Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Screeners actions Consultez l’analyse boursière de The Boeing sur les screeners actions de l’IH.

[+1]    #126 16/12/2019 22h21

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   127  

Surin,

sauf erreur mon MCAS est bien configuré.
vente de titres BOEING = pari sur la baisse = risque de gain + fort que le risque de perte selon mon MCAS.

Par contre le niveau de fiabilité de mon MCAS n’étant pas de 100%, je ne peux pas exclure un risque de crash.

news

- Boeing suspend la production du 737 MAX à partir de janvier en raison de la certification en 2020
- La production réduite permet de prioriser la livraison des avions stockés
- Aucune mise à pied ou congé prévu pour le moment

Au regard de l’inertie pour arrêter et redémarrer une telle chaîne de production, j’estime PEU probable que la reprise des vols commerciaux intervienne en février 2020.

D’autant que si la confiance n’est pas au rendez vous de la part des personnels naviguant et des passagers, l’autorisation de reprise des vols ne réglera pas tout.

La sanction boursière risque de ne pas être trop désagréable malgré tout.

Voilà neuf mois que le B737 MAX est cloué au sol. Et Boeing en reprend pour au moins trois mois. Selon les récentes discussions entre Dennis Muilenburg, le PDG de l’avionneur américain, et Steve Dickson, le président de la FAA, l’aviation civile américaine, l’autorisation de reprendre les vols commerciaux ne pourra pas intervenir avant février 2020. Certaines compagnies ont déjà entériné cette échéance : SouthWest, premier utilisateur de Boeing 737 MAX, ne l’a pas programmé avant le 6 mars et American Airlines a également reporté au printemps son éventuelle remise en service.

Boeing doit faire homologuer son nouveau système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans deux crashs en octobre 2018 et mars 2019 qui ont fait 346 morts. L’avionneur a prévenu d’un important retard, qui pourrait le contraindre à réduire ou interrompre la production de son moyen-courrier, qui n’avait pas cessé malgré l’interdiction de vol. Le conseil d’administration de Boeing, réuni à Chicago, doit faire part de sa décision lundi soir.

Dès l’arrêt des livraisons le 13 mars dernier à la suite de l’interdiction mondiale des vols, les cadences de production de l’usine de Renton près de Seattle ont été réduites de 52 à 42 appareils par mois, alors qu’une montée en puissance vers 57 était programmée pour 2020. Depuis la mi-mars, ce sont donc près de 400 Boeing 737 MAX non livrés qui s’entassent sur les aérodromes de l’Ouest américain. Outre ces problèmes de parkings aéroportuaires saturés, ce sont 40 milliards de dollars qui sont immobilisés. L’essentiel du prix d’un avion est en effet versé lors de la livraison. Les 389 B737 MAX, qui étaient déjà en service avant le 13 mars, sont stockés un peu partout dans le monde. Aucune compagnie française n’avait commandé cet appareil peu présent également en Europe. Outre les États-Unis et le Canada, ce sont surtout la Chine, l’Inde, l’Indonésie et le Moyen-Orient qui sont concernés.

Avions Boeing 737 MAX de Southwest sur le parking de l’aéroport de Victorville, en Californie.

© MARK RALSTON / AFP
Séisme chez les fournisseurs
L’arrêt, même temporaire, de la production est une catastrophe industrielle inédite aux impacts mondiaux. Cette solution semble préférée à une nouvelle réduction de la production. Toutefois, l’arrêt ne sera pas brutal mais progressif pour écouler une grande partie des sous-ensembles déjà réalisés. Cela affectera les lignes d’assemblages de Renton entièrement réservées aux seuls B737. Quelque 12 000 salariés travaillent dans cette usine, sans compter les nombreux sous-traitants à proximité. D’autres sites sont touchés aux États-Unis comme l’usine de Spirit AeroSystems à Whichita qui livre, entre autres, les fuselages du B737. Ceux-ci traversent la moitié des États-Unis en train du Kansas à l’État de Washington.

Les deux moteurs CFM-Leap 1B qui représentent au moins un quart de la valeur de l’avion sont coproduits exclusivement par l’américain General Electric et le français Safran Aircraft Engines. Ce dernier est en charge de la soufflante, du corps basse pression ainsi que de la tuyère d’éjection des gaz. Une ligne d’assemblage fonctionne à Melun-Villaroche, près de Paris. Si le moteur Leap du B737 MAX fait appel aux mêmes technologies que celui de l’Airbus 320neo, un report de production n’est pas possible, le diamètre des deux moteurs n’étant pas le même et les pièces donc différentes. L’impact pour Safran pourrait atteindre 800 millions d’euros en 2019.

Intégration de nacelles de moteurs LEAP d’avion moyen courrier à Colomiers. 

© Lydie LECARPENTIER/REA / REA
Des centaines de sous-traitants seraient ainsi concernés par l’arrêt de la production. Tous n’ont pas une trésorerie permettant de faire face, même si la plupart sont fournisseurs à la fois de Boeing et d’Airbus. Des défaillances d’entreprises pourraient avoir des conséquences sur l’avionneur européen dans le contexte d’une crise industrielle internationale. Le redémarrage ultérieur de la production, la synchronisation des fournisseurs, le remplacement de ceux qui ont fait faillite posent aussi de nombreuses questions.

Passagers frileux
D’autres étapes doivent être franchies avant que des passagers prennent place à bord d’un Boeing 737 MAX. Après la certification du MCAS, il faudra que les appareils garés sur les parkings et ceux en attente de livraison soient aptes au vol et les pilotes devront être formés à la nouvelle version du système anti-décrochage. Boeing souhaite une formation sur iPad ou tablette qui prend une heure pour les pilotes déjà qualifiés sur Boeing 737 NG, la génération précédente. Les experts notamment européens et canadiens préconisent une extension de la qualification acquise lors d’un entraînement sur simulateur. Or il n’y a que deux simulateurs MAX en Amérique du Nord, l’un chez Boeing à Miami et l’autre chez Air Canada. En sachant qu’on compte une quinzaine de pilotes par avion, ce sont plus de dix mille pilotes à former pour exploiter le parc existant de Boeing 737 MAX.

Reste la réaction des passagers. Selon un sondage récent de Bank of America qui a interrogé 2 135 voyageurs, 60 % d’entre eux préféreraient attendre au moins six mois avant d’embarquer à bord d’un 737 MAX, pour certain que son système de vol modifié est bien fiable. Seulement 20 % des sondés estiment que l’avion sera sans danger et accepteraient d’embarquer immédiatement dès son retour en service.

Une crise inédite
L’expérience face à une telle crise dans l’aéronautique est quasi inexistante. En 1979, après le crash d’un Douglas DC-10 à Chicago (271 morts) qui avait perdu un moteur, la FAA avait suspendu tous les appareils pendant plus d’un mois. Une décision peu pertinente, car c’est une erreur de maintenance de la compagnie qui avait causé l’accident et non un défaut de conception touchant toute la série. « Elle avait coûté 32 millions de francs à UTA », raconte Claude Bossu dans son livre consacré à la compagnie française, absorbée en 1992 par Air France. Le crash du DC-10 de Turkish Airlines en 1974 au-dessus de la forêt d’Ermenonville n’entraîna pas d’arrêt des vols, mais à terme une modification des planchers des avions gros-porteurs de l’époque, DC-10, Lockheed Tristar et Boeing 747.

Une cinquantaine de Boeing 787 Dreamliner, dont 24 exploités par les compagnies japonaises, ont été immobilisés en janvier 2013 par la FAA, un an après les premières mises en service commerciales. Ils revoleront en avril après vérifications et modifications des batteries LiCo (lithium-cobalt) qui entraient en surchauffe. Autre avion cloué au sol, cette fois à l’initiative de son constructeur Dassault, en mai 2011, le Falcon 7X présentait un défaut du système électrique du compensateur qui aurait pu provoquer un décrochage. Les 117 triréacteurs d’affaires ont repris l’air moins d’un mois plus tard après changement du composant défaillant.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par corsaire00 (17/12/2019 09h40)

Hors ligne Hors ligne

 

#127 17/12/2019 09h27

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   903  

Décidément j’ai du mal.
Alors oui j’ai compris mon erreur désolé.

corsaire00 a écrit :

vente de titres BOEING = pari sur la baisse = risque de gain + fort que le risque de perte selon mon MCAS.

Vente de (vos) titres = pas de gains pas de pertes non ? Ou est-ce que c’est une vente à découvert auquel cas gains si baisse ?

Aussi :

corsaire00 a écrit :

Au regard de l’inertie pour arrêter et redémarrer une telle chaîne de production, j’estime probable que la reprise des vols commerciaux intervienne en février 2020.

Manque-t-il le "peu" avant probable ? Pour ma part je juge très peu probable une reprise rapide des vols sachant qu’à chaque mois qui passe, le délai est rallongé d’un mois …

Hors ligne Hors ligne

 

#128 17/12/2019 09h37

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   215  

corsaire00 a écrit :

Bonsoir,

Arrêt de la production du 737 max voir certains qui évoquent un arrêt total du programme.
Sachant que cet avion représente 70% des ventes actuelles de boeing et que la société en produit 46 par mois depuis des mois et que même les parkings des employés sont utilisés pour stocker les avions j’ose à peine imaginer la tête du cours de bourse si le scénario du pire se réalise.

Plutôt que de ramasser le couteau qui tombe, je vais vendre le couteau en considérant que le risque de gain est plus important que le risque de perte vu la mauvaise humeur de Mr Marché en cas de mauvaise nouvelle.

L’arrêt du 737max coûterait environ $70-80bn:
- perte sur les exemplaires livrés
- perte sur les exemplaires produits non livrés
- carnet de commande qui disparait
- coût de lancement du nouveau programme

En fait à chaque bear market, il y a une entreprise /secteur qui déclenche la tornade.
L’aéronautique, pour toute sa croissance structurelle, pourrait être ce secteur si le 737max s’avérait être un programme mort-né.

Hors ligne Hors ligne

 

#129 17/12/2019 09h46

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   127  

Bonjour surin,

Oui je me suis positionné en VAD sur le titres.
je confirme qu’il manquait le terme peu. Si BOEING arrête la production en janvier 2020, j’ai du mal à percevoir une reprise de la production en février sachant que le coût d’une remise en route de la chaîne de production ne doit pas être neutre.

@kiwijuice: un arrêt du programme 737 MAX pourrait-il déclencher une crise systémique. J’en doute mais la secousse pourrait être sévère.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#130 23/12/2019 18h06

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   96  

Bonsoir,

Après la démission du DG de Boeing et l’échec de la mise sur orbite du dernier satellite lancé, le cours de Boeing remonte aujourd’hui.
Fragilisé par les déboires du 737 MAX, le DG de Boeing démissionne - Boursorama
La capsule Starliner de Boeing aura au moins réussi son retour sur Terre
Il semble que la bourse de NY voit les choses en rose. La démission du DG va amener un vent nouveau ?
La capsule a pu être récupéré sans dommage.

Le cours gagne en ce moment +2.7%

Les cours de sociétés US ont définitivement des comportements qui me surprendront toujours.

Bien à vous,

Nota: Pour info j’ai quelques put depuis le 17/12 comme corsaire sur ce titre sur mon compte très cours terme ^^

Dernière modification par johntur (23/12/2019 18h08)


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne Hors ligne

 

#131 23/12/2019 19h10

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   127  

Bonsoir,

Comme Mr marché a décidé de ne pas trop sanctionner BOEING pour l’arrêt de la production à partir de janvier 2020, j’ai coupé ma position très vite (de mémoire le 18/12).

Hors ligne Hors ligne

 

#132 23/12/2019 23h10

Membre
Réputation :   2  

Bonsoir,

peut être que la bourse aime à voir un patron qui connaît bien la finance ?

Patron de Blackstone private equity &, Nielsen (et avant chairman de General Electric)

CNBC a écrit :

Chairman David Calhoun will become the manufacturer’s CEO in January.

https://pbs.twimg.com/media/EMenj6gW4AYax0A?format=jpg&name=900x900


parrainage BourseDirect

Hors ligne Hors ligne

 

#133 26/12/2019 12h11

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   96  

Bonjour,

Poursuite de ce feuilleton, assez inquiétant pour Boeing.
Même si la démission du DG n’est pas forcément lié à la diffusion de documents au congrès, cela peut ne pas être exclu.
Boeing 737 MAX: le Congrès américain dit avoir reçu des documents préoccupants
Si c’était le cas. Il reste à connaitre les éléments du dossier qui ne sont pas publiques et je ne pense pas que le marché sera enchanté d’apprendre qu’il y a des éléments non connus.
United repousse l’entrée de ces 737 max à juin 2020.

Nota : Je suis resté en position vente (mais rassurez vous la ligne est petite)


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne Hors ligne

 

#134 27/12/2019 12h15

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   96  

Bonjour,

Boeing voit un important départ après le départ du DG.
Boeing 737 Max crisis adviser Michael Luttig to retire

Bien à vous


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne Hors ligne

 

#135 08/01/2020 15h52

Membre
Réputation :   54  

Warren Buffet a l’affut ? L’action me parait bien trop cher au vue des malversations en cours

Berkshire se renforce sur Boeing ?

Quand ils auront mis quelques personnes en prison et que l’action sera a 100, ca sera peut etre une option a etudier. Le statut de duopole est en effet un Moat qui assure une rente perenne quand la securite est pris au serieux.

737 Max Crisis

cdlt,

Carabistouilles

Hors ligne Hors ligne

 

#136 09/01/2020 12h05

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   215  

Pourquoi maintenant à $350 alors qu’en 2012, le 787 avait aussi des problèmes et le cours de bourse n’était que de $110?

Hors ligne Hors ligne

 

#137 09/01/2020 12h38

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   903  

De l’eau a coulé sous les ponts et on se remettait à peine de la crise de 2008, avec une défiance énorme sur le transport aérien.
Depuis la croissance a été sans discontinuer et les cours se sont envolés, Boeing résiste étrangement bien, je ne serais pas à l’aise si j’étais porteur de parts, ils se sont mis dans une situation qu’une compagnie de ce renom n’aurait jamais du vivre, les anciens doivent voir cela avec beaucoup de tristesse car les erreurs humaines de management sont multiples.
Ce qui arrive est incroyablement plus grave avec le 737 que le 787 car ce dernier n’a jamais connu de crash, Boeing n’ayant à l’époque pas attendu plusieurs accidents mortels pour réagir, ils n’ont d’ailleurs même pas réagi pour 737 MAX mais ne le font que sous la contrainte des autorités.

Hors ligne Hors ligne

 

#138 09/01/2020 12h50

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   96  

Bonjour,

Le budget militaire Américain de défense est en train d’exploser. Et il faut bien se rappeler que tous les états qui ont un budget militaire important ont une dette colossale. Le militaire est une dépense non un investissement.
Boeing indiquait dans son dernier rapport annuel des ratios de 30% de revenus dans le militaire (BCA n’est qu’une branche de Boeing)
C’est sans conteste un CA militaire à forte marge ou du moins un CA à marge sympathique et en forte croissance.
Si j’écris ces quelques mots c’est pour dire aussi que Boeing est insubmersible de ce point de vue (sachant que des insubmersibles se sont trouvés au fond de l’atlantique)
Les pertes de Boeing dans le civil restent colossales sur le 737 Max mais gageons que cela n’entame pas pour autant un optimisme sur le devenir de Boeing.
C’est sans doute là pour l’instant le point de résistance du cours aux derniers événements.

Bien à vous,

Pour rappel: Je suis toujours en position vendeur sur ce titre,

Le T4 devrait sortir le 29 Janvier 16h30 heure française pour la présentation

Dernière modification par johntur (09/01/2020 14h46)


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne Hors ligne

 

#139 09/01/2020 13h51

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Sauf erreur car je suis ça de très loin, aux cours actuels on est sur un FCF yield de 9% (en base 2021) avec des perspectives de croissance solides dans le militaire sur toute la décennie 2020. De ce point de vue là, je comprends que l’action trouve des acheteurs à $330.

Hors ligne Hors ligne

 

#140 10/01/2020 11h04

Membre
Réputation :   11  

Je suis également surpris de la résistance du cours de Boeing.

Tous les ratios de valorisation ne veulent pas dire grand chose vu les incertitudes concernant le 737 Max.

La date de certification est très incertaine et chaque révélations dans les journaux de certains commentaires de salariés de Boeing ajoutent un peu plus de mon point de vue à l’incertitude.

"Cet avion est conçu par des bouffons et supervisé par des singes…"

737 MAX : des salariés de Boeing critiquaient le régulateur américain et les « bouffons » ayant conçu l?avion

Quand on voit comment l’utilisation de chaque avion est poussé à son maximum par les compagnies, les indemnisations risquent d’être bien douloureuses pour Boeing.
Même si Boeing arrivera certainement à re-certifier cet avion un jour, il y a pour moi 2 points qu’il faut avoir à l’esprit :
- La réaction des voyageurs est bien difficile à anticiper, surtout si toutes les agences de certification ne sont pas tout à fait d’accord entre elles…
- Cet avion sera marqué à vie par cet épisode et à chaque incident (et il y en a quand même pas mal qui ne se termine pas en accident), les pilotes et voyageurs seront d’autant plus suspicieux.

De mon point de vue, il n’est pas impossible que ce programme soit arrêté de manière anticipé ce qui aurait un impact colossale pour Boeing même avec un CA et des marges intéressantes dans le militaire.

Glindy

Hors ligne Hors ligne

 

#141 10/01/2020 12h06

Membre
Réputation :   9  

J’aime beaucoup jouer les recovery de sociétés solides (VW, IBM…) qui encaissent parfois des crises au coût énorme, mais qui ont des ressources gigantesques…
J’ai beaucoup hésité sur Boeing, et je me suis abstenu.
La raison principale est qu’à mon avis, les derniers cadavres ne sont pas encore sortis du placards. Le cours, en conséquence, n’a pas suffisamment corrigé.
J’avoue également que j’ai une certaine aversion pour l’aéronautique, car sur une vision TLT, je suis sceptique sur le fait que le touriste lambda va continuer à prendre l’avion pour un petit we à quelques heures de vol. Du moins, au rythme de croissance actuel de ce genre de tourisme.
Pour le côté militaire, je suis beaucoup plus "optimiste".

Après, je ne suis pas Buffet …

Dernière modification par ThomasAurlant (10/01/2020 12h07)

Hors ligne Hors ligne

 

#142 10/01/2020 16h22

Membre
Réputation :   0  

Je suis d’accord avec vous Thomas, et il y a une tendance de fond qui s’installe dans les pays Nordiques. Les gens ont de plus en plus honte de prendre l’avion pour quelques heures. Je vous invite à lire cet article :

?Honte de prendre l’avion? : comment le ?flygskam? est en train de changer nos habitudes

Personnellement, je commence à changer mes habitudes également et à préférer les destinations accessibles en train.

Hors ligne Hors ligne

 

#143 10/01/2020 17h04

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   143  

D’un autre coté, la croissance en nombre de passagers est attendue à 4% en 2020 après +4,2% en 2019.
Source IATA, graphique Air&Cosmos.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/6720_sans_titre.jpg

Hors ligne Hors ligne

 

#144 10/01/2020 22h35

Banni
Réputation :   1  

Le premier crash de 2020 porte encore sur un Boeing 737….

Les iraniens évoquent un problème technique de l’appareil ; les canadiens évoquent un tir de missile iranien…..On ne saura sans doute jamais la vérité, mais il serait préférable pour le titre que la thèse du missile finisse par être crue de l’opinion et surtout des usagers du transport aérien.

Hors ligne Hors ligne

 

#145 11/01/2020 06h29

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   903  

La vérité sera établie, si ce n’est déjà le cas, c’est bien un tir de missile :
Iran. L?avion d?Ukraine Airlines abattu à cause d?une erreur humaine
Rien à voir donc avec Boeing ou le 737.

Hors ligne Hors ligne

 

#146 20/01/2020 20h06

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   563  

Un article du Monde Crise du 737 MAX : le spectaculaire décrochage de Boeing face à Airbus sur les conséquences de la crise du 737 Max et offre du recul sur les énormes conséquences sur la société Boeing. Le cours du constructeur finira bien par suivre…


Ceux qui dansent sont pris pour des fous par ceux qui n'entendent pas la musique (Nietzsche)

Hors ligne Hors ligne

 

#147 30/01/2020 12h05

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   96  

Bonjour,

Le T4 de boeing est sorti hier.
Le montant des pertes est comme prévu très important.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/10751_boeing_2019.jpg

Est ce que toutes les charges sont prises en compte sachant que le retour du max est prévu au plus tôt dans la seconde partie de 2020 ?
Le marché semble le croire et achète comme toujours la publication anticipée.
Le cours finit hier soir en hausse à +1.72% à 322$.
Mais la courbe du cours hier montre quand même une certaine fébrilité avec la chute du cours en fin de bourse.

Bien à vous,

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #148 18/03/2020 16h58

Membre
Réputation :   39  

Après avoir dépensé des milliards en rachats d’actions, l’industrie demande des milliards au gouvernement.

Coronavirus : Boeing demande des milliards d’aide
Boeing a appelé hier le gouvernement américain à fournir une aide de 60 milliards de dollars à l’industrie aéronautique, alors que la pandémie de Covid-19 fait des ravages dans le secteur et pourrait précipiter la faillite de plusieurs compagnies aériennes.

Coronavirus : Boeing demande des milliards d?aide | Air Journal

Les économistes William Lazonick et Mustafa Erdem Sakinç ont calculé qu’entre le 1er trimestre 2013 et le 1er trimestre 2019, Boeing a versé 17,4 Mds$ de dividendes (42% des bénéfices de la période) et procédé à 43,1 Mds$ de rachats d’actions, soit 104% des bénéfices de la période. Les rachats ont culminé à 9,2 Mds$ en 2017, mais ont encore représenté 9 Mds$ en 2018.

Chez Boeing, les rachats d’actions qui cachent le malaise | Zone bourse

Hors ligne Hors ligne

 

#149 19/03/2020 04h11

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   95  

Boeing n’a pas, comme Airbus, un long carnet de commande qui garanti des revenus pour des années ? Même en comptant des annulations avec la crise je n’imagine pas qu’ils soient déjà au bord du gouffre.

Hors ligne Hors ligne

 

#150 19/03/2020 06h25

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   903  

J’espère de tout cœur que le Coronavirus servira d’étincelle à une prise de conscience aux civilisations sur la responsabilité de l’ensemble de ce secteur en terme de santé publique et d’écologie.

Les avions polluent, déplacent des foules à travers le monde pour un oui ou pour un non, c’est un formidable progrès mais qui se permet de maintenir des prix ridiculement bas grâce notamment à des subventions à tous les étages.
Les compagnies aérienne bénéficient de subventions pour des lignes non rentables, au titre de je ne sais quelle "attractivité des territoires" ou "obligations de service public".
Les fabricant d’avions se font aussi concurrence en étant sous perfusion de leur état de tutelle.

Je donne un avis personnel et pourtant utilise plus que la moyenne le transport aérien, simplement je trouve que l’on marche sur la tête en donnant autant d’argent à un secteur qui devrait s’auto-financer.

Le message de Piksou était très subtil, relisez-le et n’hésitez pas à utiliser le système de réputation, il expose que Boeing (et tout le secteur, voir lien ci-dessous) réclame maintenant des milliards d’euros (alors qu’il aura largement contribué à propager le virus) tout en ayant dilapidé tous les bénéfices passés au … bénéfice des actionnaires toujours plus avides et cupides.
Actualité | Air Journal
Un jour il va falloir payer la facture.

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Screeners actions Consultez l’analyse boursière de The Boeing sur les screeners actions de l’IH.

Discussions similaires à "boeing : co-leader mondial de la construction aéronautique et aérospatiale avec airbus"

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur