Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Worldwide High Dividend Yield Value Fund

04/05/2010 - La ligne la plus importante du fonds est française

En dix ans, j’ai lu des dizaines de livres de bourse, mais ça a été beaucoup de temps perdu.

Aucun ne renseigne vraiment sur comment constituer son portefeuille d’actions et se perdent dans les détails de PER, ordres à seuil de déclenchement, voir des analyses des principales valeurs franco-françaises qui ne sont plus pertinentes au moment de la parution du livre.

Par contre, j’ai beaucoup appris ces dernières années en consultant à la source les rapports d’analystes financiers ou les rapports de gestion des bons fonds de placement voir des fonds de pension.

Une maison de gestion extrêmement réputée aux Etats-Unis est Tweedy Browne.

Ils ont une approche conservatrice orientée autant que faire se peut dans la valeur, compte tenus des encours géré.

Le turnover du fond Worldwide High Dividend Yield Value Fund est autour de 20%, cela veut dire que chaque année, “seulement” 20% du portefeuille est vendu et remplacé.

Cela signifie qu’ils ont des positions relativement long terme (ce qui est rare chez les gérants de fonds où le turnover serait en moyenne de 85%), et donc que l’on peut s’en inspirer.

Allocation stratégique

C’est un fonds actions, donc forcément, l’allocation stratégique va s’approcher du 100% actions. Pour l’heure, le fonds est investi à environ 85% en actions, le reste en cash.

En terme de répartition géographique, pour les 85% actions :


C’est un fond worldwide, donc on trouve des actions hors Etats-Unis, avec une prépondérance pour le Royaume-Uni, puis la Suisse, la France et les Pays-Bas.

On notera que 50% du fonds est investi en dehors des Etats-Unis et donc dans une autre devise que la devise des investisseurs d’orgine. Si vous êtes investis 100% en actions françaises ou même de la zone euro, cela doit vous faire réfléchir.

Allocation sectorielle


Il y a une surpondération des secteurs acycliques et sensibles à l’inflation : pharmacie, biens de consommations non durable, services de télécommunication et énergie (plus cyclique que les quatre précédents).

Le fonds est investi à 7,4% en assurance et à 3,1% dans les services liés à la finance, mais dans aucune banque.

Allocation opérationnelle

Vous la trouverez avec les parts de chaque ligne, dans le Portfolio of Investments.

Le portefeuille est concentré pour un fonds, avec seulement 37 lignes.

France

On trouve CNP Assurances (étonnant que le fonds est repéré cette mid-cap française qui est la ligne la plus importante du fonds !) et Total.

Allemagne

Une seule valeur : le réassureur Munich Re.

Italie

Le fonds est investi dans ENI (l‘équivalent de Total, mais en plus petit et en Italie) et Mediaset (l‘équivalent de TF1 chez nous).

Pays-Bas

Investi dans Unilever, qui est un classique chez les fonds dividendes. Unilever est apprécié car il réalise 60% de son CA dans les pays émergents.

Autre investissement dans le leader mondial de la peinture : Akzo Nobel.

Suisse

Trois grands classiques : Nestlé, Roche et Novartis. Ces valeur sont hyper-appréciées des fonds internationaux de rendement et je les retrouve très souvent. Dommage que pour nous investisseur français, l’imposition des dividendes soit très défavorable.

Royaume-Uni

Investis dans le pétrolier BP, les spiritueux avec Diageo (l‘équivalent de Pernod Ricard, au Royaume-Uni), le pharmacien GlaxoSmithKline, l’opérateur télécom Vodafone Group (très apprécié aussi pour sa présence internationale), l‘édition/les médias avec Pearson et Daily mail, et la défense avec BAE Systems.

Dans la liste des opportunités potentielles d’achat au 01/05/2010, mes screeners ont “repéré”, en commun avec les valeurs européennes du fonds, Total et ENI.

Etats-Unis

On trouve des grands classiques, présents aussi dans le portefeuille de Berkshire Hathaway de Warren Buffett : Coca-Cola, le pétrolier ConocoPhillips, Home Depot, Johnson & Johnson et McDonald.

Le fonds est aussi investi dans deux cigaretiers Reynolds American et Philip Morris International, la compagnie de chemin de fer Norfolk Southern Corporation (que Berkshire Hathaway a aussi en portefeuille avec Burlington Northern).

On trouve aussi un utility Exelon Corporation, Emerson Electric, Genuine Parts Company (pièces automobiles) et une financière Federated Investors.

La seule valeur technologique présente dans le fonds est Sysco Corporation. Ça n’est pas une surprise étant donné que ce secteur ne paye quasiment pas de dividendes.

Mexique, Corée du Sud, Canada

Je ne peux pas y investir donc je ne prends pas la peine de faire le reporting.

Commentaires

On voit que l’allocation du portefeuille n’a rien de magique : essentiellement des grosses capitalisations, leaders de leur secteur, avec une diversification aux places boursières les plus importantes (Royaume-Uni, France…).

Il n’y a aucun investissement direct dans les quatres BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), une présence dans les services financiers au travers de l’assurance (CNP Assurances, Munich Re) et peu de valeurs cycliques ou technologiques. Cela rappelle donc beaucoup la philosophie de Berkshire Hathaway (hormis que Warren Buffett adore les banques Wells Fargo et Golman Sachs).


Commenter





Merci de recopier le mot ci-dessous :