Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+1]    #76 03/08/2018 15h23 → Réalités : promoteur immobilier dans le Grand Ouest de la France (analyse, promoteur, promotion immobilière, réalités)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   285 

Hello,
Pour Réalités, quelques éléments de réflexion :
-l’EBIT 2017 de 8,7 MEUR et l’EBITDA 2017 de 10,8 MEUR sont retraités des frais financiers. (page 53 du RA : l’EBITDA est indiqué comme étant le résultat opérationnel avant frais financiers, impôts, dotations aux amortissements et provisions).
- une EBIT et EBITDA plus classique (ne reprenant pas les frais financiers) serait respectivement de 6,8 MEUR (avec prise en compte de la quote part de résultat net des sociétés mises en équivalence) et de 8,6 MEUR.
Le ratio VE/EBITDA plus classique est ainsi de 9,1.

-Les intérêts minoritaires sont élevés : sur le RN de 7,7 MEUR presque la moitié (3,8 MEUR) reviennent aux minoritaires.

Les capitaux propres de l’entreprise ont été renforcés entre 2016 et 2017 en passant de 42,8 MEUR à 53,2 MEUR mais c’est surtout les capitaux propres attribuables aux participations ne donnant pas le contrôle qui explique 6,7 MEUR des 10,4 MEUR de hausse des capitaux propres.

L’entreprise indique qu’il cherche à réduire la part des minoritaires.
Les partenariats permettent de réduire les apports de fonds propres pour les projets mais cela réduit aussi la part des bénéfices.
En regardant le détail des participations dans les co entreprises ont voit que c’est la SAS Mangin avec 1,5 MEUR de résultat qui explique la très grande majorité du résultat des co-entreprises (1,77 MEUR).

Cheers

Jeremy

Pas d’actions Réalités.

Hors ligne

 

#77 11/10/2018 20h25 → Réalités : promoteur immobilier dans le Grand Ouest de la France (analyse, promoteur, promotion immobilière, réalités)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   353 

A la lecture (et l’analyse) du RFS 2018 ci-dessous, dur retour à la réalité pour les actionnaires de la boîte éponyme

voir l’évolution de l’endettement et le tableau des flux pour ceux qui suivent….

181008_rapport_semestriel.pdf

@+
Bons trades
Stan

Dernière modification par stanny (11/10/2018 20h26)


stock picker de small et micro caps - France - compartiments B, C et Alternext

Hors ligne

 

[+1]    #78 12/10/2018 08h54 → Réalités : promoteur immobilier dans le Grand Ouest de la France (analyse, promoteur, promotion immobilière, réalités)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   92 

Le cashflow opérationnel est de -11,59 M€
Le découvert bancaire augmente de 7,71 M€
La majorité de la trésorerie vient des emprunts à hauteur de 24,15 M€

Considérez vous cette difficulté de trésorerie comme temporaire, lié à des démarrages d’opérations, ou bien annonciatrice de plus mauvaises nouvelles ?

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Buy sheep, Sell deer.

Hors ligne

 

#79 16/11/2018 14h10 → Réalités : promoteur immobilier dans le Grand Ouest de la France (analyse, promoteur, promotion immobilière, réalités)

Membre
Réputation :   16 

Bonjour,

Pour information, il y a une semaine, Johanna ROLLAND (Maire de Nantes) a annoncé l’abandon du projet urbain Yellow Park, prévu avec le groupe Réalités.

Au-delà de certains supporters du FCN, les commerçants et riverains avaient rejoint le mouvement anti-Yellow Park. La Maire de Nantes a aussi annoncé que le stade de La Beaujoire serait conservé… et qu’une nouvelle enceinte de même capacité serait construite juste à côté…

Hors ligne

 

#80 08/03/2019 10h44 → Réalités : promoteur immobilier dans le Grand Ouest de la France (analyse, promoteur, promotion immobilière, réalités)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   205 

Investir a écrit :

Réalités relève son objectif de rentabilité dans un environnement pourtant difficile
 
PAR VALENTIN COMBES | INVESTIR.FR | LE 08/03/19 À 08:00 | MIS À JOUR LE 08/03/19 À 08:27
A l’occasion de la publication de ses ventes annuelles, Réalités a ajusté à la hausse sa prévision d’excédent brut d’exploitation pour 2018. Pourtant, l’année dernière, le promoteur immobilier a engagé des frais irrécupérables, à la suite à l’abandon du projet d’un nouveau stade à Nantes (YelloPark), et du fait de l’augmentation de ses coûts de construction.

L’analyse (Investir)
Le promoteur immobilier nantais Réalités a enregistré en 2018 une « légère hausse » de son chiffre d’affaires, qui a atteint près de 134 millions d’euros, soit une progression de 3,6% par rapport à l’exercice précédent, après une forte croissance de 56% en 2017. C’est un ralentissement, certes, mais les indicateurs avancés sont très encourageants.

En 2018, avec une augmentation de 23% des actes notariés, le groupe a battu le record de 961 lots actés au cours de l’exercice 2017, atteignant le chiffre de 1.247 lots à fin décembre. Ce sont les ventes en bloc qui ont fortement progressé sur l’exercice (685 lots, contre 123 en 2017), alimentées par l’accord signé avec le fonds d’investissement britannique InfraRed Capital Partners dans le développement de l’activité Résidences Services Seniors, activité rattachée à Heurus, filiale du groupe Réalités. De leur côté, les actes en diffus sont ressortis en retrait sur l’année (685 lots, contre 838 lots en 2017). « Ceci est essentiellement lié à un effet conjoncturel, marqué par une offre commerciale disponible à la vente faible sur le premier semestre mais bien plus conséquente sur le second, et qui se traduit par une forte hausse des lots réservés [non encore actés] sur l’année », explique le groupe dans son communiqué.

De fait, alors qu’elle avait enregistré 1.001 réservations nettes d’annulations en 2017, la société a obtenu la réservation de 1.400 lots l’année dernière, soit une progression de 40%. Par ailleurs, les réservations de lots diffus sont restées stables sur un an (737 lots, contre 729 en 2017), dans un marché en tendance baissière, mais « avec un véritable potentiel de croissance qui se révèle sur les régions récemment développées par Réalités (Ile-de-France, Nouvelle Aquitaine) », pointe le groupe. Ainsi à la fin de 2018, le volume de réservations non actées s’est élevé à 70,3 millions d’euros, contre seulement 38,6 millions un an auparavant.

Relèvement de l’objectif de rentabilité
Aussi, sous l’effet, déjà observé au premier semestre, de l’amélioration de la marge moyenne de son portefeuille de projets, la société réitère son ambition d’accroître sa rentabilité et révise, avant la publication de ses comptes annuels, le 21 mars prochain, son objectif d’excédent brut d’exploitation (Ebitda). Initialement prévu « autour de 11,5 millions d’euros », il devrait ressortir « supérieur à 12 millions », malgré l’impact d’une inflation de 3,8% des coûts de construction sur l’ensemble de l’exercice et l’abandon, en novembre dernier, du projet YelloPark (aménagement publics et sportifs, logements et bureaux à Nantes).

Portzamparc, qui chiffre entre 3 et 5 millions les coûts irrécupérables engagés par le promoteur dans ce complexe qui aurait vu naître un nouveau stade pour le club de football nantais notamment, juge cet ajustement sur la rentabilité salutaire et intègre le dossier à sa liste de valeurs moyennes préférées. L’intermédiaire, qui voit la dette financière nette (incluant le crédit-bail immobilier) atteindre 43,8 millions d’euros à la fin de l’exercice, soit 83% des fonds propres, (contre 28,5 millions et 54% des fonds propres en 2017) du fait de l’augmentation du besoin en fonds de roulement et du rachat d’intérêts minoritaires dans les filiales, préfère y voir la préparation de l’avenir ainsi qu’une meilleure internalisation des résultats du groupe – la part du profit distribué aux minoritaires déclinant.

Compte tenu du niveau de réservations constaté l’an dernier, le groupe conforte ses perspectives de croissance anticipées pour l’exercice 2019 (à savoir un chiffre d’affaires « autour » de 160 millions d’euros) et confirme son ambition d’atteindre, à fin 2020, un chiffre d’affaires « autour » de 200 millions d’euros.

Le conseil
Au vu des niveaux historiques d’activité commerciale (actes signés et réservations) enregistrés par le groupe, la visibilité est satisfaisante. L’accent porté sur le rachat des minoritaires et l’amélioration de la rentabilité vont de pair et sont de bons catalyseurs pour l’appréciation du titre, qui se paye 9,4 fois le résultat prévu pour 2018, et seulement 7,5 fois celui estimé pour 2019.
Objectif : 30.0€
Le cours au moment du conseil : 18.7 €

Source

CP Réalités CA IFRS 2018

Le carnet de commande est en forte augmentation. Le partenariat avec Infrared est structurant pour la société (estimé à plus de 20M€ / an) contre un CA 2018 de 134M€ … Les nouvelles agences sur Bordeaux et Paris vont assurer la croissance pour les prochaines années.
La société a racheté 0,5% de son capital sur décembre / janvier. Les dirigeants ont également continué à se renforcer au capital.
Réalité est actuellement ma première ligne.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#81 08/07/2019 13h34 → Réalités : promoteur immobilier dans le Grand Ouest de la France (analyse, promoteur, promotion immobilière, réalités)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   205 

Interview de Christophe de Brebisson, Secrétaire général de Réalités

Christophe Voisin @ Boursier.com a écrit :

Boursier.com : Pourquoi renforcez-vous vos moyens financiers maintenant ?

C.B. : Il s’agit à la fois de répondre au fort développement attendu des activités d’usage et d’ouvrage du Groupe durant les cinq prochaines années et de bénéficier de conditions de marché favorables pour rembourser notre dette obligataire (IBO contractée en 2013 pour près de 15 ME - échéance 07/2019) à de meilleures conditions de financement. Ces ressources financières stables consolident la trésorerie du Groupe et le rendent plus résilient à un éventuel retournement de cycle immobilier dans les prochaines années. Elles permettront également de reprendre des parts de co investissement et d’optimiser le résultat net part de groupe dans les années à venir. Enfin les conditions obtenues (TSSDI : 8,50% - EURO PP : 5,25%) démontrent que le profil de risque de notre Groupe s’améliore au fil des années nous permettant de faire baisser sensiblement et continuellement notre coût de financement depuis 6 ans.

Boursier.com : Votre dette demeure relativement élevée, est-ce un handicap ?

C.B. : Au contraire notre taux d’endettement " Gearing " n’a cessé de s’améliorer et de manière significative ces dernières années. Il est ainsi passé de 91% à 75% en 3 ans tandis que notre trésorerie active bondissait à 34,7 ME au 31 décembre 2018 contre 8,3 ME au 31 décembre 2016. Nous nous sommes d’ailleurs fixés comme objectif de ne pas dépasser 90% de " Gearing " sur les prochaines années. En outre notre levée de titre hybride (TSSDI) pour 22 ME va venir renforcer significativement nos fonds propres et venir améliorer notre ratio d’endettement à la clôture de cette année qui va continuer à décroître sensiblement. Enfin notre taux d’endettement moyen a baissé de plus de 200 points de base en 2 ans passant de plus de 8,75% à moins de 7,50% au 31 décembre 2018, contribuant à l’amélioration de notre cash flow disponible. En définitive tant que la croissance est soutenue et la rentabilité au rendez vous le recours à la dette demeure le meilleur effet de levier pour financer nos projets à moindre coût.

Boursier.com : Comment percevez-vous l’évolution du marché résidentiel neuf ?

C.B. : Le marché du résidentiel dans le neuf continue à très bien se porter malgré un climat moins favorable. Il est compliqué de répondre de manière globale car chaque agglomération, chaque ville connait sa propre dynamique. Toutefois nous constatons sur les régions sur lesquelles nous sommes très présents (Bretagne, Aquitaine, Loire Atlantique, Val de Loire, Ile de France) que la dynamique commerciale demeure excellente sur le début d’année 2019 avec des prix qui continuent à progresser dans un marché globalement acheteur. Le seul bémol à court terme qui freine la progression de l’activité et des mises en chantier est lié aux prochaines élections municipales de 2020 qui retarde significativement la délivrance des permis de construire et donc les mises en chantier. Ceci a toutefois pour vertu de soulager les carnets de commande des entreprises de gros oeuvre et de voir les coûts chantier arrêtés d’augmenter comme cela a été le cas de manière continue sur ces deux dernières années.

Boursier.com : Quel est votre plan de marche ?

C.B. : Comme nous l’avons annoncé au marché lors de la présentation de nos comptes du 31 décembre 2018 nous souhaitons dépasser les 200 ME de chiffre d’affaires IFRS à la fin de cette décennie soit une croissance moyenne de 25% par an sur les deux années en cours. Au-delà et sans fixer un horizon temps précis, nous avons pour ambition d’atteindre les 500 ME de chiffre d’affaires à moyen terme ce qui nécessitera de réitérer au moins pendant ces deux prochaines années la performance réalisée en 2018 (développement foncier supérieur à 500 ME). Nous allons poursuivre la diversification de nos activités et le développement de grands projets d’urbanisme multi activités en développant nos compétences sur la maîtrise des usages autour des résidences gérées, de la santé et du sport. Enfin nous croyons au développement de nos activités à l’international et essentiellement en Afrique. Les premiers succès de notre agence marocaine implantée à Casablanca démontrent l’énorme potentiel de ce marché culturellement proche de nous et qui connait une nouvelle dynamique économique forte. REALITES doit devenir d’ici 2025 un acteur national de l’urbanisation des territoires, répondant aux besoins des collectivités et de leurs populations.

Les bonnes nouvelles s’enchaînent chez Réalités :
- basculement d’un financement projet partagé avec minoritaires vers un financement en propre via levée de fond (actions préférentielle + obligation)
- carnet de commande en forte augmentation aidé par le contrat cadre avec InfraRed,
- développement sur des projets plus important (lauréat de l’appel d’offre du Starde Bauer pour le Redstar)
- Développement en Afrique

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#82 11/07/2019 15h25 → Réalités : promoteur immobilier dans le Grand Ouest de la France (analyse, promoteur, promotion immobilière, réalités)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   205 

Portzamparc sélection Réalités dans ses top picks pour le S2 2019

Portzamparc a écrit :

Réalités :  s’exposer à la forte croissance du foncier

Promoteur immobilier, Réalités intègre l’ensemble de la chaine de valeur du développement immobilier et articule son activité notamment autour de deux pôles : la maitrise d’ouvrage et d’usage. Le promoteur est une société en forte croissance avec un résultat d’exploitation multiplié par 3,8 en quatre ans.  Les analystes voient d’un œil positif la double émission hydride de 46 millions menée début juillet, expliquant que « le groupe avait sécurisé ses futures échéances de remboursement ainsi que le financement de son développement, tout en renforçant sa solidité financière ». Selon Portzamparc, la valorisation du titre, en ligne avec son secteur, ne reflète pas la bonne dynamique.

>>L’avis de Portzamparc : achat avec un objectif de cours à 29 euros, soit un potentiel de hausse de plus de 30%.

La valorisation VE/EBIT de Réalités est en ligne avec les autres promoteurs alors que la société devrait croître de 25% / an sur 2019 et 2020.
De nouveaux financements (obligations et  TSSDI /actions préférentielles) ont récemment été levé pour financer cette croissance.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #83 14/10/2019 12h36 → Réalités : promoteur immobilier dans le Grand Ouest de la France (analyse, promoteur, promotion immobilière, réalités)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   205 

Résultats Semestriels 2019
Présentation analystes
- CA IFRS +20,5% à 62,2 M€ (vs. 51,6 M€ au s1 2018)
- EBITDA  +15% à 4,9 M€ (vs. 4,3 M€ au 30/06/2018)
- ROC stable à 3,4 M€ (à noter une perte ponctuelle des sociétés MEE traduisant les coûts de développement de nouveaux projets)
- RNPG +27,6% à 1,7 M€ (vs. 1,36 M€ au 30/06/2018) lié au rachat des parts de minoritaires dans les sociétés projets (permis grâce aux nouveaux moyens financiers financiers du groupe)
- léger relèvement des objectifs annuels 2019 (CA >160M€, EBITDA ~ 14,5M€). Historiquement, le management a été très conservateur dans ses prévisions…. Ils ont pour "habitudes" de relever / battre leurs objectifs !

A noter :
- Refinancement dans des conditions très avantageuses : obligation 5 ans à 5,25% et action préférentielles à 8,50% vs remboursement obligations 2013 (6 ans à 9%) -> baisse des taux de 375pp traduisant la baisse de la prime de risque de la société !
- hausse des effectifs pèse à CT sur la rentabilité mais il n’y a pas d’inquiétudes à avoir pour le MT. Le promoteur est train de se structurer pour répondre à appels d’offres majeurs pluridisciplinaires. Ils ont décroché plusieurs projets importants dans cette nouvelle division (stade Red Star, projet Anfa et Mazagan au Maroc)
- Rachat d’action de 0,5% du capital au S1 (très opportuniste lorsque le cours s’était effondré sous 20€ !)
- taux d’écoulement des stocks toujours très rapide (peu d’invendus, part des ventes sur plan supérieur au marché)

Perspectives :
- Réservations +24% à 84,7 M€ HT (vs. 68,1 M€ HT au 1er semestre 2018)
- Développement du portefeuille foncier à un plus haut historique à 288 M€ (soit +43% vs S1 2018) Excellente performance malgré un contexte pré-électoral des municipales peu favorable, (cf les CP des autres promoteurs comme KOF ou LNC). Le développement est 4x supérieur au CA généré sur le semestre et permettra d’alimenter la poursuite de la hausse du CA à MT.
- le portefeuille foncier net devrait dépasser 600M€, soit environ 3 à 4 ans de CA (pas trouvé le chiffre précis dans les rapports).

Catalyseurs à MT :
- poursuite de la croissance du CA (20% / an)
- poursuite de la hausse de la marge d’EBITDA (actuellement vers 10% contre 18% chez LNC)
- relais de croissance dans l’exploitation de maisons de retraites

Réalité reste ma première ligne !

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par oliv21 (14/10/2019 17h22)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech