Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#1026 26/03/2020 10h54

Membre
Réputation :   6  

Caine a écrit :

on a des rendements de 10% […]

Rendements au titre des distributions passées,basées sur des bénéfices passés.

Pouvez-vous envisager que cette crise pourrait aller au-delà d’une division des bénéfices par 2, 5, 10… et aboutir à des pertes (massives ?) sur plusieurs années ? Je ne parle même pas des faillites… Je parle de pertes réalisées durablement par des entreprises a priori saines financièrement (peu de dettes, etc) voire robustes économiquement (positionnement de marché, produit…).

Je vous laisse deviner ce qu’il adviendra du rendement dans ces conditions.

Achèteriez-vous des actions d’une société qui vous annonce qu’elle ne vous versera pas de dividendes pendant les cinq prochaines années ? (je ne parle pas d’une entreprise de croissance, mais d’une entreprise qui aura subi un tel choc qu’elle subira des pertes de carnet de commande, qu’elle devra engager des coûts colossaux pour se réorganiser, etc).

Je vous laisse calculer également la division du cours de bourse qui résulterait d’une telle dégradation des perspectives futures de bénéfices. D’autres intervenants, sur d’autres fils, ont suffisamment écrit à ce sujet.

"Be fearful when others are greedy and greedy when others are fearful."  - W. Buffett.

Très bien, c’est une citation très intéressante.

Mais êtes-vous sûr de savoir apprécier de quel côté balance aujourd’hui la psychologie du marché ? Il y a encore un mois, nous étions sur des sommets historiques sur les indices actions. Autrement dit, n’était-ce pas le signe que "l’avidité" atteignait des sommets ?
La souscription de plus en plus fréquente d’emprunts pour investir en bourse, par des personnes qui pouvaient avant cela être considérées comme étant de bon sens, n’est-elle pas un signe que quelque chose a "vrillé" ?

Pensez-vous donc que la psychologie globale des acteurs de marché se soit complètement retournée à la baisse, en à peine un mois, et qu’en ce laps de temps extrêmement court, les marchés soient passés en mode "100 % craintif" ? Je rappelle qu’on sort de plus de dix années de marché (globalement) haussier, ce qui a rendu toute une génération d’acteurs du marché convaincue qu’"à long terme", il en serait toujours ainsi. Intéressez-vous à l’histoire.

Être investi (raisonnablement et en fonction de ce que l’on peut se permettre de perdre), oui. Ou plutôt, éventuellement.
Prendre du levier dans un tel contexte… à chacun de voir.

Vous aurez compris ma position : l’avidité est encore présente et a permis de stabiliser le marché, associée à des annonces nombreuses et massives de mesures budgétaires et monétaires.
Demain : la crainte ?

Je vous mets donc tous en garde contre la souscription d’un emprunt dans les temps qui courent. Vous avez connu, nous avons tous vécu, dans nos pays, une période excessivement longue d’abondance. C’est historiquement exceptionnel. Envisagez au moins que cela puisse prendre fin. Vous en serez mieux préparé psychologiquement et financièrement si ce scénario devait se produire.

Hors ligne Hors ligne

 

#1027 26/03/2020 10h54

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   483  

Bonjour Sven337,

Oui, le gain sera en rapport avec la taille même du portefeuille. Le miens représente un investissement total d’environ 22k€. Difficile (et surtout particulièrement risqué) de vouloir en doubler la valeur sur de l’effet de levier. Dans e cas présent l’emprunt représente environ 18% de la valorisation (clôture du 25/03). Cela reste raisonnable.

L’idée derrière cet opération n’est pas de faire un gain faramineux. Que mon portefeuie fasse 22 ou 25k€ cela ne changera absolument fondamentalement parlant. Ce que je souhaite, c’est pouvoir renforcer mes positions sur de belles sociétés en profitant de la chute des cours. Je considère qu’il s’agit d’une opportunité intéressante, et je souhaite donc la materialser.


Dividende Score - Outil d'aide à la décision pour investissement dans les dividendes (CAC 40 et SBF 120)

Hors ligne Hors ligne

 

#1028 26/03/2020 11h00

Membre
Réputation :   17  

Là où je ne trouve pas de logique c’est d’emprunter à ce taux pour au final placer 1000€ en épargne de précaution (qui j’imagine ne rapporte rien avec un taux de livrets).
Autant placer l’effort d’épargne mensuel et reconstituer petit à petit cette épargne, la sur cette partie des 1000€ vous perdez de l’argent…

Hors ligne Hors ligne

 

#1029 26/03/2020 11h50

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   483  

Treblad a écrit :

Caine a écrit :

on a des rendements de 10% […]

Rendements au titre des distributions passées,basées sur des bénéfices passés.

Pouvez-vous envisager que cette crise pourrait aller au-delà d’une division des bénéfices par 2, 5, 10… et aboutir à des pertes (massives ?) sur plusieurs années ? Je ne parle même pas des faillites… Je parle de pertes réalisées durablement par des entreprises a priori saines financièrement (peu de dettes, etc) voire robustes économiquement (positionnement de marché, produit…).

Je vous laisse deviner ce qu’il adviendra du rendement dans ces conditions.

Oui, c’est possible que cela se produise. Mais dans ce cas il faut vendre l’ensemble de ses positons maintenant, et se retirer totalement de la bourse sans us attendre.

Achèteriez-vous des actions d’une société qui vous annonce qu’elle ne vous versera pas de dividendes pendant les cinq prochaines années ? (je ne parle pas d’une entreprise de croissance, mais d’une entreprise qui aura subi un tel choc qu’elle subira des pertes de carnet de commande, qu’elle devra engager des coûts colossaux pour se réorganiser, etc).

Je vous laisse calculer également la division du cours de bourse qui résulterait d’une telle dégradation des perspectives futures de bénéfices. D’autres intervenants, sur d’autres fils, ont suffisamment écrit à ce sujet.

Même remarque précédemment. Si c’est le scénario que vous privilégiez, revendez tout dès maintenant. Peut-être avez-vous raison, et qu’il se passera ce que vous évoquez. Seulement, personne n’en sait rien du tout.

"Be fearful when others are greedy and greedy when others are fearful."  - W. Buffett.

Très bien, c’est une citation très intéressante.

Mais êtes-vous sûr de savoir apprécier de quel côté balance aujourd’hui la psychologie du marché ? Il y a encore un mois, nous étions sur des sommets historiques sur les indices actions. Autrement dit, n’était-ce pas le signe que "l’avidité" atteignait des sommets ?
La souscription de plus en plus fréquente d’emprunts pour investir en bourse, par des personnes qui pouvaient avant cela être considérées comme étant de bon sens, n’est-elle pas un signe que quelque chose a "vrillé" ?

Mathématiquement, quel est le meilleur moment pour investir ? Lorsque les marchés battent records sur records ou bien après qu’ils aient dévissé d’une quarantaine de pourcents ? Je ne parle là d’investir sur la PME du coin, mais sur la multinationale leader sur son marché ! Oui, elle peut connaître des secousses, et elle en connaîtra certainement. Mais je pense qu’elle s’en remettra.

Pensez-vous donc que la psychologie globale des acteurs de marché se soit complètement retournée à la baisse, en à peine un mois, et qu’en ce laps de temps extrêmement court, les marchés soient passés en mode "100 % craintif" ? Je rappelle qu’on sort de plus de dix années de marché (globalement) haussier, ce qui a rendu toute une génération d’acteurs du marché convaincue qu’"à long terme", il en serait toujours ainsi. Intéressez-vous à l’histoire.

Historiquement (et non pas sur les 10 dernières années seulement), le marché est haussier à long terme.Et comment est-ce que vous qualifieriez une chute (peut-être pas terminée) de 40% si ce n’était pas de la crainte ? Oui, les investisseurs commençaient à se dire que la bourse ne pouvait plus chuter, qu’après 10 années de hausse (quasi) ininterrompue, elle ne pouvait que continuer à monter. Sauf que ne ce fut pas le cas (peu importe la raison), et que voyant cela, ils sont sortis en nombre par crainte.

Selon vous, quel est le moment le meilleur moment pour se planter en bourse, sachant que l’avenir est totalement imprévisible ? Lors d’un investissement sur un record historique ou bien après une chute très significative ?

Être investi (raisonnablement et en fonction de ce que l’on peut se permettre de perdre), oui. Ou plutôt, éventuellement.

C’est exactement mon cas. Aucun risque inconsidéré ! smile

Prendre du levier dans un tel contexte… à chacun de voir.

Absolument. De mon point de vue c’est tout vu, et cela reste un faible levier : 18%

Vous aurez compris ma position : l’avidité est encore présente et a permis de stabiliser le marché, associée à des annonces nombreuses et massives de mesures budgétaires et monétaires.

Justement de telles annonces sont plutôt, pour moi, le signe d’une énorme crainte.

Demain : la crainte ?

Pour moi nous y sommes clairement

Je vous mets donc tous en garde contre la souscription d’un emprunt dans les temps qui courent.

Mise en garde que je partage et que j’ai moi-même faite dans mon message d’annonce de prise de levier.

Vous avez connu, nous avons tous vécu, dans nos pays, une période excessivement longue d’abondance. C’est historiquement exceptionnel. Envisagez au moins que cela puisse prendre fin.

Bien sûr que j’envisage cette possibilité… et les marchés aussi d’ailleurs (jusqu’à moins 40% en un mois !) et c’est pour cette raison que je considère qu’acheter maintenant fait sens. Peut-être suis-je bien trop optimiste (c’est tout à fait possible). Mais ça seul l’avenir nous le dira. Plutôt que d’être passif face aux évènements, je pense que le moment est venu d’être actif. Évidemment, cela reste une vision toute personnelle des choses, et je conçois parfaitement que mon point de ne soit pas forcément partagé.

Vous en serez mieux préparé psychologiquement et financièrement si ce scénario devait se produire.

Si les marchés devaient plonger bien plus (c’est possible, mais rien n’est jamais certain) et bien les choses seront ce qu’elles seront… Je ne vois pas dans l’avenir, donc je les prendrait avec philosophie. En attendant, je reste parfaitement serein d’un point de vue financier wink

@Stv44,

Les 1k€ qui partiront en épargne de secours compenseront seulement les 1k€ que j’ai investi par anticipation en début de semaine et que j’ai justement pioché… dans mon épargne de secours. Mo investissement total aura donc bien été du montant emprunté, soit 3,5k€.

Dernière modification par Neo45 (26/03/2020 11h52)


Dividende Score - Outil d'aide à la décision pour investissement dans les dividendes (CAC 40 et SBF 120)

Hors ligne Hors ligne

 

#1030 26/03/2020 12h09

Membre
Réputation :   58  

Bonjour,

Après avoir lu les deux dernières pages, mon avis sera simple et rapide.

Vous êtes quelqu’un qui réfléchis, avec une épargne de secours du même montant que votre emprunt, vous ne disposez pas de beaucoup de liquidités mais vous souhaitez saisir l’opportunité du moment par un crédit bancaire, foncez !

Le montant est faible, vous prenez peu de risque. Si demain vous me dites que vous souhaites emprunter 20K,30 ou 50K pour investir, on pourrait partir sur un débat, mais dans ce cas avec le faible risque et la reflexion que vous avez eu en amont, je pense qu’en prenant du recul, le risque sera toujours la, mais bien réduit.

Dans le pire des cas, vous allez apprendre et augmenter votre expérience sur les marchés financiers sans mettre en danger votre famille.

Bon investissement

Dernière modification par michaelstaudi (26/03/2020 12h10)

Hors ligne Hors ligne

 

#1031 26/03/2020 12h13

Membre
Réputation :   6  

Mon propos n’est pas de déconseiller vivement d’investir en ce moment. Je n’ai aucune légitimité  à ce titre, mais souhaite attirer l’attention sur ce qu’il pourrait se produire. Avoir des scénarios alternatifs en tête permet de tempérer certaines convictions qui, par temps de tempête, peuvent s’avérer ruineuses.

A titre personnel : les probabilités d’un scénario très difficile s’étalant sur de nombreuses années me paraissent avoir considérablement augmenté. J’estime que dans ces conditions, les niveaux actuels de valorisation ne reflètent pas le niveau de risque, les flux futurs pouvant être durablement et significativement impactés.

Mais c’est un avis personnel.

Ce que je déconseille vivement en revanche, c’est d’emprunter pour placer en bourse de l’argent que l’on n’a pas.

En ce qui vous concerne : a priori vous seriez à peu près couvert par des liquidités disponibles par ailleurs, et le montant est relativement limité. Dans  ces conditions, et sous réserve que vous disposiez par ailleurs de revenus professionnels stables et durables cela me paraît limiter le risque (durables = avoir l’assurance de ne pas perdre son emploi durant la crise).

Hors ligne Hors ligne

 

#1032 26/03/2020 12h17

Membre
Réputation :   62  

Trois choses pour terminer, mais il semble que vous ayez fait votre choix de toute façon.

La citation de grand maître Buffet ( que vous reprenez vous même ) nous dit d’être craintif quand les autres sont avides, et je ressens beaucoup plus d’avidité que de craintes en ce moment. Vous en êtes la preuve !

Vous dites avoir un rendement de 4,22% actuellement, de combien était il avant le krach ? De combien est il par rapport à votre argent investi ? On fait dire un peu ce qu’on veut aux chiffres …

Et pour finir,

Neo45 a écrit :

La naissance de mon second enfant va entraîner une augmentation de mon SFT (Supplément Familial de Traitement) d’environ… 60 à 70€, couvrant donc le remboursement.

Parce que l’arrivée de votre second enfant ne va pas amener de nouvelles dépenses ? Est il vraiment raisonnable de s’endetter dans ce contexte avec l’arrivée d’un nouveau né ?

Ce ne sont absolument pas des jugements ou des critiques, mais des mises en garde contre de nombreux biais.

En ligne En ligne

 

#1033 26/03/2020 12h32

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   307  

Ok on a dit et répété qu’en bourse on n’investit que l’argent dont on n’a pas besoin, et qu’emprunter pour investir c’est mal, c’est très très mal. wink

Cela dit, il faut relativiser, Neo45 a la tête sur les épaules et emprunte sur 5 ans l’équivalent d’1 an de capacité d’épargne ; et ce pour acheter du L’Oréal ou du Air Liquide.
Même dans le cas où ces 2 sociétés fassent faillite demain (!) et que ces 3500€ disparaissent, ce n’est pas ça qui le mènera à la banqueroute façon crise de 29 !

En fait le risque d’emprunter pour investir, c’est de le faire alors qu’on n’y connait pas grand chose en bourse, et d’avoir la chance du débutant ; de gagner, et gagner gros. Scénario classique. On emprunte 3500€ à 3% sur 5 ans, on fait x2 en quelques mois, forcément on se dit qu’on a la baraka, alors on emprunte 10000€ à 5% sur 8 ans, on fait encore un +50% en un rien de temps… Les problèmes commencent quand les 50000€ empruntés à 6% sur 15 ans, disparaissent pour moitié dans le prochain krach boursier, et que dans le même temps on perd son boulot pour cause de crise économique… yikes

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #1034 26/03/2020 12h39

Membre
Réputation :   65  

Bonjour Néo,

Juste une question qui me turlupine…

Dans l’hypothèse où votre épargne de précaution est disponible, qu’elle rapporte peu (disons les 0.5% du livret A), et que vous pouvez souscrire un prêt conso en 3 clicks sur le site de votre banque (c’est le cas avec la mienne, j’ignore si c’est le vôtre…), pourquoi ne pas plutôt mobiliser l’épargne de précaution, et n’emprunter qu’en cas de coup dur imprévu ? Autrement dit vous faire un auto - crédit comme vous l’aviez déjà fait par le passé ?

Votre investissement vous coûterait seulement le taux de rémunération de votre épargne de précaution, que je suppose plus faible que votre taux d’emprunt.

Ainsi si tout se passe bien, vous gagnez, et sinon en cas de problème (remplacer la voiture etc) vous êtes dans même situation qu’actuellement, avec un crédit conso à rembourser ?

D’autant plus que j’ai cru comprendre que votre foyer a une bonne visibilité sur vos revenus futurs (auquel cas une grosse épargne de précaution n’est pas nécessaire ?).

Craignez vous une possible remontée des taux, pour emprunter immédiatement ?

Bonne journée

Hors ligne Hors ligne

 

#1035 26/03/2020 12h44

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   483  

Smad,

1/ Bien sûr que je puisse sembler avide… puisque je considère que les autre sont devenus craintifs. Il n’y a quà voir les interventions de banques centrales du monde entier. Peut-on parler d’autre chose que de crainte ? Alors peut-être que tout n’est pas pricé dans les cours actuels (une nouvelle baisse franche ne serait pas pour m’étonner), j’en conviens. Mais après 40% de baisse, comment peut-on considérer qu’il s’agit d’autre chose que de la crainte.

2/ Les rendement avancé est par rapport à mon argent investi. Le krach n’a donc pas eu d’effet sur celui-ci (hors achats effectués pour baisser le PRU).

3/ Bien sûr que l’arrivée d’un enfant entraîne de nouvelle dépenses (mutuelle, alimentation, consommables, …). Dépenses que j’ai (je dis "j’ai" parce que c’est moi qui gère les finances, mais cela inclus ma femme) déjà commencé à lisser avant même la naissance afin de réduire leur impact (couches notamment).

En outre, nous sommes en France et la naissance d’un enfant donne quelques "menus avantages"
. allocation de base de de la PAJE jusqu’aux trois ans : 160€ /mois
. allocations familiales de base jusqu’aux 18 ans de l’aîné : 130€ /mois
. Prime de naissance d’environ de la CAF d’environ 1k€

Entendons-nous bien, cet enfant n’a pas été conçu sur des considérations économiques (!). Néanmoins, ces prestations ont évidemment vocation à entrer dans le budget global de mon foyer, en complément des nos revenus à Madame et à moi. Partant de là, je les inclues dans l’argent dont nous disposerons pour réaliser les achats courants liés à la naissance de bébé.
En outre, si les actualités économiques du moment devaient entraîner une suppression totale de tout ceci (ce à quoi je ne crois absolument pas), il me resterait mes plus 300€ mensuels actuellement dédiés à l’investissement. Donc à moins d’un cataclysme (ce que je n’ai pas prévu, en effet), les finances devraient pouvoir tenir bon smile

"Ce ne sont absolument pas des jugements ou des critiques, mais des mises en garde contre de nombreux biais."
Je le prends parfaitement de cette façon, aucun soucis smile


Dividende Score - Outil d'aide à la décision pour investissement dans les dividendes (CAC 40 et SBF 120)

Hors ligne Hors ligne

 

#1036 26/03/2020 12h51

Membre
Réputation :   17  

Les aides liées à la naissance ne sont que des "aides". J’ai du mal à croire que celles-ci puissent être supérieures aux dépenses liées à la naissance donc partant de là, la capacité d’épargne s’en trouve au contraire réduite.

La solution de Nemesis me parait plus logique, moins chronophage, et surtout moins coûteuse !

Hors ligne Hors ligne

 

#1037 26/03/2020 13h10

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   483  

dangarcia a écrit :

Ok on a dit et répété qu’en bourse on n’investit que l’argent dont on n’a pas besoin, et qu’emprunter pour investir c’est mal, c’est très très mal. wink

Et c’est très bien de le répéter de temps en temps, cela ne fait pas mal. Mais effectivement, ces 3,5k€, je les ai sur mes comptes. Seulement je souhaite les garder, d’où cet emprunt.

Cela dit, il faut relativiser, Neo45 a la tête sur les épaules et emprunte sur 5 ans l’équivalent d’1 an de capacité d’épargne ; et ce pour acheter du L’Oréal ou du Air Liquide.

Quoique je me taterais bien à prendre un peu de Archos et de CGG, non ? (c’est une blague évidemment lol)

Même dans le cas où ces 2 sociétés fassent faillite demain (!) et que ces 3500€ disparaissent, ce n’est pas ça qui le mènera à la banqueroute façon crise de 29 !

Clairement. Et puis si nous devions connaître une période d’hyper inflation (ce que je ne souhaite pas), je serais très heureux de rembourser ces 3,5k€ avec de la monnaie de singe !

En fait le risque d’emprunter pour investir, c’est de le faire alors qu’on n’y connait pas grand chose en bourse, et d’avoir la chance du débutant ; de gagner, et gagner gros. Scénario classique. On emprunte 3500€ à 3% sur 5 ans, on fait x2 en quelques mois, forcément on se dit qu’on a la baraka, alors on emprunte 10000€ à 5% sur 8 ans, on fait encore un +50% en un rien de temps… Les problèmes commencent quand les 50000€ empruntés à 6% sur 15 ans, disparaissent pour moitié dans le prochain krach boursier, et que dans le même temps on perd son boulot pour cause de crise économique… yikes

Et à ce niveau là (comme pour le reste de votre message en fait) je vous rejoins totalement. et de le cas que vous décrivez, il est évident que prendre de levier serait d’une folie sans nom !

Nemesis a écrit :

Dans l’hypothèse où votre épargne de précaution est disponible, qu’elle rapporte peu (disons les 0.5% du livret A), et que vous pouvez souscrire un prêt conso en 3 clicks sur le site de votre banque (c’est le cas avec la mienne, j’ignore si c’est le vôtre…), pourquoi ne pas plutôt mobiliser l’épargne de précaution, et n’emprunter qu’en cas de coup dur imprévu ? Autrement dit vous faire un auto - crédit comme vous l’aviez déjà fait par le passé ?

Il aura fallu trois clics et quelques messages échangés avec mon conseiller smile
J’ai pensé à l’option que vous évoquez. Mais j’ai préféré la jouer plus "sécure". Le temps de faire un crédit nécessite quand même un délai de quelque jours (8 jours dans le cas présent), ce qui réduit la possibilité d’une utilisation "en urgence". Même si effectivement, le coût aurait été inférieur.

L’épargne de secours de mon foyer est de l’ordre de 6 à 7k€ (mais il s’agit là uniquement de la précaution). Cela nous convient, mais ce n’est plus énorme. Je pense donc qu’il est préférable de la maintenir à son niveau actuel.
Pour changer de voiture par exemple, nous mettons de côté chaque mois en parallèle. Nous nous faisons bien là un "auto-crédit" (sans jeu de mot). Plutôt que de rembourser une somme à la banque, nous la mettons de côté de façon mécanique.

Pour ce qui est d’une augmentation des taux, non, je n’envisage rien du tout. Je vous avouerai que je ne me suis même pas posé la question de leur évolution future.

@Stv44,
Comme je l’ai dit, je lisse dans le temps. J’ai déjà un petit stock de couches par exemple. Ce qui réduira forcément mes dépenses une fois la naissance.

Niveau "chornophage :
. simulation sur internet : 5 minutes
. quelques mails échangés avec mon conseiller : 20 minutes à tout casser
Et c’est tout. Même pas un document à transmettre!


Dividende Score - Outil d'aide à la décision pour investissement dans les dividendes (CAC 40 et SBF 120)

Hors ligne Hors ligne

 

#1038 26/03/2020 13h15

Membre
Réputation :   42  

Neo45 a écrit :

je considère que les autre sont devenus craintifs

Que tout soit pricé, et que les gens soient devenus vraiment craintifs, je ne sais pas….

Par ex.. sur ce forum, au vu du nombre de nouveaux intervenants (très visibles sur le forum action, mais également ce nouvel engouement pour l’immobilier (Range19 m’avait d’ailleurs mis la puce à l’oreille ici et je m’en étais fait écho ),)qui me paraissent plutôt très candides, qui croient ici pouvoir s’adresser aux astres pour leur dire quoi et quand acheter ou vendre…

Dernière modification par Aigri (26/03/2020 13h18)


Parrain Boursorama :)

Hors ligne Hors ligne

 

#1039 26/03/2020 13h28

Membre
Réputation :   6  

Neo45 a écrit :

Clairement. Et puis si nous devions connaître une période d’hyper inflation (ce que je ne souhaite pas), je serais très heureux de rembourser ces 3,5k€ avec de la monnaie de singe !

En cas d’hyper-inflation, il n’est pas certain que l’augmentation des revenus suive l’augmentation des prix, d’où une perte de pouvoir d’achat réel. Le coût du crédit devient certes moins onéreux au regard de l’augmentation des revenus (il devient moins onéreux en termes réels). Mais les autres coûts (alimentation..) prennent une part plus importante du budget du ménage. Ainsi, il n’est pas exclu qu’on puisse se retrouver avec une difficulté à rembourser l’emprunt, si les revenus tardent à suivre l’augmentation des prix. Cela me paraît d’autant plus le cas lorsque l’emprunt est à brève échéance, comme c’est le cas des crédits à la consommation.

Ceci dit, en période d’hyper-inflation, mieux vaux effectivement détenir des titres représentatifs de la propriété d’entreprise que de la monnaie appelée à (rapidement) perdre sa valeur.

Hors ligne Hors ligne

 

#1040 26/03/2020 14h08

Membre
Réputation :   19  

Aigri a écrit :

Neo45 a écrit :

je considère que les autre sont devenus craintifs

Que tout soit pricé, et que les gens soient devenus vraiment craintifs, je ne sais pas….

Par ex.. sur ce forum, au vu du nombre de nouveaux intervenants (très visibles sur le forum action, mais également ce nouvel engouement pour l’immobilier (Range19 m’avait d’ailleurs mis la puce à l’oreille ici et je m’en étais fait écho ),)qui me paraissent plutôt très candides, qui croient ici pouvoir s’adresser aux astres pour leur dire quoi et quand acheter ou vendre…

Je fréquente plusieurs forums: mon constat est que les gens ne sont pas craintifs au sens de la phrase de Warren Buffett. Beaucoup cherchent à entrer sur le marché. Ils ont la conviction que la crise est passagèrement. A mon sens cela indique que le sentiment dominant de désespoir ou de capitulation qui indique qu’on a atteint le point le plus bas n’est pas présent. Franchement l’Oréal à 250 euros, ou Air liquide à 106 euros, on est loin de la grande braderie.

Hors ligne Hors ligne

 

#1041 26/03/2020 14h20

Membre
Réputation :   91  

Bonjour à tous,

Vous m’excuserez, je n’ai malheureusement pas tout lu depuis hier.

Au contraire de certaines mises en gardes, je trouve que le risque pris par Néo est mesuré. Si le taux est plus élevé que la moyenne que l’on peut avoir sur le forum, je vois dans mon entourage des gens qui ont des taux sur les prêt conso bien plus élevé (encore de l’ordre de 3,9% et plus parfois).

Si l’effet de levier est faible sur ce niveau de montant, il faut considérer ce prêt comme une avance de trésorerie, pour profiter de la chute des marchés et des valeurs.

Pour vous rassurer Néo, il m’arrive d’utiliser le prêt conso à hauteur de quelques milliers d’euros (j’ai jusqu’à 5000 euros de prêt sans aucune justification auprès de mon banquier juste en 3 clics ou sur un coup de téléphone). C’est un peu ma marge à moi (vu que je ne suis pas chez IB ou chez Degiro).


Parrainage Binck (100€)

Hors ligne Hors ligne

 

#1042 26/03/2020 15h17

Membre
Réputation :   39  

Bluegrass a écrit :

Petit rappel historique.

Wikidia a écrit :

Ceux qui avaient investi en bourse avec leurs économies les ont perdues. La situation des spéculateurs qui avaient investi en bourse grâce à des emprunts bancaires est dramatique. Ils ne peuvent rembourser l’argent qu’ils doivent, ils risquent donc la prison pour dettes. Certains se suicident. Puis la situation se stabilise à un niveau très bas.

Krach de 1929 - Vikidia, l?encyclopédie des 8-13 ans

Juste pour revenir sur ce point, les classes moyennes avaient beaucoup emprunté dès le début des années 20 pour investir en bourse (et non pas pendant la crise)… Il y avait une pensée commune qui était que les actions ne peuvent pas baisser (ce qui était le cas avant cette crise)…

Quoi qu’il en soit, cette crise n’est pas finie et nul ne peut prédire ce qu’il se passera à court ou moyen terme…

Hors ligne Hors ligne

 

#1043 26/03/2020 15h52

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   306  

Neo45 a écrit :

En outre, nous sommes en France et la naissance d’un enfant donne quelques "menus avantages"
. allocation de base de de la PAJE jusqu’aux trois ans : 160€ /mois
. allocations familiales de base jusqu’aux 18 ans de l’aîné : 130€ /mois
. Prime de naissance d’environ de la CAF d’environ 1k€

A supposer que ces ’avantages’ soient maintenus. Je part du principe que ceux là et beaucoup d’autres vont passer à la trappe ou être franchement diminués. Et que la ponction fiscale va augmenter.

J’ai peut être tort (j’espère) mais le choc économique actuel est massif et inédit. Sans avoir besoin de faire tourner de modèle savant, je serais surpris que la sécurité sociale telle qu’on la connaît aujourd’hui (et notamment la branche famille) y survive sans des coupes franches et massives.

Dernière modification par carignan99 (26/03/2020 22h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#1044 27/03/2020 20h38

Membre
Réputation :   0  

Bonsoir @Neo45,

Votre portefeuille est très inspirant. Je suis en suivie sur plusieurs de vos valeurs actuellement. Quelle est votre répartition cible par secteur sans être indiscret ? Visez-vous la même que celle de notre hôte ?

Bon investissement, et au plaisir de vous lire lors de vos prochains posts sur votre blog.

Hors ligne Hors ligne

 

#1045 27/03/2020 20h57

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   483  

Bonsoir Isaure,

Au risque de vous décevoir… je n’ai pas de répartition cible.
J’essaye globalement qu’une valeur ne prenne pas un poids trop important dans le portefeuille (même si ces derniers temps Total a vu son importance augmenter). Je renforce donc mes positions selon les opportunités du moment. Concernant les secteurs eux-mêmes, c’est un peu la même chose.


Dividende Score - Outil d'aide à la décision pour investissement dans les dividendes (CAC 40 et SBF 120)

Hors ligne Hors ligne

 

#1046 28/03/2020 06h41

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   903  

Neo45 a écrit :

J’y explique notemment que mon portefeuille est constitué de sociétés versant des dividendes sans discontinuer depuis une quinzaine d’années minimum. Aussi, partant du fait que le versement de dividende fait partie de l’ADN des sociétés que j’ai en portefeuile, je considère que même si celui-ci devait être coupé à l’occasion de l’exercice actuel (signe de bonne gestion de la part du management) ce ne serait que provisoire, du fait du caractère tout à fait exceptionnel de cette crise.

Je suis donc bien conscient de ce risque que vous évoquez, et si il devait se matérialiser quant à l’exercice actuel, je pense que ce ne serait que provisoire.

Neo45 a écrit :

Édit :

+1 de Surin a écrit :

Merci pour cette réponse et la transparence. Je ne suis pas convaincu du tout que cette situation ne soit pas suivie d’un lendemain qui chante.

Je ne saisi pas trop. La tournure de votre phrase (double négation) laisse entendre que vous vous attendez à des "lendemains qui chantent" (des jours meilleurs). Mais dans ce cas pourquoi utiliser une double négation ? À moins que vous ayez fait une erreur et que vous vouliez parler de "ledemains que déchantent" ?Ppp

Mes excuses, j’ai mal rédigé ma phrase est ai écrit l’inverse de ce que je pensais (du coup j’ai rayé la négation en trop).
Je doute énormément que nos vies reprennent une allure normale dans les prochains mois et espère juste que ce virus ne va pas pourrir tout 2020.
Je pars d’ores et déjà (retenez wink ) du principe que les projets de cet été sont entre parenthèse et que tout voyage à l’étranger sera exclu (par bon sens de toute façon, ou du fait des autorités).

On vit un moment historique, je pense qu’il faut définitivement cesser de raisonner en % de dividendes à venir, les dernières annonces laissent plutôt entendre une coupe généralisée et le retour à la normale n’est pas pour demain. Ce que vous avez eu en 2019 est acquis, il y a fort à parier que vous aurez moins en 2020 mais après tout qu’est-ce que cela change puisque ces dividendes ne servent pas à vivre mais sont réinvestis.

Désolé de jouer les oiseaux de mauvais augure mais quand je vois les enseignants poursuivre comme si tout allait reprendre en mai, de mon côté j’ai fait une croix sur l’année scolaire, ce qui n’empêche de travailler mais pas du tout avec la même pression, les priorités sont ailleurs et les enfants garderont un souvenir ou traumatisme à vie, à vie et j’insiste, de cette (ces ?) période de confinement.
C’est là-dessus que je travaille, pour rendre le confinement plaisant, et il ne m’est franchement pas désagréable, j’entends davantage les oiseaux que tout le reste (même les enfants sont plus calmes !).

Dernière modification par Surin (28/03/2020 07h19)

Hors ligne Hors ligne

 

#1047 31/03/2020 13h59

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   483  

Ce Jour…

Situation
Beaucoup d’incertitudes en touts genres… Et le marché déteste les incertitudes !

Achats
. Renforcement de ma ligne Saint-Gobain, via l’achat de huit actions supplémentaires. Soit l’équivalent de 32% de ma ligne déjà existante. PRU en baisse à 30,45€ et rendement sur dividende de 4,53%. Cet achat a été effectué sur mon PEA.
.. J’envisageais de renforcer cette ligne depuis déjà quelques temps. L’annonce hier de la levée de 1,5 milliards d’euros via une émission obligataire largement sur-souscrite est pour moi un signe de l’intérêt que portent les investisseurs quant à la société.

. Renforcement de ma ligne Rubis, via l’achat de quatre actions supplémentaires. Soit l’équivalent de 13% de ma ligne déjà existante. PRU en baisse à 46,51€ et rendement sur dividende de 3,76%. Cet achat a été effectué sur mon PEA.
.. Rubis a clairement a annoncé récemment que sa structure lui permettait d’envisager un faible impact du à la crise économico-sanitaire liée au coronavirus. De plus, la société est avantagée par les bas coûts du pétrole. Tout ceci couplé à un management de grande qualité en fait une ligne prioritaire pour les achats. D’où ce troisième renforcement en l’espace de moins d’un mois.

État de ma stratégie
Ce renforcement mensuel me permet de voir le niveau de mes dividendes annuels augmenter.
Pour rappel, je me suis fixé comme second palier à atteindre, 1210€ de rendement annuel brut. Celui-ci devrait me permettre de réduire un peu plus encore mon temps de travail afin de plus profiter de ma famille.
Je suis donc aujourd’hui à un niveau de rendement annuel brut de 940€. Ce rendement est actuellement assuré par 20 sociétés de la cote parisienne. A l’heure actuelle aucune n’a (à ma connaissance) annoncé de coupe du dividende pour les versements prévus cette année.


Dividende Score - Outil d'aide à la décision pour investissement dans les dividendes (CAC 40 et SBF 120)

Hors ligne Hors ligne

 

#1048 01/04/2020 09h57

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   483  

Point mensuel à fin mars (51ème mois du portefeuille)

au 31 mars après clôture

la performance mensuelle est la suivante
. Portefeuille global : -15,08%
. CAC 40 NR : -17,05%

la performance annuelle est la suivante
. Portefeuille global : -24,18%
. CAC 40 NR : -26,23%

Dividendes (bruts) mensuels
. ICADE : 40,97€

Soit une baisse de 61% par rapport à  mars 2019. Celle-ci s’expliquant par ma vente de ma ligne URW dans le courant du mois avant versement du dividende. Sans ce cette vente, mars 2020 aurait été supérieur à mars 2019 de 1,80%.

Analyse
Le mois dernier je parlais de "mois de février particulièrement rouge"… Je ne me doutais pas de ce qu’il allait advenir du mois de mars… Pourtant je prends cette chute des marchés (et du portefeuille) avec une grande philosophie et surtout sans le moindre stress. Le CAC40 affiche encore -4% au moment où j’écris ces lignes, et j’en suis satisfait ! La baisse serait plus importante encore que cela ne me poserait aucun soucis.
J’ai pu renforcer plusieurs lignes durant ce mois. Il y a bien longtemps que je n’avais pas passé autant d’ordres en si peux de temps. Là où j’aurai pu faire de gros renforcements sur seulement quelques lignes, j’ai préféré répartir mon effort d’investissement : de plus petits montants mais sur un plus grand nombre de lignes. Cela représente un total de 15 renforcements répartis sur 11 titres différents.

En outre, après avoir passé le test psychologique "correction soudaine et brutale des marchés" avec succès en février, j’ai validé en mars le module "portefeuille à -35 / 40% vécu finger in the nose".

Dernière modification par Neo45 (01/04/2020 11h06)


Dividende Score - Outil d'aide à la décision pour investissement dans les dividendes (CAC 40 et SBF 120)

Hors ligne Hors ligne

 

#1049 01/04/2020 10h31

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   365  

Neo45, je n’arrive pas à comprendre la partie "performance mensuelle"… Pour moi le CAC40 a perdu 16.99% sur le seul mois de mars…. Pourtant sur le chiffre annuel, j’ai le même résultat que vous.

Bien à vous,
cat

Hors ligne Hors ligne

 

#1050 01/04/2020 11h05

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   483  

Ah non mais en fait c’est une erreur de ma part. J’ai fait un copier / coller de mon message du mois dernier et j’ai oublié de modifier la partie "performance mensuelle". Je corrige…

Dernière modification par Neo45 (01/04/2020 11h12)


Dividende Score - Outil d'aide à la décision pour investissement dans les dividendes (CAC 40 et SBF 120)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de neo45"

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur