Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 

Newsletter de l’IH #315

Les circonstances ne sont jamais parfaites : c’est VOUS qui décidez !

Rejoignez nos 4756 lecteurs !

Inscrivez-vous gratuitement pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles de l’IH :

 



Rejoignez nos 4756 lecteurs !

Inscrivez-vous gratuitement pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles de l’IH :

 


 

15 commentaires

Commentaire
1) Epsilon
29/09/2019
Bonjour Philippe,
toujours beaucoup de plaisir à lire ce mémo tous les quinze jours....
bon courage
cordialement
Gérard
Commentaire
2) bbk
29/09/2019
Merci Philippe pour ce magnifique édito...
La banque en ligne est un excellent exemple vécu trop souvent également...
Il faut voir le bon coté des choses, pour gagner dans un domaine, il faut des "perdants"...
De nombreuses banques en ligne sont perfusées par leur maison mère banque traditionnelle non ?
Si tout le monde passait en banque en ligne, leur compétitivité ne pourrait pas durer éternellement...
Alors merci à ceux qui "verront plus tard".
Commentaire
3) Marc
29/09/2019
Bonjour Philippe,
Tout à fait d'accord avec cet édito. Mieux vaut avancer même petit à petit, se lancer et parfois se planter plutôt que d'attendre les bras croisés en critiquant les décisions de ses supérieurs, ses collègues ou de nos politiques... et espérer (faussement) qu'ils réalisent les choses pour nous!
Commentaire
4) J-Paul
29/09/2019
Bonjour Philippe,
Je reçois et lis depuis plusieurs années votre newsletter avec beaucoup d’intérêt.
Je profite de cet édito très intéressant (qui est le prolongement du précédent) pour vous remercier de votre dynamisme, de votre caractère toujours positif et de vos talents de pédagogue.
Je suis quasiment toujours d’accord avec vos prises de position et votre entrain m’aide à poursuivre l’atteinte de mes objectifs.
Au plaisir de vous lire,
Très cordialement
J-Paul
Commentaire
5) ANTONIO
29/09/2019
Bonjour Philippe
Merci pour cet article très intéressant dans le prolongement de celui sur la perfection.
J'adhère totalement bien sûr, et c'est très encourageant de voir qu'on est pas seul à avoir certains raisonnements.
Merci pour le blog qui est vraiment, à mon avis, une mine d'or mise à la disposition de tous ceux qui veulent avancer et progresser.
La seule chose qui nous différencie c'est que je travaille essentiellement la plus value avec Berkshire de Warren Buffet limitant de ce fait la fiscalité immédiate mais l'objectif de développer un patrimoine reste le même....
bien amicalement
Antonio
Commentaire
6) Alain
30/09/2019
Bonjour Philippe,

votre édito sur les croyances limitantes est un exposé à diffuser nationalement, je dirais même à avoir sur sa table de nuit ou affiché chez soi visible; bref cet édito est un bien commun à lire et relire sans modération.
Merci pour les ondes écrites positives dont vous nous faite part tous les 15 jours.
Bien cordialement

Alain
Commentaire
7) Nicolas
01/10/2019
Et bien que de fans !

Je regrette que depuis 10 ans, vous êtes Phillipe le champion de la parlote... votre portefeuille fait moins bien qu'un tracker S&P 500. Tout ce travail.... Toute cette connaissance (sur le forum) pour en tirer si peu ?

Simplifiez-vous la vie voyons ! Mettez-vous à l'écriture d'ouvrages philosophiques et abandonnez la gestion de votre portefeuille. Vous en sortirez grandi, plus riche, avec plus de temps pour faire des activités où vous créerez réellement de la valeur !
Réponse de Philippe
Philippe
01/10/2019
Bonjour Nicolas,

Avec tout le respect que je vous dois, la condescendance de votre message est une parfaite illustration du chapitre n°2 de l'édito.

Bien à vous,

P.
Commentaire
9) Remip
02/10/2019
Bonjour Philippe,
Merci pour cette série d'edito très motivant.
C'est grâce à vous que je suis passé à une banque en ligne, sans trop procrastiner. Cela fait 2 ou 3 ans, et je ne regrette rien sauf de l'avoir fait plutôt.
Merci de me rappeler que pour progresser il ne faut jamais cesser de travailler.
Cordialement
Commentaire
10) WizHard
05/10/2019
Très bon à lire ! Surtout sur le passage de l'entourage qui est au final (probablement) une idée reçu de plus, dans le milieu.
Commentaire
11) Caratheodory
10/10/2019
Sur la croyance limitante #1, je ne suis pas convaincu du tout.

Bien entendu, il convient d'être actif. Sinon on sombre.

Le travail et l'effort sont certes des conditions nécessaires, mais la chance aussi. Et les relations sociales. Si on vise vraiment haut, le mérite ne suffit clairement pas parce qu'on entre alors en concurrence avec d'autres ambitieux méritants -au moins autant que vous, certains étant plus doués, beaucoup plus parfois.

Personnellement, je me fixe toujours un objectif minimum réaliste et je suis à l'affût des opportunités pour le dépasser et atteindre l'objectif maximal espérable. Mais pour atteindre des objectifs très ambitieux, il faut pratiquement atteindre l'objectif maximal à tous les coups. Ca m'est arrivé un petit nombre de fois, mais très honnetement le facteur chance a aidé. En revanche, l'objectif minimum j'y suis arrivé toujours, mais ceci est dû au fait que je n'ai eu à essuyer aucun gros coup dur.

Ensuite, on ne fera jamais d'un âne un cheval de course. Pour l'argent je suis un âne (notamment parce que ce n'est pas pour moi un objet de fort désir - je n'ai jamais ressenti un manque essentiel - plutôt une commodité, un moyen, pas une fin). Heureusement, il y a les stratégies conservatrices qui permettent aux ânes de cheminer lentement mais sûrement. Une fois, j'ai eu de la chance. C'est quand j'ai acheté ma première RP en 1998. Je savais que ce n'était pas cher, j'ai passé du temps à ratisser le marché, mais je ne m'attendais pas à ce qui est arrivé après.
Réponse de Philippe
Philippe
11/10/2019
Bonjour Caratheodory,

Votre message n'est pas contradictoire avec le mien : mon propos est de dire, que quel que soit le domaine, chacun peut toujours s'améliorer s'il le décide et s'en donne les moyens.

Après, dans un environnement concurrentiel, effectivement d'autres facteurs entrent en jeux. Mais apprendre une langue étrangère ou perdre du poids par exemple, ne dépend que de vous.

P.
Commentaire
13) Caratheodory
11/10/2019
S'améliorer individuellement est toujours possible et d'ailleurs il y a beaucoup de marge....

Le point est que vous vous trompez complètement si vous oubliez les déterminations sociales et le hasard dans les raisons du succès et de l'échec individuel. Croire que tout dépend du mérite individuel dans la réussite de ses projets est peut-être une saine illusion sur le plan individuel mais c'est une illusion nocive sur le plan collectif - notamment quand on fait de cette croyance un axiome idéologique.

L'erreur inverse qui fait des déterminations sociales le seul facteur de la réussite ou de l'échec individuel, le sociologisme, est également nocive d'ailleurs sur les plans individuels et collectifs. Peut-être plus.

Les penseurs libéraux respectables se reconnaissent en ceci qu'ils prennent tout de même au sérieux la sociologie ou, dans le cas des classiques, qu'ils prennent en compte ses problématiques encore informulées.
Réponse de Philippe
Philippe
11/10/2019
Caratheodory,

Je ne néglige pas les conditions sociales et consorts, mais puisque l'on ne peut pas les changer, je pense simplement que c'est de la perte de temps de s'attarder dessus à titre individuel (nous ne sommes pas sociologues ou politiciens) : on se crée des barrières mentales inutiles.

Par contre, comme effectivement il y a toujours un caractère contextuel à nos actions, il faut rester humble dans le "succès".

P.
Commentaire
15) Caratheodory
11/10/2019
Philippe,

Le fonctionnement de l'Etat, de la société et de l'économie n'est pas que l'affaire des sociologues et des politiciens. C'est d'abord l'affaire des citoyens.

Vu l'importance de la fiscalité dans la gestion patrimoniale en France, vu l'ampleur des dégâts économiques qu'une décision démagogique, par exemple votée par référendum, peut occasionner, il est important de se préoccuper de son devoir civique aussi.

Beaucoup de questions économiques (pas toutes!) sont politiques et l'occulter est une faute de raisonnement. Le marché de l'immobilier locatif en France est incompréhensible sans la dimension politique. Bien sûr, je comprends pourquoi vous limitez l'expression partisane qui, si libre cours lui est donné, a tôt fait de transformer un forum en caverne à trolls!

Commenter