Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Rejoignez nos 3456 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 


Estimer la performance et volatilité de son portefeuille d’actions

28/05/2010 - Avec l’exemple du portefeuille Patrimoine

Comment le beta peut vous aider à prévoir la performance et la volatilité de votre portefeuille d’actions.

Voici une tentative de prédiction de de la performance et de la volatilité du portefeuille Patrimoine dont je vous rappelle l’allocation stratégique :

Volatilité et beta

Pour la partie “monétaire”, comme le capital est placé sur des livrets, la volatilité est nulle, que l’on peut assimiler à un beta de 0.

Pour la partie “obligataire”, comme le capital est placé sur en fonds euros sur des assurance-vie, la volatilité est aussi nulle et donc j’assimile le beta à 0.

Pour la partie “immobilier coté” :

Action Beta Pondération
Befimmo 0,7 15,3%
Cofinimmo 0,7 13,8%
Corio 1 13,2%
Deutsche euroShop 0,7 15%
Hammerson 1,1 13,9%
Unibail-Rodamco 0,9 15%
Wereldhave 0,8 13,7%

En tenant compte des pondérations, le beta moyen ressort à 0,84. Cela veut dire que “statistiquement”, quand le CAC40 perd 10%, la partie “immobilier coté” ne perdra au plus “que” 8,4% (en fait c’est un poil plus compliqué que ça puisqu’il y a des actions étrangères, donc le beta n’est pas calculé d’après le CAC40 mais d’après leur indice de référence ; il y a aussi l’effet de change sur l’action Hammerson).

Pour la partie “actions” :

Action Beta Pondération
Abbot Labs 0,2 11,3%
Baxter International 0,4 3,2%
British American Tobacco 0,8 5,6%
Deutsche Telecom 0,8 7,1%
France Telecom 0,7 6,3%
GlaxoSmithKline 0,7 7,8%
Imperial Tobacco Group 0,8 7%
Kpn Kon 0,6 7%
Kraft Foods 0,6 9,4%
Pepsico 0,5 8,1%
Philip Morris 0,7 5,8%
Procter & Gamble 0,5 8,6%
Royal Dutch Shell 0,9 9,4%
Scottish and Southern Energy 0,8 3,3%

En tenant compte des pondérations, le beta moyen ressort à 0,63. Cela veut dire que “statistiquement”, quand le CAC40 perd 10%, la partie “actions” du portefeuille ne perdra au plus “que” 6,3%.

Nous arrivons donc à :

Classe d’actifs Beta Pondération
Monétaire (livrets) 0 11%
Obligataire (fonds euros) 0 33%
Immobilier coté 0,84 11%
Actions (hors immobilier coté) 0,63 45%

En tenant compte des pondérations, le beta moyen du portefeuille Patrimoine ressort à 0,38.

Donc statistiquement, si le CAC40 perd 20% sur le mois de mai, le portefeuille Patrimoine ne doit perdre au plus que 7,6%. Notez le “au plus”. Car comme les valeurs ne sont pas nécessairement fortement corrélées entre elles, le beta global est forcément inférieur à la moyenne des beta. D’autre part, la présence de devises étrangères a tendance (le dollar étant valeur refuge) à diminuer la volatilité.

Estimation de la performance en 2010

(pour simplifier je considère que l’allocation stratégique a été et sera la même tout au long de 2010)

Pour les livrets, partons sur du 2%. Comme 11% du portefeuille est placé sur des livrets, cela donne 0,22%.
Pour les fonds euros, sur du 3,5%. Comme 33% du portefeuille est placé sur des fonds euros, cela donne 1,16%.

On a donc 1,38% de hausse du portefeuille qui est complètement acquis.

Pour l’immobilier coté et les actions, je vais faire l’hypothèse qu’il n’y aura ni plus-value, ni moins-value mais que j’encaisserais les dividendes.

Pour l’immobilier coté, mon rendement sur dividendes est de 6,4%. Pondéré avec 11% du portefeuille, cela donne 0,7%.

Pour les actions, mon rendement sur dividendes est de 5,1%. Pondéré avec 45% du portefeuille, cela donne 2,3%.

Donc au total, si mes actions (dont l’immobilier coté) stagnent en 2010, l’augmentation du portefeuille Patrimoine sera donc de 0,22 + 1,16 + 0,7 + 2,3 = 4,38%.

Si mes actions prenaient en plus 5%, cela fait donc 5% de performance supplémentaire sur 56% du portefeuille et donc on gagne 2,8% supplémentaire, pour arriver à 7,18%.

A l’inverse si mes actions perdaient 5%, on descendrait à 1,58%.

Les chiffres n’ont rien de mirobolants, mais la prise de risque n’est pas très élevée non plus.

Faire ce type de calcul a le mérite de faire garder les pieds sur terre !

---------

"Nous n’avons pas besoin d’être plus intelligents que les autres, nous avons juste besoin d’être plus disciplinés que les autres" – Warren Buffett

 

2 commentaires

1) swantonbomb
06/06/2010
bonjour,
très bonne analyse mais ne devriez vous pas tenir compte du risque de change dans le risque global vu la prépondérance des valeurs $ et £ ?
j'hésite encore à intégrer des valeurs $ et £ à cause de ce risque car notre quotidien reste de l'euro.

Merci d'avance pour votre réponse. D'ici là je découvre votre site :)
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
06/06/2010
Bonjour,

Effectivement, c'est pour ça que ce type de calcul, c'est pour s'amuser.

Au début je m'en inquiétais mais, par ordre d'importance :

1) en général mes valeurs étrangères ont une part de marché internationales, donc ça limite le risque

2) je pense qu'il est finalement moins risqué de s'exposer aux risques de change mais d'avoir un portefeuille multi-devises, que ne pas s'exposer et être 100% euros

3) depuis un an, quand les marchés actions baissent, le $ monte, ce qui diminue la volatilité

4) je pense aussi qu'on peut même se servir des parités pour tenter d'acheter avec une réduction. Aujourd'hui ça n'est + le cas pour le $, mais ça l'est encore sur la £, si on regarde la moyenne historique. Mais ce dernier critère est le - important, car un peu spéculatif.

Commenter





Merci de recopier le mot ci-dessous :