Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+1]    #126 04/05/2013 06h21

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   454  

J’ai envie de dire que le monde m’appartient mais ce serait un peu présomptueux…..

Par contre je suis certain d’être le premier sur d’éventuelles affaires …..wink

Philippe


Rentier profitant tranquillement de la quiétude de la vie

Hors ligne Hors ligne

 

#127 04/05/2013 19h12

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   509  

Philippe30 a écrit :

Un lien vers l’interview d’un marchand de biens
Comment devenir marchand de biens dans l?immobilier | Capital Story
Philippe

Merci c’est très intéressant et rare à trouver ce type d’interview, 20% de renta brut ! Dire qu’ici nombreux sont ceux qui pensent que 10 % est impossible à trouver wink (je sais c’est un peu plus compliqué, je simplifie)


"La liberté existe toujours, il suffit d'en payer le prix"- Henry de Montherlant

Hors ligne Hors ligne

 

#128 05/05/2013 08h15

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   454  

C’est extrême comme investisseur qui est parti de rien et est arrivé à employer 7 personnes pour gérer son parc locatif de 300 lots.

Mais ça existe et ça doit nous montrer que le chemin est possible , chacun met le curseur ou il le souhaite , je n’ai jamais souhaité arriver à un tel patrimoine mais je dis bravo car l’immobilier est une passion qui va au delà de juste se dire je touche tant de loyer et  j’ai xxx biens à moi.

L’immobilier est différent suivant les régions , c’est le reflet d’une culture régionale  , les maisons sont différentes , les toitures en fait l’immobilier est vivant et fait partie de notre vie car c’est notre résidence et en cela il faut que des gens achète pour rénover pour assurer la continuité du patrimoine ancien.

Philippe


Rentier profitant tranquillement de la quiétude de la vie

Hors ligne Hors ligne

 

#129 05/05/2013 11h20

Membre
Réputation :   14  

Les déclarations BIC doivent être envoyés avant le 17/05/2013 et avec le comptable nous discutons sur l’inscription ou non à un CGA qui doit être fait avant la fin du mois de Mai.

Voici les avantages que l’on peut avoir :
- Non application d’une majoration de 25 % du bénéfice imposable

- Possibilité de déduire le salaire du conjoint

- Réduction d’impôt pour frais de comptabilité et d’adhésion (915€)
Pour en bénéficier, les adhérents doivent :
- réaliser un chiffre d’affaires qui ne dépasse pas les limites du régime fiscal de la micro-entreprise,
- être imposés sur option à un régime réel.)

- Délai de reprise réduit
Le délai pendant lequel l’administration fiscale peut contrôler l’adhérent est réduit de 3 à 2 ans, en matière de bénéfices professionnels et de taxes sur le chiffre d’affaires pour les périodes pour lesquelles le compte rendu de mission établi par les CGA a été communiqué à l’administration fiscale et pour lesquelles aucune pénalité autre que l’intérêt de retard n’a été appliquée.

Je souhaiterais avoir vos avis sur l’utilité de ces avantages pour un LMNP qui débute ces premières années et qui a donc un déficit, n’a pas de salaire de conjoint, passe les frais comptables een charges déductibles, et fait sa comptabilité par un expert comptable.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #130 05/05/2013 12h14

Membre
Réputation :   3  

Philippe30 a écrit :

@Freya

Votre opération avec beaucoup de travaux vous permettra de faire du déficit foncier , c’est une bonne chose.

Concernant le micro bic je comprend votre démarche toutefois prenez garde que le plafond du micro bic est de 32.600 ( loyer et avances sur charges ).

Je ne parle pas de défiscalisation , terme pour les opérations avec réduction d’impôts pour les particuliers mais je préfère dire optimisation ou bonne gestion.

Vous avez bien mené votre barque  , vous indiquez pouvoir rembourser vos emprunts avec une seule vente ( après tout dépend du bien à vendre ) cela indique que vous avez peu d’encours de prêt.

Pourquoi ne pas envisager une vente d’un bien peu rentable pour disposer d’argent pour un apport sur une nouvelle acquisition pour laquelle vous pourriez déduire des intérêts d’emprunt ?

"L’amortissement ne se calcule pas sur la valeur de l’achat. Merci pour l’info. Car je n’ai justement pas réussi à le trouver sur internet. Les textes étaient flous. Or c’est une valeur essentielle."
Je n’ai pas trouvé les textes mais c’est ce que mon comptable m’a dis et à fait.

Dans le cas ou vous auriez fait une défiscalisation de Robien , Scellier d’un studio loué en nue ATTENTION car cette défiscalisation à une influence je crois me souvenir sur l’amortissement en meublé du bien ensuite car il faut alors tenir compte de la période défiscalisation pure et dure.

Philippe

@ philippe30

Je sais que le plafond MICROBIC est de 32000 euros, Ce qui me laisse suffisamment de marge de manœuvre pour racheter un troisième studio sans dépasser le plafond. Après, il me faudra changer de régime ou poursuivre mes acquisitions en régime foncier.

J’ai effectivement peu d’encours de prêts. En tout cas, d’après vos critères et ceux de ZX 6R, qui, si je ne me trompe, trouvera que je n’ai pas assez fait d’opérations ou optimisé ma fiscalité. (cf autre fil sur investissement locatif). Avoir peu d’encours de prêts est un choix que j’assume. Et je compte faire beaucoup d’autres acquisitions.

Dans le débat qui oppose emprunt long avec cash flow positif (ZX6R) et emprunt court avec des mensualités forcément plus lourdes (Range19), je suis entièrement d’accord avec ZX6R, c’est vrai, c’est la meilleure façon de procéder mais….. je finis toujours par faire ce que fait Range19. Je sécurise mes biens en soldant le prêt et je relance une autre opération derrière.

Et dans les nombreux arguments qui ont été échangés entre les deux, il y a une chose dont vous parlez peu : L’âge et la situation de l’emprunteur.

@ ZX 6R : Emprunter sur 25 ans, OK, c’est intelligent fiscalement mais la banque REFUSE quand vous avez passé un certain âge. Ce n’est pas encore mon cas, mais je le vois avec d’autres. Bientôt, que je le veuille ou pas, je n’aurai pas d’autre choix que d’emprunter sur des périodes courtes. Sinon, la banque ne me fera pas le crédit.

De même, pour la situation de l’emprunteur, je suis free lance avec des revenus fluctuants et les banques peuvent se montrer très frileuses avec nous. Devinez ce qui les rassure : Mon patrimoine DEJA PAYE  parce que je deviens, à leurs yeux, forcément solvable.

Si j’avais eu 15 biens immobiliers avec 15 emprunts sur 25 ans, la banque aurait bien vite refusé de prêter au delà du troisième ou quatrième emprunt. Car elle aurait estimé que j’étais trop exposée. Même avec un cash flow positif.

En ayant soldé mes premiers prêts, j’ai sécurisé mes biens, j’ai des revenus fonciers et micro BIC qui me servent à payer des travaux en foncier (donc, fiscalité légère pour l’instant et pour encore 3 ans) et qui me servent de tremplin pour la poursuite de mes futures acquisitions.

Autre point positif : la future baisse de l’immobilier ne me fait pas peur, au contraire, elle m’éloigne de l’ISF et ma valeur locative ne changera pas ou peu. Avoir terminé de payer certains biens me permet de ne pas craindre de devoir vendre au mauvais moment (mais de toute façon, je n’ai pas l’intention de vendre)  à perte et de devoir encore solder un prêt derrière.

Mais en tout cas, je trouve que vos débats sont très intéressants pour tous. Peu importe que vous ne soyez pas d’accord entre vous. C’est justement le but du forum, de discuter…et de permettre aux autres d’analyser vos arguments. Et de réfléchir.

Hors ligne Hors ligne

 

#131 05/05/2013 12h31

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   454  

Kool31 a écrit :

Les déclarations BIC doivent être envoyés avant le 17/05/2013 et avec le comptable nous discutons sur l’inscription ou non à un CGA qui doit être fait avant la fin du mois de Mai.

27 Mai 2013 pour les déclarations papier

@ Freya
Nous évoquons certains points avec ZX-6R que certains jeunes investisseurs ne voient pas forcement , sur la fiscalité.
Je ne suis pas partisan d’emprunt sur 25 ans , c’est trop long et le ratio cout / durée n’est pas avantageux à mon sens , je l’ai déjà dis mieux vaut un 20 ans comme durée.

Votre situation de revenus fluctuant peux être un frein pour les banques et vous obligez un disposer de bien payé , cela se comprend mais d’un autre coté cela vous oblige à limiter vos achats et à contribuer au paiement du bien qui avec des revenus fluctuants peux être préjudiciable à votre trésorerie.

Philippe


Rentier profitant tranquillement de la quiétude de la vie

Hors ligne Hors ligne

 

#132 05/05/2013 12h58

Membre
Réputation :   76  

Une question:

dans quelle hypothèse de TMI vous placez vous? Est ce neutre par rapport à la durée d’emprunt et aux intérêts payés?

De ce que j’ai compris, plus le TMI est fort, plus ya gros à récupérer. Et inversement.

Hors ligne Hors ligne

 

#133 05/05/2013 15h11

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   188  

Freya a écrit :

Et dans les nombreux arguments qui ont été échangés entre les deux, il y a une chose dont vous parlez peu : L’âge et la situation de l’emprunteur.

Très juste.
L’âge et la situation professionnelle peuvent considérablement changer la donne.

Il y a aussi la question assurance : pour des problèmes de santé sans importance voire anciens on peut être assuré en ADI mais avec des exclusions… ça peut limiter les ambitions et les possibilités d’emprunts.

Hors ligne Hors ligne

 

#134 06/05/2013 10h31

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   231  

@Freya : Effectivement arrivé à un certain age on ne peut plus emprunter sur de longues durées. Mes posts s’inscrivent en général dans la démarche de devenir rentier, et il vaut mieux commencer tôt. J’ai moi même commencé à 29 ans et je trouve cela bien trop tardif.

Si j’avais eu 15 biens immobiliers avec 15 emprunts sur 25 ans, la banque aurait bien vite refusé de prêter au delà du troisième ou quatrième emprunt. Car elle aurait estimé que j’étais trop exposée. Même avec un cash flow positif.

Là je ne suis pas d’accord, si vous achetez 25% sous le prix du marché, que vous retapiez et mettez en valeur vos biens, vous pouvez tout à fait avoir un patrimoine net conséquent, même après seulement 2 ou 3 ans de crédit remboursés. Si vous avez un CDI et un beau reste à vivre, la banque suit. Exemple vécu personnellement.
On en a déjà parlé sur un autre fil. Il faut savoir mettre en valeur son dossier, et être persévérant.


Left the Rat Race in 2013

Hors ligne Hors ligne

 

#135 06/05/2013 10h42

Membre
Réputation :   76  

Tiens, une autre question aux plus expérimentés :

Comment savez vous que vous faites une affaire?
J’ai déjà posé la question d’un point de vue financier, on sait que 10% brut ou 8% net est intéressant.

Là, je souhaiterais me placer d’un point de vue marché. Je suppose que vous avez une connaissance fine des zones géographiques sur lesquelles vous cherchez mais avez vous un avis sur les sites qui indiquent le cour de l’immobilier local.

Par exemple, est ce que le site meilleur agent vous semble fiable dans ces estimations? En utilisez vous un autre que vous trouvez plus fiable?

Bon, j’ai encore fait un hors sujet…

Hors ligne Hors ligne

 

#136 06/05/2013 11h20

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   231  

Je "pense" faire une affaire quand j’ai du 8% net dans un bon emplacement.
Pour les immeubles, le prix du m² est tout à fait relatif.

Sinon sur Paris meilleurs agents ne peut être qu’une aide, et encore… Le RDC et le dernier étage n’ont pas la meme valeur, un bien avec travaux n’a pas le meme prix qu’un bien refait à neuf, et pourtant ces infos manquent.


Left the Rat Race in 2013

Hors ligne Hors ligne

 

#137 06/05/2013 11h41

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   188  

Faire une affaire est subjectif.
Je dirais que l’on a l’intuition d’en faire une lorsque le bien acheté correspond à notre cahier des charges (emplacement, environnement, qualité, rentabilité, financement, liquidité etc).

On confirme l’intuition un peu plus tard : le financement se déroule comme prévu, les locataires n’avaient pas été mis en place pour faciliter la vente et sont bien là, on n’a pas trouvé de mérule pendant les travaux dont l’ampleur se limite à ce qui avait été envisagé, le résultat a de la gueule sur le papier et sur le terrain.

On en est certains d’avoir fait une bonne affaire le jour où le financement est terminé et ou on peut dresser le bilan de l’opération.

J’en ai fait quelques unes excellentes, une ou deux mauvaises (revendues) et ai l’intuition d’avoir une pépite en mains… J’attends le bilan définitif pour confirmer.

Dernière modification par Range19 (06/05/2013 11h39)

Hors ligne Hors ligne

 

#138 06/05/2013 15h29

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2025  

Pruls a écrit :

Par exemple, est ce que le site meilleur agent vous semble fiable dans ces estimations?

Non, pas très fiable : leur estimation de mon domicile (en 1ere couronne de Paris, sur un marché assez liquide) est fantaisiste (surestimée de 20%, si j’en crois le prix auxquels des biens comparables se sont récemment vendus). 

Rien ne remplace le fait de connaître (soi-même) son marché.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#139 08/05/2013 06h51

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   454  

Pruls a écrit :

Comment savez vous que vous faites une affaire?
J’ai déjà posé la question d’un point de vue financier, on sait que 10% brut ou 8% net est intéressant.

Là, je souhaiterais me placer d’un point de vue marché. Je suppose que vous avez une connaissance fine des zones géographiques sur lesquelles vous cherchez mais avez vous un avis sur les sites qui indiquent le cour de l’immobilier local.

Emplacement ( 3 fois pour le quartier , rue et étage du bien ) , proximité des commerces , des universités  ,des transports , facilité pour se garer , facilité d’accès etc ….

Si j’ai un studio avec une supérette à coté je suis le roi car l’étudiant à un petit budget et un petit frigidaire.

Si j’ai un trois pièce avec une place communale pour se garer , je suis le roi car Mr et Mme seront ravi de pouvoir se garer sans problème en face de chez eux….

Des évidences qui incitent le locataire à prendre votre bien et qui rend sa location rapide.

Philippe


Rentier profitant tranquillement de la quiétude de la vie

Hors ligne Hors ligne

 

#140 10/05/2013 10h31

Membre
Réputation :   18  

Le Blog Patrimoine a écrit :

le 9 mai Les conséquences fiscales catastrophiques du décès de l’investisseur

L’investissement en location meublée, professionnelle ou non professionnelle, n’est définitivement pas un investissement immobilier comme les autres. C’est l’intérêt principal du régime fiscal de la location meublée qui est à la source même des difficultés que nous allons vous présenter dans cet article.
Lors du décès de l’investisseur :
    Le crédit est remboursé par l’assurance emprunteur et l‘indemnité d’assurance est un produit exceptionnel qui sera taxable selon le taux d’imposition de l’épargnant + CSG / CRDS à 15,5%.
    La plus value latente sera imposée alors même qu’il n’y aura pas vente de l’immeuble. Le décès de l’investisseur sera le fait générateur de l’imposition au titre de la plus value des particuliers (LMNP) ou des professionnels (LMP).

Hors ligne Hors ligne

 

#141 13/05/2013 10h23

Membre
Réputation :   0  

Bonjour à toutes et à tous,

J’ai bien saisi le régime réél en LMNP, mais quid de ce régime quand, sur plusieurs appartements, on a un mélange de meublés et non meublés…

Merci

A bientôt,

Laurent

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #142 13/05/2013 11h21

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2025  

"Quand, sur plusieurs appartements, on a un mélange de meublés et non meublés…", c’est pas bien compliqué : On déclare en BIC le bénéfice fiscal [*] de l’activité location meublée, et on déclare comme revenu foncier le revenu des biens loués nus (en y imputant les charges déductibles).

[*] obtenu à partir du bénéfice comptable, après réintégration éventuelle des montants qui ne peuvent être pris en compte au niveau du résultat fiscal (par exemple : un amortissement ne peut pas générer de bénéfice, mais au mieux amener le bénéfice fiscal à zéro, le solde étant alors reporté).


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#143 13/05/2013 12h50

Membre
Réputation :   0  

Re-Bonjour,

Merci pour cette réponse rapide et précise. Par contre je suis -désolé - novice et cela n’est pas si "évident" pour moi.
Auriez vous un lien avec un exemple précis et concret.
Quel est le risque si je déclare tout en meublé (puisqu’en fait) j’ai racheté 4 studios avec 4 baux en cours…Si ça ne tenait qu’à moi tout serait meublé !

Merci,

Laurent

Dernière modification par Lorenzo21000 (13/05/2013 12h46)

Hors ligne Hors ligne

 

#144 13/05/2013 13h06

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2025  

Risque = redressement pour fausse déclaration, avec toutes les conséquences.

Si vous avez des baux en cours pour des locations "nues", il faut déclarer en revenu foncier…. jusqu’à éventuellement changer de bail.

Lisez  LMP (Loueur Meublé Professionnel) et investissements locatifs et LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel) et investissements locatifs entre autres (et essayer "passer nu meublé" dans l’outil de recherche de ce forum, en haut à droite de cette page).


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#145 17/07/2013 13h49

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   136  

Sandra a écrit :

Bonjour à tous,

Le grand avantage de ce régime est de pouvoir déduire un grand nombre de charges et surtout d’amortir le bien.

Je vais vous montrer que même en payant cash un investissement locatif et sans aucun travaux, on peut très bien ne pas avoir un centime d’impôts à payer (hors impôt sur le revenu) sur les gains procurés par cet investissement pendant une dizaine d’années !

Sandra

Je me permets d’intervenir sur ce sujet et pour nuancer.

Au départ, j’étais parti moi-même sur du foncier au réel. Après avoir lu quelques articles ici, j’étais convaincu que le statut LMNP est plus interessant. Statut que j’ignorai complètement avant.

Bien entendu, le réel que ce soit foncier ou BIC est plus interessant que le Micro sauf cas particulier de foncier sans prêt.

Alors j’ai réalisé un tableur excel détaillé sur 40 ans, en intérgrant tous les éléments comptables.

J’en déduis (chiffres à l’appuie) pour un bien avec un CA LMNP de l’ordre de 10k€, on peut ne pas avoir à payer des impôts pendant 20 ans. Ceci n’est qu’une répétition de ce qui vient d’être signalé auparavant et confirme la citation.

Néanmoins est ce pour autant une opération rentable ?

Avec le LMNP, et par rapport au foncier, il faut rajouter la CFE, les frais d’un comptable (pour l’amortissement) et les frais d’adhésion à un CGA.

Pour un foncier réel, voilà le montant des impôts à payer (TMI 30%) respectivement sur 5, 10, 20 et 40 ans : 5255 €, 10 008 €, 17 420 €, 27 645 €, 142 974 €
soit grosso modo et en moyenne sur les 20 premières années entre 1050€ et 1300 € par ans. entre 20 ans et 40 ans ça se gate.

En conclusion, et pour nuancer, le LMNP me semble interessant par rapport au foncier à condition :
- de contenir les frais dus à la CFE, Compta et CGA à environ 1200 € par an et par tranche de CA de 10k€. Sans compter le décalage de trésorerie (le comptable est payé l’année N, les impôts l’année N+1).
- de viser plus de 20 ans d’activité et donc de démarrer relativement "jeune". Je situerai la limite à 40 ans (à débattre)
- d’avoir un TMI >= 41%

Enfin, un dernier détail, un agent immobilier m’a indiqué que le meublé se loue au même prix que le nu. Donc, le cas échéant, les meubles (5 à 7k€), sont payés à fond perdu dont l’amortissement n’apporte rien car l’amortissement du bien à lui seul est suffisant pour éponger le résultat de l’activité (différentiel entre le loyer et les charges)

Si vous arrivez à réunir ces trois conditions, il n’y a pas de doute. Sinon, la question mérite d’être étudiée de près.

Voilà le résultat de ma réflexion.

Est ce que vous partagez cela ? ou y a t il un paramètre structurant que j’ai omis dans mon raisonnement ?

Dernière modification par Boubouka (17/07/2013 13h51)

Hors ligne Hors ligne

 

#146 17/07/2013 22h49

Membre
Réputation :   15  

Bonjour Boubouka,

Pour la CFE, effectivement, il faut l’intégrer dans les calculs (quand on a une idée de son montant !) puisque c’est une taxe qui n’existe pas dans le foncier. A Paris, c’est de l’ordre d’une soixantaine d’euros.

En revanche, pour les frais de comptable et d’adhésion à un CGA, je ne suis pas d’accord. D’après ce que j’ai compris (et j’aimerais beaucoup qu’un intervenant me le confirme). Jusqu’à 915 euros/an, ces frais vous sont remboursés sous forme de crédit d’impôt.
Donc, sous réserve que vous payez des impôts, il n’y a pas lieu d’intégrer ces frais dans vos calculs puisqu’ils ne vous coûtent rien.
Je n’ai fait qu’une seule déclaration au réel et le fils d’une amie, expert comptable stagiaire m’a aidé à faire la déclaration. L’année prochaine, il aura son diplôme et je ferais les choses "officiellement" et donc je pourrais vérifier ce que je viens d’énoncer.
Je l’ai lu à plusieurs reprises mais un doute subsiste malgré tout. Si c’est réellement "gratuit" pourquoi y a t-il des personnes qui s’embêtent à le faire tout seul ?

Je ne comprends vos 2 autres conditions :

- de viser plus de 20 ans d’activité et donc de démarrer relativement "jeune". Je situerai la limite à 40 ans (à débattre)
- d’avoir un TMI >= 41%

Je ne vois pas pourquoi on doit être obliger de partir sur des durées forcément longues. Si on bout de 5 ou 10 ans, on sait qu’on peut revendre le bien avec une belle plus-value, qu’est-ce qui nous retiendrait ?
Idem pour le TMI >41%. Dès lors qu’on paye des impôts, il faut faire le comparatif entre le foncier et le BIC.

Dans tous les cas, un tableau excel intégrant TOUS les paramètres vous dira quel est le meilleur choix à un instant T.
Je précise à un instant T car à T+n, ça sera peut-être différent en fonction de l’évolution de la réglementation. Je pense notamment à ce que Duflot peut nous mijoter…

Enfin concernant le différentiel de prix entre vide et meublé, je ne pourrais vous répondre que pour Paris puisque c’est là que je loue. Il me semble évident qu’un bien meublé se loue + cher qu’un bien vide, de l’ordre de 15% je pense. Mais peut-être que ce n’est pas valable partout.

Cordialement.

Sandra

Dernière modification par Sandra (17/07/2013 22h52)

Hors ligne Hors ligne

 

#147 18/07/2013 14h54

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   136  

Je vais essayer de répondre sur quelques points ; d’après ma compréhension.

CFE
Si c’est 60€ ; cela reste dans l’erreur du modèle. 
Je me suis renseigné pour mon cas à Levallois-Perret : 600€ !
L’impact devient non négligeable pour une ville comme Saint Maur des fossés où c’est de l’ordre de 1000€ par exemple.

CGA
La CGA n’est pas un crédit d’impôts mais une réduction d’impôts ce qui change tout si on ne fait pas de bénéfices imposables.

cf Pourquoi adhérer à un CGA ? - Fédération des Centres de Gestion Agréés - FCGA

Durée
Si l’objectif est de revendre sur un horizon de 10 ans, à mon sens, il faut regarder de prêt si l’optimisation fiscale rembourse complètement les frais supplémentaires inhérents au statut de LMNP à savoir :
- Les frais initiaux d’enregistrement
- Les frais de comptabilité : nécessaire pour un calcul "non criticable" de l’amortissement
- Les meubles
- CFE

Sur du long terme, 20 ou 30 ans, c’est différent.

TMI
Le TMI impact directement le montant de l’impôt foncier.
Donc, plus de TMI est élevé, plus le différentiel entre les impots BIC (LMNP) et les impots fonciers est important. Ce différentiel est sensé couvrir les frais cités ci dessus.

Excel
Je suis entièrement d’accord. Un excel est ce qu’il y a de mieux pour arbitrer.

Montant de la location
Personnelement, j’ai l’impression que le montant de la location est le même pour un nu ou un meublé. C’est pour cela que je prends en compte la valeur des meubles dans le comparatif Nu ou meuble tout en gardant le même loyer.
Encore une fois, imaginons pour une petite surface que le meublé génère un CA additionnel de 50€/mois, si on met 3k€ de meubles, il faut 60 mois pour les rembourser. A savoir que c’est amorti entre 5 et 7 ans. Encore une fois l’équation est délicate.

Hors ligne Hors ligne

 

#148 14/08/2013 20h43

Membre
Réputation :   40  

Bonjour,

Poste très utile !

Je compte me passer d’un comptable pour ma première déclaration LMNP réel (je ne paye pas d’impôts en France et donc les frais du comptable seraient pour ma pomme si j’ai bien compris, de plus cela m’amuse !).

J’ai quelques questions sur les points ci dessous :

dkee34 a écrit :

[…]

Amortissements :(en fonction des préconisations de votre comptable).
: Les frais d’agence peuvent être passé en charges ou amortis sur une durée comprise entre 10 et 60 ans prendre la durée de la composante du bien la plus courte.
: Les frais de notaire peuvent être passé en charges ou amortis sur une durée comprise entre 10 et 60 ans prendre la durée de la composante du bien la plus courte.

=> Les frais de notaire peuvent être passés en charge sur la première année pour créer du déficit reportable, bien. Quid des frais de recherche ? J’ai fait appel à un "chasseur" qui a repéré l’appartement pour moi, négocié le prix et dirigé les travaux, puis-je déduire ses frais ?

dkee34 a écrit :

: Le mobilier peut être amorti sur une durée comprise entre 5 et 10 ans (en fonction des préconisations du comptable).
: Le biens est amorti pour sa valeur hors terrain ( 5% à 15% non amortissable), sur une durée comprise entre 10 et 60 ans en fonction des composantes, exemple:
Gros-œuvre (structures, charpentes, voirie et réseaux divers) entre 40 et 60 ans.
Second oeuvre: (façades, étanchéité, couverture, menuiseries Extérieures) entre 30 et 50 ans.
Installations Générales et Techniques: (chauffage, la climatisation, les Ascenseurs et la Sécurité) entre 15 et 30 ans.
Agencements: (cloisons, chapes, plâtrerie, divers revêtements, plomberie, câblage, électricité) entre 10 et 20 ans
[…]

=> Confirmez vous que l’on parle ici du prix du bien hors frais d’agence? Donc 90% du prix d’achat hors frais d’agence à amortir sur 30 ans si l’on ne peut décomposer le prix par composants ?

Hors ligne Hors ligne

 

#149 12/09/2013 21h38

Membre
Réputation :   0  

[edit] désolé, mauvaise section, je vais poster au bon endroit !

Dernière modification par Sebinox (22/09/2013 13h15)

Hors ligne Hors ligne

 

#150 13/09/2013 08h33

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   127  

RatRacer a écrit :

Confirmez vous que l’on parle ici du prix du bien hors frais d’agence? Donc 90% du prix d’achat hors frais d’agence à amortir sur 30 ans si l’on ne peut décomposer le prix par composants ?

Les frais d’agence passent aussi dans les frais déductibles la première année. Donc oui, la base amortissable se calcule hors frais d’agence.


Objectif-Tune, mon blog sur l'investissement immobilier

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur