Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 

Newsletter de l’IH #313

Le perfectionnisme n’est pas une qualité !

Rejoignez nos 4801 lecteurs !

Inscrivez-vous gratuitement pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles de l’IH :

 



Rejoignez nos 4801 lecteurs !

Inscrivez-vous gratuitement pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles de l’IH :

 


 

15 commentaires

Commentaire
1) Bluenote
01/09/2019
Il y a d'autres métiers, artistiques par exemple, où le perfectionnisme a un sens : scientifique, écrivain, sculpteur, musicien, etc. Qu'aurait-on retenue de Baudelaire s'il n'avait été perfectionniste ? Je concède qu'à part peut-être pour Victor Hugo, Maupassant et « quelques » autres, peu d'artistes ont connu en même temps la réussite sociale.
Commentaire
2) Bibike
01/09/2019
Bonjour Philippe
Je partage totalement votre point de vue sur le perfectionnisme... Je recopie ce que j'avais écris dans la file "gain de temps" https://www.devenir-rentier.fr/p250003#p250003

"Appliquer les 20/80 au boulot, aller à l’essentiel, se concentrer sur les tâches qui ont une valeur perçue uniquement. Etre efficace et non pas productif.
Je ne fais plus aucune heure supplémentaire, je ne travaille plus dans les transports non plus (2h TGV/jour), et mon travail n’étant déjà pas valorisé (€€€) quand je me démenais, cela n’a rien changé non plus à ce niveau là. J’ai enfin compris pourquoi le perfectionnisme est un véritable défaut, et malgré les 40% de suppressions de postes dans mon service ses 6 derniers mois, j’en fais bien plus qu’avant, en moins de temps. Sûrement en moindre qualité, mais la sur-qualité n’a jamais payée, alors il vaut mieux faire plus de petites erreurs de temps en temps  (sans conséquences en plus…), que de faire un travail parfait qui de doute façon ne sera pas reconnu à sa juste valeur."

PS cette newsletter n'apparaît pas sur la page d'accueil du forum.
Commentaire
3) ledep
01/09/2019
Bonjour,

Je suis un peu comme vous et pense aussi ainsi dorénavant (et un peu contraint/forcé pour s'adapter à un nouvel environnement).
Ce perfectionnisme ne m'a pratiquement jamais rien valu dans la reconnaissance de mon travail, en revanche il me fait d'abord "perdre du temps" pour en gagner ensuite, très bien faire en 1ère approche pour répéter ensuite par une action simple.
Cela est très mal compris au niveau pro car il faut des plans d'actions tout de suite activable (à croire que c'est magique).
Certains managers ont compris ma façon de travailler en me nommant bulldozer, ça déroule, ça avance quoi qu'il y ait, même si on me soufflait dans les bronches.

Les millennials qui arrivent ne sont pas du tout câblés comme nous (post baby-boomers) et vont préférer taper dans le tas direct quitte à faire des erreurs. Aujourd'hui je trouve que nous sommes dans l'ère de l'"à peu près", les adverbes prennent souvent tout leurs sens avec du "normalement" et "théoriquement" en tête de proue.
Il y a plus facilement d'acceptation des tâches et plans, histoire de ne pas être embêté, même si derrière c'est fait bof-bof en 20/80
Il faut s'habituer à cela car ils arrivent plus nombreux !!
Cela ne veut pas dire que c'est mieux ou moins bien, c'est juste une autre façon de faire.
Ce sujet est très largement sous-estimé par les directions et les RH, tant pour cette génération que celles qui vont devoir travailler avec.
Réponse de Philippe
Philippe
01/09/2019
@Bluenote

Effectivement !

@Bibike

Nous arrivons aux mêmes conclusions !

@Ledep

J'avais oublié les milléniums ! Eux ne souffrent pas de perfectionnisme (plutôt un bon point !), mais d'un manque de rigueur, voire d'un laisser-aller assumé. J'ai des exemples de jeunes profs en fac, avec des cours bourrés de fautes, qui n'ont même pas pris les dix minutes pour passer un correcteur orthographique. Mais comme les élèves font pire, au final cela semble ne gêner personne. Comme vous dites, c'est une autre façon de faire !
Commentaire
5) Smad
01/09/2019
Moi j’appelle ça le nivellement par le bas....

C’est toujours plus facile de faire mieux que les autres quand ils font de la m****, mais ça revient quand même à en faire.

On ne fait plus mieux, on fait moins pire ....
Commentaire
6) Zhole
01/09/2019
Juste pour rappeler qu'on parle tous de la loi de Pareto, économiste italien du même nom ou bien loi du 80/20.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Pareto
Réponse de Philippe
Philippe
01/09/2019
@Smad

Qu'on soit clair, je ne parle pas de faire de la non-qualité, mais simplement de faire le travail "normalement" attendu, sans aller jusqu'à la sur-qualité.

Typiquement je relis chaque message que je poste sur nos forums deux fois, pour soigner la forme et le fond. Mais selon la taille du message, il reste encore quelques coquilles par-ci, par là. Pour un message absolument niquel, il faudrait probablement quatre à cinq relectures en ce qui me concerne. Cependant, le lecteur d'un message de forum ne devrait pas s'offusquer d'une ou deux coquilles. A partir de là, relire encore et encore reviendrait à faire de la sur-qualité, ce serait un perfectionnisme inutile. Mieux vaut utiliser ce temps à participer à une autre discussion.
Commentaire
8) Ramos
01/09/2019
@Philippe

Je suis d'accord avec votre dernier commentaire, qui justifie d'ailleurs la phrase: "Plus tard, j'ai quitté le salariat et me suis à mon compte." ;)

Ramos
Commentaire
9) Kundera
01/09/2019
@Philippe

Message nickel et non niquel

Sans pour autant être perfectionniste
Commentaire
10) Jerome Leivrek
08/09/2019
Bravo !
Je me retrouve tellement dans cette newsletter.
Notons toutefois que je préfère ne pas oublier complètement le perfectionnisme, en certaines circonstances c'est très intéressant. C'est en étant perfectionniste que l'on fait parfois avancer la science.
Commentaire
11) DoctusMonkey
12/09/2019
C'est en étant perfectionniste qu'on fait de grandes choses.
Après je pense que c'est juste une question d'ambition.

Je crois que l'on est à soi-même le juge le plus exigeant donc si l'on est perfectionnsite c'est avant tout pour soi
Après, s'il s'agit seulement de donner le change et de faire illusion alors là pas de problème: le perfectionnisme est nocif.

Doctus Monkey
Réponse de Philippe
Philippe
12/09/2019
Bonjour,

"C'est en étant perfectionniste qu'on fait de grandes choses."

Pas si sûr. Si c'est pour s'épuiser dans des détails sans intérêt, vous gaspillez votre temps qui aurait pu être mieux utiliser justement, pour "faire de grandes choses".

P.
Commentaire
13) DoctusMonkey
12/09/2019
Je comprends ce que vous dites Philippe, mais on ne parle simplement pas de la même chose. Je parle d'un perfectionnisme un minimum intelligent: s'il s'agit de faire du perfectionnisme débile, c'est nocif, de même d'ailleurs que toute autre activité débile.

DM
Commentaire
14) barns
13/09/2019
Pour moi le perfectionnisme est source de procrastination.

En immobilier locatif par exemple, le soucis d'avoir le meilleur emplacement, au meilleur prix, avec la meilleure orientation, les plus faibles charges etc ... fait que j'avance très peu dans mes investissements.

Dois-je en conclure qu'il s'agit d'un perfectionnisme débile ?
Réponse de Philippe
Philippe
13/09/2019
@Barns,

Pas nécessairement, car dans votre cas il y a des éléments tangibles qui peuvent vous indiquer s'il s'agit d'un perfectionnisme excessif ou d'un simple bon sens : les bonnes affaires sont rares, et par conséquent demandent d'y consacrer du temps pour les trouver.

Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.