Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Favoris 1    #976 07/07/2021 14h24

Membre (2014)
Top 20 Réputation
Top 10 Vivre rentier
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   605  

bibike a écrit :

@IH : comment définissez vous le niveau de levier ? De raisonnable à élevé quelle est votre échelle et pour quelle raison ?

Je ne me prononce pas à la place d’IH, mais de mon point de vue, le niveau de levier acceptable est à mesurer en fonction du risque d’appel de marge.
Exemples tirés de calculs que j’avais fait (en fonction de mon broker, de mes types de placements, etc): A 1.25x, quasiment aucun risque, à 1.5x un krach cause un appel, à 2x une correction peut suffire.
Si vous avez de l’épargne liquide à coté, ça peut influer. Par exemple, si vous avez 50K€ en fond euro sur une assurance vie de plus de 8 ans, vous pouvez considérer que vous avez 50K de levier "gratuit".


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #977 07/07/2021 14h54

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1219  

Oui c’est ce que je voulais préciser dans mon message initial avec les marges de maintien.

Il y a levier de 1.5x et levier de 1.5x…

Le premier vous pouvez l’atteindre avec des titres qui offrent un levier faible de 2 (MM 50%) et de 0 (MM 100%) et le second vous pouvez l’atteindre avec des titres offrants uniquement du levier x 4 (MM 25%).

Du coup à levier équivalent vous n’avez pas du tout le même risque d’appel de marge.

Chez IB la ligne "fonds disponibles" correspond à ce que vous pouvez encore acheter sur marge modulo l’effet de levier de ce que vous allez acheter.
S’il vous reste 1 000 € vous pouvez acheter 1 000 € avec marge de maintien de 100% ou 6667 € avec marge de maintien de 15%. Cette ligne peut passer négative ce n’est pas grave vous ne pourrez simplement plus acheter. Elle est calculée par différence entre la NAV et la marge initiale.

La ligne "liquidité excédentaire" représente la somme qui vous sépare de l’appel de marge (marge de maintien).

Pour améliorer mon portefeuille IB j’ai vendu des titres sur PEA pour les racheter chez IB car ils demandaient une faible marge de maintien, et j’ai mis sur PEA des titres FR qui chez IB demandaient 100% de MM.

Ainsi à levier équivalent j’ai réduit mon risque d’appel de marge, mais cela augmente mon solde de "fonds disponibles" et ça "encourage" à faire de nouvelles emplettes… big_smile

Bref, pour piloter le levier, à part en augmentant la qualité du portefeuille comme ci-dessus et en surveillant la ligne "liquidité excédentaire" voir stress tester la NAV à coup de -X% global je ne sais pas quoi faire de plus personnellement, et suis preneur de vos bonnes pratiques.

On peut aussi réduire le risque avec du long / short. Il y a même du short qui fait baisser la marge de maintien. Par exemple sur mon portefeuille, si je shorte en vente à découvert 50 titres AMC Entertainment, ma marge de maintien après opération baisse. Si je shorte 100 titres par contre là ils me réclament plus de marge de maintien et donc l’appel de marge se rapproche d’autant…

Dernière modification par bibike (07/07/2021 16h22)


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Boursorama Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #978 14/07/2021 22h23

Membre (2019)
Réputation :   51  

Je suis sceptique sur votre retour concernant l’inflation.

Plusieurs signaux alertent et je reprend un extrait d’un article de C.GAVE sur l’inflation écrit en mai 2021.

"Et nous savons tous que depuis 2020, l’argent « magique » a été principalement utilisé dans des transferts sociaux certes, mais surtout dans des éoliennes et autres panneaux solaires qui ne répondent en rien aux besoins énergétiques des pays.

Et donc, à mon sens et dans ce cycle, le coût de l’énergie devrait être le vecteur inflationniste global, et c’est donc ce coût qu’il faut surveiller comme du lait sur le feu.

A mon avis, il va inéluctablement monter, non pas parce que l’énergie est plus rare comme le croient les Malthusiens mais parce que certains gouvernements ont décidé de taxer les formes d’énergie les plus performantes au profit de celles qui le sont moins, ce qui va faire monter le prix de l’énergie.

Pourquoi ?

D’abord, personne ne supporte d’être vilipendé nuit et jour au motif qu’il serait en train de détruire la planète, et les producteurs d’énergie « ancienne » ont donc décidé d’arrêter de chercher ou de produire des nouvelles ressources « fossiles » (Pouah, quelle horreur) et nucléaires (double Pouah). Il suffit pour s’en convaincre de regarder le budget d’exploration d’Exxon ou de Shell qui ont baissé de moitié dans les 10 dernières années ou les programmes de construction de centrales nucléaires par rapport aux programmes de destruction des vieilles centrales et la vérité apparait comme aveuglante.
Ensuite les énergies vertes sont par nature intermittentes et requièrent d’être doublées par des centrale à gaz, ce qui double la dépense en capital mais pas la capacité et fait monter le prix de l’énergie. Et du coup, les fabricants de centrales thermiques au gaz sont très favorables aux énergies vertes, ce qui n’étonnera que les naïfs.
Enfin, pour qu’une énergie soit efficiente, il faut que la production soit « faite au centre du réseau », pour être dispersée ensuite, à la périphérie. Dans le cas des énergies vertes, nous avons le schéma inverse, ce qui en fait un système peu efficient et de ce fait très couteux.
Et donc le prix de l’énergie va être tiré vers le haut en raison de ces nouvelles technologies plutôt que vers le bas, comme cela était l’usage dans le passé.

Et donc il me parait probable que si l’on additionne :

Le passage vers le tout électrique.
La fin des investissements dans les énergies classiques (charbon, pétrole, nucléaire).
La remarquable inefficacité des technologies vertes qui n’existent que grâce aux subventions.
Et donc, l’on peut être à peu près certain que le prix de l’énergie sera le vecteur qui nous fera passer d’une forte création monétaire à une hausse généralisée de tous les prix.

Et l’embêtant va être qu’une hausse du prix de l’énergie est équivalente à une hausse des impôts qui amène à chaque fois à une baisse de la rentabilité des entreprises et donc des marchés des actions."

Depuis 03/2020 et même avant je guettais certaines valeurs comme Freeport McMoran et Texas Pacific Land… Deux magnifiques sociétés présentes dans des fonds de thepermanent portfolio funds.

Force est de constater que le marché avait pricé cette forte reprise inflationniste (plus de 5.5% en juin aux US) avec les performances de ces 2 sociétés qui à mon sens ont atteint un joli sommet…

Face à cette inflation que l’on a pu voir dans les années 70-80 même si le contexte est différent, il me semble important d’avoir certains actifs anti inflation comme :

- immobilier résidentiel et notamment biens immobiliers en restructuration (bureaux, commerces passant au résidentiel, coliving…)

- obligations indexées sur l’inflation

- dette privée crowdfunding

- obligations émergentes souveraines du fait du fort relais de croissance de la valeur de ces monnaies compte tenu de l’essoufflement du dollar et euro si l’inflation persiste

- obligations convertibles en actions avec un fort volet value/ consommation et luxe

- éviter les actions à gros PER donc attention aux valeurs tech  luxe et autres aux Per fortement haussiers…
Des dirigeants d’Hermès ont d’ailleurs vendu des actions pour 6,45 millions d’euros entre le 17 et 22 juin.

Mais privilégier les actions infrastructures, consommation, énergie , santé …

- argent et or
L’argent se raréfie et la comptabilisation des stocks est erronée à en croire certaines sources.

En février 2021, après la première attaque des Wall Street Silver, le London Bullion Market Association (LBMA) s’est inquiété que 85% des réserves d’argent dans ses entrepôts appartenaient aux ETF.
Or, dans le World Silver Survey, ils additionnent l’argent des entrepôts du COMEX, du LBMA et celui des ETF.

Certains analystes considèrent que des barres d’argent de la banque JP Morgan sont ainsi comptabilisées 3 fois. En janvier 2022, les règles de Bâle III pourraient mettre à nu la réalité des stocks d’argent réhypothéqué plusieurs fois. Ce n’est pas un hasard si le LBMA a signé une lettre de 58 pages adressée au régulateur de la Bank of England, pour repousser la date de la mise en oeuvre de Bale III, en disant clairement que le coeur de leur marché allait être anéanti.

Les demandes de transformation d’argent-papier en argent-physique livré vont déséquilibrer massivement un marché de l’argent déficitaire depuis plusieurs années…

La demande mondiale pour l’énergie solaire photovoltaïque va faire exploser les prix à la hausse à la fin de 2021 et plus encore l’année prochaine, puis la suivante.

D’un autre côté, Richard Adkerson, le CEO de Freeport-McMoran, a révélé que même si le prix du cuivre doublait du fait d’une demande accrue pour répondre aux exigences des Accords de Paris, il lui faudrait 8 ans pour augmenter la production de ses mines. Il ne faut donc pas s’attendre à une augmentation de la production minière proportionnelle à la demande au cours des mois à venir. Quand le prix du métal sera suffisamment haut, des filons abandonnés (parce que non rentables) et des vieilles mines seront rouverts, mais là aussi il faudra des années pour relancer la production.

Le cours de l’argent sera va fortement augmenter avant la fin de l’année prochaine. Vous avez intérêt à stocker tout ce que vous pouvez acheter d’ici là.

Souvenez-vous de la règle N°589 du COMEX, effective depuis le 22 décembre 2014.

Si à un moment, sur le marché, il n’y a personne qui accepte de vendre au prix proposé, l’argent pourra monter de 12$ dans la journée. Étant donné le déséquilibre massif entre l’offre et la demande, je ne vois pas comment ce serait possible que cette règle ne soit pas utilisée dans les mois à venir.

La hausse s’annonce donc fulgurante…

A vous lire
Karl

Hors ligne Hors ligne

 

#979 15/07/2021 05h34

Membre (2018)
Top 100 Réputation
Top 20 Expatriation
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   259  

Il est compliqué de tirer des conclusions de mouvement d’initiés (sauf peut-être s’ils vont tous dans le même sens).

Peakyparl a écrit :

Des dirigeants d’Hermès ont d’ailleurs vendu des actions pour 6,45 millions d’euros entre le 17 et 22 juin.

D’autres membres du Comex en ayant acheté pour 10Me quelques semaines auparavant, il me parait difficile d’en tirer des conclusions sur Hermes (dont le cours a fait +50% depuis le début de l’année) et la confiance de ses dirigeants sur son avenir.

Dernière modification par Liberty84 (15/07/2021 06h02)


“It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.” M.Twain

Hors ligne Hors ligne

 

#980 15/07/2021 07h51

Membre (2020)
Réputation :   12  

peakykarl a écrit :

Et l’embêtant va être qu’une hausse du prix de l’énergie est équivalente à une hausse des impôts qui amène à chaque fois à une baisse de la rentabilité des entreprises et donc des marchés des actions."

Je vous rejoins sur le fait qu’une hausse des prix de l’énergie va se retrouver sur l’ensemble des produits/services proposés à la vente, mais je pense que vous surestimer son impact. Pour faire un effet domino tel que vous le décrivez il faudrait une hausse plus que brutale des prix de l’énergie, sans maîtrise et dans un contexte long terme. 

Déjà nous sommes en juillet, les gros consommateurs d’électricité ont je pense et j’espère pour eux couvert la plupart de leurs achats pour l’année 2021 voir pour une partie/totalité de l’année 2022. Ils ne leur sera pas nécessaire d’augmenter leurs prix de vente dans un premier temps. Après s’ils veulent en profiter pour gonfler leurs marges c’est une autre histoire …

De plus, Les ENR sont fortement développées en Europe et aux US, et sont très marginale dans le reste du monde. Dans les pays ou l’on extrait les fameuses matières premières je vous rassure on utilise encore beaucoup le charbon et le pétrole, et quand je dis beaucoup je dis en très forte et écrasante majorité. Reste à voir un éventuel impact pour les usines qui existent encore en Europe. En Allemagne par exemple les industriels bénéficient d’un tarif préférentiel vis à vis des particuliers, donc ils devraient être peu impactés.

Enfin il y a la saine volonté de faire monter les ENR pour transformer le mix énergétique, et il y aura également le mur des réalités au fur et à mesure de leur monter en puissance. Je fais le pari personnel qu’au fur et à mesure de la hausse des ENR dans le mix global, les consommateurs se poseront de plus en plus de question (via la hausse de leur facture d’énergie car généralement les gens deviennent beaucoup plus raisonnable lorsqu’on touche au porte monnaie), et qu’à la fin nous arriverons à une position d’équilibre induisant certe une hausse du prix de l’énergie, mais sans une explosion en tout cas pour les industriels. 

On retrouve d’ailleurs cette volonté de caper l’impact des ENR dans les prix de marchés par les discussions qui ont lieu en ce moment en France pour revoir le tarif d’achat des photovoltaïques. Certes cela va soulager le budget de l’Etat, mais cela va également limiter les installations à des installations ayant un point mort de rentabilité beaucoup plus bas, et donc plus efficace. Et donc moins cher pour le consommateur/contribuable.

Par contre pour monsieur tout le monde là ça pourrait particulièrement piquer en pointe de consommation, lorsqu’on devrait faire revenir sur le réseau à 21h en pleine hiver les CCGT voir une abominable centrale charbon. Comme c’est la mode des "tarifs de marché", je n’exclus pas quelques épisodes type intempéries Texas de février 2021 dans le futur. Mon conseil du jour : Ne prenez jamais un contrat d’élec au tarif de marché, prenez un contrat avec un prix fixe. Vous aurez l’impression de "perdre" de l’argent, mais vous vous achèterez une belle tranquillité d’esprit. Ou alors prenez au moins un contrat avec un plafond.

Hors ligne Hors ligne

 

#981 15/07/2021 13h55

Membre (2016)
Réputation :   4  

Si je  peux me permettre, je souhaiterai juste répondre à ceci:

article de C.GAVE a écrit :

La fin des investissements dans les énergies classiques (charbon, pétrole, nucléaire).

La fin des investissements dans le nucléaire est plutôt contenue à l’Europe et particulièrement à l’Allemagne et la Suisse:
L’énergie nucléaire dans le monde - Kernkraftwerk Gösgen
Le reste du monde continu à développer son parc nucléaire car son impact en terme de Co2 est le plus faible en comparaison aux termes méthodes.
Les centrales en construction seront d’ailleurs plus puissantes que celles en fonctionnement actuellement. Les chinois font déjà tourner un réacteur de type EPR, mais avec le succès qu’on lui connait:
Problème dans un réacteur nucléaire EPR chinois, les rejets dans l’air normaux selon EDF | Connaissances des énergies
mais qui doit produire tout de même deux fois 1750 MW.
Le nucléaire est de loin pas enterré et est même indispensable pour pallier les écarts de productions des ENRs.

Hors ligne Hors ligne

 

#982 17/07/2021 08h51

Membre (2018)
Réputation :   10  

@ peakykarl,

Je suis allé sur "institut des liberté" pour retrouver l’article de C Gave, mais je n’ai pas trouvé celui que vous citez.
Je me souvient avoir lu un article au sujet de l’énergie, mais je ne me souvient pas qu’il avait mentionné les prix de l’argent.
Pouvez vous nous donner un lien?

Hors ligne Hors ligne

 

#983 17/07/2021 08h56

Membre (2019)
Réputation :   51  

Bonjour,

Bug de citation, la partie sur l’argent et valeurs anti inflation c’est ma partie 😅.

Pour l’article de C.Gave :
Inflation : le débat fait rage? | Institut Des Libertés

Hors ligne Hors ligne

 

#984 31/07/2021 00h06

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1219  

Bonjour Scipion,

Je reviens sur ce très ancien message que je trouve intéressant mais dont un détail m’échappe.

Scipion8, le 14/04/2018 a écrit :

Petit point sur la performance du portefeuille, que je commence à suivre plus finement (ce n’était pas évident l’an dernier, en pleine phase de constitution du portefeuille).

Alpha :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/ … evised.jpg

Bon, ce n’est pas vraiment le Pérou… Depuis le début de l’année mon portefeuille bat le CAC 40 de 0,67 point de pourcentage, soit 2,8k€, et le CAC 40 dividendes réinvestis (comparaison sans doute plus exacte car je consomme rarement les dividendes) de 0,44 point de pourcentage, soit 1,9k€.

Cela représente un "salaire de gestionnaire" (pour le temps passé par rapport à celui que j’aurais économisé en achetant un ETF CAC 40) de 815€ / mois ou 28€ / jour (si le benchmark est le CAC 40) ou de 538€ / mois ou 18€ / jour (si le benchmark est le CAC 40 dividendes réinvestis). Bon, je pense que W. Higgons est un peu mieux payé que moi, mais je suis stock picker junior donc je vais m’en contenter pour le moment :-)

Mon prochain objectif pour l’alpha du portefeuille est qu’il paye mes dépenses de consommation courante (environ 40€ / jour), en gros un SMIC.

Quelques leçons sur l’alpha que je tire de mon expérience jusqu’à présent :

1) Je le savais bien, mais il m’a fallu le tester en réel pour le vérifier : avec un portefeuille aussi diversifié (253 lignes), je vais avoir du mal à battre les indices très nettement. Je ne sais pas quelle pourrait être une cible réaliste sur le long-terme pour l’alpha - à niveau de diversification constant : 1 point de pourcentage serait bien, 2-3 points sont-ils un rêve pour un amateur comme moi ?

2) Bien que le travail de stock-picking initial ait été intense, mon portefeuille est "lazy" au sens où je sais sans régulièrement vérifier sa performance qu’il se rapproche de l’indice, idéalement avec un petit alpha et surtout un beta nettement inférieur à 1 (voir ci-dessous). Mais alors que je suis confiant sur la capacité du portefeuille à garder son caractère défensif (beta < 1) sur le long terme, je pense que générer de l’alpha demande sans doute un effort constant pour dénicher de nouvelles belles valeurs. Ma performance 2017 a été nettement améliorée par des petits paris spéculatifs (Xilam, Air France…) ; je n’ai pas fait ce travail pour l’instant cette année, et récolte pour l’instant un alpha plutôt modeste cette année.

Je remets le tableau de votre message :



Vous dites +0,71% de perf, 2 314 € de PV, OK.
CAC40 + 0,05% donc alpha de 0,67% par soustraction, OK.

Là où je ne vous suis pas c’est sur l’alpha en euros, la colonne surperf € mentionne 2 854 euros d’alpha soit plus que votre PV totale alors que le bench est positif.
Comment avez-vous fait votre calcul ? J’ai l’impression que vous avez pris la valeur totale de votre portefeuille x 0,67% ? (donc apports inclus)
J’aurai intuitivement fait : 2 314 € de PV / 0,71 point de perf = 3 259 € de PV par point de PV.
Donc 0,67 point de surperf x 3 259 = 2 184 € d’alpha sur votre PV de 2 314 €, donc votre salaire de gestionnaire est de 2 184 € et pas 2 854 euros.
Non ? Qu’en pensez-vous ?
Ce n’est pas pour vous embêter, seulement pour appliquer la même chose à mon portefeuille, autant le faire bien du premier coup.

J’en profite si vous passez par là, comment faites vous pour sortir la heat map avec la performance par contributeur sur IB ? J’ai cherché sans succès, mais j’avoue être peu doué sur l’interface IB et j’en découvre régulièrement.


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Boursorama Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #985 31/07/2021 02h10

Membre (2018)
Top 100 Réputation
Top 20 Expatriation
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   259  

@Bibike,

Sur la génération de la heatmap : Account management > PortfolioAnalyst > Reports > Custom reports > Performance by Symbol. La heatmap sera à la fin du rapport après les tableaux.

Dernière modification par Liberty84 (31/07/2021 02h12)


“It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.” M.Twain

Hors ligne Hors ligne

 

[+9]    #986 03/09/2021 19h09

Membre (2017)
Top 20 Réputation
Top 5 Portefeuille
Top 20 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 5 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   2333  

Bonjour,

Alors que s’achève pour moi une courte semaine en France (en Aveyron, après une belle découverte de Besançon), un point sur mon portefeuille :

Tout se passe correctement pour mon portefeuille cette année (+23,2% YTD) - sans plus, mais je ne me plains pas après une année 2020 exceptionnelle. Les différentes poches de mon portefeuille battent leurs indices de références respectifs, à l’exception de mon CTO France (légèrement orienté rendement, +19,5% YTD).

Le style en vogue cette année est clairement le value, ce qui permet une belle surperformance à mon PEA-PME (+45,5% YTD), qui a cette orientation factorielle. Je suis très satisfait de la performance de mon portefeuille européen Saxo (+25,4% YTD), que je prévois de renforcer significativement ces prochains mois.

Mon portefeuille américain IB (+22,8% YTD) ne bat le S&P500 et le NASDAQ que de peu, malgré son levier. En gros, les lourdes pertes que j’ai essuyées sur beaucoup de valeurs technologiques à l’occasion de la rotation sectorielle de février-mai 2021 ont été peu à peu épongées par l’effet d’accélération du levier lors des phases de rattrapage. La performance ajustée du risque pour 2021 va être médiocre, mais je vois cela comme une correction normale après une grosse surperformance de ce portefeuille orienté croissance l’an dernier.


Le levier de ce portefeuille IB a baissé à 1,37, à la fois grâce à l’investissement partiel des renforcements en liquidités, et à la hausse des valorisations. Ce niveau de levier me semble approprié dans la perspective d’une correction possible cet automne, qui me semblerait dans l’ordre des choses après une hausse assez linéaire des indices depuis la fin mars 2020.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Renforcements en juillet-août :

J’ai ajouté un bon nombre de lignes à mon portefeuille IB en juillet-août, afin d’épuiser presque complètement ma watchlist américaine : SentinelOne (cybersécurité), LegalZoom (digitalisation de services juridiques), EastGroup Properties (REIT industriel), Global-e Online (plateforme israélienne d’e-commerce), IDEX Corp (systèmes hydrauliques), Middlesex (eau), Novavax (vaccins), Skyworks Solutions (semiconducteurs), VTEX (e-commerce en Amérique Latine), CD Disco (digitalisation de services juridiques), Doximity (réseau pour les médecins), Comfort Systems (installation / réparation de climatiseurs), T-Mobile US (leader sur la 5G aux USA), Perkin-Elmer (diagnostics et tests), Cryoport (logistique, chaîne du froid), 1-800-Flowers.com (livraison de fleurs), 1stdibs (puces en ligne), Clear Secure (biométrie), Confluent (plateforme pour le développement de solutions logicielles pour les entreprises), Agilysys (software pour le secteur hôtelier), Torrid Holdings (vêtements pour femmes curvy), Robinhood (plateforme low-cost de trading), Manhattan Associates (solutions pour les chaînes d’approvisionnement), Marqeta (cartes de paiement), Sight Sciences (équipements pour les ophtalmos), Tattoed Chef (plats préparés vegan), Monday.com (plateforme pour le développement d’apps professionnelles), Progyny (solutions pour les problèmes de fertilité), Duckhorn (vins californiens), Pentair (traitement des eaux / fluides).

Donc beaucoup de jeunes valeurs de croissance avec un profil assez risqué - j’ai calibré ces lignes en conséquence.

Par ailleurs j’ai renforcé Danaher, une valeur très solide dont je souhaite faire un pilier de mon portefeuille.

J’ai vendu Talend (OPA par Thoma Bravo).

En Chine, j’ai constitué des lignes Zai Lab (biotech) et Yum China (fast food), et renforcé mes lignes Alibaba et Tencent, à l’occasion des lourdes chutes dues aux interférences du pouvoir politique chinois. Sur le long-terme, je reste confiant sur la Chine, et je pense renforcer mes lignes chinoises précisément pendant les phases de pessimisme/scepticisme du marché.

En Europe, j’ai constitué des lignes Talenom (Finlande, services juridiques), SeSa SpA (Italie, services IT aux entreprises), Oatly (Suède, lait d’avoine et aliments vegan).

En Belgique (valeurs logées dans mon portefeuille français), j’ai initié des positions sur Warehouses de Pauw, Banque Nationale de Belgique, Xior Student Housing et Brederode.

En France, j’ai renforcé Delfingen.

Enfin, j’ai renforcé avec profit ma position sur Grayscale Bitcoin Trust (GBTC) (que j’avais précédemment allégée) dès que la "banque centrale" des cryptos, Bitfinex/Tether, a repris son impression d’USDT (non collatéralisés malgré les promesses vides de Tether - cela fait plusieurs années qu’ils sont incapables de faire auditer leurs réserves). L’impression de Tether semble être en effet le premier déterminant des fluctuations du Bitcoin.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Prochaines étapes :

3 facteurs me conduisent à changer ma stratégie géographique, au moins jusqu’à la fin de l’année (voire jusqu’à la fin du premier trimestre 2022) : je vais basculer l’essentiel de mes renforcements vers l’Europe, alors que depuis 3 ans les USA était mon marché cible préféré :

1) La gestion chaotique des conséquences du Brexit par Interactive Brokers (avec un double transfert qui m’a été imposé, d’abord du Royaume-Uni vers le Luxembourg, puis maintenant vers la Hongrie, avec des changements de règles pénalisants au passage) et le fait que mon exposition sur ce broker approche du million € et 29% de mon patrimoine total, me conduisent à une certaine prudence sur IB - a fortiori dans le contexte réglementaire hongrois. Je ne souhaite donc pas apporter de fonds nouveaux à IB-CE (Central Europe) ; je vais laisser ce portefeuille IB vivre sa vie (je ne ferai des renforcements que si le levier monte de façon dangereuse). Il restera un moteur important de ma croissance patrimoniale.

2) En analysant la qualité respective des dossiers de mes watchlists américaine et européenne, il est devenu clair pour moi que j’ai désormais largement épuisé ma liste américaine. Les dossiers qui y restent me semblent de qualité clairement inférieure à la qualité moyenne de mon portefeuille américain. En revanche, je trouve de nombreuses belles opportunités en Europe (dont beaucoup que j’avais identifiées depuis longtemps et qui se sont bien envolées entre-temps, malheureusement).

3) J’anticipe un resserrement monétaire (tapering du QE puis relèvement des taux) anticipé aux USA par rapport à l’Europe. Ceci est déjà largement pricé, bien sûr. Je suis désormais bien exposé aux marchés américains, notamment à leurs segments les plus dynamiques. Je vais être plus prudent dans mes renforcements américains futurs, en privilégiant la qualité des dossiers.

Donc pour au moins les 4 prochains mois, j’allouerai la quasi totalité de mes flux d’épargne à des renforcements en Europe, sur mon portefeuille Saxo, afin que celui-ci gagne progressivement une capacité d’"effet boule de neige" respectable, à l’image de mon portefeuille IB.

Il s’agira ensuite pour moi de créer un nouveau portefeuille avec un broker américain, d’ici la fin de l’année ou en 2022.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
@IH : A 1,37 actuellement, je ne trouve pas mon levier déraisonnable sur ce portefeuille IB. Il faut apprécier le levier à l’échelle du patrimoine global :

- je n’ai pas d’autre endettement que cette utilisation de la marge IB pour 309k€, pour un patrimoine global approchant les 3m€ : beaucoup trouveraient cette utilisation globale du levier insuffisamment agressive dans ma situation, et ils auraient sans doute raison

- mes autres portefeuilles ne sont pas leveragés, donc je pourrais faire baisser mon levier sur le portefeuille IB en y transférant des titres si besoin

- mes revenus sont corrects et relativement prévisibles (pour au moins 3-4 ans), ce qui me donne un autre moyen de faire baisser le levier assez rapidement

- j’ai quelques lignes sur lesquelles je n’ai aucune conviction (par exemple GBTC), que je pourrais liquider du jour au lendemain si besoin, pour faire baisser le levier

- enfin, j’ai un mécanisme de coupe-feu, mes fonds €, dont le montant dépasse encore mon utilisation de la marge IB. Donc je pourrais éliminer totalement cette utilisation de la marge IB en quelques jours, si le besoin s’en manifestait.

Il est clair que mon portefeuille IB orienté croissance / technologie est vulnérable au risque d’un gros choc inflationniste aux USA (scénario auquel je ne crois pas). Mais sur le long-terme, sur un portefeuille bien diversifié, et tant que le niveau de risque est maîtrisé (notamment le levier), le risque lié à la politique monétaire de la Fed ne doit pas être exagéré : ce qui compte davantage sur un horizon long, c’est la qualité intrinsèque des entreprises en portefeuille, et sur ce point je suis assez confiant.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
@Bibike : Pour le calcul de la surperformance, il vaut mieux faire l’addition de la surperformance estimée de chaque poche, car la surperformance estimée sur le portefeuille globale est imprécise du fait que (i) le benchmark sur le portefeuille global n’est pas exactement la moyenne pondérée des benchmarks utilisés pour les différentes poches, et (ii) les apports et retraits, différents selon les poches, introduisent des biais (le TRI du portefeuille global est différent de la moyenne pondérée des TRI des différentes poches).
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
@Peakykarl : Sur l’inflation, j’ai posté récemment un message . Je ne crois pas à un risque d’inflation élevée en Europe. Aux USA ça se discute davantage, mais les anticipations d’inflation restent très bien ancrées. Charles Gave a fait son temps et n’est pas compétent sur ces sujets macro, il n’a aucune expérience en politique monétaire. Je reviendrai éventuellement plus en détail sur l’inflation dans un autre message.

Dernière modification par Scipion8 (04/09/2021 00h39)

Hors ligne Hors ligne

 

#987 03/09/2021 20h56

Membre (2020)
Réputation :   11  

Pourriez-vous expliquer pourquoi vous investissez sur marge alors que vous possédez des fonds euros ?

Raisonnement: le coût de la marge IB est sans doute ~= au rendement de vos fonds euros ? Si oui, pourquoi ne pas investir la totalité des fonds euros (voire ensuite, prendre en supplément un % de marge modeste - marge qui pourrait même représenter un montant égal à votre marge actuelle grâce au renfort des fonds euros)

Dernière modification par xoxo (03/09/2021 20h59)

Hors ligne Hors ligne

 

#988 01/10/2021 10h17

Membre (2017)
Réputation :   5  

xoxo : je ne sais pas si c’est le raisonnement de Scipion, mais de mon côté je fais la même chose : je préfère avoir du cash d’un côté et de la dette de l’autre, que ni dette ni cash.
Les fonds Euros me servent de réserve de cash (épargne de précaution). Si je les investissais, je serais sans réserves, ce qui ne m’empêcherait de dormir tranquillement smile

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de scipion8"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur