si le cours monte encore, ou si ces risques se matérialisent davantage).

Sur le fond, j’ai l’impression que vous ne supportez pas les sceptiques qui ne vont pas dans votre sens toujours très optimiste sur la valeur future des actions qui vous intéressent, d’où les insultes.

Sur Gaumont par exemple, je n’ai pas la moindre idée si le cours va monter ou baisser dans les prochains mois, car cela va dépendre entre autres de la spéculation qui persistera ou se dégonflera. Il est très difficile (je parle en général, et pas uniquement de Gaumont) de dire combien vaut une action qui a un ANR de 100 mais une rentabilité insuffisante au regard de cet ANR. Si une deuxième offre est lancée, on a des chances de se rapprocher de l’ANR. Sinon, le cours risque fort de végéter et de baisser, car alors la bourse va surtout voir la rentabilité insuffisante (et ce, jusqu’à ce que cette rentabilité augmente enfin ou qu’il y ait une offre lancée).

Autre point qui semble beaucoup vous titiller: rassurez vous, je connais bien toutes subtilités des divers types d’offres et n’ai utilisé le terme OPA que dans un sens générique car tout le monde le connait et pas dans le sens juridique précis. J’ai même plus souvent (relisez mon post ci-dessus) préféré utiliser le terme encore plus générique d’"offre".
Sans vouloir me vanter, j’ai réussi à deux reprises à faire modifier le prix d’un OPR/RO en intervenant auprès de l’AMF (sans me contenter comme vous d’envoyer des courriers qui finissent dans un tiroir) et le nom de ma société patrimoniale figure même dans une décison de l’AMF relative à une OPR/RO.

Dernier point: vous m’accusez de vouloir manipuler le cours de Gaumont, pour pouvoir acheter moins cher. Bigre, l’incompétent FranckInvestor a quand même réussi à deviner mes pensées profondes …
Redevenons sérieux: dans le fil consacré sur ce forum à Gaumont, il est rappelé que le gérant vedette de HMG Finance (fonds Découvertes) s’est positionné sur cette valeur, pariant sur une nouvelle offre plus élevée. Le titre va donc rester suffisammant liquide pour qu’il ne soit pas manipulable par un simple particulier comme moi. Dans le cas improbable où je ferai baisser le cours à moi tout seul, un gérant comme celui de HMG Finance (sauf bien sûr s’il a changé d’avis sur Gaumont) va acheter, empêchant le cours de baisser fortement.

Cette accussation ridicule montre que vous ne savez pas raisonner et que vous ne supportez pas la moindre contradiction au sujet d’une action que vous avez acheté.
Bref, le même type de réaction que les groupies de l’IF du temps de leur (fausse) splendeur, y compris en distribuant des -1 à tout va comme vous l’avez fait, ce dont d’ailleurs je me moque éperdument.

Jeyfox a écrit :

OPR: on est obligé d’apporter.

Attention de bien vérifier, avant d’écrire. On n’est nullement obligé d’apporter ses titres à une OPR et d’ailleurs beaucoup ne le font pas.

C’est seulement si l’OPR est suivie d’un RO (Retrait Obligatoire, ce qui suppose entre autres que l’initiateur du RO a atteint le seuil de 95% du capital à la fin de l’OPR) que l’on est obligé d’apporter ses titres au RO.

Seul le RO est donc "obligatoire". Et même là, en théorie, un actionnaire peut s’y opposer en déposant un recours devant les tribunaux sur le visa accordé par l’AMF. C’est assez théorique et c’est rarement fait, car on a vu des tribunaux retoquer une OPR, mais on n’a encore jamais vu des tribunaux français retoquer un RO qui suit une OPR qui s’est déroulée normalement. Mais ça pourrait arriver un jour.

Rajout à 20h51:
Le dénommé FrankInvestor vient de me mettre un deuxième -1, ce dont je m’en moque, avec le commentaire suivant reproduit in extenso qui montre le niveau du personnage: insultant, vulgaire, en plus d’être incompétent, alors que je ne m’étais même pas adressé à lui au début de cette file ni attaqué.

A vous de juger:

FrankInvestor a écrit :

Vous digérez mal votre leçon du jour
Je vous croyais "grand".. vs êtes en fait sur 1 niche: celle des petites bites. 1 petite bite frustrée et jalouse. Ma réussite, ma transparence ou peut être mon physique? Ou?
Il n’y a ke ça pr expliquer vos propos faux/injurieux.
Dernier conseil: restez anonyme. "Ds la vraie vie" vs fermeriez + svt votre gde gueule parce que là, oui, elle est grande!

Je vous plains, FrankInvestor.

Dernière modification par parisien (27/06/2017 20h52)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 27/06/2017 19h27

Membre (2017)
Réputation :   5  

C’est bien ces débats un peu "étoffés"; ça ajoute de l’ambiance sur un forum smile. Je ne suis pas sur le forum depuis longtemps mais j’ai l’impression qu’il y a des petits sous-groupes sympathiques d’ambianceurs. Du coup, ça donne toujours envie de lire les posts autour de "parisien" qui me rappelle toujours l’excellente pub pour le journal éponyme tout en me formant. Je me demandais si le choix de votre pseudo y était lié d’ailleurs smile.

Plus sérieusement pour ramener le débat à un sujet de détente pour néophytes.

Comment suis-je informé d’une OPA (ou autres offres et modalités associées) sur un titre en ma possession si je ne suis pas le site de l’AMF ou équivalent ou sont publiées celles-ci.
Suis-je automatique informé par mon broker (binck.fr dans mon cas) ?

NB: Pas de volonté de ma part de critiquer plus parisien que Franckinvestor mais simplement de dire que je suis plutôt favorable à ce genre de débat un peu houleux tant que cela reste "courtois" car le débat apporte souvent de la précision.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 27/06/2017 19h41

Membre (2011)
Réputation :   85  

Je suis actionnaire d’ETAM (offre publique d’achat simplifiée obligatoire suivie d’un retrait obligatoire à 49,3+0,7€ de dividende) et de Gaumont.
Pour Etam j’ai renforcé après le projet d’OPA à 50€ au cours de 49,6 € avec le raisonnement suivant :
Dans le "pire" scénario je gagne 0,4€ action en moins d’un an.Si c’est fait dans 4 mois cela donne un rendement de 2,4% annualisé.
Dans le meilleur scénario je gagne +50% ou plus en un an.
Bien sûr il existe en réalité un risque que la société n’ait pas les moyens de réaliser son OPA par manque d’argent ou autre événement très rare mais au vu du montant et de la trésorerie de l’entreprise j’ai choisi d’exclure ce scénario.

Pour Gaumont, comme vous l’avez souligné, la liquidité est faible et HMG Finance trouve l’offre insuffisante ce qui me fait penser que le cours ne va pas descendre trop bas.C’est ma plus petite ligne car je considère le pari assez spéculatif : le succès d’un film au cinéma est imprévisible et la société peut investir à fonds perdu pendant des années, brûlant tout le cash qu’il reste.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #12 27/06/2017 19h47

Membre (2013)
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 20 Monétaire
Top 10 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 10 SIIC/REIT
Réputation :   536  

ZZTop: Oui, votre broker vous informe des événements qui surviennent lors de la vie d’une société, comme ce type de "corporate action", ou les convocations aux assemblées, lorsque votre vote est demandé, etc … Ca se fait par courrier, ou de plus en plus (sur option) de manière électronique.

EDIT: Pour être un peu plus complet, c’est la société qui informe ses actionnaires, lorsqu’elle les connaît (donc si vous êtes au nominatif, vous allez être informé par la société ou son prestataire qui se charge de la "communication investisseur"). Mais comme en général, vos titres son détenus en "street name" au nom de votre broker qui les détient pour vous, c’est le broker qui vous informera.

Dernière modification par Mevo (27/06/2017 19h54)

Hors ligne Hors ligne

 

#13 27/06/2017 20h35

Membre (2015)
Réputation :   20  

Attention, le prédateur peut également revoir à la baisse ou même carrément annuler (échec) son OPA.

Il n’y a pas si longtemps sur BFMTV, un analyste conseillait d’acheter Zodiac Aeroposace qui cotait sous le prix de l’OPA. Selon lui, on pouvait gagner 8% sans risque en attendant le débouchage de l’opération, ce qui n’était pas négligeable dans cet environnement de taux bas. Depuis Safran a revu à la baisse son prix pour acquérir Zodiac -15% (ça fait mal surtout quand le CAC gagne 8%).

Personnellement, je vends mes titres dès l’annonce de l’OPA. L’OPA raté de Technip sur CGG m’a quelque peu traumatisé. Je laisse ces opérations d’arbitrages aux professionnels.

Hors ligne Hors ligne

 

#14 27/06/2017 22h34

Membre (2015)
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 20 Monétaire
Réputation :   128  

J’ai fait l’expérience Zodiac suite à la lecture de la file du forum et je peux vous assurez que vous ne m’y reprendrez plus.

Je pense désormais que le jeu n’en vaut pas la chandelle car le risque est immédiatement proportionnel aux gains potentiels.

J’ai payé un peu pour apprendre wink

Dernière modification par Mestra (27/06/2017 22h39)


"Ce qui est risqué? C'est de ne jamais prendre de risque"

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #15 27/06/2017 22h59

Membre (2012)
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   307  

Hello,
Oui c’est vrai en cas d’OPR, on n’est pas obligé d’apporter. On passe soit en non-côté (pas liquide mais en étant très très très patient quelque chose de bon peut arriver) ou radiation (on passe en marché libre).

Pour en revenir sur le sujet des OPRA on a des éléments intéressants ci-après (mon avis personnel mais peut-être pas bon c’est que toujours intriguant voir intéressant):

LNC (dont je suis actionnaire), on a eu une OPAS à 35 euros en septembre 2016 contre un prix actuel de 44,95 euros.
Fimalac: 1ere offre à 101euros puis OPR à 131 euros (133,1 euros avec le coupon).
A2micile: OPAS à 27 euros contre un cours actuel de 29 euros.
Cegid: 1ere offre à 63,5 euros pour une dernière offre toute récente à 85 euros puis relevé à 86,25 euros.
Etam: a fait l’objet de plusieurs OPAS avant l’OPR. La dernière OPAS en 2013 était de 23 euros pour une OPR à 50 euros.
Umanis: une belle série d’OPAS qui ont été très relutives vu le prix actuel de l’action. La dernière OPAS s’est faite à 20 euros en juillet 2016. Le prix actuel est de 96 euros.
Radiall: OPAS initial à 240 euros en octobre 2016 puis relevé à 255 euro en décembre 2016.
Generix: OPRA à 2,20 euros en novembre 2014. Le prix a longtemps était autour de 3 euros et maintenant on est autour de 2,35 euros.

Il y a bons nombre d’opérations, mais je ne vais pas toutes les lister. La plupart du temps (mais il y aura toujours des exceptions), les OPAS sont souvent un bon signe pour la suite.

Let’s talk about companies and ownership in companies!

Cheers

Jeremy

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Jeyfox (27/06/2017 23h55)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 13/07/2018 14h48

Membre (2016)
Réputation :   113  

En lisant le rapport d’OPA sur Altamir, je suis tombé sur ce rapport intéressant :
https://www.ledouble.fr/wp-content/uplo … r-2018.pdf
Il s’agit d’une analyse des différentes offres publiques en 2017 : OPA, OPAS, OPE, OPES, OPR, OPRA, OPR, RO..

Hors ligne Hors ligne

 

#17 19/12/2019 11h18

Membre (2018)
Réputation :   10  

Bonjour,
Je me permet de ressortir ce sujet car je suis actuellement en train de vivre mes premières OPAs.
Par chance (ou mal chance je ne sais pas encore) j’ai en portefeuille l’action Le Bélier et Oene

Je vous avoue être complètement perdu entre une OPA simplifiée, une OPA amicale et un retrait obligatoire après l’OPA …
La seule conviction que j’ai c’est que j’ai envie de conserver ces deux titres très longtemps en portefeuille et même les renforcer par la suite.

Je remercie par avance la personne pouvant m’éclairer !

Bonne journée


Boursorama, Yomoni, Linxea

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #18 19/12/2019 12h18

Membre (2017)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 5 Portefeuille
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 10 Invest. Exotiques
Top 5 Crypto-actifs
Top 5 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   2514  

Bonjour Supetar,

Un lexique utile + un Q&A + des exercices pratiques.

De façon plus générale, ce site est utile pour suivre l’actualité des OPA/OPR etc. sur la cote française.

PS : Je suis aussi actionnaire de Le Bélier et d’Oeneo. A priori plutôt content pour Oeneo (même si c’est une belle société que j’aurais bien voulu garder à perpétuité), plus déçu par le prix sur Le Bélier. (Mais évidemment ma perception de prime abord est influencée par mon PRU… ce qui ne devrait pas être le cas.)

Dernière modification par Scipion8 (19/12/2019 12h18)

Hors ligne Hors ligne

 

#19 19/12/2019 12h44

Membre (2018)
Réputation :   15  

Bonjour,

Je n’ai pas lu toutes les pages de ce sujet mais effectivement il ne faut pas toujours être trop gourmand.

Quand je lis les commentaires de certains PP lors d’OPA et de la sous-valorisation de la société par un actionnaire de référence/ majoritaire je repense à cette offre lancée par l’actionnaire de référence de la société Bourbon il y a quelques années.

La société a depuis été mise en redressement judiciaire… comme quoi même en étant déjà actionnaire de référence on ne prend pas toujours les meilleurs décisions…

Hors ligne Hors ligne

 

#20 19/12/2019 15h09

Membre (2018)
Réputation :   10  

Mer.ci pour vos liens Scipion8, j’avais déjà creusé un peu le sujet sur ce site !

Le paragraphe qui répond à mes interrogations serait celui ci : 

Article a écrit :

Que se passe-t-il pour ceux qui ne remettraient pas leurs titres à l’offre ?
L’actionnaire n’est pas tenu effectivement d’apporter ses titres à l’offre, si les conditions proposées ne lui conviennent pas. Mais, si l’OPA réussit, le risque est grand de se retrouver avec des titres peu liquides et sans intérêt. Pour sortir ensuite dans de bonnes conditions, il lui faudra attendre une offre publique de retrait, qui est, en quelque sorte, la « voiture balai » des offres publiques. L’OPR est lancée en effet par un ou plusieurs actionnaires qui détiennent déjà plus de 95 % du capital d’une société. A l’issue d’une OPR, les titres sont radiés du marché à un prix soumis à l’AMF et à un expert indépendant. A ce stade, l’actionnaire n’a plus le choix.

Je peux ne pas apporter mes titres à ces deux OPAs mais au risque de me faire "exproprier" (je sais pas si c’est le mot approprié) mes actions, si au final les deux acheteurs détiennent plus de 95%.

Pour Le Bélier :

Article a écrit :

Le chinois Wencan projette de racheter un bloc concentrant près de 62% du capital auprès de ses grandes actionnaires, dont la famille Galland

Si je comprend bien les articles de presse il va rester 38% des actions circulation.
Je peux donc conserver les miennes et être simplement dans le même bateau que Wencan, non ?

Par contre pour Oeneo :

Article a écrit :

Concrètement, la famille, […] s’engage irrévocablement à acquérir, au prix de 13,50 EUR par action, la totalité des 23 593 195 actions Oeneo non détenues, représentant 36,27% du capital de la société. L’initiateur a l’intention de demander, […] la mise en œuvre d’un retrait obligatoire visant les actions Oeneo non présentées à l’offre, au même cours.

Cela veut donc dire que même si je n’apporte pas mes titres, et suivant la définition que j’ai cité au début, je serai obligé de vendre mes titres à la fin?
Sauf si ils ne réunissent pas les conditions d’un retrait obligatoire, que par exemple Kempen Capital Management NV ne vendrait pas ses 5,46% ?

Par rapport à mon PRU je fais aussi une belle petit PV mais j’en attendais vraiment plus de ces deux entreprises, et professionnellement je suis proche d’un des deux domaines donc une bonne vision sur le potentiel.


Boursorama, Yomoni, Linxea

Hors ligne Hors ligne

 

#21 19/12/2019 18h10

Membre (2016)
Réputation :   85  

Hgmm a écrit :

Bonjour,

Je n’ai pas lu toutes les pages de ce sujet mais effectivement il ne faut pas toujours être trop gourmand.

Quand je lis les commentaires de certains PP lors d’OPA et de la sous-valorisation de la société par un actionnaire de référence/ majoritaire je repense à cette offre lancée par l’actionnaire de référence de la société Bourbon il y a quelques années.

La société a depuis été mise en redressement judiciaire… comme quoi même en étant déjà actionnaire de référence on ne prend pas toujours les meilleurs décisions…

On pourrait ajouter Orchestra ou encore CNIM

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1 / -1]    #22 06/12/2020 13h45

Membre (2016)
Réputation :   227  

Bonjour à tou/tes les IH

   Un article du site "café de la bourse" m’a fait trouver cette file, qui apporte des réponses à plusieurs forumeurs actuellement ..
   (Coucou aux "Bannis définitivement" qui ont participé à ces éclaircissements)

   Je rajoute ce lien
OPA : atouts et risques pour l?actionnaire en cas d’offre publique d’achat

Bonnes recherches ..

Mimizoé1


Parrainages Binck, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #23 07/12/2020 00h20

Membre (2012)
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   711  

Il y a deux sacrés bêtises dans le texte de ce lien. Dans la phrase :

www.cafedelabourse.com a écrit :

si la société initiatrice de l’OPA parvient à cumuler 95,01 % des titres de la société cible, une procédure de retrait obligatoire de la cote est actée.

1. Le seuil de déclenchement a été abaissé de 95 à 90 % en février 2020.
2. La procédure de retrait n’est pas "actée", elle est possible (le détenteur des 90 % peut la demander mais ce n’est pas obligatoire, heureusement !).

Hors ligne Hors ligne

 

#24 15/04/2021 18h14

Membre (2016)
Réputation :   73  

Bonjour,

Je suis actionnaire de Surteco SE et voilà qu’une OPA est lancée sous le prix du marché. OPA à 24,07€ contre un cours à 26,10€.

J’avoue que je ne comprends pas la logique. J’ai fait une erreur ? Qui peut bien vouloir souscrire dans ces conditions ?

Merci

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#25 12/08/2021 15h55

Membre (2016)
Réputation :   73  

J’ai bien fait de ne pas vendre Surteco qui cote maintenant 32,50 €.

Nouvel exemple aujourd’hui avec STS Group qui cote 7,54 € et dont on nous propose un achat à 7,31 €. Je ne comprends toujours pas l’intérêt de souscrire à ces conditions.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur