Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#51 29/03/2018 16h45

Membre
Réputation :   0  

Au-delà des considérations de Nietzsche ou des réflexions sur le bonheur, il y a un autre facteur très simple : on voit ce qu’on a, on sait qu’on a pu l’atteindre, et on se dit "mais si j’ai réussi ça, je peux faire un pas de plus"… et on se retrouve à faire beaucoup de pas en plus! Il est très courant de pouvoir se dire qu’avec un petit effort supplémentaire on peut avoir mieux, alors autant le faire, non?

Hors ligne Hors ligne

 

#52 29/03/2018 17h04

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   233  

Je résonnerais plutôt inversement.

Imaginons qu’on perdrait se trait de caractère, alors tout le monde se contenterait de peu, du minimum, voir à force moins que le minimum vital et on mourrait au moindre changement ou augmentation subite de nos besoins vitaux.

A l’inverse, l’homme qui en voulait toujours un peu plus ne s’est jamais reposé sur ses lauriers, il a donc été "sélectionné" dans le mécanisme de pression/sélection évolutif.

Je pense aussi que tout ça est lié au fonctionnement de nos réseaux de neurones. Ces circuits sont tels que petit à petit, une nouveauté positive entrainera moins de stimulation, poussant vers un retour à l’état de base. Sans ça, on peut imaginez que nos ancêtres trop content d’avoir tué un ours en sont mort béat d’admiration.

D’ailleurs il y a aussi une nuance. Après avoir tué un ours, ce mécanisme nous pousse à vouloir en tuer un autre quand on aura à nouveau faim. Cependant il ne nous pousse pas forcement à vouloir tuer un éléphant dans l’immédiat.

Au final, je dirais plutôt que le fais d’en vouloir toujours plus, survient surtout en réponse à une lassitude programmée des nouvelles choses.

Hors ligne Hors ligne

 

#53 29/03/2018 17h11

Membre
Réputation :   11  

Bonjour,

En plus de tout ce qui a déjà été dit sur le sujet de cette file, j’ajouterai :

Pour le marcheur, ce qui lui procure le plus de plaisir, ce n’est pas d’être au point d’arrivée, c’est de faire le chemin qui y mène.

Souvent, arrivé à son but, il a hâte de se définir un nouvel objectif pour pouvoir se remettre en marche.

Tout comme pour ce marcheur, certains d’entre nous doivent donc apprécier le parcours à réaliser pour obtenir un capital, puis repousse son montant afin que perdure le plaisir de le constituer.

Dernière modification par Whynot (30/03/2018 00h10)

Hors ligne Hors ligne

 

#54 31/03/2018 23h34

Membre
Réputation :   55  

AleaJactaEst a écrit :

A l’inverse, l’homme qui en voulait toujours un peu plus ne s’est jamais reposé sur ses lauriers, il a donc été "sélectionné" dans le mécanisme de pression/sélection évolutif.

Vous avez certainement raison. Et on peut étendre ce raisonnement à la gratitude  (qui peut être considéré comme l’opposé de l’avidité). Si le processus de sélection naturelle a conservé ce trait de la gratitude c’est qu’il a tout autant sa place dans la logique de survie.

Resterait donc à trouver le subtile équilibre entre l’avidité et la gratitude.

Et quand une personne est "très" avide c’est peut être cet équilibre qui est rompu.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur