Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

[+1]    #1 05/08/2016 20h20

Membre
Réputation :   78  

Bonjour à tous,

Voici la composition de mon portefeuille d’actions.
Je ne présente ici que les actions détenues en direct dans 1 PEA initié il y a quelques années et 1 CTO initié il y a 1 an et demi.
Le ptf a pas mal changé de visage ces derniers temps… le temps de trouver mon style d’investissement.
2016 a donc vu se mettre en place une purge et le ptf commence à ressembler à quelque chose qui me convient.

Objectif
L’objectif est un classique sur ce forum : se constituer 1 rente basée sur le versement de dividendes.
Mais cet objectif n’a pas toujours été aussi clair. Alors certes, j’aurai pu gagner du temps puisque les exemples ne manquent pas sur le forum.
Mais j’ai préféré prendre des chemins détournés, ça fait sans doute partie de l’apprentissage.

Méthode
Peut-on parler de méthode ? pas vraiment.
Je préfère parler de principes :

* Par exemple, je tente de diversifier un maximum, à différents niveaux.
Ca n’a pas toujours été le cas, j’ai eu un ptf très concentré et c’est à mon sens une erreur.
"La diversification sert à protéger de l’ignorance". C’est vrai, et j’assume pleinement mon ignorance.
La diversification sert aussi à se protéger des black swans et évènements totalement imprévisibles.

Comment se traduit cette diversification ?
- Au niveau des actifs : 40% en actions (mais je monte progressivement)
- Au niveau des établissements financiers : je réparti mon patrimoine dans plusieurs banques, compagnies d’assurance ou courtiers.
Prochaine étape : ouvrir 1 nouveau CTO chez un autre courtier.
- Au niveau sectoriel : il reste de travail étant donné le poids des bancaires dans mon ptf
- Au niveau des sociétés en ptf : 33 à ce jour, en augmentation constante
- Au niveau du poids des 5 et 10 premières sociétés en ptf : là encore, il reste du boulot
- Au niveau devise : USD 46%, CAD 12%, EUR 42%. Pas encore de GBP… réflexion en cours.
- Au niveau des dividendes : une touche d’aristocrates, dividendes peu élevés mais croissants. Une touche de REITs, etc…

* Autre principe : un investissement régulier couplé à une réserve de cash toujours disponible.
Les derniers mois ont vu quelques (grosses) turbulences, et je n’ai pas toujours pu renforcer par manque de cash disponible.
L’objectif est donc d’avoir une réserve, une force de frappe pour des périodes de soldes.
Réserve qu’il convient de reconstituer après utilisation.

Reporting
Je relève les compteurs 1 fois par mois sur 1 fichier excel.
Je poste ici 1 photo à fin juillet, uniquement la composition et quelques indicateurs pour avoir une idée.

Dividendes bruts versés sur 2016 (prévisionnel) : 3600 €

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_juillet_2016_01.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_juillet_2016_02.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_juillet_2016_03.jpg

Mots-clés : dividende, maximusdm, portefeuille

Hors ligne Hors ligne

 

#2 05/08/2016 20h43

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   199  

Bonjour,
merci pour la présentation des 40% actions (pourquoi tant de passion pour Natixis ?), mais de quoi se compose la majorité de votre portefeuille (les autres 60% ?).
bon week end.


"Ne nous soumets pas à la tentation du stock picking…" - Portefeuille et Mon blog

Hors ligne Hors ligne

 

#3 05/08/2016 21h14

Membre
Réputation :   78  

le reste du patrimoine est composé d’obligations, de cash ou assimilé, et d’immobilier à très faible dose (scpi). Pas d’immobilier physique.
Pour Natixis, disons que c’est une longue histoire.
Ca a même été mon 1er bagger.

Dernière modification par MaximusDM (05/08/2016 21h16)

Hors ligne Hors ligne

 

#4 11/11/2016 12h47

Membre
Réputation :   78  

Reporting d’octobre


Commentaires de gestion
Je continue à (re)structurer mon portefeuille :
* Diversification : Ouverture d’un second CTO chez BourseDirect.
* Equilibrage des lignes du portefeuille par des arbitrages.
* Maintien d’une réserve de cash minimum pour profiter de périodes de soldes
* Renforcement du secteur des REITs

A propos de la constitution du portefeuille, un article intéressant sur Sure dividend sure dividend.

Mouvements sur septembre / octobre

Ventes :
- la moitié de ma ligne HCP peu avant le spin off avec une légère plus-value.
J’anticipais à la fois la baisse de dividendes et les turbulences post spin off dans un contexte d’incertitude autour des REITS.
- intégralité des droits QCP
- Blackberry : PV de 25% en quelques mois. Je reviendrai sur cette valeur que je suis de près.

Achats :
- Verizon
- Welltower
- Northview Apartment Reit
- Renforcement de CYS

Mouvements sur début novembre (non inclus dans le reporting)

Ventes :
- Solde de Archer Daniels Midland : PV correspondant à 10 ans de dividendes.

Achats :
- Petite position sur Realty Income dont le dividende est repassé au dessus de 4%
- Renforcement de Vereit suite à la forte baisse

Watchlist
- Rester attentif dans un marché mouvementé pour renforcer certaines de valeurs en ptf
- technos : Qualcomm, Cisco, Blackberry, Microsoft
- Autres : Phillips 66

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_octobre_2016_03.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_octobre_2016_01.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_octobre_2016_02.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_octobre_2016_04.jpg

Hors ligne Hors ligne

 

#5 11/11/2016 13h17

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   593  

Le poids du secteur financier va quand même contre le principe de diversification.
Mais ça peut être une conviction payante mais risquée.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#6 11/11/2016 13h34

Membre
Réputation :   78  

La réduction du secteur financier est en effet dans mes objectifs.
Après, c’est difficile d’estimer le risque ou l’opportunité du secteur à court terme.
D’un côté toute hausse des taux, même symbolique peut avoir un impact positif, d’un autre, le poids croissant des obligations réglementaires pèse de + en + lourd.

PS : Je suis d’ailleurs sorti de la SG ce matin (oubli dans mon post sur les mouvements) avec une PV de 30%.

Hors ligne Hors ligne

 

#7 03/03/2017 22h27

Membre
Réputation :   78  

REPORTING DE FEVRIER


Commentaires de gestion
Sur la période janvier / février :
* Conclusion du dossier Zodiac Aerospace. J’avais constitué une grosse ligne dans la tourmente des problèmes de production survenus il y a plusieurs mois. L’objectif était de vendre vers les 30€. Je ne pensais pas que cela arriverait si tôt, mais l’OPA amicale de Safran m’a permis de sortir dans les 29€ avec une belle PV juste après avoir touché le dividende.
* Solde de ma 2e plus grosse ligne : IBM. 40% de PV. Meme si l’objectif est la rente, l’imposition (30%) + l’acompte de 21% me font préférer la PV. Ayant une petite réserve de MV, je prends.
* Super mauvais timing pour la constitution d’une petite ligne L BRANDS. Ce sont des choses qui arrivent.
* Augmentation de ma réserve de cash minimum (montée à 12%).

Mouvements sur Janvier / Février

Ventes :
- IBM (solde)
- ZODIAC (solde)

Achats :
- BLACKBERRY (renforcement)
- L BRANDS (achat)
- ORANGE (achat)
- BCE (renforcement)
- TARGET (renforcement)
- EMERA (achat)
- VINCI
- RUBIS
- SCOR

Watchlist
- Rien en particulier, si les occasions se présentent, je renforcerai les lignes existantes.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_fevrier2017_01.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_fevrier2017_02.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_tableaudividendes-02032017.jpg

Hors ligne Hors ligne

 

#8 09/04/2017 16h06

Membre
Réputation :   78  

REPORTING DE MARS


Commentaires de gestion
* Mois plus calme (en terme de mouvements) après les ventes de 2 de mes plus grosses lignes en janvier/février.
* Je continue à injecter environ 1-1,5% chaque mois (épargne) tout en conservant une réserve de cash non négligeable
* La barre des 5000 € bruts annuels est dépassée ce mois ci pour la première fois (5200€).
* La performance globale du portefeuille est portée par la partie PEA (quelques belles cessions et les dividendes qui ne sont pas massacrés par la fiscalité). Je pense d’ailleurs renforcer le poids du PEA (actuellement 43%) à l’avenir pour justement profiter de cette enveloppe fiscale.

Mouvements sur Mars

Ventes :
- Aucune

Achats :
- Crédit Agricole (Achat)
- CBL & associates (renforcement)
- Pebblebrooke hotel & trust (achat)

Watchlist
- En avril, achat planifié de 2 lignes anglaises (Vodafone + BAE systems).
- sinon, rien de particulier. Je vais sans doute privilégier le renforcement des lignes existantes (on arrive à presque 45 lignes, c’est pas mal).

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_mars2017_01.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_mars2017_02.jpg

Hors ligne Hors ligne

 

#9 08/05/2017 17h59

Membre
Réputation :   78  

REPORTING D’AVRIL


Commentaires de gestion
* Le CAC 40 était à la fête après le 1er tour des élections. Ce qui m’a permis de commencer à réduire ma ligne principale, Natixis, avec 1 PV correcte (30%). La réduction se poursuit en mai (non comptabilisé dans ce reporting)
* Entrée sur le marché anglais, avec 2 lignes : BAE + Vodafone
* Mois assez calme, en attente du mois de mai / juin : 2e tour des élections + élections législatives + dividendes annuels sur les valeurs françaises
* La poche Cash est importante et le sera encore plus avec un gros apport… que j’utiliserai pour renforcer les valeurs technologiques : Amazon / Google / Apple / Blackberry
C’est une petite trangression à ma stratégie axée sur les dividendes.
Pour Blackberry, c’est une valeur que j’ai déjà en portefeuille, en bonne PV depuis les dernières publications de résultats et l’annonce de l’arbitrage avec Qualcomm. Une pure valeur en redressement selon Peter Lynch. Un pari, clairement, que je suis depuis un bon moment, mais le turnaround prend enfin forme. Quelle en sera l’issue ? un rachat ? aucune idée mais la perception du marché semble enfin changer (à savoir que BB est désormais une entreprise de software).
Les 3 autres, membre du GAFA, enfoncent leurs plus haut continuellement, avec un matelas de cash de plus de 200 milliards pour apple.

Mouvements sur Avril

Ventes :
- Natixis (allègement)

Achats :
- Orange (Renforcement)
- BAE Systems (achat)
- Vodafone (achat)

Watchlist
- Les techies (voir plus haut)
- Toronto Dominion bank et UPS (renforcement)

Dernière modification par MaximusDM (08/05/2017 18h00)

Hors ligne Hors ligne

 

#10 05/06/2017 12h54

Membre
Réputation :   78  

REPORTING DE MAI


Commentaires de gestion

* Comme annoncé dans le reporting précédent, j’ai renforcé le secteur technologique en entrant dans AMAzon & Apple et en renforçant Blackberry, qui a encore considérablement monté ces dernières semaines, la ligne est donc en forte PV.
Les avis sont très partagés sur Amazon. Certains y voient une valorisation délirante par rapport aux marges minuscules et aux investissements continuels.
Pour ma part, j’y vois une vraie machine de guerre, sans réelle limite.
* Les REITS US continuent leur chute, mon exposition est suffisament importante (ver,cbl,o,lb,tgt…) pour réfléchir à 2 fois avant de renforcer. De même, cela fait de nombreux mois que j’observe SPG avec une certaine envie. Mais je m’abstiens compte tenu de mon exposition au secteur.
Où se trouve le point bas ? voilà la question.
* La performance du portefeuille est portée par le PEA (valeurs françaises exclusivement).
Quelques belles valeurs qui s’envolent (Vinci, Rubis). Vinci est chère, mais très bien gérée : Le secteur de la construction se porte bien, le choix des concessions aéroportuaires porte ses fruits.
* Le portefeuille atteint 46 valeurs réparties sur 4 devises. En parallèle, j’ai baissé le poids du top 10 et profité de la forte hausse de Natixis pour réduire ma 1ère ligne. Donc, je suis en phase avec mes objectifs.
* 1500 € de dividendes bruts versés ce mois, c’est le mois le plus prolifique de l’année.

Mouvements sur Mai

- Crédit agricole (add)
- Blackberry (add)
- Toronto Dominion Bank (Add)
- UPS (Add)
- Amazon (Buy)
- Apple (Buy)
- Natixis (reduce)

Watchlist

- Zone euro : Amadeus IT (logiciels de réservation de voyage)
Sinon, renforcement des valeurs Vinci, Airbus, voire Total.
- Zone US : éventuellement 1 reit (Vereit ?)

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_mai2017_01.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_mai2017_02.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_mai2017_03.jpg

Hors ligne Hors ligne

 

#11 05/06/2017 13h41

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   253  

joli portefeuille avec beaucoup de points communs avec le mien (ou ma watchlist).

Concernant les technologiques, quelques remarques :

- l’EPS prévu pour Amazon en 2017 est de 8,88$. Sur une valorisation à 1000$, c’est ridiculement faible et en forte baisse par rapport au consensus de décembre 2016 (15$). Mais ce n’est pas le problème. 

L’ argument Bull pour Amazon est que ce qui compte est la croissance du FCF, et que celui-ci est réinvesti dans le business, à un rythme que personne n’égale. Le souci est que comme le montre le graphique ci dessous (un peu ancien mais toujours pertinent, tiré d’un blog de Benedict Evans)), depuis 2009, le FCF est au mieux stable et la capex progresse de façon géométrique. Ca veut dire que la rentabilité de la capex est en nette diminution à mesure que le temps progresse (donc baisse du ROI). Hors c’est une mesure fondamentale de la bonne santé d’une entreprise.

https://a16z.files.wordpress.com/2014/09/9.png

Amazon est un de ces stocks où tant que la musique continue, tout va bien, mais quand elle va s’arrêter tout est possible.

- Blackberry, simplement pourquoi ?

- De mon point de vue, dans ce secteur, les valeurs à surveiller sont les fabriquants de composants avec un bon portefeuille, par exemple Micron et Microchip, PAS INTEL ! C’est un secteur cyclique avec des accoups importants mais on est justement dans une phase où les signaux sont au vert (taille de process sans révolution pour au moins 4 ans, nouvelle génération, nouveaux marchés (IoT)).

- Apple, c’est un peu tard pour rentrer par rapport au 4° trimestre 2016, mais à long terme, c’est probablement une bonne idée. Du moins, je l’espère vu mon exposition à cette valeur wink

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 05/06/2017 16h10

Membre
Réputation :   78  

@Gaspode, merci pour vos commentaires.

Gaspode a écrit :

Amazon est un de ces stocks où tant que la musique continue, tout va bien, mais quand elle va s’arrêter tout est possible.

Ma thèse (bien grand mot) concernant amazon, est que cette fameuse musique peut durer encore très longtemps et qu’amazon est taillé pour l’innovation, qui est dans son ADN (plus que l’innovation, son pragmatisme dans l’utilisation de ces innovations). Je me souviens d’une intervention de Jeff Bezos, Jeff bezos au TED, qui date un peu, mais qui finalement, me parait assez juste. En gros, comparer le web à la ruée vers l’or (l’époque des dotcom) n’est pas pertinent car cette ruée a eu une fin quand la dernière pépite a été trouvée, on ne peut en inventer. Par contre, il préfère comparer l’innovation liée au web au début de l’électricité, et toutes les innovations et besoins et produits de consommation que cela a engendré.
Quand j’entends Buffet parler, rétrospectivement, des succès d’amazon et de son regret de ne pas avoir investi il y a 15-20 ans dessus, je me dis (c’est juste un sentiment, pas une analyse) qu’amazon ne peut être abordé comme une entreprise classique, d’un secteur industriel ou d’un autre secteur connu sur lesquels les analystes (financiers) ont des références, des outils de mesure. Comment pricer l’innovation web en elle-même ? comment prévoir son évolution ?
Pour terminer sur Amazon, ce qui m’a fait me décider, tardivement (l’avenir me dira si je suis entré trop tard), c’est simplement une annonce faite il y a quelques mois où amazon à annoncé la création de sa flotte d’avions cargo, pour ne plus être dépendant d’ups, fedex ou autre. Alors, ce n’est qu’un début bien sûr, ce n’est pas 20 boeing qui vont faire qu’amazon va bypasser ces sociétés. Mais cela en dit long sur l’ambition et la force de frappe potentiel d’amazon.

Gaspode a écrit :

- Blackberry, simplement pourquoi ?

Blackberry, j’ai mis quelques années avant de devenir actionnaire, car je n’étais pas rationnel du tout sur ce dossier (le suis-je encore ?). Grand fan de blackberry, de leurs téléphones, j’utilise encore un classic, et quel plaisir d’utiliser au quotidien l’OS 10, plutôt que la passoire d’android.
Je n’ai décidé d’investir que récemment. Cela reste un gros pari, celui de la réussite du turnaround, à savoir l’abandon du hardware, pour se focaliser sur la partie software, en profitant des brevets, de l’image de marque "sécurité" et du carnet de clients. C’est leur seule planche de salut. Ma thèse est que l’activité software va devenir profitable et qu’un plus gros poisson (par exemple google ou autre, peut-être un concurrent de qnx) va venir racheter la boite à la fin du process de turnaround.
Ce que je vois, depuis quelques mois, c’est le changement radical de la perception qu’a le marché, les analystes sur cette société. Quand on regarde en arrière, les notes d’analystes (elles valent ce qu’elles valent) abordaient encore BB comme un fabriquant de téléphone en comparant la société à apple par exemple. Effectivement, sous cet angle de vue, la société ne peut pas survivre. Depuis peu, les avis deviennent plus positifs et surtout cet angle de vue semble changé. Chaque nouvelle annonce (résultats Q1, arbitrage qualcomm, note d’analyste positif sur le succès du turnaround) et le titre prend 5-8%, voire plus. Bref, je pense que la tendance sur ce titre change. Mais je le répète, cela reste un pari.

Gaspode a écrit :

- Apple, c’est un peu tard pour rentrer par rapport au 4° trimestre 2016, mais à long terme, c’est probablement une bonne idée. Du moins, je l’espère vu mon exposition à cette valeur wink

Oui, j’ai dormi pendant longtemps, trop focalisé sur des valeurs à fort dividende.
Ceci étant dit, Je suis curieux de voir comment va se dérouler la sortie prochaine de l’iphone 8.

Hors ligne Hors ligne

 

#13 09/07/2017 00h18

Membre
Réputation :   78  

REPORTING DE JUIN 2017


Commentaires de gestion

* Je profite de ce reporting pour faire un petit bilan. En effet, les quelques opérations de juin viennent conclure une phase de "grandes manoeuvres" initiée il y a plusieurs mois et visant à réorienter mon portefeuille sur 1 axe principal de buy & hold autour du versement de dividendes… sans non plus en faire un dogme. Ainsi, je me laisse toujours la possibilité de préférer une plus value non négligeable sur une société versant des dividendes récurrents et croissants. De même, mon portefeuille intègre des sociétés ne versant pas ou rarement des dividendes.
Ainsi, ces derniers mois, je me suis efforcé de diversifier mon PTF, au niveau devises, au niveau sectoriel, et à l’intérieur d’un même secteur et d’une même devise, de prendre plus de 1 représentant. Je me suis efforcé également à réduire le poids des principales lignes.
Aujourd’hui, le TOP 5 pèse 21% du total et le TOP 10 représente 35 %.
46 lignes composent désormais mon portefeuille, réparties sur 3 courtiers (2 CTO, 1 PEA).
Je pense être arrivé à un point qui me convient même si ce n’est pas parfait. Je suis à l’aise avec la plupart de mes lignes. Il y a peut-être encore quelques erreurs de castings, mais je gérerai au fil du temps.
Cet effort se reflète dans le nombre de mouvements réalisés.
Si je ne comptabilise que la partie CTO ouverte début 2015 (le PEA a plus de 12 ans et je n’ai pas tout l’historique des mouvements sous la main), on a donc 94 achats et 23 ventes en 28 mois. C’est pas mal, c’est beaucoup. Ca nous fait une moyenne à 3 achats par mois environ. Le poids des actions vient de dépasser les 50% de patrimoine.

Les grandes manoeuvres étant terminées, je compte donc ralentir le rythme des mouvements dans les prochains mois (sauf cas de correction sérieuse, de krach ou d’envolée).
Je préfère me limiter à 0 ou 1 achat mensuel et agir par retouche sur les sociétés déjà en portefeuille.
Cela va également me permettre d’augmenter la part de cash du portefeuille. Je n’ai aucun élément factuel, juste une impression, celle que l’effet trump s’estompe, que l’effet macron s’estompe, qu’il y a pas mal de vents potentiellement contraires (euro/dollar, taux, géopolitique, …) qui jusqu’à présent, du moins ces derniers mois, n’ont pas fait réagir les marchés.
- L’influence des marchés US reste incroyable (il suffit de voir les jours de clôture du NYSE qui correspondent à des encephalogrammes plats sur beaucoup de bourses) et l’instabilité de l’ère trump est grande.
- Le couteau "retail" tombe et le sol ne semble pas encore atteint (cf L Brands ces derniers jours).

Donc, je préfère rester humble et sur mes gardes. Comme je le mentionnai dans ce post,
Quelle proportion de son portefeuille en cash, je suis convaincu qu’en bourse, comme dans toute discipline, le principe de réserve est un élément essentiel à la réussite.

J’ai fait un rapide état des lieux de mes réserves, que je découperai en 3 niveaux.
- Niveau 1 : ce sont des réserves mobilisables immédiatement, car le cash est dispo sur les comptes espèces.
CTO 1 : 2% du PTF
CTO 2 : 1%
PEA : 9%

- Niveau 2 : de la trésorerie disponible en 3-4 jours. Soit 7-8%

- Niveau 3 : du cash sur une AV de plus de 8 ans, dispo en qq semaines. Soit entre 5 et 10% (à ajuster pour éviter le frottement fiscal).

C’est bien, et je compte maintenir ce dispositif en l’état. Donc, si ces réserves ne sont pas touchées, mon épargne mensuelle seule sera utilisée pour renforcer dans les prochaines semaines.

Mouvements sur Juin

- Vinci (add)
- Amadeus IT (Buy)
- Etam (Sold)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #14 03/01/2018 22h48

Membre
Réputation :   78  

REPORTING DE DECEMBRE 2017


Composition du portefeuille
* Le portefeuille est désormais composé de 49 titres, répartis sur 4 devises.
Le top 5 constitue 20% du total et le top 10 constitue 37%.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_dec17.png

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_dec17_2.png

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_dec17_3.png

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_dec17_4.png

Mouvements

Cette fin d’année (oct, nov, déc) a vu la vente totale de ma ligne CBL en forte MV non compensée par l’ensemble des généreux dividendes perçus. La chute brutale du titre m’a décidé à couper la branche. Un moyen (douloureux) de réduire mon exposition aux REITS de centres commerciaux US.

Renforcements : Sanofi, Vinci, Airbus, Rubis, AT&T, UPS, Vereit, HCP

Allègements : Natixis, Bouygues pour matérialiser de belles PV.

Nouvelles positions : Société générale, Altran, Katanga Mining, TECK resources
J’ai cédé aux sirènes des compagnies minières, mais cela reste très marginal. Ce reporting est à fin décembre, mais avec la perf de ce jour (03/01) Katanga est en PV latente de 102%.

Donc beaucoup de mouvements (plus que je n’avais envisagé), mais qui restent cohérents à mon sens (ok, les minières je n’y avais jamais songé avant de me plonger dans les files TRES TRES intéressantes du forum). J’ai hésité à alléger airbus, suite à la décapitation de fin d’année. Mais c’est difficile de prévoir l’impact que le départ de brégier, enders (certes différée) et des historiques leahy et lahoud à contrebalancer avec le carnet de commande et le défi industriel des hausses de production.

Pour 2018, je ne prévois pas (sauf opportunité) d’ajouter de nouvelles lignes. Le portefeuille me parait suffisament diversifié et suivre plus de 50 lignes devient difficile. Dans ce cas, autant songer aux etf.

Quelles sont mes valeurs favorites pour 2018 ?
Je suis très mauvais pronostiqueur et je ne ferai jamais carrière comme médium, mais bon…
* Dans le secteur des tech :
je mettrais une pièce sur Blackberry. On vient d’apprendre le partenariat de Blackberry avec Baidu autour du système embarqué QNX, qui du coup, de mon point de vue, prend une autre dimension.
Sinon, je pense que beaucoup de ESN (SSII) pourraient (encore) profiter de la folie "digitale", "agile" et "big data" qui s’empare des entreprises (même les banques s’y mettent, certains patrons de banques font sauter la cravate sur les photos officielles et parlent start up, agilité et blockchain). Du coup, je vois ces acteurs comme les vendeurs de pioches au temps de la ruée vers l’or. Beaucoup de petites / moyennes SSII peuvent avoir une carte à jouer, mais les smalls cap ne sont pas mon univers et j’ai préféré me positionner sur 1 gros acteur, Altran en l’occurrence, dont la dernière acquisition fait sens. Mais il y en aura pour tout le monde.

* Dans le secteur aérien :
Oui, c’est vrai, le cycle actuel est long et il va bien finir par se terminer… mais en même temps le potentiel reste important. Donc Vinci, Amadeus et Airbus me paraissent toujours pertinent.

* Le secteur financier :
Les banques françaises se tiennent bien dans un contexte de taux bas prolongé. Alors si les taux montent…

* REITS
Autant j’ai capitulé pour CBL, autant la roue pourrait tourner pour d’autres. Je pense à Vereit qui semble gérée de façon intelligente avec un portefeuille assez varié.

Voilà, meilleurs voeux pour cette année 2018 à tous les IH, encore merci à notre hôte pour avoir créé tout cela.

PS: J’ai passé mes vacances de noel à relire l’excellent "la crise économique de 1929, anatomie d’une catastrophe financière" de Galbraith. En cette période de spéculation intensive autour du bitcoin, c’est toujours intéressant de relire ce genre d’essais.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 02/04/2018 15h40

Membre
Réputation :   78  

REPORTING T1 2018


Composition du portefeuille
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_t1_2018_01.png

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_ptf_ih_t1_2018_02.png

Mouvements
* Pas mal de mouvements ce trimestre avec la sortie de plusieurs titres pour faire le ménage d’une part et pour renforcer mes meilleures convictions (top 15).
* 2 nouvelles positions US : Nextera et Disney. Des rendements faibles, mais une belle croissance du dividende. Pour Disney, le rachat de la galaxie Fox (s’il est validé) permettra à Disney de sortir l’artillerie lourde face à Netflix entre autre. 

* Nouvelles positions :
Nextera Energy (NEE), Walt Disney

* Renforcements :
US -> Apple, Digital Realty, Vereit, UPS, Realty Income, WP Carey
Can -> Enbridge, Northland Power, TD, Emera
Esp -> Amadeus IT
Fra -> Altran (+ apport à l’AK), Engie, Natixis, Sanofi, Safran, Société Générale, Vinci

* Allègements :
Aucun

* Positions soldées :
US -> L Brands, Qualcomm, Target, Teck Resources
Fra -> Airbus, Rallye

Performance
* Un Trimestre qui se termine avec pas mal de vents contraires (change, perf des différents marchés, reits et utilities en difficulté).

* La rente augmente et franchi la barre symbolique des 6000€ bruts annuels (500 € brut / mensuel).
En plus des renforcements, Beaucoup de sociétés ont augmenté significativement leur dividende cette année.

* Tops
Rubis : + 40,3%
Bouygues : + 37,5%
Amazon : + 35%
Katanga Mining : + 25%
Natixis : + 23,3%
Blackberry : + 21%

* Flops
HCP : -33,4%
CYS : -32,1%
Welltower : -27,5%
OHI : -27,1%
Vereit : -24,3%
Cominar : -23,4%

Remarque :
J’intègre désormais l’évolution du secteur "télécom" annoncé par le GICS et qui devient "communication services".

Renaming the Telecommunication Services Sector as Communication Services

The Global Industry Classification Standard (GICS®) has introduced major changes within the Telecommunication Services Sector.

The last several years have seen rapid evolution in the way people communicate, access entertainment content and other information. This evolution is a result of the integration between telecommunications, media, and internet companies. Companies have moved further in this direction by consolidating through mergers and acquisitions and many now offer bundled services such as cable, internet services, and telephone services. Some of these companies also create interactive entertainment content and aggregate information that is delivered through multiple platforms such as cable and internet, as well as accessed on cellular phones.

In light of the changes in the telecommunications sector there will be a number of revisions to the GICS® structure which will be implemented after the close of business (ET) on Friday, September 28, 2018 in GICS Direct.

Summary of changes

The Telecommunication Services Sector is being broadened and renamed as Communication Services to include companies that facilitate communication and offer related content and information through various media. The renamed Sector will include the existing telecommunication companies, as well as companies selected from the Consumer Discretionary Sector currently classified under the Media Industry Group and the Internet & Direct Marketing Retail Sub-Industry, along with select companies currently classified in the Information Technology Sector.
Evolution GICS

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #16 03/01/2019 19h35

Membre
Réputation :   78  

Reporting année 2018


Bonjour à tous et bonne année 2019.
Voilà quelques temps que je ne n’avais pas mis à jour cette file.
Voici donc le reporting de l’année, qui sera découpé en 3 parties (et donc 3 posts) :

=============================================
1. Réflexions de l’année
2. Reporting et revue de portefeuille
3. Perspectives 2019 / Plan de jeu
=============================================

1. Réflexions de l’année


Plusieurs lectures ont nourri ma réflexion au cours de cette année.
En voici un aperçu.

- Loser’s game
Tout d’abord, un article datant de 1975, signé Charles Ellis, Loser’s game, ayant servi de base au livre Winning the loser’s game. qui doit en être à sa 7e édition.
Dans cet article, Ellis part de différentes recherches ayant mis en avant les concepts, que je trouve fort intéressant lorsqu’on les applique à l’investissement, de loser’s game et de Winner’s game pour expliquer l’évolution de la performance (ou plutôt la non performance) des gérants de fond et la difficulté de surperformer les indices de référence.
Pour aller plus loin, Ellis a écrit un livre traitant de la révolution de la gestion indicielle, "The index revolution : why investors should join it now", daté de 2016.

Cela rejoint finalement la célèbre phrase de buffett :
"Nous n’avons pas besoin d’être plus intelligent que les autres, mais plus disciplinés que les autres".

- The psychology of money
Cet article se focalise sur l’aspect comportemental de l’investisseur et de différents biais auxquels il doit faire face.
L’aspect essentiel de l’investissement c’est la façon dont se comportent les investisseurs avec l’argent.
Et toute l’industrie financière (médias inclus) traite de quoi faire (quoi acheter, quoi vendre, quelle allocation, quels impacts macroéconomiques, …)
mais ne traite pas de ce qui se passe dans la tête de l’investisseur au moment de ses choix et de ses actes.

Je retiens particulièrement le point 14, qui a été au centre de ma réflexion 2018 : La tendance à être influencé par les actions d’autres personnes qui jouent un jeu financier différent du sien.
J’y reviendrai.

- La philosophie des lettres sextant : à vrai dire, il s’agit d’une énième relecture.
Cette philosophie est largement inspirée de Warren Buffett et de Benjamen Graham, mais offre une belle synthèse au style très abordable.

- L’homme le plus riche de babylone
Un classique sur la culture financière que tout investisseur devrait lire le plus tôt possible, surtout en france où notre niveau en matière d’investissement et proche du zéro.
La prospérité financière obéit à des règles et des lois qu’il faut connaitre. Et chaque "pièce d’or" accumulée doit travailler pour nous.
Cette dernière phrase, si simple est pourtant essentielle et chaque terme est important.

- Créer et piloter un portefeuille d’ETF (le livre de  Fructif)
C’est assez dense, bien structuré et fouillé, et l’approche orientée "evidence base investment" amène de l’objectivité à toute méthode d’investissement.
C’est au final une chance pour tout investisseur français (ne me mettez pas de -1 car j’ai prononcé le terme investisseur Français smile ) d’avoir ce genre d’outil (en français donc) sur les ETF.
Alors je ne ferai pas de all in sur un ETF world, mais c’est une lecture très agréable, d’un bon niveau pour bien comprendre les ETF.

- Le petit livre pour réussir en bourse de Pat dorsey.
Alors heureusement que j’avais lu les critiques sur le forum, car rien que le titre m’aurait fait fuir immédiatement.
En fait, le livre est dédié aux avantages concurrentiels, comment les distinguer, comment les identifier, etc…
Court, mais intéressant. Et effectivement, une fois que l’on a un wide moat "durable" en portefeuille, pourquoi s’en séparer ?
Dans l’absolu, il n’y a pas vraiment de raison. Cependant j’en ai sorti quelques un cette année, car ils ne répondaient pas aux (nouveaux) critères que j’ai défini pour mon portefeuille.

Réflexions :

Dans le premier post de mon portefeuile, j’écrivais

"Méthode: Peut-on parler de méthode ? pas vraiment."

Et je pense que le vrai problème est là.
Se fixer des règles précises, un process précis évite de se laisser guider par ses émotions, et donc de faire un peu n’importe quoi.

Exemple 1 : je me rend compte que je suis facilement influençable et j’ai intégré à mon portefeuille plusieurs valeurs, certes très solides,
mais qui au fond ne devraient pas y avoir leur place. En fait, on ne peut pas poursuivre plusieurs stratégies.
A partir du moment où je donne comme objectif à mon portefeuille de générer une rente suffisante pour en vivre dans 8 à 12 ans, je dois faire des choix.
Et choisir c’est renoncer. Oui, Disney est une très belle entreprise que j’ai ramassé à un prix attractif, idem pour Safran, amazon, amadeus IT, apple.
Oui certaines d’entres elles ont une croissance de dividende important.
Mais, il faut mettre chaque euro investi au travail, suivant une méthode qui me convienne parfaitement.
Mon portefeuille doit se focaliser sur des entreprises de qualité, versant un dividende généreux, sécurisé, et en croissance (même faible) si possible.

Exemple 2 :
L’absence de process m’a donc vu investir dans des diverses valeurs. Prenons 2 cas : Amazon et Katanga.
J’avais lu un article il y a quelques temps dans le style : que vaudrait 1000$ investis sur amazon il y a 20 ans.
Et le résultat est impressionnant (meme après la petite claque de fin d’année du cours de bourse).
Sauf que, acheter pour 1000$ d’amazon, en 1997, sans bien sûr posséder de de lorean volante, et vous faites x2, puis x3, puis peut-être x1/2 puis x2, x3, x4…
L’article en question ne répond pas à la question : que se passe-t-il dans la tête de l’investisseur à chacune de ces étapes ?
Conserver une action qui fait x100, c’est juste incroyable et demande un mental incroyable !
J’ai acheter du amazon l’année dernière, dans les 900$, sans stratégie de sortie, une valeur à conserver et à voir croitre en somme.
Sauf que à x2, je me posais régulièrement la question : conserver ou encaisser les PV ? alors que dire quand la valeur redescend.
J’ai pris du Katanga mining, pour de la pure spéculation, et j’ai même fait un x2 en 3 semaines ! Ouah, de la "fun money". Oui mais quand vendre ?
aucune idée.
Avoir un process clair est donc fondamental (j’y reviendrai dans la partie 3).

Exemple 3 :
Je suis l’un des rares possesseurs d’un blackberry. Encore plus rare, mon blackberry tourne sous l’OS 10 (très bon d’ailleurs).
C’est bien connu, la pauvreté des apps a été fatal à BB.
Et certaines apps ne sont d’ailleurs plus compatibles. C’est le cas de mon app Bloomberg depuis cet été.
Du jour au lendemain, plus de cours de bourse. Horreur !
Il m’a fallu quelques jours pour faire mon deuil. et surtout pour me rendre compte de mon addiction et comprendre qu’il y avait là quelque chose de contradictoire.
J’ai un portefeuille, orienté buy & hold, où le temps et la patience sont des composantes essentielles pour que l’effet boule de neige des dividendes croissants et réinvestis se concrétise et…
et je consulte plusieurs fois par jour le cours de mes actions. De même que je consulte quantité de sources d’information financière chaque jour.
Je me laisse polluer et influencer par du bruit (disons 90% de bruit).
Là encore un process clairement établi me garderait de tout cela :
Par exemple : Consulter 1 fois par mois les cours au moment de mon reporting, investir une somme à intervalle de temps régulier et donc investiguer à ce moment pour prendre une décision d’investissement réfléchie.

Pour résumer, je suis assez satisfait de mon portefeuille au niveau de la qualité des entreprises, de la diversification, de l’effort d’édification depuis 3 ans.
Ces 3 facteurs, ajoutés à l’orientation du dollar par rapport à l’euro depuis quelques mois ont permis de limiter la casse en 2018 (on verra cela dans la partie 2).
Mais, l’absence de process clairement défini est un facteur fondamental, que j’ai négligé et sous-estimé et qui est l’axe de progression principal pour mon portefeuille.
Un tel process doit permettre de répondre aux exigences suivantes :
- Une stratégie assumée et orientée "flux de dividendes". Et accepter le fait qu’il y ait de magnifiques entreprises mais qui n’ont pas leur place dans mon portefeuille. D’ailleurs je suis de près le portefeuille de Kohai qui est un modèle du genre.
- Se focaliser sur son jeu et ne pas prêter attention au bruit ambiant
- Bien dormir la nuit, sans avoir à stresser sur vendre ? conserver ?
- Me permettre de contrôler mes émotions pour ne pas le laisser guider mes décisions d’investissement
- Laisser du temps au temps. Laisser le court terme, se focaliser sur le long terme

La suite : à venir avec le reporting de fin d’année et une revue des actions en portefeuille.

Dernière modification par MaximusDM (03/01/2019 19h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#17 03/01/2019 23h03

Membre
Réputation :   24  

Bonjour MaximusDM,
J’ai lu avec intérêt vos réflexions, et, je suis entièrement d’accord avec vos propos.
Je suis moi aussi orienté vers un portefeuille visant à donner une rente régulière, si possible pérenne, avec une croissance égale ou supérieure à l’inflation.
Vous avez raison, le respect d’une stratégie est important. J’ai aussi tendance à me laisser influencer par mes lectures et à sauter sur ce qui me semble être des « opportunités » alors que ce sont des actions qui n’ont rien à faire dans mon portefeuille.
Je me « discipline » en mettant sur papier les règles de gestion du portefeuille (et le plus difficile est de les respecter) ; ces règles évoluent toutefois légèrement avec le temps qui passe, fruit de l’expérience acquise.
Normalement je procède à un achat / renforcement en début de mois. Mais, en période de turbulences, il ne me semble pas anormal de suivre son portefeuille tous les jours, non pas sous l’emprise de la panique, mais plutôt pour voir s’il n’y a pas des opportunités d’achat qui se présentent.
J’attends en tous cas avec impatience la suite de votre reporting.

En ligne En ligne

 

[+1]    #18 04/01/2019 16h18

Membre
Réputation :   78  

2. Reporting et revue de portefeuille


Rq : Positions au 31/12/2018

Perf : vue d’ensemble


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_valeurpart_201812_mdm.png

valeur part : 114 €. Ce qui n’est pas fameux, avec un -2.7% sur 2018.
Cette année, c’est le PEA qui a été à la ramasse (-13.7%),
alors que mon CTO principal, contenant mes valeurs canadiennes et tous mes REITS sort un +5.7%.
Mon CTO secondaire finit l’année sur un -7.2% (apple et Amazon ayant été les principales lignes, ceci excplique cela).

En 2018, les REITS de mon portefeuille se sont bien comportés :
On a observé de belles remontées de Welltower, OHI, Realty Income, …

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_top10pvl_201812_mdm.png

Sans surprise, Les bancaires françaises ainsi que les valeurs GB sont à la rue.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_top10mvl_201812_mdm.png

Composition


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_top50_positions_chart_201812_-_mdm.png

niveau de cash : 9%

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_repartition_sectorielle_201812_-_mdm.png

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_repartition_devise_201812_-_mdm.png

Mouvements


On commence par les sorties :
Et elles sont nombreuses.

- les minières : Teck resources & Katanga Mining : Rien à faire dans mon PTF
- Les coupeurs de dividendes : CYS & COMINAR
- les belles valeurs : Amazon, Disney, Airbus. sorties en PV non négligeables, mais loin de leur plus haut. la première n’a rien à faire dans mon PTF. Pour Disney, ça peut se discuter, mais la faible augmentation du dividende de fin d’année (+5%) m’a confirmé dans mon choix.
J’y ajouterai Safran, encore présent au 31/12, mais vendu début 2019 au profit de Axa. Le 1.9% de rendement de Safran et sa belle perf 2018 (+ belle perf du CAC) ont motivé cet échange.
D’ailleurs, il me reste encore Amadeus IT dans la catégorie dividende croissant mais faiblard, que je sortirai quand/si le titre reprend un peu de couleurs.
- L’erreur de casting : Altran. Arrivée dans l’année, sortie dans l’année. Achat juste avant d’avoir connaissance de la fraude comptable sur la société US rachetée. Beau timing.
- la capitulation : Rallye
- La recovery sans fin : Blackberry. C’était le choix du coeur, mais : 1. ma patience a des limites, 2. L’aspect émotionnel n’a rien à faire dans un portefeuille. Sorti avec une belle PV.
- Les bonnes gagneuses : Host hotels and resort, Duke energy, Verizon, Emera. Pour ce groupe, je parlerai de coût d’opportunité.
Ainsi, j’ai vendu pour acheter ou renforcer d’autres valeurs, pour conserver un niveau de cash suffisant en ces temps de troubles boursiers et pour ne pas étendre trop le nombre de valeurs que je souhaite contenir à 40 maxi (voir 3e partie du reporting).
- la grimpeuse de l’année : OHI. J’avais renforcé sur un point bas (pour une fois le timing était bon), OHI a bien performé cette année, mais je ne suis pas forcément à l’aise avec la valeur. Je préfère largement HCP et Welltower déjà en portefeuille et souhaite limiter les foncières de santé US.

Les renforcements :
- les foncières US de qualité : Realty income & WP Carey.
- de l’arrosage annuel : UPS, Natixis, BCE, TD, Vereit, Northland Power, Enbridge, DLR, Chevron, BAE, AT&T, Welltower, Sanofi, SG, Rubis, Vinci, Scor, CA, Orange, Engie.

Les petites nouvelles :
- Les foncières d’infrastructure : CorEnergy, Crown Castle. Histoire de diversifier ma poche de REITS US.
- De la logistique : Ryder System. Le secteur des transports et de la logistique a été massacré en fin d’année. J’en ai profité pour prendre du Ryder system (leasing et location de trucks + entrepots et Supply chain aux US).
De même du UPS à 4% (pour la 1ère fois depuis 2008), j’en ai repris une louche. Après, de façon générale, je serai vigilant avec les valeurs industrielles sur 2019.
- Mon 1er BDC (Après pas mal de lecture sur le sujet) : ARCC. Investment grade, grosse capi, bel historique. Bien sûr, avec modération.
- Unibail Rodamco Westfield : Difficile de résister au rendement proposé.
- Mon 1er ETF : Un lyxor World distribuant et synthétique. Une Petite explication s’impose. Au moment où je veux renforcer le rendement, j’intègre un ETF world !
Oui, en fait l’objectif est double.
1. Mon patrimoine ne se limite pas à mon portefeuille de rendement. Je cherche aussi l’appréciation d’une partie du capital, à moindre frais, sans prise de tête.
Je suis plutôt sur des fons en euros, des fonds obligataires et fonds diversifiés, du monétaire. L’ensemble étant éclaté sur PEE, livrets, Assurances vies.
Il se trouve que je ne souhaite pas loger d’ETF dans mon PEA. Les règles du jeu de cette poche changent souvent et des ETF qui deviennent inéligibles, ça s’est déjà vu.
Le "montage" pour avoir accès aux valeurs hors zone euro peut très bien devenir hors la loi à la suite d’une énième régulation bancaire ou décision politique.
Dans l’AV, en ce qui me concerne, je trouve qu’il y a un manque certain de souplesse et de choix.
J’en suis venu au CTO. Pour des questions fiscales qui me paraissent encore obscures, j’ai écarté les ETF américains qui logent leurs "UCITS" en irlande. Du coup il reste Lyxor ou Amundi.
J’aurai préféré une réplication physique, mais je m’accomoderai du synthétique.
Au passage, je comprends que l’on puisse être décontenancé face aux ETFs. En effet, la sélection prend du temps et n’est pas si intuitive que cela : Il faut bien lire les détails de chaque ETF pour ensuite comparer les différentes offres.
2. Si jamais il me reprenait l’envie d’intégrer 1 ou plusieurs belles entreprises qui ne correspondent pas aux critères de sélection orientés "dividendes", je peux prendre une louche d’ETF.

Pour terminer sur les mouvements, les coûts engendrés ne sont pas négligeables sur l’année. Dans la partie 3 nous verrons que cet élément sera pleinement intégré pour 2019 (limitation des coûts pour que mon argent n’engraisse pas les courtiers).

dividendes


Evolution annuelle du dividende.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_evolution_dividende_annuel_201812_-_mdm.png

Evolution mensuelle (12 mois glissants)
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_evolution_dividende_mensuel_201812_-_mdm.png

Pour 2019, si mon portefeuille restait inchangé, le versement serait de 8000 €.

Voilà, suite et fin avec la partie 3 dans un prochain post.

PS : désolé pour les légendes de graphes en blanc, pas très lisibles.

Dernière modification par MaximusDM (04/01/2019 16h22)

Hors ligne Hors ligne

 

#19 30/06/2019 18h26

Membre
Réputation :   78  

REPORTING DE JUIN 2019


Fin 2018, mon portefeuille prenait un virage important.
En effet, je me décidais enfin à me focaliser pleinement sur l’aspect "revenus" du portefeuille.
Donc exit de nombreuses belles (ou moins belles) valeurs qui n’entraient plus dans la logique "revenus".
Je me sens parfaitement à l’aise avec cette approche. Je reste cependant dans un état de "recherche permanente".
C’est à dire que je suis curieux de tout ce qui pourra améliorer mon portefeuille et surtout, in fine de tout ce qui pourra m’aider à améliorer les revenus issus du portefeuille :
Un meilleur rendement et surtout une meilleure diversification, qui reste un point essentiel pour sécuriser l’édifice.
Depuis le début de l’année, j’ai beaucoup creusé d’autres classes d’actifs que les pures actions ou les reits.
Ainsi, on peut dire que le titre de cette file "portefeuilles d’actions" ne s’applique plus.
Même si les actions restent et resteront la classe d’actifs principale, le portefeuille s’étend, et on pourrait renommer la file "Portefeuille Multi asset income" de MaximusDM.
Voici comment je découpe désormais le portefeuille :

1/ Equity income
Essentiellement composé des supports suivants :
- Actions d’amérique du nord orientées dividendes
- Actions européennes orientées dividendes
J’y ajoute une partie "actions de pays développés" qui, si je respecte ma stratégie, devrait donc se limiter à un ETF world.

2/ Alternative income
On y trouve la partie immobilière côtée :
- Les REIT nord-américains
- les SIIC françaises (plus généralement les REITS européens)
mais aussi :
- les BDC (business development companies / private equity US)
- les CEF (closed-end funds)

3/ Fixed income
Je trouve pertinent de compléter mon portefeuille avec cette classe d’actifs.
- La dette des pays émergeants (souveraine et corporate)
- les HY nord-américains / européens
- les corporate bonds
- les actions préférentielles
Pour cette classe d’actifs, j’essaie d’investir, autant que faire se peut via des ETF.
Pour les preferred, je n’ai pas trouvé. Pour le reste, plusieurs etf de la gamme ishares répondent parfaitement à mes critères (rendement intéressant et distribution semestrielle, trimestrielle voire mensuelle).

La partie fixed-income est en construction et devrait rester minoritaire à l’avenir.
J’essaie de limiter le poids des lignes à 5% maxi.

Voici donc la composition du portefeuille à fin juin selon cette répartition :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_asset_class.png

Hors ligne Hors ligne

 

#20 30/06/2019 20h13

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   143  

Bonjour, vous avez PRAC comme ETF de preferred (merci Political Animal). Il est capitalisant et non distributif. Mais en cherchant un peu vous trouverez la version versant des dividendes smile

Hors ligne Hors ligne

 

#21 30/06/2019 21h00

Membre
Réputation :   78  

Bien vu. J’ai trouvé son petit frère distribuant, je vais creuser.
Pas facile en effet de trouver un etf qui soit UCITS ET avec un encours suffisant ET avec un dici/kiid en français ET qui soit proposé par son courtier.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #22 01/08/2019 13h16

Membre
Réputation :   78  

Point de situation à fin juillet / réflexions


En juin, j’ai pris les résolutions suivantes pour cet été (= période juillet-aout) :
1. Réduire drastiquement :
    - la consultation de l’information financière
    - le temps passé dans l’univers de l’investissement (forums, blogs, sites comme SA)
    - la connexion aux sites de mes courtiers pour "jeter un oeil" sur mes positions plusieurs fois par semaine
2. Ne pas faire, sauf cas exceptionnel, de mouvements sur mon portefeuille 

A mi-parcours, le point 1 est plutôt bien respecté, même si je dois me faire des fréquentes piqures de rappel pour ne pas me connecter.
Ces derniers jours, j’ai opéré 3 mouvements qui font que je n’ai pas respecté mon point 2.

- Switch sur mon ETF world : après le versement du dividende semestriel du WLD de lyxor, j’ai switché avec le ishares IWDA (côté à amsterdam).
L’avantage du lyxor était le versement du dividende, mais il est à réplication synthétique, point avec lequel je ne suis pas totalement à l’aise.
Et comme c’est la seule position de mon portefeuille qui ne soit pas orientée dividendes, alors le versement devient secondaire.

- Vente (totale) de ma position BAE systems. Une ligne que j’ai depuis 3 ans, et qui a connu une belle remontée ces dernières semaines.
Je sors en légère moins-value, compensée par le total des versements de dividendes.
Là encore, cette sortie me permet d’être plus serein.
Cette valeur est exposée à certains risques qui m’ont décidé à vendre.
Le tout pour un YOC de 3.9% et une société que je qualifierai de bonne sans être extraordinaire (ni moat, ni leader mondial).
D’ailleurs, Ces mêmes risques auraient dû m’empêcher d’acheter il y a 3 ans :
- Les 2 clients principaux sont les USA (avec la composante TRUMP et son america first - même si les contrats continuent à se signer pour BAE) et l’arabie saoudite, pour laquelle un embargo sur la vente d’armes pourrait faire mal à BAE
- Les risques liés au brexit (risque politique, risque sur la devise qui peut être chahutée dans les semaines/mois à venir)

- Achat de ma 2e action préférentielle.
J’y vais à petite dose et cette poche est de toute façon destinée à rester marginale dans mon portefeuille (< 5%).
L’idée est de viser des preferred de REITs, de bonne qualité, pour lesquels l’action ordinaire offre un rendement trop faible.
Passer par la preferred me permet de booster le rendement en acceptant de faire une croix sur la croissance (qui doit en théorie se refléter à moyen terme sur le cours de la société).
Au départ, je suivais la preferred PSA-H (public storage), mais le cours grimpe bien depuis son IPO et on s’éloigne trop du par.
Je me suis rabattu sur PSB-Y (PS business parks… dont public storage est actionnaire). Une preferred cumulative, call fin 2022, proche du par, BBB, à 5.15% au cours d’achat.

J’espère donc que ces mouvements seront les seuls de l’été pour ne pas trop m’éloigner de mes résolutions.

=============================

Le temps que je n’ai pas passé sur internet dans la sphère financière, je l’ai passé … sur internet (enfin en partie) pour me replonger sur un sujet qui m’a toujours passionné et dont on vient de fêter le 50e anniversaire.
La conquête spatiale des années 60 aboutissant au programme Apollo et les premiers pas de l’homme sur la lune.
Bien sûr, aujourd’hui, dire qu’on a mis 25 milliards sur la table pour aller marcher sur la lune parait secondaire voire futile.
Nous avons d’autres préoccupations, et si les USA (ou autres) mettaient le même engagement politique, la même ambition, le même budget et la même énergie (400 000 personnes ont travaillé sur le programme spatial à l’époque) pour, disons, influer positivement, concrètement et rapidement sur l’environnement, ce serait magnifique… mais on en est très loin.
Mais ce n’est pas là où je voulais en venir.
J’ai regardé beaucoup de documentaires, consulté plusieurs documents et synthèses.
Le programme spatial reste, pour moi, une grande source d’inspiration et un extraordinaire défi humain relevé avec succès (avec beaucoup de chance aussi, mais ça fait partie des facteurs de toute réussite).
Je prendrai juste un exemple (résumé à l’extrème je m’en excuse) :
Au début des années 60, les américains avaient dans l’idée de faire un vol direct vers la lune.
Puis d’autres options ont été évoquées et étudiées :
- Un rendez-vous en orbite terrestre nécessitant au moins 2 lancements et des assemblages en orbite (qui avait la préférence de von braun)
- Un rendez-vous en orbite lunaire (LOR) qui s’est finalement imposé après de houleux débats.
Cette option ne coule en effet pas de source (modularité extême, risques liés aux opérations menées à 400 000 km de la terre).
Mais, l’avantage est de pouvoir utiliser un lanceur (saturn V) dont la puissance est réaliste (comparée à Nova) pour un cout "raisonnable" (toute chose égale par ailleurs) et dans les temps impartis.
Je regardais cette semaine une conférence d’un auteur faite pour des membres de la NASA. Pour lui, l’une des causes du succès était que l’objectif était d’une extrême clarté et qu’on pouvait résumer en 3 mots :
Man / moon / 1970
Donc, l’option retenue pour répondre à la question "comment aller sur la lune et en revenir" n’était pas l’option la plus simple ou la meilleure sur le papier, ou dans l’absolue, mais c’était l’option optimale pour atteindre l’objectif fixé et tenir compte des contraintes.

Je pense qu’à notre petit niveau, tout investisseur individuel devrait avoir une approche similaire en empruntant la voie d’investissement qui est optimale pour son propre cas et son objectif personnel.
Cela veut dire qu’une voie peut-être parfaitement adaptée pour certains et pas pour d’autres, mais il n’y a pas qu’une seule et unique voie.
C’est exactement ce qui m’a amené en fin d’année dernière à réaiguiller mon portefeuille.

Bonnes vacances à tous les IH.

Dernière modification par MaximusDM (01/08/2019 13h18)

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #23 01/01/2020 22h57

Membre
Réputation :   78  

Reporting année 2019


Bonjour à tous et bonne année 2020.
Voici le reporting de l’année, qui sera découpé en 2 parties (et donc 2 posts) :

=============================================
1. Réflexions de l’année
2. Reporting et revue de portefeuille
=============================================

1. Réflexions de l’année


L’année a été particulièrement enrichissante me concernant.
Je ne parle pas d’un point de vue purement financier, même si la perf du portefeuille a été plus qu’honorable.
Je détaillerai cela dans la 2e partie, mais il n’y a pas de leçon particulière à tirer de cette perf, si ce n’est de rester humble car il fallait vraiment le faire exprès en 2019 pour avoir une perf pourrie.
Là où l’année a été enrichissante, c’est que j’ai beaucoup appris en tant qu’investisseur.
On peut résumer cela selon les axes suivants :

a/ La gestion des émotions.
Les émotions nous rendent humains, mais elles sont un ennemi quand on investi en bourse : Peur, cupidité, espérance, vanité, panique…
La psychologie est un aspect fondamental en investissement, et il faut régulièrement s’auto-injecter des piqûres de rappel pour ne pas retomber dans les biais psychologiques qui peuvent coûter très cher.

J’ai (partiellement) réussi à faire un blackout informationnel pour ne plus être envahi par ce bruit (la bourse qui clignotte comme la nomme IH).
Il faut se souvenir que l’industrie de la finance est un business. Des tas de gens et des medias économiques et financiers sont payés pour parler quotidiennement de tout et de rien.

Parfois l’influence peut-être plus insidieuse que les gros titres de journaux.
Par exemple, dans ce forum on trouve quelques cold cases qui constituaient de possibles, de belles, de magnifiques opportunités, voire de "no brainer".
J’ai relu certaines files : CBL, sears, …
L’engouement sur ce forum, doublé de l’intervention de membres majeurs peut parfois agir de façon insidieuse.
Je me souviens de cette scène d’Othello (acte 1 scène 3 de mémoire), où Iago enfume rodrigo et chaque phrase est ponctuée de "Put money in thy purse", comme une petite musique lancinante.
D’ailleurs c’est l’un des thèmes de l’excellent mémoires d’un spéculateur, se laisser influencer par quelqu’un de fort respectable.

Alors oui, ce forum est d’un niveau bien plus élevé que le balto du coin. Mais ça ne l’affranchit pas de ce biais moutonnier.
En ce moment, le cas Unibail pose question, en tout cas pour moi. URW arrive en tête des 5 actions préférées pour 2020. Mais sur tous les membres ayant cité cette société, quelle est la part d’influence, de persuasion de membres sur d’autres ?
La file dédiée grossit régulièrement.
Et c’est bien cet engouement qui m’empêche, paradoxalement, de renforcer.
Ca et le rachat de Westfield. Les 2 sociétés prises individuellement sont de top qualité, mais le succès d’une fusion n’est jamais garanti, surtout quand on se trouve plus près du haut que du bas de cycle.

b/ Sur l’état d’esprit, la disposition intérieure, la façon dont on perçoit les obstacles, le monde qui nous entoure

- La créativité : j’ai pris conscience seulement cette année de l’importance de la créativité.
Elle permet de deviner les opportunités là où les autres ne voient que des problèmes. Armé d’un sens aiguisé de la créativité, on peut franchir des obstacles qui peuvent paraître, à première vue, infranchissables.
Vous voulez franchir un mur, ok. Utilisez votre imagination et les outils à votre disposition. Et si vous ne trouvez pas d’outils, inventez-en.
Faites exploser le mur, creuser un tunnel, utilisez ou fabriquez une échelle, une perche, contournez le mur, etc… Parfois même on se rend compte que le mur n’existe pas.
Pourquoi est-ce important dans la gestion de son patrimoine ?
Parce que des obstacles, il y en aura toujours et la plupart des gens baissent les bras d’entrée de jeu, et attendent.
Ils blindent leur livret A, leurs fonds euro d’AV, le reste, c’est trop compliqué, impossible d’apprendre, de se former.
Les rendements baissent, c’est une fatalité.
Les retraites ? ne touchons à rien, faisons la politique de l’autruche et essayons de nous persuader que le mur en face n’est qu’un mirage.
Si on le pense suffisament fort, peut-être qu’il disparaitra.
La créativité aide à se prendre en main.
Les réglementations bancaires évoluent et restreignent les particuliers et leur interdisent des placements ? who cares, il y a des milliers de poissons dans l’océan.
Les rendements sont faméliques ? allons chercher ailleurs, dans d’autres classes d’actifs.
etc, etc…
L’excellent livre L’art de ne pas travailler développe ce concept avec l’idée qu’un problème constitue un défi plus qu’un fardeau.

Beaucoup de personnes fréquentant ce forum l’ont compris et partagent leurs idées. Bravo et merci à eux !

Dans le même ordre d’idée, j’ai également pas mal appris du livre "champion dans la tête", écrit par des préparateurs mentaux de sportifs de haut niveau.
- L’esprit d’explorateur : sortir des sentiers battus pour explorer un domaine inconnu.
Savoir remettre en cause ce qui fait loi pour élaborer de nouvelles théories, inventer de nouvelles techniques, créer une rupture avec ce qui se fait déjà.
Aller là où les autres ne vont pas.
- Etre dans la recherche : C’est l’aptitude à rester curieux et avide de tout ce qui pourra nous aider à aller plus loin dans notre projet ou dans la maitrise de notre art.
C’est être obsédés par la solution pour franchir un cap.
- Se concentrer sur ce qu’on peut contrôler : Discipliner son esprit à ne pas se focaliser sur le résultat, mais sur le fait d’appliquer son process, dérouler son plan de jeu, se concentrer sur les petites choses que l’on peut contrôler.
On peut influencer le résultat d’un match, pas le contrôler.
- La remise en question : Renoncer à des acquis pour aller plus loin, se demander ce qu’on pourrait encore améliorer, même quand on gagne ou que tout va bien. Cette remise en question devrait être permanente.
Pas besoin d’être un athlète de haut niveau pour trouver des champs d’application à ces idées.

c/ Elargir sa vision des choses
Les questions d’économie, de même que les économistes m’ont toujours barbé.
Cela étant, c’est quand même un minimum de savoir de quoi il en retourne, en tout cas dans les grandes lignes.
Je me suis intéressé au sujet des cycles de la dette en me penchant sur l’historique des bears markets et des récessions (l’un et l’autre ne sont pas toujours liés).
Je suis tombé sur une vidéo de vulgarisation signée ray Dalio, How the economic machine works, d’une durée de 30 mn, didactique à souhait.
La version longue est également disponible gratuitement en téléchargement le site de l’auteur : "Principles For Navigating Big Debt Crises".
470 pages intégrant les cas historiques de la grande dépression et de la grande récession, comme une étude de cas pour tenter de valider le modèle proposé par Dalio.
Oui, il y a toujours eu des cycles économiques.

Ce genre de lecture me parait essentiel pour lever la tête du guidon, prendre un peu de recul, le tout en période calme (le calme avant la tempête ?) et de hausse prolongée des marchés.

d/ Un carnet
Depuis cette année, je tiens un petit carnet qui me permet de poser sur papier les leçons que je tire de mes lectures, des citations, des graphes boursiers, etc…
On est un peu entre le journal de bord d’un investisseur amateur et une aide façon "développement personnel".
Ca permet de formaliser les idées dans un format court mes idées. C’est aussi pour "garder la tête froide dans les moments chauds" comme dirait aimé jacquet à propos de son fameux carnet noir qu’il tenait en 1998.
L’idée m’est venue en repensant à un film, "Draft Day" avec Kevin Costner.
Bon le film est lent, pas très emballant, il m’était d’ailleurs sorti de l’esprit pendant de nombreux mois… mais que voulez-vous, quand on est en avion, avec 12h de trajet.
Bref, ça raconte l’histoire d’un general manager d’une franchise de NFL le jour de la draft.
Le film se déroule en 24h. Tout au long du film, le gentil kevin va passer pour un mec un peu faiblard, le dos au mur, que les autres vieux briscards vont essayer d’enfumer en lui proposant des trades moisis.
Le patron de la franchise fait pression, l’entraineur exprime ses doléances, les agents de joueurs s’en mêlent, les joueurs aussi, même sa mère.
Bref toute la journée, tout le monde essaie de le convaincre de tout et de rien.
Lui, il avance, il s’adapte aux changements de situations (les propositions de trades sont valables 1h, voir 10s), il discute, il va à la pêche aux infos.
Il y a même un détective qui bosse pour l’équipe, histoire de s’assurer qu’il n’y a pas de cadavres dans les placards.
Au début du film, on voit kevin griffouiller un truc sur un post-it, puis mettre ce post-it dans sa poche. Geste insignifiant qu’on oublie vite.
A la fin les choses s’emballent (enfin me direz-vous), et Kevin annonce son choix (le 1er choix de la draft)…
En entendant le nom, son patron veut le virer, tout le monde le prend pour un gros pigeon (sauf l’entraineur de l’équipe puisqu’il a le joueur qu’il voulait)
et la on entre dans la négociation façon rungis et le kevin surprend tout son monde, bluffe, récupère plusieurs autres joueurs et sort grand vainqueur de cette journée !
Et là kevin ressort son post-it. Il avait indiqué le nom de celui qu’il a choisi au final (donc le type que quasiment personne ne voulait), suivi de la mention :
"No matter what !" ("peu importe ce qui va se passer" en gros).
Il y a des moments comme ça, où c’est l’effervescence, ça clignotte dans tous les sens, on peut vite paniquer, se laisser influencer, etc…
Et là, c’est important d’avoir des petits rappels simples, à portée de main, sur son plan de jeu, sur les fondamentaux.
Ce carnet sert à cela.

A suivre (prochainement), le reporting synthétique du portefeuille.

Bonne Année à tous les membres du forum.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #24 04/01/2020 13h09

Membre
Réputation :   78  

Reporting année 2019 (suite)


2. Reporting et revue de portefeuille


L’année 2019 a été l’occasion d’un recentrage du portefeuille.
Celui-ci est devenu 100% rendement et s’est élargi pour inclure des bonds, des preferred, des CEF, des BDC.
Tout est expliqué dans le reporting de juin.

Perf : vue d’ensemble
Les positions sont au 31/12/2019.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_performance_light.png

Honorable, mais en 2019, qui n’a pas eu une perf honorable sur les marchés actions ?
En tout cas, quel contraste avec 2018 où le portefeuille était à -2,7%.

Valeur de la part : 140 €.

Composition :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_asset_class2.png

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_repartition_devise_201912.png

Top 10 des meilleures perf :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_top10pv.png

Top 10 des pires perfs. Ne contient que celles en Moins-value. seulement 7 valeurs dans les territoires négatifs. Ce tableau est à encadrer !
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_top10mv.png

Mouvements :

On commence par les sorties :

- Les valeurs qui n’entraient plus dans mes critères : Apple, Amadeus IT, safran
- celles qui ont fait une très belle plus-value (et que j’accepte de me séparer) : Welltower, Nextera Energy
- celles avec lesquelles je ne suis pas/plus à l’aise : Pebblebrook, AT&T, BAE Systems, Vodafone, crédit agricole

Les entrées :
- Hercules Capital, Enagas, Gabelli Dividend & Income Fund, Blackrock Health sciences, Gabelli Global Utility & Income trust, Cohen & Steers Quality Income Realty Fund, Goldman Sachs BDC, Main Street capital, Ares capital corp, Altarea cogedim, ishares jp morgan USD EM corp bond usd, ishares jp morgan EM Bonds EUR hedged, PS Business Parks 5.2%, Digital Realty 5.85%, ishares USD short duration HY, National Health investors, williams companies, BNP Paribas

Les renforcements :
- Total, Natixis, Société générale, bouygues, sanofi, orange, Toronto Dominion Bank, Ryder systems, Northview apt reit.

Donc, beaucoup de mouvements.

Dividendes :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5947_evolution_dividende_annuel_201912.png

Pour 2020 :
De la vigilance après une année euphorique sur les marchés.
Les opportunités se font rares, il faut creuser un peu plus.
Les frappes seront un peu plus ciblées.

Quelques valeurs sur ma watchlist :
- Washington trust bancorp
- Veolia
- STHY (etf short duration HY de invesco)
- WING (etf fallen angels d’ishares)
- TC Energy
- Icade
- Cisco
- preferred de vornado
- Medical properties
- VICI

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur