Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page est une synthèse de la discussion. Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Screeners actions Consultez l’analyse graphique et les dividendes de Haulotte Group sur nos screeners actions.

[+4]    #1 08/10/2015 12h20

Membre
Réputation :   78  

Bonjour à tous,

J’ai fait une rapide analyse de la société Haulotte Group, groupe industriel Français spécialisé dans les nacelles élévatrices.

Je la publie au cas où ça pourrait intéresser quelqu’un, mais l’analyse est vraiment succincte. A vrai dire, la note 4.6 du rapport annuel ayant trait aux créances clients m’a bien refroidi. Haulotte Group se porte garant des loyers auprès des sociétés de financement pour ses clients, dans le cas des contrats de location financement, et se porte aussi garant pour les ventes à crédit. Mais d’après le rapport cette pratique est conforme au secteur. En attendant, le BFR a explosé sans que le CA ne suive au même rythme …

Cela m’a suffit pour ne pas me plonger beaucoup plus dans l’analyse, en particulier je n’ai pas creusé les cash flows vu l’incertitude que j’ai sur la solvabilité des clients.

Cette analyse est donc à prendre en l’état sans y accorder une importance qu’elle n’a pas :
analyse-haulotte.pdf

N.B. : Je ne suis ni long ni short sur Haulotte Group.

Edit : J’en profite pour vous demander, dans la dette financière nette, comptez-vous le BFR ou les dettes fournisseurs ? J’ai cru lire que non, mais en même temps si une partie du cash sert à financer le BFR ou rembourser les dettes fournisseurs, il faut bien le prendre en compte quand on calculer l’EV, non ? Même si cette dette fait partie du cycle d’exploitation.

Message édité par l’équipe de modération (09/10/2015 20h28) :
- modification du titre ou de(s) mot(s)-clé(s)

Dernière modification par Evariste (08/10/2015 12h37)

Mots-clés : groupe industriel, haulotte group, nacelles élévatrices

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #2 05/12/2019 09h23

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   148  

Analyse Multicritères de Haulotte Group au cours de 4.88 €. Je r*mercie Larbinator pour le tuyau.

En prenant les semestriels 2019 et en les projetant j’obtiens :
PER = 3.89
P/CF = 2.89
P/B = 0.57
VE/CA=0.22

Avec les objectifs PER=15 ; P/CF = 6 ; P/B = 1 ; VE/CA = 0.75, j’obtiens une cible à 13.44 € soit +175 % par rapport au cours actuel.

Par sécurité, la société annonçant un ralentissement de l’activité, j’ai fait tourner la moulinette avec un RNPG / 2 et un CA -20%.

J’ai donc :
PER = 7.28
P/CF = 4.41
P/B = 0.57
VE/CA = 0.26

Ma cible conservatrice, est donc de 9.69 € soit + 98% sur le cours actuel.

Pour aller plus loin, j’ai regardé ce que ça donné en divisant par deux le RNPG, baissant le CA de 20% et réduisant la cible de PER de 10 au lieu de 15.
Même avec toutes ces hypothèses, j’obtiens une cible de 8.86€ soit + 81.5% sur le cours actuel.

Je vais prendre une position sur Haulotte courant décembre pour 8 % du Portefeuille.

Le marché anticipe une baisse du Résultat de la société. Je pense que l’anticipation du marché est exagérée. Pour information, les analystes prévoient peu ou prou mon hypothèse conservatrice de 18M€ de RNPG et 570M€ pour le CA.

A suivre donc.

Dernière modification par LoopHey (05/12/2019 10h35)

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #3 06/12/2019 09h31

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   537  

Désolé de "polluer" la file sur Haulotte que je n’ai pas analysé, mais il me semble important d’attirer l’attention sur les risques de votre méthodologie comptable !

LoopHey a écrit :

La méthode Larbi, consiste pour la dette à prendre l’opposé de (CP - Actifs non courant). Si les CP sont de 10 et que l’ANC est de 20, la dette est de 10 --> opposé de (10-20)

1. Je trouve très dangereux de pratiquer ce genre d’arrangements comptables qui améliorent mécaniquement les ratios mais qui masquent le réel risque de la société.
Dans la vrai vie, les sociétés ont besoin de Besoin en fond de roulement pour assurer leur fonctionnement. Ces fonds permettent à la société de financer l’achat de leur stocks courant afin de produire.
Votre méthode de calcul oublie de compter ces stocks ce qui est, à mon avis, une grave erreur pour les sociétés industrielles.
Que se passe t-il aussi en cas de retard de paiement (augmentation des créances fournisseurs) et éventuelle comptabilisation en provisions courantes ? Le cash ne tombe pas du ciel et si les banques ne refinancent pas la société (à des taux qui leurs sont très avantageux plus le risque monte), la société fini simplement en faillite.

2. Dans la même logique, le PER (qui exclue la dette) n’est pas adaptés pour les sociétés endettées d’autant plus si elles sont cycliques. Prenons un cas simple :
société A :
capitaux propres : 100
dette : 0

société B :
capitaux propre : 50
dette : 50

société C :
capitaux propre : 20
dette : 80

Chaque société utilise le même capital mais répartit de manière différente entre les créanciers  (dette) et les actionnaires (capitaux propres). Considérons un résultat net de 10 pour chacune de ces sociétés. On aura alors les PER suivants :
société A : 10
société B : 5
société C : 2

Vous conclurez que la société C sera un meilleur investissement alors que les capitaux employés sont les mêmes que pour les autres sociétés.
Le gros problème est que la société C, qui a une dette élevée, n’aura peut-être pas la solidité financière pour passer la prochaine récession …
Si vous voulez retraiter / effacer la dette, il vous faut être absolument sûr que la société n’est pas cyclique et qu’elle pourra se refinancer facilement même en cas de crise. Si ces critères ne sont pas respectés, alors il est dangereux d’utiliser le PER.

3. Il est également très dangereux de considérer l’actif non courant lorsque le bilan est chargé en survaleur (goodwill, immobilisations incorporelles). Du jour au lendemain, la société peut rayer ces montant de son bilan et l’actif non courant fondra comme neige au soleil ! Ceci se terminera en général mal si la société est par ailleurs endettée.
Par ailleurs, même les actifs tangibles peuvent être dépréciés si les conditions de marché sont défavorables L’’exemple du moment est les plateformes pétrolières. Le secteur est en sur capacité et les plus vieilles plateformes ne retourneront jamais en mer (retard technologique, remise en service beaucoup trop onéreuse). Elle sont donc voués à être démantelées par les ferailleurs.  Pourtant, même en cas de stress financier important, les sociétés propriétaires des plateformes préfèrent les garder au chaud (au lieux de les vendre aux ferailleurs) car cette opération leur imposerait de passer un provision sur leur actif non courant entraînant une rupture des covenants (et une faillite dans la plupart des cas).


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 11/12/2019 17h06

Membre
Réputation :   36  

@bibike
Le titre me semblait attractif sur la base de certains ratios historiques, notamment EV/EBIT et P/B mais ma période de référence était clairement insuffisante compte tenu de la cyclicité du titre. On le voit bien sur votre graphique d’évolution du PER.

Aussi, depuis mon achat, le bilan de la société s’est dégradé (le levier est passé de 1,92 au 30/06/2018 à 2,21 au 30/06/2019) et je considère désormais la dette comme un point de vigilance important. Il s’agit d’une des raisons m’ayant conduit à alléger ma position.

Concernant les prévisions que vous mettez en avant, il me semble qu’il est difficile de faire des projections fiables sur ce type de société. Le management a quand même réussi à confirmer ses perspectives 2019 de croissance du chiffre d’affaire et du résultat opérationnel courant de +10% lors de la publication des résultats semestriels le 16/09/2019, pour se raviser un mois plus tard à l’occasion de l’annonce du T3.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par bben123 (11/12/2019 17h06)


Blog Margin of safety - Parrain Bforbank, Binck, Boursorama, Degiro et Hello Bank - Comparatif courtiers

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #5 21/01/2020 08h31

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   148  

Dans l’entreprise ou je travail, nous avons une nacelle élévatrice. Bien évidemment c’est une Haulotte.

Il ne se passe pas une semaine sans que nous l’utilisons et parfois, les services se battent pour l’avoir. Pourtant nous sommes une petite entreprise de 100 personnes au sein d’un grand groupe du CAC.

Bref, la semaine dernière, j’ai du louer une autre nacelle, plus petite pour avoir accès à une zone plus étroite. J’ai donc commencé à chercher des fournisseurs de nacelles pour de la location à la journée/semaine/mois. Toutes proposaient du Haulotte exclusivement.

Aussi, dans les entreprises, quoi qu’il arrive, il faudra toujours avoir une nacelle élévatrice. Pour changer une lampe, nettoyer les vitres, tirer des câbles, changer un moteur sur une machine haute, faire l’entretien des ponts roulants, entretenir les chauffages, …

Les modèles spéciaux sont disponibles à la location. En revanche, pour un modèle standard, chaque entreprise industrielle se doit d’en posséder une, tant l’utilité est fréquente. Surtout, en cas de problème maintenance, il faut être capable de réparer rapidement les bécanes. S’il faut attendre 2 jours pour avoir une nacelle en location, les pertes peuvent être rapidement conséquentes.

Nous avons une cyclique, c’est sur, mais avec un business qui est assez pérenne dans le temps.
La valeur est particulièrement attrayante en terme de valorisation à l’heure actuelle.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #6 20/03/2020 16h15

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   154  

Bonjour,

Je suis la société de loin.
Je sais que le management a tendance à utiliser la cyclicité du business pour s’enrichir : ils achètent quand le cours est au plus bas, et revendent en haut de cycle.

Le dirigeant s’est massivement renforcé sous les 4€.

Fiche BDIF - AMF

Fiche BDIF - AMF

Fiche BDIF - AMF

Fiche BDIF - AMF

Fiche BDIF - AMF

Hors ligne Hors ligne

 

[+6 / -1]    #7 14/04/2020 12h27

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   148  

Petit Feedback sur ce que je vois au quotidien.

La semaine passée, une entreprise extérieur de construction métallique est venue dans l’entreprise ou je bosse pour faire des modifications de structures.

Ils avaient loués deux plateformes élévatrices à ciseaux pour effectuer ces travaux : les deux étaient des Haulotte. Ils utilisaient aussi notre nacelle, une Haulotte.

Pour un autre projet, j’ai du trouver un fournisseur pour me louer une nacelle à ciseaux pour 5 semaines à partir de courant mai. Encore la, les fournisseurs consultés n’avaient qu’exclusivement du Haulotte.

Dernière modification par LoopHey (14/04/2020 12h35)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 14/04/2020 13h46

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   148  

Je vais répondre à notre cher Smad et son -1 qui me semble injustifié.

"Intérêt de l’information ? Si chacun raconte avec quelles marques il travaille, on a pas finit …."

J’ai bossé dans le nord de la France dans une grande entreprise Automobile du SBF 120, on utilisait du Haulotte.

Au fin fond de la Suisse, dans une entreprise du CAC40, on utilise du Haulotte.

Les fournisseurs de nacelles de location suisse utilisent du Haulotte.

C’est un feedback terrain, que je pense constructif dans la file de cette valeur, ne vous en déplaise.

Dernière modification par LoopHey (14/04/2020 13h48)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 14/04/2020 16h28

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   537  

Attention à ne pas trop prêter d’importante à "une" info de terrain. Il y a tellement de situations particulières…
Quelques remarques :
- Il vaut mieux regarder la part de marché respectives de chaque fournisseur.
A ce sujet, je serais curieux de connaitre les éventuels concurrents d’Haulotte pour y jeter un coup d’oeil. Je ne sais pas si Manitou fait aussi des nacelles.
- Ne pas oublier que les nacelles sont un marché de niche et que par définition, il y a peu d’acteurs (sinon ça ne serait plus niche …).
- Ne pas oublier que la France n’est pas le centre du monde.
- Au niveau des informations de terrain, il serait intéressant de connaitre l’âge des nacelles … si on voit plein de nouveaux modèles, alors on peut espérer qu’Haulotte ai fait une bonne activité récemment. Mais si le modèle à 10 ans, cela peut signifier que les loueurs n’ont pas les capacités financières pour renouveler leur matériel ce qui serait bien évidemment inquiétant…


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #10 14/04/2020 16h44

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   157  

Bonjour LoopHey,

Je souhaite apporter un éclairage différent et vous faire part de plusieurs hypothèses :

1/ Vous êtes victime d’un biais de confirmation et votre esprit sélectionne, de manière sélective donc, les informations permettant de confirmer votre analyse du 05/12/2019 - analyse contestée par oliv21 dans la méthodologie. D’autres intervenants, bibike et marcopolo semblent plus nuancés mais vous confirmez votre vision (très) optimiste le 21/01/2020 car votre entreprise utilise plusieurs nacelles élévatrices de la marque. Le 11/02/2020 vous indiquez être actionnaire malgré un CA en baisse de 10%, preuve de votre conviction.
2/ Ce biais de confirmation est certainement lié à votre admiration pour Larbinator qui indique en avoir acheté le 15/01/2020.
3/ La société reste leader en Europe mais devra faire face à une concurrence agressive, son avantage concurrentiel est faible notamment dans les pays émergents. Et l’arrivée des drones pour application industrielle ne va pas aider.

Perso je vois une belle société familiale, très endettée, dans un secteur mature et soumis à une forte concurrence notamment avec les chariots électriques et un titre qui plonge depuis 2 ans. Je ne sais pas dire si l’action est sous-évaluée en revanche les perspectives ne me paraissent pas extraordinaires malgré une forte implantation à l’étranger (diversification géographique).

Voilà, mes hypothèses valent bien votre retour terrain ! D’ailleurs, êtes-vous toujours actionnaire de la société ?


Who’s the more foolish, the fool or the fool who follows him?

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #11 17/05/2020 11h51

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   148  

Pour se donner une idée du précédent cycle :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/18726_capture_decran_2020-05-17_a_112727.png

Nous sommes aujourd’hui au même niveau que 2008 par rapport aux CPT.

Il a fallut attendre l’exercice 2014 pour que l’entreprise construise à nouveau des CPT.

Pour se donner une idée des flux :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/18726_capture_decran_2020-05-17_a_113210.png

Note : Nous avons aussi une décote sur la moyenne historique des flux sur le cycle précédent.

La prise de position de M.SAUBOT, qui pose quand même plus d’1M€ sur la table, peut être rassurante.
D’ailleurs sur 2008/2009 la boite avait procédé à des annulations d’actions (environ 3,24 Millions d’actions sur 2 ans).

Pour la dette, un gearing de 63% mais à 5,7 fois l’EBIT 2019. L’autre point de vigilance serait l’érosion des marges depuis 2008. En haut de cycle en 2017/2018, nous étions à 7% et 5,2% de marge contre plus de 17 et 18% en 2006 et 2007 à CA relativement proche.

Comme dit plus haut, on a business ultra cyclique, mais pérenne dans le temps. Nous sommes sur un plus bas historique. Nous sommes sous la moyenne historique des flux. Le boss s’est renforcé massivement vers les 3,5-4€.

En revanche, sur le cycle précédent, nous n’avons pas reconstruit les CPT de l’avant crise de 2008. Cela pourrait laisser présager que la boite ne retrouvera peut-être plus ses anciens plus hauts historiques.

Personnellement, je reste prudent sur ce dossier, et je ne serai pas trop gourmand quand la PV sera à prendre.

C’est un dossier MT/LT pour retrouver des couleurs.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par LoopHey (28/05/2020 14h53)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 28/05/2020 14h52

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   148  

Les achats continuent pour SOLEM SAS, nous arrivons à 1,57 M€ d’achat d’actions depuis début 2020, sous les 4€.

Source

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par LoopHey (28/05/2020 15h33)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #13 09/09/2020 12h10

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   537  

@Ares : 20% du portefeuille sur une small cyclique avec bilan un peu tendu me semble très très spéculatif … La diversification est mère des vertus. Les principales positions doivent être celles qui sont le moins risquées et non celles qui ont le plus de potentiel (en oubliant bien sûr de se rappelle le risque inhérent…).

_

Les résultats sont logiquement mauvais avec le confinement.
Haulotte dépend des capex des sociétés industrielles clientes qui sont pour le moment en mode survie pour passer la crise. Tous les achats non essentiels et embauches sont souvent gelés. Il faudra voir une réelle reprise de l’activité avant que leurs clients retrouvent la confiance dans l’avenir et s’engage dans le renouvellement de leur parc matériel. Cela prend un général plus de temps que ce que la bourse croit (cf les 4 années de vaches maigres post crises 2009).
In fine, le cycle de renouvellement arrive bien un jour ou l’autre mais le timing est très incertain actuellement.
Les ventes US sont en chutes libres alors que les ventes en 2019 étaient déjà orientées à la baisse… Seul signe d’espoir est la reprise des commandes en Chine. IMO, il faudra attendre encore un ou plusieurs trimestre pour valider la reprise sur cette zone … et éventuellement amorcer la reprise aux US et Europe.
En attendant, le bilan est un peu tendu. La dette augmente logiquement sur ce semestre. Le seul point positif est pour moi les achats du PDG au printemps qui laisse penser que la situation financière est gérable lors de ce bas de cycle. Ceci dit, même les PDG peuvent se tromper en essayant de timer la macro économie…
Un autre point à considérer est la montée de l’euro qui défavorise la structure de coût d’Haulotte à l’international…

Dans les cycliques pures, je préfère largement les chimiques actuellement qui sont tout autant sous valorisées et avec des débouchés beaucoup plus larges que les seuls équipements industriels (qui seront probablement les derniers à remonter…).


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+4]    #14 09/09/2020 19h07

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   288  

Le spécialiste des nacelles élévatrices a publié, ce mardi 8 septembre, ses résultats semestriels fortement impactés par la crise sanitaire.

Haulotte — Semetriels 2020

Bien sûr les résultats, comparés au premier semestre 2019, ne sont pas terribles :

→ Chiffre d’affaire de 228 M€ en baisse de 35%
→ Résultat opérationnel courant (ROC) de 5,2 M€ en baisse de -78% (mais le ROC reste positif)
→ Un résultat net (perte) part du groupe de -9,4 M€ contre +17,4 M€ l’an dernier

Ceci à comparer à une capitalisation boursière de 122 M€ et pas véritablement de dette nette compte tenu des stocks et créances clients.

Perspectives:

Haulotte a écrit :

Dans un environnement très incertain, où le manque de visibilité reste une réalité, Haulotte prévoit une baisse de ses ventes de -25% à -30% en 2020 et un résultat opérationnel courant (hors gains et pertes de change) qui devrait rester positif sur l’année.

Analyse de la structure bilantielle (dette)

Ma conception personnelle de l’endettement identifie la dette à l’opposé de l’actif net circulant (VANN).
Haulotte en sort avantagé par rapport à l’analyse traditionnelle qui prend en compte la dette financière nette.
En effet Haulotte est détentrice de créances clients importantes et d’un stock conséquent (respectivement 115 M€ et 190 M€ chiffres décembre 2019).

La VANN ressort positive à +0,9€ / action soit 22% du dernier cours de 4€. Donc pour moi, pas véritablement de dette.

Les banquiers sont confiants dans l’avenir de la société puisqu’ils ont accepté de renoncer aux covenants attachés à la dette du groupe pour juin et décembre 2020 ainsi que de reporter l’échéance du contrat de crédit d’un an jusqu’à juillet 2025.

Analyse multicritère

Basée sur les chiffres 2019 sauf pour le ratio P/B, les semestriels 2020 étant non significatifs de la capacité bénéficiaire du groupe.

PER = 5,4 → objectif 15 → 11,1€
PCF = 2,8 → objectif 6 → 8,6€
VE / EBITDA = 2,3 → objectif 8 → 13,8€ (écarté par prudence au profit de P/CF)
VE / CA = 0,19 → objectif 0,75 → 15,5€
P/B = 0,48 → objectif 1 → 8,3€

Moyenne : (11,1 + 8,6 + 15,5 + 8,3) / 4 = 43,5 / 4 = 10,9 arrondi à 11€€, soit +170% sur le dernier cours de 4€

Mon avis :

Objectif inchangé sur Haulotte à 11€ (+170%) — Acheter


Note : analyse révisée le vendredi 11 septembre suite à la parution des comptes détaillés.
VANN de +0,9€ / action

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Larbinator (21/09/2020 23h56)

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page est une synthèse de la discussion. Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Screeners actions Consultez l’analyse graphique et les dividendes de Haulotte Group sur nos screeners actions.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur