Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#26 15/10/2016 12h20

Membre (2011)
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   60  

@Fanto

Bonjour,

La plupart des assureurs proposent un forfait moins de 10000km ou moins de 8000km.
Ces contrats sont généralement intéressants.
Souvent, ils demandent aussi le lieu de garage habituel : je pense qu’ils prennent en compte ce critère.

Pour un profil donné, il y a de fortes différences de tarifs d’un assureur à l’autre.
Et contrairement à ce qu’ils affirment, la fidélité n’est pas récompensée : je fais des devis tous les 3 à 4 ans, et en général, je change d’assureur.

Hors ligne Hors ligne

 

#27 15/10/2016 17h57

Banni (2015)
Réputation :   12  

Je viens d’expérimenter à mon tour une subtilité du contrat d’assurance … Qui revient à la même mésaventure de Tracoh (tiers non identifié) alors que le mien a dûment rempli un constat et reconnu les faits …

En cas de sinistre à l’étranger, vous devez soit :
- attendre que le tiers soit identifié par son assureur, que le dit assureur admette que son client soit couvert pour un tel sinistre et effectue la procédure internationale permettant l’indemnisation.

Bilan, votre assureur vous reçoit avec le sourire et vous explique que si vous aviez été assuré tous risques, l’assurance aurait pris en charge directement les dommages sans attendre mais comme vous êtes au tiers alors ne vous inquiétez cela prend normalement 6 mois.

J’ai toutes les chances de mon côté, j’ai été accroché par un néerlandais, conduisant une voiture de location luxembourgeoise, le tout au Portugal …

En cas de sinistre rendant le véhicule inutilisable, c’est à prendre en compte …

Dernière modification par facelvega (15/10/2016 17h59)

Hors ligne Hors ligne

 

#28 09/03/2017 15h27

Membre (2016)
Réputation :   109  

Personnellement j’ai une très vieille voiture d’environ 20 ans et j’habite proche Paris avec des moyens de locomotions multiples en commun ( RER/Tramway/trains banlieue ).

Les "UBER" et autres "voitures privés" m’ont même fait hésiter à la garder. Finalement j’ai trouvé dans les nouvelles banques assurances des assurances au tiers qui m’assure une 406 pour 125 euro par an (je payais en mutuelle avant 200 euro de plus, je suis 50% et petit rouleur avec garage jardin)

Si vous êtes dans mon cas, n’hésitez pas à faire chercher la concurrence et à faire chuter vos coûts de frais fixes….

Dernière modification par johntur (09/03/2017 22h00)


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne Hors ligne

 

#29 28/04/2017 07h52

Membre (2015)
Réputation :   11  

Cette question relative à l’assurance-voiture hors couverture RC couvre une interrogation plus large: pour tout ce qui concerne les assurances facultatives, a-t-on intérêt à souscrire des contrats où il y forcément toujours une TVA et des frais de gestion, ou à provisionner un montant équivalent aux primes qu’on paierait, ce qui constituera une réserve si on en a besoin, et une épargne disponible si cela n’a pas servi à couvrir les besoins éventuels.

Cela implique bien sûr qu’il y ait un perspective raisonnable de ne pas perdre au change, après avoir étudié les primes et les couvertures. Et aussi, de mettre en place des prélèvements automatiques mensuels sur un ou plusieurs comptes voués.

Pour ma part j’applique ce principe à la voiture (hors couverture légale bien sûr), à la complémentaire santé (coûteuse et moyennement performante en Belgique, même DKV) et à un 3e pilier de retraite complémentaire partiellement défiscalisée, mais contraignante. Quand je dis que "j’applique", cela veut dire que je n’y souscris pas, après avoir examiné les offres et fait établir le montant des primes, et que je verse les montants équivalents sur deux comptes épargnes. Cela représente environ 750 euros par mois.


Suivre sa pente, mais en montant…

Hors ligne Hors ligne

 

#30 28/04/2017 07h59

Membre (2015)
Top 20 Réputation
Top 10 Vivre rentier
Top 5 Invest. Exotiques
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2408  

Cette interrogation doit inclure le montant des primes par rapport à la valeur du risque couvert.

Par exemple, ne pas prendre une assurance "tous risques" pour la voiture est faisable pour une voiture à 2000 €, pas pour une à 20 000 €. Si je plie ma voiture tout seul (par exemple je dérape sous la pluie et emplafonne un poteau), puis-je me permettre de perdre 20 000 € et de n’avoir que les yeux pour pleurer ?

Sur la complémentaire santé, je ne prendrais pas le risque non plus de m’en passer. Une maladie ou un accident peut générer des semaines voire des mois d’hospitalisation puis de rééducation ou autres soins, et là sans mutuelle ça va coûter très cher.

Autre exemple avec l’immobilier : ça me semble une mauvaise idée de ne pas être assuré contre l’incendie… Logiquement, on est assuré en période normale, mais il peut arriver par exemple qu’un bailleur ne s’assure pas tout de suite s’il a une période de travaux ; ou encore qu’il ne prenne pas d’assurance PNO et que le sinistre survienne pendant une période de vacance où il n’y a pas d’assurance du locataire pour le couvrir. A mon sens, ce défaut d’assurance est un mauvais calcul puisque l’incendie peut ruiner totalement la valeur du bien immobilier.

Plus le risque est coûteux s’il se produit, plus il devient logique de mutualiser ce risque grâce à une assurance.

Dernière modification par Bernard2K (28/04/2017 08h08)


Marchand de biens & formateur en investissement immobilier locatif.

Hors ligne Hors ligne

 

#31 28/04/2017 09h09

Membre (2015)
Réputation :   11  

Vos remarques sont pleines de bon sens, mais mon rapide point de vue repose en partie sur la situation spécifique de ma nouvelle vie en Belgique (mais à des titres divers toute forme d’expatriation lointaine ou proche implique des variantes par rapport à la France).

Les complémentaires, les retraites privées, les assurances, de même que la téléphonie, les frais généraux ou les cartes de banque et de crédit, fonctionnent à des conditions et à des tarifs assez différents, parfois très différents, de ce qui existe chez nous.  En général, le rapport prix-avantages y est moins favorable, ce qui change déjà la donne. Cela tient en partie à un moindre investissement de l’Etat, et aussi au nombre de la population ( 6 ou 7 fois moins importante que celle de la France).

A l’inverse, les services hospitaliers courants sont de bonne qualité sans devoir envisager d’aller à l’Hôpital américain, et leur remboursement par la sécu (qu’on appelle ici la mutuelle, pour accroître la confusion), dès qu’on ne prend pas de chambre individuelle, est très correct. Les complémentaires coûtent cher, sont catégoriées (dents, lunettes, hospitalisation etc font l’objet de contrats distincts) et leurs offres sont assorties de conditions restrictives qui vous empêchent souvent d’aller à la clinique ou chez le praticien de votre choix si vous voulez profiter des bénéfices de votre assurance.

En ce qui concerne l’assurance incendie, je la considère comme obligatoire dès lors que vous avez souscrit un emprunt, et donc je n’en parlais pas. Mais là aussi, la situation est différente en Belgique, en tout cas à Bruxelles (car les règlements diffèrent selon la région où vous vivez).

Si vous vivez en appartement, l’incendie et autres dégâts sont couverts par l’assurance collective, pour la totalité de l’immobilier, et pour le mobilier jusqu’à un certain montant. Ce n’est que si vous avez des meubles et des objets de prix que vous prenez une assurance incendie personnelle, et uniquement pour cette part mobilière.

Dernière modification par Volanges (28/04/2017 09h15)


Suivre sa pente, mais en montant…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #32 30/01/2019 14h09

Membre (2010)
Réputation :   9  

Je remonte ce topic.

Je viens de changer ma très vieille voiture pour une nouvelle vieille voiture dont la valeur d’achat est d’environ 2000E.

Evidemment peut se poser la question de prendre une assurance au tiers ou tout risques.

Beaucoup optent pour la formule au tiers en raison de la faible valeur vénale du l’auto assurée.

Pour ma part, je pense:

-M’assurer au tiers pour 200eur environ par an.
-Acheter avec le cout de la surprime en cas d’assurance tout risque des actions Axa, qui est á un prix raisonnable et offre un rendement alléchant.

En cas de petit pépins, je pourrai compter sur le dividende pour financer les menus travaux.
En cas de gros pépins, vente de la ligne.

Evidemment, l’avenir (sinistralité, et performance de l’investissement) dira si c’est une decision heureuse.

Ce raisonnement reprend les argumentaires precedents, notamment s’assurer pour la partie facultative.

Etant adepte de mixer mes intérêts de consommateur et d’investisseur, je regrette de ne pas avoir obtenu un tarif interessant chez Axa pour m’assurer au tiers.
Ils doivent préférer les grosses primes et ne suis pas dans leur coeur de cible. J’espère que les grosses têtes d’Axa ont bien réfléchi car je tiens á mon dividende!

Hors ligne Hors ligne

 

#33 30/01/2019 16h04

Membre (2014)
Top 50 Réputation
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   345  

En cas de petit pépins, je pourrai compter sur le dividende pour financer les menus travaux.

Pour 500 € d’actions Axa et donc environ 25 € de dividende annuel, quel type de menus travaux automobiles comptez-vous financer?

Hors ligne Hors ligne

 

#34 30/01/2019 16h23

Membre (2017)
Réputation :   64  

En plus de la remarque de bon sens de Tahcoh (excel est votre ami), je ne vois pas l’intérêt d’intégrer à votre raisonnement la destination des fonds économisés par la différence entre les primes "tous risques" et "au tiers". Et encore moins l’utilité de placer précisément ces fonds en actions de sociétés d’assurance!

Ce qui n’empêche pas de vous auto-assurer (partiellement), à la seule condition que la perte éventuelle de votre véhicule ne vous mette pas financièrement au tapis. Dans cette situation, ça s’envisage tout à fait, quel que soit l’usage que vous ferez de l’économie réalisée.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur