Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Sondage 

Résultat du sondage :

Pour qui allez-vous voter au 2e tour des Présidentielles 2017 ?


Marine Le Pen

20% - 98
Emmanuel Macron

79% - 386
Nombre de votants : 484

[+4]    #526 09/05/2017 00h26

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   154  

Cher Jef56, en français je peux même comprendre, vous savez!
Mais si vous trouvez qu’en anglais ça sonne mieux…je préfère assumer mon paradigme culturel de base…je causerai anglais à mon voisin anglais.
Je suis français, avec des origines multiples d’Europe qui doivent confiner aux limites asiatiques, et du bassin méditerrannéen, loin de moi toute forme de frenchitude basique, c’est à dire râler la bouche pleine. J’en ai supporté plein comme ça, je n’ai pas envie de virer pareil.
Quoique la frenchitude ça peut être aussi la vanne bien péremptoire sans aucune analyse d’argument de fond, juste histoire de se faire plaisir.

Grognon, c’est pas la même chose que ne pas se sentir obligé de participer à une extase hystérisée collectivement, à grand frais et sans aucune sobriété, là où tant d’autres rament pour juste seulement pouvoir vivre. Et puis, ayant appris en école d’audiovisuel à décrypter les images, là je trouve qu’on a été, mais alors bien servis! Après si certains n’ont pas envie de le voir, ma foi, c’est assez normal.
Mais je ne vais pas renier mes perceptions directes pour me plier au consensus, je n’ai jamais aimé suivre la foule, et en général, à terme ça m’a donné raison.
Et je préfère rester grognon si cela se doit que me voir anesthésié totalement.
Je trouve d’ailleurs que EM a adopté un style prédicateur américain, incroyable….sa petite veste d’hier en avait tout le style….mais bon, je me laisse sûrement aller à délirer de façon trop interprétative.
Car si je peux faire confiance en Dieu, je fais aussi confiance en la duplicité et la faillibilité de l’humain.
La confiance, ça se fabrique dans le temps pour être solide, là ça fait un peu tôt pour moi.
Et même si je peux avoir envie d’espérer, cette espérance que nous vendait tant Sarkozy en reprenant la terminologie chrétienne, moi je ne fonde pas ma confiance dans quelqu’un qui va gouverner sur de l’espérance et une confiance a priori, mais l’observation de faits et des résultats tangibles.
Or là, j’ai surtout l’impression d’assister à des mises en image de symboles qui relèvent plus de l’irrationnel, voire du religieux, et qu’on ne s’adresse pas à la raison des personnes mais à leur émotionnel et leur affectif.
Et moi, quand je vois ça, ça ne me donne pas confiance, mais ça éveille plutôt ma vigilance.

A part ça hier et aujourd’hui j’ai joui de la profonde joie de marcher dans la nature, sous la pluie et le soleil, dans des régions perdues et abandonnées du pouvoir central……on y respire plutôt bien.
Et la nature ne se fonde pas sur l’espérance: elle est juste ce qu’elle est, et c’est une super occasion de revenir à ce qu’est une vraie présence qui ne ment pas.

Hors ligne Hors ligne

 

#527 09/05/2017 00h29

Membre
Réputation :   67  

FD707 a écrit :

Pour moi Gérard Collomb me paraît incontournable… d’autant la participation de 84% des lyonnais en faveur de Macron.

Ceci étant tout le monde devrait écouter et pas seulement entendre Présidentielle 2017 53min Histoire des rêves (1/4) Rêves et cauchemars politiques au XXème siècle avec Marc Ferro
le poadcast est évidemment à mettre en bibliothèque.

allez pour le fun et la boutade, le gars à qui il doit énormément… le rapporteur en 2008 de son rapport et qui l’a mis en relation avec la banque Rothschild… Jacquot de chez Attali.


"Écoute le conseil des autres et suis le tien"   Ninaperf est mon outil

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #528 09/05/2017 01h42

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   132  

Définitivement, Bayrou ne me semble pas une bonne solution (même si j’avais voté pour lui en 2007 et 2012, par rejet de Sarkozy plus que par adhésion d’ailleurs). En revanche je le verrais bien Ministre des affaires étrangères et européennes.  À moins que ce poste ne revienne à Sylvie Goulard.

Le Drian je n’y crois pas trop, malgré toutes ses qualités : Macron ne peut pas nommer un ancien Ministre de Hollande à Matignon ce serait incompatible avec la rupture qu’il prétend incarner. Mais le reprendre à la defense pourquoi pas.

Concernant Collomb je ne savais pas qu’il avait une mauvaise image à Lyon, j’avais l’impression qu’il il était plutôt apprécié. En réalité il est très discret.

Concernant l’intégration européenne, c’est bien sûr un projet louable à terme mais il ne fait pas précipiter les choses. Il est bon de faire parfois des pauses. Il est illusoire de croire que l’Europe pourra se faire contre les peuples. Donc oui, il est urgent de ne rien faire. Il faut absolument faire un break et réunir une conférence avec les principaux chefs de gouvernement européen SANS les institutions européennes. Je renvoie à l’excellent livre de Hubert Védrine "Sauver l’Europe !" où toute la démarche est expliquée.

Dernière modification par Vibe (09/05/2017 01h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#529 09/05/2017 05h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

Lausm a écrit :

Or là, j’ai surtout l’impression d’assister à des mises en image de symboles qui relèvent plus de l’irrationnel, voire du religieux, et qu’on ne s’adresse pas à la raison des personnes mais à leur émotionnel et leur affectif.
Et moi, quand je vois ça, ça ne me donne pas confiance, mais ça éveille plutôt ma vigilance.

Je crois que Jef56, comme moi même, a lu votre post et vu à quel point les apparences pouvaient vous irriter.
Pourquoi écrire deux posts concentrés sur la surface, deux posts plein d’émotionnel ?

Nous avons un nouveau président, le seul qui a la moindre chance de gouverner (c’est loin d’être gagné) de manière un peu différente de ce qu’on a connu (sous réserve qu’il le souhaite réellement et s’en donne la peine)
Aujourd’hui, sa seule chance de pouvoir gouverner, c’est justement de créer un engouement national immédiat et d’agir très rapidement.
Alors oui, il travaille sans doute le médiatique et l’émotionnel. Mais ça lui est indispensable.

Laissez lui une petite chance, laissez lui, disons 100 jours, avant de lui tirer dessus: il aura assez d’adversaires d’ici là.
Nous, le peuple, pouvons lui accorder 100 jours pour qu’il montre s’il est capable de faire quelque chose, avant de chercher à pourrir son quinquennat, non ?


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #530 09/05/2017 10h57

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   183  

Faith a écrit :

Nous, le peuple, pouvons lui accorder 100 jours pour qu’il montre s’il est capable de faire quelque chose, avant de chercher à pourrir son quinquennat, non ?

Parce que nous le peuple avons un autre choix ?

Quand Hollande est tombé à 15% d’opinions favorables, il ne me semble pas qu’il se soit passé quoi que ce soit…

Pour les législatives, c’est déjà annoncé que toutes les options d’accord politicien (= trahison des voix des électeurs) sont possibles une fois le second tour passé.
On va avoir des candidats LR ou PS avec étiquette Macron ou pas, suivant le sens du vent, au moment des élections mais également après.
Et nos chers élus se réservent le droit de retourner leur veste à tout moment dans la foulée.

C’est vraiment une parodie de démocratie à laquelle on assiste.

Donc le peuple dans tout ça, il peut ronchonner tant qu’il veut, il ne se passera absolument rien.

Étonnez-vous qu’après le peuple vote pour Mélenchon ou Le Pen, c’est la seule fois où son grognement est entendu. Puis copieusement ignoré.

Hors ligne Hors ligne

 

#531 09/05/2017 11h55

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

Igorgonzola a écrit :

Quand Hollande est tombé à 15% d’opinions favorables, il ne me semble pas qu’il se soit passé quoi que ce soit…

A ma connaissance, il ne lui reste plus que quelques jours en tant que président.
Il me semble que c’est "quelque chose".

Il n’a pas été viré dès le premier sondage un peu négatif, mais personnellement, je préfère me fier à une élection qu’à des sondages pour destituer un président.

On va avoir des candidats LR ou PS avec étiquette Macron ou pas, suivant le sens du vent, au moment des élections mais également après.
Et nos chers élus se réservent le droit de retourner leur veste à tout moment dans la foulée.

C’est vraiment une parodie de démocratie à laquelle on assiste.

Dans une "vraie démocratie", j’ai toujours imaginé que les députés voteraient les lois en fonction de leur avis personnel et pas en fonction de leur étiquette politique.
Un président hors-parti offre précisément cette possibilité: il n’y a plus les députés "du gouvernement" d’un coté et ceux "de l’opposition" de l’autre.
Il y aura maintenant des députés qui auront beaucoup plus de liberté de voter en fonction de ce qu’ils pensent, en ayant moins peur de se faire virer de leur parti pour haute-trahison comme c’est actuellement le cas.

En cela, on se rapproche davantage de la "vraie démocratie", dont le meilleur exemple serait à mon sens le tirage au sort des députés parmi la population proposé par E Chouard il y a quelques années.
(D’ailleurs, en cherchant le sujet, je trouve ceci: "Quant à Emmanuel Macron, il propose qu’une commission de citoyens tirés au sort auditionne chaque année le président de la République. ", n’est-ce pas ce que vous réclamez juste au dessus ?)

Dernière modification par Faith (09/05/2017 11h56)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#532 09/05/2017 12h48

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   183  

Je ne dis pas que tout est noir, je dis simplement que lorsque le peuple est en profond désaccord soit avec la politique menée, soit avec ce que font ses représentants, il n’a aucun moyen d’agir.

Un représentant peut voter des choses qui ne correspondent pas à la ligne d’un parti, mais ce n’est pas en fonction de son avis personnel, cela doit être fait en cohérence avec le mandat qui lui est confié.

Le parti impose un cadre et une discipline, les choses sont claires mais je suis d’accord, très imparfaites.

A mon sens, la solution est plutôt à chercher du côté d’une proportionnelle intégrale, ce qui évite les accord à la noix dans le dos des électeurs, une démocratie directe (= choix importants donnés directement aux citoyens) et une facilité pour destituer des dirigeants en cas de faute / manquement sur la fonction et le mandat confié.

Ex : Hollande qui fait état d’informations secret défense à des journalistes, vote d’un député incohérent avec le vote / intérêt de la circonscription…

Quand vous regardez le nombre de voix qu’obtient un président / un député (ce n’est pas propre à Macron) au premier tour, compte tenu des abstentions et du différentiel inscrit / population en âge de voter ; et que vous regardez le vote d’adhésion par rapport au vote par défaut, il me semble important de mettre en place des mécanismes concrets pour faire en sorte que les élus ne fassent pas comme si le seul contre pouvoir résidait dans l’élection suivante.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #533 09/05/2017 12h50

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   132  

La "vraie" démocratie pourrait se révéler dans plusieurs systèmes :

- la Suisse : avec une grande part de démocratie directe ==> bien pour un petit État (qui plus est fédéral)

- la Chine : les gouvernants sont choisis (et non élus) en fonction de leurs compétence (ce qui n’est pas forcément le cas dans une élection). Mais ils s’attachent ensuite à appliquer ce que veut le peuple en utilisant pour cela des sondages en masse. Pas un mauvais système pour un très grand pays.

Quant à la France, eh bien on a juste le droit de choisir (en étant fortement influencé par la presse, cf les corrélations entre temps d’antenne et resutats aux élections) nos gouvernants qui n’appliqueront pas forcément ce que veut le peuple. Pas forcément négatif si on à affaire à des dirigeants éclairés mais ça n’est pas la définition de la démocratie. Nous sommes juste des recruteurs.

Dernière modification par Vibe (09/05/2017 12h52)

Hors ligne Hors ligne

 

#534 09/05/2017 12h56

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2152  

Une remarque en passant : je suis étonné que "La république en marche" (je dirai "En marche" par la suite pour faire court), annonce dès jeudi midi les investitures pour les législatives.

L’analyse des noms va être très intéressante, notamment pour voir la quantité de membres des PS, Modem, UDI, LR, qui seront allé chercher l’investiture du parti "à la mode".

Par ailleurs, pour être annoncé dès jeudi, je suppose que la commission d’investiture va y travailler toute la journée de mercredi. Ca veut dire que les ralliements ont été faits très tôt, probablement avant le second tour de la présidentielle.

L’ampleur (ou non) des défections des autres partis vers "En marche" :
- côté partis classiques, cela montrera si, et dans quelle mesure, ces partis classiques sont "fatigués" (avec siphonnage de personnalités vers "En marche"). La réaction des partis sera intéressante aussi : vont-ils "démissionner" les transfuges ?
- côté "En marche", cela montrera dans quelle mesure il prône vraiment le renouvellement, avec des personnalités nouvelles au risque de ne pas rallier les électeurs, et dans quelle mesure au contraire ils sont allé chercher des gens connus des autres partis pour augmenter leur chance de rallier les électeurs.

La volonté de renouvellement c’est bien, mais les députés sont élus par une circonscription, ils ont un lien fort avec la population locale. Si "En marche" n’est pas allé chercher des personnalités et notamment des députés actuellement en poste, ce parti prend un grand risque de ne pas avoir une majorité à l’Assemblée et donc de devoir constituer une coalition de gouvernement.

Dernière modification par Bernard2K (09/05/2017 13h01)


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

#535 09/05/2017 14h48

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

Igorgonzola a écrit :

je dis simplement que lorsque le peuple est en profond désaccord soit avec la politique menée, soit avec ce que font ses représentants, il n’a aucun moyen d’agir.

Je crois que vous oubliez un peu rapidement les dizaines/centaines de lois qui ont été vidées de leur substance suite au "profond désaccord" d’une partie (souvent non représentative) de la population qui s’est juste donné la peine de manifester leur mécontentement bruyamment.

Par ailleurs, il n’est pas aisé de savoir que "le peuple" est en désaccord avec une loi: on juge un peu trop facilement que "le peuple" est du même avis que soi-même.
Il n’existe qu’un moyen vraiment objectif de manifester son désaccord: le vote.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#536 09/05/2017 14h49

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   257  

Vibe a écrit :

La "vraie" démocratie pourrait se révéler dans plusieurs systèmes :

- la Suisse : avec une grande part de démocratie directe ==> bien pour un petit État (qui plus est fédéral)

- la Chine : les gouvernants sont choisis (et non élus) en fonction de leurs compétence (ce qui n’est pas forcément le cas dans une élection). Mais ils s’attachent ensuite à appliquer ce que veut le peuple en utilisant pour cela des sondages en masse. Pas un mauvais système pour un très grand pays.

Quant à la France, eh bien on a juste le droit de choisir (en étant fortement influencé par la presse, cf les corrélations entre temps d’antenne et resutats aux élections) nos gouvernants qui n’appliqueront pas forcément ce que veut le peuple. Pas forcément négatif si on à affaire à des dirigeants éclairés mais ça n’est pas la définition de la démocratie. Nous sommes juste des recruteurs.

2 remarques :
- la Suisse pratique effectivement les votations directes. Mais attention : tout ne se décide pas par une votation directe non plus. Il faut donc aussi faire attention aux dirigeants élus. L’énorme avantage de la Suisse, c’est que pour une votation, le citoyen répond à la question posée, et ne considère pas la votation comme un moyen d’approuver ou de sanctionner les autres décisions (qu’elles soient issues de votation ou non).

Tant que les francais répondront, à un référendum, pour ou contre le gouvernement et pas pour ou contre la proposition mise au vote, il ne sera pas possible de mettre cela en place en France.

- les sondages sont tout aussi manipulables que les "impressions" données pour favoriser un candidat. Un peu de mal à considérer que gouverner par sondage lorsqu’on est maitre de la propagande soit réellement un système profondément démocratique.

Hors ligne Hors ligne

 

#537 09/05/2017 15h19

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   183  

Faith a écrit :

Je crois que vous oubliez un peu rapidement les dizaines/centaines de lois qui ont été vidées de leur substance suite au "profond désaccord" d’une partie (souvent non représentative) de la population qui s’est juste donné la peine de manifester leur mécontentement bruyamment.

Exactement. Le peuple ne doit pas être réduit à une petite minorité de grognons professionnels.

Faith a écrit :

Par ailleurs, il n’est pas aisé de savoir que "le peuple" est en désaccord avec une loi: on juge un peu trop facilement que "le peuple" est du même avis que soi-même.

Laissons le s’exprimer autrement que pour dire qui devra parler en son nom sans contrôle ni contrepouvoir. Ainsi on saura ce qu’il pense.

@xazh

Je suis bien d’accord avec vous.
Faire un référendum à mi-mandat, quand le peuple ne peut déjà plus vous voir en peinture est le meilleur moyen d’avoir une réponse à une autre question que celle posée.
Au contraire, si l’on demande régulièrement l’avis des citoyens, ils vont utiliser le vote pour donner leur avis sur ce qu’on leur demande.

Hors ligne Hors ligne

 

#538 09/05/2017 21h02

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   132  

Pour information, le documentaire sur Macron est disponible en replay.

Au passage il me rappelle furieusement Bel-Ami !

Dernière modification par Vibe (10/05/2017 10h34)

Hors ligne Hors ligne

 

#539 09/05/2017 21h47

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   257  

Igorgonzola a écrit :

Je suis bien d’accord avec vous.
Faire un référendum à mi-mandat, quand le peuple ne peut déjà plus vous voir en peinture est le meilleur moyen d’avoir une réponse à une autre question que celle posée.
Au contraire, si l’on demande régulièrement l’avis des citoyens, ils vont utiliser le vote pour donner leur avis sur ce qu’on leur demande.

En fait, mais c’est surement mon côté cynique, j’ai l’impression que l’électeur francais répond avant tout avec ses tripes et non avec sa tête. Je ne crois pas qu’un référendum fait 2 semaines après la présidentielle ait un résultat fondamentalement différent.

Mais oui, c’est probablement une histoire "d’apprentissage". Le fait que les votations n’existent pas n’aide pas à instruire l’électeur du fait que sa réponse à la question doit se focaliser sur le contenu de la question, sa réalité, et non son humeur ou ses fantasmes.

Hors ligne Hors ligne

 

#540 10/05/2017 10h43

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   417  

Une petite larme quand même pour Manuel Valls qui vient de se faire rejeter par EM smile

«À ce jour», Valls ne remplit pas les «critères» d’investiture de La République en marche

«Il faut analyser les conséquences politiques. C’est-à-dire que l’on voit bien que, derrière Manuel Valls, (il y a) des tas de demandes des députés sortants qui ont peur de perdre leur circonscription et qui nous demandent à être sauvés. Nous n’avons pas vocation à “recycler”

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #541 10/05/2017 11h26

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   183  

C’est plutôt une bonne nouvelle.

Je trouve que c’est une question de crédibilité, on ne peut pas faire du neuf en reprenant l’équipe précédente, que les Français ont massivement rejetée.

Les législatives promettent d’être une franche rigolade, entre :
- Le PS qui se cherche entre ralliement à EM pour les modérés et copier/coller de Mélenchon pour les frondeurs
- LR qui renie le programme adopté par la primaire pour faire du clientélisme de bas étage
- Les Insoumis qui s’éparpillent souvent aux législatives, et ont déjà raté leur accord avec le PCF
- Les écolos qui n’ont pas encore trouvé l’accord politicien qui leur garantira, comme à chaque législative, à peu près 3X plus de députés que ce à quoi leurs voix leur donne droit
- Le FN qui s’est coulé tout seul, une MLP sur deux déjà sur le départ


J’ai l’impression que ça va être une balade de santé pour En Marche. EM aura les clés en main pour faire ce qu’il dit qu’il va faire. Je n’y crois pas mais au moins il aura pu mener le test jusqu’au bout.

Ce qui me fait croire qu’il ne mènera pas la politique de son programme se base essentiellement sur les personnes qui gravitent autour d’EM, mais s’il parvient à faire le vide de tous ces tocards (pour reprendre les mots de Poutou), qui sait ?

Hors ligne Hors ligne

 

#542 10/05/2017 14h57

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   132  

Il y a quelque chose qui me rassure : il semble avoir plus de caractère que de prime abord :

- dans le reportage diffusé sur TF1 lundi (à la limite de la propagande il faut le reconnaître) il apparaît autoritaire avec son équipe ;

- d’après les témoignages de ses anciens profs et camarades de Sciences Po il aurait un fort caractère et serait assez manipulateur en n’hésitant pas à lâcher toute personne l’ayant aidé une fois le but atteint.

Il est donc fort possible que toutes les personnes du "système" l’ayant fait émerger (Attali et autres) se retrouvent sur la touche et qu’il fasse cavalier seul.

Au final il pourrait donc bien berner tout le monde, ce qui est plutôt rassurant. Ce qui l’est moins c’est l’influence importante que semble avoir Brigitte …

Quant aux législatives je pense voter UPR au premier tour. J’ai été agréablement surpris par le niveau d’Asselineau, je trouve qu’il mériterait une audience plus large. Cependant, en cas de bonne surprise dans la composition du gouvernement je n’exclue pas de voter directement EM.

Dernière modification par Vibe (10/05/2017 15h17)

Hors ligne Hors ligne

 

#543 11/05/2017 11h27

Banni
Réputation :   286  

Igorgonzola a écrit :

- Les Insoumis qui s’éparpillent souvent aux législatives, et ont déjà raté leur accord avec le PCF
- Les écolos qui n’ont pas encore trouvé l’accord politicien qui leur garantira, comme à chaque législative, à peu près 3X plus de députés que ce à quoi leurs voix leur donne droit

J’ai l’impression que ça va être une balade de santé pour En Marche. EM aura les clés en main pour faire ce qu’il dit qu’il va faire. Je n’y crois pas mais au moins il aura pu mener le test jusqu’au bout.

Ce qui me fait croire qu’il ne mènera pas la politique de son programme se base essentiellement sur les personnes qui gravitent autour d’EM, mais s’il parvient à faire le vide de tous ces tocards (pour reprendre les mots de Poutou), qui sait ?

Bonjour,

Je me réjouis que vous ayez fini par découvrir que Mélenchon n’était pas communiste. Les insoumis ont une vision assez caporaliste de la politique ; selon leurs propositions, les députés élus sous la bannière FI y compris ceux du PCF et d’"Ensemble", devaient s’astreindre à une discipline de vote décidée par Mélenchon et le financement public aurait remonté jusqu’au caporal-chef, qui aurait décidé de la répartition entre les partenaires. Dit autrement, le PCF aurait cessé d’exister en tant que force politique autonome pour devenir un satellite des insoumis.

Les communistes étaient disposés à faire bien des efforts pour préserver l’unité populaire, mais pas à abandonner leur identité et leur autonomie de décision.

L’absence d’accord entre le PCF et les insoumis ruine tout espoir de majorité à gauche et va précipiter vers l’abstention bien des électeurs du 1er tour des présidentielles.

L’obtention d’une majorité absolue de députés "godillots"  d’En Marche serait la pire des choses qui puisse arriver : en l’absence de contrepoids, le Président de la République disposerait d’un pouvoir de monarque absolu pour les 5 années qui viennent. Il n’est point besoin d’être un prévisionniste talentueux pour imaginer ce qu’il en fera :

- poursuite des réformes libérales démantelant les protections sociales et les professions règlementées,
- baisse des prélèvements fiscaux sur les très gros patrimoines ("flat tax"),
- intégration européenne à marche forcée avec de nouveaux transferts de souveraineté vers la commission et ses commissaires non élus,
- diplomatie inféodée aux Etats-Unis avec multiplication des opérations militaires extérieures (politique du valet d’armes),
- biais moyen-oriental pro-israélien, conformément aux attentes des nombreux français d’Israël, tous "macronistes" après avoir été "sarkozystes".

Tout cela sera dans le droit fil des mandatures Sarkozy et Hollande et ne donnera lieu à aucune surprise. D’ici à quelques semaines, dès après les législatives, le chef de l’Etat joindra le pouce et l’index en proclamant "nous n’avons pas le choix" ou alors pour faire moderne et montrer qu’il pratique la langue des capitalistes "there is no alternative" ou TINA, slogan inventé par Thatcher.

Hors ligne Hors ligne

 

#544 11/05/2017 12h22

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   669  

stokes a écrit :

L’absence d’accord entre le PCF et les insoumis ruine tout espoir de majorité à gauche et va précipiter vers l’abstention bien des électeurs du 1er tour des présidentielles.

Il y a toujours un nouvel espoir !

Au fin fond de la galaxie politique, une alliance rebelle vient de se constituer :

Hidalgo, Aubry, Taubira, des intellectuels, lancent «Dès demain»

AFP a écrit :

Les maires socialistes de Paris et de Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, l’ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira, des intellectuels et artistes, ont lancé mercredi «Dès demain», un «mouvement d’innovation» ouvert à «tous les humanistes qui croient encore en l’action».
Dans une tribune publiée dans Le Monde, quelque 160 signataires appellent leurs concitoyens à un «sursaut», en annonçant le lancement de ce «grand mouvement d’innovation pour une démocratie européenne, écologique et sociale, intitulé +Dès demain+».

Parmi les signataires de la tribune figurent des personnalités politiques comme Guillaume Balas et Mathieu Hanotin, proches de Benoît Hamon, Marylise Lebranchu ou André Laignel, le photographe et militant écologiste Yann Arthus-Bertrand, la philosophe Dominique Méda, le chanteur Jacques Higelin, l’humoriste Christophe Alévêque…

«Dès Demain», «ça n’est pas un parti, ça n’est pas un courant», a assuré la maire PS de Paris Anne Hidalgo dans un entretien à l’AFP. Également présidente du réseau international de villes Cities 40 (C40), elle a insisté sur la volonté d’«un espace commun, national, européen, international, à la fois de discussion et de promotion des solutions inventées tous les jours sur nos territoires».

Cette initiative est sans rapport avec celle annoncée le même jour par l’ancien candidat socialiste Benoît Hamon.

«Ce sont les citoyens engagés qui relèveront à la fois localement et globalement les grands défis auxquels est confrontée l’humanité», ajoutent les signataires, en parlant de «libérer notre avenir français et européen de la catastrophe environnementale, de la casse sociale, de la faillite démocratique, de l’abandon des valeurs républicaines».

Dès Demain se fixe pour rôle «d’identifier les solutions et les réussites locales, et de travailler à leur mise en œuvre à toutes les échelles de territoires : locale, nationale et européenne», poursuit le texte.

Selon la maire de Paris, qui a déclaré en avoir eu «l’idée depuis longtemps» et être prête à en assumer la présidence, la future association sera lancée lors d’une «grande réunion publique avant l’été». Elle «s’inscrit dans la durée et s’appuie sur l’essentiel sur la société civile». L’objectif est de regrouper des «acteurs qui viennent du champ social, d’autres de l’écologie, beaucoup encore sont des élus locaux», a-t-elle précisé.

Hidalgo, Aubry, Taubira, des intellectuels, lancent «Dès demain»

Quant à Benoît Hamon, il n’est pas mort mais il faudrait qu’il soit plus performant …

Dernière modification par ArnvaldIngofson (11/05/2017 12h24)


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#545 11/05/2017 12h34

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   183  

stokes a écrit :

Je me réjouis que vous ayez fini par découvrir que Mélenchon n’était pas communiste.

A quel moment ai-je dit cela ? J’ai constaté qu’ils ne prévoyaient pas d’accord électoral. Les deux camps sont tout de même communistes même s’ils ne sont pas d’accord.
NPA et FO présentent toujours deux candidatures et ont le même programme. C’est plus des questions de cibles marketing que de politique.

stokes a écrit :

- poursuite des réformes libérales démantelant les protections sociales et les professions règlementées,

Poursuite ? A quel moment cela a-t-il démarré ? J’ai dû rater un épisode.

stokes a écrit :

- baisse des prélèvements fiscaux sur les très gros patrimoines ("flat tax"),

J’ai commencé à faire mes petits calculs sur l’évolution de la fiscalité sur le patrimoine. A première vue, il y a fort à parier que jusqu’à la tranche à 41%, les Français soient globalement perdants (hausse des PS vs baisse des PF, avec une majorité de détenteurs de livrets règlementés, PEA et AV vs CTO ultra minoritaire).
Il faudra voir les mécanismes d’abattement et/ou de déductions pour y voir plus clair.

En tout cas, mais si votre assertion est vraie, on n’est ni dans du libéralisme (95% des gens vont payer plus) ni dans des mesures pour les classes sociales supérieures. Seule une toute petite minorité va en bénéficier. Cette minorité pouvant d’ailleurs très bien perdre sur l’immobilier ce qu’elle gagnera sur le financier au stade actuel des connaissances sur le programme d’EM.

stokes a écrit :

- biais moyen-oriental pro-israélien, conformément aux attentes des nombreux français d’Israël, tous "macronistes" après avoir été "sarkozystes".

ça c’est une remarque assez rigolote car il se trouve qu’un article est paru sur la participation des Français de l’étranger. Israël est dans les mauvais élève, de mémoire seulement 1/6 des inscrits sont allé voter. Les seuls pays avec une plus faible participation sont les pays en guerre et/ou sans bureau de vote.

Hors ligne Hors ligne

 

#546 11/05/2017 12h58

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   669  

Igorgonzola a écrit :

NPA et FO présentent toujours deux candidatures et ont le même programme. C’est plus des questions de cibles marketing que de politique.

LO pas FO !
FO (Force Ouvrière, de son vrai nom CGT-FO) est une organisation syndicale très soucieuse de son indépendance, qui donc ne donne jamais de consigne de vote.
LO (Lutte Ouvrière)  est un parti politique français situé à l’extrême gauche (trotskyste).


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#547 11/05/2017 13h13

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   130  

En même temps, dans le passé (c’est moins le cas aujourd’hui), les militants de LO (Arlette Laguiller notamment) ont souvent été adhérents de FO. Il y a une trentaine d’années (sous l’ère André Bergeron qui était lui-même militant socialiste), ce syndicat avait d’ailleurs la particularité d’accueillir en son sein aussi bien des militants de LO que des militants du RPR…

Mais bon, on s’éloigne du sujet…

Hors ligne Hors ligne

 

#548 11/05/2017 16h17

Membre
Réputation :   39  

Igorgonzola a écrit :

stokes a écrit :

- baisse des prélèvements fiscaux sur les très gros patrimoines ("flat tax"),

J’ai commencé à faire mes petits calculs sur l’évolution de la fiscalité sur le patrimoine. A première vue, il y a fort à parier que jusqu’à la tranche à 41%, les Français soient globalement perdants (hausse des PS vs baisse des PF, avec une majorité de détenteurs de livrets règlementés, PEA et AV vs CTO ultra minoritaire).
Il faudra voir les mécanismes d’abattement et/ou de déductions pour y voir plus clair.

En tout cas, mais si votre assertion est vraie, on n’est ni dans du libéralisme (95% des gens vont payer plus) ni dans des mesures pour les classes sociales supérieures. Seule une toute petite minorité va en bénéficier. Cette minorité pouvant d’ailleurs très bien perdre sur l’immobilier ce qu’elle gagnera sur le financier au stade actuel des connaissances sur le programme d’EM.

Ne pas oublier que de l’autre côté il y a les allègements sur les cotisations salariales.

Hors ligne Hors ligne

 

#549 11/05/2017 17h37

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   183  

A voir mais cela reste de l’ordre de l’épaisseur du trait : -2,4% -0,75% + 1,7% si j’ai bien suivi.

Soit 1,45% du brut de plus. Et si j’ai bien compris l’explication donnée par le cercle de l’épargne je crois, au-dessus d’un certain niveau de salaire (très élevé il faut le reconnaître), on est perdant également.

L’étatisation des systèmes d’assurance n’ayant jamais fait faire des économies, il faut s’attendre également à une hausse du coût global à court terme, donc une hausse des prélèvements à moyen terme.

Mon calcul est donc : à court terme je récupère en salaire ce que je perds sur les revenus du capital, et à moyen terme hausse d’impôts locaux et sur le revenu pour compenser les pertes de recettes inhérentes au modèle proposé par Macron.

Donc si on est optimiste, bilan nul sur le quinquennat pour des CSP+.

En étant un peu plus optimiste encore, je dirais que le modèle proposé pénalise bien moins l’augmentation des revenus du travail / patrimoine que le précédent. En gros on est moins enclin à optimiser l’impôt car la montée en puissance des revenus ne génère pas plus d’impôt en proportion.

Aujourd’hui le passage grosso modo de 50 K€ nets à 75 K€ nets fait passer un particulier d’une imposition "raisonnable" à une charge assez punitive. Avec le nouveau schéma, on paye déjà un peu plus à 50 K€ nets, mais la pente vers 75 K€ nets est moins raide.

Hors ligne Hors ligne

 

#550 11/05/2017 21h45

Banni
Réputation :   286  

Igorgonzola a écrit :

stokes a écrit :

- baisse des prélèvements fiscaux sur les très gros patrimoines ("flat tax"),

J’ai commencé à faire mes petits calculs sur l’évolution de la fiscalité sur le patrimoine. A première vue, il y a fort à parier que jusqu’à la tranche à 41%, les Français soient globalement perdants (hausse des PS vs baisse des PF, avec une majorité de détenteurs de livrets règlementés, PEA et AV vs CTO ultra minoritaire).
Il faudra voir les mécanismes d’abattement et/ou de déductions pour y voir plus clair.

En tout cas, mais si votre assertion est vraie, on n’est ni dans du libéralisme (95% des gens vont payer plus) ni dans des mesures pour les classes sociales supérieures. Seule une toute petite minorité va en bénéficier. Cette minorité pouvant d’ailleurs très bien perdre sur l’immobilier ce qu’elle gagnera sur le financier au stade actuel des connaissances sur le programme d’EM.

Vos "petits calculs" confirment ce que j’écris depuis quelques temps sans avoir calculé quoi que ce soit : les patrimoines moyens et autres petits-bourgeois et petits riches perdront quelques plumes ou gagneront des cacahuètes ; en revanche, les très gros patrimoines ou "gros riches" vont véritablement toucher le jackpot "macronien".

J’évoque ici la tranche des ménages les plus aisés, même pas le dernier centile, mais plutôt l’ultime millile, ceux dont le patrimoine est composé essentiellement d’actions et dont 95% des revenus sont faits de dividendes (Mme Veuve Bettencourt née Schuller par exemple). En l’état actuel, ces dividendes sont taxés à 45% auxquels s’ajoutent 15,5% de prélèvements sociaux, soit un taux marginal de 60,5%. Avec la "flat tax", ce taux sera pile poil divisé par deux ; comme justice fiscale ou équité on a vu mieux.

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur