Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Rejoignez nos 3463 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 


Vive l’instabilité fiscale !

16/06/2010 - Suppression du crédit d’impôt sur les dividendes

La suppression annoncée du crédit d’impôts sur les dividendes est encore un exemple de l’instabilité fiscale en France.

Retraites : le projet du gouvernement

Les dividendes perçus seront davantage taxés, pour 645 millions d’euros en 2011, via la suppression du crédit d’impôt.

A voir si ça s’applique aussi aux crédit d’impôts perçus sur les dividendes étrangers au titre de la double-imposition.

Si c‘était le cas, ça pénaliserait mon portefeuille, largement investi en actions étrangères.

Il faut rappeler que le crédit d’impôt sur les dividendes était du en compensation de la suppression de l’avoir fiscal en 2004. Pour compenser l’Etat avait mis en place un abattement de 50% sur l’imposition des dividendes et un crédit d’impôt ridiculement plafonné à 125 €. L’année d’après l’abattement passait à 40% et en 2011, le crédit d’impôt sera supprimé.

Comme je le répète tout au long de mon livre à paraître en Septembre, en France, la diversification de ses avoirs financiers ne trouve pas sa justification uniquement dans les corrélation entre actifs et l’amélioration du couple rendement/risque, mais surtout pour se protéger des changements législatifs incessants.

---------

"Nous n’avons pas besoin d’être plus intelligents que les autres, nous avons juste besoin d’être plus disciplinés que les autres" – Warren Buffett

 

6 commentaires

1) Etienne
16/06/2010
triste jour pour l'investisseur aujourd'hui....
2) swantonbomb
16/06/2010
effectivement, ces changements de règles sont une véritable plaie pour l'investisseur long terme. Personnellement ma stratégie de rendement long terme n'y tiendra plus avec ces coups bas incessants. Ma retraite devra se faire hors des marchés :)
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
16/06/2010
Cela dit, ça ne peut que nous encourager à continuer dans notre voix d'indépendance financière.

Compter sur l'Etat pour sa retraite, c'est pure folie.

Aujourd'hui 62, ensuite ce sera 64, etc. Les allemands sont déjà à 67. On y échappera pas.

Je reste sur mon objectif de 40 ans. :-)
4) Jean-Marc
19/06/2010
J'ai récemment ouvert un PEA pour m'affranchir de ces ponctions incessantes sur les dividendes et de la valse des révisions de fiscalité.
Je bascule régulièrement des lignes dessus, tout en veillant à laisser un volume suffisant en compte titre ordinaire pour l'achat de ma résidence principale auquel il faudra bien que je pense un jour !
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
21/06/2010
Oui le PEA retrouve du gallon avec ces nouvelles mesures !

Il avait perdu un peu de son intérêt avec la suppression de l'avoir fiscal et l'augmentation du seuil de cession à 25 k€.

Mais là il revient en force.
6) pat-mail
21/06/2010
Le PEA a lui aussi perdu de sa superbe, les taxes sociales sont dues !
A l'instar du $ qui apparait fort par rapport à l'€, la récente dégradation de la fiscalité du compte titre le fait briller...
L'assurance -vie a perdu 1% de taxe "sociale" en 2008.Mais 1% en plus des frais toujours élevés dans cette poche !
Il est fortement question de relever les durées pour ces poches défiscalisées à 10 ans voire 15 ou 20 ans.
Tout peut arriver en matière de révision fiscale en France...
Ne pas se fier au PEA pour le long terme.

Commenter





Merci de recopier le mot ci-dessous :