Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#126 15/07/2019 11h04

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

Oui, exactement. Toutes les actions sont condamnées, à priori (donc en terme de prédiction), à suivre l’indice.

Les actions qui ont un bêta plus élevé vont avoir tendance à amplifier les variations de l’indice.
Des informations nouvelles ou la simple actualisation de la perception du marché vont modifier le prix des actifs, donc, par chance, dégager un alpha à posteriori.

Les actifs ne sont jamais sous-évalués ou surévalués. Le prix d’un actif est toujours égal à sa valeur théorique. Il est impossible de prédire quelle classe d’actif, secteur ou titre va surperformer le marché (à bêta égal).

La stratégie conseillée dans le cadre de l’hypothèse d’efficience consiste à investir une part de son portefeuille dans l’actif sans risque et l’autre part dans l’actif de marché suivant son profil de risque. Une combinaison de ces deux actifs dans une stratégie «buy and hold» offre le meilleur couple rendement/risque et frais.

Dernière modification par Larbinator (15/07/2019 11h58)

Hors ligne Hors ligne

 

#127 15/07/2019 11h24

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   475  

On en reviens à nos bon vieux trackers qui suivent l’indice !

Mais larbinator, pourquoi ne pas faire uniquement un investissement en etf world qui suit l’indice tout simplement dans votre portefeuille si on suit votre idée jusqu’au bout ?


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

#128 15/07/2019 11h30

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

C’est juste ce que prétend la théorie, à laquelle je n’accorde finalement qu’assez peu de crédit.

La première chose que j’ai apprise en apprise en bourse, il y a 25 ans, est que les marchés n’étaient pas efficients. Par exemple en terme de décote de holding ou décote des foncières sur l’Actif Net Réévalué (ANR). C’est même ce qui m’a attiré vers la bourse.

Pour l’investisseur lambda, l’hypothèse des marchés financiers efficients est un bon guide, je pense, mais l’objectif de l’investisseur intelligent reste de la battre en brèche sur le long terme, même si n’est pas si facile.

Quand je serai trop vieux et devrai céder la gestion de mon portefeuille à mon épouse, il est envisageable que je passe sur un ETF World, mais rester en «buy and hold» sur mon portefeuille est tentant. Je pense qu’il continuera à surperformer l’indice sur le long terme. Le problème majeur est en fait la liquidité des positions.

Dernière modification par Larbinator (15/07/2019 12h07)

Hors ligne Hors ligne

 

#129 15/07/2019 13h03

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   644  

Larbinator a écrit :

La première chose que j’ai apprise en apprise en bourse, il y a 25 ans, est que les marchés n’étaient pas efficients. […]. C’est même ce qui m’a attiré vers la bourse.

Exactement, et c’est aussi ce qui fait qu’on y reste.
Quand on a acheté 1 € une action avec 1,06 € de cash net de toutes dettes, PER = 10, et sous OPA à 5 € quelques mois plus tard, on a définitivement du mal à croire à l’efficience des marchés.


Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck : m'écrire.

Hors ligne Hors ligne

 

#130 24/07/2019 13h49

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   147  

Bonjour Larb,

Je peux connaitre votre objectif sur Plastivaloire ?

Hors ligne Hors ligne

 

#131 01/08/2019 11h32

Membre
Réputation :   43  

Bonjour Larbinator,

Si je comprends bien votre stratégie, j’ai l’impression que Arcelor Mittal pourrait correspondre à vos critères. La dette est importante, mais l’actif net d’Arcelor semble bien supérieur à son cours. Est-ce un titre que vous suivez? Est-ce un titre que vous envisageriez? Son activité cyclique me semble l’être presque tout autant que celle de Renault dont vous êtes un grand fan, sa décôte également, d’où ma question.

Au plaisir de vous lire.

Hors ligne Hors ligne

 

#132 20/08/2019 15h00

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

Plastivaloire

Mon objectif de cours basé sur une analyse multicritère ambitieuse (PER=15, P/CF = 6 et VE/CA = 0,75)
est de 15€ (+155%)

ArcellorMittal

En général, je me méfie des entreprises qui dépendent du prix de vente d’une matière première, mais ArcellorMittal bien que cyclique semble rentrer dans mes critères value au vu de ses très faibles ratios.
Je vous remercie pour l’idée, Investissor, et vous promet de creuser l’analyse.

Dernière modification par Larbinator (20/08/2019 15h02)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #133 25/09/2019 01h43

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

Depuis fin avril :

Arbitrage de CRCAM Alpes-Provence et CRCAM Loire Haute-Loire pour CRCAM Languedoc, CRCAM Paris Ile-de-France (à 101,3€) et CRCAM Sud Rhône-Alpes (à 217€).
Renforcement dans Burelle, Plastivaloire, Pizzorno, Moulinvest.
Investissement dans Derichebourg (à 3,18€) , Delfingen (à 20,9€) , Guillemot (à 2,71€).
Allègement de ma position sur Renault.
Aussi je n’ai plus que 25% de mon patrimoine sur les Caisses Régionales du Crédit Agricole contre 32% en avril.

Il ne s’agit pas d’un manque de conviction sur Renault ou les Caisse Régionales du Crédit Agricole, mais les seules disponibilités pour saisir une opportunité sur des titres moins liquides étaient soit des liquidités en attente de réinvestissement sur les CRCAM , soit la possibilité de vendre en moins d’une minute une bonne quantité de titres Renault.  Ceci malgré le fait que, sur Renault, je perdais l’investissement dans la TTF. La TTF (Taxe sur les Transactions Financière) est la taxe de 0,3% payée à l’achat sur les titres qui capitalisent plus d’un milliard d’euros.

Mon portefeuille total : 4 890 000 €

Mon PEA Boursorama : 2 983 000 €

10 800 CRCAM Languedoc (CRLA) 891 000 €
500 Burelle (BUR) 415 000 €
5000 Renault (RNO)  273 000 €
40 000 Plastivaloire (PVL) 255 000 €
2500 CRCAM Paris Ile-de-France (CAF) 254 400 €
9000 Groupe Pizzorno Environnement (GPE) 128 000 €
32 000 Derichebourg (DBG) 109 000 €
5300 Delfingen (ALDEL) 107 500 €
860 Exacompta Clairefontaine (EXAC) 96 300 €
300 Cofidur (ALCOF) 91 000 €
23 000 Moulinvest (ALMOU) 88 800 €
4700 Akwel (AKW) 79 900 €
6232 Signaux Girod (GIRO) 74 500 €
300 CRCAM Sud Rhône-Alpes (CRSU) 68 100 €
23 000 Guillemot (GUI) 58 400 €
18 Mecelec (MCLC) 40 €

Mon compte titre Boursorama : 91 000 €

55 Explosifs et Produits Chimiques PF (EPCP) 47 300 €
54185 ZCCM (MLZAM) 42 800 €
1 Explosifs et Produits Chimiques (EXPL) 855 €
3 Crosswood (CROS) 13€

Mon compte titre Bourse Direct : 1 815 400 €

2010 Explosifs et Produits Chimiques PF (EPCP) 1 728 500 €
800 Renault (RNO) 43 500 €
54300 ZCCM (MLZAM) 43 000 €

Le portefeuille gagnait +6% entre début janvier et le 21 avril et sous-performait déjà nettement son indice de référence (CAC 40 GR = +18%)

Mon portefeuille gagne désormais +5% depuis début janvier et sous-performe toujours son indice de référence (CAC 40 GR = +22,5%).

Le PEA fait +8% dapuis le 1er janvier.

Edit : corrigé la performance du portefeuille +5% pas +0% 

Dernière modification par Larbinator (28/09/2019 02h03)

Hors ligne Hors ligne

 

#134 25/09/2019 08h54

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   147  

Bonjour Larb’,

Investissement dans Derichebourg (à 3,18€) , Delfingen (à 20,9€) , Guillemot (à 2,71€).

Je peux connaitre votre analyse sur ces trois valeurs ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #135 06/10/2019 12h31

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

Bonjour Loop’

Comme je suis en forme aujourd’hui, j’ai pris mon courage a deux mains et j’ai publié les trois analyses demandées sur les forums correspondants.

Hors ligne Hors ligne

 

#136 06/10/2019 12h54

Membre
Réputation :   13  

Au top Larbinator !

Je vais regarder avec un grand interêt votre analyse pour Derichebourg qui me fait grandement de l’oeil sur ces niveaux, j’en avais déjà eu a 3€08.

Guillemot je suis déjà dessus en très grosse position wink

Et je vais découvrir Moulinvest par curiosité, société que je ne connais pas mais qui je suppose doit être interessante aussi si vous lui portez intérêt

Merci à bientôt smile

Hors ligne Hors ligne

 

#137 06/10/2019 13h39

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

Oui, Moulinvest est une petite société intéressante de la filière bois, et qui a un programme de développement ambitieux.

Par contre c’est une small caps peu liquide et son endettement très important fait qu’il y a un effet de levier en conséquence en cas de résultats en hausse ou en baisse.

Hors ligne Hors ligne

 

#138 06/10/2019 15h56

Membre
Réputation :   37  

Je m’étais aussi intéressé à moulinvest depuis la mode des poêles à granuler. Je trouve que c’est une valeur défensive, qui favorise la silviculture Avec un business en France. Je pense renforcer prochainement.

Hors ligne Hors ligne

 

#139 15/11/2019 16h25

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   644  

Bien vu : OPA sur Explosifs mais, après lecture, je ne suis pas sur de comprendre comment on peut faire une OPA à la moitié du cours smile

Dernière modification par JeromeLeivrek (15/11/2019 16h28)


Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck : m'écrire.

Hors ligne Hors ligne

 

#140 15/11/2019 16h28

Membre
Réputation :   24  

C’est une OPA avec -50% (oui le moins est volontaire) de prime… Pas vraiment qqch que veut Larbinator, à mon avis.


Parrainage Boursorama, Mes placements, Bourse Direct & Binck sur demande [MP]

Hors ligne Hors ligne

 

#141 07/12/2019 03h27

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

Les Parts de Fondateurs Explosifs et Produits Chimiques (EPC Groupe) 2/3

Sur l’action ordinaire le projet est d’offrir une porte de sortie non obligatoire à 429€.
Par contre, sur la Part de Fondateur, le projet est un remboursement obligatoire à 480€.

Ceci sous réserve de l’expertise par un collège de deux experts indépendants de la valorisation des parts de fondateur, effectuée en application des dispositions du Décret n°67-452 du 6 juin 1967 portant application de l’article 8 ter de la loi du 23 janvier 1929 sur les parts de fondateur émises par les sociétés.

Décret n°67-452 du 6 juin 1967

Communiqué de EPC Groupe

Le 25 novembre un courrier recommandé a été adressé par E.J. Barbier à tous les porteurs de parts (sauf peut-être M.Philippe Moussot et Candel et Partners) annonçant la décision unilatérale de E.J Barbier de dissoudre avec effet immédiat, conformément à l’article 1872-2 du Code Civil, la Société Civile des Porteurs de Parts de Fondateur dont l’objet était précisément :

→ de mettre en commun, réunir et centraliser tous les droits et actions pouvant être attachés aux parts de fondateurs, de façon à ce que la Société civile puisse seule, et à l’exclusion des porteurs de parts individuellement, exercer tous les droits et actions attachés aux parts et pourvoir à la défense, à la conservation et à la protection des droits et intérêts desdites parts.
→ prendre toutes décisions qui, à un titre quelconque, pourront avoir trait à la conservation et à la défense des intérêts des parts de fondateur et passer à ce sujet tous traités, arrangements, transactions et compromis avec la Société Anonyme d’Explosifs et de Produits Chimiques.
→ passer avec ladite Société Anonyme tous traités et arrangements relativement au rachat total ou partiel des parts

LRAR E.J. Barbier -  Dissolution de la SC

Pour envoyer ce courrier la société a fait un Titre au Porteur Identifiable, opération sur titre qui permet à une société émettrice d’avoir connaissance des noms et nombre de ses titres possédés par les investisseurs qu’elle a communiqué à son actionnaire majoritaire.

Dans le cas d’EPC Groupe, le capital est composé de :

→ 168 400 actions ordinaires qui ont droit aux 3/4 de l’actif, des bénéfices et des dividendes. (EXPL)
→ 29 473 Parts de Fondateurs (PF)  qui ont droit à 1/4 de l’actif, des bénéfices et des dividendes. (EPCP)

La valeur d’une part de fondateur par rapport à l’action est donc de : 168 400 / (29 473 x 3) = 1,9 fois

Le capital est réparti approximativement de la manière suivante :

E.J. Barbier : 113 603 actions (67,5%) et 3777 parts de fondateur (12,8%)
Autocontrôle : 16102 actions (9,6%)
Candel et Partners : 17 000 actions (10,1%) et des Parts de Fondateur (PF)
Philippe Moussot : 3921 actions (2,3%) et des PF
HMG découverte (fonds géré par Marc Girault et Jean François Delcaire) 5600 actions (3,3%) et des PF

D’après mes calculs l’indemnisation équitable serait de 733€ (+52%) par part de fondateur et de 384€ (-10,5%) par action.

Je détiens 2065 parts de fondateur (7%), il y a donc plus de 500 000 € en jeu pour moi sur ce dossier.

Vos conseils sont bienvenus pour assurer ma défense sur ce dossier.

Dernière modification par Larbinator (07/12/2019 06h03)

Hors ligne Hors ligne

 

#142 07/12/2019 03h43

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2207  

Il semble clair que votre intérêt n’est PAS aligné sur celui des vendeurs de titres qui ont été impliqués dans la négociation jusqu’à présent.

Il va falloir que vous arriviez à avoir une influence sur le process, en vous faisant connaitre des parties concernées (de l’acheteur en particulier), conseiller par les bons professionnels (ce qui aura un coût, significatif vu la valeur de votre participation), si possible en regroupant d’autres personnes dans le même cas que vous (pour répartir les coûts de conseil, et peser en ayant la plus grosse possible minorité de nuisance/blocage, à évaluer selon les statuts de la société).


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#143 07/12/2019 04h52

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   644  

Je ne comprends pas pourquoi :
- on peut proposer une indemnité à moitié du cours de bourse ; en général celu-ci est une référence.
- votre estimé de valeur des parts ordinaires est quasi au tiers du cours de bourse. Si vraiment c’est le cas, pourquoi ne pas avoir vendu plus tôt ?

Dernière modification par JeromeLeivrek (07/12/2019 12h09)


Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck : m'écrire.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #144 07/12/2019 05h27

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

Les Parts de Fondateurs Explosifs et Produits Chimiques (EPC Groupe) 3/3

Mon estimation de la valeur des parts de fondateurs et des actions ordinaires est pris en référence à la transaction qu’a conclu l’actionnaire majoritaire avec son acheteur Argos Wityu SAS.

Comme le fait remarquer la société dans son communiqué, ce prix serait cohérent avec le prix d’acquisition des actions E.J Barbier et résulterait d’un processus compétitif de cession organisé par les vendeurs et leurs conseils et de la négociation entre ces derniers et Argos.

Je veux bien accepter à la rigueur la référence (vraiment très basse) négociée par l’actionnaire majoritaire avec son acheteur. Pour moi, le litige principal porte surtout sur l’évaluation des parts de fondateurs par rapport à l’action ordinaire.

L’article 33 et l’article 36 des statuts définissent précisément les droits des parts de fondateur au dividende et à l’actif en cas de dissolution de la société. 75% au actions ordinaires et 25% aux parts de fondateurs. De cette répartition des droits résulte qu’une part de fondateur vaut 1,9 fois l’action ordinaire. Le dividende versé aux PF a toujours été 190% du dividende versé aux actions.

Statuts de EPC SA

En négatif:
- les PF sont dépourvues de droit de vote
- elles ne sont pas éligibles au PEA
En positif:
- elles ne sont pas diluées en cas d’augmentation de capital, gardant toujours des droits sur un quart de l’actif. Ce qui est un avantage exorbitant.

Argos, l’acheteur des 67,5% de E.J Barbier (74,6% en tenant compte de l’autocontrôle) met la main sur 74,6% de la société pour un prix de 48,75 M€ ce qui valorise la société à 65,3 M€.
Charge à la société de débourser 14,2 M€ de trésorerie pour annuler les Parts de Fondateur.
EPC SA a dégagé ces dernières années un résultat net courant (corrigé du taux d’impôt sur les sociétés) de l’ordre de 10 M€. Sur les bases de la transaction, le PER est donc de 6,5 sur les actions ordinaires et 3,5 sur les parts de fondateurs.

La solution la plus équitable serait la simple conversion de parts de fondateurs en actions ordinaires sur la base de 1,9 actions pour une part. Libre à nous ensuite d’apporter à la porte de sortie à 429€ que nous offre Argos.

En cas de conversion de PF en actions au taux de 1,9 actions pour 1 Part de Fondateur la dilution serait de 1/4 pour l’acheteur et il ne mettrait la main que sur 56% de la société (compte tenu de l’autocontrôle). Ce qui valoriserait la société à 87 M€ même si elle économiserait dans l’affaire 14,2 M€ de trésorerie. Le surcoût s’élèverait à +11,5% pour Argos (compte tenu de la dilution et de la trésorerie conservée).

Avant l’annonce de cette transaction mon estimation (très raisonnable) était de 685€ / action et 1300€ / PF.
Ceci dit, par lassitude, j’aurais probablement été prêt à céder en bloc mes parts de fondateur à 1000€.

Le cours de bourse, bien qu’étant une référence est celui d’une action très peu liquide et d’une part de fondateur encore moins liquide.
Avant l’annonce de la transaction, l’action cotait 840€ et la part de fondateur 990€.
Ceci bien qu’en réalité, le valeur intrinsèque d’une part de fondateur soit de 1,9 fois l’action.

Au dernier cours de ce vendredi 6 décembre, bien que le cours de l’action ait chuté sous l’effet de la (mauvaise) nouvelle que la famille fondatrice n’a trouvé qu’un acheteur au prix de 429€, l’action ordinaire s’est échangée encore au cours de 765€ (dans un volume de 10 titres).
Sur cette base la part de fondateur devrait valoir encore 1450€, soit trois fois le prix évoqué.

Dernière modification par Larbinator (07/12/2019 17h34)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #145 07/12/2019 18h41

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1894  

Bonjour Larbinator,

Je suis actionnaire d’Explosifs et Produits Chimiques, avec une position identique à la vôtre : je détiens une seule action (EXPL). En revanche je n’ai aucune part de fondateur (EPCP) ;-)

Cette petite blague mise à part, je vous fais part d’éléments qui peuvent alimenter votre réflexion, avec de gros avertissements sur ma compréhension et ma connaissance limitées du dossier (je ne suis pas juriste, je n’ai jamais détenu de parts de fondateur d’aucune entreprise, et évidemment je connais le dossier EPC infiniment moins bien que vous, ayant acheté ma seule action EXPL en 2017 en "suivant" Candel & Partners).

Ces avertissements étant faits, en première réflexion, mon approche du dossier, si j’étais à votre place (grosse position de parts de fondateur) serait la suivante.

1) Comprendre la position générale de l’AMF sur le sujet de la conversion ou du rachat obligatoire des parts de fondateur

J’ai retrouvé en ligne cet extrait du bulletin mensuel de mai 1970 de la Commission des Opérations de Bourse, qui résume sa position sur le sujet :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_cob_parts_de_fondateur_1.jpg
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_cob_parts_de_fondateur_2.jpg
Je ne parle pas couramment le "COB/AMF", mais un langage proche, le "Banque de France" : si mon interprétation de la doctrine de la COB (probablement reprise par l’AMF, qui lui a succédé) est correcte, l’AMF ne souhaite absolument pas se mêler du niveau du taux de conversion ou du prix de rachat des parts de fondateur (quelle que soit l’entreprise concernée).

Donc :

a) la protection des droits des épargnants détenteurs de parts de fondateur est faible - plus faible que ceux des détenteurs d’actions. Cela explique sans doute pourquoi le marché a toujours "décoté" les parts de fondateur d’EPC par rapport à la valeur intrinsèque qu’on pouvait leur accorder sur la base du rapport des distributions d’une part de fondateur et d’une action (facteur 1,9).

Autrement dit, "l’inefficience" du marché sur ce point n’était qu’apparente - toute la question étant quelle "décote" peut être "raisonnablement" justifiée par la moindre protection juridique des détenteurs de parts de fondateur. (A mon avis c’est illusoire d’espérer un taux de conversion de 1,9 ou un prix de rachat équivalent.) Cette décote "raisonnable" doit à mon avis dépendre notamment du poids de l’actionnaire majoritaire (i) au capital et (ii) dans la "masse" des parts de fondateurs : en effet, cela détermine son influence dans le processus d’évaluation du taux de conversion ou du prix de rachat obligatoire des parts de fondateur. Dans le cas d’EPC il est clair que l’actionnaire majoritaire choisira le premier expert

b)

EDIT : Publication prématurée. Gros problèmes d’internet ici. Je compléterai ce message plus tard.

Dernière modification par Scipion8 (07/12/2019 18h55)

Hors ligne Hors ligne

 

#146 23/12/2019 03h24

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

J’ai publié ce jour un article sur l’offre inique de remboursement obligatoire des Parts de Fondateur Explosifs et Produits Chimiques (EPCP) dans la file « Parts de fondateur et certificats cotés sur la place parisienne » et entrepris sur le forum Boursorama EPCP de recenser les porteurs de parts en vue d’une action conjointe.

article « Remboursement inique des Parts de Fondateurs EPCP »

Hors ligne Hors ligne

 

#147 10/01/2020 10h26

Membre
Réputation :   3  

Bonjour Larbinator,

A la lecture de votre portefeuiile, il me semble que vous avez vendu des titres Exacompta en 2019 et cette société fait partie de vos top pour 2020.

Il y a t’il eu un changement ou une nouvelle sur le titre qui à motiver à le placer en top pick ou avez vous simplement arbitrer la position?

Je ne trouve que peu d’information sur Exacompta, je me demandais ce qui a pu motiver votre choix.

Merci

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #148 15/01/2020 05h53

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

Rien de particulier si ce n’est qu’ Exacompta apparaît dans mes analyses comme l’un des titres les plus décotés.

Quand même, le cours de la pâte à papier a baissé de 30% sur l’année 2019, ce qui va favoriser la marge de la branche production.
Exacompta Clairefontaine n’est pas un papetier totalement intégré et ne fabrique pas sa pâte à papier qui est donc un intrant important.

Les quelques titres que j’ai vendus cette année pour arbitrer vers d’autres valeurs ne sont pas significatifs.

Dernière modification par Larbinator (15/01/2020 10h37)

Hors ligne Hors ligne

 

#149 15/01/2020 08h28

Membre
Réputation :   9  

Bonjour Larbinator,
Je suis votre portefeuille et vos publications avec attention.
Vous êtes très exposé sur Renault.
Avec les derniers évènements liés à cette société, restez-vous aussi serein sur le potentiel de revalorisation de Renault?
Bonne journée.


Les petites rivières font les grands fleuves. Qui tente rien n'a rien.

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #150 15/01/2020 08h49

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

Mon avis sur Renault (RNO) :

Aucun souci sur Renault, même si j’ai allégé ma position pour des motifs d’arbitrage vers Burelle.

L’équation est simple:
→ Les participations de Renault dans Nissan et Daimler valent à leur dernier cours de bourse encore 38€ par titre Renault.
→ Le cœur de métier de Renault et la filiale de financement RCI Banque contrôlés à 100% doivent valoir au moins autant que la participation de 43% dans Nissan.
→ En théorie, le cours de l’action Renault devrait avoisiner au moins les 80€, hors il est plutôt vers 40€.

Depuis fin septembre :

Arbitrage des lignes Derichebourg, Akwel, Pizzorno et Signaux Girod et d’une grande partie de la ligne Renault
Renforcement considérable sur Burelle pour profiter de la décote historique du holding sur sa seule participation dans Plastic Omnium qui avoisine -36%.
Constitution de trois nouvelles lignes : Actia Group, Haulotte et Lacroix.

Mon portefeuille total : 4 849 000 €

Mon PEA Boursorama : 2 968 000 €

10 800 CRCAM Languedoc (CRLA) 898 000 €
920 (+420) Burelle (BUR) 725 000 €
40 000 Plastivaloire (PVL) 262 500 €
2500 CRCAM Paris Ile-de-France (CAF) 248 000 €
23 000 Moulinvest (ALMOU) 123 000 €
5600 (+300)Delfingen (ALDEL) 115 500 €
2800 (-2200) Renault (RNO)  113 500 €
885 (+25) Exacompta Clairefontaine (EXAC) 101 000 €
300 Cofidur (ALCOF) 92 500 €
18 300 Actia Group 78 500 €
300 CRCAM Sud Rhône-Alpes (CRSU) 59 500 €
23 000 Guillemot (GUI) 57 500 €
8200 Haulotte (PIG) 44 000 €
2100 (-6900) Groupe Pizzorno Environnement (GPE) 27 500 €
550 Lacroix (LACR) 15 500€
600 (-5632) Signaux Girod (GIRO) 7 000 €
18 Mecelec (MCLC) 40 €

Mon compte titre Boursorama : 108 500 €

54185 ZCCM (MLZAM) 62 000 €
55 Explosifs et Produits Chimiques PF (EPCP) 46 000 €
1 Explosifs et Produits Chimiques (EXPL) 765 €
3 Crosswood (CROS) 15€

Mon compte titre Bourse Direct : 1 772 500 €

2010 Explosifs et Produits Chimiques PF (EPCP) 1 678 000 €
54300 ZCCM (MLZAM) 62 000 €
800 Renault (RNO) 32 000 €

Bilan 2019 et attentes :

La prime de risque du SBF 120 s’élève environ à 8%. C’est la différence entre le rendement prévu des valeurs du SBF 120 (l’inverse du PER) et le taux « sans risque» de l’emprunt d’État (0%), prime censée rémunérer le risque d’investir en actions. Cette prime de risque est actuellement très élevée. Historiquement, elle tourne plutôt autour de 4%. Cette prime de risque de 8% semble démontrer que les marchés actions sont loins d’être surévalués. Avec 8% de prime de risque, il ne devrait pas être trop difficile sur le long terme de faire au moins +10% en sélectionnant bien ses titres.

Depuis 18 mois, la gestion « value », les valeurs cycliques (automobile, matières premières), et les small caps ont considérablement sous-performé par rapport au CAC 40. Je gage que ces valeurs prendront un jour leur revanche.

Mon PEA a fait en 2019 une performance de +8,3% à comparer avec une performance de +30% pour le CAC 40 GR (dividende réinvestis).

Ma gestion a plusieurs fois sous-performé le CAC 40 pendant deux ans (en 1998-1999, en 2007-2008, en 2011-2012)  pour largement se rattraper les années suivantes. Globalement, sur 26 ans, mon PEA a fait une performance annuelle de +13% alors que le CAC 40 GR (dividendes réinvestis) a fait +6,7% / an.

L’alternative ETF :

La gestion indicielle par le biais des ETF est devenue très en vogue et je gage que cela restera une mode durable.

En effet, les trackers sur indices surperforment la majorité des gestions actives tout en offrant des frais de gestion moindre (de l’ordre de 0,5% au lieu de 2%).
Cet effet de mode participe à la hausse des indices et donc des grandes valeurs.

Pour ceux qui voudraient diversifier leur portefeuille vers les ETF, ce n’est pas difficile.
On peut constituer un portefeuille d’ETF éligible au PEA avec par exemple les trois ETF suivants :

→ 60% sur un ETF monde développé : Lyxor MSCI World PEA( EWLD) ou bien Amundi MSCI World (CW8)
→ 20% sur un ETF émergent : Lyxor PEA MSCI Emerging Markets (PLEM)
→ 20% sur un ETF foncières européennes : Lyxor PEA Immobilier Europe (PMEH)

Tous ces ETF sont éligibles au PEA et en trois coups de cuillère à pot, on a un portefeuille diversifié sur des milliers d’actions qui suivra les indices boursiers moyennant des frais de gestion annuels de moins de 0,5%.

Notez bien que je ne conseille pas les ETF, préférant toujours investir en direct sur des actions très faiblement valorisées.

L’alternative des big/mid caps:

Pour ceux qui voudraient orienter leur portefeuille vers les grandes valeurs du CAC 40 ou les valeurs moyennes du SBF 120, j’ai constitué une liste de valeurs pas très chères, avec des PER inférieurs à 15 :

Valeurs du CAC 40 (capitalisation > 10 Md€) :
Total (FP), Engie (ENGI), Orange (ORA), Saint-Gobain (SGO), Michelin (ML), Bouygues (EN), Carrefour (CA), Publicis (PUB)

Valeurs moyennes du SBF 120 (entre 10 Md€ et 1Md€) :
Faurecia : PER = 8 (objectif 15), P/CF =4 (objectif 6) , VE/CA = 0.72 (objectif 0.75)
Eutelsat, Bic, Lagardère, M6 Métropole Télévision, Vicat, Trigano, TF1, Fnac Darty, IPSOS, Vilmorin

Grosses Small Caps du SBF 120 ( entre 1 Md€ et 500 M€) :
Quadient, Maisons du Monde

Je ne m’attends pas à ce que ces valeurs surperforment sur le long terme ma gestion « deep value », mais j’indique cette liste à titre de piste pour ceux qui souhaitent se constituer un portefeuille de mid caps françaises faiblement valorisées. Sur ces valeurs, dont je ne suis pas actionnaire et que je ne suit pas (sauf Faurecia), attendez vous à peu de service après-vente de ma part.

« Le prix est ce que vous payez. La valeur est ce que vous obtenez. »
— Warren Buffet


Note :
Conformément à la tradition, je divise l’univers des 650 valeurs cotées à la bourse de Paris en 5 tranches suivant leur capitalisation boursière.
Big caps > 10 Md€ = CAC 40
Mid caps entre 1 Md€ et 10 Md€ = SBF 120
Small caps entre 1 Md€ et 100 M€ = Cac Mid & Small, valeurs généralement suivies par seulement quelques analystes pro
Micro caps entre 100 M€ et 20 M€ généralement pas suivies par les analystes pro
Nano caps < 20 M€ très peu liquides et non suivies

Dernière modification par Larbinator (15/01/2020 18h31)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur