Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Newsletter boursière #258

Pourquoi Amazon écrase tout sur son passage et va tuer les petits revendeurs

Rejoignez nos 3550 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 



Rejoignez nos 3550 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 


 

8 commentaires

1) Uspony
09/06/2017
Quand j'ai démarré dans le commerce de vêtements dans les années 2000, les quelques boutiques en lignes Françaises étaient toutes (multi) millionnaires. Les structures ont du tellement vite se développer, que certaines ont coulé rien qu'avec les investissements colossaux qu'elles devaient soutenir pour tenir leurs moyens de logistiques croissants et donc une gestion rigoureuse pas toujours supportée par les plus jeunes entrepreneurs.

10 ans après, une centaine de petites boutiques de vêtements dans la gamme que je travaillais ont vu le jour, le CA s'est alors répartie et lissée avec moins de super structures. Et déjà des temps difficiles pour se démarquer.

Enfin, est arrivé le temps des sociétés Européennes dans les années 2010, avec leurs promotions toujours plus nombreuses, défiants toutes concurrences, hors de portée de nos normes de prix imposées par nos marques. Les frais de port à l'étranger s'alignant sur les frais de port nationaux, à quoi bon encore acheter en France?

Voilà donc comment toutes les boutiques ont disparu, laissant place à deux ou trois entreprises Allemandes et Espagnoles faisant toute l'année du -30% sur le catalogue, diriger les ventes et diriger le nouvel ordre en place par la loi du volume.

Aujourd'hui ce modèle économique s'applique dans d'autres domaines du commerce, suppléer maintenant par Amazon qui chapeaute le tout de son trône intouchable.

Je crois que nous pouvons le dire : il n'en restera plus qu'un !
2) baudricma
09/06/2017
Merci pour cette analyse. Un seul bémol toutefois : votre constat est très juste mais terriblement en retard. Cela fait plusieurs années que cela dure. Or, nous avons l'impression en lisant votre analyse que c'est "nouveau", ce qui n'est pas le cas.
Par ailleurs, est-ce que cela remet en cause vos analyses sur le retail en général comme les titres Wal-Mart ou les REITS de centres commerciaux ?
3) BBK
09/06/2017
Bonjour IH,
Merci pour cet édito.
Ma conjointe est en train de monter un site e-commerce pour vendre ses créations artisanales de bijoux.
Dans ce cas précis pas trop inquiété par Amazon et la digitalisation est un vrai plus !
Pas "besoin" de faire les marchés, les salons, d'exposer dans les boutiques éphémères etc
Un mixte Facebook / site e-commerce + bouche à oreilles offrira un bien meilleur rendement.
Après cette activité est d'abord une passion, le fait qu'elle soit artisanale (temps de création + production) et orienté tout public (€) empêche je pense un montage à la T Ferris.
On verra bien dans quelques mois!
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
09/06/2017
@baudricma

Les éléments techniques ne sont pas nouveau, cela fait 5 ans que j'utilise Amazon comme vendeurs tiers avec mes livres.

Mais c'est l'expansion récente significative du nombre de vendeurs tiers et du catalogue de produits tiers qui est "nouvelle", dans la profondeur de son impact sur l'environnement concurrentiel externe à Amazon.
5) FranckInvestor
09/06/2017
Et si au lieu de vouloir acquérir des centres commerciaux qui distribuent facialement un beau dividende mais qui n'a aucun avenir d'être préservé, vous vous concentriez sur les retailers US qui sont propriétaires de leurs murs et qui continuent à faire des bénéfices malgré Amazon ?

Sans nulle doute, ce seront plutôt eux qui ont une grande chance de sortir gagnant de cette guerre commerciale.
6) mathieulovic
09/06/2017
Amazon n'est pas uniquement un revendeur. Il y a l'activité Cloud qui rapporte énormément. On peut ajouter l'IA avec Alexa et plusieurs autres inovations.

Ils sont en train de se créer un immense empire.
7) Ntel
09/06/2017
Merci de votre analyse, que je partage, et de votre transparence.

Deux points :
1. Sur le "retard" : effectivement, le rouleau compresseur est en marche depuis bien longtemps, et l'histoire "semblait" déjà écrite. Je suis actionnaire depuis 2013 en me fondant sur peu ou prou ce que vous avez exprimé. A ce qu'il me semble, l'accélération récente n'est qu'une confirmation et il n'est pas trop tard pour entrer. Une poche de croissance supplémentaire : le PPC, publicité interne à Amazon (l'équivalent de Adwords sur Google), très populaire chez les vendeurs, et en pure marge pour la plateforme.

2. Sur votre stratégie : n'est-on pas là devant une de ses limites majeures ? A ma connaissance, vous n'investirez pas dans AMZ tant qu'il n'y aura pas de dividendes à la clé. Pour autant, si vous voulez rester dans le retail, et que votre thèse implique que "personne" ne survivra à Amazon, comment résolvez-vous cette situation ?

Amitiés,
Ntel
8) MisterVix
09/06/2017
Je pense aussi, en tant que client, qu'Amazon écrase la plupart de ses concurrents. Toutefois il existe une menace pour le géant américain encore discret en France: ALIBABA, le géant chinois, et sa plateforme francaise aliexpress. Ce n'est pas aussi joli qu'amazon mais les prix sont uktra cassés et le choix phénoménal. Du vrais bon gros dumping chinois.

Commenter





Merci de recopier le mot ci-dessous :