Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Cherchez sur le site et les forums :

Newsletter de l’IH #375

Des sanctions contre la Russie coûteuses et inutiles ?

OBJECTIF DE LA NEWSLETTER DE L’IH

Cette newsletter gratuite partage mes idées et réflexions sur l’investissement dans des actions de sociétés cotées en bourse.

Ponctuellement, d’autres sujets sont abordés, autour de la gestion de patrimoine ou du développement personnel.

Toutes les newsletters envoyées depuis sa création en 2012 sont disponibles ici.


 

32 commentaires

Commentaire
1) VladimirMytho
28/06/2022
Vous oubliez que l'Europe et les U.S ont déjà essayé la stratégie du laissez-faire suite à l'annexion de la Crimée et la guerre du Donbass depuis 2014 avec les résultats que l'on connait aujourd'hui.
Certes, les sanctions ne sont pas suffisantes sur le court terme, mais elles sont nénessaires car il faut tout faire pour arreter poutine pour éviter une situation encore pire.
Il est naif de penser que poutine s'arretera à l'Ukraine en cas de victoire. Il s'est d'ailleur deja comparé à Pierre Le Grand récemment, ce qui suggère des ambitions au-delà de l'Ukraine.
Dans ce scénario, Michou de Trifouilly-les-Oies en payera les conséquences et viendra ensuite se plaindre et pleurer pour savoir pourquoi on n'a rien fait.
Un peu comme avec Hitler.
Commentaire
2) Candide
28/06/2022
Bonjour,
Mis à part votre préambule très juste, le reste est fort douteux.
Sous couvert de réalisme, votre opinion est court-termiste et manque de perspective historique.
Je conseille à ceux qui souhaitent se faire leur propre idée de lire les longs threads (en anglais) d'analystes tels que https://twitter.com/kamilkazani ainsi que la propagande russe car elle est tellement excessive qu'elle est assez facile à déchiffrer.
Quelqu'un a dit : "Si vous trouvez que la culture coûte trop chère, essayez l'ignorance." On pourrait dire la même chose avec les sanctions...
Cordialement,
Candide
Commentaire
3) InvestisseurHeureux
28/06/2022
Pour être plus explicite sur l'inefficacité des sanctions, la Russie n'a jamais eu une balance commerciale aussi excédentaire : https://www.economist.com/finance-and-economics/2022/05/13/russia-is-on-track-for-a-record-trade-surplus

Ce que nous n'achetons pas, d'autres l'achètent.

Et comme les importations Russes ont diminué, le solde est très excédentaire.

La monnaie Russe est également sur des +hauts à 5 ans, que ce soit face aux USA ou face à l'EUR.

Pour que les sanctions soient efficaces, il faudrait que tous les pays du monde les appliquent : ce n'est pas le cas.

Comme les Européens sont importateurs de matières premières, c'est nous que nous pénalisons, c'est aussi simple.

Et je ne suis pas sûr que la durée des sanctions jouent en notre faveur, au contraire : nous serons toujours importateurs de matières premières dans les années à venir, et la Russie toujours un grand exportateur mondial.

Il n'y a pas de propagande Russe là-dedans, c'est une réalité économique.
Commentaire
4) VladimirMytho
28/06/2022
"Ce que nous n'achetons pas, d'autres l'achètent."

Oui, avec un discount important qui prive la russie de revenus. Par exemple, le pétrole russe s'achète avec un discount de $30/barrel par rapport au Brent comparé à un discount négligeable avant la guerre.
D'autre part, le gaz ne s'exporte pas de facon aussi flexible que le pétrole. Il faut construire des pipelines et/ou énormément de capacité LNG.

"La monnaie Russe est également sur des +hauts à 5 ans, que ce soit face aux USA ou face à l'EUR."
Et alors? Ca leur sert à quoi? L'inflation en russie est de 17% alors qu'ils possedent beaucoup de matieres premieres. Et grace aux sanctions, malgré leur monnaie tellement forte, ils importent beaucoup moins , y compris des technologies dont ils ont besoin (microprocesseurs, maintenance aviation,...).

Au-dela des critiques. quelles solutions proposez-vous? Laisser faire quite à ce que la russie se renforce encore plus avec les ressources naturelles de l'Ukraine? Et vous laisseriez faire aussi quand la russie envahit à son tour certains pays de l'UE? Dans ce cas, ne craignez-vous pas un scenario à la Hitler?
Commentaire
5) phili75
28/06/2022
The NATO chief also said sanctions against Russia are a price worth paying for freedom.

"Of course, I recognize that our economic sanctions, for instance on parts of [the] Russian industry, on the financial sector, also have global ramifications, also for the energy markets, and therefore, Europeans, NATO allies, the United States ... They pay a price. There's no way to deny that," he said, adding that the price is much lower than the price the countries would pay if "Putin gets his way by using military force against an independent nation."

"It is the price we have to pay for freedom," he added.
Commentaire
6) GBL
28/06/2022
Même si "nous serons toujours importateurs de matières premières dans les années à venir, et la Russie toujours un grand exportateur mondial", être conscient que ça a de sérieux impacts, sur notre réelle indépendance, et que ça peut nous faire prendre des décisions qui limitent cette dépendance (l'Allemagne aurai-elle fait le même choix de "sortir du nucléaire" si en même temps que Fukushima, il y avait eu une invasion de l'Ukraine par la Russie ?) (quels chocs sont nécessaire pour qu'on se réveille ?), ça ma semble très utile.

Je ne vois pas les sanctions à l'égard de la Russie comme la résultat de considérations morales.
C'est plus simplement tirer les conclusion du fait que la Russie pourrait demain envisager d'étendre bien plus encore sa "zone d'influence", et qu'il faut limiter ses échanges et dépendances avec ceux qui représentent plus une menace qu'un voisin paisible. Le fait que la Russie arrive néanmoins encore à trouver des clients pour ses matières premières (et sans doute pas au même prix que si on voulait en acheter tout plein) n'est pas un facteur à prendre en compte.
Et de toute manière, en ce qui concerne une partie des sanctions, la Russie pourrait tôt ou tard décider de son côté de ne plus nous vendre telle ou telle matière première. Autant qu'on se soit préparer à la chose, et il semble que la seule manière de le faire sérieusement soit celle qui a été choisie.
Il aurait été utile de compléter/modérer sa réflexion par quelques autres idées, du genre "Si vis pacem, para bellum", qui me semblent d'actualité avec un voisin tel que la Russie et ses dirigeants actuels.

De manière générale, je perçois de plus en plus une dérive dans les opinions qu'exprime IH sur le forum, sur un certain nombre de sujets, où il nous tient des raisonnement un peu binaires et simplistes, ou nous explique que les gouvernants et élites européens agiraient, soit de manière stupide, soit en étant manipulés par d'autres (ce qui revient un peu au même), ou de manière corrompue ou délibérément contraire à l'intérêt de leurs peuples (ce qui me semblerait être à courte vue, car uniquement possible à long terme dans des régimes autoritaires). Il semble complètement nier le fait que les situations sont extrêmement complexes (et non "simplistes"), ne présentent pas de solution facile permettant de tout régler sans aucun inconvénient (mais que d'autres choix auraient souvent des inconvénients encore pires), que de tout temps les différents pays ont tentés de s'influencer (et réussi en partie, souvent quand l'influencé y trouvait son compte), que toute situation équilibré peut n'importe quand devenir déséquilibrer et nécessiter des ajustements, ou que l'Europe est en fait (si on la compte comme une seule entité) la plus grosse puissance économique au monde (mais certes pas la plus grande puissance militaire...), ce qui en serait pas le cas si ses élites/gouvernants étaient si stupides ou corrompus que d'aucun le croient.
Commentaire
7) Louis Pirson
28/06/2022
IH nous explique que les sanctions font plus de mal aux Européens qu'aux Russes (de mes analyses, je partage cet avis mais il peut être contredit évidemment).

Ça ne veut pas dire qu'il faut rester impassible face à l'attitude russe mais peut être que la voie choisie n'est pas la bonne.

Des sanctions qui affaibliraient le sanctionnateur plus que le sanctionné me semblent une étrange manière de "préparer la guerre".
Réponse de Philippe
Philippe
28/06/2022
@GBL

Je connais vos positions et j'ai toujours apprécié votre côté "sage".

Mais je trouve que vous êtes dans le déni et avez beau jeu de trouver mes raisonnements "binaires".

Le tracking record des dernières années de nos élites françaises/européennes n'est pas très inspirant (euphémisme).

C'est trop "facile" de dire que les situations sont complexes, pas faciles, etc. et que l'observateur que je suis n'en voit pas la complexité, assis sur son canapé.

En France, on a un effondrement complet de l'éducation nationale et du système de santé, c'est factuel. Ce sont bien nos élites qui ont détricoté le niveau des exigences à l'école et détruit le système de santé avec les différentes réformes. C'est bien le fruit d'actions volontaires, peu importe les raisons (idéologie, électoralisme, ou que sais-je).

En Europe, on a quand même souvent des décisions qui sont prises contre les peuples européens. Exemple la Grèce en 2012, avec un plan d'austérité dont tous les "experts" disent aujourd'hui qu'il était trop dur et inadapté. Ok il fallait composer avec l'Allemagne, etc. mais les faits sont là.

Si l'Europe est difficilement gérable parce qu'il y a trop de pays, je n'y suis pour rien : je n'ai pas eu mon mot à dire sur tous les pays qui y sont rentrés et monsieur Michou non plus.

Par ailleurs, les "élites" n'ont jamais aucune responsabilité : après coup elles ont juste à dire "on a fait comme on pouvait à ce moment-là, j'assume". Sauf qu'elles n'ont rien à assumer en réalité.

Pour l'instant en France, dans la médiasphère, le narratif reste sur le bien-fondé des sanctions, même s'il y a quand même un narratif contraire qui émerge un peu sur des médias "alternatifs" (CNews et Sud Radio).

On va voir dans quelques mois, particulièrement cet hiver, si le narratif (et les sanctions ?) change alors que les peuples européens s'exaspèrent devant le coût de la vie croissant.
Commentaire
9) VladimirMytho
28/06/2022
@Philippe

Admettons que vous ayez raison. Que devraient faire la France, l'UE, et les US dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la russie?
Commentaire
10) franc23
28/06/2022
Je trouve extrêmement sain que Philippe s’interroge sur le narratif actuel et rappelle les données du problèmes. Les coûts et les avantages. C’est cela une vision non binaire. Et il l’a parfaitement argumentée.
Commentaire
11) emilienlar
28/06/2022
Il y a un point sans doute un peu simpliste qui n'est jamais évoqué : les budgets militaires cumulés des pays membres de l'UE sont nettement supérieurs à celui de la Russie ; en revanche, les capacités militaires de l'UE n'arrivent pas à la cheville de celles de la Russie !

Beaucoup d'argent d'un côté mais de piètres capacités ; peu d'argent de l'autre mais des armements terrifiants. N'est-ce pas là un véritable scandale ?
Réponse de Philippe
Philippe
29/06/2022
@VladimirMytho

On s'en fiche de ce que je pense qui devrait être fait ou aurait du être fait. C'est de la perte de temps de discuter de ça.

Ce qui compte c'est de déconstruire (ou non !) les récits/narrations qui nous sont "donnés" pour savoir comment mener sa barque au mieux dans ces environnements.
Commentaire
13) VladimirMytho
29/06/2022
@philippe

Pour "déconstruire (ou non !) les récits/narrations qui nous sont "donnés" pour savoir comment mener sa barque au mieux dans ces environnements", ne vaudrait-il pas mieux connaitre la pertinence de solutions alternatives?
Admettons que votre constat soit correct mais qu'il n'y ait pas de meilleure alternative. Pour mener se barque au mieux, il faudrait alors, parmi d'autres actions, continuer à voter pour les dirigeants actuels qui prennent les meilleures décisions possibles meme si elles sont loin d'etre idéales.
Au contraire, si vous identifiez de meilleures solutions, il faudrait voter pour d'autres dirigeants qui prendraient ces décisions.
Commentaire
14) Lausm
29/06/2022
Déconstruire un discours, n'implique pas forcément d'avoir à décider d'agir de telle ou telle manière sur le paradigme en cours.
Il s'agit de garder une capacité d'analyse qui ne sombre pas dans l'adhésion partisane à nos biais préférés en terme d'opinions concernant le réel.
Après, il s'agit de savoir que décider pour investir, j'ai quelques doutes sur la capacité d'influence que pourrait avoir notre vote sur nos investissements, à mon avis c'est chercher le sujet ailleurs que là où il se situe.
L' être humain aime bien avoir un quelque chose à se mettre sous la dent pour penser. Il supporte mal le vide, pourtant c'est en acceptant de le laisser être qu'on peut y voir plus clair sur toutes les forces en jeu. C'est ça la déconstruction, mais c'est un mouvement de l'esprit antinaturel (cependant fort utile à mon humble avis).
Commentaire
15) maximusDM
29/06/2022
@GBL, parce que pour vous, toutes les dérives idéologiques de nos gouvernements occidentaux ne conduisent pas à des raisonnements binaires ???

@IH, avec ce genre d'édito, vous vous exposez forcément à un flingage en règle :)

Sinon, si vous voulez investir en asie (inde, singapour) via des CEF UK, il me vient à l'esprit le Pacific Horizon IT de Baillie Gifford, qui lamine le MSCI All Country Asia Ex Japan. Avec 26% du portefeuille en inde, 6% à Singapour.

N'hésitez pas à consulter le screener de theAic (https://www.theaic.co.uk/investment-company-screener)
Commentaire
16) VladimirMytho
30/06/2022
Je veux bien que les sanctions ne fontionnent pas et/ou favorisent la russie, mais pour la premiere fois depuis 1998, Gazprom ne paiera pas de dividendes après avoir annoncé un dividende record et alors que les matières premières sont en haut de cycle. L'action chute de plus de 25%.

C'est ce qui arrive quand on se prive de ses plus gros clients sans pouvoir les remplacer facilement, contrairement à ce que certains imaginent. Car je répète, il faut construire des pipelines et/ou des grosses capacités LNG pour fournir d'autres pays en gaz.
Commentaire
17) poupoupidouh
30/06/2022
Concernant l'impact des sanctions sur l'activité économique Russe, il y a quelques chiffres qui commencent à sortir :

Voir le fil suivant :
https://twitter.com/jakluge/status/1542220135305564160
Commentaire
18) MarcAurele
30/06/2022
Franchement IH, vous savez au moins que vous ressortez TOUTE la rhétorique du Kremlin ? On croirait entendre Poutine ou Peskov.

Je vous invite à regarder le dernier live facebook du député européen Raphaël Glucksmann, où une idée essentielle est abordée, mais dont vous ne semblez pas prendre conscience : l'UE et à fortiori la France seront puissantes et écoutées, uniquement si elles appliquent par la force leurs principes éthiques et moraux. Nous devons être capable de sacrifier une partie de l'économie pour retrouver de l'indépendance, et donc de la force.

Mais cela nécessite de la résilience et de la patiente, ce que vous semblez ne pas avoir du tout - vos dividendes mensuels étant bien plus importants à vos yeux que l'avenir funeste d'une Europe sous occupation russe.
Réponse de Philippe
Philippe
30/06/2022
@MarcAurele

C'est exactement l'inverse. Je regarde toujours les choses le plus froidement possible (personnalité INTJ, voire limite schizoïde), et vous pouvez comparer mon édito à votre message, pour voir quel est le message le plus biaisé émotionnellement.

Quant à l'idée "forte" de Raphaël G., je pense exactement le contraire. Vous n'avez qu'à regarder les USA, on ne peut pas dire que ce soit un modèle d'éthique et de moral (exemple : Guantanamo), et ils ont toujours l'ascendant sur nous. C'est la puissance militaire et l'indépendance dans les ressources qui fait qu'on est écouté internationalement. L'éthique et la moral, tout le monde s'en fiche en terme de négociation : c'est triste, mais c'est comme ça.

Quant à mes dividendes comme vous dites, le conflit en Ukraine ne change pas grand chose pour moi, vu que justement, je surpondère les USA, car j'ai bien conscience depuis longtemps des faiblesses de l'Europe, hélas.

Après, si je me trompe et que les sanctions permettent d'aller plus rapidement vers une fin du conflit, tant mieux. Je ne demande que ça.

@poupoupidouh

Merci pour les chiffres !
Commentaire
20) Damien
30/06/2022
Bonjour,

Lecteur régulier (non inscrit) de ce forum, je tiens à commencer par exprimer ma sincère gratitude à Philippe pour sa transparence et son travail. Je note cependant avec un déplaisir croissant la dérive éditoriale du site, avec une recrudescence des lamentations sur la déliquescence de nos sociétés couplée à une fascination morbide pour les régimes autoritaires parés de multiples vertus (discréditer un modèle pour en promouvoir un autre est une méthode éprouvée). Pourtant, sans même quitter cet espace communautaire, les précédents qui pourraient nous instruire sur les crises antérieures ne manquent pas, cf. https://www.devenir-rentier.fr/t880... Mais bon, revenons à cet édito qui me fait sortir de ma réserve.

Tout ne va pas bien dans les sociétés occidentales, c'est certain ; mais ces sociétés n'en restent pas moins très prospères, et cette prospérité globale se mesure par exemple par le biais du PIB.

La consultation du site de l'OCDE permet de constater deux choses :
a- sur ce graphe personnalisable (https://data.oecd.org/fr/gdp/previsions-du-pib-reel.htm#indicator-chart ; pour simplifier, j'avais choisis France (nous), Allemagne (grd pays le plus dépendant des hydrocarbures russes), Russie, zone Euro), on constate la forte chute du PIB de la Russie et la légère croissance des autres ;
b- sur la page d'accueil d'aujourd'hui (https://www.oecd.org/fr/), on voit les écarts de PIB par rapport aux prévisions fin 2021.

Au 30 juin 2022, les chiffres tendent à montrer que :
a- que le PIB de la Russie a clairement souffert (-10 % min, base 100 T4 2019), avec hypothèse de faible croissance pour les trimestres à venir ;
b- que les PIB non-Russie prévus en 2021 n'ont cessé de croitre, avec hypothèses de faible croissance.

Dire aujourd'hui que nos économies souffrent plus que celle de la Russie est donc factuellement faux.

D'une façon moins factuelle (mea culpa, je n'ai pas vérifié les chiffres pour valider ou pas les hypothèses qui suivent), quand bien même nous achetons des hydrocarbures à des pays qui en ont d'abord acheté à la Russie, il me semble qu'au pire nous l'achetons à peu près au prix que nous aurions payé de toute façon à la Russie. En terme de prix, c'est neutre pour nos économies. De toute façon, vu les précédents chantages aux hydrocarbures auxquels s'était livrée la Russie, une crise nous pendait au nez : seulement, nous n'avons pas voulu la voir car nous n'étions alors pas directement concernés ; de façon similaire selon moi, de nombreuses nations lointaines ne s'alignent ni sur un camp ni sur l'autre par manque d'intérêt avant tout.

Géopolitiquement enfin, il semble hautement improbable que la Russie soit à la fois une alliée durable (c'est le mot important) des rivaux que sont la Chine et l'Inde ; la possibilité qu'à l'Inde d'acheter du pétrole à bon prix peut effectivement se lire comme une subvention... pour que son économie ne soit pas totalement larguée par rapport à celle de la Chine, cf. encore une fois les PIB respectifs des deux pays (la spéculation étant que l'Inde puisse servir de contrepoids efficace en cas de futures tensions USA-Chine).
Commentaire
21) VladimirMytho
01/07/2022
Il n'y a effectivement rien de chiffré dans cet édito, uniquement de vagues impressions:

"on perd plus que la Russie,"
"ce sont nos genoux que nous avons brisés, et l'orteil de la Russie qui a été touché !"
"une vertu coûteuse et jusqu'à présent inutile"
Commentaire
22) Cupflip
01/07/2022
Il est fort dommage d'observer ainsi la dérive du forum et de cet espace. De référence francophone en investissement, avec des intervenants pointus et de haut niveau, des analyses fouillées et argumentées, des retours d'expériences complets et instructifs… on est passés à une politisation à outrance et souvent très simpliste, qui se propage dans tous les sujets. Il suffit de voir qu’il a fallu fermer le « Salon », puis qu’ensuite les membres, toujours les mêmes, importe cette même politisation simpliste partout. L’exemple de la file « Encore un krach boursier » est un bel exemple, qui redevient la file sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Evidemment, comme notre hôte est en phase avec les positions de ces mêmes membres sur la plupart de ces sujets (gilet jaunes, Covid, environnement, invasion de l’Ukraine par la Russie, etc.), il laisse faire cette dégradation. C’est dommage, la qualité des échanges est en chute libre.
Commentaire
23) oldschool
01/07/2022
merci Philippe,
quel vent de fraicheur et de pragmatisme dans cette analyse...
forcément la bienpensance dégoulinante est sortie du bois avec ses poncifs.
Commentaire
24) misteronline
04/07/2022
Les effets des sanctions sont très décevants à aujourd'hui. Mais l'objectif en réalité est long-terme. Les avions de lignes russes ne peuvent plus opérer à l'international faute de pièces. Les composants de haute technologie n'arrivent plus (stratégique pour l'industrie de défense). Les chaines automobiles s'arrêtent faute d'intrants. Il est compliqué de fabriquer du papier "blanc" faute d'accès aux agents blanchissants. Les machines outils pour la boulangerie sont soumises aux sanctions. L'industrie du gaz et du pétrole manque de vannes, de tubes, de composants.
La Russie avait très bien géré les sanctions suite à l'invasion de la Crimée, mais il s'agissait de biens simples permettant un "import substitution" facile.
Là c'est beaucoup plus complexe.
La Chine est évidemment scrutée par le département d'état, car elle est la seule en mesure d'aider la Russie face à ces paquets de sanctions.
Il y a aussi une fuite des cerveaux "jeunes" via la Turquie, des scientifiques qui sont arrêtés.
Les chercheurs en sanctions (oui il y en a) n'ont aucun doute sur le fait que cela fera très mal à la Russie... à long-terme.
Commentaire
25) Steph
12/07/2022
oldschool vous m'enlevez les mots de la bouche
Moi aussi je rejoins pleinement le discours d'IH.
Et c'est de ce qui en découle qu'il faut construire des solutions pour soi et ses proches.
Réponse de Philippe
Philippe
13/07/2022
Dans sa newsletter du jour, Marc Fiorentino semble sur la même ligne que cet édito, même s'il évite de trop se mouiller.

" LE SANCTIONNEUR SANCTIONNÉ

On va finir par se demander qui subit réellement les sanctions.
Certes c'est la Russie qui est visée.
Et c'est la Russie qui est privée de McDo, et certains de ses oligarques qui sont privés de yachts cet été, mais la Russie accumule un trésor de guerre. Dans le cas présent c'est plus qu'une expression : des centaines de milliards de dollars grâce à la flambée des cours du gaz et du pétrole.
LES ÉTATS-UNIS...

...suivis par l'Europe, sont à la manoeuvre sur les sanctions.
Nous en sommes à la sixième ou septième vague, comme le Covid, de sanctions contre la Russie.
Et les effets sur l'économie russe ne sont pas faciles à analyser.
Signe de cette situation paradoxale, le rouble n'en finit pas de progresser. "

Source : https://app.placement.meilleurtaux.com/winter-is-coming-1000002186.html

Une fois de plus, mon édito avait juste un peu d'avance...
Commentaire
27) franc23
13/07/2022
J’ai pensé exactement la même chose que vous en lisant l’édito de Marc Fiorentino ce matin !
Je pense qu’il a lu le vôtre il y a quelques jours avant de faire le sien 😆
Réponse de Philippe
Philippe
13/07/2022
Morningbull (Thomas Veillet) est exactement sur la même ligne, si je me réfère à ces deux newsletters récentes :
- https://www.investir.ch/2022/07/un-cocktail-au-xanax-au-shaker-pas-a-la-cuillere/
- https://www.investir.ch/2022/07/on-navigue-a-vue/

Seul le style d'écriture diffère, puisque lui le dit avec son humour satirique habituel.
Commentaire
29) Jef56
14/07/2022
C’est une chose que de constater les effets des sanctions et on ne peut pas les nier: la Russie se gave et l’Europe se met en difficulté.

Mais s’en est une autre de savoir pourquoi on le fait et d’avoir le courage de les assumer.
La jeunesse russe accepte de mourir par milliers en terre ukrainienne pour faire revivre les rêves impériaux russes. Et nous devrions applaudir et attendre notre sort avec des fleurs au fusil?

Je préfère avoir froid cet hiver et mettre un pull supplémentaire, avoir une récession et de l’inflation (que mon gouvernement combat) que de voir mourir des milliers de français (dont moi peut-être sur le champ de bataille) parce qu’on aura laissé croire au tsar Poutine que « c’est possible ».

Nous perdons la bataille des sanctions pour le moment, mais c’est passager et c’est le prix à payer pour éviter une guerre et faire tomber Poutine.

Je ne pense pas que Fiorentino veuille dire autre chose, il déplore simplement les faits mais ne remet pas en cause les objectifs.
Réponse de Philippe
Philippe
14/07/2022
Bonjour,

Si l'on prend l'hypothèse que Poutine aurait des visées impérialistes au-delà de l'Ukraine, en effet.

Mais si l'on ne partage pas cette assertion, et dans la mesure où la guerre en Ukraine continue, je ne vois toujours pas bien où tout cela nous mène, sinon à faire monter les "populismes" dans les différents pays où le sanctionneur devient le sanctionné.

Bonne journée.
Commentaire
31) Alpins
01/08/2022
Une étude d'une équipe de Yale "Business Retreats and Sanctions Are Crippling the Russian Economy":
https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=4167193
Commentaire
32) stef
01/08/2022
Je suis "tombé" sur la même étude de Yale que Alpins.
A défaut de lire les plus de 100 pages de l'étude, je me suis limité à l'abstract.
Cette étude remet fortement en cause comme quoi les sanctions seraient in fine relativement indolores pour la Russie.
Une mis en bouche du début de l'abstract :
"As the Russian invasion of Ukraine enters into its fifth month, a common narrative has emerged that the unity of the world in standing up to Russia has somehow devolved into a “war of economic attrition which is taking its toll on the west”, given the supposed “resilience” and even “prosperity” of the Russian economy. This is simply untrue – and a reflection of widely held but factually incorrect misunderstandings over how the Russian economy is actually holding up amidst the exodus of over 1,000 global companies and international sanctions.

That these misunderstandings persist is not surprising. Since the invasion, the Kremlin’s economic releases have become increasingly cherry-picked, selectively tossing out unfavorable metrics while releasing only those that are more favorable. These Putin-selected statistics are then carelessly trumpeted across media and used by reams of well-meaning but careless experts in building out forecasts which are excessively, unrealistically favorable to the Kremlin."

Commenter





Anti-spam : quel est le nom de famille du Président de la République française ?