Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Rejoignez nos 3472 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 


Portefeuille Patrimoine - Mai 2011

02/05/2011 - Sur ses plus haut depuis 2 ans

Reporting d’avril 2011 du portefeuille de l’investisseur heureux.

Il y a donc deux ans, j’ai commencé à blogguer sur le thème des investissements boursiers dans une optique patrimoniale. Le site s’est étoffé au fil du temps et j’ai “dévoilé” mon objectif d’indépendance financière et de 600 000 € de capital pour obtenir environ deux SMIC net mensuel de rente. Soyons clair, je suis de plus en plus pessimiste sur le fait que ce capital sera suffisant. La France est en quasi-faillite malgré des niveaux de prélèvements importants et dans le futur, il est certain que les prélèvements vont augmenter encore. L’expatriation sera éventuellement une solution, sauf si une exit tax est mise en place, ou pire, une imposition non plus basée sur le lieu de résidence, mais la nationalité.

Quoiqu’il en soit le portefeuille Patrimoine a aujourd’hui ~216 000 € d’encours (pour continuer à employer le vocable d’un gestionnaire de fonds, même si je ne gère que les miens). Si j’y ajoute ma trésorerie de réserve (c’est-à-dire les réserves pour payer les impôts ou frais divers, car je vous rappelle que même si vous arrêtez de travailler du jour au lendemain, il faut quand même payer les impôts de l’année N-1), j’arrive à ~250 000 €. Cela m’a donc pris presque douze ans, pour passer de quasi zéro à 250 000 €. Sur ces douze ans, il y a eu des périodes où j’ai eu une vie quasi-monacale et d’autres où j’ai eu une vraie vie de chien. A titre d’exemple, en 2010, je n’ai pris qu’une semaine de vacances et un ou deux jours de pont et ça n‘était guère mieux les trois années auparavant (depuis que je suis freelance). Le salarié moyen français entre ses congés légaux et ses RTT tourne plutôt à sept semaines d’absences par an.

Il est un peu rageant de voir que d’autres ont atteint ce capital (voir plus) simplement en achetant un F2 sur Paris en 2000 et avec la fulgurante ascension de l’immobilier parisien et sans aucun effort d‘épargne ou de travail. Ça l’est d’autant plus que s’ils revendaient au titre de leur résidence principale, le gain est net d’impôt, alors que je ne compte plus les impôts que j’ai payés depuis douze ans.

Néanmoins, mon capital progresse doucement et je tiens bon vers l’objectif, même s’il me parait parfois vraiment loin.

Concernant la performance du mois d’Avril, elle est de +1,11%. Mes actions américaines se sont envolées, mais cela a été partiellement compensé par la hausse de l’EUR sur l’USD. Je suis à +40% de +Value latente sur Philip Morris et Deutsche Telekom, et +60% sur Royal Dutch Shell toute les trois achetées en 2009. Mes deux valeurs en pertes latentes sont France Telecom et Cisco Systems que j’ai acheté récemment. Dans les achats plus récents, +7% sur Johnson & Johnson et +8% sur Kellogg. Tous mes mouvements sont publics : Mouvements du portefeuille Patrimoine.

La baisse de l’USD par rapport à l’EUR m’a surprise mais mon patrimoine y est préparé, car je n’ai investi que dans des valeurs américaines internationales. Les valeurs purement américaines (c’est-à-dire réalisant leur chiffres d’affaires en USD) sont clairement spéculatives en terme de parité, étant donné que la FED semble vouloir continuer à dévaloriser le USD. Entre la dévalorisation volontaire de l’USD et les PIGS de l’EUR, faîtes vos jeux : quelle monnaie baissera la plus vite ?

En Avril, j’ai revendu Westfield Group et CapitaMall, deux foncières australienne et singapourienne que j’avais acheté uniquement pour tester la fiscalité du dividende. A la place, j’ai renforcé Cisco Systems, qui est pour moi une des bigs caps les moins chères actuellement et qui pourraient “payer” si son dirigeant John Chambers se décidait à récompenser ses actionnaires distribuant une partie de ses 40 $Md de trésorerie et de son important Free Cash Flow annuel.

02/05/2011

Allocation stratégique :

Allocation sectorielle hors fonds euros et livrets (graphique généré par l’application xlsPortfolio) :

Allocation sectorielle foncières cotées (graphique généré par l’application xlsPortfolio) :

Allocation opérationnelle hors fonds euros et livrets (reporting généré par l’application xlsPortfolio) :

Evolution de la valeur de la part

Cette performance doit se comparer avec un fonds mixte international équilibré. Tous les dividendes sont réinvestis après prélèvements sociaux.



Le 95% de prédictibilité correspond au coefficient de détermination. Cela veut dire que jusqu’ici, le portefeuille a eu une évolution proche de la linéarité (en ligne droite).

---------

"Nous n’avons pas besoin d’être plus intelligents que les autres, nous avons juste besoin d’être plus disciplinés que les autres" – Warren Buffett

 

23 commentaires

1) Etienne
02/05/2011
Quelque soit l'issue de ton projet, c'est vraiment remarquable ce que tu as déjà fait.
Je t'adresse toutes mes félicitations et tous mes encouragements pour la suite.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
03/05/2011
Merci Etienne !

J'ai mis le paquet pour construire un patrimoine le + rapidement possible, de sorte que même si je levais le pied maintenant (c'est-à-dire si je travaillais moins et épargnait moins), il y aurait quand même une petite boule de neige chaque année...

Ainsi, avec 250 k€ et mettons 5% net d'impôt, on arrive à 12500 € d'intérêt chaque année, soit comme si j'épargnais 1000 € / mois.
3) Alexandre
04/05/2011
12 ans pour atteindre 250 000€
Logqiement our avoir 600 000€ il faudra donc encore une bonne dizaine d'année - courage ;-)
4) Tibesti
05/05/2011
Pas mal, en voilà un qui bosse au moins ! Question investissement, je cherche des infos sur la pierre papier. Il y a un site qui renseigne bien : http://www.pierrepapier.fr/

Qu'en pensez-pous ?

Cordialement.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
06/05/2011
Bonjour,

Pour les foncières cotées, vous pouvez regarder cette série de 4 articles :
- REIT et SIIC (1/4)
- REIT et SIIC (2/4)
- REIT et SIIC (3/4)
- REIT et SIIC (4/4)

Pour les SCPI, voir ces sujets sur les forums :
- Investir dans les SCPI
- SCPI pour les débutants

Le site Pierre Papier donne de bonnes bases, mais il est moins intéressant depuis le "départ" de Christian Micheaud en 2010.

Bien à vous
6) Trader Paresseux
07/05/2011
Le chemin accompli est impressionnant... surtout en partant de zéro et par la force du travail. Cela dit, pour être un peu provoc', est ce que le jeu en vaut vraiment la chandelle ? Est ce que la vie de chien ou quasi-monacale que tu évoques ne sont que des périodes limitées de ta vie ou sont en train de devenir ta vie ?
Parce que finalement, je m'interroge : devenir rentier en passant à coté de ses plus belles années de vie, est ce que ce n'est pas dommage ?
7) jerome
07/05/2011
Bravo Philippe!
Si j'étais aussi compétent en bourse que toi, je serai déjà rentier. Mais on ne peut pas être bon partout!
Beaucoup d'efforts, oui, mais toi tu te bouges et tu récoltes les fruits de ta labeur.
Et aussi bravo pour ce forum que j'adore (j'y vais plusieurs fois par jours mais n'interviens que sur l'immo)
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
08/05/2011
@Trader,

C'est sûr qu'il vaut mieux faire un travail qu'on aime plutôt que vouloir atteindre l'indépendance financière. C'est moins compliqué.

Mes loisirs ne me coutent pas chers : musculation à domicile, promener le chien, cinéma, théâtre, restaurant.

Pour les vacances, aux USA ils ont deux semaines, donc ça aide à relativiser. Les français sont très très privilégiés.

Ce qui me fait surtout "suer" c'est que plus je travaille, plus de je paye d'impôts, aussi bien en absolu qu'en relatif, et du coup certaines activités ne deviennent plus du tout rentables par rapport au temps passé.

@jerome
Ce n'est pas tant la bourse ou les placements qui m'ont enrichis que mon épargne. Mais au fur et à mesure, ça va s'inverser et c'est ce but que je poursuis depuis le début.
9) Christophe
10/05/2011
Bonjour,

Je rejoins quelques commentaires ci dessus... Je suis épaté par la rigueur qu'il faut pour tenir la barre, mais en même temps je me pose des questions sur le bénéfice retiré face à l'effort consenti.

J'arrive au même rendement que toi aujourd'hui (environ 1000€ par mois net) en ayant commencé il y a seulement... 2 ans.

Comme tu le dis, l'immobilier...

Avec ton budget, tu peux emprunter beaucoup, donc pourquoi te priver de cette possibilité? Achat / travaux / revente (en tant que résidence principale si tu peux pour éviter toute imposition) ou sur du locatif) Ca demande aussi bcp d'efforts, mais c'est plus interessant que d'économiser sur son salaire.

Christophe,
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
10/05/2011
Bonjour Christophe,

Quand tu dis 1000 €, c'est 1000 € net ou 1000 € pour rembourser le crédit ?

Sinon c'est 1000 € net, chapeau !

Je n'ai pas utilisé le levier du crédit car d'une part il m'était impossible d'en contracter un durant mes 3 premières années comme Freelance ; et d'autre part car je ne suis pas du tout à l'aise avec l'immobilier.

Pour moi, l'immobilier, c'est juste 4 murs. Je n'y connais rien en travaux, n'ai aucun gout, déteste négocier, payer des frais et j'ai horreur de me déplacer.

Quand je vois que Paris a fait +17% l'année dernière je deviens fous. :-)
11) Christophe
10/05/2011
Je parle bien de 1000€ net après impôts etc etc...

Je double cette somme et je prends ma retraite... quelque part dans le monde....

Sinon effectivement tu n'es pas fait pour l'immobilier car on ne fait que payer tout le temps, se déplacer sur les chantiers, chez Ikea etc... c'est un gros investissement en temps, en énergie, mais bon, je ne suis pas flemmard quand je travaille pour moi. :)
12) Trader Paresseux
10/05/2011
"Je double cette somme et je prends ma retraite… quelque part dans le monde…."
Pas tout à fait vrai, parce que comme tu le dis après, la gestion réclame un minimum de temps et de présence. Donc difficile de partir loin à moins de déléguer la gestion (et cela a un coup)

Sinon la différence tout de même, c'est que le patrimoine de Philippe lui appartient alors que celui de Christophe appartient à la banque. Dans un scénario catastrophe où il n'est plus possible de rembourser le prêt (un locataire qui squatte, ...) et où les prix de l'immobilier baissent, il y en a un qui sera plus serein :)

Cela dit, il est tout de même dommage de ne pas profiter de ton patrimoine pour t'endetter un peu et bénéficier de l'effet de levier. Un entreprise (ou particulier) qui n'est pas endettée (de façon intelligente) n'est pas financièrement optimisée. Pourquoi pas des SCPI à crédit si tu veux pas te palucher la gestion ?
13) Michael
10/05/2011
Bravo pour cette discipline exemplaire. Je partage ton constat sur le fait que "le travail ne paie pas" par rapport à la performance passée de l'immobilier.

A mon sens, il est essentiel que tu complètes ton approche par l'endettement car le chemin par la seule force de travail semble herculéen.
Dans une perspective plus orientée "développement personnel", serais-tu prêt à consacrer du temps/énergie à d'autres types de projet ?

Les 2 seuls leviers sont classiques :
- le temps des autres (salarié / sous-traitant)
- l'argent des autres (banque)

Cela dit je rejoins les autres commentaires sur le fait que gérer son patrimoine "papier" est vraiment très simple par rapport aux solutions faisant appel au temps ou à l'argent des autres...
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
10/05/2011
Les seules SCPI qui m'intéressent sont les SCPI à capital fixe, je n'ai pas confiance en les autres. Mais elles sont chères et difficiles d'accès à crédit sauf en cas d'augmentation de capital.

L'année dernière j'avais tenté d'acheter des Buroboutic profitant d'un taux de crédit faible chez Boursorama, mais ils ne finançaient pas les SCPI de rendement.

J'ai pris sur mon temps d'aller chez HSBC, qui m'a fait une offre déraisonnable : uniquement les SCPI maison et je devais domicilier mes comptes chez eux.

Enfin j'ai appelé CAFPI, mais le conseiller m'a dit que je n'obtiendrai pas de prêt car la moyenne de mes gains freelance des 3 dernières années n'était pas assez élevée (forcément vu que mon premiers exercices était de 6 mois, l'année 1 fausse totalement la moyenne).

Bref... Je perds mon temps et j'ai l'impression de demander la lune et d'être pris de haut à chaque fois, ça me sort pas les yeux. J'avais vécu la même chose pour trouver un logement à louer. "A vous êtes freelance ? Hum... Ça va pas le faire car l'assurance loyer impayés refusent les freelance."
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
10/05/2011
@Michael, il y a un 3e levier que tu connais bien, celui du numérique avec tout ce qui est dématérialisé ou en revenu passif : publicités sur Internet, logiciels, ebooks, livres papiers.

Ça a tjs mis un peu de beurre dans les épinards de ma capacité d'épargne, mais jamais je n'ai eu le jackpot.

Espérons que le prochain projet sera le bon...


Sinon le travail est herculéen mais un ami a quand même réussi. Mais il facture très cher ces prestations freelance, le coquin, ce qui lui a donné une capacité d'épargne énorme pendant une dizaine d'années ! :-)
16) Motus
11/05/2011
Mes plus sincères félicitations pour ce que tu as réalisé.
17) Jean
16/05/2011
on va bientôt arriver à l'anniversaire de ton portefeuille il me semble (si ce n'est pas déjà le cas)... ça permet de faire un point sur 2 ans...
18) Jon
20/05/2011
Merci de partager ton bilan avec lucidité et transparence.
Bravo pour tout ce travail accompli et cette persistance. Je suis impressionné.

Effectivement, on sent que selon les périodes, certaines "stratégies" sont plus rentables que d'autres..

Je te rejoins sur l'imposition et la situation française, c'est un pays où il est plus difficile de s'enrichir. Ta situation freelance te pose aussi des problèmes dans ce pays. Tu pourrais peut-être monter une structure avec quelques associés très minoritaires et te salarier avec un bon montage, tu aurais les avantages sans les inconvénients.

Sinon l'offshore a le vent en poupe. ;-)
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
20/05/2011
Oui la SARL avec plusieurs associés mais qui exercent en indépendant est une pratique qui se fait, mais ça a ses propres contraintes aussi.

Le fait est que la revente de la résidence principale soit exonérée de CSG et de tout impôt est clairement un atout sur lequel je n'ai pas profité.

La voix de l'enrichissement que j'ai choisie n'est pas "optimisée" fiscalement et ça ralenti bcp le processus.
20) Emmanuel
26/05/2011
Bonjour,
je découvre avec plaisir ton site alors que nous sommes voisin:
www.etre-rentier.fr
A mon avis la somme pour être rentier est beaucoup plus importante si l'on considère les phases ou les taux sont très bas et l'augmentation du cout de la vie.
Je comprend très bien ce que tu veux dire quand tu parle de vie monacale, je suis passé par là aussi.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
27/05/2011
Bonjour cher voisin !

Oui les 600 k€ pour générer 2000 € net / mois sont plutôt optimistes.

Mais la fiscalité m'apparait plus inquiétante que l'augmentation du cout de la vie, dont il est plus ou moins possible de se protéger avec des actions sensibles à l'inflation + immobiliers.

Pour les taux, ils sont historiquement bas alors que le risque de défaut est historiquement haut, pour moi c'est une anomalie de marché qui devrait corriger.
22) David
29/04/2012
Mon Dieu ! Vous investissez dans des obligations europeenne ? Cela ne rapporte quasiment rien et en plus c'est risque . Pouvez-vous expliquer votre strategie ?
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
29/04/2012
Ce sont des classiques fonds en euros dans des contrats d'assurance vie.

Ils sont investis en bonne partie en obligations corporate.

Ca rapporte peu en ce moment mais cela diminue la volatilité de l'ensemble et cela me servira au moment où l'immobilier baissera.

Commenter

Commenting is not available in this weblog entry.