Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+2]    #1 15/06/2017 10h20

Membre (2017)
Réputation :   8  

Bonjour,

J’espère ne pas faire doublon mais après des recherches infructueuses je me lance en créant ce post.

Je voulais vous faire part d’une situation que je côtoie au quotidien à savoir un conjoint allergique a l’argent.
Dès qu’il touche son salaire , qu’il a une augmentation ou qu’il a une rentrée d’argent quelconque : " qu’est-ce que je vais pourvoir acheter avec ces sous … ? "
Il sait que cette phrase a le don de m’irriter et il en abuse.
Je l’ai connu il y a plus de 11ans, vivant chez papa et maman en cdi, crédit voiture et moto et pas 1 rond sur ses livrets …
Autant dire que j’ai eu un choc moi étudiante et mes livrets au plafond grâce a mes étrennes de Noël et mes jobs étudiants.
Je l’ai aidé à mieux gérer son argent, avec son consentement bien entendu. Disons que je lui ai montré la bonne voie. Il a bien apprécié ne plus avoir besoin de crédit pour consommer et il a rationalisé ses dépenses. Il a même pu se permettre des folies qu’il n’aurai jamais espéré quelques années plus tôt. Il a appris à privilégier l’occasion de meilleure gamme quand le neuf n’est pas indispensable.
Il faut vivre et profiter tel était son adage. Je pense qu’il l’a toujours en tête et j’ai l’impression de le brider.
Il comprend mon raisonnement et d’ailleurs se rend compte de sa logique et des bonnes choses que cela nous procure.
Mais encore la semaine dernière il était prêt à dépenser plus d’un smic pour remplacer un élément de loisir qui lui a couté 4 smic d’occasion il y a 6mois.
Il est totalement irraisonné par moment. Je lui ai fait comprendre que c’était plus de 150h de travail pour un smicard ( sans être péjoratif ) et il en a conclu que c’était un achat pulsion parce que l’occasion se présentait ça valait le coup. Je lui ai dit que si dans 1 mois il trouvait toujours l’achat nécessaire et vital pourquoi pas … encore que je lui ai dit en serrant les dents.

Certains sont-ils dans mon cas ? Comment le vivez vous au quotidien ?
Faut-il le laisser faire ?
Il rigole quand j’emploie le terme rentier … Ce n’est pas son objectif il préfère travailler plus pour gagner plus et surtout dépenser plus !

Dernière modification par audrey8134 (15/06/2017 10h22)

Mots-clés : dilapider, dépensier, gaspilleur, rat race-

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #2 15/06/2017 10h32

Membre (2015)
Top 20 Réputation
Top 10 Vivre rentier
Top 5 Invest. Exotiques
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2408  

Un point essentiel est : c’est l’argent de qui ?

Je vois dans votre présentation que vous êtes pacsés. Donc, chacun a son patrimoine et ses revenus.

Ma réponse est donc : avant tout, bien séparer les revenus et les patrimoines. Vous gérez votre argent, vos placements, qui sont à vous personnellement. Vous faites en sorte que les dépenses communes soient payées à 50/50 et qu’il n’y ait aucune dérogation (ce n’est pas parce qu’il s’est payé une moto que vous devez accepter, même ponctuellement, de prendre en charge des dépenses qui devraient être communes).

Si vous vous mariez un jour, la séparation de biens semble tout indiquée.

Je ne peux rien vous dire sur comment le gérer, sur s’il faut le brider ou non, l’encourager ou non (d’autres foreumeurs auront sans doute de bons conseils à ce sujet). Ce que je peux vous dire, c’est déjà de prendre les précautions de base pour ne pas vous laisser impacter par l’attitude de votre conjoint sur VOTRE patrimoine et VOS REVENUS qui sont à vous personnellement.

Je me faisais il y a quelques temps la remarque suivante : un couple est en quelque sorte une société de 2 personnes où chacun a 50 % des voix. Pour n’importe quelle société (entreprise, SCI), on sait que c’est à éviter car cela amène des situations de blocage. Et pourtant, pour leur vie privée, les gens le font encore et toujours !
Pour une société de personnes, lorsqu’il y a 3 décisionnaires, au moins on sait qu’il y aura toujours une majorité claire, d’au moins 2 sur 3. De là à préconiser le ménage à trois, il y a un pas que je ne franchirai pas. wink

Dernière modification par Bernard2K (15/06/2017 10h38)


Marchand de biens & formateur en investissement immobilier locatif.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 15/06/2017 10h42

Membre (2014)
Top 50 Réputation
Top 10 Vivre rentier
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   602  

Bonjour,

Il y a bien une autre discussion sur la vie avec son conjoint, mais votre sujet est bien plus spécifique, et mérite probablement un post à part, comme vous l’avez fait.

C’est un sujet qui doit être abordé d’une manière plus générale tout d’abord:
Certains couples sont fusionnels, et décident tout ensemble, partagent tout, etc. D’autres sont plus ou moins indépendants, ne se concertant que sur certains points précis (éducation des enfants, etc)
Dans quel cas êtes vous ?

J’ai l’impression que vous êtes plutôt dans le second cas. Aussi vais-je illustrer ce point avec mon cas particulier.
Nous sommes mariés en séparation de bien, avec un enfant. Pour notre vie commune, nous nous sommes mis d’accord sur certains principes dans l’éducation de l’enfant, la répartition de certaines tâches, etc.
Et en ce qui concerne l’argent, nous en avons discuté et au vu de nos visions différentes, nous avons trouvé un accord minimal, qui pourrait s’appliquer dans votre cas:
- chacun participe au budget commun, selon une règle à définir. Cette participation ne doit jamais être oubliée: un virement automatique doit être fait, dès réception du salaire, et doit couvrir non seulement les dépenses courantes, mais aussi les provisions pour travaux, loisirs et vacances.
- le reste appartient à chacun, et l’autre n’a rien à dire sur la façon dont c’est dépensé.
- aucun ne doit mettre en danger les finances du couple: donc pas de dépense à crédit.

Ce sont des principes de bon sens, qui peuvent être acceptés même par un panier percé, je pense (mais pourrait être plus difficile à accepter par vous, si vous souhaitez avoir votre mot à dire)

Dernier point: si vous envisagez de vous marier: séparation de bien quasi-obligatoire.
Ca ne réglera pas d’éventuels problèmes, mais ça permettra que chacun se sente un peu plus libre de ses dépenses.

Bon courage wink


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 15/06/2017 11h16

Membre (2015)
Top 20 Réputation
Top 10 Vivre rentier
Top 5 Invest. Exotiques
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2408  

Sur la RP : vous êtes en indivision ?
L’"arrangement" que vous avez trouvé pour le financement de cette RP est une cote mal taillée qui  laisse présager un beau sac de noeuds en cas de séparation (ce que je ne vous souhaite pas mais en matière de finances personnelles il vaut mieux se prémunir contre le pire ; ce pire étant statistiquement probable et cela n’arrive pas qu’aux autres).

Le compte commun semble très utile pour avoir une gestion équilibrée des dépenses communes.

La solution décrite par Faith me semble frappée au coin du bon sens. Le seul amendement que j’y mettrais est : crédit autorisé seulement pour un investissement rémunérateur qui couvre le crédit (par exemple si l’un des deux conjoints veut investir dans l’immobilier, en son nom propre).

Dernière modification par Bernard2K (15/06/2017 11h18)


Marchand de biens & formateur en investissement immobilier locatif.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 15/06/2017 11h26

Membre (2015)
Top 20 Réputation
Top 10 Vivre rentier
Top 5 Invest. Exotiques
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2408  

audrey8134 a écrit :

Donc pas d’indivision puisque dans le futur ce sera 50/50.

Comment ça pas d’indivision ? Qui est propriétaire de la RP ? Si vous êtes tous les deux propriétaires, ça s’appelle une indivision.

Ce n’est d’ailleurs qu’en 2012 que nous avons conclu le PACS pour se protéger mutuellement sinon en cas de décès tout allait à nos parents respectifs.

Le PACS seul ne vous protège de rien du tout. Il faut établir chacun un testament en faveur de l’autre. L’avez-vous fait ?

Franchement, je suis un peu effaré de vous faire des imprécisions pareilles : ne pas savoir que vous êtes en indivision, penser que le PACS protège, ne pas avoir de compte joint pour gérer les dépenses communes… Pour quelqu’un qui dit être le gestionnaire dans le couple, je vous trouve un peu légère ! Et si je vous le dis, c’est pour votre bien, moi ça m’est égal.

Vous avez intérêt à bien comprendre toutes ces notions : qui est propriétaire de quoi, quel document produit quels effets, etc.

Dernière modification par Bernard2K (15/06/2017 11h30)


Marchand de biens & formateur en investissement immobilier locatif.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 15/06/2017 11h44

Membre (2015)
Top 50 Réputation
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Immobilier locatif
Réputation :   434  

Le problème c’est que lorsque l’on vit à deux, le fusionnel ne peut pas s’entendre sur tous les domaines (sauf en rêve et plus souvent au féminin d’ailleurs) et avec le temps tous les points qui sortent du cadre peuvent devenir irritants ou insupportables. Mais est ce vraiment important qu’est ce qui prime dans votre relation ? Vous avez la réponse au fond de vous, à coup sur.

On peut tout gérer en compte séparés ce qui soit dit en passant éloigne très concrètement encore plus Audrey de ses aspirations fusionnelles : l’argent, les lessives le ménage etc etc C’est une association de personnes plus qu’une vie de couple ou une vie de famille me semble t’il (OK je suis indécrottable : la dernière fois le divorce m’a coûté 300 KE rien qu’en cash, mais il faut être sincère sur ces convictions).

Et on comprend alors vite la réalité du dicton populaire plein de bon sens qui dit que vivre en couple c’est se mettre à deux pour résoudre des problèmes que l’on aurait jamais eu seul !


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #7 15/06/2017 12h21

Membre (2010)
Top 150 Réputation
Top 20 Vivre rentier
Réputation :   158  

audrey8134 a écrit :

c’était plus de X h de travail pour un smicard ( sans être péjoratif )

Je fais souvent le même raisonnement pour expliquer en famille la dérive des coûts quand un achat parait capricieux et surtout quand il me parait trop cher

à une autre échelle cf ce pauvre Proglio, pris à partie pour 1 million d’€, et qui se plaignait "on m’emm… pour le prix d’un appartement à Paris…"

Dernière modification par Job (15/06/2017 12h23)


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #8 15/06/2017 13h38

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Expatriation
Top 20 Vivre rentier
Top 10 Invest. Exotiques
Top 20 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Réputation :   645  

Mon Dieu ce que vous décrivez est mon pire cauchemard. Je pense qu’être issu d’une famille désargentée mais dépensière m’a vacciné à vie de ce genre de comportements.

Honnêtement, je ne pense pas qu’il s’agisse de se priver que de regarder froidement ses dépenses et de réfléchir à leur contribution véritable à notre bien-être. Je doute très sérieusement que sur mon lit de mort je regretterais de ne pas avoir acheté de bouteilles en boîte ou pris mon petit noir matinal dans un café. Par contre j’aurais honte de n’avoir accumulé aucun patrimoine à transmettre à mes enfants - pour qu’ils aient moins de chemin à parcourir que moi.

Surtout, je pense que ce type de dépenses manquent cruellement de "qualité". Pourquoi acheter à prix d’or des bouteilles d’alcool médiocre en boîte alors qu’on peut (pour le même prix) déguster un excellent whisky entre amis chez soi ? Si l’on aime le café, pourquoi le prendre dehors "sur le pouce" alors qu’on peut se préparer (aussi rapidement) un délicieux harar soi-même le matin ? Ma voiture de rêve serait une Cord 810, pas une Ferrari flambant neuve.

Il y a un côté "performatif" dans ce genre de dépenses. Elle semble correspondre à une vision prépackagée et largement véhiculée par les media de la "good life" (cf clips de rap, fantasmes récents sur Pattaya, etc…). Je me demande toujours si ceux qui adoptent ce mode de vie l’auraient fait si ce n’était pas un comportement attendu socialement.

Dernière modification par doubletrouble (15/06/2017 13h42)


Parrain Stockopédia, Crypto.com+Curve ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 15/06/2017 13h44

Membre (2014)
Top 50 Réputation
Top 10 Vivre rentier
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   602  

audrey8134 a écrit :

Donc faith pour vous ne pas dire oui à toutes ses pulsions plaisirs c’est se priver ?!

Vous avez utilisé le terme "craquer", qui indique que vous refrénez, et vous le confirmez ici.
Je ne suis pas allé plus loin que ça.

Je n’ai pas dit que c’est bien ou mal, j’ai simplement dit que c’est une mécanique que vous vous imposez et qui est visiblement étrangère à votre conjoint ("Après comme c’est naturel chez lui, ça revient inévitablement.")

Si vous croyez que vous pouvez changer la nature d’une personne, vous êtes dans l’erreur.
Si vous croyez que chercher à changer la nature d’une personne ne l’affecte en rien, vous êtes encore dans l’erreur.

Vous êtes en train d’essayer de brider votre conjoint. D’ailleurs vos premiers propos pris hors contexte s’appliquent parfaitement au dressage d’un chien: Post #16: "J’ai l’impression qu’il a besoin d’être guidé encore mais il est très docile et apprend vite"

Vous avez posé une question sur ce forum, en comptant sur l’expérience des intervenants pour vous guider.
J’ai fait ma part, d’autres ont aussi exprimé leur avis. Nous avons tous vécu différentes expériences mais aucune n’est directement transposable à votre cas… mais je pense que tout le monde s’accorde à dire que le problème dépasse le cadre de "Vivre avec un panier percé".

Il est temps pour moi de vous souhaiter autant de bonheur que possible, quelques soient vos choix.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 15/06/2017 13h47

Membre (2011)
Top 50 Réputation
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Finance/Économie
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   366  

Bonjour,

audrey8134 a écrit :

Nous ne sommes pas fusionnels à mon grand désespoir, terme avec lequel je le charrie très souvent d’ailleurs.

Etre ou non fusionnel, n’empêche pas d’être en phase (ou non) sur les dépenses.

audrey8134 a écrit :

On s’est arrangés dans le sens ou j’ai acheté cash le terrain de notre RP avec mes économies

comme AleaJactaEst, le principe du terrain me surprend.
En quelque sorte, vous lui avez fait une donation de la moitié du terrain.

audrey8134 a écrit :

Pour les impots nous payons une année chacun et j’assume entièrement le budget courses ce qui d’ailleurs est un énorme budget sois dit en passant entre 500 et 600€ / mois. Va falloir refaire les compte pour vérifier si la balance est toujours équilibrée ;-)

Mes parents fonctionnaient ainsi.
Pour être honnête, je n’ai jamais compris comment ils arrivaient à fonctionner!
Pourquoi ne pas simplement diviser l’ensemble des frais communs par 2 ?

audrey8134 a écrit :

Sauf pour ses loisirs ou il fait ça dans mon dos parce qu’il sait que ce n’est pas raisonnable.

Ou dit autrement, car il sait que vous allez râler. big_smile

audrey8134 a écrit :

Pour moi trop de dépenses futiles est nuisible car on s’encombre de choses inutiles au final et on se prive de choses bien plus sympas : vacances, fringues, … Et encore ce n’est pas se priver car on pourrait se le permettre mais on se l’empèche.
Çà ne le choque pas de dépenser 4000€ pour son loisir uniquement mais 750€ la semaine une location de vacances c’est impensable !

Alors, là vous avez plusieurs problèmes qui se cumulent.
Déjà vous parlez de budget vacances.
Pourquoi ne pas mettre en place une épargne mensuelle (50/100/150€ chacun selon vos envies) dédiés à cette dépense ?
Même logique avec les voitures, …

Pour les dépenses futiles, il y a le coût financier, et le coût d’encombrement.
Autant, les dépenses avec ses fonds ne vous concerne pas, autant l’encombrement de l’habitation commune vous regarde.
A voir ce qui est important pour vous!
A la maison, achetez un nouveau robot de cuisine, que ce soit 10 ou 1.000€, déclencherait probablement une engueulade (la cuisine est encore très encombré, lié aux travaux en cours dans la maison)

audrey8134 a écrit :

Mais des économies il en fait mais parce que je le bride sinon il n’aurait peut être que 1000 ou 2000€ d’économies. Pas assez pour les imprévus lorsque l’on est propriétaire, avec voiture et moto et beaucoup d’électronique a la maison.

C’est son choix.
Si la voiture tombe en panne et qu’il n’a pas les moyens de réparer, tant pis, ça attendra d’avoir les moyens!
Mais c’est à lui d’assumer ces choix, pas à vous de les assumer, ni de faire les choix à sa place!

audrey8134 a écrit :

C’est son argent je le conçois mais pensez-vous que l’on puisse raisonner et faire comprendre notre vision qui est bien différente à des gens formatés comme cela ?
Des rentiers du forum ou futurs rentiers étaient-il cigales dans un autre temps ?
Comment leur vision a t-elle changer ?

On peux comprendre une autre façon de gérer l’argent, mais ce n’est pas pour ça qu’on l’accepte!
Ensuite, pour le changement de vision, j’en vois pas mal (lié à un groupe d’aide budgétaire sur réseau social que je suis).
Par contre, il faut souvent un déclic fort.
Généralement, c’est un gros mois en déficit, l’arrivée d’un nouvel enfant, un début de burn out, …
En gros souvent des évènements qui remette tout le quotidien en cause.

Ceci dit, je vais me répéter, essayer de changer son conjoint me semble peu souhaite. Voir risqué sur la durée (risque de ressentiment, …)
Par contre, vous devez faire en sorte que ses dépenses ne vous impacte pas!
Pour cela, à vous de définir des méthodes pour cela. (épargne automatique pour le budget vacance par exemple)
Et surtout, gérez votre argent et non le sien.
Dites lui que s’il a besoin de conseil, vous êtes là, mais ne prenez pas les décisions à sa place!
Ce que vous obtiendrez en le forçant c’est le contre coup, qui le fera dépenser encore plus un peu plus tard.

J’avoue que pour une fourmi comprendre les dépenses d’autrui est compliqué.
Les accepter encore plus.
Bien qu’en ayant conscience, j’ai toujours du mal à ne pas juger.
D’ailleurs, c’est un exercice quotidien : ne pas juger. wink

audrey8134 a écrit :

Donc faith pour vous ne pas dire oui à toutes ses pulsions plaisirs c’est se priver ?!

Non, mais parler de se priver pour éviter un achat, c’est se priver! big_smile
Perso, j’envisage de racheter des chaussures car les miennes sont usés, voir une "jolie" paire de chaussure me fait autant d’effet que voir un pigeon (oui je suis un peu trop à Paris en ce moment).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 16/06/2017 09h17

Membre (2015)
Top 20 Réputation
Top 20 Vivre rentier
Top 10 Monétaire
Top 10 Invest. Exotiques
Top 20 Finance/Économie
Top 5 SCPI/OPCI
Top 10 Immobilier locatif
Réputation :   1078  

audrey8134 a écrit :

C’est vrai que j’aimerai qu’il fasse comme moi (…) simplement pour son bien.

J’avoue que certains passages me laissent pantois. En gros vous êtes dans la vérité et lui - bien qu’intelligent - se fourvoie.

audrey8134 a écrit :

La rat race je lui en parle et il se complait dedans. Ça le fait sourire.
Comment lui expliquer ce mode de consommation malsain sans l’obliger à suivre MA voie ?!

Ce que je ne comprends pas ce sont les achats compulsifs dès qu’on a assez de coté pour se faire plaisir a tout va. La rat race en gros.
Ici un post est ouvert pour la dénoncer et voir comment lutter contre car c’est néfaste et vous me tombez dessus car j’essaie d’extirper mon conjoint de cette spirale infernale.

Vous caricaturez complètement la rat-race, pour le coup si vous n’êtes plus heureux avec lui par rapport à ce point en particulier qui ne changera pas, la question de le quitter se pose sérieusement (je n’adhérais pas forcément au propos de ceux qui abordaient cet aspect jusque là). Il ne changera pas du jour au lendemain et probablement jamais, il vous faudra l’accepter tôt ou tard.
Non la rat-race n’est pas une spirale infernale, ni malsaine ni néfaste. Je me retrouve pourtant plutôt dans votre vision du mode de vie et gestion des dépenses mais vous ne semblez pas admettre voire même respecter que des gens puissent s’épanouir dans ce mode de vie, qui est celui de votre copain.

Vous ne pouvez et n’avez rien d’autre à faire que de lui expliquer calmement votre ressenti sur cette rat-race et sa façon de dépenser en citant quelques exemples pour lesquels il regrette tel achat mais ça ne pourra aller plus loin, et gardez cela pour les achats onéreux, sûrement pas pour des cafés à 3 sous ou autres babioles inutiles à vos (seuls) yeux.

Dernière modification par kc44 (16/06/2017 09h18)


Parrain Total Energie (mp)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 16/06/2017 09h40

Membre (2010)
Top 100 Réputation
Top 10 Monétaire
Réputation :   215  

Bonjour Audrey,

Une petite pensée pour votre compagnon qui est un mixte entre panier percé et une bonne pâte.

Si vous ne l’avez pas lu, lisez "l’apprentissage du bonheur" de Ben Shahar que IH a fait découvrir à certains d’entre nous.

Votre compagnon est différent de vous, mais il fait des efforts pour tendre vers vous, vers un modèle qui vous rassure.

Pourquoi vouloir a tout prix aller plus loin sur ce qui n’impacte que votre quotidien ?

Pour vous le café du matin c’est trop, par contre vous qualifiez de "sympa" des achats de fringues (je ne suis pas sûr qu’il ait obligatoirement cette perception).
Certes il ne faut pas exagérer le ressenti de ce qui est écrit sur un forum mais vous arrivez à raisonner coût du café par jour mais en plus dans votre raisonnement vous intégrer l’inflation et les intérêts composés…. c’est assez glaçant comme raisonnement quand même.

audrey8134 a écrit :

… J’ai besoin de savoir si ses dépenses étaient vraiment nécessaires. J’ai encore des doutes quand à ses capacités de raisonnement.
Ce n’est pas un idiot loin de la mais facilement influençable !

A vous lire on ressent que vous respectez votre compagnon mais acceptez qu’il raisonne aussi bien que vous, mais qu’il n’a pas le même logiciel, ce qui fait votre complémentarité, contribue sans doute à son charme, à vos petites disputes, … à la vie à 2 en résumé !

Et encore vous n’avez pas d’enfants…. là cela pourra être assez sport car ils auront votre exemple, son exemple et leur propre caractère. Et là encore il faudra, dans une certaine mesure tout au moins, accepter une certaine différence.

Bonne continuation (à vous deux).

Crown

Dernière modification par Crown (16/06/2017 09h51)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 16/06/2017 09h52

Membre (2015)
Top 100 Réputation
Réputation :   194  

Là où je commence à me poser des questions, c’est quand vous me répondez :

@ wulfram : Donc le café pour certains est comme un loisir, du lien social, un plaisir. C’est un point de vue certes différent du mien mais je l’entend.

Avez-vous vraiment eu besoin d’attendre que je mette ce point en avant pour vous en rendre compte ? N’écoutez-vous pas les réponses de votre mari lorsque vous "discutez" ? Ne vous a-t-il jamais proposé de l’accompagner ? N’êtes-vous jamais allé dans un bar, un café, vous asseoir en terrasse,… ? Si c’est le cas, je crois que le "conflit" (qui n’en est qu’à vos yeux) repose plus sur le côté (ultra-)casanier ou non. Nous ne nous connaissons néanmoins pas assez pour que je puisse aller plus loin en ce sens.

Votre mari occupe ses loisirs, entre autre, à faire du sport avec ses amis, qu’en est-il de vous ?

De tout ce que vous dites, j’ai la ferme impression que vous n’avez jamais aimé votre mari pour qui il est, mais plutôt pour ce qu’il pourrait devenir en suivant votre voie. Sans vouloir aller dans les commentaires sexistes, cela est néanmoins un trait de caractère que l’on retrouve chez une majorité de femmes en couple, et si certain(e)s le vivent très bien, ce n’est pas toujours le cas sur la durée, surtout quand ce trait de caractère prend le dessus sur tout le reste.

@ Gaspode : depuis quasiment la 1ere année du couple, je lui ai montré comment moi je procédais, c’est à dire comme vous le préconisez ! Le salaire tombe hop je mets la moitié voir les 3/4 sur un des livrets suivant ce qu’il reste sur le compte courant en fonction des mois.

Ce passage illustre très bien cette idée ; d’un autre côté, pourriez-vous, aujourd’hui, expliquer comment lui fonctionne, et quels sont les moteurs de ses actions ? (sans vous attarder sur le côté financier, qui ne me semble être que votre moteur)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 16/06/2017 10h07

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Expatriation
Top 20 Vivre rentier
Top 10 Invest. Exotiques
Top 20 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Réputation :   645  

@audrey8134 : je ne parlais pas de compte joint en particulier (ni d’ailleurs de votre cas spécifiquement). Je soulignais que cette "évidence" en France de tout séparer (comptes d’apothicaire au restau, partager les meubles en prévision d’une séparation dans un commentaire précédent, etc…) est bien loin d’être une évidence ailleurs.

En Chine, il est très courant que le mari verse sa paie directement sur le compte de son épouse et que ça soit elle qui gère les finances. Exactement comme ça se faisait d’ailleurs dans le milieu ouvrier du Nord de la France il y a encore 40 ans… Quand on va au restau, il y a une règle non écrite similaire aux tournées de pub en Angleterre ; le groupe se rappelle qui a invité la dernière fois, et celui dont c’est le tour invite la tablée. Avec la confiance d’être invité le prochain coup.

Mon épouse n’est pas salariée, mais je la consulte pour chaque dépense inhabituelle que j’envisage. On choisit les meubles et la décoration ensembles. Je préfère qu’elle consacre son temps à ce qu’elle aime, même s’il n’y a pas de rémunération à la clé. Avec cette philosophie de tout séparer, elle devrait probablement gaspiller 8 heures par jours à faire un job non qualifié sans intérêt juste pour avoir voix au chapitre…


Parrain Stockopédia, Crypto.com+Curve ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 16/06/2017 10h20

Membre (2011)
Top 100 Réputation
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   234  

Votre challenge est de le changer.
Vous n’avez qu’un contrôle partiel sur lui. Le jour où vous aurez le contrôle totale, il sera malheureux et tout à fait ennuyeux à vos yeux et vous le quitterez.
S’il ne changera sans doute pas, vous encore moins. Vous êtes comme vous êtes.

Quel est votre projet de vie global ? parce que sans vouloir être trop rude… Epargne pour mourir avec 200/300k de capital en s’étant serré la ceinture toute votre vie … Quel intérêt ?

Pour mourir riche, un PEA avec 50k € sur trackers à en moyenne 8% de capitalisation, vous donnera en théorie la possibilité sans trop d’effort  d’atteindre environ 2M au moment où vous serez susceptible de passer l’arme à gauche (soit environ 80 ans dans mon exemple).

Si bâtir un patrimoine tôt dans votre vie, je vous conseille alors, si vous en êtes capable, de prendre le taureau par le corne. Formez vous, augmentez vos revenu, augmentez vos connaissances sur l’épargne et la finance en général.

Si vous êtes beaucoup plus manuelle et pratique que théorique, essayer de vous lancer dans l’immobilier avec des biens à 10% de rentabilités, allez, même si certaines seront pas d’accord vous pouvez viser 8 ou 9% si certaines aspect le justifient (emplacement dans une grande ville, peu de charges, peu d’impôt locaux proportionnellement au reste de la ville, gros bloc facile à gérer, etc…). Réaliser des travaux est souvent affaire d’homme, certes certaines travaux demandent de la force physique, mais la plupart n’en demande pas forcement (peinture, électricité, finitions, voire placo) et je vois pas pourquoi une femme ne pourrait pas le faire.

Une résidence secondaire avec LMNP…, je connais pas bien votre projet, mais il a l’air, aux vues de votre situation, assez bancal… C’est un peu comme si ce projet ne servait qu’à vous rassurer. Donnez un sens à votre effort d’épargne est une bonne idée, mais encore faut il que le jeu en vaille la chandelle.

Au total, si lui semble faire des pas vers vous, c’est à mon sens à vous d’en faire vers lui maintenant, ou de renoncer.
Stabilisez et formalisez un maximum de chose pour que la situation soit plus claire (compte commun etc). Si vous êtes dans le rôle de celle qui tient le compte et la baraque, travaillez un peu tout ça, parce que là honnêtement à sa place, je serai pas tout à fait rassuré.

Peut être pourriez vous vivre en vous disant qu’il ne vous reste que 5 ans… Ca pourrait peut être débloquer certaines choses, et après tout personne n’est à l’abris de rien.
Épargner sa retraire et sa RP, c’est déjà pas si mal. Vous ne serez jamais ni millionnaire ni rentière de toutes façons (à se rythme là). Si vous avez des enfants vous n’aurez plus beaucoup de temps et de capacité d’épargne.

Je suis peut être dur, mais bon, je pense qu’il faut que vous réfléchissiez sérieusement et que vous distinguiez ce qui est du projet de vie, de ce qui sert juste à vous rassurer.

N’oubliez pas que vous êtes jeune et en couple. Vous avez des expériences formidables à vivre. N’importe quel milliardaire troquerait sans hésitez sa fortune pour votre jeunesse.

Enfin, n’hésitez pas à utiliser le système de réputation pour dire merci à certains intervenant qui vous auront gracieusement consacré du temps.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 16/06/2017 10h53

Membre (2015)
Réputation :   29  

J’ai lu le début de la discussion, et j’ai reconnu en ça un couple d’amis !

Même composition, l’homme dépense sous le coup d’une émotion, d’une envie, d’une bonne offre, la femme économise et raisonne les dépenses au quotidien.

Je ne sais pas si ça peut vous motiver à prendre différentes décisions, mais je vous suggère une certaine rigueur quant à la mise en place de solutions au vue de la situation de mon exemple.

En effet, il y a quelques années de ça, mon amie est venue me rencontrer pour trouver conseil, car son mari dépensait donc à tout va comme vous l’avez compris. A peine le salaire sur le compte, l’argent est déjà sorti ! vélo, ordinateur, téléphone, chaîne hifi, téléviseur,…

Alors qu’ils étaient en plein travaux, dans un logement fraîchement acheté, les dépenses s’accumulaient et elle angoissait de voir l’argent partir toujours plus vite.

Sa plus grosse peur était de le voir acheter une maison, alors même que les emprunts étaient déjà nombreux et l’argent de côté se faisait rare. Sans compter qu’ils n’avaient pas fini de rénover le logement tout juste acheté.

Aujourd’hui, la maison ils l’ont, la moto, la berline, … tout est là, les nouveaux emprunts aussi (tout ceci en l’espace de 5 ans), et elle, elle à complètement baissé les bras et pire encore, elle a décidé maintenant de le soutenir dans ses choix pour ne pas être en conflit permanent avec lui.

Le résultat est très anxiogène, l’entourage a complètement laissé tomber le couple dans ses achats compulsifs qui croule maintenant sous plusieurs (ou un GROS) emprunt comptant maison, travaux, véhicules en tout genre, etc…

Fut un temps ou je lui disais que tant qu’il n’y avait pas d’emprunt, les dépenses étaient gérables, aujourd’hui il y a emprunt + dépense.

Récemment, mon ami (donc le mari) m’a écrit pour me dire qu’il avait quelques problèmes avec l’avancement d’un chantier (de leur maison) car il n’avait plus aucune liquidité et cherchait à vendre un véhicule pour payer les factures. Cela ne l’a pas empêché d’acheter une nouveau quad depuis…

C’est une femme qui a la tête posée sur les épaules, avec un emploi stable, elle est raisonnée, et pourtant , malgré sa capacité à vouloir contrôler une trésorerie saine, malgré son fort caractère, avec le temps elle a complètement abandonné et je ne vous le souhaite pas.

Prenez le taureau par les cornes et agissez avant qu’il ne soit trop tard et surtout, ne baissez jamais les bras, soyez rigoureuse et forte, ou vous serez aspirer dans une spirale de laquelle il peut vite être difficile de sortir, mais vous êtes consciente de tout ça.

Je sais que vous êtes loin de cette situation, mais en votre discours j’ai reconnu celui de mon amie.

Dernière modification par Uspony (16/06/2017 10h58)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #17 16/06/2017 19h58

Membre (2013)
Réputation :   56  

Bonjour,

Je suis désolé mais la file ressemble plus à un déballage de conseils façon "courrier du cœur" qu’à un forum avec pour thématique les finances personnelles.
Le summum étant les conseils matrimoniaux de certains intervenants.

Comme l’a très bien résumé petit propriétaire, il vous faut:
- un compte joint pour gérer les dépenses du couple
- un compte epargne commun pour gérer l’épargne des vacances des imprévus etc.
- les comptes persos servent alors aux dépenses persos.

Chacun sera ainsi libre de faire ce qu’il veut. Et s’il y a des enfants, la vision des loisirs dispendieux de votre conjoint peut changer pour d’autres priorités.

En attendant, ce qui compte, ce sont les outils, pas les avis.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 19/06/2017 10h30

Membre (2017)
Réputation :   8  

@Isild : Merci pour votre soutien. Vous me comprenez, chose rare depuis le début de cette file. Je me sens beaucoup moins seule. Je ne suis pas un monstre, une castratrice. Mais je vais vraiment essayer de m’améliorer, je ne voyais pas vraiment le mal que cela pouvait causer à ma moitié.

@ostal : j’avoue que ce sujet m’effraie un peu. J’ai du mal à imaginer mon éventuel comportement, alors le sien …

@kiwai10 : merci de votre compréhension ! En effet, il est l’image totalement opposé d’un futur rentier ( chose qui ne l’intéresse pas du tout, vous l’aurez tous compris ) pourtant la plupart " ont pris sa défense " ici, c’est moi qui passe pour la vilaine sad
Trêve de plaisanterie, je sais que maintenant c’est à moi de faire un travail sur moi-même, les interventions de chacun d’entre vous m’ont permis d’ouvrir les yeux.

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #19 20/06/2017 17h55

Membre (2013)
Top 100 Réputation
Top 20 Vivre rentier
Réputation :   285  

Bonjour Audrey8134,

Bien que certains propos que vous avez tenus m’ont paru excessifs à commencer par le titre de votre message (qui aurait envie de "vivre avec un panier percé", c’est à dire avec un objet, qui plus est dégradé ?), je pense qu’il s’agit de maladresses sur la forme.

Sur le fond, j’éprouve de la sympathie (et même de la compassion) pour votre situation.

Long terme / Court terme

La société de consommation pousse à être centré sur le court terme et à négliger le long terme. Rares sont les personnes qui ont une perspective long terme et sont capables de différer des plaisirs immédiats pour un meilleur lendemain. Vous en faites partie et c’est de mon point de vue tout à votre honneur.

L’homme le plus riche du cimetière

Accumuler sans but immédiat est souvent décrié. Je pense à l’inverse que créer un différentiel positif entre revenus et dépenses est la base d’une gestion saine de ses finances et ce, même sans objectif immédiat. C’est une gymnastique ou une discipline qui permet de se placer dans une dynamique positive. Ensuite, il est possible de la compléter par l’investissement du patrimoine accumulé. Le recours au crédit peut également faire sens d’un point de vue financier, si les conditions de crédit (et notamment de taux) sont bonnes (en particulier si le taux du crédit est très inférieur à la rentabilité de l’investissement et que le levier ne nous met pas en danger par ailleurs): Effet de levier et investissement immobilier…

Accumuler sans but apparent peut in fine se révéler salutaire (et des besoins nouveaux peuvent également émerger):
* Protection financière en cas d’accident de la vie (travail, maladie, handicap, etc…).
* Protection financière de vos proches (et/ou des générations futures).
* Achat de temps avec de l’argent (indépendance financière).
* Achat apériodique important (achat d’une résidence principale, par exemple).
* Financer une formation (études supérieures des enfants, etc…).
* Relativiser le poids des revenus professionnels.

Actuellement, je considère que je travaille plutôt pour la sécurité des générations futures que pour ma propre personne (je pourrais en principe être indépendant financièrement en "consommant le capital", mais ce n’est pas mon choix, comme expliqué dans ma présentation: Info - Forums des investisseurs heureux).

Bonheur et consommation

Un piège me semble également être de confondre bonheur et plaisir lié à la consommation.

Le plaisir lié à l’achat d’un bien augmente à mesure que la date de l’achat approche puis décroît jusqu’à devenir nul.

Le bonheur quant à lui ne se mesure pas aux montants dépensés: marcher en montagne, lire un livre, jouer à un jeu de société, jouer de la musique, réaliser un projet (potentiellement rémunérateur), se former, créer, partager du temps avec des amis peuvent être sources d’un bonheur durable, sans lien avec un achat et gratuit.

Personnellement, je peux me contenter de très peu (si j’étais seul, un appartement de 20 m2, un ordinateur voire une voiture suffiraient grosso modo à mes besoins matériels) mais ce n’est pas vrai de mon foyer dans son ensemble.
Pour moi, acheter un objet, au-delà du coût financier induit également un coût d’encombrement et de temps / maintenance.
Je préfère avoir peu d’objets, mais à forte valeur ajoutée (ordinateur, instrument de musique, jeux de société): maximiser le rapport temps passé / prix.

En pratique, ma famille a des besoins supérieurs aux miens et n’a pas forcément une vision conforme à la mienne !

Changement

Il me semble extrêmement difficile (illusoire ?) de changer une autre personne, y compris une personne très proche, son conjoint, soi-même. Il ne s’agit pas simplement d’une question d’intelligence de la personne à changer. Même si votre conjoint fait des déclarations d’intention allant dans votre sens, à mon avis, vous ne parviendrez pas à le changer fondamentalement, à long terme. Au mieux il fera à reculon des concessions. Il faut donc à mon avis l’accepter avec ses défauts et ses qualités (plus facile à dire qu’à faire !) et chercher d’autres solutions pour que l’impact de ses faiblesses soit compatible avec votre personne.

Couple fusionnel

Il ne faut pas non plus à mon sens avoir une approche trop fusionnelle de la relation à deux, vouloir tout partager, vouloir tout faire ensemble. Le fusionnel et le passionnel est éventuellement une étape dans la relation à deux, au début d’une relation. Combien de couples sont fusionnels après 20 ans de vie commune ? Il faut être réaliste. Et le fait de ne pas/plus être fusionnel ne signifie pas à mon sens une absence d’amour, au contraire (vouloir le bien de l’autre, y compris en voyant/acceptant ses défauts).

Ma vision personnelle du couple et de la famille, est la suivante:
1/ Chacun était bien avec lui-même quand il était seul: pas "besoin" de l’autre pour résoudre ses problèmes, par exemple. Chacun est et a été autonome, responsable et heureux dans cette situation. Bien sûr, si l’autre a besoin de soi dans la relation (maladie, accident de la vie ou autre), il y a également un principe de solidarité dans un couple formé.
2/ Temps communs de qualité à deux quand le tout est supérieur à la somme des parties.
3/ Chacun a des domaines d’intérêt personnel non communs où il fait ce qui l’intéresse (sans que l’autre ne se sente obligé de s’y intéresser alors que ce n’est pas fondamentalement le cas).
4/ Temps de qualité en famille (avec enfants) quand le tout est supérieur à la somme des parties.

À titre personnel, je réalise tous mes investissements sans que mon épouse ne s’y intéresse (actions / immobilier) et cela ne nous pose aucun problème. Ces projets m’intéressent en eux-mêmes au-delà de l’intérêt financier (et du désintérêt de mon épouse). C’est simplement un temps de qualité "seul", ce qui n’exclut en rien par ailleurs des temps de qualité à deux sur des activités sur lesquelles nous avons des intérêts communs. Par ailleurs, elle bénéficie pleinement de mes investissements personnels: ce patrimoine nous appartient à tous les deux, étant entendu qu’elle ne peut l’utiliser de manière unilatérale sans me consulter (et réciproquement, hors investissements).

Niveau de revenus professionnels

Peut-être qu’une autre manière de résoudre le problème serait de le contourner en augmentant les revenus professionnels du ménage, ce qui augmenterait à la fois la capacité d’épargne (de votre côté et commune) et permettrait à votre conjoint de "respirer" (dépenses irrationnelles).

Quelques pistes pour augmenter significativement vos revenus professionnels: formation, changement de métier, expatriation, création/reprise d’une entreprise.

Investissement ?

Votre conjoint ne semble pas intéressé par l’épargne. Peut-être serait-il plus intéressé par l’investissement ?

L’investissement en actions, par exemple, me semble avoir beaucoup de points communs avec certains jeux de réflexion et ce côté ludique pourrait peut-être l’attirer (attention néanmoins à ce qu’il comprenne bien ce qu’il fait: quand je parle de la dimension ludique, je ne parle pas du côté "jeu de pur hasard" des turbos, du Forex ou autres approches calamiteuses): Catane (jeu de société) : qui veut acheter mes jolis moutons ?
* Esprit de compétition
* Découverte, compréhension des mécanismes
* Choix et mise en place de stratégies gagnantes
* Mouvements tactiques
* Résultats mesurables
* Aléa contrôlable

L’investissement en immobilier, par ailleurs, a également un côté pratique/projet qui peut être satisfaisant en lui-même, au-delà de la dimension financière et qui pourrait de ce fait potentiellement intéresser votre conjoint. Bien sûr, il ne s’agit pas de le forcer.

Un mode de fonctionnement

Mon épouse n’a pas actuellement d’activité professionnelle, par choix. Nous pensons que l’éducation de notre garçon est l’investissement le plus important.

Nous avons fixé une limite de dépense à 5 K€ / mois pour notre foyer (le delta va vers un compte épargne commun "intouchable" sauf pour régler les impôts):
* 700 €/mois virés sur mon compte pour mes dépenses personnelles courantes (déjeuners, vêtements, cadeaux, etc…)
* 1250 €/mois de loyer
* 500 €/mois virés sur un compte commun pour provisions voitures (en période de changement de véhicule)
* 2500 €/mois (ou 3000 €/mois en fonction de la situation voiture) virés sur le compte de mon épouse et dont elle dispose pour régler les autres frais et couvrir ses dépenses personnelles.

Conclusion

Il y a deux manières de franchir un obstacle: le détruire ou le contourner.

Je suis pessimiste quant à votre capacité à changer votre conjoint (détruire l’obstacle). Je ne crois pas non plus vraiment aux couples fusionnels: pour moi, il faut partager des moments quand il y a un intérêt objectif à le faire (et non "se forcer" à partager).
Il faut donc à mon avis trouver des solutions créatives permettant de contourner le problème, par exemple, par une augmentation de revenus professionnels (permettant à la fois de dépenser plus et d’épargner plus; il ne s’agit pas de dilapider le surplus) et peut-être votre conjoint, à défaut de s’intéresser à l’épargne trouvera d’autres centres d’intérêt par exemple dans le domaine de l’investissement ou la création/reprise d’entreprise, également potentiellement créateurs de valeur et complémentaires à l’épargne qui paraît le rebuter.

Si le débit de l’eau versée dans un panier percé est plus grand que celui de la fuite, le panier va se remplir sans avoir à le réparer.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (21/06/2021 09h18)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #20 21/06/2017 12h45

Membre (2013)
Top 100 Réputation
Top 20 Vivre rentier
Réputation :   285  

Bonjour Audrey8134,

Tout d’abord, merci de votre réponse détaillée qui montre votre implication dans les échanges. Je vous prie également de bien vouloir m’excuser pour mes messages "fleuve", la synthèse n’est sans doute pas ma première qualité !

Panier percé

Je me doute bien que vous ne prenez pas votre conjoint pour un objet, mais sur la forme, le fait de le comparer à un objet dégradé est néanmoins révélateur et excessif, même si c’était pour interpeler le lecteur. Encore une fois, il s’agit plutôt d’une question de forme que de fond car sur ce dernier, je me sens plus proche de votre vision du monde que de celle de votre conjoint telle qu’elle apparaît à travers vos messages.

"Je bosse, je me fais plaisir"

Outre la distinction plaisir / bonheur que j’ai déjà évoquée dans mon précédent message, peut-être faudrait-il également que votre conjoint s’interroge sur l’opposition travail / plaisir.

Le travail est souvent opposé au plaisir. Il faudrait donc acheter pour se faire plaisir après avoir travaillé, pour compenser la douleur.

Certes, étymologiquement, le travail est par définition douloureux. Néanmoins, je pense pour ma part qu’il est possible d’associer travail et plaisir, au moins dans certains domaines, notamment quand on a un intérêt fort pour un sujet. À titre d’exemple, quand j’ai réalisé mon "marathon de l’analyse financière" qui a consisté à passer en revue manuellement les données financières des 3750 entreprises japonaises cotées, ce "travail" qui aurait été pénible pour un tiers a pour moi généré un plaisir et une satisfaction intellectuelle (j’ai appris des choses; j’ai trouvé des opportunités d’investissement; j’ai découvert des situations caucasses qui m’ont bien amusées):
Actions japonaises : de nombreuses opportunités au Japon…
Actions japonaises : de nombreuses opportunités au Japon…

Cette approche d’alignement entre travail et plaisir me semble également importante dans l’éducation des enfants. Je pense par exemple avoir réussi à associer plaisir et mathématiques chez mon garçon de 8 ans: en lui montrant de manière enthousiaste des aspects intéressants et ludiques des mathématiques, à sa portée, il semble avoir développé un goût pour la chose. Il fait spontanément des calculs "pour aller sur Mars", décompose des nombres en produits de facteurs premiers, aime les batailles de multiplications, déclare vouloir devenir mathématicien et apprécie les problèmes complexes car les autres sont ennuyeux (sic).

Avec une approche opposant plaisir et travail (ici l’apprentissage des mathématiques), il aurait sans doute pu souffrir beaucoup pour un résultat probablement moindre.

Pouvoir atteindre l’état de flow (cf Csíkszentmihályi) où travail et plaisir se mélangent me semble l’idéal.

Mon objectif personnel d’indépendance financière n’est d’ailleurs pas oisif: il s’agit plutôt pour moi d’augmenter la probabilité de réunir les conditions permettant l’émergence de situations de flow pour réaliser mon potentiel et, in fine, un meilleur alignement entre ce que je fais et ce que je suis.


Augmentation des revenus professionnels

Même si je comprends qu’à court terme, cela soit difficile, je pense qu’il s’agit néanmoins d’un axe important sur lequel vous devriez travailler dans une perspective moyen/long terme, à la fois pour vous et votre conjoint.

gunday a écrit :

Si elle augmente ses revenus, pour dépenser plus dans le couple, je crains que le sentiment d’injustice (l’un qui participe davantage au couple que l’autre)

Je me suis sans doute mal exprimé. Je ne suggérais pas qu’Audrey8134 seule augmente ses revenus. Je suggérais d’augmenter les revenus du ménage dans son ensemble i.e. des deux conjoints. Il ne s’agirait pas de dilapider le surplus mais d’augmenter à la fois l’effort d’épargne et, parallèlement, au besoin, les dépenses irrationnelles.

Si les revenus sont divisés en 3:
* Argent de Monsieur: dont il disposerait comme il le souhaite
* Argent de Madame: dont elle disposerait comme elle le souhaite
* Argent épargné en commun

Augmenter les revenus du ménage permettrait d’augmenter à la fois les 3 entrées d’argent. La première entrée d’argent serait vraisemblablement dilapidée ou en tout cas sous-optimisée d’un point de vue strictement financier, mais les deux autres épargnées.

Investissements immobiliers

Le conseil qui vous a été donné d’emprunter à 100 % ou mieux à 110 % pour un investissement immobilier me semble pertinent:
1/ Pouvoir faire face à un besoin immédiat de liquidités (travaux, impayés ou autre).
2/ Placer l’argent en réserve sur des supports dont la rentabilité est supérieure au taux du crédit permet de générer un différentiel positif.
3/ Les deux situations suivantes sont globalement neutres du point de vue de la sécurité (en effet, rien n’empêche de passer de la situation a/ à la situation b/ par remboursement anticipé du crédit; votre crainte sur l’option a/ ne me semble donc pas justifiée: même niveau de levier dans les deux cas):
a/ Avoir 50 K€ de liquidités et une dette de 110 K€.
b/ Avoir 0 K€ de liquidités et une dette de 60 K€.
4/ Conserver des liquidités pour d’autres projets d’investissement.
5/ Bénéficier à plein de l’effet de levier dans des conditions de crédit favorables.

Par ailleurs, la location en LMNP a certes l’avantage de la fiscalité (amortissement du prix du bien) mais cela induit une augmentation du turnover. De mon côté, je ne pourrais pas gérer 14 appartements en LMNP dans des immeubles différents, qui plus est à distance. Par contre, gérer 2 ou 3 immeubles d’une quinzaine d’appartements, en nu, à distance, me semble tout à fait envisageable en parallèle de mes autres activités (sur base de ma courte expérience de gestion d’un immeuble de 14 appartements depuis 3 ans 1/2).

Louer de petites surfaces (T1) induit également une augmentation du turnover (avec risque de vacances locatives pendant les mois d’été en cas de public étudiant, ce qui n’est pas votre cas).

Idem pour le saisonnier.

Je préfère pour ma part louer des T2 dans des immeubles de rapport avec un nombre significatif de lots, en nu, avec une rentabilité certes plus faible, mais permettant plus facilement un passage à l’échelle. Je vous indique simplement cela dans une perspective long terme. À court/moyen terme, quand le facteur temps n’est pas un problème vis à vis des montants à investir, il peut être judicieux de privilégier la rentabilité financière stricte (et non d’optimiser le couple temps passé / rentabilité).

Cet autre éclairage, dans une perspective long terme de passage à l’échelle, pourrait vous être utile si vous souhaitez développer le côté investissement immobilier de manière forte.

Par ailleurs, si j’avais le choix binaire entre investir des liquidités en actions ou en immobilier, je choisirais la première option plutôt que la seconde (note: investir actuellement sur les marchés financiers n’est peut-être pas judicieux, vu le niveau moyen des prix): Actions vs Immobilier : pourquoi je préfère les actions !

Voici également un exemple de structuration de patrimoine qui me semble pertinente (voir scenario 2), au-delà de l’exemple et de la question de la résidence principale: Achat d’une résidence principale vs investissement en actions et location

J’ai maintenant lu dans votre présentation la description de votre premier projet immobilier. À titre personnel, je ne serais pas chaud pour plusieurs raisons:
1/ Faible rentabilité par rapport à ce qu’il est possible de trouver par ailleurs: il faut viser 10 % brut au minimum, de mon point de vue.
2/ Mélanger en un même bien 2 objectifs distincts: vacances + location. Pourquoi ne pas dissocier les deux: avoir un immeuble locatif optimisé pour faire du locatif et louer un appartement pour vos vacances ? Mélanger deux objectifs opposés me semble conduire à des choix sous-optimaux.
3/ La consommation en temps pour vous sera importante à moins de déléguer.
4/ Le promoteur ne me semble pas digne de confiance (les menteurs ont tendance à dire qu’ils ne mentent pas et qu’ils sont sérieux; les personnes qui ne mentent pas ou qui sont sérieuses n’ont pas besoin de le dire). En tous cas, ne croyez rien de ce qu’il vous dit: faites-vous votre propre opinion et trouvez par vous-même les réponses à vos questions sans vous fier à lui.
5/ Type de bien: l’achat d’un bien neuf est certes rassurant mais la rentabilité va baisser avec l’usure du bien, dans la durée. Dans une optique locative, je vise personnellement la rentabilité et non la plus-value potentielle.
6/ Niveau de connaissance: vous semblez ne pas maîtriser tous les aspects de votre projet (notamment la fiscalité), ce qui induit un risque.

Dans le positif, d’après les informations que vous donnez (et sans les avoir personnellement vérifiées), le prix du bien semble sous-évalué par rapport au prix du marché, ce qui serait une bonne chose, le cas échéant. Par ailleurs, le plus grand risque est parfois de ne rien faire (syndrôme de la paralysie face au risque).

En conclusion et en espérant ne pas vous démotiver, j’aurais sans doute plutôt cherché à dissocier les deux besoins:
1/ Un immeuble de rapport par exemple à Bézier, pour la location.
2/ Location d’un appartement "coup de coeur" à la mer pour les vacances, par ailleurs.

Mon avis personnel sur votre achat est donc négatif, dans une perspective d’investissement, car il y a mieux à faire par ailleurs, dans une optique de rentabilité. Regardez par exemple le parcours de Philippe30, si vous voulez avoir un exemple de ce qu’il est pertinent de faire dans l’investissement immobilier:
Info - Forums des investisseurs heureux

Pour revenir à nos moutons, il semble une bonne chose que votre conjoint soit motivé par l’investissement immobilier, mais j’avoue ne pas avoir compris à vrai dire où se situait précisément sa motivation fondamentale:
1/ Monter un projet
2/ Travaux / aspects techniques
3/ Dimension financière
4/ Faire une activité à deux
5/ Gestion
6/ Comprendre le marché / recherche

Votre motivation me semble, à l’inverse beaucoup plus claire. Du coup, je m’interroge s’il a une réelle motivation dans ce projet d’investissement immobilier ou s’il ne s’y intéresse en façade que pour répondre à une attente de votre côté.

Liberté

De mon point de vue, aimer quelqu’un, c’est également le laisser libre dans ses choix (bien entendu pas de faire n’importe quoi ni de vous mettre en danger). Peut-être qu’une voie d’amélioration pour vous, comme vous l’avez évoqué, serait d’être moins directive.

De mon côté, par exemple, j’ai un grand besoin de liberté et d’autonomie et, ne serait-ce que sur la forme, même si j’étais d’accord avec le fond, je m’opposerais à des demandes lourdement insistantes simplement par principe, par réaction (oui, je suis têtu !). Ayant dit cela, il va de soi que j’essaie de mon côté de laisser mon épouse globalement libre et autonome dans ses choix.

Le côté "bonne pâte" de votre conjoint pourrait également potentiellement se transformer à terme en effet "cocotte minute", s’il ne parvient pas à vous dire non par faiblesse et qu’il accumule un ressentiment.

Je vois également un risque à trop le pousser et à trop l’aider: ces actions pourraient l’installer une forme de dépendance dans laquelle il n’agit pas/plus seul avec une motivation personnelle mais seulement sous impulsions externes et à contrecoeur.

Qualités créatrices de valeur

Un des points clé est peut-être précisément de découvrir et faire émerger ses qualités créatrices de valeur, ou mieux qu’il les découvre par lui-même plutôt que par (injonction directive venant de) vous.

L’idéal serait peut-être même que certains domaines dans lesquels il pourrait être créateur de valeur ne vous intéressent pas, pour lui laisser un espace de liberté.

Renforcer ses points forts par vos encouragements fonctionnerait peut-être mieux qu’insister de manière directive pour résoudre ses points faibles.

Bourse / actions

Je pense que si vous approchez votre conjoint de manière directive sur le sujet de la bourse et des actions, vous risquez en effet de vous heurter à un mur. Il faudrait trouver le moyen de voir si ce domaine pourrait effectivement fondamentalement l’intéresser. Je ne sais pas si vous avez des amis qui ont une réelle compétence dans ce domaine ? Cela passerait peut-être mieux que par vous.

De mon côté, l’un des points qui m’a intéressé au départ, outre l’aspect ludique et financier, était que l’étude des données financières permet de comprendre certains aspects du fonctionnement d’une entreprise.

À tout hasard, voici un message que j’avais rédigé donnant ma vision de l’investissement en actions: Debuter en bourse : comment débuter en bourse ?

Conclusions

Faire émerger les capacités créatrices de valeur de votre conjoint (si possible de lui-même ou via des tiers) et les renforcer par vos encouragements me semblerait plus pertinent que vouloir remédier à ses défauts et le contraindre à faire des choses qu’il ne souhaite pas fondamentalement, de manière directive (même si de mon point de vue, dans le fond, vous avez raison ou plus exactement votre vision correspond mieux à la mienne que celle de votre conjoint). Bien que je n’aie pas compris où se trouvait l’intérêt de votre conjoint pour l’investissement immobilier, si cet intérêt est réel et fondamental, cette dimension pourrait être développée. Si vous trouvez le moyen de l’intéresser aux marchés financiers / actions et s’il y développe de réelles compétences, ce serait également une corde supplémentaire à votre arc, complémentaire à l’effort d’épargne et à l’investissement immobilier.

Même si mon message est écrit de manière tranchée et directive (ce qui correspond à mon style sur la forme), il ne s’agit dans le fond que de mon avis, pas nécessairement meilleur que celui d’un autre. Je ne prétends bien entendu pas détenir la vérité.

Cordialement,

Vauban

Dernière modification par vauban (01/07/2017 07h40)


"Price is what you pay. Value is what you get.", Warren Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #21 Hier 11h34

Membre (2014)
Top 50 Réputation
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   399  

audrey8134, le 14/09/2021 a écrit :

Bonjour,

Petit retour sur ma situation actuelle.
Toujours en couple avec mon conjoint et pas vraiment de changement, c’était prévisible.

- aucune envie de son coté d’évoluer professionnellement pourtant en a les capacités et est largement sous payé sur son poste. Il se contente des 1% d’augmentation annuelle comme tous les employés
- passe de plus en plus de temps dans son sport
- approche de la quarantaine et volonté de se faire un très beau cadeau, environ 8000€ et vous l’aurez compris qui touche son loisir soit environ 6 mois de salaire
- son livret A est plein, les investissements ne l’intéresse pas donc il dépense tout ce qui dépasse. Bein oui, il est riche donc faut profiter.

Vauban, vous aviez vu juste, il se moque royalement de faire fructifier son épargne ou investir dans un projet.
Il a accepté l’achat de l’appartement à la mer uniquement pour me faire plaisir. Il s’occupe occasionnellement des travaux quand il y a besoin et de rien d’autre. C’est moi qui m’éclate dans la gestion des locations.
J’ai d’ailleurs loupé une super affaire, je m’en mord encore les doigts, plus de détails dans ma présentation que j’ai mise à jour.

- de mon coté, je tente les concours administratifs afin d’augmenter mes revenus
- je tente la diversification avec le crowdfunding que je souhaite expérimenter dans le mois qui arrive
- ouverture prochaine d’une autre AV et d’un PEA chez Yomoni je pense
- je cherche toujours un autre bien en bord de mer pour de la LCD

Je ne cherche plus à lui imposer quoi que ce soit, j’ai été trop directive et pas envie de le braquer davantage.
Je lui expose simplement la rationalité de la dépense par rapport à ses besoins et ses envies à bien différencier, il décide de la pertinence de ses achats. Plus je lui impose mon ressenti, plus il s’oppose  donc ce n’était bénéfique ni pour lui ni pour moi.
La santé financière du foyer est plus que saine, chacun fait ce qui lui plait de ses économies.

La vraie question : pourquoi vous restez avec lui?
Clairement, il est pas au niveau de vos attentes ni de votre caractère.
Vous avez 35 ans, il est encore temps de trouver celui qui vous sera complémentaire.

Je ne crois pas en la durabilité d’un couple avec des gros extrêmes et vous nous avez fait 4 pages de plaintes sur lui.
Donc Tinder!

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #22 Hier 12h10

Membre (2017)
Réputation :   8  

Mon couple ne repose pas uniquement sur une question d’argent … Heureusement je dirais même.
Nous sommes de la classe moyenne basse et avons bien plus que la majorité de notre entourage et de personnes de classe supérieure.
Je remets simplement en cause le fait qu’il ne cherche pas à rentabiliser au mieux ce qu’il a et ses compétences surtout.
Je vous remer.cie mais je me passerai de votre conseil matrimonial

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #23 Hier 13h02

Membre (2014)
Top 50 Réputation
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   399  

Sujet de 4 pages.
Vous êtes obsédée par son côté cigale : vous avez ouvert un sujet et vous donnez des nouvelles régulières.
Vous faites des projets, il a des loisirs - d’ailleurs lesquels, vous n’en parlez pas (honte?).

Je ne partage pas du tout l’avis des autres qui vous suggère de prendre sur vous. Pourquoi devrierz-vous vous écraser alors que ce sujet vous est aussi important? Ca fait des années que vous lui en parlez et il n’a rien fait depuis, je pense qu’il devrait se déboucher les oreilles.

Il fait des choses (co-achat appart, travaux) pour que vous le lâchiez.

En fait, il abuse de vous : comme vous êtes la fourmi, il peut claquer son fric car il sait que vous serez le filet de sécurité tant que vous restez ensemble.

Imaginez ce que vous pourriez accomplir avec quelqu’un de votre trempe?

Je ne crois pas que vous le transformerez en fourmi. C’est une habitude ancrée profondément dans la personnalité, pratiquement de la mémoire implicite.

Bon courage!

Dernière modification par kiwijuice (Hier 13h05)

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #24 Hier 15h42

Membre (2014)
Top 50 Réputation
Top 20 Portefeuille
Top 5 Vivre rentier
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   546  

Vous vous rendez compte que vous êtes tous en train du juger un couple juste sur les dires d’une personne et sur un forum ?

Si elle est encore avec cet personne il doit avoir d’autre qualité non ? Personne en sait rien.

Le jugement vient de l’ignorance.

D’un point de vu psy , ( j’ai un peu d’expérience et de formation ) c’est une question de personnalité que seul la socialisation secondaire peut changer mais c’est difficile même si c’est possible.

C’est comme demandé à une personnalité introvertie de devenir extravertie : bon courage …

Mais dans les couples, les opposés s’attirent.
J’ai appris qu’un introverti avec une extravertie ont plus de chance de fonctionner que deux I ou deux E !

L’amour c’est regardé dans la même direction.

Audrey doit sans doute regarder dans la même direction que son chéri même s’il ne sont pas d’accord sur les investissements.

Ma femme c’est pareil , ça la saoule mais je me suis quand même marié avec et heureusement… car justement malgré l’éducation financière et la vision différente qu’on a dessus , on regarde quand même dans la même direction.

Mon conseil , je ne jugerai pas votre couple, je ne jugerai pas votre chéri car s’il est dépensié ( éducation ? Peur de la mort ? Je n’en sait rien et c’est pas par écrit sans parlé avec lui qu’on peut être objectif ) et faites vous même votre chemin sur ce plan.

La finance c’est comme un loisir , on aime ou on aime pas tout simplement.

On demande pas à un rugbymen de faire de la danse classique smile ( ça doit exister en plus, c’est de l’humour smile )


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #25 Hier 17h22

Membre (2018)
Réputation :   105  

audrey8134, le 14/09/2021 a écrit :

La santé financière du foyer est plus que saine, chacun fait ce qui lui plait de ses économies.

Une salve de messages en 2017, une autre en 2021… Personnellement, je ne pense pas que audrey8134 soit obnubilée par la situation. La dernière phrase du message de 2021 montre quand même que tout va bien. Il y a pas mal de forumeurs qui font de leurs investissements leur dada personnel et qui viennent sur le forum parce qu’ils n’ont pas de partenaire (au sens large) avec qui échanger.

Je trouve ça super que Monsieur s’investisse dans son sport. Le plan "je me foule pas au boulot, mais je m’éclate au sport" me semble être un état d’esprit semi rentier. J’attends avec impatience de voir ce que Monsieur va faire avec 8000 € : ça me fera réver par procuration.

Audrey8134, ne soyez pas trop dure avec Monsieur. Il vous a fait quelques travaux. Le mien, en situation similaire, m’aurait répondu "No way. L’investissement dans cet appartement, c’est t*n idée. T*u t*e débrouilles. D’ailleurs, j’ai entraînement de sport." Veillez juste à ce que les charges (en argent et en temps) soient bien réparties, qu’il n’y ait pas de rancunes sur le long terme. Par charges, j’entends globalement." ce qui vous saoule tous les deux et qui est nécessaire d’être fait".

🌿🍀🌿🍀

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur