Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Rejoignez nos 3459 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 


Portefeuille Investisseur Heureux - Septembre 2014

01/09/2014 - 2810 € de dividendes bruts en base mensuelle

Reporting d’août 2014 du portefeuille de l’investisseur heureux. 64e mois de reporting.

64e mois de reporting (plus de cinq ans !) : l’objectif est l’obtention d’une rente mensuelle de deux SMIC nets, soit 2250 € après impôts et prélèvements sociaux ou 2830 € avant impôts et prélèvements sociaux. La stratégie patrimoniale pour y parvenir a été explicitée en filigrane sur ce blog ou les forums, et est décrite en détail dans mon livre.

Dividendes perçus

Après l’arrêt de mon activité principale en 2013, l’essentiel de mes revenus provient maintenant de mon site eCommerce et des dividendes de mes actions (dont sociétés immobilières cotées).

Le montant des dividendes reçus avant impôts et prélèvements sociaux, en base mensuelle, est d’environ 2810 € en août 2014 (un peu moins en réalité, car le distributeur britannique Tesco vient de diminuer son acompte sur dividende de 75% et il est probable que le solde suive le même sort) :


(reporting généré par l’application xlsPortfolio)

On notera une forte dépendance, assumée, aux sociétés immobilières Cominar, ARCP et CYS.

Performance

Si cela n’est plus ma priorité, dans la continuité des précédents reportings, je continue le suivi de la performance.

Ainsi, le portefeuille Patrimoine progresse de 2,86% en août 2014 pour atteindre un nouveau plus haut.

Evolution de la performance mensuelle sur les 64 mois de reporting :

Evolution de la valeur de la part :

Dans le calcul de la part, les dividendes sont réinvestis après prélèvements sociaux et acompte de 21% pour impôt sur le revenu.

Le crédit d’impôt lié aux nombreuses actions étrangères détenues sur le portefeuille d’actions et l‘écart entre l’acompte vs l’imposition réelle (moins élevée) ne sont pas réintégrés, donc la performance effective est légèrement supérieure à celle indiquée.

Allocation stratégique

Attendu que le capital disponible est moins important et de l’arrêt de mon activité principale à 34 et non 40 ans, l’allocation stratégique s‘écarte nettement de celle préconisée dans mon livre, en étant plus agressive (allocations obligataires et monétaires réduites à leur portion congrue) et plus concentrée (forte sensibilité aux devises étrangères et à l’immobilier canadien et américain) :

Fonds euros en assurance-vie (≈2 000 €)

Mes fonds euros sont :

  • eurossima, détenu via un contrat d’assurance-vie Boursorama
  • Suravenir, détenu via un contrat d’assurance-vie Fortuneo

La seule chose qui m’empêche de tout liquider sont les montants minimaux requis pour ne pas avoir à clôturer l’assurance-vie et perdre les bénéfices liés à l’ancienneté.

Livrets (≈0 €)

Les rendements des livrets sont devenus ridicules.

Je conserve la trésorerie disponible sur mes comptes courants, non comptabilisée dans ce reporting.

Immobilier (≈375 000 €)

Mes investissements immobiliers le sont au travers de sociétés immobilières cotées en bourse, qui permettent une diversification géographique et typologique aisée (cf. Investir dans l’immobilier depuis chez soi) :


(graphique généré par l’application xlsPortfolio)

Dans le détail :

Ces foncières cotées sont détenues sur des comptes titres chez Binck et Saxo Banque.

Actions (≈487 000 € dont 375 000 € d’immobilier coté)

Allocation sectorielle :


(graphique généré par l’application xlsPortfolio)

Allocation opérationnelle :


(reporting généré par l’application xlsPortfolio)


(reporting généré par l’application xlsPortfolio)

Ces actions sont détenues sur des comptes titres chez Binck et Saxo Banque.

Société non cotée

Je détiens également 50% d’un site eCommerce dont l’actif net comptable est d’environ 85 000 €.

Cette participation n’est pas comptabilisée dans la performance ou l’allocation stratégique, mais contribue à diminuer la pondération à l’USD et au CAD.

Commentaire de gestion

Les foncières cotées continuent à porter le portefeuille sur des niveaux records.

Dans les bonnes nouvelles, notons les résultats trimestriels satisfaisants de Cominar et la hausse de son dividende de 2,1%.

Côté devise, l’USD remonte sur l’EUR, exactement comme prévu, ce qui contribue également à la performance.

Ma conviction sur le distributeur britannique Tesco, que j’avais encore renforcé ce mois-ci, commence par contre à me coûter cher.

Pour rappel, ma thèse était qu’investir dans Tesco revenait à acheter son patrimoine immobilier et obtenir l’activité de distribution et la banque “gratuitement”. Tesco est le 3e distributeur mondial et je supposais que sa taille lui conférait des économies d‘échelles susceptibles de lutter contre la concurrence de plus en plus forte des magasins discount aux UK.

Malheureusement, la situation opérationnelle ne s’améliore pas et les avertissements sur résultats s’enchaînent. La coupe du dividende ou la baisse du cours ne sont que le sommet de l’iceberg et n’auraient pas d’importance si les difficultés étaient maintenant derrière nous. Mais rien n’indique que c’est le cas, hélas.

---------

"Nous n’avons pas besoin d’être plus intelligents que les autres, nous avons juste besoin d’être plus disciplinés que les autres" – Warren Buffett

 

9 commentaires

1) MartyFunkhouser
03/09/2014
Désolé si la question a déja été posée mais quel est votre plan en cas de crash avec réduction importante des dividendes ?
Merci pour le site au passage !
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
11/09/2014
Bonjour,

Pour le moment mes activités internet fonctionnent bien et je n'ai pas besoin des dividendes de mes actions.

Mais quand bien même, en cas de baisse temporaire significative de ceux-ci (ce dont je doute fortement), il suffirait de vendre quelques titres.

Bonne journée !

Philippe
3) Tanuky
13/09/2014
Bonjour Philippe,

Merci pour ce reporting toujours aussi intéressant.

Comme vous réinvestissez les dividendes, les REIT qui distribuent chaque mois n'est pas trop pénalisant au niveau de la fiscalité et sur les frais de brooker pour le rachat d'action ?

Dans votre stratégie, il aurait finalement été préférable d'avoir une société qui capitalise (ou 1 dividende/an) plutôt que de rendement mensuel ?

Tanuky
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
13/09/2014
Bonjour Tanuky,

Je ne vois pas le pb à vrai dire ?

Qui peut le + peut le moins ?

Si vous percevez des dividendes mensuellement, libre à vous de les réinvestir chaque mois ou tous les x mois...
5) Tanuky
13/09/2014
Les inconvénients :

- chaque mois, vous êtes obligé de réinvestir les dividendes en payant les frais de transaction qui peuvent être élevées hors UE ? (avec vos montants, c'est pas trop grave mais qqun qui a 10Keuros sur ARCP par exemple, il se retrouve avec 63 euros par mois à réinvestir... Le brooker peut prendre la majorité de ce réinvestissement...)

- les impôts : vous êtes obligés de déclarer vos dividendes chaque année. Une société comme ARCP qui ne ferait que capitaliser les recettes avec un rachat d'action par exemple permettrait de jouer uniquement sur la plus-value et limiter l'imposition ? Ce type de REIT existe-elle ?

Qu'en pensez-vous ?
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
14/09/2014
Bonjour Tanuky,

Je ne comprends pas pourquoi vous employez le terme "obligé". Vous réinvestissez si vous le voulez, à la fréquence que vous le souhaitez, personne ne vous oblige.

Sur le 2e point, cela fera l'objet d'une newsletter.

Bon dimanche,

Philippe
7) DrFab
14/09/2014
Assez d'accord avec Tanuky concernant le réinvestissement chaque mois qui peut poser problème pour des petits montants ainsi que pour la fiscalité

La Newsletter a venir sur ces points m'interesse donc également
8) Tanuky
14/09/2014
Bonjour Philippe,

En effet, vous n'êtes pas obligé mais que faire de ce dividende si vous n'avez pas besoin de liquidité ?
Il est vrai que vous pouvez attendre plusieurs mois pour que le montant global soit suffisant et ainsi éviter de laisser un trop gros % au brooker. Mais cela est dommage car on se retrouve avec de la tréso sur CT qui ne travaille pas...

Dans votre cas, ce point ne vous concerne pas car le montant des dividendes est suffisant pour passer un ordre d'achat sans être pénalisé sur les frais. En revanche, pour reprendre l'exemple, avec 10Keuros sur ARCP générant 63 euros/mois, il faudrait attendre plusieurs mois pour avoir un montant suffisant à réinvestir sans être pénalisé par des frais de transaction trop élevés (exemple : bourse direct c'est mini 8,5euros/transaction sur les places US)
Dans cet exemple, quelle serait la bonne solution ?

Tanuky
9) stonga
23/09/2014
Bonjour,

concernant vôtre approche sur Tesco, votre plus grosse ligne et plus grosse perte d'action "pure" hors produit immobilier, elle a le mérite d'exister ;
en tant que telle, elle reste une hypothèse long terme (big player et propriétaire immo) valable malgré la déroute boursière actuelle.

Cela doit rappeler à l'investisseur débutant que

1/ outre l'analyse des comptes et de la valeur, l'on ne place pas d'argent sur une société cotée sans une formulation claire et simple, voire simpliste, de sa vision et stratégie.

2/ Tout investisseur, même confirmé, subit une ligne - rouge foncé - qui vient rompre la monotonie du portefeuille 100 % vert.
Avec du - 21 % et les dividendes qui s'envolent, c'est le cas.
Le reste, c'est de la gestion psychologique et je ne vois pas de raison de vendre .

nb : je suis hors Tesco, mais engagé sur Delhaize (gros % CA aux US et en pleine restructuration, avec en outre un nouveau CEO non maison (Metro Cash & Carry)

Commenter





Merci de recopier le mot ci-dessous :