Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#426 09/09/2017 23h59 → PSA Peugeot Citroën : action cyclique massacrée ? (peugeot, psa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   68 

Bonjour,

Bizarrement le groupe Peugeot-Citroën c’est déjà expliqué l’année dernière sur sa stratégie de dépollution en deux phases lors de la commission royal qui n’avait alors trouvé rien à y redire.
Cela explique sans doute que la baisse soit vraiment légère comparée la chute qu’avait subi Renault.

Diesel?: pas de logiciel truqueur chez PSA, selon la commission Royal

Les Echos a écrit :

Si l’examen des ingénieurs de l’IFPEN a mis en lumière un réglage différent du moteur à plus de 70 kilomètres/heure (qui induit des émissions de NOx supplémentaires très légèrement supérieures à la norme Euro5), le moteur de PSA ne semble pas détecter le moment où il passe un test d’homologation. « On reste dans l’esprit de la norme. A haute vitesse, c’est tout le réglage du moteur qui change, et pas uniquement la dépollution ", atteste Gaëtan Monnier, de l’IFPEN. « Cela correspondant à ce que le constructeur nous a expliqué en commission ", a affirmé la représentante du ministère du Développement durable, sans que cela préjuge de la transmission du dossier au parquet.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


La règle n’est pas absolue, mais il semblerait que plus le niveau de scolarité de votre lecteur est élevé, plus ce dernier accorde de l’importance à l’orthographe. Le lecteur aurait tendance à mesurer l’intelligence de son interlocuteur à son mode d’expression. Méconnaître ce réflexe vous exclura.

Hors ligne

 

#427 16/09/2017 17h37 → PSA Peugeot Citroën : action cyclique massacrée ? (peugeot, psa)

Membre
Réputation :   

Juste un petit mot a ceux qui avaient participés a cette discussion a l’époque . j’ai tout vendu en debut d’années avec de substentielles plus values . merci a tout et j’espere que vous y avez aussi trouvé votre bonheur

Hors ligne

 

#428 01/03/2018 23h35 → PSA Peugeot Citroën : action cyclique massacrée ? (peugeot, psa)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   309 

PSA-Résultats records en 2017 malgré les pertes d’Opel

Reuters le 01/03/2018 à 08:19, mis à jour à 14:13 a écrit :

* CA +20,7%, bénéfice net +11,5%, supérieurs au consensus
    * Marge opérationnelle record de 7,3% pour l’auto hors O/V
    * En intégrant Opel/Vauxhall, la marge de l’auto ressort à 5,9%
    * Perte opérationnelle de l’ancienne filiale de GM €179 mlns
    * 2.600 euros d’intéressement et €0,53 de dividende

(Actualisé avec les Echos sur le mandat de Louis Gallois,
précisions, cours)
    par Gilles Guillaume et Laurence Frost
    RUEIL-MALMAISON (Hauts-de-Seine), 1er mars (Reuters) - PSA
PEUP.PA  a publié jeudi des résultats annuels records grâce au
succès de ses derniers modèles et à une perte moins lourde que
prévu de l’ancienne division européenne de General Motors
GM.N , Opel/Vauxhall.
    Le constructeur automobile a réalisé l’an dernier un chiffre
d’affaires de 65,21 milliards d’euros (+20,7%) et a dégagé un
bénéfice net, part du groupe, de 1,93 milliard (+11,5%).
    Le consensus Inquiry Financial pour Reuters donnait
respectivement 64,68 milliards d’euros et 1,899 milliard.
    A 14h12, l’action PSA gagne 5,94% à 19,72 euros.
    Les volumes et le mix-produit ont été les principaux
contributeurs à la croissance du chiffre d’affaires, reflétant
notamment le succès du SUV Peugeot 3008 et de la nouvelle
Citroën C3, modèles pour lesquels 2017 a constitué la première
année pleine.
    "Les excellents résultats de Peugeot Citroën DS, en
progression pour la quatrième année consécutive, démontrent la
capacité du groupe PSA à générer une croissance rentable et
pérenne", a déclaré le président du directoire Carlos Tavares,
cité dans un communiqué.
    Sur RTL, il a annoncé la distribution aux salariés du groupe
d’un intéressement net moyen de 2.600 euros. Pour les
actionnaires, le dividende devrait être porté à 53 centimes par
action, contre 48 centimes au titre de l’exercice précédent.
    Au cours d’une conférence avec les analystes, il a ajouté
que l’année 2018 avait bien débuté pour le groupe, mais il a
aussi répété plusieurs fois que la tâche n’était pas aisée et
qu’il fallait rester "agile" dans un monde "chaotique" en
matière de tendances automobiles.
    La performance du groupe a conduit le conseil
d’administration à proposer le renouvellement du mandat de Louis
Gallois, président du conseil de surveillance, pour quatre
années supplémentaires, rapportent jeudi les Echos, afin de
maintenir en place le duo qu’il forme avec Carlos Tavares à la
tête de PSA depuis 2014.
   
    NOUVEAU POINT SUR LES OBJECTIFS MOYEN TERME DÉBUT 2019
    PSA a souffert récemment d’une chute de ses ventes en Chine,
où le groupe a été contraint de restructurer son offre de
produits et son réseau de distribution face à la concurrence des
marques chinoises. Comme l’ensemble des constructeurs, il est
aussi confronté à la disgrâce du diesel qui oblige à accélérer
les projets dans l’essence, l’hybride et l’électrique.
    Le constructeur a ouvert de nouvelles frontières à
l’international - Iran, Afrique, Asie du Sud-Est - pour ne plus
seulement dépendre du marché chinois. Il a aussi racheté Opel et
Vauxhall afin de gagner en échelle et d’optimiser
l’investissement dans ses nouvelles technologies de véhicules
grâce à deux marques supplémentaires.
    Le résultat opérationnel d’Opel/Vauxhall, que PSA consolide
depuis août dernier, est ressorti en perte de 179 millions
d’euros sur l’année, moins lourde que la plus optimiste des
prévisions d’analystes.
    "PSA a dépassé confortablement le consensus (…) et sa
position financière nette, à 6,2 milliards d’euros, s’inscrit
au-dessus des attentes bien qu’Opel ait brûlé 1,4 milliard
d’euros de cash", commente Jefferies dans une note.
    La marge opérationnelle courante de la division automobile a
atteint un record de 7,3% hors Opel/Vauxhall, contre 6% en 2016.
En intégrant l’ancienne filiale de GM, dans le rouge depuis de
nombreuses années, la marge du groupe se hisse à 6,1%, tandis
que la marge de la division auto - hors Faurecia et l’activité
bancaire - ressort en légère baisse à 5,9%.
    Prié de dire, au cours d’une téléconférence, si ces
résultats allaient conduire le groupe à revoir à la hausse les
objectifs stratégiques de son plan "Push to pass", qui prévoit
notamment une marge opérationnelle courante hors Opel/Vauxhall
supérieure à 6% en 2021, le directeur financier de PSA a répondu
qu’il était encore trop tôt.
    "Il est certain que nous nous débrouillons plutôt bien à
l’heure actuelle", a déclaré Jean-Baptiste de Chatillon,
ajoutant que le groupe ferait le point sur son plan et ses
objectifs à moyen terme début 2019. A cette date, la feuille de
route et les objectifs vaudront pour l’ensemble des cinq marques
du groupe, a précisé Carlos Tavares devant les analystes.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#429 05/05/2018 00h18 → PSA Peugeot Citroën : action cyclique massacrée ? (peugeot, psa)

Membre
Réputation :   35 

FFP est le holding familial de la famille Peugeot.

Actionnaire historique du Groupe Peugeot, FFP investit depuis plus de 20 ans, dans ce qu’il appelle la diversification.

Aujourd’hui, suite à une première augmentation de capital en 2012 au profit de General Motors (qui a tout revendu en 2013) et à une seconde en 2014, au profit de l’Etat Français et du chinois Donfeng, la famille Peugeot ne possède plus que 12,2% du capital de Peugeot, dont 9,3% par le biais de FFP.

Peugeot SA représente quand même 41% de l’Actif Net Réévalué (ANR) de FFP.

Les autres investissements sont:

Orpéa, maisons de retraites, cliniques (leader européen): 10% de l’ANR
SEB, leader mondial du petit équipement domestique: 10% de l’ANR
DKSH, leader des services d’expansion de marché (coté sur la bourse suisse): 8% de l’ANR
LISI, un des leaders maondiaux des fixations pour l’automobile et l’aéronautique: 7% de l’ANR
Safran, équipementier aéronautique, espace, défense: 10% de l’ANR
Autres sociétés cotées: 6% de l’ANR
Non coté, capital-investissement, co-investissements: 14% de l’ANR
Immobilier: 3% de l’ANR
OPCVM: 2% de l’ANR
trésorerie (dont 114 M€ encaissés lors de l’OPA-OPE sur Zodiac): 3% de l’ANR

Le total fait 111% car il ne faut pas oublier: dette -11% de l’ANR

On a donc un léger effet de levier grâce à la dette (FFP emprunte sur 10 ans à 3%)

En investissant sur FFP, on accompagne donc la famille Peugeot dans son souci patrimonial de diversification.
FFP est une petite structure par rapport aux 4,2 Milliards de participations qu’il gère, donc il y a peu de surcoût.


Au 4 mai 2018, la valeur des participations (nette de dette) est de 168.4€ par action.

Au cours de 101.50 € on a donc une décote de 40% sur l’ANR. Décote qui n’est absolument pas justifiée.


Historiquement la décoté a déjà avoisiné les 50%, c’était à l’époque où l’on se posait des questions sur la viabilité de Peugeot.
Cette décote de holding a toujours existé, mais elle est absolument injustifiée.

Avec le temps, la décote tend ces dernières années à se réduire.
Mais depuis le 1er janvier l’Actif Net Réévalué de FFP a augmenté de 8% alors que le cours de FFP n’a monté que de 1%.
On se retrouve donc encore avec une décote de 40%.

Sur le rapport qualité-prix  des investissements de FFP:

Analyse de Peugeot SA:

L’action Peugeot cote 20€, soit une Capitalisation Boursière (CB) de 18 200 M€.

En allant sur Boursorama dans l’onglet "consensus" on trouve les prévision suivantes des analystes financiers pour fin 2018:

bénéfice par action 2.6€
cash flow par action (Marge Brute d’Autofinancement ou MBA) 6.37€
Chiffre d’Affaire ( CA) 76 200 M€ et Dette Financière 6 450 M€
Actif Net Comptable (ANC) par action 17.67€

On calcule ensuite la Valeur d’Entreprise ( EV) = CB + dette = 18 200 + 6450 = 24 650 M€

On peut calculer ensuite calcule  las 4 ratios suivants:

PER = cours / bénéfice = 20 / 2.6 = 7.7
cours / MBA = 20 / 6.37 = 3.1
CB / CA = 18200 / 76 200 = 0.24
cours / ANC = 20 / 17.67 = 1.13

J’aime a me donner les objectifs de vente suivants:

PER = 15
CB / MBA = 6
CB / CA = 0.75
CB / ANC = 1

Celà nous donne les objectifs de cours suivants pour l’action Peugeot:

PER >>> 20€ * 15 / 7.7 = 39€ (+95%)
CB / MBA >>> 20€ * 6 / 3.1 = 39€ (+95%)
CB / CA >>> 20€ * 0.75 / 0.24 > 62.5€ (+212%)
CB / ANC >>> 20€ * 1 / 1.13 = 17.5€ (-12%)

Moyenne des 4 objectifs:
(39 +39 + 62.5 +17.5) / 4 = 39.5€

En général je n’utilise les prévisions des analystes pour calculer ces ratios mais les derniers comptes publiés, mais pour une fois pourquoi pas.

A noter que sur les 23 analystes qui suivent le dossier, 1/3 recommandent d’acheter, 1/3 recommandent de conserver et 1/3 de vendre le titre Peugeot.
On ne pourras donc pas tous les taxer d’optimisme.

Prise en compte du risque "dieselgate":

PSA comme Volkswagen, Fiat Chrysler et Renault est toujours sous la menace d’une amende égale à 10% de la moyenne des chiffres d’affaire 2013, 2014 et 2015 soit 5.4 milliards d’euro pour PSA.

Suite à l’enquête de la DGCRF, le dossier a été transmis au parquet de Paris et l’instruction est toujours en cours.
Cette amende représente un risque de perte potentiel de 6€ par titre.

Tant que ce risque plane, ajustons notre objectif de cours de 39.5€ à 33.5€.

Avec mon objectif de +67%, Peugeot, comme tous les autres constructeurs automobiles, ne me parait donc pas chère en ce moment.

On a donc selon moi sur la participation dans Peugeot, un bon rapport qualité-prix.

Concernant les autres participations cotées de FFP:

Les principales sont pratiquement toutes des leaders dans leur domaine respectif, des sociétés réputées de qualité, appréciées par la bourse et bien valorisées.

Je m’en méfie plutôt, mais FFP a prouvé par le passé qu’il savait aussi vendre.
En 2017, ont été cédées les participations dans Onet, Sanef, Ipsos et les titres Zodiac ont été échangés contre une participation dans Safran.

Pour le non coté, disons que FFP a démontré par le passé aussi son expérience dans le domaine notamment sa capacité à négocier une bonne porte de sortie par exemple la sortie de FCC en 2010 au cœur de la crise immobilière espagnole ou la cotation de DKSH.

L’immobilier et les OPCVM ne posent pas de problème.

Conclusion:

Acheter FFP avec 40% de décote sur l’Actif Net Réévalué (ANR), jouer à terme la réduction progressive de cette décote et accompagner la famille Peugeot dans ses investissements.

La principale participation (41% de l’ANR) Peugeot est elle même a un cours d’achat (objectif 33.5€).

Les autres participations cotées sont bien valorisées.


Méthode d’évaluation de l’ANR de FFP: J’utilise un tableur, je rentre la valeur des participations au 31-12-2017 disponible sur le site FFP, et pour les participations cotées, j’utilise la variation de cours depuis le 1er janvier pour mettre à jour leur valeur.

Message légèrement modifié le 5 mai pour tenir compte des modalités de l’OPA-OPE sur Zodiac, notamment le communiqué FFP du 27 février.

Rajout d’un paragraphe le 5 mai pour prendre en compte le risque "dieselgate".
Objectif de cours sur Groupe PSA ramené à 33.5€

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Larbinator (04/06/2018 10h33)

Hors ligne

 

#430 26/05/2018 09h10 → PSA Peugeot Citroën : action cyclique massacrée ? (peugeot, psa)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1870 

Carlos Tavares cité cette semaine dans les meilleurs CEO mondiaux par l’hebdomadaire américain Barron’s :

Barron’s a écrit :

After taking French auto manufacturer PSA Groupe from billions of dollars in losses in 2013 to record profits last year, Tavares has investors wanting more. That is reflected in the premium valuation accorded PSA shares, compared with its European rivals.

The second act in the Tavares turnaround story—wresting profits from the recently purchased Opel and Vauxhall brands, perennial loss makers—won’t be easy. Nevertheless, given what the Portugal-born CEO already has accomplished with PSA’s main brands, Peugeot and Citroën, in fewer than five years, the expectations seem realistic. PSA Groupe’s shares have sharply outperformed the market and the auto sector since 2013.

Last year’s €2.2 billion purchase of Opel/Vauxhall from General Motors turned PSA into a European giant. Tavares has his work cut out for him: wringing cost concessions from Opel’s unions in Germany, for example, while improving the image and quality of two brands that have lost their way.

Tavares has promised a 2% operating margin for Opel/Vauxhall by 2020. If that weren’t enough, the CEO must shepherd the company through diplomatic issues in Iran, a sizable PSA market, and navigate the challenge of producing electric-powered vehicles.

Then there’s the planned return to the ultracompetitive U.S. market by 2026. PSA left the U.S. in 1991.

The challenges sound daunting, but Tavares, who spends weekends racing—and winning—in classic-car rallies, seems to have the mettle for the task. Investors certainly think so.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech