Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Sondage 

Résultat du sondage :

Pour quel candidat voterez-vous au 1er tour de la présidentielle 2017


Marine LE PEN

7% - 51
Emmanuel MACRON

42% - 282
Benoît HAMON

2% - 16
Jean-Luc MÉLENCHON

11% - 74
François FILLON

25% - 170
Philippe POUTOU

0% - 5
Jacques CHEMINADE

1% - 7
Jean LASSALLE

1% - 11
Nicolas DUPONT-AIGNAN

3% - 25
François ASSELINEAU

4% - 28
Nombre de votants : 669

[+1]    #451 15/04/2017 19h44

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

Merci pour votre témoignage très intéressant, Lausm.

Un gros bémol a apporter à mon analyse, c’est que je n’ai jamais fait l’expérience sociale de la France d’avant les années 90 de par mon âge. Une grande partie de ma perception est donc indirecte : ce qui a disparu et laissé des "trous", ce qui s’est ajouté, ce qui transparaît à travers les vieux films, les livres de l’époque, même les journaux de guerre des aieux.

Mon sentiment doit être partagé par une partie suffisante de la génération Y pour que des films comme "Le Petit Nicolas", qui présentent vraiment une vision lunettes roses et guimauve de la France disparue, soient produits et rencontrent un certain succès. Un peu comme ces jeunes allemands qui ont l’ostalgie, une nostalgie pour une DDR qu’ils n’ont pas connu.

Voici les points que je pense exacerbés depuis 68, en essayant de ne pas faire dans la nostalgie sirupeuse :

- la centralisation : c’est une tendance Française depuis longtemps, mais jamais la distinction métropole(s)/province n’a été si marquée. Il faudrait profiter d’Internet pour que les professions ne nécessitant pas de présence physique puissent être faites en télétravail. Pourquoi forcer des gens à vivre dans une banlieue laide, à se taper des heures dans les transports, pour bosser sur un ordinateur alors qu’ils pourraient faire la même chose de chez eux.

- le travail des femmes : il n’est désormais presque plus envisageable pour une femme d’être maîtresse de maison. L’équilibre serait que les femmes désirant travailler puisse le faire et être aussi bien payées qu’un homme, mais que celles qui aspirent sincèrement à une vie familiale puisse le faire sans se sentir méprisées. Etre un homme au foyer devrait être possible aussi smile

- les diplômes : ça retarde l’arrivée des jeunes sur le "marché du travail" mais en même temps ça ne leur épargne pas le chômage, et cela crée une barrière à l’entrée de plusieurs années même pour les professions de base !

- le mépris pour les cols bleus : en parallèle de la diplômisation, il y a désormais un mépris considérable pour toutes la plupart des professions col bleu/industrielles/agricoles. Le même genre de mépris que subissent les maîtresses de maison…

- l’individualisme : pour partie conséquence des points précédents (compétition dûe à la centralisation, concept de "personal brand", manque de temps dû au travail "obligatoire") mais aussi une tendance naturelle désormais encouragée. Les réseaux sociaux sont parfois un dialogue de sourds, où chacun poste des photos de vacances destinées à mettre en scène un bonheur douteux alors que personne ne veut voir les photos de vacance des autres. Les liens sociaux réels (charité personnelle, assistance aux personnes âgées, entraide entre travailleurs, liens avec la famille) sont devenus de plus en plus ténus et instables.

Je pense que ces axes ne sont pas le fruit du hasard. Combinés, ils créent une population de travailleurs majoritairement cols blancs et très vulnérables. Sans compétences techniques exploitables en dehors d’une entreprise, arrivant sur le marché en ayant déjà investi plusieurs années d’études, contraints d’être en compétition dans les métropoles chères, et ne pouvant compter sur des liens sociaux stables, ces cols blancs n’ont pas d’autre choix que de travailler dur et espérer sortir du lot pour survivre.

Les cols bleus moins vulnérables sont affaiblis par une immigration de masse et la globalisation.

Pour moi, les générations post-WW2 ont bénéficié de circonstances exceptionnelles et nous retournons lentement mais sûrement vers un ordre sociétal rigide de type Victorien, en plus intelligent car enrobé de bon sentiments hypocrites mais difficiles à réfuter sans passer pour un méchant réac :

- si vous échouez, c’est que vous ne travaillez pas assez ! (la méritocratie a bon dos)
- vivre en ville, c’est cool et moderne !
- une bonne féministe doit avoir une carrière !
- les diplômes donnent une chance à tout le monde ! (méritocratie, encore…)
- si t.u ne travailles pas assez, t.u seras éboueur/caissière ! (bon pour le coup, pas d’enrobage ici, les cols bleus servent d’épouvantail à col blanc…)
- libre d’avoir des cheveux verts ou des pantalons troués !

Alors qu’avant on gardait les petites gens à leur place par la religion, l’illettrisme et la force brute si ça ne suffisait pas.

Les traditions, liens sociaux et culture forte ne sont pas vraiment désirables dans un tel modèle car ils nuisent à la mobilité du travailleur et le rendent moins pliable. On obtient donc une société culturellement stratifiée, où les plus aisés peuvent maintenir l’ancienne culture mais sans l’élément populaire qui la rendrait vivante (=culture musée) et les classes populaires sont subjuguées par une culture commerciale (voir l’influence des marques sur le rap par exemple).

L’avantage de l’ancien modèle c’est que malgré sa brutalité, toutes les classes partageaient une même culture et conservaient la sensation d’être "dans le même bateau", ce qui permettait un véritable ralliement national dans les moments importants pour l’avenir de la nation. Le nouveau modèle est plus doux, mais divise complètement la nation en cultures qui n’ont que mépris les unes pour les autres. En cas de crise, chacun pour soi. On peut donc vite arriver à des jeux dangereux, comme élire Trump…

Dernière modification par doubletrouble (15/04/2017 19h51)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#452 15/04/2017 20h48

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   669  

Cuba, Chavez, Alliance bolivarienne… Jean-Luc Mélenchon répond à ses adversaires


Jean-Luc Mélenchon lirait-il ce forum ?

Le Monde a écrit :

A huit jours du premier tour, et après de nombreuses critiques, le candidat de La France insoumise fait une série de mises au point sur son programme.

« Je n’ai pas l’intention de faire Cuba en France », déclare Jean-Luc Mélenchon, le candidat de La France insoumise à l’élection présidentielle, dans une interview parue, samedi 15 avril, dans Ouest-France. Il y assure n’avoir « jamais approuvé la façon dont était organisé politiquement Cuba ».

Dans ce long entretien à Ouest-France, Jean-Luc Mélenchon est également interrogé sur son « soutien à Hugo Chavez ». Il répond :
« J’ai soutenu Chavez contre l’agression des Américains. Aujourd’hui, le problème de ce pays, c’est d’abord la baisse du prix du pétrole. Je n’y suis pour rien. Je trouve que c’est un signe d’extrême désarroi intellectuel de m’affronter sur un terrain pareil avec une telle caricature. »

Le candidat de La France insoumise a précisé sa proposition de faire adhérer la France à l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique.
Invité du journal de 20 heures sur TF1 le 14 avril, Jean-Luc Mélenchon a précisé qu’il souhaitait permettre aux « territoires d’outre-mer français, en particulier ceux des Caraïbes et la Guyane, de s’insére(r) dans l’économie de leur région ». « Par cohérence intellectuelle, je ne vais pas leur demander d’aller se mettre dans le Mercosur [union commerciale de plusieurs pays d’Amérique latine], qui est une espèce de super-Union européenne et qui est en compétition avec nous les Français », a ajouté M. Mélenchon.
Lancée par Hugo Chavez et Fidel Castro en 2005, l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (AlBA) est un projet régional d’intégration économique et politique. Elle rassemble l’Equateur, le Venezuela, Cuba, la Bolivie, le Nicaragua et plusieurs petits pays des Antilles tels que la Dominique, Saint-Vincent et les Grenadines, Sainte-Lucie ainsi que Antigua-et-Barbuda. L’alliance a considérablement perdu de son influence ces dernières années.

Cuba, Chavez, Alliance bolivarienne… Jean-Luc Mélenchon répond à ses adversaires


Dif tor heh smusma

En ligne En ligne

 

[+1]    #453 15/04/2017 21h13

Membre
Réputation :   105  

De toute façon, si Mélenchon passe sur ce forum; il s’appelle Stokes !

Bonne soirée à tous,


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #454 15/04/2017 21h15

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   154  

Doubletrouble, votre regard est très intéressant aussi, ça me met des mots sur une perception avec une génération d’écart ou un peu moins.
Intéressant l’histoire du Petit Nicolas…. cela fit partie des images d’ Epinal de mon enfance.
Parlant culture, vous faites état de toute évidence de la volonté d’être quand même porteur de références que vous allez chercher et trouvez…sinon vous seriez incapable de mettre en mot un tel discours.
Car pour moi, on nivelle toujours les gens par le bas par l’ignorance…. on m’a élevé dans l’espoir : si t.u travailles bien à l’école t.u réussiras……ah ah!…j’en ris encore!
Quand on nous agite le spectre des enfants qui réussiront moins que leur parents socialement, j’ai déjà l’impression d’y être depuis mes 20 ans. Trois ans d’école d’audiovisuel, puis trois ans d’études infirmières…..mais je n’ai pas de regret….c’est juste que j’ai toujours eu le sentiment d’être décalé par rapport à un sentiment de norme (la bonne vieille carrière linéaire), mais très honnètement, je m’entends mieux avec les gens anormaux, et je pense que ne pas être normal est un signe de bonne santé mentale et sociale.
Ayant une compagne italienne, je peux avoir un regard sur les caractéristiques que nous portons.
Déjà, et votre discours l’atteste dans la recherche de ce passé "glorieux", un défaut manifeste de liens transgénérationnels.
Pour avoir travaillé avec des personnes âgées en milieu rural, effectivement ils sont encore pour beaucoup assis dans leurs mérites anciens….suffisait d’en ch..r pour réussir, et ceux qui ne font pas pareil sont des feignasses. Bon, quand vous apprenez l’histoire réelle du village, vous vous rendez compte que des bras cassés, y en avait un paquet, que ça ne les a pas empèché de rester en place, même s’ils n’en foutaient pas une, et c’est ceux-là qui médisaient sur mon compte parce que j’arrivais trop tard, parce que je faisais ci ou pas ça….bien sûr jamais en face, mais sur le bord de la route en causant pendant trois plombes pendant que le tracteur tourne pour aller faire semblant de travailler (je ne caricature même pas, c’est juste la vraie réalité!…j’ai la chance de pouvoir vivre dans un film des années 60 en vrai même si le décor disparaît).
Nous n’avons pas de logique de transmission, et l’état-providence-mamelle maternelle, pourvoit à tous les trous de transmission entre génération. Allocs, chômage, APL, point besoin de solidarité familiale, l’état y pourvoit. Ceci crée des générations entières, fermées sur elles-mêmes. Des personnes âgées que j’ai pu entendre me dire que le 100% c’était acquis, et de toute façon "j’ai cotisé"(comme si c’était un retour sur investissement-le tout en prenant toute l’ordonnance à la pharmacie pour en utiliser la moitié et stocker le reste jusqu’à péremption)…etc etc….pourquoi vouloir prendre conscience si ça tombe tout cuit dans le bec?
C’est pour ça que les politiques flattent chaque classe sociale, chaque génération, mais le gâteau ne peut être partagé en parts multiples sans qu’elles rapetissent, car le gâteau, a une limite de taille! Mais chacun voudrait que sa part reste la même….."les autres, c’est pas mon problème".

Quand je vais en Italie, je vois mon beau-frère, qui retravaille après des années de chômage technique chez Fiat…il vit toujours chez sa mère. Mais quel avenir quand on gagne 900 euros par mois ?
Mais en Italie, et bien, il y a la famille, qui pourvoit à tout ce que l’état ne pourvoit pas.
J’ai vu le mari d’une cousine sarde de ma compagne, il est au chômage depuis 9 ans. Et même partir ne marche plus…. autant dire que quand ils voient la politique concernant les migrants, ils sautent au plafond, mais ils se sentent tellement abandonnés! Chez une autre c’était le fils. Et ceux qui bossent bossent comme des martyrs.

Perdre la mémoire culturelle, c’est une façon, à mon très humble et toujours aussi subjectif avis, de nous faire avaler tout ce qu’on veut. De nous faire changer de normes et accepter des trucs que personne n’aurait jamais accepté auparavant. J’allais chez de vieux paysans…ils me disaient, avec leur franc parler non diplomatique mais tellement plus réel : ils travaillent comme des fous, ils veulent aller trop vite. Mais les administratifs et technocrates, vont-ils les écouter? Bien sûr que non!
Puis ces gens meurent…. alors on oublie…. mais on ne peut oublier vraiment, les traces de culture restent.
Ainsi, j’ai pu entendre tant d’histoires sur la guerre, des témoignages sur le travail, l’économie, la vie réelle, pas celle des bouquins…. et ça ça parle. Ca dit que l’on vit maintenant hors sol. Ca parle d’un pays qui après la guerre était florissant puis s’est laissé prendre dans une modernité qui lui a fait perdre ses racines……La modernité c’est bien…mais la modernité au détriment des racines, ça finit par devenir néfaste. On ne peut faire pousser un arbre sans qu’il s’enracine bien.
Alors on recherche la mémoire de la France qui était mieux avant.

Vous parlez de douceur : moi je trouve le monde énormément plus violent, et l’ultime violence, est justement qu’on ne supporte plus aucune conflictualité. Je parle de la conflictualité inhérente à la rencontre de deux univers différents. Comme on veut effacer la conflictualité, alors le dominant efface purement et simplement le plus faible…..mais de façon propre, aseptisée, "douce".
Mais pour moi il n’y a aucune douceur dans la rupture des liens.
C’est pire que la force brute, mais j’ai pu le voir avec mon ex-collègue : elle m’a viré par sms, refusé de discuter des griefs qu’elles m’avait tus pendant des semaines…. et quand je lui ai exprimé au fur et à mesure ce que je voyais ne pas aller de son attitude pro avec moi, et bien c’était le refus, le "c’est celui qui dit qu’y est"…..le tout après avoir pris possession d’une partie de mes patients. La négation de l’autre contre le profit personnel.
Le tout dans une profession censée être habitée de valeurs de compassion et d’altruisme.
Pour moi c’est un parfait symptôme de l’état de notre société. Et je ne veux pas succomber à cela…je veux juste vivre mes valeurs, c’est à dire qu’on peut être gagnants gagnants, et dépasser le stade animal de relation dominant dominé.
Et cela, on peut, je crois, le choisir.
Et j’ose croire que ce sont ces choix, pris à dimension individuelle, qui, s’ils se répandent, entraîneront un changement collectif.

Hors ligne Hors ligne

 

#455 15/04/2017 22h11

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@Lausm : quand je parlais de douceur, il s’agit purement d’une douceur superficielle. On remplace la violence physique par la violence mentale, et ça s’observe entre autre par ces suicides au travail dont on parle épisodiquement, ou de la consommation d’antidépresseurs/anxiolitiques (comme le Soma d’Aldous Huxley). Ca ne laisse pas de traces, et il est facile de blâmer la victime.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #456 15/04/2017 23h08

Membre
Réputation :   93  

Bonjour à tous,

J’ai lu avec intérêt les 18 pages de cette discussion et je dois dire que je trouve le niveau très intéressant, comme d’habitude.
Contrairement à beaucoup, je pense que cette élection ne changera rien à rien. Il ne s’agit que de belles promesses qui se heurteront bien vite aux principes de réalité.
500 000 fonctionnaires de moins? Ce sera la grève générale et des manifestations à n’en plus finir.
Sortie de l’Euro? Ce sera une pagaille indescriptible et les candidats tenteront plutôt de négocier un bout d’accord mal ficelé qui ne changera rien.
Sortie de l’UE? c’est l’explosion de l’Union Européenne et des conséquences au niveau mondial que personne n’imagine. personne ne prendra le risque.

je vois tristement mon pays s’enfoncer dans une crise sans issue je crois.
Je suis un peu plus âgé que la moyenne des gens du forum (j’ai 56 ans) et j’ai le souvenir d’une France bien différente.

Une France des projets: Ariane, Concorde, le paquebot France, le plan Calcul (quelle merde quand j’y pense!). Une France pilotée pour aller plus lojn, plus haut malgré les échecs.
Une France du travail: 4 % de taux de chômage, un mois pour trouver un job, même en étant débutant.
Une France de la solidarité: aider les personnes agées, s’enquérir de la santé des malades, nourrir les plus pauvres.
une France de la tolérance: la France des copains blancs, noirs ou arabes. Faire des matchs de foot France- Algérie sur la place du quartier (imaginez vous ça maintenant?)
Une France du civisme: apprendre à être poli, à respecter les ainés, faire son service militaire.
Une France des réformes sociétales: l’IVG, la majorité à 18 ans ou la fin de la peine de mort.

Je suis aujourd’hui écoeuré par ce que je vois ici.
On laisse crever les gens pour toucher encore plus de dividendes.
On offre aux retraités pauvres une retraite AU DESSOUS du seuil de pauvreté.
On désertifie les campagnes pour remplir les banlieues pourries.
On gagne plus en faisant le pitre sur YouTube qu’en opérant les malades du cœur.
On hurle quand on voit une femme allaitant dans la rue.
Et j’en passe….

Quel que soit le nouveau président je vais quitter ce pays mourant: A cause de nos politiques corrompus et incapables, de nos syndicats vérolés jusqu’à la moelle ou encore de nos juges incompétents.

Dans 20 ans, ce que nous appelons actuellement les grandes puissances n’existeront plus: il ne leur restera qu’un arsenal nucléaire vieillissant pour se protéger d’un monde qui bouge, de populations qui trépignent pour prendre notre place. Nous serons balayés par la jeunesse de l’Afrique, les ingénieurs indiens ou les travailleurs indonésiens.

La France est devenue égoïste, sans projet et sans âme. C’est le pays de Disneyland, du château de Versailles et des palaces pour russes riches.

Je voterai au premier tour pour un candidat qui représente encore la France du terroir, des régions, de nos prés et de nos champs. La France des commerçants, des artisans et des petites entreprises. La France de nos petits bistrots que le monde entier nous envie (non, ils ne nous envient pas LVMH). Bien qu’il n’ait aucune chance d’être élu…
Au second tour, j’irai faire un tour au bord de la mer, histoire de taquiner le poisson et manger une bonne assiette de fruits de mer. Et taper la discussion avec les gens du port….
Et je pense que nous serons nombreux sur la jetée…

En ligne En ligne

 

#457 15/04/2017 23h36

Banni
Réputation :   38  

Bonsoir Mafo, c’est amusant ,j’ai votre age et je partage nombre de vos reflexions mais mon choix sera légèrement different
Nous allons vivre (hors crise geopolitique internationale toujours possible) les echeances electorales les plus dangereuses depuis des decennies et malheureusement  sur 11 candidats nous avons un grand nombre de fous(folles) dangereux (ses) qui amèneraient un chaos indescriptible dans le pays…meme Fillon le filou  ne trouve aucune grace à mes  yeux,ce serait le blocage social assuré …
Malheureusement par elimination il ne me reste qu’ Emmanuel MACRON,qui evidemment ne tiendra pas le dixieme de ses promesses  et n’est pas le Messie juste un jeune loup mais tout sauf le reste….bon j’avoue que JEAN LASSALLE est touchant mais l’heure est trop grave pour s" eparpiller

Hors ligne Hors ligne

 

#458 16/04/2017 00h51

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   132  

Lausm et Doubletrouble : vous ne vous reconnaissez pas dans Jean Lassalle ?

Hors ligne Hors ligne

 

#459 16/04/2017 06h55

Membre
Réputation :   39  

Klaus a écrit :

Klaus a écrit :

Klaus a écrit :

9 contre 1, il se rapproche.

8 contre 1 ce matin.  Melenchon toujours plus haut.  Le problème est que ceux qui veulent à tout prix éviter un second tour Le Pen/Melenchon ne savent même pas s’il faut voter Fillon ou Macron.

7 contre 1

Pour un suivi des bookmakers, il y a ce site : French Presidential Election 2017 betting odds - BetData

The Economist a par ailleurs développé un outil : The centre can indeed hold in France?s presidential election - Daily chart

(ça vaut ce que ça vaut)

Dernière modification par Cupflip (16/04/2017 07h06)

Hors ligne Hors ligne

 

#460 16/04/2017 10h10

Membre
Réputation :   93  

vonfleck a écrit :

Bonsoir Mafo, c’est amusant ,j’ai votre age et je partage nombre de vos reflexions mais mon choix sera légèrement different
Nous allons vivre (hors crise geopolitique internationale toujours possible) les echeances electorales les plus dangereuses depuis des decennies et malheureusement  sur 11 candidats nous avons un grand nombre de fous(folles) dangereux (ses) qui amèneraient un chaos indescriptible dans le pays…meme Fillon le filou  ne trouve aucune grace à mes  yeux,ce serait le blocage social assuré …
Malheureusement par elimination il ne me reste qu’ Emmanuel MACRON,qui evidemment ne tiendra pas le dixieme de ses promesses  et n’est pas le Messie juste un jeune loup mais tout sauf le reste….bon j’avoue que JEAN LASSALLE est touchant mais l’heure est trop grave pour s" eparpiller

Bonjour,

Vous le dites vous même : procéder par élimination. Je crains que le futur président ne soit pas un président d’adhésion mais un président de rejet, tout comme Hollande l’a été face à Sarkozy. Les mêmes causes produisant les mêmes effets…
Mafo

En ligne En ligne

 

#461 16/04/2017 10h18

Banni
Réputation :   286  

Bonjour.

Ceux qui craignent le peril rouge devraient consulter l’agenda de JLM  : rien n’est prevu pour les 3 derniers jours de campagne…..il y aura donc des surprises !

Sans doute surgira-t-il la ou on ne l’attend pas pour porter les coups decisifs a ses adversaires.

Dans l’art de la bataille il faut savoir garder une part de secret pour forcer la victoire, utiliser au mieux l’effet de surprise et de sideration de l’adversaire.

Il y a eu les discours aux accents gaulliens et jauresiens, voici venu le temps d’Hannibal et Bonaparte.

Hors ligne Hors ligne

 

#462 16/04/2017 10h24

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   378  

Pour rebondir sur le message touchant de Mafo (dont je partage la vision), on dit souvent que la France est un chouette pays, où il fait bon vivre, qu’on a de la chance d’y habiter.
Cependant, quand on regarde l’indice IDH, on se rend compte que la France "n’est qu’au" 21ème rang"mondial, avec un score de 0,897 et ce dernier est plutôt baisse depuis 2008. Je la voyais bien mieux classée que cela !

Ce qui est dommage, c’est qu’en 1995, la France se positionnait à la 2ème place du podium avec un IDH de 0,946
.
Notre nation a beaucoup perdu en qualité de vie et je crois que ça ne va pas s’arranger…

Pour info :

https://www.populationdata.net/palmares/idh/ a écrit :

Palmarès – Indicateur de développement humain (IDH)
L’Indicateur de Développement Humain, ou I.D.H., a comme objectif d’essayer de mesurer le niveau de développement des pays, sans en rester simplement à leur poids économique mesuré par le Produit intérieur brut (P.I.B.) ou le P.I.B. par habitant. Il intègre donc des données plus qualitatives. C’est un indicateur qui fait la synthèse (on l’appelle indicateur composite ou synthétique) de trois séries de données :

La santé / longévité (mesurées par l’espérance de vie à la naissance), qui permet de mesurer indirectement la satisfaction des besoins matériels essentiels tels que l’accès à une alimentation saine, à l’eau potable, à un logement décent, à une bonne hygiène et aux soins médicaux.

Le savoir ou niveau d’éducation. Il est mesuré par la durée moyenne de scolarisation pour les adultes de plus de 25 ans et la durée attendue de scolarisation pour les enfants d’âge scolaire. Il traduit la satisfaction des besoins immatériels tels que la capacité à participer aux prises de décision sur le lieu de travail ou dans la société.

Le niveau de vie (logarithme du revenu brut par habitant en parité de pouvoir d’achat), afin d’englober les éléments de la qualité de vie qui ne sont pas décrits par les deux premiers indices tels que la mobilité ou l’accès à la culture.

L’I.D.H. est calculé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (P.N.U.D.). Il se présente comme un nombre sans unité compris entre 0 et 1. Plus l’I.D.H. se rapproche de 1, plus le niveau de développement du pays est élevé. Le calcul de l’I.D.H. permet l’établissement d’un classement annuel des pays.
Entre 2014 et 2015, l’IDH du monde a progressé, passant de 0,711 à 0,717.

Et concernant le Global Peace Index (l’indice de sécurité d’un pays), ce n’est pas terrible non plus, la France est 36 ème :

Global Peace Index ? Wikipédia

Dernière modification par Isild (16/04/2017 10h35)

Hors ligne Hors ligne

 

#463 16/04/2017 10h44

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@Vibe : je dois vous avouer que je n’avais pas du tout examiné le programme de Jean Lassalle. Je l’ai fait ce matin, et j’ai été très agréablement surpris par le programme comme par le personnage. J’ai bien envie de lui donner mon vote au premier tour, comme un coup de chapeau anonyme. Voter futile au premier, et utile au second…


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#464 16/04/2017 10h44

Membre
Réputation :   115  

"C’est un scandale" (les plus anciens le reconnaitront) … il manque "Nathalie Arthaud" ! On veut museler le travailleur et l’empêcher de s’exprimer ?

Blague à part je suis bien embêté pour choisir. Ce qui est certain c’est que je ne voterai pas Fillon car je suis outré de son comportement. Je trouve son attitude insultante envers son électorat potentiel, et de plus il s’est très mal défendu face à ces affaires.
On est mal barrés !

Dernière modification par rylorin (16/04/2017 10h45)


Parrain : Mintos, YomoniNalo Grisbee, N26, Revolut.

Hors ligne Hors ligne

 

#465 16/04/2017 10h50

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030  

doubletrouble a écrit :

Voter futile au premier, et utile au second…

Et s’il est trop tard pour voter utile après le 1er tour que faites-vous?

Hors ligne Hors ligne

 

#466 16/04/2017 11h03

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@Surin : évoquez-vous le scénario "Marine gagne au premier tour" ou "JLM vs MLP" ? Dans le premier cas, je pourrais avoir l’inutile mais réconfortante assurance de n’y être pour rien. Dans le second, je serais aussi détestable qu’un votant Nader ou Jill Stein outre-atlantique, je suppose.

J’espère que je n’aurais pas à voter Macron au second. Si le personnage m’intéressait avant qu’il ne se lance dans la présidentielle, le chemin des urnes me l’a fait détester.

Le plus emblématique à mon sens est la tirade du costard. Autant le "casse t.oi pôv’ con" de Sarko était vulgaire et déplacé dans la bouche d’un président, autant c’était une explosion de colère qu’on pouvait comprendre en tant qu’humain faillible.

Mais dans la situation où était Macron, je ne comprend pas comment la première chose qui lui vient à l’esprit est de parler de t-shirt, de costard, et d’y mêler la notion de respect. Il aurait pu insulter, crier ou fondre en larme devant les caméras, que sais-je, on pouvait comprendre. Mais cette tirade est révélatrice d’une vulgarité profonde de l’âme (imprégnant donc potentiellement ses décisions) et d’autant plus choquante qu’il se présente comme un intellectuel.

Je lui pardonne facilement les "je vous aime" et autres effets de manche un peu ridicules mais malheureusement efficaces à notre époque, mais cette petite phrase…

Dernière modification par doubletrouble (16/04/2017 11h11)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#467 16/04/2017 11h11

Membre
Réputation :   93  

Bonjour,

Cette histoire de vote utile est une vaste fumisterie inventée par les grands partis pour conserver leur place. Voter utile c’est finalement voter contre. Cela évite aux candidats de faire des efforts pour convaincre sur leur propre programme. Il suffit de démonter l’autre pour recueillir des voix.

Ça me rappelle la campagne de Giscard en 1974: si vous voulez que ça change sans que ça bouge, votez pour moi!

Mafo

En ligne En ligne

 

#468 16/04/2017 11h28

Membre
Réputation :   1  

Je suis assez étonné que les medias ne vantent pas la possibilité d’écrire l’histoire, en élisant pour la première fois une femme à la présidence de la république !

Pour mémoire, les mêmes medias "français" vantaient, à force de matraquage, cette première historique lors de l’élection outre atlantique de novembre 2016, avec Hilary Clinton.

On notera le deux poids, deux mesures.

Dernière modification par Gecko (16/04/2017 12h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#469 16/04/2017 11h40

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   658  

Gecko

C’est une boutade?
Hillary oui , Merkel oui… qu’on les aime ou pas ce sont des femmes de substance qui ont fait leurs preuves
Mais M. Le Pen ? J’ai beau être féministe… mais de grâce..

Hors ligne Hors ligne

 

#470 16/04/2017 11h49

Membre
Réputation :   93  

Ce qui est bon chez les autres ne l’est pas forcément chez nous.
Nous avons eu une femme premier ministre et tout le monde lui tombait dessus à longueur de journée. C’est sans doute pour cette raison que Marine a opté pour le pantalon ! Cachez ces jambes que je ne saurai voir !

Quand Barak a été élu on a eu droit au même discours sur la diversité mais toujours rien en France.

Avec Rama Yade on aurait eu une femme noire…. c’est pas pour tout de suite….

En ligne En ligne

 

#471 16/04/2017 11h56

Membre
Réputation :   1  

C’est donc du féminisme à géométrie variable.

Ce ne sont donc pas des idées universelles, mais d’opportunité manipulatrice et d’une malhonnêteté intellectuelle.

Clinton et Merkel ne sont pas des saintes.

Chacun comprendra ce qu’il voudra dans cette duplicité.

Dernière modification par Gecko (16/04/2017 12h37)

Hors ligne Hors ligne

 

#472 16/04/2017 12h01

Membre
Réputation :   12  

Mon pauvre gecko, vous avez 1000 fois raison.
Je me rappelle bien également de Ségolène en 2007.

Que voulez-vous, on ne mélange pas les torchons et les serviettes. Le camp du progrès d’un côté, Hitler de l’autre. wink

Hors ligne Hors ligne

 

#473 16/04/2017 12h03

Membre
Réputation :   11  

Voici une tribune du figaro que j’ai trouvé sur le site "EnMarche" de Emmanuel Macron, pour moi je suis rassurée car c’était flou. Je vous colle le lien et je vous colle le texte derrière :

https://en-marche.fr/article/tribune-re … prietaires

Tribune : Renaud Dutreil : «Emmanuel Macron n’est pas l’ennemi des propriétaires!» a écrit :

14 avril 2017 - L’ancien ministre de Jacques Chirac, soutien du candidat En marche !, défend son programme en matière d’immobilier dans une tribune au Figaro.

Après l’épisode des «fake news» attribuant à tort à Emmanuel Macron l’idée de taxer les «loyers fictifs» des propriétaires occupants, quelle n’a pas été la surprise de beaucoup en découvrant la pétition lancée par l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI), intitulée «Arrêtez de taxer  les propriétaires». L’argument  de cette pétition est paradoxal: tout  en protestant contre une supposée hausse de pression fiscale sur la propriété immobilière, elle prend à partie deux mesures proposées par le candidat d’En marche! en matière… de baisse d’impôts!   Il est d’abord fait grief à Emmanuel Macron de vouloir transformer l’ISF en un impôt sur la fortune immobilière (IFI), en dénonçant une stigmatisation des propriétaires. Les pétitionnaires réprouvent le terme de «rente» immobilière parfois utilisé par le candidat, en soulignant  que les bailleurs se contentent le plus souvent de rendements bien modestes.C’est oublier, au-delà des mots, que l’IFI est avant tout une baisse d’impôt sur le patrimoine, en la forme  d’une sortie totale de l’assiette de l’ISF des investissements mobiliers,  qui conduira un grand nombre de propriétaires à voir leur impôt sur  la fortune baisser, parfois jusqu’à zéro. Dit autrement, un propriétaire immobilier aujourd’hui assujetti à l’ISF car il détient  à la fois un patrimoine immobilier  et des biens mobiliers lui faisant dépasser le seuil d’assujettissement à l’ISF  ne le sera plus demain. Pour ceux  qui sont assujettis au titre de leur patrimoine immobilier uniquement, cela ne changera rien.   L’UNPI a par ailleurs souligné sa volonté de voir reconnaître les biens locatifs comme des biens professionnels, exonérés d’ISF.C’est oublier que  c’est déjà possible: le statut de «loueur en meublé professionnel» permet  aux bailleurs professionnels de voir reconnaître leurs propriétés louées comme un outil de travail non assujetti à l’ISF, tout comme les locaux professionnels des entrepreneurs. Ces dispositifs resteront inchangés  dans le cadre de l’IFI, ainsi que M. Macron s’y est engagé.   L’UNPI reproche enfin à Emmanuel Macron de vouloir supprimer la taxe d’habitation pour 80 % des Français,  au motif que les collectivités locales seraient inévitablement conduites  à se «rattraper» sur la taxe foncière. C’est d’abord oublier que les propriétaires, qui n’appartiennent pas tous aux 20 % de Français les plus aisés, paient eux aussi la taxe d’habitation.  C’est surtout méconnaître  l’engagement d’Emmanuel Macron d’une compensation intégrale par l’État du manque à gagner des collectivités lié à cette mesure de justice fiscale.  À ceux qui s’inquiéteraient de ne pas voir  cet engagement tenu, on soulignera que M. Macron s’est plutôt distingué,  au cours de cette campagne, par son refus des promesses en l’air, par son sérieux budgétaire et par la «faisabilité» globale de son programme.   La pétition de l’UNPI marque un certain malentendu sur les intentions d’En marche! en matière d’immobilier  et d’habitat.Emmanuel Macron a toujours dit son intention de protéger l’investissement immobilier afin  de favoriser l’accès au logement,  par exemple par le maintien du dispositif «Pinel» et du PTZ. Il a prisdes engagements très forts en matière  de rénovation énergétique des logements, au bénéfice notamment des propriétaires: transformation du crédit d’impôt transition énergétique en subvention  de l’État immédiatement perceptible au moment des travaux ; aide à la réalisation de travaux de rénovation énergétique  à l’occasion des travaux de maintien à domicile des seniors ; création d’un fonds public permettant à l’État d’avancer intégralement le coût des travaux de rénovation énergétique aux propriétaires les plus modestes, avec remboursement lors de la revente du bien.   Enfin, En marche! propose, pour les propriétaires et les locataires, de nouvelles solutions «gagnant-gagnant» à expérimenter, qui pourront se prolonger par un pacte de confiance propriétaires-locataires. Un exemple  en est le «bail mobilité professionnel», qui permettra aux propriétaires en zone tendue de louer leur bien à un salarié  en formation ou en période d’essai pour une durée de moins d’un an - ce que le bail classique ne permet pas, au grand dam de certains bailleurs recherchant des solutions de courte durée autres  que la location sur Airbnb. Le projet d’Emmanuel Macron ne porte aucune hausse de la fiscalité des propriétaires immobiliers, au contraire. Ceux-ci verront leur feuille d’impôt s’alléger et leurs possibilités s’élargir, au bénéfice des politiques du logement, de la transition énergétique et de l’emploi. Bien loin donc  d’une stigmatisation des propriétaires!

Retrouvez la tribune dans le Figaro (pour les abonnés) :
http://www.lefigaro.fr/vox/politique/20 … taires.php

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #474 16/04/2017 12h35

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   233  

Juste un petit commentaire de plus,

Quand je vois à quel point certains soulignent l’intérêt de voter pour un candidat comme Mélenchon, tout en esquivant bien de répondre aux questions délicates soulevées par d’autres, je suis me sent obligé de rappeler, qu’historiquement AUCUN pays n’a amélioré sa situation après avoir eu un tel candidat aux fonctions.

Un discours intellectuel ne peut pas s’affranchir de certains lois antropomorphiques, hélas.

Regardez la Chine qui est passé d’une économie socialiste à une économie libérale, pourtant c’était le même peuple.

Que Mélenchon soit un bon tribun ok, qu’intellectuellement ça plaise ok, mais la probabilité que sont programme bénéficie aux français les plus pauvres comme au plus riches sur le long terme, est pour moi nulle.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #475 16/04/2017 12h47

Membre
Réputation :   94  

Gecko a écrit :

Je suis assez étonné que les medias ne vantent pas la possibilité d’écrire l’histoire, en élisant pour la première fois une femme à la présidence de la république !

Pour mémoire, les mêmes medias "français" vantaient, à force de matraquage, cette première historique lors de l’élection outre atlantique de novembre 2016, avec Hilary Clinton.

On notera le deux poids, deux mesures.

Marine Le Pen une femme certes, mais les féministes préféreront sans doute passer leur chemin. Remise en cause de l’IVG et du planning familial, contre la parité, préférant voir les femmes restées à la maison pour libérer des postes…

Quelle vision progressiste ! Et on ne parle même pas des droits des LGBT…

Alors que de l’autre coté, Mélenchon parle à plusieurs reprises du patriarcat dans son programme:

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur