Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#126 13/03/2016 12h57 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   100 

Une vidéo de Bruce Greenwald à l’université de Columbia. Elle n’est pas nouvelle mais elle reste néanmoins intéressante pour tout investisseur, amha. Elle fait parmi de la "Post Keynesian conference" de 2014.

Dernière modification par WhiteTiger (13/03/2016 13h00)


“The pessimist complains about the wind; the optimist expects it to change; the realist adjusts the sails.” W.A Ward

Hors ligne

 

#127 20/04/2016 13h39 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Membre
Réputation :   11 

Pour mieux connaître le profil des investisseurs français

Qui sont les actionnaires individuels ? - Autorité des marchés financiers

D’autres articles sur les onglets de gauche.

Hors ligne

 

[+1]    #128 08/08/2016 09h33 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Membre
Réputation :   66 

Bonjour,

Tout d’abord, où est donc passée la file white papers?
Elle semble avoir été déplacé ou supprimée…

Ma contribution du jour:
Reflections on the Ten Attributes of Great Investors
par Michael J. Mauboussin, Dan Callahan, Darius Majd

1. Be numerate (and understand accounting).
2. Understand value (the present value of free cash flow).
3. Properly assess strategy (or how a business makes money).
4. Compare effectively (expectations versus fundamentals).
5. Think probabilistically (there are few sure things).
6. Update your views effectively (beliefs are hypotheses to be tested, not treasures to be
protected).
7. Beware of behavioral biases (minimizing constraints to good thinking).
8. Know the difference between information and influence.
9. Position sizing (maximizing the payoff from edge).
10. Read (and keep an open mind).

Message édité par l’équipe de modération (08/08/2016 14h22) :
- modification du titre ou de(s) mot(s)-clé(s)


IH : merci. Hélas la précédente file m’a été rapportée comme supprimée il y a plusieurs semaines. Je suis remonté en arrière d’un mois dans la sauvegarde, mais elle avait déjà été supprimée (manifestement par erreur) et donc impossible à restaurer.

Dernière modification par simplicitaire (08/08/2016 09h35)

Hors ligne

 

[+3]    #129 08/08/2016 19h26 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Membre
Réputation :   

J’avais enregistré dans mes favoris la page :
Lectures académiques, white papers, interviews sur l’investissement (3/5)

Désormais ça pointe vers le sujet "Que pensez-vous de la Bourse ? (sondage journal Métro)" mais il y a quand même beaucoup de white papers, articles, etc. à partir de la moitié de la première page, comme si les files étaient mélangées.

IH : j’ai tout réparé, grâce à votre message. Un grand merci.

Hors ligne

 

#130 09/08/2016 00h52 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   141 

Ce n’est pas une étude académique mais j’espère qu’elle aura sa place ici : Ten attributes of great investors, Thirty years, publié par le Crédit Suisse format pdf.

https://doc.research-and-analytics.csfb … BRMNZJ8%3d

Hors ligne

 

#131 26/11/2016 16h10 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Membre
Réputation :   

Bonjour,
(Je ne sais pas si c’est le lieu idoine pour poster cette vidéo, à déplacer au besoin).
une conférence de Mohnish Pabrai devant les étudiants chinois pour la première fois (Peking University/Guanghua School of Mgmt) le 14 October 2016.
Un cours d’une heure et demi sur l’investissement dans la valeur.
-Son parcours.
-la puissance des intérêts composés.
-Sa quête des 10-100 baggers, avec l’exemple du moody’s indien (moat).
- les qualités que doit posséder un investisseur.
-questions réponses avec les étudiants et notamment pourquoi un investisseur travaille sans staff car cela lui serait grandement préjudiciable.

Mohnish Pabrai - The Quest For 10-100 Baggers

Lien YouTube:

Mohnish Pabrai Lecture at Peking University (Guanghua School of Mgmt) - Oct 14, 2016 - YouTube

Hors ligne

 

[+2]    #132 08/03/2018 13h15 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2183 

Toutes les lettres annuelles 2017 des gérants d’actifs les plus réputés :
Q4 2017 Letters and Reports : SecurityAnalysis

Hors ligne

 

#133 24/05/2018 11h09 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   101 

Bonjour,

Je n’ai pas trouvé le post approprié pour poster les lettres/rapports/recherches macroéconomiques orientés stratégie d’investissement.

Alors je commence avec la lettre d’AXA qui est en français. Il y a un lien à l’intérieur qui pointe vers une présentations macro en anglais très complète.

AXA Investment Managers Paris - Lettre Mensuelle de la Stratégie - 04/2018

Bonne lecture

PS: Merci pour ce déplacement
PS2: je trouve ce déplacement inapproprié. On parle dans ce post principalement de papier de recherche (à dominante investissement value d’ailleurs)
Mon post portait plus sur des lettre économique du moment. Dommage

Dernière modification par niceday (25/05/2018 00h03)

Hors ligne

 

[+1]    #134 17/06/2018 23h04 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Membre
Réputation :   

Un excellent article (en anglais mais plutôt accessible), assez long mais qui vaut vraiment le coup d’oeil : The Psychology of Money.

L’auteur commence par évoquer deux histoires en parallèle : Grace Groner, orpheline à 12 ans, qui a vécu une vie très simple avec un maigre salaire. A sa mort, elle a légué une fortune de 7 millions de dollars à des organisations caritatives. Richard Fuscone, lui, a fait des études à Harvard, avait un poste de dirigeant chez Merrill Lynch, une énorme villa, etc. et a fini ruiné.

Et l’auteur de poursuivre :

The purpose of these stories is not to say you should be like Grace and avoid being like Richard. It’s to point out that there is no other field where these stories are even possible.

In what other field does someone with no education, no relevant experience, no resources, and no connections vastly outperform someone with the best education, the most relevant experiences, the best resources and the best connections? There will never be a story of a Grace Groner performing heart surgery better than a Harvard-trained cardiologist. Or building a faster chip than Apple’s engineers. Unthinkable. But these stories happen in investing.

That’s because investing is not the study of finance. It’s the study of how people behave with money. And behavior is hard to teach, even to really smart people. You can’t sum up behavior with formulas to memorize or spreadsheet models to follow. Behavior is inborn, varies by person, is hard to measure, changes over time, and people are prone to deny its existence, especially when describing themselves.

L’auteur évoque ensuite 20 biais psychologiques et comportementaux qui ont une grande importance en matière de gestion financière et d’investissement. Je ne les détaille pas ici mais je cite quelques extraits qui m’ont particulièrement plu :

The true cost of investing – or anything with money – is rarely the financial fee that is easy to see and measure. It’s the emotional and physical price demanded by markets that are pretty efficient. Monster Beverage stock rose 211,000% from 1995 to 2016. But it lost more than half its value on five separate occasions during that time. That is an enormous psychological price to pay. Buffett made $90 billion. But he did it by reading SEC filings 12 hours a day for 70 years, often at the expense of paying attention to his family. Here too, a hidden cost.
Every money reward has a price beyond the financial fee you can see and count. Accepting that is critical. Scott Adams once wrote: “One of the best pieces of advice I’ve ever heard goes something like this: If you want success, figure out the price, then pay it. It sounds trivial and obvious, but if you unpack the idea it has extraordinary power.” Wonderful money advice.

There are over 2,000 books picking apart how Warren Buffett built his fortune. But none are called “This Guy Has Been Investing Consistently for Three-Quarters of a Century.” But we know that’s the key to the majority of his success; it’s just hard to wrap your head around that math because it’s not intuitive. There are books on economic cycles, trading strategies, and sector bets. But the most powerful and important book should be called “Shut Up And Wait.” It’s just one page with a long-term chart of economic growth.

The Berkshire Hathaway annual meeting in Omaha attracts 40,000 people, all of whom consider themselves contrarians. People show up at 4 am to wait in line with thousands of other people to tell each other about their lifelong commitment to not following the crowd. Few see the irony.

If you see someone driving a $200,000 car, the only data point you have about their wealth is that they have $200,000 less than they did before they bought the car.
(…)
Wealth, in fact, is what you don’t see. It’s the cars not purchased. The diamonds not bought. The renovations postponed, the clothes forgone and the first-class upgrade declined. It’s assets in the bank that haven’t yet been converted into the stuff you see.

Room for error is underappreciated and misunderstood. It’s often viewed as a conservative hedge, used by those who don’t want to take much risk or aren’t confident in their views. But when used appropriately it’s the opposite. Room for error lets you endure, and endurance lets you stick around long enough to let the odds of benefiting from a low-probability outcome fall in your favor. The biggest gains occur infrequently, either because they don’t happen often or because they take time to compound. So the person with enough room for error in part of their strategy to let them endure hardship in the other part of their strategy has an edge over the person who gets wiped out, game over, insert more tokens, when they’re wrong.

There are also multiple sides to room for error. Can you survive your assets declining by 30%? On a spreadsheet, maybe yes – in terms of actually paying your bills and staying cash-flow positive. But what about mentally? It is easy to underestimate what a 30% decline does to your psyche. Your confidence may become shot at the very moment opportunity is at its highest. You – or your spouse – may decide it’s time for a new plan, or new career. I know several investors who quit after losses because they were exhausted. Physically exhausted. Spreadsheets can model the historic frequency of big declines. But they cannot model the feeling of coming home, looking at your kids, and wondering if you’ve made a huge mistake that will impact their lives.

Hors ligne

 

[+1]    #135 27/07/2018 18h41 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   688 

Pas fans des papiers MarketWatch habituellement mais celui apporte plusieurs infos sourcées que je n’avais pas lues ailleurs : There?s no big tech bubble ? and these 5 charts (plus, yes, Facebook?s plunge) are proof - MarketWatch

L’article commence avec le ressassé "il y a de nouveau une bulle dans la high tech" puis s’étend aux bulles en général dans les autres paragraphes. Sa thèse est que justement la situation n’est pas du tout celle de 1999… non pas car nous serions aveugles en répétant le fameux "cette fois c’est différent" mais parce que les ratios utilisés ne sont pas pertinents.

Par exemple, on cite toujours le P/E des boîtes de high tech actuellement en le comparant à celui de 1999 en oubliant qu’à l’époque… le coût des actions gratuites n’étaient pas comptabilisées comme pertes i.e. que les earnings étaient artificiellement plus élévés en 1999 toutes choses égales par ailleurs carles règles comptables ont changé et sont plus "fermes" (attention je ne dis pas qu’elles le sont assez, les règles comptables permettent de réaliser encore plein d’arnaques mais elles sont moins laxistes qu’il y a 20 ans). Et Dieu sait qu’il avait des actions gratuites en 1999… des montants colossaux rapportés aux capitalisations boursières de l’époque.

De même, la situation cash des boîtes de la high tech (donc là il faudrait prendre une sorte d’EV/EBITDA) est bien meilleure qu’en 1999 et une fois réintégré le cash, les ratios ne sont pas si délirants (élevés d’après l’article mais pas le sempiternel "ah on a les mêmes ratios qu’en 1999" qu’on lit partout…). L’endettement net est bien plus faible.

De plus, ils utilisent le PEBV (price-to-economic book value), intéressant et permet des conclusions différentes. Attention, l’article est très mesuré et pense qu’il y a sans doute quelques petites bulles mais je le trouve très bien à lire car démontant certains raccourcis réalisés ici et là quand il s’agit de comparer 2018 à 1999 (ou début 2000) juste avant l’éclatement violent de la bulle internet. A garder en tête pour lire des informations sur les deux visions (bulles ou pas bulles…).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #136 12/11/2018 16h51 → White paper et autres études sur l'investissement et la finance (investisseur, white paper, études)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   688 

Un papier académique cité des centaines de fois et qui a été mis à jour en 2009 sur l’effet "Sell in May" :
The Halloween Indicator, ’Sell in May and Go Away’: Another Puzzle by Ben Jacobsen, Sven Bouman :: SSRN

Pour ceux qui n’ont pas accès à l’intégralité, l’élément le plus intéressant je pense est la technique de "hedging" (partiel) qu’ils proposent et qui fonctionne d’après eux depuis des décennies en rajoutant de la performance tout en baissant la volatilité d’un portefeuille d’actions internationales !

Il s’agit d’être short le marché italien (d’après leurs modèles c’est le mieux mais si l’on est rebuté par la liquidité/facilité à shorter le marché italien, les auteurs écrivent que cela fonctionne bien avec le marché allemand ou UK même si backtests un poil moins bons) du 1er mai au 31 octobre de chaque année. Tout en étant bien sûr en parallèle long d’un portefeuille d’actions nord-américains USA/Canada (écrit du point de vue d’un nord-américain).

Sur Corner of Berkshire, il y a même des investisseurs qui font cela depuis plusieurs années. Le pourcentage de "hedging"/short de son portefeuille est bien sûr à déterminer à l’appréciation de chacun.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech