Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 

Rejoignez nos 4620 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 


Portefeuille Investisseur Heureux - Décembre 2018

30/11/2018 - 2196 € de dividendes bruts mensuels, 492 k€ de capital

Reporting de décembre 2018 du portefeuille de l’investisseur heureux. 115e mois de reporting.

Objectif

115e mois de reporting (neuf années et sept mois de transparence) : l’objectif est l’obtention d’une rente mensuelle pérenne issue de mon patrimoine financier de deux SMIC nets, soit 2250 € après impôts et prélèvements sociaux ou environ 2830 € avant impôts et prélèvements sociaux. La stratégie patrimoniale pour y parvenir a été explicitée en filigrane sur ce blog ou les forums, et est décrite en détail dans mon livre.

Pour rappel, le suivi (portefeuille, répartitions, calendrier des dividendes…) est réalisé avec xlsPortfolio et xlsAsset.

Dividendes d’actions cotées perçus

Après l’arrêt de mon activité principale fin 2013 (Suis-je rentier ?), l’essentiel de mes revenus provient maintenant des dividendes de mon portefeuille d’actions et d’une TPE française dans laquelle je suis coactionnaire, dont l’actif principal est un site e-commerce.

Hors la TPE, le montant des dividendes reçus avant impôts et prélèvements sociaux, en base mensuelle, est d’environ 2196 € en décembre 2018.

La forte exposition de mon patrimoine financier à des sociétés cotant en USD et réalisant une part importante de leurs bénéfices aux États-Unis influence toutefois le montant des dividendes bruts perçu, ainsi, toutes choses égales par ailleurs :

EUR/USD 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40
Dividendes 2385 € 2237 € 2113 € 2008 € 1918 €


Devise des dividendes :


(sources : Financial Times, xlsPortfolio)

Calendrier des dividendes :


(sources : Financial Times, xlsPortfolio)

Dépendance des dividendes :



(sources : Financial Times, xlsPortfolio)

Contrôle des dividendes par action en devise locale :


(sources : Financial Times, xlsPortfolio)

Performance

Bien que ne m’en préoccupant guère (la rente est générée par les dividendes, non par les plus-values boursières), dans la continuité des précédents reportings, je poursuis le suivi de la performance.

Le portefeuille est quasi-stable ce mois-ci, avec une valeur de part à 167,2 vs 167,3 le mois dernier :

Evolution de la valeur de la part :


(sources : xlsPortfolio, xlsAsset)

Evolution de la performance annuelle sur les 115 mois de reporting :


(sources : xlsAsset)

Les dividendes sont intégrés nets d’imposition et prélèvements sociaux dans le calcul de la performance, quelle que soit leur utilisation effective (consommation ou réinvestissement).

Le crédit d’impôt lié aux nombreuses actions étrangères détenues et l‘écart entre l’acompte éventuel vs l’imposition réelle (moins élevée) ne sont pas réintégrés, donc la performance effective est légèrement supérieure à celle indiquée.

La forte exposition à des sociétés cotant en USD et réalisant une part importante de leur bénéfice aux États-Unis influence également la valorisation du portefeuille d’actions, ainsi, toutes choses égales par ailleurs :

EUR/USD 1,00 1,10 1,20 1,30 1,40
Portefeuille 533 k€ 499 k€ 470 k€ 446 k€ 425 k€


Allocation stratégique

J’ai stoppé mon activité principale en fin 2013 à l‘âge de trente-quatre ans, avec comme actifs une participation dans une TPE française, quelques liquidités et un patrimoine financier d’environ 450 k€ (aujourd’hui 492 k€).

La totalité de ce que je possède est le fruit de mon travail, de mon épargne et de mes investissements (ni aide d’aucune sorte après avoir quitté le domicile parental, ni héritage, je suis arrivé à Paris fin 1999 à vingt ans avec un BAC+2 et environ 1 k€ en poche – premier logement dans un foyer de jeunes travailleurs en banlieue, interminables transports en commun, travail acharné, reprise d‘études…).

Concernant mon patrimoine financier, l’allocation stratégique est volontairement plus “agressive” que celle préconisée dans mon livre avec l’espoir d’une rentabilité meilleure, mais au prix d’une volatilité plus élevée :


(sources : Financial Times, xlsPortfolio, xlsAsset)

Fonds euros en assurance-vie (≈2 k€)

Mes fonds euros sont :

  • Eurossima, détenu via un contrat d’assurance-vie Boursorama
  • Suravenir, détenu via un contrat d’assurance-vie Fortuneo

Les montants sont minimaux pour conserver les bénéfices liés à l’ancienneté des contrats d’assurance-vie.

Immobilier (≈167 k€ d’immobilier coté)

Mes investissements immobiliers le sont au travers de sociétés immobilières cotées en bourse (Real Estate Investment Trust), qui permettent une diversification géographique et typologique aisée (cf. Investir dans l’immobilier depuis chez soi) :


(sources : Financial Times, xlsPortfolio)

Détail des investissements :

Ces foncières cotées sont détenues sur un compte-titres chez Binck.

Digital Realty a le statut de REIT, mais comme son activité est orientée autour des centres de données informatiques, je la classe dans les technologies de l’information.

Actions (≈490 k€ dont 170 k€ d’immobilier coté)

Répartitions diverses :


(sources : Financial Times, xlsPortfolio)


(sources : Financial Times, xlsPortfolio)


(sources : Financial Times, xlsPortfolio)

Allocation opérationnelle :


(capture d‘écran du 01/12/2018, il y a eu une erreur avec celle du 30/11/2018)


(sources : Financial Times, xlsPortfolio)

Ces actions sont détenues sur un compte-titres chez Binck.

Détails des investissements :

D’une manière générale, les sociétés en portefeuille sont parmi les leaders dans leur domaine d’activité dans leur pays, voire dans le monde.

Les vicissitudes boursières ne me préoccupent guère (cf. Comment faire face à la volatilité boursière ?), à long terme, seules la performance opérationnelle de ces sociétés et leur capacité à distribuer des dividendes, comptent.

Chaque entreprise connaîtra certainement des hauts et des bas ponctuels, en fonction du cycle économique, du cours des matières premières, de l’environnement réglementaire et concurrentiel, mais en agrégat et en tendance, j’espère une augmentation des profits et des dividendes dans le futur, au moins au rythme de l’inflation.

Pour autant, tant que je le pourrai, je réinvestirai les dividendes d’actions reçus afin de faire croître plus vite ce flux de profits et dividendes, et favoriser un effet “boule de neige”.

Autres actifs (≈ xyz k€)

Mes liquidités courantes, la participation dans la TPE, un bien immobilier acheté à crédit (et pour le moment qui appartient surtout au banquier), ne sont pas comptabilisés dans ce reporting, mais contribuent à une diversification patrimoniale plus importante que mon patrimoine financier seul pourrait présager.

Opération du mois

Les dividendes d’actions reçus ce mois-ci après prélèvements en tout genre sont 58 CAD, 332 GBP et 838 USD :


(source : Binck)

La trésorerie bénéficie également d’une correction fiscale de 490 EUR liée à des dividendes de foncières cotées américaines perçus en 2017 et injustement fiscalisés (dividendes versés sous la forme de “remboursement en capital”) :

Avec une parité EUR/USD sous les 1,15 et un portefeuille largement surpondéré en valeurs liées à l’USD, il me semble opportun d’arrêter de renforcer les actions américaines et réinvestir dans des sociétés moins dépendantes de l’USD.

Par conséquent, les 490 EUR de correction fiscale et tous les dividendes, éventuellement après conversion en GBP, ont été réinvestis dans le distributeur d‘électricité britannique National Grid :

Un renforcement dans Intu Properties a été exclu, car j’ai été échaudé par l’OPA avortée jeudi par les acquéreurs, alors que le prix proposé était largement sous la NAV communiquée par INTU (et donc, si vous renoncez à acheter 215 ce qui est sensé valoir 297, il y a une bizarrerie qui demande des éclaircissements).

Le producteur d‘électricité Centrica me désespère, et est maintenant devenu une mid-cap, tant sa capitalisation boursière a fondu en quelques années. L’environnement concurrentiel et réglementaire au Royaume-Uni a complètement changé depuis 2012, quand j’ai commencé à investir dans ce utility qui était un des plus rentables d’Europe.

La banque HSBC était par contre un bon candidat au renforcement mensuel, mais ses dividendes représentaient déjà plus de 3% du total des dividendes perçus, et je souhaite à présent ne plus trop dépasser ce seuil.

Don du mois

Depuis le mois dernier, l‘équivalent d’environ 10% des dividendes perçus mensuellement est remis à une association. Ainsi, 160 € (en réalité 54 € après la réduction fiscale de 66% en année n+1) ont été versés à l’association française L214 éthique et animaux :

L214 a pour mission de rendre compte des conditions d‘élevages et d’abatage des animaux, de l’impact négatif de la consommation de produits animaux, et de proposer des solutions alternatives.

Évidemment, on pourra trouver incohérent d’aider une association liée aux animaux, tout en investissant dans des entreprises (pétrolière, minières…) qui n’ont pas la plus grande bienveillance vis-à-vis de l’environnement. Peut-être résoudrais-je cette dissonance avec le temps, mais d’expérience, quand on attend d‘être irréprochable ou le moment parfait pour faire quelque chose, on ne fait rien. Dont acte.

Bilan de ces cinq dernières années

Il y a cinq ans, je quittais la vie parisienne et mon métier de consultant informatique freelance. C‘était prématuré par rapport à mon capital financier de l‘époque (environ 450 k€), mais la petite entreprise non cotée dont je suis co-actionnaire a compensé. Ses dividendes m’ont permis (et permettent encore pour l’heure) de vivre au quotidien, et les ventes de livres/logiciels du site DevenirRentier ont complété.

Tout irait bien si tout restait en l‘état, mais la roue peut tourner, et il importe donc qu‘à moyen terme, je puisse compter uniquement sur les dividendes de mes placements financiers cotés.

Or, l‘évolution sur ces cinq années est une grosse déception. Tous les dividendes perçus (à la louche 90 k€ cumulés après impôts) ont été réinvestis, mais d’importantes moins-values actées (Cominar, CYS, Dream Office...) et latentes (CBL Properties, VEREIT, General Electric...) ont plombé la performance. Il ne s’agit pas que volatilité boursière, puisqu’il y a eu une destruction de valeur effective et importante pour les actionnaires dans de nombreux cas.

Côté dividendes versés, les coupes de dividendes n’ont pas compensé les hausses, et divers arbitrages pour repositionner le portefeuille d’actions sur des sociétés plus qualitatives (mais avec des dividendes moins élevés) ont pénalisé le total des dividendes perçus annuellement.

En fait, le gros point noir a été la partie foncière cotée. Quand j’ai investi dans des leaders sectoriels (American Campus Properties, Digital Realty, Host Hotels & Resorts, HCP, Riocan, Macerich), rien à dire : il y a la volatilité normale des marchés, les dividendes sont versés, et tendanciellement et en agrégat, le TRI est très correct. Mais mes incursions dans des foncières moins qualitatives, avec un rendement/risque que je pensais opportun, ont été un désastre.

Par ailleurs, renforcer ou initier une position plutôt autour d’un plus bas à 52 semaines n’a pas toujours été probant. Cela a bien fonctionné sur Boeing, Walmart, Pfizer, Wells Fargo, Procter & Gamble, etc., mais m’a coûté cher sur General Electric, L Brands, Centrica, CBL Properties, etc. Rétrospectivement, un garde-fou simple semble être de ne pas renforcer sur un plus bas à deux ans ou plus : c’est souvent le signe d’un problème structurel bien anticipé par “monsieur le marché”, et non plus d’une incertitude conjoncturelle.

Dans le futur :
1) je vais continuer à diversifier la rente afin d‘éviter de trop dépendre d’une société en particulier (actuellement, il y a encore une dépendance élevée envers VEREIT et Washington Prime Group),
2) je serai moins téméraire dans mes renforcements de “couteau qui tombe”,
3) je privilégierai les foncières les plus qualitatives.

Le don mensuel a une association sera aussi une incitation à mettre mon ego de côté, et à privilégier les sociétés “père de famille” et la diversification, plutôt que prendre le risque de tomber sur une trappe à valeur, qui pénalisera mes dividendes et les dons aux associations bénéficiaires.

Réponses aux questions fréquentes

N’avez-vous pas peur de vivre en zone EUR tandis que votre “rente” est majoritairement en USD, CAD et GBP ?

Les dollars américains, canadiens ou la livre britannique ne sont pas le rouble russe, le réal brésilien ou je ne sais quelle devise d’un pays émergent.

Les États-Unis sont la première puissance économique et militaire du monde, le Canada est un pays bien géré avec des ressources pétrolières, Londres est la première place financière mondiale.

Si ces devises évoluent par rapport à l’euro, je ne m’attends pas à des variations extrêmes. Quand bien même elles auraient lieu, il n’est pas certain que cela soit en faveur de l’euro.

Enfin, le différentiel de coût de la vie entre la France et l’Espagne, où je passe beaucoup de temps, est pour l’heure significativement supérieur aux variations du taux de change EUR/USD et sa réduction m’affecterait bien plus.

Votre rente mensuelle est bien faible, vous n‘êtes pas un vrai rentier !

Ma mère, après avoir travaillé près de quarante ans dans la fonction publique hospitalière touche 1730 € de retraite mensuelle, accompagné d’un mal de dos chronique d’avoir porté des malades pendant toutes ces années.

L’avenir des retraites en France me semble également bien incertain (incertitude sur la durée de cotisation, incertitude sur le montant des cotisations, incertitude sur le montant des pensions, incertitude sur la revalorisation des pensions…) et morose : cotiser toujours plus et toujours plus longtemps, pour toucher moins.

Aussi je trouve ma situation plutôt enviable : Suis-je rentier ?

La vie en Espagne (cf. Valencia : super climat, bon marché et agréable à vivre, pour ne citer que cette ville), ou ailleurs, est aussi notoirement moins chère qu’en France.

Pouvez-vous divulguer la totalité de votre patrimoine, votre impôt sur le revenu, les revenus de votre compagne, etc. ?

L’objectif de ce reporting est de partager une démarche d’investissement, pas d’exposer ma vie privée et satisfaire la curiosité de chacun.

Peu de blogueurs ont déjà le niveau de transparence auquel je m’astreins, qui sert aussi de prétexte pour m’insulter copieusement sur Internet (cf. Pourquoi les autres souhaitent-ils vous voir échouer ?).

Par contre, je n’ai pas d’enfant ni ne prévoit d’en avoir et ai donc une flexibilité plus importante que celui qui en a : voyages hors-saison, dépenses ajustables facilement, pas d‘étude à financer…

N’avez-vous pas peur que les sociétés en portefeuille suppriment leurs dividendes ?

Mon portefeuille est essentiellement constitué de leaders mondiaux ou nationaux. Croyez-moi, si un jour la totalité des dividendes était coupée, c’est qu’il y aurait une telle crise économique mondialisée que nous aurions tous bien d’autres préoccupations.

N’avez-vous pas peur d’une hausse de la fiscalité ?

Si la fiscalité devenait insupportable, je peux m’expatrier dans le pays approprié à ce moment-là.

Mais mes revenus sont modestes, et en réalité je suis nettement moins imposé maintenant que lorsque j’avais une activité à temps plein et payait environ 15 k€ d’impôts sur le revenu chaque année.

N’avez-vous pas peur de devoir retravailler ?

Être “retraité précoce” ne signifie pas boire des mojitos sur la plage à longueur de temps. C’est d’ailleurs vite ennuyeux ! C’est surtout avoir du temps libre pour faire des tas de choses : aller à la plage certes, mais aussi se former, s’intéresser aux choses et être actif de quelques façons que ce soit.

Si évidemment, retrouver un emploi aussi rémunéré et dans le secteur que j’occupais précédemment était impossible, il y aurait d’autres possibilités si les circonstances le nécessitaient.

N’avez-vous pas peur ?..

Quand on réfléchit sereinement et avec recul, les risques apparaissent bien plus contenus qu’ils ne semblaient initialement (cf. La peur de tout : Philippe, n’avez-vous pas peur que…).

Passer à côté de sa vie en gaspillant un temps précieux est aussi quelque chose de risqué…

---------

"Nous n’avons pas besoin d’être plus intelligents que les autres, nous avons juste besoin d’être plus disciplinés que les autres" – Warren Buffett

 

8 commentaires

Commentaire
1) Dfranck
02/12/2018
Bonjour Philippe.

Merci pour cette newsletter, c'est très enrichissant intellectuellement de vous lire. J'espère que l'envie vous animera encore longtemps.

Je voulais vous poser une question : sur le forum vous parlez souvent d'unibail comme d'une foncière très qualitative.
A ce jour son cours en fait un placement à 7%/an.

Pourquoi n'allegez vous pas vereit ou Washington prime group au profit 'd'une foncière qui, sur papier à l'air plus qualitative ?

Cela vous exposerez d'ailleurs à l'euro, vous eviteriez ainsi la volatilité des changes ?
Au plaisir de vous lire
Commentaire
2) Happyfab
02/12/2018
Bonjour Philippe,

Après l’OPA avortée sur Intu et le massacre du cours de bourse qui s’en est suivi , que pensez-vous faire de votre position ? Conserver ? Attendre un rebond technique et vendre?

Cordialement,

Fabrice
Commentaire
3) Dark
02/12/2018
Bonjour Philippe,

Intéressante ton analyse ex-post des erreurs commises sur les couteaux qui tombent, les foncières non prime, la trop forte concentration.
Il y a une erreur de cours sur CBL qui n'est malheureusement plus à 3,28 USD...
Commentaire
4) Laurent
02/12/2018
Bonjour,

Le cours de clôture de CBL comptabilisé au 30/11/18 me semble optimiste (3,28 USD vs 2,61 USD per NYSE). Erreur de synchronisation ?

Je vais faire le vieux schnock en rappelant que j'avais averti en son temps sur ce dossier en invoquant simplement le cours au plus bas depuis plusieurs années (à l'èpoque autour de 9 USD de mémoire) , paramètre qui semble désormais être pris en compte dans les futures décisions d'investissement.

Ce commentaire m'avait valu une volée de bois vert, avec démonstration en plusieurs pages de mon ignorance du dossier; ce qui m'avait dissuadé d'intervenir sur le forum devant un tel étalage scientifique.

Ceci dit, j'avais exactement commis la même erreur sur Rallye sur mon PEA il y a quelques années. On est toujours le con d'un plus malin que soi, dixit François Pignon.

Bonne continuation
L.
Commentaire
5) Rudge
02/12/2018
Un "bilan de ces cinq dernières années" ou comme d'habitude vous n’omettez pas de mentionner et d'analyser vos erreurs, ce qui rend votre reporting beaucoup plus instructif. Merci !
Réponse de Philippe
Philippe
02/12/2018
@Dfranck

VEREIT permet justement une diversification vis-à-vis des centres commerciaux, donc ce ne serait pas judicieux d'alléger pour Unibail de ce point de vue.

Quant à alléger WPG pour Unibail, cela fait sens du point de vue qualitatif et devise, mais un gros trou en terme de dividendes. Donc l'opération n'est pas si évidente.

@Happyfab

En fait, mon intention était d'attendre un relèvement de l'OPA et arbitrer pour Unibail après relèvement. Compte-tenu de la situation, je vais maintenant attendre tout court...

@Dark

Erreur de capture d'écran pour CBL, qui pointait vers le reporting du mois dernier, j'ai corrigé.

@Laurent

Si je regarde votre message (https://www.devenir-rentier.fr/p192574#p192574) et ceux qui suivent, je ne vois pas de "volée de bois vert", juste des échanges contradictoires...

@Rudge

Merci. Je fais également ce reporting pour moi, et suivre l'évolution au fil des décennies (la première arrivera l'année prochaine !).

P.
Commentaire
7) Malolechat
05/12/2018
Merci pour...tout,

j’essaye de suivre vos pas et votre discipline, a ma façon, inspiré également par Édouard petit.

Épargner mensuellement, en actions et immobilier, de façon lazy, à peu de frais et de façon diversifiée.

J’ai ajouté une touche de risque dans l’espoir de plus de rendement en surponderant un peu les émergents et les facteurs smart bêta small value et ai fait appel au crédit pour acheter des scpi dans une sci is dans l'espoir que le montage s’autofinance.

J’ai engloutit hier votre 1er livre et m’attaque maintenant au 2eme pour en savoir plus sur les foncières cotées.

Bonne continuation,

Malo
Commentaire
8) BenBBB
07/12/2018
Bonjour,

Bravo pour votre nouvelle section 'Don du mois'!

En lisant les conversations du forum, certains membres semblent déconnectés de la réalité: si l'on peut investir, nous sommes déjà privilégiés.

Bon vent.

Commenter