Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#226 09/06/2017 16h32 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   54 

Bonjour,

Je me situe à des années lumières de certains… En même temps, mes objectifs ne sont pas d’être rentier au sens: hors de mon job salarié tout de suite. Par contre, nous avons des enfants (et nous en voulons plus), une vie qui nous correspond et que l’on ne souhaite pas changer avec plein de projets. L’idée serait plutôt de pouvoir assurer confortablement n’importe quel choix ou imprévus puis d’ici 15 / 20 ans de pouvoir offrir les études que nos enfants souhaiteront sans se limiter financièrement. S’il choisiront des études peu cher, tant mieux, le cas échéant nous ne souhaitons pas être bridé.

Donc on va dire, l’objectif rentier, c’est plutôt d’ici 30 ans tranquillement. Tant mieux si c’est avant, mais là n’est pas vraiment la priorité. Nos jobs nous plaisent et n’avons pas vraiment l’impression d’être dans une course de la vie (rat race), nous avons plein de projets stimulants et nous en sommes satisfait.

Pour être tout à fait transparent sur notre budget mensuel (hors investissements) en apportant mon point de vue à la discussion:
- Emprunt + ass. RP : 1600€
- Voiture (achat + ass) : 400€
- Elec + gaz : 110€
- Impôts (TF/TH/IR etc.): 728€
- Forfaits mobiles (2) + internet : 75€
- Mutuelles + autres assurances (style PNO, RP habit., garantie famille etc.)  : 100€
- Loisirs incompréhensible (ex cheval) : 200€
- Femme de ménage : 160€ (50% déductible des impôts, pourquoi se priver)
- Crèche: 700€ (à déduire 300€ d’aides PAJE)
- Nourriture + sorties + restau + achats X ou Y (je l’appelle "budget cartes", trop de flemme de tout catégoriser) : env. 2000€ / mois

Soit un budget d’environ 5700€ / mois. (pour des revenus de 8k)

Cela en choquera sûrement plus d’un. Néanmoins d’ici 18 ans la RP sera payée, d’ici 1,5 ans la voiture idem. Nous réduirions donc d’autant nos dépenses (env. 1700€ de moins soit 4000€/mois et encore la crèche se terminera aussi un jour donc 400€ de moins), mais il y aura aussi d’autres enfants (ce qui en fait ne devrait pas changer fondamentalement le budget après réflexion), et ensuite des études supérieurs etc.

Depuis quelques mois, j’ai un peu basculé de philosophie. Je suis passé de comment réduire nos dépenses à : "profitons en" et comment augmenter les revenus de manière significative à "temps passé équivalent" afin de continuer à pouvoir continuer à profiter de ma famille sans forcer.

Dans cet état d’esprit, je pense par exemple prendre un temps partiel pour la prochaine naissance tout en veillant à ce qu’un autre poste de revenus augmente en équivalence afin de rester sur des revenus constants tout en ayant plus de temps perso.

Setanta

Hors ligne

 

#227 09/06/2017 17h21 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   40 

L’habituation hédonique.
Une expression savante pour définir un phénomène que tout le monde connaît intuitivement mais qu’on oublie parfois : on finit toujours par s’habituer à notre niveau de confort et le trouver "normal".

Pour autant, je pense que l’habituation marche dans les deux sens. On peut réduire son confort et avec le temps trouver ce nouveau niveau de confort "normal".

Exemple : dans la culture d’origine de ma femme, la grand mère vient aider à la maison pendant une période relativement longue (plusieurs mois) après un accouchement.
J’ai pas mal angoissé à l’idée de vivre sous le même toit que ma belle mère pendant aussi longtemps, "alerté" par mon entourage : mon confort était gravement menacé.

Finalement ça s’est fait, il y avait juste un "coup à prendre", et en bonus j’ai vu qu’il y avait des avantages à cette situation (partage des tâches, bienfaits pour l’enfant, notamment).

Ainsi je comprends parfaitement ceux qui considèrent que 2000€/mois peut être tout à fait confortable, et même moins. Mais notre société d’abondance nous donne peut-être l’impression qu’il en faut beaucoup plus.

Dernière modification par nor (09/06/2017 19h40)

Hors ligne

 

#228 09/06/2017 18h00 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   22 

Setanta a écrit :

- Loisirs incompréhensible (ex cheval) : 200€
Setanta

Je peux comprendre le besoin de faire du cheval, meme si ca peut sembler étrange pour certains, tous les gouts sont dans la nature, pas de souci !

Hors ligne

 

#229 09/06/2017 18h21 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   566 

Bien vu ! Il (elle?) nous dira que c’est la faute du correcteur d’orthographe. La technologie nous réserve toujours bien des surprises smile


Rentier en voyage et dans les îles

Hors ligne

 

#230 10/06/2017 09h08 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   54 

Non pas de fautes. J’ai bien écrit cheval. Cela correspond à la pension du bourrin de Madame et les frais annexes

Hors ligne

 

#231 10/06/2017 09h56 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Banni
Réputation :   38 

L"interet du cheval est qu’un rentier desesperé ruiné et affamé pourra toujours le manger…..

Hors ligne

 

#232 10/06/2017 09h57 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   77 

nor a écrit :

L’habituation hédonique.
Une expression savante pour définir un phénomène que tout le monde connaît intuitivement mais qu’on oublie parfois : on finit toujours par s’habituer à notre niveau de confort et le trouver "normal".

L’habituation hédonique (cf étymologie) n’est pas liée à un niveau de confort mais à une situation de bonheur (c’est différent), que l’on atteint puis à laquelle on s’habitue : on est heureux mais on ne s’en rend plus compte.

nor a écrit :

Pour autant, je pense que l’habituation marche dans les deux sens. On peut réduire son confort et avec le temps trouver ce nouveau niveau de confort "normal".

Voilà, là à mon avis vous faites un contresens : il n’y a pas de niveau de confort "normal". Là encore on parle de bonheur : dans ce sens, on atteint une situation où l’on n’est pas heureux mais on s’y habitue et bientôt on ne s’en rend plus compte.

Dernière modification par dangarcia (10/06/2017 09h57)

Hors ligne

 

#233 10/06/2017 10h32 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   75 

Setanta a écrit :

Non pas de fautes. J’ai bien écrit cheval. Cela correspond à la pension du bourrin de Madame et les frais annexes

Setanta,

Vous avez écrit "loisir incompréhensible", ce qui m’a beaucoup fait rire.

Mafo


Travail: 750 h/an. Siestes, voyages et loisirs le reste du temps…

Hors ligne

 

#234 10/06/2017 10h43 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   40 

Dangarcia je pense qu’on sera d’accord sur le fond.
Chacun a sa définition du bonheur. Pour moi "se sentir confortable" (materiellement et psychologiquement,  les 2 etant liés) est très proche du bonheur, qui est lui proche du plaisir  (hédonisme).

"on est heureux mais on ne s’en rend plus compte. "
Je dirais plutôt : on a tout ce qu’il faut pour être heureux mais on ne s’en rend pas compte.

Perdre en confort matériel est en général difficile sur le moment  mais ne signifie pas qu’on se sentira inconfortable indéfiniment dans notre nouvelle situation. C’est ce que je voulais dire.

Hors ligne

 

#235 10/06/2017 23h04 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   54 

mafo a écrit :

Setanta a écrit :

Non pas de fautes. J’ai bien écrit cheval. Cela correspond à la pension du bourrin de Madame et les frais annexes

Setanta,

Vous avez écrit "loisir incompréhensible", ce qui m’a beaucoup fait rire.

Mafo

Wow. Je n’avais même pas vu ! :-) Incompressible, en effet et je comprends mieux le coup du correcteur orthographique de kc44.

Quel clown mon téléphone big_smile

Setanta

Hors ligne

 

#236 10/06/2017 23h24 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   268 

kc44 a écrit :

Eh bien Stokes je vous invite sur mon île. Je vous garantis des produits frais, de grosses crevettes et des fruits variés et non traités. Le tout pour un budget qui ferait saliver un amateur de plats cuisinés de grande surface en France. Mais c’est un peu hors sujet puisqu’en Asie.
En France je sais que je tiens un budget de 200€ par personne tout en mangeant franchement correctement. Mais on cuisine et élabore tout soi-même (enfin "on"…).
Avec 100€ ça n’a plus rien à voir, là je ne vois pas comment ce serait possible en effet.

C’est gentil et je note l’invitation. Bon cela étant, je me suis rendu en Indonésie au mois de mars et mon budget repas restait calé sur 150€/semaine, mais je prenais tous mes repas au restaurant sans consommer de vin car imbuvable. Le rentier ne se nourrissant que de riz et le cuisinant à la maison pourra bien sûr tenir un budget nettement inférieur.

Le petit rentier ne souhaitant pas s’expatrier devra néanmoins être attentif au choix de sa région de résidence, la Provence me semblant ici être la région à éviter. Il est quand même extraordinaire que la cerise "de Provence" ou le melon "de Cavaillon" soient vendus plus cher en Provence que sur les marchés parisiens ! J’ai parcouru avant-hier en tous sens le marché du Lavandou, pourtant de bonne taille, sans pouvoir trouver de cerises à moins de 6€ le kg ou d’abricots à moins de 3,5€ ; les rares melons vendus à un prix raisonnable avaient la circonférence d’une boule de pétanque ! Sur les marchés du Val-de-Marne, on trouve sans trop chercher des cerises autour de 3€, voire 2,5€ et des abricots de second choix à 1,7€.

Hors ligne

 

#237 10/06/2017 23h41 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   189 

Setanta a écrit :

Non pas de fautes. J’ai bien écrit cheval. Cela correspond à la pension du bourrin de Madame et les frais annexes

Au vu des developpement plus haut c’est encore plus comique.
Merci pour ce dialogue de sourd qui m’a beaucoup fait rire

Hors ligne

 

#238 29/06/2017 14h00 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   215 

parisien a écrit :

stokes a écrit :

Franchement, je ne sais pas comment font ceux qui annoncent 100€ ou 200€/mois pour se nourrir ; pour dire les choses en toute franchise, je n’aimerais pas être invité chez eux.

+1 et tant pis si  certains vous collent ensuite l’étiquette fausse de snob ou élitiste, alors qu’on est simplement très exigeant sur la qualité de son alimentation.

Je serais bien intéressé de savoir quelques exemples de "qualité" dont vous avez parlé.

Je souris d’avance au vu de votre réponse, parce que vous avez l’air de raisonner comme la plupart de nos semblables : en données d’entrée et non en utilisation après processus de transformation. smile

Je m’explique : vous pouvez manger la meilleure nourriture du monde, mais si votre potentiel de transformation est guère élevé, c’est malheureux à dire mais une bonne partie de cette bonne nourriture (nutritionnellement parlant) vous traverse littéralement pour finir aux toilettes. Après, si vous en captez une partie, pourquoi pas, mais quel est le rendement derrière ?

4 étapes indispensables au bon fonctionnement de ce processus de transformation : digestion, assimilation, utilisation et élimination.

Edit : aucune provocation, juste une boutade sur un sujet souvent controversé selon mon point de vue. smile

Dernière modification par Zera (29/06/2017 14h04)

Hors ligne

 

#239 05/09/2017 15h39 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   30 

Bonjour à tous.
Je relance ce sujet intéressant.
Je suis dans une phase où j’aurais dans quelques mois au total 8 logements dont 7 en location.
Ceci me dégagera 500€ nets mensuels. (attention à l’effet ciseau LMNP dans quelques années, je sais…).
Il me reste encore 15 ans à travailler pour arriver aux 62 ans de la "retraite partielle". Donc encore un bon bout de temps…

Sauf que j’ai envie de VIVRE ! Et non pas de bosser… pour… Gagner de l’argent qui me permet… d’aller BOSSER… Je sens que je vieillis, à rester toujours assis au bureau mon corps s’use, et l’envie d’une vie toute différente arrive à grands pas…

Mais je sens un bon gros plan social se dessiner pour début 2018 dans la boite où je bosse. Et je me dis que partir de la boite avec plus de 170K€ + près de 3 ans (préavis non effectué, conges payés, compte epargne temps soldé, rtt soldées, etc…) de revenus ou indemnités chômages (au pire des cas, si je ne retrouve pas un petit CDD ou interim par-ci par-là…), ça me fait réfléchir…

Pourquoi ne pas vivre plus simplement ?!?! (disons qu’avec 1500€ mensuels, j’aurais la meme vie qu’actuellement… sauf que là je paye un gros loyer tous les mois & des frais de route, que je n’aurais plus si je m’installe dans ma résidence secondaire…)

Donc je commence par vendre l’un de mes logements dont la valeur a doublé en 5 ans, je solde le crédit associé, et surtout je solde le crédit de ma résidence secondaire, qui deviendrait principale du coup…

D’où ma venue sur ce topic… que faire de 170K€ dans un tel cas ?
- solder certains de mes crédits immo pour dégager du cash net mensuel? (trop facile… et fiscalement pas intéressant, j’ai eu la chance que les banques me prêtent, ne pas tout gacher d’un coup…)
- utiliser ces 170K€ pour un nouvel achat immo sans crédit?
- utiliser ces 170K€ pour les placer (PEA? Compte titres?) et faire en sorte de suivre/optimiser ces placements?
- utiliser 100K pour de l’immobilier, emprunter 70K pour compléter et en contre partie placer 70K en PEA ou compte titre?
- placer les 170K en "bon père de famille" et puiser 1000€/an pendant… 15 ans ! (puis bénéficier de 1000€ brut de retraite mensuelle pour la suite, en plus de mes crédits immo qui seront soldés d’ici là?

Bref, les options sont nombreuses, et il va me falloir dégager le plus possible pour me rapprocher de 1000€ mensuels. Quasi impossible je pense. Mais je réfléchis…

(oui je vais vite, il n’y a pas encore de plan social dans ma boite, et en plus qui dit que je serais dedans….?! Mais après plusieurs profit warning d’affilée, des manipulations pour faire que l’entité française se porte mal alors que le reste va plutot bien, et la nouvelle loi travail qui se profile, les rumeurs vont bon train…)

En 2006 j’avais déjà "joué" 10K€ en bourse. C’était cool. Le SRD, les leviers. La VAD… Je m’éclatais. Mais comme je viens de le dire, j’avais "joué"…. donc j’ai tout perdu…

Là, pas question de refaire pareil, si je m’y mets, ce sera du suivi plein temps (mais pas de day trading, trop stressant et risqué pour un débutant je pense), mais je travaillerais "POUR MOI" ! grosse nuance avec mon "travail subi" actuel. Meme si j’ai du télétravail, pas de pression, un bon salaire, mais je m’emm…bête! les journées sont longues et je ne veux plus qu’une chose: avoir du temps pour moi, travailler pour moi…

Bref, c’est le "travailler moins pour… travailler moins", mais vivre simplement, et heureux sans stress surtout!

D’où ma question ici, en rapport avec le sujet initial: avec 170K, vous feriez quoi?? La bourse me tente, histoire de diversifier un peu mes revenus futurs, mais que puis-je en attendre "raisonnablement"? (meme si j’ai ma petite idée vos avis m’intéressent)

Dernière modification par Arnaud13 (05/09/2017 15h45)

Hors ligne

 

#240 05/09/2017 15h50 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Pour moi lorsqu’on a la chance d’avoir une telle somme d’argent défiscalisée, si je ne me trompe pas dans les cas de PDV et PSE la somme récupérée n’est pas imposable sur le revenu, il vaut mieux rediriger ce montant vers des enveloppes peu fiscalisées donc je dirais ==> PEA et / ou AV surtout si vous en avez une qui a plus de 8 ans.

Garder vos crédits, pas la peine de rendre l’argent à la banque pour qu’elle le place à des taux de rémunération > au taux de crédit alors que vous pouvez le faire vous-même. De plus vous pouvez déduire les intérêts de vos revenus locatifs comme vous le savez. Vous béneficiez également des assurances associées.

Bon courage pour la suite, c’est un moment bien particulier qui s’annonce pour vous.

Hors ligne

 

#241 05/09/2017 16h23 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   63 

Bonjour,

Pour répondre à votre question sur quels revenus en attendre raisonnablement.

Premièrement : la bourse est connue pour ses hauts et ses bas (la volatilité). Les espérances de gains doivent donc être toujours envisagées dans un horizon de long-terme et dans le paradigme du système capitaliste :
- le monétaire n’est pas censé vraiment rapporter à long-terme, il correspond à l’action des banques centrales pour piloter l’économie et reste proche d’une couverture contre l’inflation
- les actifs les moins risqués rapportent peu (emprunts des grands états, emprunts de certaines grandes entreprises triple A)
- les obligations rapportent d’autant plus que le risque de faillite est grand
- les actions d’une entreprise sont censées rapporter plus que les obligations de cette même entreprise car les emprunts effectués par la société sont normalement investis dans des projets dont le rendement sera supérieur au taux d’intérêt à servir ; une entreprise emprunte pour créer de la valeur sur cet emprunt, mais elle peut aussi faire faillite

Regardez sur internet les séries de rendement long-terme par classes d’actifs. Il semble que le spread long-terme entre le monétaire et les actions soit entre 4% et 5%. Les actions sont volatiles, risquées. Les investisseurs en actions demandent un spread conséquent pour les détenir.

Les taux étant très bas, et le prix des actions déjà haut, je pense qu’on ne soit pas s’attendre à de forts rendements à court-moyen terme.

C’est d’ailleurs ce que montrent les études de Research Affiliates. 

Expected 10 years yields by asset classes

Compter donc sans certitude moins de 5% de rendement sur les actions européennes et moins de 7% pour les actions émergentes. Les actions américaines (dans leur ensemble) étant très chères.

En espérant avoir pu vous éclairer quelque peu.

Hors ligne

 

#242 05/09/2017 16h37 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   376 

Vous aurez 12/15 ans à vivre avec ce capital, ça ne me semble pas opportun de prendre des risques dessus.
Vous êtes de plus pas mal exposé à l’immobilier alors à moins de trouver une vraiment belle affaire, il n’est peut-être pas nécessaire d’augmenter votre exposition.

Pour moi la solution la plus raisonnable serait:
"- placer les 170K en "bon père de famille" et puiser 1000€/an pendant… 15 ans !"
Ou une variante du genre 20% en actions et le reste tranquille à 2%

Autre point: en fonction de votre capital restant à 62 ans, il pourrait être utile de pousser jusqu’à l’age de la retraite pleine.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#243 05/09/2017 16h42 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   261 

Pour des raisons de diversification, la bourse semble la bonne solution, comme vous avez déjà beaucoup d’immobilier.

En fonction de votre imposition, le PEA est une bonne solution, mais le CTO permet aussi plus de choix.

Pour une gestion buy&hold vous avez en gros 2 solutions à mon sens :

- investir dans des grosses caps à dividendes, jamais vendues ni arbitrées ou presque. Vous sécurisez ainsi un revenu régulier et (relativement) sûr. Le cours de bourse ne compte pas dans ce cas. Le seul souci est que les entreprises Européennes compatibles avec un PEA ne sont pas les plus généreuses en terme de dividende. Dans cette stratégie, l’important est de choisir des entreprises pérennes (eg pas EDF).

- investir en ETFs. C’est l’investissement le plus simple, et le retour sera fonction des indexes.

Quand aux retours, la bourse est très haute et ne risque pas de monter au ciel. Donc compter sur 4-5% en Européennes au plus à moyen terme, 6-7% sur les USA (mais il y a un risque de change supplémentaire) et un poil plus en émergentes avec de nouveau un risque accru.

Il est possible de faire bien mieux, vous trouverez sur ce forum des exemples à plus de 20% annuel, mais il faut investir beaucoup de temps en gestion et en analyse, ainsi que prendre des risques.

Hors ligne

 

#244 05/09/2017 16h48 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   376 

Gaspode a écrit :

- investir dans des grosses caps à dividendes, jamais vendues ni arbitrées ou presque.

Donc impossible de consommer le capital.
170K€ à grosso modo 3% net, ça fait 400/450€ par mois, il restera encore 600€ à financer

Je ne pense pas qu’on puisse espérer les rendements indiqués (4/5/6/7%) en consommant le capital.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#245 05/09/2017 17h06 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   193 

Bonjour,

Etes vous sur d’avoir 1000 euros/mois à 62 ans sans avoir travailler pendant les 15 dernières années ?
2017 + 15 = 2032 : c’est plus que suffisant pour pleins de belles réformes.

Dernière modification par Iqce (05/09/2017 18h40)

Hors ligne

 

#246 05/09/2017 17h24 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   30 

merci à tous pour vos réponses et avis.
J’ai bien fait pour une fois de "sortir un peu du forum immobilier".

Je rappelle aussi que pour le moment je ne me trouve pas dans le cas que j’étudie, que ce ne sont que des suppositions, mais que je réfléchis sérieusement. Si un PSE se présente il me faudra être très réactif et "volontaire" pour en bénéficier. On peut "aider le destin" parfois…

Je vais essayer de répondre à chacun:

JayNom a écrit :

il vaut mieux rediriger ce montant vers des enveloppes peu fiscalisées donc je dirais ==> PEA et / ou AV surtout si vous en avez une qui a plus de 8 ans.

Garder vos crédits, pas la peine de rendre l’argent à la banque pour qu’elle le place à des taux de rémunération > au taux de crédit alors que vous pouvez le faire vous-même. De plus vous pouvez déduire les intérêts de vos revenus locatifs comme vous le savez. Vous béneficiez également des assurances associées.

Avis intéressants. Je n’avais pas la vision fiscalité des indemnités. Je me renseignerais sur ce point le moment venu. Quand à l’immobilier oui, je fais du LMNP, donc je ne me priverais pas du bénéfice fiscal sur les intérets du crédit (bénéfice sans lequel d’ailleurs je n’aurais jamais investi dans l’immobilier…)

misteronline a écrit :

Pour répondre à votre question sur quels revenus en attendre raisonnablement.

Premièrement : la bourse est connue pour ses hauts et ses bas (la volatilité). Les espérances de gains doivent donc être toujours envisagées dans un horizon de long-terme et dans le paradigme du système capitaliste :
- le monétaire n’est pas censé vraiment rapporter à long-terme, il correspond à l’action des banques centrales pour piloter l’économie et reste proche d’une couverture contre l’inflation
- les actifs les moins risqués rapportent peu (emprunts des grands états, emprunts de certaines grandes entreprises triple A)
- les obligations rapportent d’autant plus que le risque de faillite est grand
- les actions d’une entreprise sont censées rapporter plus que les obligations de cette même entreprise car les emprunts effectués par la société sont normalement investis dans des projets dont le rendement sera supérieur au taux d’intérêt à servir ; une entreprise emprunte pour créer de la valeur sur cet emprunt, mais elle peut aussi faire faillite

Regardez sur internet les séries de rendement long-terme par classes d’actifs. Il semble que le spread long-terme entre le monétaire et les actions soit entre 4% et 5%. Les actions sont volatiles, risquées. Les investisseurs en actions demandent un spread conséquent pour les détenir.

Les taux étant très bas, et le prix des actions déjà haut, je pense qu’on ne soit pas s’attendre à de forts rendements à court-moyen terme.

C’est d’ailleurs ce que montrent les études de Research Affiliates. 

Expected 10 years yields by asset classes

Compter donc sans certitude moins de 5% de rendement sur les actions européennes et moins de 7% pour les actions émergentes. Les actions américaines (dans leur ensemble) étant très chères.

En espérant avoir pu vous éclairer quelque peu.

Des infos importantes pour moi, je vais me plonger dans ces lectures au plus vite!

Faith a écrit :

Vous aurez 12/15 ans à vivre avec ce capital, ça ne me semble pas opportun de prendre des risques dessus.
Vous êtes de plus pas mal exposé à l’immobilier alors à moins de trouver une vraiment belle affaire, il n’est peut-être pas nécessaire d’augmenter votre exposition.

Pour moi la solution la plus raisonnable serait:
"- placer les 170K en "bon père de famille" et puiser 1000€/an pendant… 15 ans !"
Ou une variante du genre 20% en actions et le reste tranquille à 2%

Autre point: en fonction de votre capital restant à 62 ans, il pourrait être utile de pousser jusqu’à l’age de la retraite pleine.

oui cette option est tentante ! smile
Quand à la retraite à 62 ans, en effet si je "pousse un peu" jusqu’à 67 ans je passe de 960 à 1260. Pas négligeable si le moment venu je peux tenir. Mais ça, ce ne sera que du bonus disons. Je verrais en fonction de ma santé, de mes revenus locatifs (car les crédits seront soldés d’ici là)… il y aura tant de paramètres différents dans 20 ans par rapport à ma vue actuelle que je préfère toujours imaginer "le pire des cas". Donc pour moi "le pire des cas" ce serait à 62 ans avoir mangé tout mon capital initial, toucher une petite retraite et revenus locatifs qui n’auraient pas évolué par rapport aux loyers actuels.
Dans "le meilleur des cas", les loyers auraient suivi le cours de la vie, donc seraient revalorisés pour 2032, et mes placements auraient bien évolués, et je pourrais attendre les 67 ans pour la retraite. Mais c’est loin ça…. on verra smile
(je n’imagine pas les loyers baisser significativement en 20 ans. Baisser "un peu" là pendant 2 ou 3 ans pourquoi pas, mais pas sur le long terme je n’y crois pas)

Faith a écrit :

Gaspode a écrit :

- investir dans des grosses caps à dividendes, jamais vendues ni arbitrées ou presque.

Donc impossible de consommer le capital.
170K€ à grosso modo 3% net, ça fait 400/450€ par mois, il restera encore 600€ à financer

Je ne pense pas qu’on puisse espérer les rendements indiqués (4/5/6/7%) en consommant le capital.

Gaspode, je ne pense pas que les dividentes puissent être une bonne option pour moi, mon capital de départ serait trop petit pour dégager 1000€ mensuels.

Iqce a écrit :

Etes vous sur d’avoir 1000 euros/mois à 62 ans sans avoir travailler pendant les 15 dernières années ?
2017 + 15 = 2032 : c’est plus que suffisant pour pleins de belles réformes.

Très très bon point.
Ceci ne représente que ma simulation actuelle, en prenant en compte le fait qu’à partir d’aujourd’hui je ne cotiserais plus, et l’outil web me donne ce montant. Mais en effet, rien n’est jamais acquis. C’est pour cela que je compte sur l’immobilier. Je passerais 15 ans à gérer mes biens, (avec le boulot, le stress et les mauvaises surprises qui vont avec) mais dans 15 ans ils sont à moi et m’assureront de toutes façons 2500€ de revenus mensuels (non réévalués bien sur… donc "à quelques détails près"). Donc que la retraite soit de 900 ou 1000… j’aurais déjà un bon minimum assuré j’estime.

Hors ligne

 

#247 05/09/2017 17h25 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   221 

Pour alimenter la réflexion :

En prenant une hypothèse de consommation du capital complète à la fin de la période

Scenario 1 : besoin de 1000€ complémentaires par mois sur 12 mois jusqu’à 62 ans

a) pendant 12 ans (on compte 3 ans de vie sur les indemnités)
Il faut un rendement net (d’impôts et d’inflation) de -2,88% par an sur la période pour obtenir le niveau de vie souhaité

b) pendant 15 ans
Il faut un rendement net (d’impôts et d’inflation) de 0,83% par an sur la période pour obtenir le niveau de vie souhaité

Scenario 2 : besoin de 1500€ complémentaires par mois sur 12 mois jusqu’à 62 ans

a) pendant 12 ans (on compte 3 ans de vie sur les indemnités)
Il faut un rendement net (d’impôts et d’inflation) de 1,06% par an sur la période pour obtenir le niveau de vie souhaité

b) pendant 15 ans
Il faut un rendement net (d’impôts et d’inflation) de 4,33% par an sur la période pour obtenir le niveau de vie souhaité

Les conclusions que j’en tire :
1) C’est tout à fait possible d’utiliser ces 170 K€ pour passer à un statut rentier en attendant la retraite avec un rendement net d’inflation et d’impôt de 2% par an sur 15 ans (je dirais qu’il s’agit d’un scenario raisonnable)
2) Avec 3 ans d’indemnités assurées, vous gagnez en sérénité sur l’âge de départ à la retraite
3) Avec 3 ans d’indemnités assurées, vous pouvez puisez plus que 1000€ par mois
4) Sans consommation du capital, comme évoqué par Faith, vous n’arriverez qu’à couvrir les 2/3 de vos besoins, donc soit vous repoussez votre date d’arrêt de travail, soit vous réduisez votre niveau de vie, soit vous êtes prêt à retourner travailler de temps en temps.

Dernière modification par Igorgonzola (05/09/2017 17h26)

Hors ligne

 

#248 05/09/2017 17h36 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   30 

Encore des retours très intéressants. Ce site regorge d’intervenants de qualité, au top !
Il va falloir que je me calme car j’en viens de plus en plus à souhaiter un plan…

L’option de retarder mon départ ne fait pas partie de l’équation.
L’option "réduire mon niveau de vie" n’est pas non plus une option pour moi. Dans mes calculs je vivrais bien avec 1000€/mois, mais je compte 1500, car je compte continuer à bouger un peu, faire des travaux chez moi, avoir une petite marge mensuelle, etc… faire tous mes plans avec 1000/mois ne serait pas raisonnable sur le long terme je pense. Du moins, pas prudent… (qui dis que la "nouvelle vie qui me fait rêver aujourd’hui" me plaira encore après 2 ans? :-)
Et puis… je compte bien voyager !

En gros, soit il y a un PSE dans les mois à venir, et je quitte la boite avec un gros package + chomage (période à prolonger avec une formation/CIF?) + des aides dans tous les sens (sécu, mutuelle, aide création d’entreprise, etc…), soit il n’y a pas de PSE et je continue à bosser (bonjour la motivation…. smile )

Je me vois bien placer 100K en "bon père de famille", placer 50K en "émergentes bien choisies et suivies", et 20K pour me faire plaisir "avec sécurité"

(Dans ces derniers 20K, je referais bien un truc que j’ai fais à plusieurs reprises: achat voiture collection à l’étranger ou en France, la refaire ou faire refaire quand je ne sais pas faire, en profiter un an, et revendre avec belle marge…)

Bon, dans tous les cas j’ai plein d’options en plus pour ’alimenter mon quotidien’: refaire de vieux meubles et les revendre, faire chambre d’hote dans ma maison, qui s’y prêtera très très bien, faire de l’intérim quand l’occasion se présentera… bref je ne prévois pas de rester inactif. Juste que dans mes simulations je veux prévoir "le pire des cas", c’est à dire le revenu minimum dont je pourrais disposer si ces options de "travaux choisis" ne fonctionnent pas…….. smile

Autre avantage de la bourse: mon capital serait en partie disponible rapidement.
Pour mon immobilier, c’est important d’avoir une telle marge de côté, on n’est jamais à l’abris de rien…

Dernière modification par Arnaud13 (05/09/2017 17h40)

Hors ligne

 

#249 05/09/2017 19h43 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   261 

Arnaud13 a écrit :

Faith a écrit :

Gaspode a écrit :

- investir dans des grosses caps à dividendes, jamais vendues ni arbitrées ou presque.

Donc impossible de consommer le capital.
170K€ à grosso modo 3% net, ça fait 400/450€ par mois, il restera encore 600€ à financer

Je ne pense pas qu’on puisse espérer les rendements indiqués (4/5/6/7%) en consommant le capital.

Gaspode, je ne pense pas que les dividentes puissent être une bonne option pour moi, mon capital de départ serait trop petit pour dégager 1000€ mensuels.

1000€ mensuel sur 170 K€ investi sans puiser sur le capitali, c’est du 7% net, auquel il faut rajouter 15% (bientôt 17.2%) de CSG + votre TMI en impôts, soit entre 8.5% et 12%. C’est tout à fait possible en bourse, mais il y a un risque et il faut se former et être prêt à y passer du temps.

En puisant dans le capital, avec 4% brut, 12000€ de prélèvement annuel et 15.5% de CSG, en année 15, il reste 60348€. Même en prenant l’hypothèse la plus défavorable (TMI à 41%, aucun abattement, soit un net impôts à 0.498), il reste 32480€ au bout de 15 ans.

c’est une valeur plancher, mais ne tient pas compte de l’inflation.

capital    prélèvement     dividendes    Yeld    Net Impôts
                   
1    170000    12000    5746    4 %    0,845
2    163746    12000    5535    4 %    0,845
3    157281    12000    5316    4 %    0,845
4    150597    12000    5090    4 %    0,845
5    143687    12000    4857    4 %    0,845
6    136543    12000    4615    4 %    0,845
7    129159    12000    4366    4 %    0,845
8    121524    12000    4108    4 %    0,845
9    113632    12000    3841    4 %    0,845
10  105472    12000    3565    4 %    0,845
11    97037    12000    3280    4 %    0,845
12    88317    12000    2985    4 %    0,845
13    79302    12000    2680    4 %    0,845
14    69983    12000    2365    4 %    0,845
15    60348    12000    2040    4 %    0,845

En prenant une hypothèse plus réaliste d’un rendement total de 6% (dividendes + plus values) un net impôts de 0.65 (abattement de 40% + TMI 30%), on peut en consomment tout le capital passer à un prélèvement de 16000 € annuel, ou avoir à la sortie 72000€ si on reste à 12000€.

Mais il faut faire le calcul avec 3 années sans prélèvement (chômage) :

capital    prélèvement     dividendes    Yeld    Net Impôts
                   
1    170000          0    6630    6 %    0,65
2    176630          0    6889    6 %    0,65
3    183519          0    7157    6 %    0,65
4    190676    21500    7436    6 %    0,65
5    176612    21500    6888    6 %    0,65
6    162000    21500    6318    6 %    0,65
7    146818    21500    5726    6 %    0,65
8    131044    21500    5111    6 %    0,65
9    114655    21500    4472    6 %    0,65
10    97626    21500    3807    6 %    0,65
11    79934    21500    3117    6 %    0,65
12    61551    21500    2400    6 %    0,65
13    42451    21500    1656    6 %    0,65
14    22607    21500    882    6 %    0,65
15    1989     21500    78    6 %    0,65

Là vous pouvez prélever jusqu’à 21000€ par an, ce qui est presque le double de votre objectif

Hors ligne

 

#250 05/09/2017 19h50 → Quel capital pour vivre de la bourse ?

Membre
Réputation :   30 

Merci, cela fait rêver. Mais je me méfie des chiffres comme ceci.

C’est comme dans un domaine que je connais bien: l’automobile de collection. Un pro qui a le bon réseau, trouve de belles autos pas cheres, et a le reseau pour la revendre très chere. De mon coté j’ai déjà eu de bons coups, mais en restant "amateur"… Chacun son métier. La bourse je pense que c’est pareil… il me faut donc avoir des objectifs modestes au moins les premières années.

Il m’est arrivé souvent de faire mes feuilles excel et inconsciemment d’optimiser tout dans le sens qui m’arrange. Donc sur le papier c’était top, mais dans les faits j’étais toujours loin du plan initial smile
je vais cependant prendre quelques mois pour m’informer et me former doucement à tout ceci.
Je suis convaincu depuis longtemps qu’en ayant les compétences et en y passant le temps, la bourse peut être très très intéressante. Mais j’y ai déjà perdu, donc il faudra cette fois que je trouve les bons interlocuteurs, le bon site web, et surtout que je sois 100% prêt, pour ne pas perdre mon capital. Donc il est certain que si j’y vais, la première année je ne mettrais qu’une partie de mon capital.

Attention j’ai un peu triché sur les chiffres. 170K est en prenant en compte les 2 ans d’indemnités chomage. Période pendant laquelle je compte vivre avec mon nouveau train de vie réduit, éventuellement même trouver de petits jobs ponctuels, et placer un maximum. J’ai assez cotisé pendant 25 ans sans jamais bénéficier d’aucun avantage en retour…
Au final cela ne change pas beaucoup la donne, l’exercice reste valable et très intéressant.

(quand à la TMI, je compte bien être très très bas… avec au début 500€ de benefices mensuels sur l’immobilier + revenus de la bourse… ou surtout ce que je prélèverais)

Dernière modification par Arnaud13 (05/09/2017 19h54)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech