Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#1 07/07/2016 13h12

Banni
Réputation :   515  

Dans la file Faut-il mentir aux banques pour réussir dans l’immobilier locatif ?, un aparté intéressant a commencé à émerger sur la vie privée, et j’aimerais beaucoup que ce sujet puisse être discuté un peu plus.

A un moment de la file, il a été question de la création d’un énième "fichier", avec cette réaction par Xazh:

Xazh a écrit :

Le dit fichier, créé par la loi Hamon, a été retoqué sur la forme par le conseil constitutionnel, car trop envahissant par rapport à la vie privée (c’est d’ailleurs un point de droit amusant, vu que la vie privée n’est pas protégée au niveau constitutionnel en France).

Qui a amené à cette réponse de Qdedroit:

Qdedroit a écrit :

Je m’en veux de faire un hors-sujet aussi manifeste, mais cela n’est pas tout à fait exact. Le Conseil Constitutionnel a depuis longtemps déjà reconnu que le respect de la vie privée était un droit protégé constitutionnellement, par interprétation de l’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 ("Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression").

On pourrait aussi espérer, à l’avenir, que l’article 9 du Code civil soit reconnu un jour comme l’un des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

On peut aussi noter que la Convention de sauvegarde des droist de l’Homme et des libertés fondamentales, qui n’a pas valeur constitutionnelle en France, mais qui est placé particulièrement haut dans la hiérarchie des normes, reconnaît littéralement le droit à la vie privée (article 8 : "Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance.").

Et c’est là le départ d’une grosse interrogation de ma part, que je ne suis sans doute pas le seul à avoir, et j’aimerais bien connaître l’avis de juriste de Qdedroit (et des autres évidement):

Comment est-ce que quiconque peut aujourd’hui avoir la sensation de la moindre vie privée, du moindre respect de cette vie privée ou droit à tel alors qu’il n’arrête pas d’y avoir la création de fichiers supplémentaires qui centralisent toutes les informations possibles et imaginables, que toute notre activité sur internet est épiée et surveillée, et qu’on est de plus en plus limité par le montant des transactions réalisables en espèces (avec peut-être même une disparition de l’espèce à moyen terme) ?

Ne serait-ce que le secret de la correspondance: C’est quelque chose qui avait une certaine importance il n’y a pas si longtemps. La violation de ce  secret est tout de même réprimée pénalement en France. Or, il est de notoriété publique que la majorité des pays développés surveille les communications, que ce soit téléphoniques ou par internet, ainsi que stocke et analyse ces données. Et cela de façon quasi systématique de nos jours. Alors les belles déclarations passées, directives et autres conventions, c’est bien beau, mais qui a l’impression d’avoir encore un parcelle de ces droits supposés fondamentaux il y a encore peu (j’ai l’impression que c’est bizarrement au tournant de l’an 2000 que tout a commencé à partir en cacahuètes, je ne mentionnerait pas une certaine date du mois de septembre 2001 pour ne pas passer pour un théoricien du complot. On peut aussi considérer que c’est simplement le développement de la technologie et d’internet qui en est la source)

Liens:
File du forum "L’espionnage fiscal systématique en France…"
Secret de la correspondance / Wikipédia

Message édité par l’équipe de modération (07/07/2016 13h29) :
- modification du titre ou de(s) mot(s)-clé(s)

Dernière modification par Mevo (07/07/2016 13h24)

Mots-clés : droit à la vie privée, nsa, respect de la vie privée, secret de la correspondance, surveillance, vie privée

Hors ligne Hors ligne

 

#2 07/07/2016 17h49

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   256  

Juste pour compléter l’article 8 de la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales

Il ne peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu’elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l’ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.

Ce qui laisse de la marge pour légiférer.

Pour la petite histoire, la France a mis 24 ans avant de se décider à ratifier cette convention.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 30/07/2018 19h34

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

Vous avez évoqué ce sujet sur une autre file, et je pense que le manque de réponse vient notamment du fait que le concept de "vie privée" n’est pas clairement défini.

Il semble qu’il n’y ait aucune définition légale du terme, et que ce soit laissé à l’appréciation de chacun (ou du juge).
On notera notamment que les personnes publiques (politique, PDG, etc) ont une vie privée légale restreinte par rapport à celle d’un humain lambda.
Du coup, impossible de parler de droit fondamental, si on estime que certaines personnes n’y ont pas le droit du fait de leur occupation.

Autre point, je trouve important de remarquer que le concept de secret de correspondance n’a pas le même sens dans un pays sortant d’une révolution, ou d’une guerre mondiale et dans un pays bénéficiant de gouvernements démocratiques (mous ?) depuis de nombreuses décennies.
Le secret de la correspondance n’est pas là pour éviter d’ébruiter les amourettes de M. X et de Mme Y, mais de protéger le citoyen d’une répression arbitraire de la part de l’état (ou d’une grosse corporation).

Or, il est de notoriété publique que la majorité des pays développés surveille les communications, que ce soit téléphoniques ou par internet, ainsi que stocke et analyse ces données. Et cela de façon quasi systématique de nos jours

C’est effectivement un sujet important. Hélas, je ne sais quoi dire dessus: les gouvernements semblent en faire un usage relativement restreint, et essentiellement automatisé.
Sur un serveur quelque part, il est sans doute écrit que je consulte fréquemment ce forum, et peut-être même une estimation de mon patrimoine (que j’ai déjà fournie à toutes mes banques). Mais tant que ces informations ne servent pas à nuire à moi-même ou à mes concitoyens, je ne trouve pas la motivation de le combattre.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#4 30/07/2018 23h13

Banni
Réputation :   515  

Faith a écrit :

On notera notamment que les personnes publiques (politique, PDG, etc) ont une vie privée légale restreinte par rapport à celle d’un humain lambda.
Du coup, impossible de parler de droit fondamental, si on estime que certaines personnes n’y ont pas le droit du fait de leur occupation.

Est-ce que vous et moi pouvons librement écouter les conversations téléphoniques de ces gens et lire leurs courriers (emails comme papier) ? Si nous mettons en place des moyens techniques pour le faire, on peut y aller sans risque, ces gens là n’ayant aucun droit de ce coté ?

Il faut bien faire la différence entre ce que chacun estime lui-même comme étant d’ordre privé (comme une conversation téléphonique ou un email strictement [enfin, normalement] entre 2 individus par exemple), et la portion "publique" de ce qu’on pourrait appeler la "vie privée" (aller se balader dans des lieux publics ou s’exposer soi-même publiquement, comme par exemple en parlant en public, ou en postant sur un forum public)

Je parle évidemment de la première partie.

Pour le reste, donc là, on en arrive donc bien au "quand on a rien à cacher…" couplé à un "l’état est bon, là pour nous protéger, et on peut lui faire une confiance aveugle". Il suffit sans doute de regarder un peu le passé pour s’en convaincre.

Ce concept, que moi j’imagine, de choses qu’on souhaite garder pour soi, ou uniquement partager avec une ou des personne(s) en particulier, et dont on considère que ça ne regarde personne d’autre (ça n’est pas forcement qu’une question d’amourettes), c’est donc moi qui fait fausse route ? Est-ce cela que vous me dites ? Il est "bien" que l’état cherche à tout savoir ? (se pose même la question de qui exactement a ensuite accès à cette base de données)

Mais tant que ces informations ne servent pas à nuire à moi-même ou à mes concitoyens, je ne trouve pas la motivation de le combattre.

Attendons donc patiemment que ça arrive, mais surtout, trouvons cela ok qu’ils collectent en masse en attendant ? Et puis, si rien n’arrive dans le futur proche, l’information aura au moins le gros avantage d’être disponible pour ceux qui mettrons éventuellement leurs mains dessus plus tard…

Hors ligne Hors ligne

 

#5 31/07/2018 09h43

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

Mevo a écrit :

Est-ce que vous et moi pouvons librement écouter les conversations téléphoniques de ces gens et lire leurs courriers (emails comme papier)

Je n’ai pas parlé de ça.

Il suffit sans doute de regarder un peu le passé pour s’en convaincre.
(…)
Attendons donc patiemment que ça arrive, mais surtout, trouvons cela ok qu’ils collectent en masse en attendant ? Et puis, si rien n’arrive dans le futur proche, l’information aura au moins le gros avantage d’être disponible pour ceux qui mettrons éventuellement leurs mains dessus plus tard…

Le passé comme le présent montrent que les régimes tyranniques n’ont jamais eu besoin d’aide pour installer les outils de surveillance/élimination comme ils le voulaient.

Est-ce cela que vous me dites ?

Non. Je dis que vos petits secrets n’intéressent personne et ne sont écoutés par personne.
Au pire un ordinateur a stocké votre secret parmi des milliers de milliards d’autres informations tout aussi inutiles.

Il est "bien" que l’état cherche à tout savoir ?

Ce n’est pas le cas. Ce ne serait de toute façon pas utile: s’il y a bien une leçon à retenir de notre monde, c’est que trop d’information tue l’information.
L’état cherche des choses précises, pas "tout".

Enfin, je rappelle que l’état, c’est nous tous. Que nous avons tous la possibilité de voter et de nous faire élire. Mais que si tel ou tel a du mal à convaincre les citoyens de voter pour lui, ce n’est pas la faute des autres candidats: c’est juste parce que ce qui lui semble essentiel à lui ne l’est pas pour les autres.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 31/07/2018 10h14

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2150  

Vous signalez seulement les fichiers et surveillances mis en place par les Etats. Pourtant, la surveillance la plus massive est sans doute celle des sociétés commerciales. Si vous utilisez les services de Google et de Facebook, ces sociétés ont énormément d’informations sur vous et les exploitent commercialement. Si vous avez un téléphone portable, votre opérateur (et très souvent votre fournisseur de l’OS du téléphone) suit tous vos déplacements. Si vous avez une carte de fidélité de votre supermarché, celui-ci connaît tout de vos habitudes de consommation. Si vous naviguez sur des sites internet, ceux-ci utilisent des cookies pour vous proposer des pubs personnalisées. Etc.

Ca m’a toujours amusé de voir que la science-fiction et les gens sensibles au sujet fantasment sur le méchant Etat façon Big Brother, et sur des moyens de tracking comme une puce implantée obligatoirement dans le bras. On fantasme une surveillance coercitive et imposée.

Mais en fait, la plupart des gens achètent (cher !) leur puce de surveillance, et se font ensuite tracker bien volontiers, quand ils achètent un smartphone ! Finalement, la surveillance ne vient pas du méchant Etat et n’est pas imposée par la loi ; elle vient de sociétés commerciales, et les gens paient bien volontiers pour la subir !

Dernière modification par Bernard2K (31/07/2018 10h21)


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #7 31/07/2018 10h20

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

Je trouve assez amusant l’accent mis sur le cadre légal dans ce thread. Peu importe le lieu, peu importe l’époque, si vous intéressez suffisamment l’Etat (ou une entité suffisamment puissante) il pourra avoir accès à vos informations personnelles, peu importe les lois en place.

Ce qui est bien plus grave c’est qu’il n’a même plus besoin de travailler pour ce faire.

Si un utilisateur est assez insouciant pour confier son historique complet de navigation (bouton Like FB, compte Google/scripts Analytics) ses traces GPS (Google Maps), ses photos (y compris les visages de tous ses amis) (FB/Instagram, Google Drive), ses informations de santé (FitBit et autres montres connectées, sans parler de requêtes Google type "symptômes de $maladie_honteuse ?"), son emploi du temps (Google Calendar), sa correspondance privée (GMail, FB Messenger/WhatsApp), les évènements auxquels il participe (manifestations organisées sur FB…) à deux entreprises complètement intégrée à l’Intelligence Community… ce n’est pas avec une loi qu’il pourra protéger sa vie privée.

Si on ajoute à cela les tendances types "portez un FitBit pour avoir une réduction de 30€ sur votre mutuelle", les employeurs qui regardent les profils des candidats sur les réseaux sociaux, et pour aller encore plus loin le Social Credit System chinois, qui pourra empêcher de prendre le train si le score de crédit social est trop faible…

Le génie est déjà sorti de la bouteille depuis bien longtemps.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#8 31/07/2018 10h37

Membre
Réputation :   49  

Pour rebondir sur les deux derniers posts de cette file et parce que je suis d’accord avec le fait que ce sont les "appareils" que nous payons cher et que nous utilisons volontiers qui nous espionnent, comment s’en protéger du coup ?

Hormis les banalités du style "ne pas utiliser Facebook ou Gmail" que je fais déjà, on est quand même plus ou moins "obligé" d’utiliser la technologie (mail, smartphone, achat en ligne). Existe-il des moyens de se protéger de l’espionnage commercial ?

Dernière modification par MichMouch (31/07/2018 10h38)

Hors ligne Hors ligne

 

#9 31/07/2018 10h50

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

MichMouch a écrit :

Hormis les banalités du style "ne pas utiliser Facebook ou Gmail" que je fais déjà, on est quand même plus ou moins "obligé" d’utiliser la technologie (mail, smartphone, achat en ligne). Existe-il des moyens de se protéger de l’espionnage commercial ?

Je vais quand même dire une banalité, mais elle est rarement évoquée: faire voter des lois protectrices.

Personnellement je n’ai pas besoin de davantage de lois (pour le moment), mais si vous êtes suffisamment nombreux à demander la même chose, vous serez écoutés.

Bernard2K a écrit :

Vous signalez seulement les fichiers et surveillances mis en place par les Etats. Pourtant, la surveillance la plus massive est sans doute celle des sociétés commerciales.

Comme dit précédemment, je considère que, pour le moment, les sociétés commerciales restent soumises aux lois locales. Globalement, elles respectent les règles que les citoyens souhaitent massivement leur imposer.

Rien que les toutes-puissantes banques rampent devant les états et payent rubis sur l’ongle leurs amendes, malgré tout ce qu’on peut dire sur la puissance de leurs lobbies.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#10 31/07/2018 11h03

Membre
Réputation :   49  

Mon avis est que, peu importe les lois qui sont ou seront votées, il y aura toujours quelqu’un un jour l’autre, pour les enfreindre.

Ma question était plutôt orientée "comment ne pas envoyer les données qui sont collectées légalement par nos appareils ?"

Par exemple: utiliser un BlackBerry plutôt qu’un iPhone ? (plus sécurisé il me semble à moins que ce ne soit du flan marketing)
Utiliser un VPN..

Que sais-je d’autres…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 31/07/2018 11h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@MichMouch : je pense que le plus simple reste d’avoir une présence minimale et d’une banalité extrême sur ces réseaux. Pour l’instant le nombre significatif d’anciens qui n’aiment pas les ordinateurs ne rend pas encore le fait de ne pas avoir de compte sur ces réseaux suspect, mais ça deviendra de moins en moins possible à moins d’accepter de se couper de beaucoup de services.

De même, utiliser Tor risque plus de rendre votre profil intéressant que de réellement protéger votre vie privée.

Personnellement, je me borne à ne jamais poster de photos (surtout avec des visages) sur mes comptes sociaux, ni de localisations. Je privilégie les contacts en personne. J’ai un téléphone relativement sécurisé (un vieux Samsung S2 - les boards Exynos font parties des rares SoCs où le modem n’a physiquement pas accès à la mémoire du système) avec une distribution Replicant patchée, sans services Google. C’est plus de la déformation professionnelle et un hobby qu’une vraie protection - je ne doute pas que si un jour je présentais suffisamment d’intérêt, ce téléphone serait hackable.

L’idée c’est probablement de se fondre dans la masse, et au cas où, de donner un minimum de travail à l’attaquant. Un peu comme l’histoire de l’ours, où il suffit de courir plus vite que le collègue ?

EDIT : je pense que vous n’avez pas tort non plus sur l’étanchéité relative des différents services. Généralement les services corporates demandent une subpoena pour coopérer, alors que Google/Facebook semblent open bar.

Dernière modification par doubletrouble (31/07/2018 11h20)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 31/07/2018 11h21

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

MichMouch a écrit :

Mon avis est que, peu importe les lois qui sont ou seront votées, il y aura toujours quelqu’un un jour l’autre, pour les enfreindre.

Ma question était plutôt orientée "comment ne pas envoyer les données qui sont collectées légalement par nos appareils ?"

Si vous partez du principe que les lois ne vous protègent pas (assez), que les grandes compagnies sont toutes potentiellement coupables, alors vous n’avez aucune solution.
Pourquoi BlackBerry serait plus "respectueux" qu’Apple ? Certainement pas parce que leurs pubs et le bouche à oreille le disent.

Cependant, si vous voulez une meilleure protection, vous pouvez éventuellement vous tourner vers des solutions Linux: Ubuntu ou Firefox OS sur PC et smartphone.

Mais encore une fois, vous devez faire confiance. Vous aurez toujours à faire confiance à un organisme, mais il est très difficile de définir rationnellement qui est plus digne de confiance que l’autre.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#13 31/07/2018 11h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@Faith : il y a une différence entre des terminaux Android qui ne sont plus mis à jour par le constructeur (donc pourris de vulnérabilités), au contenu non chiffré, reliés à un compte Google et un terminal Apple à jour et chiffré par défaut. Dans le second cas, il faudra justement passer par un process légal pour obtenir accès aux données (et il est aussi difficile d’en insérer…). Le résultat sera le même mais l’iPhone à jour aura nécessité un minimum de "travail".

Dernière modification par doubletrouble (31/07/2018 11h29)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#14 31/07/2018 11h44

Membre
Réputation :   2  

MichMouch a écrit :

Ma question était plutôt orientée "comment ne pas envoyer les données qui sont collectées légalement par nos appareils ?"

Il y a des solutions (sans aller jusqu’à Tor qui nous rendra suspect, voire intéressant, comme n’importe quelle utilisation de VPN, comme le signale justement doubletrouble).

Vous pouvez utiliser un navigateur bien configuré, avec des plugins comme Facebook Container : Facebook Container pour Firefox | Empêche Facebook de connaître quels sites web vous visitez ou Privacy Badger : https://www.eff.org/fr/privacybadger.

Pour les communications, vous pouvez utiliser Signal ou encore Silence.

De même, pour 90% des recherches, Qwant offrira d’aussi bons résultats que Google.

Hors ligne Hors ligne

 

#15 31/07/2018 11h47

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

Martinus a écrit :

Il y a des solutions (sans aller jusqu’à Tor qui nous rendra suspect, voire intéressant, comme n’importe quelle utilisation de VPN, comme le signale justement doubletrouble).

Solutions qui nécessitent d’avoir confiance dans ces entreprises.
Quand vous choisissez un VPN, que savez-vous de l’entreprise qui le fournit, et de leur utilisation réelle de vos données ?


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#16 31/07/2018 11h52

Banni
Réputation :   515  

Bernard2K a écrit :

Vous signalez seulement les fichiers et surveillances mis en place par les Etats. Pourtant, la surveillance la plus massive est sans doute celle des sociétés commerciales.

C’est un bon point. Je ne parlerais aucunement de "surveillance" pour les sociétés commerciales, mais plutôt de "collecte d’information" alors. Qu’une société veuille savoir énormément de choses sur moi dans le but de me matraquer de pub et d’en tirer financièrement profit, a tendance à ne pas m’inquiéter du tout. Qu’une "entité" qui a quand même régulièrement un comportement discutable, veuille stocker un tas d’informations dans le seul but de connaitre cette information, déjà un peu plus. Tout est dans l’intention.

Maintenant, dans la pratique c’est a priori bien plus compliqué, vu que la société commerciale peut bien revendre l’information à n’importe qui, peu importe leurs motivations, tant qu’ils payent. Et il y a aussi un tas d’histoires sur des liens potentiellement assez étroit entre certaines sociétés (comme par exemple Facebook) et les services "d’intelligence", comme le mentionne DoubleTrouble. Je ne connais pas la véracité de ces histoires.

J’ai très souvent eu l’exact même raisonnement au sujet de la "puce" et des gens qui se baladent de leur plein gré avec leur smartphone dans la poche (qu’ils payent en plus !).

EDIT:

Faith a écrit :

Le passé comme le présent montrent que les régimes tyranniques n’ont jamais eu besoin d’aide pour installer les outils de surveillance/élimination comme ils le voulaient.

Parce qu’au niveau "surveillance", les régimes supposés "démocratiques", où "l’état, c’est nous", ont-ils eu le moindre problème pour mettre en place de la surveillance de masse ? Oh, c’est vrai qu’on "nous" a demandé notre avis. Perso, je ne m’en souviens pas.

Non. Je dis que vos petits secrets n’intéressent personne et ne sont écoutés par personne.
Au pire un ordinateur a stocké votre secret parmi des milliers de milliards d’autres informations tout aussi inutiles.

Je respecte votre opinion que toute information me concernant est inutile. Ce qui est ubuesque, c’est que toute cette information est tellement inutile et n’intéresse tellement personne, qu’elle est collectée (avec l’argent du contribuable, au passage).

L’état cherche des choses précises, pas "tout".

Ils cherchent à collecter un maximum (et si, j’ai l’impression qu’ils vont assez dans le "tout"), pour ensuite pouvoir  rechercher dessus (possiblement de manière précise). Il n’y a éventuellement pas de limite à ce qui peut être recherché, une fois la base de donnée constituée.

Dernière modification par Mevo (31/07/2018 12h15)

Hors ligne Hors ligne

 

#17 31/07/2018 13h11

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

Mevo a écrit :

Parce qu’au niveau "surveillance", les régimes supposés "démocratiques", où "l’état, c’est nous", ont-ils eu le moindre problème pour mettre en place de la surveillance de masse ? Oh, c’est vrai qu’on "nous" a demandé notre avis. Perso, je ne m’en souviens pas.

Est-ce que ce sont les candidats qui proposent la suppression de la surveillance qui sont élus (à l’échelle locale, comme Lyon, ou nationale) ?


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#18 31/07/2018 13h30

Membre
Réputation :   2  

Faith a écrit :

Martinus a écrit :

Il y a des solutions (sans aller jusqu’à Tor qui nous rendra suspect, voire intéressant, comme n’importe quelle utilisation de VPN, comme le signale justement doubletrouble).

Solutions qui nécessitent d’avoir confiance dans ces entreprises.
Quand vous choisissez un VPN, que savez-vous de l’entreprise qui le fournit, et de leur utilisation réelle de vos données ?

Effectivement, le FBI a plusieurs fois eu des informations grâce à ce type de service et une partie des sociétés proposant des VPN conservent des données, mais pas tous. Dans l’absolu, vouloir sécuriser ses informations nécessitera des connaissances et/ou un apprentissage.

Au delà de ces points techniques, du bon sens concernant son activité en ligne et en particulier les réseaux sociaux, le GPS…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #19 31/07/2018 13h46

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

On peut se faire un VPN relativement sûr soi-même assez trivialement.

1. Louer un VPS (de préférence dans un pays tiers, pourquoi pas payé en BTC si l’anonymat est requis)
2. Installer stunnel et le configurer en serveur sur le port 443
3. Lancer stunnel en client sur localhost
4. Configurer le navigateur pour utiliser localhost:port_client_stunnel_local en proxy socks

Ca rend le traffic très difficile à distinguer d’un traffic HTTPS normal. J’utilisais cette méthode lorsque je vivais en Chine pour passer le Great Firewall. Les services VPN que mes amis utilisaient, et même les tunnels SSH, ont été bloqués petit à petit, mais ma méthode a toujours fonctionné car elle se fond dans la masse. En plus extrême et moins fiable, il y a ptunnel qui dissimule le traffic dans des requêtes ICMP (ping)…


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #20 31/07/2018 14h07

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   535  

Bonjour !

Mevo, je pense que la surveillance (de masse ou particulière) n’est que la conséquence du dévoiement à tendance hégémonique de l’État.

Cet État, qui était originellement une entité au service de la Nation, est en train d’inverser les rôles, et de mettre la Nation à son service. Partant d’un instrument du pouvoir exécutif, l’État étend son emprise, et faisant fi de la séparation des pouvoirs, empiète sur le domaine judiciaire (les préfets, agents de l’État, ont maintenant des pouvoirs qui dépendaient des juges, comme les expulsions, le droit d’autoriser ou non des événements, l’annulation des arrêtés municipaux…), et le domaine législatif (49.3, gouvernement par ordonnances, mise au pas de l’Assemblée Nationale, arrêtés et autres circulaires…)

La surveillance n’est qu’un des outils utilisés par l’État pour asseoir et augmenter son pouvoir.  Il y a des exemples ahurissants. Par exemple, depuis la loi Perben II (2004), un policier a le droit de rentrer chez vous, en votre absence, pour poser des micros ou des caméras ; à la seule condition que vous soyez impliqué dans une affaire de terrorisme ou d’association de malfaiteurs. Même si vous n’êtes impliqué qu’en tant que témoin potentiel ; ou simplement soupçonné d’avoir été témoin. Cela ouvre la porte à n’importe quoi.

Et aussi, les faits que je qualifie d’abus de pouvoir ordinaires et imputables à l’État abondent. Exemples dans la circulation routière : les limitations à 30 km/h à des endroits peu fréquentés, sans écoles, sans risques particuliers ; dans beaucoup de lieux les panneaux STOP au lieu de simples balises de priorité, qui ne servent qu’à forcer les automobilistes à s’arrêter ; les lignes continues pour empêcher les dépassements, même sur des lignes droites avec visibilité parfaite ; etc. etc.

Il y a parfois des trucs difficiles à comprendre : quand j’avais fait ma piscine, il y avait obligation de la positionner à moins de 1 m. de la bordure du terrain ou à plus de 5 m. Pourquoi cette interdiction entre 1 m. et 5 m. ?  J’avais demandé des explications, et n’ai jamais obtenu qu’une seule réponse : c’est la loi.

Pour en revenir à la surveillance par l’État, il y a un autre point qui me gêne : il est quasiment impossible de faire corriger une erreur. Surtout si elle est le fait d’un agent de l’État.

Bon, j’arrête là, sinon je vais déverser ma diatribe durant des heures…

Dernière modification par M07 (31/07/2018 14h09)


M07

Hors ligne Hors ligne

 

#21 31/07/2018 14h27

Banni
Réputation :   515  

Faith a écrit :

Est-ce que ce sont les candidats qui proposent la suppression de la surveillance qui sont élus (à l’échelle locale, comme Lyon, ou nationale) ?

Il y en a, des candidats avec cette proposition ? Pouvez-nous svp nous citer quelques noms afin que je puisse regarder ce qu’ils proposent effectivement ?

J’essaye d’aller au delà de la simple phrase et de bien comprendre le raisonnement (le but, selon moi): La majorité s’en fiche parce qu’ils ont l’impression que ça ne les affecte pas, donc ça veut dire que la surveillance, c’est … "bien" !? Boom, problème réglé, merci Faith ! wink

Et puis, si la majorité s’en fiche, il ne faudrait certainement pas s’attarder sur la question, au risque de faire changer la donne. Ne serait-ce pas par hasard de cette façon que l’esclavage a été aboli ou que les femmes ont obtenu le droit de vote, par exemple ? A un moment, la majorité trouvait les choses très bien comme elles étaient, et un jour, ça a changé. Mais quelle horreur yikes

Passez au cran suivant, Faith, je le vois venir gros comme une maison.

M07 a écrit :

Pour en revenir à la surveillance par l’État, il y a un autre point qui me gêne : il est quasiment impossible de faire corriger une erreur. Surtout si elle est le fait d’un agent de l’État.

Respectueusement M07, vous faites erreur: Un agent de l’état ne fait jamais d’erreur. Et si jamais vous avez l’impression qu’il en a faite une, c’est forcément de votre fait pour une raison ou une autre.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #22 31/07/2018 14h28

Membre
Réputation :   25  

Merci de lancer et de nourrir ce post.

Cette tendance est en effet ahurissante et ne fait que se renforcer.

Par rapport à la vie, analogique, de nos parents, la vie privée n’est absolument plus de mise.

De surcroît, toutes les limitations faites au nom d’une bonne cause, sont terriblement attentatoire à nos vies privées : j’en ai une en particulier qui me reste sur l’estomac, c’est la limitation des paiements en liquide.

Hors ligne Hors ligne

 

#23 31/07/2018 14h47

Membre
Réputation :   19  

Bonjour

Pour rebondir… sur votre estomac :-), avec le rapport CAP 2022, cela ne va pas aller en s’arrangeant
Voir proposition 16, bien évidement c’est uniquement pour combattre le grand banditisme. 

De plus, même dans les Trésoreries la limite de paiement en espèce s’abaisse année après année.

"Je ne sais pas où on va mais on va pas tarder à y arriver" me disait ma grand mère en rigolant.

Bonne journée à tous

Hors ligne Hors ligne

 

#24 31/07/2018 14h57

Membre
Réputation :   25  

Ce qui me fait mal à l’aorte (oui, mon corps souffre en plusieurs endroits), c’est de voir à quel point l’état nous prend pour des imbéciles :
- Le port d’armes est interdit parce que sinon on se tirerait tous dessus.
- Payer en liquide c’est interdit parce que ça encourage la fraude fiscale.
- Etc.

Non mais sérieusement : à qui va-t-on faire croire que les "méchants" n’utilisent pas d’armes à feu parce que c’est interdit ? que les trafiquants en tout genre n’utilisent pas de liquide parce que c’est interdit ?

Pendant ce temps là où on amuse le bon peuple (qui est bien naïf par ma foi) , mes libertés de citoyen de base sont bafouées.

Hors ligne Hors ligne

 

#25 31/07/2018 15h24

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   164  

Votre raisonnement est complètement biaisé. Si on vous suit, aucune loi n’est nécessaire puisque les bandits ne les respecterons pas…

La liberté c’est bien. C’est beau, c’est joli sur le papier. Comment on fait pour se prémunir des prédateurs sexuelles, des réseaux de distributions de produit illégaux, le terrorisme sans surveiller internet et les communications ? Comment on enquête sur tous ces cyber-criminels ? C’est impossible sans être intrusif car ces nouvelles technologies sont tellement imbriqués dans la vie de chacun que tout devient hyper intrusif. A cela, on ajoute toutes les personnes imaginatives (dont les entreprises) pour avoir profiter d’un espace vierge de toute règle (ou pour contourner les règles) et d’en avoir fait un lieu central de marketing, on aboutit à toute la collecte d’aujourd’hui.

A noter qu’on parle des bandits qui ont comme motivation de contourner les systèmes à leur profit mais les entreprises utilisent les mêmes moyens pour contourner les lois à leur avantage. Des gens sont mêmes payés pour cela. Ce qui aboutit à plus de loi.

Pour la perte de la liquidité, cela ne me fera ni chaud ni froid. Le but est de faire disparaître le black (et un peu de lutter contre le blanchissement). On remarquera que tout un chacun a creusé cette tombe dont nos parents qui ont fait un max de black. Dans certains commerces maintenant encore, c’est une grosse part de l’activité…

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur