Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#326 15/02/2017 20h15 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Inventiva Biotech : introduction en bourse

J’avais présenté cette valeur ici :
Inventiva Biotech : introduction en bourse pour lutter contre les fibroses…
et dans la suite de la discussion la démarche par rapport aux biotech.

En résumé, un gros risque de tout perdre, mais une petite chance de beaucoup gagner.
Donc un investissement très risqué, à limiter à une toute petite partie du capital.
Si possible diversifier sur plusieurs petites lignes.

Dans mon cas, un premier essai avec ASIT Biotech toujours en attente du résultat mais gagnant (cours 7.497 € vs 7,00 d’introduction).
Je continue avec Inventiva qui semble prometteuse.
OK, c’est un peu la méthode Shadok : si ça a une chance sur 100 de marcher, dépêchons-nous de rater les 99 premiers essais.

J’avais demandé 250 actions (max de la tranche 1) dans une fourchette de 8,50 - 9,75 €.
J’ai eu 250 actions à 8,50 € (2 125 €) : l’introduction est un succès mais sans enthousiasme.

CercleFinance.com a écrit :

Inventiva a annoncé hier après séance le succès de son introduction en bourse sur le Compartiment C du marché réglementé d’Euronext à Paris.

Le groupe biopharmaceutique spécialisé dans le développement de traitements innovants, notamment contre la fibrose, a enregistré une demande globale de 53,1 millions d’euros, dont 49,2 millions pour le Placement Global et 3,9 millions pour l’Offre à Prix Ouvert (OPO).

Il est parvenu à lever un total de 48 millions d’euros, après exercice partiel de la clause d’extension à hauteur de 6,7%, et l’augmentation de capital pourra être portée à environ 50,4 millions d’euros en cas d’exercice intégral de l’option de surallocation.

Le prix de l’offre a été fixé à 8,5 euros par action, soit dans le bas de la fourchette de 8,5 à 9,75 euros.

Inventiva, qui affiche une capitalisation boursière de l’ordre de 133,3 millions d’euros, a par ailleurs fait savoir que les négociations des actions commenceront demain sous forme de promesses d’actions sur une ligne de cotation intitulée ’Inventiva - Promesses’ jusqu’à la date de règlement-livraison incluse, prévue le 16 février, et seront soumises à la condition de délivrance du certificat de dépositaire relatif à l’émission des actions nouvelles.

Les actions seront ensuite négociées sur le Compartiment C du marché réglementé Euronext Paris.

L’action termine sa 1ère journée de cotation à 8.58 €.
Formidable ! Je gagne virtuellement 20 €.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#327 17/02/2017 22h16 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

SCPI CORUM CONVICTIONS : ACOMPTE MENSUEL

Pour 32 parts, j’ai eu 144,59 € net.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#328 23/02/2017 11h27 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Résultats 2016

Les résultats 2016 tombent pour les valeurs en portefeuille.
Un bon et 2 très mauvais si on regarde les réactions du marché.
L’ensemble est médiocre, pas catastrophique.

Pour Orange, c’est tout bon : résultats et dividende.
Pour VEOLIA ENVIRONNEMENT, la hausse du dividende permet d’être patient.
Pour VALLOUREC, qui est largement couvert, on espère un rebond de son activité liée au pétrole et au gaz grâce aux Etats-Unis.

Orange renoue avec la hausse des ventes, relève le dividende

Reuters a écrit :

(Reuters) Orange a annoncé jeudi le relèvement de son dividende au titre de l’exercice en cours après un exercice 2016 marqué par un retour à la croissance de son chiffre d’affaires et une nouvelle amélioration de son résultat d’exploitation, porté par ses investissements dans le très haut débit.

Le premier opérateur télécoms en France n’avait plus affiché de croissance de ses ventes depuis 2008. Il continue cependant de voir ses ventes reculer dans l’Hexagone (-0,9%), son marché historique, sur fond de bataille de promotions dans un marché figé à quatre acteurs après l’échec de plusieurs tentatives de consolidation.

Dopées par un bond de 6,0% de son activité en Espagne, les ventes mondiales de l’ancien monopole ont progressé de 0,6% l’an dernier à données comparables pour atteindre 40,92 milliards d’euros, contribuant à la progression de 1,3% de l’Ebitda ajusté à 12,68 milliards.

Le marché tablait en moyenne sur un chiffre d’affaires de 40,93 milliards d’euros et un Ebitda retraité de 12,64 milliards, selon un consensus compilé par Inquiry Financial pour Thomson Reuters.

Orange, qui table sur une nouvelle amélioration de son Ebitda ajusté en 2017, prévoit de relever son dividende après trois années de stabilité. Le groupe proposera le versement d’un dividende de 65 centimes d’euros au titre de l’exercice en cours, contre 60 centimes pour 2016.

Le titre a ouvert en hausse de 1,17% à 14,71 euros, donnant une capitalisation boursière de 39,1 milliards d’euros.

En dépit du redressement de ses performances commerciales, l’action d’Orange a reculé de 6,78% l’an dernier face aux espoirs déçus d’une réduction du nombre d’opérateurs télécoms en France.

"Il n’y a pas de discussions ouvertes aujourd’hui sur cette consolidation mais je suppose qu’elle est dans l’esprit de tout le monde", a déclaré le directeur financier d’Orange Ramon Fernandez à des journalistes.

Dans son plan stratégique pour 2020, Orange visait pour cette année une stabilisation de son chiffre d’affaires en France.

Prié de dire s’il confirmait cet objectif, Ramon Fernandez a répondu : "La trajectoire est à l’amélioration. On verra exactement ce qu’il en est à la fin de l’année".

VEOLIA ENVIRONNEMENT plus forte baisse du CAC 40 après ses résultats 2016

AOF a écrit :

(AOF) - Veolia chute de 4,64% à 15,415 euros alors que le groupe a retardé d’un an son objectif d’Ebitda qu’il s’était fixé pour 2018. Le groupe a dévoilé un résultat net part du groupe de 382 millions d’euros en 2016 contre 450 millions d’euros en 2015. Il inclut des charges de restructuration pour 163 millions, des provisions et dépréciations d’actifs non courants, ainsi que la contribution de Transdev, en hausse, en lien avec la cession de 20% de la participation du groupe.

L’Ebitda du numéro un mondial du traitement de l’eau et des déchets a progressé de 2% à 3,056 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires a reculé de 2,3% à 24,390 milliards d’euros. Il recule de 0,4% et progresse de 2.0% hors variation du prix des énergies (-128 millions) et hors effet de la réduction des activités travaux (-484 millions).

2017 est qualifié d’année de transition par Veolia, avec un redémarrage de la croissance du chiffre d’affaires, une stabilité ou une croissance modérée de l’Ebitda et un effort accru de réductions de coûts, portées à plus de 250 millions d’euros.

En 2018, il anticipe la poursuite de la croissance du chiffre d’affaires et reprise d’une croissance plus soutenue de l’Ebitda, avec un objectif de réduction de coûts supérieure à 300 millions d’euros.

En 2019, la société prévoit la poursuite de la croissance du chiffre d’affaires et le plein effet des économies. L’Ebita devait être compris entre 3,3 et 3,5 milliards d’euros.

VEOLIA : hausse du dividende à 0,80 euro par action au titre de l’exercice 2016

AOF a écrit :

(AOF) - Le Conseil d’administration de Veolia proposera à l’Assemblée générale du 20 avril 2017 le versement d’un dividende de 0,80 euro par action au titre de l’exercice 2016, payable en numéraire contre 0,73 euro en 2015. La date de négociation ex-dividende est fixée au 24 avril 2017. Les dividendes 2016 seront versés à partir du 26 avril 2017.

VALLOUREC en repli après ses résultats

AOF a écrit :

(AOF) - Vallourec (-4,62% à 6,087 euros) ferme la marche du SBF 120 après ses résultats trimestriels. Au quatrième trimestre, le groupe a réduit sa perte nette part du groupe, à -183 millions contre -426 millions un an plus tôt. Sa perte brute d’exploitation est passée de son côté de -77 à -63 millions d’euros pour un chiffre d’affaires en baisse de 2,7% à 838 millions. Sur l’ensemble de 2016, le fabricant de tubes en acier sans soudure a également enregistré une légère amélioration de ses comptes : sa perte nette part du groupe est passée de -865 à -758 millions d’euros.

Toutefois, sa perte brute d’exploitation s’est creusée, passant de -77 à -219 millions d’euros.

Le chiffre d’affaires 2016 de Vallourec s’est élevé de son côté à 2,96 milliards d’euros, en repli de 22%, en raison d’une baisse des volumes et d’un effet prix/mix négatif.

Par ailleurs, Vallourec a fait état d’un flux de trésorerie disponible de -395 millions d’euros en 2016 ou -574 millions d’euros à besoin en fonds de roulement constant (contre un objectif d’environ -600 millions d’euros) et d’une dette nette de 1,3 milliard d’euros (contre un objectif de dette nette n’excédant pas 1,5 milliard d’euros).

En termes de perspectives, sur la base des conditions de marché et de taux de change actuelles, Vallourec vise un résultat brut d’exploitation 2017 en amélioration de 50 millions à 100 millions d’euros comparé à celui de 2016

Vallourec - Net rebond en vue aux Etats-Unis, pas encore ailleurs

Reuters a écrit :

* Vallourec a réduit ses pertes en 2016
* Croissance du CA en vue
* L’Ebitda devrait rester négatif en 2017
* Le cash-flow disponible aussi

Vallourec  VLLP.PA  a réduit ses pertes en 2016 et se prépare à un rebond de son activité liée au pétrole et au gaz grâce aux Etats-Unis, bien que ses autres marchés s’annoncent nettement moins dynamiques.

    Pénalisé depuis deux ans par la chute des investissements des compagnies pétrolières, le producteur de tubes sans soudure en acier estime en outre que son résultat brut d’exploitation
(Ebitda) restera négatif en 2017, même s’il devrait s’améliorer de 50 à 100 millions d’euros par rapport à 2016.

    Vallourec, dont les produits sont utilisés dans les opérations de forage et dans l’équipement des puits, table sur une croissance de son chiffre d’affaires cette année grâce à une augmentation significative de volumes aux Etats-Unis, tirée par les forages liées au gaz et au pétrole de schiste sur fond de remontée du prix du baril.

    "Aujourd’hui, le marché dont la dynamique est à la fois très lancée et (…) soutenable, c’est l’Amérique du Nord", a souligné le président du directoire, Philippe Crouzet, lors d’une conférence de presse.

    "Notre usine américaine qui travaillait à 20% de sa capacité en septembre tourne maintenant à pleine capacité (…), c’est un changement complet d’environnement", a-t-il ajouté, estimant que
la politique de Donald Trump, favorable aux hydrocarbures, devrait soutenir cette reprise.     

    Toujours au sujet des Etats-Unis, Philippe Crouzet a toutefois précisé que l’effet volume positif attendu au premier semestre serait effacé par un effet négatif lié au renchérissement des matières premières, et qu’il faudrait attendre le second semestre pour que Vallourec profite des hausses de prix qu’il a commencé à mettre en oeuvre.

    Le groupe souligne en outre que, dans le reste du monde, les compagnies pétrolières internationales n’ont pas encore lancé de nouveaux grands projets et que, au Brésil, l’activité de forage devrait rester relativement stable en 2017.

    Vallourec a enregistré au titre de 2016 une perte nette de 758 millions d’euros (contre -865 millions en 2015), un Ebitda de -219 millions (contre -77 millions) et un chiffre d’affaires de 2.965 millions (-22,0%).

    Son flux de trésorerie disponible s’est en outre détérioré, à -395 millions d’euros (contre +135 millions) et restera lui aussi négatif en 2017.

    Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne une perte nette de 684 millions d’euros, un Ebitda de -235 millions et un chiffre d’affaires de 2.845 millions.
    Les effectifs de Vallourec à fin 2016 sont en baisse de 24% par rapport à fin 2014 (hors acquisition de Tianda Oil Pipe).

    Le groupe, qui a réalisé une augmentation de capital de 951 millions d’euros au premier semestre 2016, a également confirmé mercredi que sa restructuration devrait lui permettre de dégager environ 750 millions d’Ebitda additionnel en 2020 par rapport à 2015.

    L’action Vallourec est stable depuis le début de l’année après une hausse d’environ 27% en 2016.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#329 24/02/2017 13h50 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Pas à l’aise avec la stratégie BONUS CAPPÉ + TURBO ILLIMITÉS sur VALLOUREC :
le sous-jacent se rapproche dangereusement de la borne basse (plus bas 5,195 €).
En effet je ne suis pas devant mon écran en permanence,
et il vaut mieux vendre avec de toucher, voir par exemple ce matin RM57B :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_dr_0224.jpg
Mais comme il y a toute une gamme de bonus cappés sur ce sous-jacent,
et que j’ai déjà une couverture,
je roule la position.

BONUS CAPPÉ VALLOUREC 5,00-8,00 € 15/12/2017 (RM58B) : Vente

BORNE BASSE    5,00
NIVEAU BONUS    8,00
ÉCHÉANCE    15/12/2017

Sur CTO, j’ai fait :
vente de 600 BONUS CAPPÉ  VALLOUREC 5,00-8,00 € 15/12/2017 à 5,03 € ; 3 010,00 € avec les frais.
La moins-value correspondante est de 448,00 €.

BONUS CAPPÉ VALLOUREC 4,00-6,50 € 15/12/2017 (PM17B) : Achat

BORNE BASSE    4,00
DISTANCE À LA BORNE BASSE (%)    23,45%
NIVEAU BONUS    6,50
PERF. LIÉE AU BONUS (%)    29,74%
RENDEMENT ANNUALISÉ (%)    38,19%
ÉCHÉANCE    15/12/2017

Sur CTO, j’ai fait :
achat de 550 BONUS CAPPÉ  VALLOUREC 4,00-6,50 € 15/12/2017 à 5,01 € ; 2 761,50 € avec les frais.

Bilan à ce jour

2 bonus cappés en moins value : 575 + 448 = 1 023 €.
Mais le turbo put est en plus-value potentielle de 900 €. Il a donc bien joué son rôle de couverture.
Vallourec, je l’aurai un jour …

Dernière modification par ArnvaldIngofson (24/02/2017 18h09)


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#330 27/02/2017 12h08 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Nouveau compte titres ordinaire : EasyBourse

Client depuis fort longtemps de La Banque Postale (anciennement Services Financiers de La Poste), j’en suis satisfait.
L’avantage de La Banque Postale c’est sa solidité : la garantie de l’état, puisqu’elle est possédée par l’état.
Elle est réputée pour être une banque pas chère au quotidien.
Elle a une mission sociale, quoique l’augmentation des tarifs et la fermeture de bureaux en zone rurale ne vont pas dans ce sens.
Elle a aussi une offre patrimoniale complète et une bonne gamme d’OPCVM classiques.
Par contre, comme toute banque traditionnelle, ses tarifs bourse ne sont pas compétitifs.

J’ai déjà un compte titres ordinaire à La Banque Postale, mais il se limite à des OPCVM et à la marge des FCPI.
Actuellement, ayant vendu toutes les OPCVM obligataires et actions USA, il reste essentiellement un OPCVM actions émergentes, et surtout beaucoup de liquidités.
A la recherche de tarifs bourse compétitifs, tout en restant dans le giron de La Banque Postale, mon conseiller m’a recommandé EasyBourse.

Après étude j’y ai ouvert un compte titres ordinaire.
Les tarifs pour la formule choisie sont :
.  9€ par ordre jusqu’à 5 000€
. 12€ entre 5 000€ et 10 000€ puis 0,20% au-delà.
Pour optimiser, je pense faire des ordres d’achat d’environ 9 000 €, avec l’objectif optimiste de vendre à 9 999 € (plus-value 11,1 %), soit des frais de 0,13 % et 0,12 %.
Je sais qu’on peut faire mieux (Binck ou autres).
Mais l’optimisation de la 2ème décimale n’apporte pas grand chose. Ce qui compte ce sont les cours, et la TTF (0,30 %).

Objectif foncières

Dans un premier temps, je vais mettre dans ce CTO des foncières européennes.

Après une passe sur les résultats publiés :
SIIC : quelles sont les meilleures foncières françaises ?
(message #281)
j’ai pour objectifs d’acheter :
Foncière des Régions, si possible sous 77 €
Icade, si possible sous 67 €
Klépierre, sous 36 €
Unibail-Rodamco, via des bonus cappés pour augmenter le rendement.

J’ai également repéré Altarea :
Altarea : acteur français diversifié de l’immobilier

Altarea : achat

Elle me semble actuellement à un cours d’achat dans une bonne tendance après ses résultats et une baisse liée à la sortie d’un gros actionnaire minoritaire.

Je fais donc un :
achat de 51 actions Altarea à 176,33 € (cours moyen) ; 9 005 € avec les frais.

Avec un dividende de 11,50 €, pour un PRU de 176,57 €, le rendement est de 6,52 %.

Après ce 1er achat, le CTO ressemble à ça :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_dr_0227.jpg


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#331 27/02/2017 23h36 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Nouvelle présentation du rapport mensuel

Pour le prochain rapport mensuel, je vais modifier la présentation.

Constat

D’un coté, je présente 4 portefeuilles ou classes d’actifs :
. certificats,
. actions,
. foncières,
. SCPI.
De l’autre, je fais des copies d’écran de différents comptes.
Or la relation entre classes d’actifs et comptes n’est pas évidente.
Si certains comptes sont plus ou moins spécialisés
(le PEA est supposé contenir des actions par exemple) :
. une classe d’actif peut être sur différents comptes : les actions sont sur des contrats AV, le PEA, des CTO ;
. un compte peut contenir différentes classes d’actif : un CTO peut avoir des actions, des foncières, des certificats.

1er point négatif : la présentation n’est pas homogène.
Chaque établisement financier a sa présentation, même si on retrouve toujours les mêmes informations.

2ème point négatif : ça me demande du temps.
Pour ventiler certains comptes en classes d’actif, je dois faire un export sous Excel puis reprendre la feuille de calcul.

3ème point négatif (conséquence du 2ème) : ce n’est pas complet.
Par exemple il manque les copies d’écran des 2 contrats d’AV.

Améliorations

Pour résoudre ces points négatifs, il me semble que je devrais faire comme beaucoup ici
(notamment les utilisateurs de xlsPortfolio) : présenter à partir d’une feuille de calcul.
On aura alors :
. une présentation homogène
. qui me demandera moins de temps (une fois la feuille de calcul définie)
. qui sera complète.

Cette feuille de calcul sera divisée par portefeuilles ou classes d’actifs.

Cette feuille de calcul présentera pour chaque placement les colonnes suivantes :
Code : code ISIN, pour les certificats mnémonique (plus facile à se rappeler 5 caractères que 12)

Nom : nom, préfixé par son type (bonus cappé, action, ETF, FCP, SCPI, etc.)

Quantité : la quantité en portefeuille à la fin du mois

Cours : le dernier cours connu à la fin du mois (mise à jour manuelle)

Valorisation : la valorisation
Valorisation = Quantité * Cours

Devise : toujours €

Date : la date du dernier cours

PRU : le Prix de Revient Unitaire ;
intègre tous les frais (courtage, etc.) et taxes (TVA, TTF) ;
si plusieurs achats, calculé selon la règle fiscale (moyenne pondérée par les quantités) ;
affiché avec 2 décimales mais en a plus pour la précision des calculs

+/- value latente : plus ou moins value latente
+/- value latente = Valorisation - Quantité * PRU
ou :
+/- value latente = Quantité * (Cours - PRU)

Perf. M    : performance du mois
Voir ci-dessous détail du calcul

+/- value réalisée M : plus ou moins value réalisée dans le mois s’il y a eu vente

Revenus M : revenus encaissés dans le mois le cas échéant

Calcul de la performance du mois

Dans le cas le plus simple où il n’y a aucune opération dans le mois
(ni achat ni vente ni revenu)
la performance dépend uniquement de la variation du cours, la quantité restant la même.
On peut alors calculer la performance du mois par différence des valorisations (du mois et du mois précédent),
ou par diférence des +/- values latentes (du mois et du mois précédent).

Dans le cas où il y a un achat :
. la quantité est mise à jour (elle augmente, initialement considérée 0 si premier achat)
. le PRU est calculé :
PRU = (quantité avant * PRU avant + montant achat) / (quantité avant + quantité achetée)
. la +/- value latente est modifiée, compte tenu de la modification de la quantité et du PRU
En conséquence, on peut alors calculer la performance du mois par diférence des +/- values latentes (du mois et du mois précédent).

Dans le cas où il y a une vente :
. la quantité est mise à jour (elle diminue, 0 si vente totale)
. la +/- value réalisée M est calculée :
+/- value réalisée M = Montant vente - Quantité vendue * PRU
. la +/- value latente est modifiée, compte tenu de la modification de la quantité (0 si vente totale)
En conséquence, on peut alors calculer la performance du mois comme la somme de :
. la diférence des +/- values latentes (du mois et du mois précédent)
. la +/- value réalisée dans le mois

Dans le cas où il y a un revenu, il contribue à la performance du mois.

Finalement, la formule applicable dans tous les cas est :
performance du mois =   plus ou moins value latente du mois
                                      - plus ou moins value latente du mois précédent
                                     + plus ou moins value réalisée dans le mois
                                     + revenus encaissés dans le mois


Exemple

Par exemple, vendredi dernier ça donne ceci pour les certificats :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_dr_0226.jpg

Patience …

Le mois n’est pas fini. Il reste 1 jour de bourse, qui pourrait être chaud.
On attendra donc mardi soir au plus tôt …

Dernière modification par ArnvaldIngofson (27/02/2017 23h41)


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#332 28/02/2017 23h43 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

RAPPORT DU MOIS DE FÉVRIER

C’est le 12ème rapport du portefeuille présenté ici,
le précédent rapport (janvier) est le message #304.

J’ai distingué 4 portefeuilles ou classes d’actifs :
. certificats, essentiellement de type bonus cappés,
. actions, essentiellement européennes, de préférence en assurance-vie ou PEA,
. foncières européennes, nécessairement sur CTO, sauf ETF éligible PEA.
. SCPI.
On peut considérer que cette liste est classée par durée de détention des titres,
Du court terme pour les certificats « buy and sell » en quelques semaines
Au très long terme pour les SCPI « buy and hold » 10 ans ou plus.

Je distingue également :
. ce qui est acquis : plus-values réalisées, revenus (coupons, dividendes)
. ce qui est virtuel : plus-values latentes.
Ce qui est acquis est évidemment plus important que ce qui est virtuel et pourrait disparaître selon l’état du marché.

Certificats (Bonus cappés, etc.)

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_dr_0228e.jpg
Plusieurs raisons à cette mauvaise performance :
. baisse de Natixis (-7%)
. baisse de Société Générale (-10 %)
. énorme baisse de Vallourec (-26 %) mais largement couverte
. l’indice VIX est resté très bas.

Actions

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_dr_0228b.jpg
Bonne performance générale (Europe, émergents, technologie US) et en particulier de SANOFI (allègement).

Foncières

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_dr_0228c.jpg
Les foncières progressent en général.
sauf Mercialys après une annonce de résultats et de perspectives très décevante.

SCPI

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_dr_0228d.jpg
CORUM a distribué son acompte mensuel.

Totaux

La performance mensuelle globale est de 5 683 €, se décomposant en :
-771 € : certificats
6 153 € : actions
156 € : foncières
145 € : SCPI

La plus-value latente globale est de 13 753 €, se décomposant en :
-563 € : certificats
14 533 € : actions
-216 € : foncières

A rapprocher des capitaux engagés :
74 000 € pour les certificats (y compris liquidités sur CTO)
226 000 € pour les actions : 146 000 € sur AV, 70 000 € sur PEA et 10 000 € sur CTO
94 000 € pour les foncières
161 000 € pour les SCPI
Total : 555 000 €
Performance mensuelle : 1,0 %
Plus-values latentes : 2,5 %


Conclusion

Des marchés actions européens en petite hausse (CAC40 et EuroStoxx50 environ +1,6 %).
Le portefeuille actions surperforme, contrairement aux certificats et aux foncières.

Perspectives

Les mois prochains seront influencés d’une part par les évolutions plutôt positives des économies,
d’autre part par les incertitudes liées à Trump.
La part de liquidités sera ajustée en fonction des évolutions du marché.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#333 01/03/2017 08h15 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   77 

Bonjour,

Je trouve votre présentation au top (j’admire votre motivation d’ailleurs) !
Pour être critique constructif (?) ne pourrait il pas y avoir en prime un aperçu de la performance des portefeuille dans le temps ?

Hors ligne

 

#334 01/03/2017 09h14 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Je fais aussi des cumuls trimestriels
(périodicité des revenus des SCPI ; le dernier est le message #276),
qui me permettront de faire un cumul annuel à la fin de l’année.

Par contre je ne fais pas de courbe du type "Evolution du portefeuille (vert) vs indice (rouge)" :
. pas de calcul d’une valeur de part
. pas de comparaison avec un indice de référence.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#335 01/03/2017 12h55 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

La réaction des marchés au discours de Trump devant le Congrès semble être : "No news is good news".
Il a bien parlé (mieux que sur Twitter) mais n’a rien annoncé de précis : il n’a pas fourni de détails sur les baisses d’impôts ni sur ses autres promesses. Mais il a su se montrer rassembleur.

Les marchés actions sont donc au plus haut.
Ca ne me donne pas envie d’acheter des actions européennes ou américaines, le portefeuille en a assez pour profiter d’une hausse et je garde des liquidités pour une baisse qui finira bien par arriver.

Les foncières par contre évoluent de façon assez indépendante.
Dans mes objectifs (voir plus haut), je note que Unibail et Klépierre sont à des cours d’achat.
Je peux donc faire un achat.

BONUS CAPPÉ Unibail-Rodamco 160,00-230,00 € 13/12/2017 (1N52Z) : Achat

BORNE BASSE    160,00
DISTANCE À LA BORNE BASSE (%)    26,3%
NIVEAU BONUS    230,00
PERF. LIÉE AU BONUS (%)    6,4%
ÉCHÉANCE    13/12/2017
VENTE   216,09
COURS SOUS-JACENT    217,23

Par rapport au sous-jacent, le bonus cappé a des avantages :
. rendement supérieur (vs 4,7 %)
. un peu moins cher (0,5 %)
. non soumis à la TTF (0,3 %)
. protection contre une baisse jusqu’à un niveau très improbable.
Le bonus cappé plafonne la hausse, mais on ne s’attend pas à ce qu’une foncière monte beaucoup.

Je trouve aussi que ce bonus cappé est complémentaire de celui déjà acquis,
avec une borne plus haute et une échéance plus courte
(9L61Z : BORNE BASSE 180,00 ; ÉCHÉANCE 13/09/2017).

Achat de 41 BONUS CAPPÉ Unibail-Rodamco 160,00-230,00 € 13/12/2017 (1N52Z) à 216,09 € ; 8 871,69 € avec les frais.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#336 02/03/2017 16h03 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Objectif foncières

J’avais fixé pour objectifs (message #330) d’acheter :
1 Foncière des Régions, si possible sous 77 €
2 Icade, si possible sous 67 €
3 Klépierre, sous 36 €
4 Unibail-Rodamco, via des bonus cappés pour augmenter le rendement
5 Altarea.

5 Altarea : fait le 27 février.
4 Unibail-Rodamco, via des bonus cappés : fait hier.

Aujourd’hui je vois que :
2 Icade, si possible sous 67 €
est possible, donc j’y vais.

J’aime cette façon de se fixer des objectifs, ambitieux mais réalistes.
Ca permet de réfléchir avant, sans stress.

Reste-à-faire :
1 Foncière des Régions, si possible sous 77 €
3 Klépierre, sous 36 €

1 s’approche de la limite
3 possible, mais je n’ai pas pour contrainte de tout faire en 3 jours. Parfois on peut faire mieux avec un peu de patience.

ICADE : achat

Achat de 134 actions ICADE à 66,896 € (cours moyen) ; 8 976,06 € avec les frais.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (02/03/2017 16h43)


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#337 06/03/2017 12h26 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Objectif foncières

J’avais fixé pour objectifs (message #330) d’acheter :
1 Foncière des Régions, si possible sous 77 €
2 Icade, si possible sous 67 €
3 Klépierre, sous 36 €
4 Unibail-Rodamco, via des bonus cappés pour augmenter le rendement
5 Altarea.

Objectif 1 atteint !
L’ordre à cours limite à été exécuté.
J’ai pris une quantité plus importante que les autres pour cette foncière que j’apprécie particulièrement.

Globalement, "Objectif foncières" sur ce CTO est atteint à 90 %.
Il ne reste que Klépierre,
que je vais essayer d’avoir sous 35 € pour assurer un rendement de 5,2 %.

Je pourrais aussi acheter l’ETF EPRE sur le PEA pour une meilleure diversification.

Foncière des Régions

Achat de 177 Foncière des Régions à 77,00 € ; 13 648,26 € avec les frais.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#338 08/03/2017 11h03 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Klépierre

Il suffisait d’attendre …
Ce matin, je vois Klépierre sous mon objectif optimisé, et ça j’achète !
Achat de 256 Klépierre à 34,845 € ; 8 932,32 € avec les frais.

Objectif foncières

J’avais fixé pour objectifs (message #330) d’acheter :
1 Foncière des Régions, si possible sous 77 €
2 Icade, si possible sous 67 €
3 Klépierre, sous 3635 €
4 Unibail-Rodamco, via des bonus cappés pour augmenter le rendement
5 Altarea.

Globalement, "Objectif foncières" sur ce CTO est atteint à 110 %.
L’objectif initial était d’investir 45 000 € : 5 lignes de 9 000 €.
En fait, j’ai surpondéré Foncière des Régions et investi près de 50 000 €.

Ce CTO ressemble maintenant à quelque chose,
à ça pour être précis :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_dr_0308.jpg


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#339 08/03/2017 13h39 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   422 

Par contre je ne fais pas de courbe du type "Evolution du portefeuille (vert) vs indice (rouge)" :
. pas de calcul d’une valeur de part
. pas de comparaison avec un indice de référence.

Bonjour,
quelles raisons vous poussent à ne pas établir de performance annuelle ?
Et/ou à ne pas vous comparer à un indice de référence ?
Merci.


Parrain : WeSave - Yomoni - LINXEA - Bourse Direct - BINCK - Fortuneo - Boursorama - MAIL BLOG

Hors ligne

 

#340 08/03/2017 14h51 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Je n’ai pas fait performance annuelle 2016 parce que j’ai commencé cette discussion courant février, il manque donc le 1er épisode.
Mais il devrait y avoir une performance annuelle 2017 début 2018 …

Je ne fais pas de comparaison avec un indice de référence parce que je n’ai pas de référence fixe dans le temps.
Aujourd’hui je suis investi essentiellement sur le marché européen.
A court/moyen terme je pourrais m’intéresser aux marchés émergents et aux foncières canadiennes.
A long terme tout est possible : USA, Japon, obligations, or, matières premières, etc.
En résumé une stratégie opportuniste tous marchés et tous pays, et je ne connais pas d’indice correspondant.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#341 08/03/2017 15h08 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   369 

ArnvaldIngofson a écrit :

En résumé une stratégie opportuniste tous marchés et tous pays, et je ne connais pas d’indice correspondant.

MSCI World ?
La comparaison permettrait justement de voir si la supposée saisie de ces "opportunités" est judicieuse. Même utiliser arbitrairement certains indices larges d’un pays ou zone (US et Europe par exemple) permettrait de donner une indication là dessus.


Je crois qu'il existe une solution simple pour que tout le monde soit content.

Hors ligne

 

#342 08/03/2017 15h15 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Le MSCI mondial (MSCI World Index en anglais) est un indice boursier géré par MSCI mesurant la performance des marchés boursiers de pays économiquement développés.
Donc il manque des pays (émergents).

MSCI ACWI - All Country World Index serait mieux,
mais c’est un indice actions.
Donc il manque les autres classes d’actifs.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#343 08/03/2017 15h48 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   422 

Vous pouvez peut-être vous comparer à un OPCVM comme Sextant Grand Large.

Extraits de son DICI, où SGL affirme utiliser des :

- "actions côtées sur toute les places financières à travers le monde, quelque soient leur capitalisation boursière et leurs secteurs"

- "actions plutôt actions européennes (..) mais aussi des actions hors zone euro, hors zone OCDE, y compris sur des marchés émergents"

- "instruments du marché monétaire, titres obligataires, quelles qu’en soient la devise (…) y compris des obligations spéculatives".

- "des instruments financiers à terme (…), des titres intégrant des dérivés"

- "des OPCVM/FIA français et/ou européens’.

Source : SEXTANT GRAND LARGE | Amiral Gestion

Je trouve que le fonctionnement de ce fonds est assez similaire aux outils que vous utilisez.

Dernière modification par maxicool (08/03/2017 15h51)


Parrain : WeSave - Yomoni - LINXEA - Bourse Direct - BINCK - Fortuneo - Boursorama - MAIL BLOG

Hors ligne

 

#344 08/03/2017 16h49 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Je note ce fonds flexible diversifié, noté ***** par Morningstar.
L’objectif est, au travers d’une allocation d’actifs discrétionnaire et de la sélection de titres, la recherche d’une croissance du capital sur la durée de placement recommandée en s’exposant aux marchés actions et taux.
L’exposition aux actions peut varier de 0 à 100% en fonction de la valorisation à long-terme des marchés actions : plus fort que moi qui varie entre 20 et 80 %.
Les performances sont impressionnantes (à la hausse comme à la baisse) :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_dr_0308_sextant.jpg
Je note que la baisse de 2015-début 2016 n’a pas eu un gros impact, elle a été bien anticipée.
Par contre le fonds a bien pris le krach 2007-2008 …

En fait le but n’est toujours pas de se comparer à ce fonds, même s’il a la même approche flexible.
Le gestionnaire ferait certainement mieux, compte tenu des moyens dont il dispose.
Quoique j’ai ma chance en économisant :
Frais de souscription max   2,00%
Frais courants   1,89%.

Peut-être un jour l’acheter, si je décide de déléguer la gestion …


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#345 08/03/2017 16h59 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   369 

A.I., je ne comprends pas totalement ce concept de vouloir un indice avec les même actifs ou exactement les mêmes zones géographiques … A ce moment, en extrapolant cette idée, vous pouvez dire "oui, mais l’indice n’a pas la même pondération que moi". Ben évidemment, c’est bien là le but: Vous faites "votre" truc, et l’indice est juste là pour dire: Ce que je fais est mieux, parce que ca rapporte plus, et/ou c’est moins volatil, ou autre paramètre qui vous est cher.

L’idée étant que si vous faites systématiquement moins bien, bah, autant investir sur cet indice et ne pas s’embêter … Les actifs et/ou zones que vous utilisez, c’est accessoire. C’est vos choix, et la comparaison avec un indice souligne justement dans la durée si ces choix sont judicieux ou non.

Après je peux comprendre qu’on trouve cette comparaison assez mauvaise. Pour ma part, j’ai l’impression (à tort ou à raison) qu’en cas de "crash" demain, mon portefeuille devrait potentiellement baisser moins qu’un indice "classique". Parce que je pense être investi sur des sociétés à "bon" prix et pas sur toutes ces boites potentiellement surévaluées. Donc j’estime le potentiel de baisse de mon portefeuille plus faible (j’ai aussi des produits plus type "obligations" dedans qui devraient accentuer ce phénomène). Maintenant, ce qu’il en sera dans la réalité si ce crash arrive, reste à voir. Et si j’ai raison, cette croyance se vérifiera (ou non) dans cette fameuse comparaison.

EDIT: On est pas obligé de se comparer à UN indice. Vous pouvez vous comparer à plusieurs (ou à des "mix", mais c’est peut-être se compliquer la vie)

Dernière modification par Mevo (08/03/2017 17h02)


Je crois qu'il existe une solution simple pour que tout le monde soit content.

Hors ligne

 

#346 11/03/2017 20h10 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Faute de temps, je n’avais pas répondu en détail à la question :

maxicool a écrit :

quelles raisons vous poussent à ne pas vous comparer à un indice de référence ?

Mais il y a eu des idées intéressantes plus haut,
donc je vais essayer de compléter ma réponse.

En une phrase, je pourrais dire :
parce que je n’en vois pas vraiment l’utilité.

Une première approche est de comparer avec un indice sur la même classe d’actifs (actions par exemple)
et la même zone géographique (Europe par exemple).

Actuellement, je regarde les indices actions français et européens (CAC40 et EuroStoxx50).
En effet, je suis principalement investi en actions sur cette zone, avec :
. des actions en direct
. des ETF
. des fonds (SICAV et FCP).

Le but de cette comparaison pourrait être de vérifier que sur une longue période ses choix d’actions ne sont pas mauvais.
Mais la comparaison avec l’indice peut être trompeuse.
Pour prendre un exemple de cette semaine : l’action Carrefour a perdu environ 6 % après une annonce de résultats peu appréciée.
C’est une des actions que je possède en PEA, donc c’était une mauvaise idée de l’avoir acheté !
Mais Carrefour est aussi une des composantes de l’indice CAC40, donc la baisse de Carrefour fait mécaniquement baisser l’indice.
Une comparaison de la performance de mon portefeuille actions avec l’indice est en fait une comparaison des pondérations de Carrefour
entre le portefeuille et l’indice.
Si l’action Carrefour était moins pondérée dans mon portefeuille que dans l’indice, je serais content de constater une surperformance,
alors qu’il y a un mauvais choix.

Un autre but de cette comparaison pourrait être de vérifier que sur une longue période ses choix de gestionnaires de fonds ne sont pas mauvais.
Mais pour ça des sites comme Morningstar sont beaucoup plus complets.

En résumé, utilité faible de comparer avec un indice sur la même classe d’actifs et la même zone géographique.

Une deuxième approche est de comparer avec un indice sur la même classe d’actifs (actions par exemple)
et toutes les zones géographiques.

L’indice MSCI ACWI (All Country World Index) semble pertinent, bien que ce soit un indice peu utilisé.
Le but de cette comparaison pourrait être de vérifier que sur une longue période ses choix de zones géographiques ne sont pas mauvais.

Si sur les 6 derniers mois je compare la performance de mon portefeuille actions avec l’indice MSCI ACWI, l’indice fait beaucoup mieux !
Mais je l’explique bien : l’indice fait la part belle aux valeurs US, qui ont beaucoup monté, alors que j’en ai peu en portefeuille.
Et je l’assume : je considère que depuis 6 mois avec l’élection de Donald Trump le niveau de risque du marché US est trop élevé pour moi.

En résumé, toute comparaison avec un indice est biaisée : un indice mesure des cours, pas le risque
(sauf les indices de volatilité comme le VIX).

Une troisième approche est de comparer à un OPCVM comme Sextant Grand Large : fonds flexible diversifié multi-actifs (actions, monétaire, obligations, dérivés) et toutes les zones géographiques.

Mais ce ne sont pas exactement les mêmes actifs que j’utilise : l’OPCVM ne semble pas investir dans l’immobilier coté ni dans les matières premières,
par contre il utilise sans doute des options alors que je les utilise pas.
La notion de risque n’est pas très claire, par contre elle est explicite avec des offres comme Yomoni :

Yomoni a écrit :

Pour une diversification maximale, nous investissons pour vous partout dans le monde, en actions, en obligations d’entreprises, en bons du Trésor ou encore en matières premières.

Si je mettais à part l’immobilier coté, ça ressemble à ce que je fais.
Une comparaison avec Yomoni à niveau de risque égal aurait alors un certain sens :
si Yomoni ou équivalent fait durablement mieux, après prise en compte des frais (importants …),
autant prendre la solution de facilité !
Quoique, on ne gère pas que pour les résultats mais aussi pour le "fun" ou l’intérêt intellectuel.

Finalement, toute comparaison en % avec une référence me parait peu utile.

Quand je fais des courses, le commerçant ne me demande pas un % de performance de mon portefeuille,
et encore moins un % de surperformance par rapport à une référence,
il me demande des euros.
Donc la véritable utilité est de comparer des euros (ou la devise de son pays de résidence) :
tout rentier ou aspirant rentier doit comparer les produits de son capital
(revenus, plus-values, retraits) avec ses dépenses.


Il peut y avoir un besoin psychologique de se comparer à un indice de référence.

Ca peut être une satisfaction de constater qu’on fait mieux qu’un indice, un gestionnaire de fonds voire un autre membre d’un forum …

Personnellement je n’éprouve pas ce besoin.
Pour les comparaisons avec des personnes ma réponse est toujours la même :
nous sommes différents.
Selon les domaines nos compétences ou capacités peuvent être supérieures ou inférieures.
Mais ça varie selon les domaines. Il y a par exemple des autistes géniaux ou savants.
Globalement, en tant que personnes, nous sommes différents (et égaux en droits).
En conséquence, puisque l’autre ne m’est pas supérieur, peu m’importe ce qu’il pense de moi.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#347 11/03/2017 20h29 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   108 

Bonsoir Arnvald,
Si je vous rejoins sur le constat que le cours ne suffit pas car il faut prendre en compte le risque,
désolé je ne suis pas convaincu par la conclusion d’ensemble. En effet, vous avez un indicateur tout trouvé : la perf/volatilité, ou ce que les scientifiques appellent le sharpe. Même s’il ne regarde que le passé, c’est encore ce qu’on fait de mieux pour apprécier si le risque est correctement rémunéré et si on fait autre chose que des ronds dans l’eau par rapport aux autres.
bon week end.

Dernière modification par skywalker31 (11/03/2017 20h30)

Hors ligne

 

#348 12/03/2017 17h10 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Oui, je connais le ratio de Sharpe :

Wikipedia a écrit :

Le ratio de Sharpe mesure l’écart de rentabilité d’un portefeuille d’actifs financiers (actions par exemple) par rapport au taux de rendement d’un placement sans risque (autrement dit la prime de risque, positive ou négative), divisé par un indicateur de risque, l’écart type de la rentabilité de ce portefeuille, autrement dit sa volatilité.

Ratio de Sharpe

J’ai essayé de le calculer sur mon portefeuille.
Au passage, un petit hommage au site "bnains.org" "La Bourse pour les nains" :
une vielle gloire d’internet, je crois me souvenir que le site existait déjà en 1999 mais il est hélas peu actif aujourd’hui.
Ce site détaille le calcul :
le risque

Je peux faire le calcul sur le portefeuille présenté ici sur presque un an, 11 mois pour être précis.
En effet, le premier rapport mensuel assez complet est de 04/2016.
Les calculs donnent ceci :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9981_dr_0311.jpg
Pour les certificats, j’ai pris les bonus cappés, associés le cas échéant à des turbo put.
Je n’ai pas pris le leverage VIX, qui est de nature différente. Pas besoin de calculs compliqués pour savoir que c’est une catastrophe (-35 % en 2 mois), heureusement limitée à moins de 0,6 % du portefeuille.

Le premier chiffre que je regarde est le total en euros : 31 690 sur 11 mois.
Il comprend les revenus, les plus-values réalisées et latentes.
Ca pourrait être une rente très correcte (2 881 € par mois).

Le rendement annualisé de 8,07% me parait satisfaisant. Il comprend les contributions sociales prélevées à la source (15,5 %) sur les revenus de foncières, mais pas sur les revenus des SCPI ni sur les plus-values.
Pour les actions, il est de 11,59%. C’est proche des indices actions français et européens (CAC40 et EuroStoxx50) donc correct.
Pour les bonus cappés, j’ai en théorie alloué un capital important mais qui est en fait généralement peu investi, il y a beaucoup de liquidités. Le rendement sur le capital investi serait bien meilleur que 11,21 %.
Les foncières ont un parcours agité mais ont finalement un rendement correct de 5,34%.
Le rendement des SCPI (4,63 %) est diminué par les délais de jouissance des parts achetées.

Pour le placement sans risque, j’ai pris comme référence le livret A, et son taux de 0,75 % annuel.
OK, il n’est pas difficile de faire mieux, et à vaincre sans péril on triomphe sans gloire comme disaient les romains.
Mais je ne considère pas qu’un fonds euros en assurance-vie, investi en emprunts d’état, soit totalement sans risque (ou alors ce serait des emprunts allemands qui rapportent très peu).

Le calcul du ratio de Sharpe est alors globalement de 0,39 et pour tous les portfefeuilles < 1.

Wikipedia a écrit :

Si le ratio est compris entre 0 et 1, le sur-rendement du portefeuille considéré par rapport au référentiel se fait pour une prise de risque trop élevée. Ou, le risque pris est trop élevé pour le rendement obtenu.

On peut s’interroger sur le cas des SCPI. Le rendement est en fait d’une grande régularité, quand on a compris que les revenus sont trimestriels, sauf pour CORUM mensuels. Mais statistiquement on obtient un écart-type qui n’a en fait pas de sens.

Donc la conclusion serait que je fais "des ronds dans l’eau" pour reprendre l’expression imagée de skywalker31.
Mais ce n’est pas grave, ça m’amuse …

Dernière modification par ArnvaldIngofson (12/03/2017 17h23)


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#349 12/03/2017 18h14 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   108 

Chapeau pour l’exercice de calcul. A mon avis vous vous pénalisez un peu avec le taux du Livret A. C’est un taux politique plutôt qu’un taux sans risque de marché et, de plus, son plafond est assez bas. Quel ratio de sharpe global auriez-vous avec un taux sans risque proche de zéro (vu qu’Euribor 12 mois avoisine zéro) ?

Hors ligne

 

#350 12/03/2017 18h41 → Portefeuille d'actions/immobilier/certificats/liquidités de ArnvaldIngofson (action, immobilier, portefeuille)

Membre
Réputation :   206 

Si on prend Euribor 12 mois, actuellement négatif à -0,11 %, on trouve un ratio global de 0,44 au lieu de 0,39.
Ca ne change pas énormément.

Globalement je trouve que ce ratio me donne une conclusion erronée.
Je ne pense pas prendre trop de risques avec un portefeuille presque à moitié sur l’immobilier.
Pour les actions, je n’ai sans doute pas pris assez de risques avec l’élection US.

C’est le genre de constat qui me fait hésiter sur les "robo-advisors".

Dernière modification par ArnvaldIngofson (12/03/2017 18h45)


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech