Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Vous devez vous présenter pour pouvoir participer aux discussions.

#3576 04/02/2018 05h16 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   

Bonjour à tous

Je ne comprend toujours pas pourquoi certains continuent de s’acharner ainsi sur l’IF…ils n’ont obligé personne à investir dans Sears voyons (les arguments basés sur le marketing "aggressif" de l’IF ne reflètent que la naïveté de ceux qui s’en sont contenté pour investir). Après avoir relu le rapport annuel 2016, je viens de relire l’analyse de Serge qui date du 25 Février 2014, et je ne vois qu’une tentative de valorisation en somme des parties de la société, factuelle, avec des hypothèses claires et où l’auteur invite (incite même) le lecteur à utiliser les siennes pour se faire une meilleure idée de la valeur de Sears…sans parler des mises en gardes en début d’analyse ("tout va mal", "la société n’est pas profitable", "la concurrence est féroce", "une structure de holding vraiment complexe qui demande du temps pour être explorée" et j’en passe). Mais brefons et avançons comme des grands garçons: ce qui est fait est fait et il est trop tard pour pleurer.

Plus sérieusement, je me demandais si quelqu’un suivant le dossier aurait trouvé le nombre actuel de magasins détenu par Sears. Je pense qu’il en reste environ 1000 (et j’ai compris que le footprint cible serait d’environ 700 magasins), mais un lien vers une source fiable serait la bienvenue. J’aimerais également connaître le nombre de salariés restant si possible (140000 employés à temps complet et partiel dans le rapport annuel 2016). D’avance merci beaucoup.

Pour finir quelques notes d’optimisme (dans le désordre):
- La situation OPÉRATIONNELLE (GM vs SGA, BFR) de Sears était pire en 2016
- La dette financière va baisser significativement en 2018.
- Buffet est toujours actionnaire de Seritage (dont l’avenir est en partie liée à Sears du moins à court terme)
- La marge brute (actuellement à 22% du CA) comprend toujours le coût d’acquisition des abonnés SYW (coût comptable pas coût cash), dont le nombre ne cesse, semblerait-il, d’augmenter. En effet, "The Company has a Shop Your Way® program in which customers earn points on purchases which may be redeemed to pay for future purchases. The expense for customer points earned is recognized as customers earn them and recorded in cost of sales.". N’empêche cette marge brute à récemment augmenté.
- Les frais fixes et variables OPEX ou SGA (actuellement à 26.5%) sont toujours conjoncturels puisque Sears continue à payer son staff retail en plus de payer d’autres gens à développer le nouveau business model. Par ailleurs, même si les magasins ferment il y a sûrement des frais de licenciement à couvrir pendant quelques temps. N’empêche ces dépenses ont récemment baissé.
- Les ventes à périmètre comparable ont baissé de 15% lors des 2 premiers mois du Q4 2017, mais elles ne tiennent pas compte des magasins qui ont changé de format, alors que ces changements font, me semble t-il, partie intégrante de la transformation de Sears.

Ceci dit j’attends toujours la sortie du rapport annuel 2017 pour prendre une décision: renforcer ou pas renforcer.

Bonne journée à tous

Dernière modification par Lionel (05/02/2018 01h40)

Hors ligne

 

#3577 04/02/2018 08h39 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   227 

Bonjour Lionel,

ça me fait drôle d’écrire ces lignes alors que j’étais complètement bullish sur Sears jusqu’à il y a peu. Je ne porte toujours pas de jugement contraire, mais certains éléments sont troublants, et la confiance que j’avais en Lampert et Berkowitz (malgré tous les avertissements de certains forumeurs ici) vient de s’écorner.

Je ne peux donner d’avis pertinent sur l’intérêt de renforcer ou pas, mais il me semble qu’acheter des obligations est un choix intéressant, car outre les de 32% de coupon que vous toucherez sur la période :

- Scénario standard - Sears ne fait pas faillite, mais le cours est inférieur à 8,33$ : vous ne convertissez pas vos obligations et empochez le remboursement. Vous faites x 2 en deux ans.

- Scénario idéal - Sears se rétablit et le cours rebondit au-delà de 8,33$ : vous faites mieux que x 2.

- Scénario pas cool - Sears fait faillite. Là c’est plus compliqué car il peut se passer beaucoup de choses. Mais a priori, si vous êtes à vous poser la question de renforcer ou pas, c’est que croyez que les actifs sont largement supérieurs à la dette, auquel cas, en cas de liquidation, vous devriez récupérer à terme votre investissement, et donc doubler votre mise, mais dans une durée incertaine.

En fait, cela revient à acheter des options avec un gros filet de sécurité, mais sans bénéficier d’un effet short squeeze si le cours remonte, car l’exercice des obligations serait automatique. Vous pouvez donc combiner l’achat de ces obligations avec celui de quelques options, histoire ne pas passer à côté d’un rebond soudain et violent, comme celui qu’on attend depuis maintenant quatre ans.

Malheureusement pour moi mon courtier ne me permet plus d’acheter des obligations, car je pense que j’aurais troqué une partie de mes titres contre des obligations et quelques options…

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#3578 04/02/2018 08h56 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   76 

valeurbourse a écrit :

Dans une situation moins catastrophique, il aurait été judicieux de réaliser une augmentation de capital (donc une dilution) avec comme objectif de racheter les obligations 2019, qui cotent actuellement à moitié du pair. Quitte à être dilué, au moins payer la dette moitié moins chère !

Je ne suis pas sûr que cela soit totalement possible, les obligations 2019 sont détenues en large majorité par ESL et Bruce Berkowitz, la liquidité doit être faible (je ne suis pas arrivé à trouver les volumes de l’obligation 2019).Du coup s’il se mettait à racheter la partie de la dette disponible sur les marchés, le cours augmenterait rapidement de sorte que seulement une petite partie aurait pu être achetée à la moitié du pair.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#3579 04/02/2018 09h33 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   227 

Yogi Berra a écrit :

En théorie il n’y a pas de différence entre la théorie et la pratique. En pratique, il y en a.

Oui, bien sûr. Mais tout dépende de la perception de la situation qu’ont les autres obligataires. Si ils pensent comme le marché que Sears ne tiendra pas deux ans, afin d’éviter la perte sèche, je pense qu’ils seraient prompts à accepter une petite prime sur le cours actuel (0,46 $ s’il n’a pas encore baissé depuis) et encaisser leur perte.

Hors ligne

 

#3580 05/02/2018 04h43 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   

valeurbourse a écrit :

Bonjour Lionel,

ça me fait drôle d’écrire ces lignes alors que j’étais complètement bullish sur Sears jusqu’à il y a peu. Je ne porte toujours pas de jugement contraire, mais certains éléments sont troublants, et la confiance que j’avais en Lampert et Berkowitz (malgré tous les avertissements de certains forumeurs ici) vient de s’écorner.

Je ne peux donner d’avis pertinent sur l’intérêt de renforcer ou pas, mais il me semble qu’acheter des obligations est un choix intéressant, car outre les de 32% de coupon que vous toucherez sur la période :

- Scénario standard - Sears ne fait pas faillite, mais le cours est inférieur à 8,33$ : vous ne convertissez pas vos obligations et empochez le remboursement. Vous faites x 2 en deux ans.

- Scénario idéal - Sears se rétablit et le cours rebondit au-delà de 8,33$ : vous faites mieux que x 2.

- Scénario pas cool - Sears fait faillite. Là c’est plus compliqué car il peut se passer beaucoup de choses. Mais a priori, si vous êtes à vous poser la question de renforcer ou pas, c’est que croyez que les actifs sont largement supérieurs à la dette, auquel cas, en cas de liquidation, vous devriez récupérer à terme votre investissement, et donc doubler votre mise, mais dans une durée incertaine.

En fait, cela revient à acheter des options avec un gros filet de sécurité, mais sans bénéficier d’un effet short squeeze si le cours remonte, car l’exercice des obligations serait automatique. Vous pouvez donc combiner l’achat de ces obligations avec celui de quelques options, histoire ne pas passer à côté d’un rebond soudain et violent, comme celui qu’on attend depuis maintenant quatre ans.

Malheureusement pour moi mon courtier ne me permet plus d’acheter des obligations, car je pense que j’aurais troqué une partie de mes titres contre des obligations et quelques options…

Merci pour la suggestion
Connaissez-vous la yield to maturity de l’obligation non sécurisée (maturité 2019) svp ?
Simple curiosité, vous êtes chez quel courtier?

Dernière modification par Lionel (05/02/2018 05h56)

Hors ligne

 

#3581 05/02/2018 10h39 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   227 

Non, je ne connais pas YTM, mais je peux l’estimer, en faisant l’hypothèse de dollars constants.

Avec un rendement de 8%, alors à maturité (dans deux ans), le montant total perçu sera de :

   S = 0,08 x 2 + 1 = 1,16 USD.

Si le cours est toujours de 0,46 USD, le gain sera de 152 %, soit 59% par an, ce qui représente à peu près votre YTM.

Hors ligne

 

#3582 05/02/2018 13h33 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   

Je vous remercie beaucoup!
Donc l’arbitrage consiste à répondre à la question: pourrais-je faire plus que +152% avec des actions à 2$ d’ici 2020?
À chaud comme ça je me dis qu’il serait peut être plus intéressant de garder du cash sous le coude pour acheter des obligations en cas d’une éventuelle mise en sauvegarde de la société (chapitre 11) lorsque le cours de l’obligation sera au plus bas.

Dernière modification par Lionel (05/02/2018 13h44)

Hors ligne

 

#3583 05/02/2018 13h43 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   227 

De ce que j’ai lu, les nouvelles obligations ne seraient pas cotées. Vous ne pourriez donc en acheter.

Hors ligne

 

#3584 06/02/2018 12h42 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   

Bonjour à tous

Quelqu’un ici avait-il remarqué la différence de SGA au YTD 2017 (Q3)?

- sur les slides de la presentation deck: 3272 M$, soit un %SGA de 26.5%
- sur le report de la press release: 3975 M$, soit un %SGA de 32.2%

Bonne journée

Hors ligne

 

#3585 08/02/2018 22h00 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   114 

Quelques remarques et une théorie fumeuse mais intéressante sur SHLD; à prendre avec beaucoup de pincettes toutefois. Plus un exercice de réflexion; même si les implications légales et au niveau de la comptabilité sont nombreuses et beaucoup trop complexes pour moi.

Tout d’abord, sur le retail: on sait que SYW a distribué $800M de points en 2017 qui sont enregistrés comme un coût dans la marge brute. Sur les trois premiers trimestres, on peut donc estimer que $600M de points ont été distribué (au prorata).
Sears Domestic a affiché une marge brute de 22.9% sur les trois premiers trimestres 2017. Un concurrent comme Dillard’s (qui est un retailer dont on peut je pense considérer avoir un profil assez proche de Sears) affiche une marge brute de 34.9% sur les trois premiers trimestres 2017, donc largement supérieur à Sears. En retraitant les $600M de la marge brute de Sears Domestic, on arrive donc à une marge brute de l’ordre de 30.2% - un niveau qui se rapproche donc de Dillard’s (sachant qu’il y a bien sûr des mix produits différents, mais aussi un impact probablement plus négatif du côté de Sears vu l’accélération de la fermeture de magasins) et du niveau de marge brute de Sears avant le début de la "transformation".
En retraitant ces dépenses de points SYW, on aurait donc un Adjusted EBITDA positif d’environ $200M pour Sears Domestic.
De manière intéressante, ces $600M représentent également  à peu de chose près le montant négatif de l’Adjusted EBITDA pour les 3 premiers trimestres. Le retail Sears + Kmart serait-il donc à l’équilibre sans SYW, et la situation pas si catastrophique? Après tout, Dillard’s est également proche de l’équilibre; son profil et sa situation pourraient être assez proche de celle de Sears. Si c’est le cas, cela donnerait également du sens à la décision de proposer très tardivement les produits KCD en dehors du réseau Sears pour ne pas accélérer le déclin du retail et les fermetures de magasin tardives, alors que l’entreprise investissait massivement dans SYW et voulait s’assurer du potentiel succès du concept avant de franchement couper dans le retail en difficulté.

Passons maintenant à la partie plus fumeuse de la théorie partagée par certains investisseurs sur SeekingAlpha: les entités non-guarantor pourraient être investies dans ESL, qui possède une grande partie de SHLD, des différents spin-offs, et prête en plus à SHLD. Les entités non-guarantor possèderaient ainsi indirectement via ESL une bonne partie de certains spin-offs comme Land’s End (qui faisait précédemment partie, sauf erreur de ma part, des entités guarantors), et recevrait également en partie les intérêts sur les prêts: autrement dit, une autre manière de faire passer la valeur des actifs des entités guarantor vers les entités non-guarantor (et de récupérer ces actifs en cas de non-remboursement). Le "end-game" serait une fusion SHLD/ESL (avec par ailleurs un nombre d’action en auto-contrôle à l’image de la galaxie Bolloré).
Ceci est évidemment assez tiré par les cheveux; mais donnerait du sens à différentes décisions de Lampert (structuration en entités guarantor/non-guarantor, autorisation d’investir le cash de SHLD, …).

A suivre.

Hors ligne

 

#3586 08/02/2018 22h10 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   81 

Sauf que Dillard est une chaine de grands magasins plutôt huppés et bien achalandés, ce que n’est pas Sears (plouc maintenant).
Donc on s’arrête là.

Si vous regarder les web analytics pour SYW, c’est que du traffic de Sears.
En fait, SYW est un effort pour garder les clients de Sears, en leur filant des rabais qu’ils ne peuvent pas se permettr en magasin.

Comme site marchand, SYW est dans les paquerettes, personne de jeune, urbain, ne connait autour de mois.

Hors ligne

 

#3587 08/02/2018 22h25 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   114 

Je suis loin spécialiste mais l’image que me renvoie Dillard’s est quand même plus proche de Sears que de Macy’s en terme de localisation et population. Ou bien les jeunes urbains que vous fréquentez se rendent-ils fréquemment chez Dillard’s?

Les meilleurs magasins Sears sont-ils vraiment moins bon que ceux de Dillard’s, sachant qu’en plus ils proposent des catégories de produits moins sous pression (matelas, électroménager)? Cela justifie-t-il un écart de 12 points de marge brute?

Le point n’est de toute façon pas de dire que Sears est l’équivalent que Dillard’s. C’est pour moi juste un élément à prendre en compte pour se demander si l’impact des points SYW sur la marge brute est réaliste ou pas, et 30% me semble plus en ligne avec une marge de department store alors que 20% s’approche plutôt de la grande distribution.

Dernière modification par SirConstance (08/02/2018 22h26)

Hors ligne

 

#3588 08/02/2018 23h13 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   13 

SirConstance a écrit :

Quelques remarques et une théorie fumeuse mais intéressante sur SHLD; à prendre avec beaucoup de pincettes toutefois. Plus un exercice de réflexion; même si les implications légales et au niveau de la comptabilité sont nombreuses et beaucoup trop complexes pour moi.

Et les dilutions massives des actionnaires sont volontaires, pour que ESL puissent justifier la prise de possession de Sears !
Lampert distribue volontairement des points SYW, pour créer des pertes au niveau de la holding, et justifier les dilutions !

Je pense que la situation de sears est beaucoup plus simple que tout cela.
C’est une boite du passé, lavée par le ecommerce, et qui n’a pas su devenir walmart.

Elle est en train de disparaitre via une liquidation "volontaire", en rinçant ses actionnaires.
Quand les opérations seront liquidée, il faudra compter les actifs restants (si il en reste), et le nouveau nombre d’actions.
Et la on pourra pleurer tous ensemble. (Rencontre IH spécial Sears, prière d’amener des mouchoirs).

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par NicoZ (08/02/2018 23h14)

Hors ligne

 

#3589 09/02/2018 00h46 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   

SirConstance a écrit :

Passons maintenant à la partie plus fumeuse de la théorie partagée par certains investisseurs sur SeekingAlpha: les entités non-guarantor pourraient être investies dans ESL, qui possède une grande partie de SHLD, des différents spin-offs, et prête en plus à SHLD. Les entités non-guarantor possèderaient ainsi indirectement via ESL une bonne partie de certains spin-offs comme Land’s End (qui faisait précédemment partie, sauf erreur de ma part, des entités guarantors), et recevrait également en partie les intérêts sur les prêts: autrement dit, une autre manière de faire passer la valeur des actifs des entités guarantor vers les entités non-guarantor (et de récupérer ces actifs en cas de non-remboursement). Le "end-game" serait une fusion SHLD/ESL (avec par ailleurs un nombre d’action en auto-contrôle à l’image de la galaxie Bolloré).
Ceci est évidemment assez tiré par les cheveux; mais donnerait du sens à différentes décisions de Lampert (structuration en entités guarantor/non-guarantor, autorisation d’investir le cash de SHLD, …).

A suivre.

Merci SirConstance
La thèse que vous développez est celle d’Eric Moore (l’expert banqueroute sur Seeking Alpha) n’est-ce pas? D’ailleurs il devrait bientôt sortir un nouvel article sur cette fameuse théorie de transfert de cash entre entités guarantor et non guarantor.
À toute fin utile, ci-dessous un medley de son argumentation en faveur d’une transformation positive de Sears:

Eric Moore a écrit :

○ Sears has 3 Billion in credit, over 20 Billion in Real Estate and 3 Billion in Inventory, they are not going bankrupt
○ The equity will not be wiped out in a holding company structure because the non-guarantors are bankrupt remote.
○ As long as the creditors are on the Guarantor divisions (which they are) guarantor creditors would have no fraudulent conveyance claim because they have no liens on the Non-guarantor assets, so they would have no standing.
○ Subsidiaries unrelated to the "Retail divisions":
    ○ Investment
          - The 28 Billion is an investment in the non-guarantor subsidiaries, it is not a loan so there is NOTHING to pay back
    - In Bruce Berkowitz’s liquidation value of Sears Holdings (147$/share) the 28 Billion is included.
    - The amounts are eliminated from the Holding company because the investment is made in the subsidiaries, the company does not own BOTH sides of the transaction that is why it is eliminated at the Holding company level, it’s no longer there.
○ It’s possible 800M a year is being transferred from the retail division to the non-guarantors
○ Revenues from the Sears Credit Card revenue
    - The credit card revenue from the New Sears Shop Your Way/Citi-bank Card goes to the non-guarantor division
○ Shop Your Way Revenue and the Value of the Member List/Web-site
    - 75% of Sears Revenue is from Shop Your Way Members, that’s over 16B a year from members
    - The Revenue from Shop Your Way, is 1B a year
    - All reward programs of this type are highly profitable. Look at the Airlines reward programs, they make more selling miles to banks then selling seats to customers
○ Sre Corp Revenue and Reserves
    - SRe Corp is the entity with the valuable Bankrupty remote assets
    - Sears Re is a subsidiary of SRe Corporation and they have over 3B in Bankrupt remote assets (Kenmore, Diehard, the REMIC Securities, and cash reserves for further claims of over 500M)
    - Sears Re Licensing revenue from the Brands Names (Sears, Kmart, Kenmore, Diehard and Craftsman)
    - 140,000 employees pay workers compensation to Sears Re.
    - The Sears reinsurance division guarantees the suppliers will he paid in full in case of any default by Sears or Kmart.
- Income from the REMIC securities
    - The REMIC securities which are 125 of the most valuable properties are in a Bankrupty remote entity
    - The 125 stores in Sears Re are free and clear of liens
    - The REMIC Securities income goes to Sears Re.
○ Home Services revenue
○ Liquidation Value of the real estate and long-term leases
    - Since 2012 SHLD has sold more than 50M square feet of real estate for more than 4 Billion, that is an average of about $80 a square foot. Property sold to SRG were sold for an average of $61 a square foot, and the Seritage joint venture sold for an average of $157 per square foot.
    - When Sears Closes a store they pay SRG a large fee so SRG is protected while they find another tenant to replace them, demand is still high for SHLD locations and ourparcels
    - The impact to shareholders from the SRG spin-off was a mostly a reduction in debt ($1 Billion paid the pension plan)
    - None of the stores sold to SRG came from Sears Re
○ Over 2 Billions in NOL’s
    - The losses will eventually become an asset, the NOL’S (Net Operating Losses Can be carried forward for 20 years or back for 5 years)
    - If he mergers ESL with SHLD he gets the NOL’s.
    - ESL and Berkowitz would lose the NOL’s if they took SHLD private.
    - ESL may be VIE (Variable Interest Entity) of SHLD and therefore may need to be consolidated on the SHLD balance sheet now or going forward
    - A merger of ESL and SHLD or a subsidiary is Happening for sure on or before 12/15/2019
    - Eddie has disclosed he has authority to invest surplus cash of SHLD so there is no cause of action for minority shareholder
    - If ESL and it’s affiliates mergers with Sears Re or SRe corporation the outstanding shares would drop in half (56M)
○ Sears Re is worth more than $30 a share based on the value of the REMIC Securities, Kenmore and Diehard and the Credit card revenue.
○ The real estate joint ventures with SGP, Macerich, and GGP were valued at 889M or thereabouts less than two years ago (SHLD has a 50% interest)
○ SHLD can sell or borrow against the REMIC Securities and survive until they get the footprint reduced to 700 stores or thereabouts.

Dernière modification par Lionel (09/02/2018 01h11)

Hors ligne

 

#3590 09/02/2018 10h23 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   114 

E. Moore en effet, mais aussi d’autres qui réagissent en commentaires de certains articles.

Ceux qui ont suivi mes messages savent à quel point je reste sceptique sur l’entreprise; et encore plus sur la thèse initiale de Sergio/IF qui comportait de grossières erreures d’analyse et de valorisation.

Simplement, il y a plus d’informations communiquées récemment qui peuvent laisser penser qu’au final certaines idées n’étaient peut-être pas si farfelues.

On apprend dans le 10-K que les points SYW distribués rentrent dans les cost of sales lors de leur distribution:

10-K 2015 SHLD a écrit :

The Company has a Shop Your Way® program in which customers earn points on purchases which may be redeemed to pay for future purchases. The expense for customer points earned is recognized as customers earn them and recorded in cost of sales.

SYW a communiqué à ses membres avoir distribué $800M de points en 2017.

Sur le FY’17, basé sur la dernière guidance, on devrait avoir un adjusted EBITDA aux alentours des $(600)M.

En retraitant le coût des points SYW, on devrait donc avoir un adjusted EBITDA positif de $200M. Je pose donc juste la question: si ces données sont fiables, la situation des magasins Sears et KMart restants est-elle si catastrophique?

Celà n’enlève par contre rien aux problèmes du fonds de pension et du déclin des SSS qui ne ralentit pas malgré la fermeture des plus mauvais magasins.

Dernière modification par SirConstance (09/02/2018 10h26)

Hors ligne

 

#3591 09/02/2018 10h32 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   60 

On apprend dans le 10-K que les points SYW distribués rentrent dans les cost of sales lors de leur distribution:

10-K 2015 SHLD a écrit :

The Company has a Shop Your Way® program in which customers earn points on purchases which may be redeemed to pay for future purchases. The expense for customer points earned is recognized as customers earn them and recorded in cost of sales.

C’est évident et c’est l’une des règles les plus basiques de la compta. Cf le scandale marrionnaud & KPMG pour ceux qui s’intéressent au sujet.

Hors ligne

 

#3592 09/02/2018 12h23 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   215 

SirConstance a écrit :

Sur le FY’17, basé sur la dernière guidance, on devrait avoir un adjusted EBITDA aux alentours des $(600)M.

En retraitant le coût des points SYW, on devrait donc avoir un adjusted EBITDA positif de $200M. Je pose donc juste la question: si ces données sont fiables, la situation des magasins Sears et KMart restants est-elle si catastrophique?

Le raisonnement est là mais pas aussi catégorique.
Même si les points émis par SYW ne sont pas tous utilisés, cela impacte les CoS, nous sommes d’accord.
En revanche sans l’émission de ces points, quel serait le volume de vente ? Je pense que beaucoup de membres SYW consomment à travers cette plateforme uniquement pour les discounts de ces points.

En outre, l’utilisation de ces points permet de diminuer le budget marketing, il y a donc un effet vase communiquant. Après, est ce 1M $ de points SYW = une réduction de 1M de SG&A, aucune idée.

Il avait été dit pendant la période de Noël que SHLD avait coupé les publicités télé sur les chaines national parce que Lampert estimait qu’aujourd’hui que la publicité devait être digital et ciblé.
C’est sensé, on revient sur ce qu’il présente depuis des années : mass marketing vs personalization. Après est ce que c’est trop tôt ? Est ce que Lampert a suffisamment fait de backtest pour se le permettre ?

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/5636_persovstrad.jpg

Alors est ce qu’il y a bien un ROI derrière ? Quelle est la valeur par membre ? Celle-ci augmente, se stabilise, régresse ? Difficile à estimer à notre niveau, surtout dans une phase de croissance où on dépense "cash" pour des retour sur investissement qui se feront dans le temps (mois/années), un peu comme un business model à la Netflix par exemple (dont Lampert a été brièvement actionnaire en 2012).
Combien de membres ont SYW Max par exemple ? Si on imagine 39$ sur 10M de membre ça donne 390M $ en revenu récurent, la logistique et transport gagnent en échelle (donc les coûts baissent), une plateforme avec beaucoup de membres attirent d’avantage de partenaires commerciaux, meilleure négociation/affiliation et j’en passe.

Si l’on regarde les présentations des résultats de SHLD, de moins en moins de chiffres sont présentés et c’est un euphémisme.

Malheureusement seul celui qui a accès à toutes les données peut le savoir. Parce que en terme de data à analyser, un business comme SYW doit en avoir des tonnes et des tonnes.
Donc ne pas savoir sur quelle ficelle tirer pour faire grossir son business, ça me semble un peu gros mais bon tout est possible.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Zera (09/02/2018 12h24)

Hors ligne

 

#3593 09/02/2018 13h29 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   114 

Zera, vous avez bien évidemment raison sur le fait que ces points distribués font gonfler les ventes SYW.

En recoupant les informations, on sait que SYW génère $1B de CA. J’ai aussi pu glaner quelques informations sur les SG&A sur LinkedIn et mon estimé est que hors points distribués, SYW pourrait générer un EBITDA qui doit être aux alentours de $100M à $200M. L’activité retail resterait donc profitable hors points distribués en excluant SYW.

C’est pour moi un gros changement pour 2017: il faut bien sûr faire de nombreuses hypothèses, mais les quelques chiffres que commencent à communiquer l’entreprise hors rapports annuels permettent à priori d’établir que l’activité retail n’est peut-être plus aussi déficitaire que ca.

Dernière modification par SirConstance (09/02/2018 13h30)

Hors ligne

 

#3594 09/02/2018 17h46 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   81 

Marge d’Ebitda de 20% donc 2x mieux qu’Amazon, je pense que vous allez trop loin.
A la limite 8-9% pourquoi pas.

Voici les analytics de SYW.com, faciles à trouver en ligne, gratuitement, un exemple.
J’y constate:
- visites stables sur les 6mois, pas de pic avant Noël comme les concurrents donc pas de traction commerciale
- durée de visite très faible, bounce rate de près de 50% contre 1/3 pour les rivaux: la moitié des internautes s’en vont dès qu’ils arrivent (ils doivent comprendre que c’est Sears)
- les referring sites sont surtout la galaxie Sears, donc 14% pour le sso.shld.net (probablement l’intranet du groupe)
- très peu de gens des réseaux sociaux comme Facebook vont ensuite sur SYW
- Ils ne font aucune pub pour le search ou le display contrairement aux autres chaines. Donc soit ils ont abandonné, soit ils ne veulent que se cantonner aux clients Sears.

Si vous comparez avec d’autres department stores, SYW est classé 1500e site ouais aux USA (100e pour le retail), MAcys 100e (7e), Amazon 4e (1er), Walmart 21e (13e).
Donc complètement à la ramasse.

Je maintiens donc mon point de vue que SYW est fait pour conserver coûte que coûte les clients actuels de Sears puisque seuls ceux-ci semblent au courant de son existence et qu’aucuns efforts n’est entrepris pour élargir cette audience.

Dernière modification par kiwijuice (09/02/2018 17h53)

Hors ligne

 

#3595 09/02/2018 18h39 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   114 

Amazon investi massivement ce qui fait baisser son EBIT. Pour SYW me base sur des SG&A de $100-150M (communiqué sur le profil LinkedIn d’un responsable SYW) et une marge brute de 20% (Amazon est à 35%), donc rien d’extraordinaire.
Je suis entièrement d’accord avec vous pour dire que SYW est loin d’être un succès au vu du nombre de visites, mais le milliard de CA est à priori bien là, bien aidé sûrement par les investissements en points.

Toujours est-il que cela a peu d’importance pour le point que je soulève, au contraire: plus vous baissez le résultat de SYW, plus cela veut dire que le retail serait profitable.

Ce que je ne dis également pas, c’est si SHLD est un bon investissement à ce prix. Je n’en sais rien; il y a trop de paramètres et de "bruit" entre l’EBITDA et l’adjusted EBITDA; évidemment beaucoup trop d’opacité aussi. Je dis juste qu’en prenant en compte les rares données disponibles, on peut arriver à la conclusion que la situation du retail est peut-être moins catastrophique qu’elle en a l’air, en tout cas en profitabilité à l’instant t.

Dernière modification par SirConstance (09/02/2018 18h48)

Hors ligne

 

#3596 09/02/2018 20h22 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   385 

Euh… C’est quoi l’équivalent Searsien de l’infrastructure cloud AWS d’Amazon (qui est sa machine à cash) ?

Dernière modification par Geronimo (09/02/2018 20h23)

Hors ligne

 

#3597 13/02/2018 23h44 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   

Bonjour
Quelqu’un connait-il la date de sortie des résultats annuels 2017?
Merci

Dernière modification par Lionel (13/02/2018 23h55)

Hors ligne

 

#3598 15/02/2018 18h16 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   76 

Nouveau sec filling

sec filling 15/02/2018 a écrit :

On February 15, 2018, Sears Holdings Corporation (“Holdings,” the “Company,” “we” or “our”) commenced private exchange offers (the “Exchange Offers”) for its outstanding 8% Senior Unsecured Notes Due 2019 and 6 5/8% Senior Secured Notes Due 2018, as the Company previously disclosed was contemplated in its press release dated January 23, 2018.
We expect Adjusted EBITDA of between $(10) million and $10 million for the fourth quarter of 2017 compared to an Adjusted EBITDA loss of $(61) million in the fourth quarter of 2016. This year-over-year improvement continues to demonstrate that the restructuring actions taken in 2017, including the closure of unprofitable stores, have resulted in meaningful improvement in our performance.
[…]In addition, we expect net income attributable to Sears Holdings’ shareholders of between $140 million and $240 million in the fourth quarter of 2017, which is inclusive of a non-cash tax benefit of approximately $445 million to $495 million related to tax reform, as well as a non-cash impairment charge related to the Sears trade name of between $50 million and $100 million. This compares to a net loss attributable to Sears Holdings’ shareholders of $607 million in the prior year fourth quarter, which was inclusive of a non-cash impairment charge related to the Sears trade name of $381 million.

L’offre de conversion de la dette en actions a bien débuté et l’adjusted EBITDA est proche de l’équilibre.Cependant il s’agit du meilleur trimestre donc on ne peut pas vraiment dire que la société est à l’équilibre.
La réforme du taux de taxation joue aussi pour afficher un Q4 positif.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par gilgamesh (15/02/2018 18h23)

Hors ligne

 

#3599 15/02/2018 18h51 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   167 

Bonjour,

J’ai du mal à comprendre comment une reforme fiscale (qui je pense porte sur les bénéfices) puissent impacter SHLD qui fait des pertes.

Une piste toutefois, les pertes sont au niveau consolidé, mais en social il semble donc que certaines entreprises fassent des profits.

La thèse guarantor/non guarantor va reprendre des couleurs ?

Vu les montants dont on parle j’avoue ne plus rien comprendre à ce dossier.

Hors ligne

 

#3600 15/02/2018 21h27 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   31 

Une question par rapport à ceux qui détiennent des obligations sears chez binck, avez-vous eu des nouvelles par rapport au deal en cours ?

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech