Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Rejoignez nos 3463 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 


Quel capital pour devenir rentier ?

15/01/2010 - Devenir rentier en épargnant

Combien pour être rentier ? Quel capital pour percevoir une rente mensuelle de deux SMIC net ?

Les objectifs de l’investisseur heureux sont une rente équivalente à deux fois le SMIC net d’ici dix ans.

Ce chiffre n’est pas sorti de mon chapeau, mais est réaliste avec une pointe d’optimisme, ce que je vais montrer ici.

Un SMIC net mensuel aujourd’hui, c’est 1050 € / mois ou 12 600 € / an.

Deux SMIC net annuel, c’est donc 25 200 €.

Partons sur une inflation de 2% / an pendant dix ans, et que le SMIC suivra l’inflation.

Sur cette hypothèse, dans dix ans, deux SMIC net annuel feront 30 700 €, c’est l’objectif de rente.

Considérons pour simplifier que la rente proviennent exclusivement de dividendes et que la fiscalité sera inchangée.

Il faut d’abords tenir compte des 11% de prélèvement sociaux.

Pour avoir 30 700 € net de prélèvement sociaux, il faut donc toucher 30 700 / 0,89 = 34 500 €.

Concernant les impôts sur le revenu, grâce aux divers abattements sur les revenus des valeurs mobilières, la situation est favorable.

En effet, avec 36 000 € de dividendes et aucun autre revenu, pour un célibataire sans enfant, vous ne payez que 1 500 € d’impôts sur le revenu. Il reste alors les 34 500 € vus au paragraphe précédent.

Considérons que le capital est placé dans des actions matures de rendement ou produits équivalents, et rapporte 6% de dividendes brut par an.

Il faut donc 36 000 / 0,06 = 600 000 € de capital en 2020 pour être rentier, selon les modalités décrites plus haut.

Considérons maintenant un capital hypothétique de départ de 150 000 €, qui croît à 6% / an.

En tatonnant avec le simulateur, on constate qu’il faut épargner 2000 € / mois pendant dix ans :


Evidemment, il y a eu beaucoup d’hypothèses sur la fiscalité, l’inflation, etc. Mais ça donne l’ordre de grandeur.

C’est un sacré effort d‘épargne, probablement impossible à réaliser pour un salarié sauf s’il a un complément d’activité.

Si par chance ou talent, vous avez fait une bonne opération immobilière sur le trend haussier depuis 1998, avec un capital de départ de 240 000 €, l’effort d‘épargne tombe à 1000 € / mois, ce qui est nettement plus réaliste.

Si vous visez juste un SMIC net / mois dans dix ans, comme un complément de revenu ou parce que vous êtes prêt à partir dans un pays émergent à faible coût de vie, 170 € d‘épargne mensuelle suffisent :


Maintenant, j‘émets une réserve à cet article. S’il s’agit bien d‘épargner régulièrement dès maintenant, il ne s’agit pas de vivre comme un ascète pendant dix ans avec en perspective des jours “meilleurs”.

Rien ne peut présager de ce qu’il y aura dans dix ou vingt ans : guerre, impôts confiscatoires, inflation galopante… L‘épargne ne doit donc pas être perçue comme un sacrifice car cela pourrait conduire à une terrible déconvenue.

Mais ces chiffres montrent que si épargner est une façon extrêmement besogneuse pour devenir rentier, en comparaison de monter une boite et la revendre ou utiliser l’effet de levier du crédit pour réaliser des opérations immobilières, cela demeure possible, ou en tout cas pas impossible.

---------

"Nous n’avons pas besoin d’être plus intelligents que les autres, nous avons juste besoin d’être plus disciplinés que les autres" – Warren Buffett

 

35 commentaires

1) pat-mail
18/01/2010
Site très intéressant !
Votre ambition de rente est très raisonnable.
"
Dans la sitation de Buffet, peut être écrire "rétroviseur" aulieu de le "miroir arrière".Cela provient d'une traduction automatique je présume.
2) toteco
24/09/2010
Vous commencez votre argumentaire en première page pour devenir en rentier sans patrimoine, ni héritage, en partant de 0.
Et là, vos simulations intégrent un capital à investir ! c'est sûr avec 300 000 € de capital et le plaçait à 6 %, ça facilité la rente !
un peu lèger tout ça !
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
24/09/2010
Bonjour,

Je ne suis pas sûr de comprendre. De quel argumentaire parlez-vous ?
4) choukrov
02/10/2010
La formule:
"Le prix est ce que vous payez. La valeur est ce que vous recevez" n'est pas de Warren Buffett mais de Benjamin Graham
son mentor.
Par ailleurs, je recommande de lire le livre de Benjamin Graham, " l'investisseur intelligent", le père de l'analyse financière aux USA.
Le blog semble intéressant et sérieux.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
03/10/2010
Merci, je corrige l'auteur de cette citation. Je suis aussi fan du livre de Benjamin Graham !
6) raym's
08/10/2010
tout ça c'est bien beau mais tu les trouvent où tes 150000 euros ^^?????? c'est plutot ça qu'on voudrais savoir =)
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
09/10/2010
150 000 €, c'est 1000 € d'épargne mensuelle moyenne investie "proprement" pendant dix ans. Ça n'est rien d'insurmontable avec une stratégie d'épargne clair et fixée comme je l'explique dans mon livre.

De 20 à 30 ans, vous épargnez pour atteindre 150 000 € et de 30 à 40 ans pour atteindre 600 000 €. Une opération immobilière bien menée permet d'accélérer le processus.
8) Laurent
27/10/2010
L'article est intéressant mais je note quand même ces 3 conditions requises :

1/ Disposer au départ de 150 000 €
Bon, admettons... Dans ce cas si on part avec 10 millions on est rentier immédiatement...

2/ Pouvoir épargner 2000 € / mois
Certes, pourquoi pas? Mais je rappelle quan même que le salaire moyen en France est de l'ordre de 1500 €/mois

3/ Obtenir un rendement net garanti de 6%
Aucune banque ne m'a jamais proposé ça !!? Et c'est loin d'être évident aussi : sur quels placements? Des obligations? Lesquelles? Avez vous des exemples précis?

Bref, tout ça c'est très sympathique mais je ne suis pas très convaincu en fait...
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
27/10/2010
Personne n'a dit que c'était facile et à la portée de tous.

L'article est surtout là pour poser des chiffres concrets et se rendre compte du chemin à accomplir.

Pour la stratégie de placement, c'est l'objet d'une partie du livre :
lien
10) Patrick
07/11/2010
Même si cela a l'air de marcher sur le papier, il y a une composante très inquiétante aujourd'hui qui peut ruiner ce beau calcul : l'alourdissement spectaculaire de la fiscalité. La tendance est durable et les prélèvements iront croissants.
- Parce que les déficits de l'Etat et de la Sécu à combler sont colossaux.
- Parce que les épargnants et rentiers ne descendront jamais dans la rue pour hurler contre les prélèvements (trop peu nombreux et de peur de se faire railler par les fonctionnaires et les SMICards majoritaires dans ce pays).
- Parce qu'une majorité de nos concitoyens ne paie pas d'impôts, la pression fiscale sera toujours démesurée sur la minorité contribuante.
Ce risque majeur doit éclairer la stratégie générale : toujours garder une porte de sortie.
La possibilité de devoir se délocaliser par exemple entraîne des contraintes sur les types de placements. Il faut une disponibilité dans un laps de temps n'excédant pas quelques mois.
Que deviendrait votre belle contruction si une folle parvenait au pouvoir en promettant au peuple ce qu'il veut? Gageons qu'elle financerait ses promesses par la spoliation de l'épargne. Comment survivriez-vous ?
Qui dit disponibilité à moyen/court terme implique baisse du rendement net. 6% net est vraiment trop élevé sur la durée et necessitera de bloquer des investissements, ce qui n'est pas raisonnable face au risque accru de prélèvements confiscatoires.
6% nets correspond a combien en brut ? De plus en plus.
Les épargnants assument tous les risques, le fisc et le social prennent les bénéfices sans jamais participer aux pertes.
Pour ma part, je fais le calcul réaliste avec 3% nets. Même si cela rend le projet plus difficilement atteignable et la barre trop haute.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
07/11/2010
Bonjour,

J'en suis parfaitement conscient et il est clair que ce n'est pas la bonne période pour devenir rentier. La période est plutôt à être pressé comme des citrons...

J'évoque l'instabilité fiscale plusieurs fois dans mon livre, et c'est une raison supplémentaire de la diversification et pourquoi je ne recommande pas le 100% actions, qui serait suicidaire si la fiscalité des dividendes s'alourdissait.

Maintenant pour vous répondre franchement : quand on a un objectif, il faut s'en donner les moyens.

Si la fiscalité française devait croitre à un niveau qui rendrait incompatible l'atteinte de l'objectif ou son application, je quitterai le pays sans aucun état d'âme.
12) pierre
01/12/2010
Inversement, existe-t-il des simulateurs qui permettent à partir d'un capital d'un montant de dépenses ( mensuel ou annuel) d'un rendement du capital et de l'inflation, de savoir combien de temps on peut vivre avec ce capital de départ?
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
04/12/2010
Bonjour,

Je n'en ai pas trouvé sur Internet, mais ça doit se faire "facilement" avec Microsoft Excel. ;-)

Mais ce type de calcul est plutôt risqué. Ne pas atteindre ses objectifs de patrimoine parce que les hypothèses de rentabilité ou d'inflation ne se vérifient pas, ça n'est pas grave.

Mais là faire une simulation long terme sur combien de temps peut-on vivre en "mangeant" du capital, hum...
14) Ralf
02/04/2011
Deux aspects à voir pour devenir rentier. Garantir ses gains et bien gérer ses dépenses.
Coté gain suis devenu rentier avec un capital pas trop important.
Coté dépenses mon expatriation me permet de vivre très heureux en dépensant trois fois moins.
15) Mat
25/04/2011
Salut Ralf, je me renseigne petit a petit sur le sujet, j'ai a peu pres le meme genre d'idee en tete a savoir m'expatrier peut-etre en asie du sud. Pour les taux d'interet vaux mieux laisser son argent en France ? car j'ai un compte en Australie avec un taux assez interessant...
Bref si tu peux me filer des conseils peut-on parler en mp?
16) Ralf
25/04/2011
Bonjour Mat

J'ai essayé sans succès de te répondre en MP mais sans succès. Tu peux me contacter à mon adresse mail : [email protected]
Je te dirai ce que j'ai fait.
Pour ma part, j'ai monté une rente qui me permet ici de vivre plus que confortablement.
17) svallene
26/04/2011
Bonjour,

Sauf erreur de ma part, vous n'avez pas pris en compte l'inflation (que vous posez à 2%) dans 10 ans. En effet, cette inflation grèvera également les revenus des dividendes, et donc dans 20 ans, vous aurez bien moins que 2 SMIC. Il faut donc gagner plus pour continuer à faire augmenter le capital et compenser l'inflation.
La bonne nouvelle, c'est que les 6% annuel peuvent largement être dépassés par qui accepte de prendre un tout petit peu plus de risques. Mais cela demande une certaine connaissance des marchés financiers.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
26/04/2011
Bonjour,

Très juste, il faut que la rente générée par le capital suive l'inflation.

Dans mon livre, je propose de panacher les placements obligataires avec des actifs plus ou moins sensibles à l'inflation, comme les actions et immobilier (physique ou SCPI ou SIIC).

Les matières premières étant exclues car ne générant aucun flux de revenu.
19) Marti
27/06/2011
Toutes choses égales par ailleurs, les dividendes devraient logiquement progresser au moins du niveau de l'inflation (l'entreprise peut revaloriser ses prix et donc son profit de l'inflation).

C'est un des avantages des actions sur les obligations : l'action représente un morceau d'entreprise (usines, bureaux, brevets, marques, etc.) et sa valeur est donc implicitement protégée contre l'inflation. Même si les fluctuations du marché masquent cette progression.
20) Sergio
19/09/2011
Bonjour,

Je trouve l'approche intéressante, mais, comme dit par l'un des intervenants, 6% de gain me paraissent irréalistes... Pourquoi avoir choisi ce chiffre ?

A+ Sergio
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
19/09/2011
Le choix du chiffre est expliqué dans mon livre. :-)
22) Sergio
19/09/2011
... Il est en commande... :-)
A+ Sergio
23) Mickael
02/10/2011
Intéresseant mais les hypothèses me paraissent peu réalistes:
Prenons les hypothèses suivantes: csg+rds 13,4%
Placement sécurisé: 5,5%
Impôt libératoire sur les rendements: 20%
Inflation : 3 %
Isf 0,25% au delà de 1,3 ME
Avec 1,5 ME, j´arrive à un revenu annuel net déflaté de 25.634 euros soit 2136 euros par mois. A cela il faut ajouter quelques centaines de milliers d´euros pour une maison. Quant aux placements sur les marchés financiers, de simples connaissances en finance ne suffisent pas pour battre le marché.
24) Marc
01/01/2012
Avec des si on mettrait Paris en bouteille. Il y a beaucoup d'hypothéses peu réalistes comme souligné. Étant moi-même rentier, je peux confirmer que ce n'est pas comme ça que l'on y arrive.
25) CyberPAPY
28/01/2012
"Le choix du chiffre est expliqué dans mon livre. :-) "

Je veux bien le croire
mais dans les faits, sur les 12 dernières années ce rendement de 6% n'a été atteint que 10 fois par l'une des entreprises du CAC 40
cela représente une occurence de moins de 2,5%
la moyenne des dividendes versés est de 2,8% sur ces années.

France Télécom qui est pourtant généreus, c'est en moyenne sur la période 5,59%
Mais il y a 10 ans c'était 0,95%
L'auriez vous choisie alors ?

Bien sûr comme on le lit dans les pubs
"les performances passées ne présagent pas du futur."



Par ailleurs pensez vous sérieusement qu'une personne ayant une capacité d'épargne de 2 000 ( ou même seulement de 1000 euros ) se satisfasse d'une rente de 2 000 euros mensuels?
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
28/01/2012
Bonjour CyberPapy ! :-)

En fait, j'ai déjà expliqué en long et en large dans mon livre que le 6% correspond à une moyenne long terme des performances d'un portefeuille diversifié (actions, obligations, monétaire) avec une répartition approprié.

Et donc que la rente provient d'un mixte entre dividendes, loyers/revenus fonciers de SCPI, rachat partiel d'AV, selon les années et la performance des actifs sous-jacent.

Les dividendes étant eux-même issus d'un portefeuille d'actions diversifié mélangeant des actions avec un dividende faible mais croissant supérieur à l'inflation et des dividendes plus élevés mais à la croissance faible.

Mais mon propos est ensuite systématiquement détourné (en particulier sur d'autres forums par des gens qui n'ont pas lu mon livre) en : "trouver des actions qui font 6% de rendement", et de citer France Telecom ou autres monstres semi-étatiques.

Vous en apprendrez plus en lisant mes reportings mensuels ou la newsletter (gratuite) que j'ai récemment mis en place.
27) CyberPAPY
29/01/2012
Bonjour Philippe

et merci pour cette réponse
Je ne suis pas convaincu qu'à ce jour il soit aisé de trouver un rendement de ce montant une fois que le fisc a pris sa dîme.

Je vais donc me plonger plus en avant dans cette lecture de reportings.
28) Thomas
06/06/2012
Comme vous le dites clairement dans votre article, il n'est pas aisé de parvenir à cet objectif mais cela n'est pas non plus irréalisable.

Il existe vous l'avez bien dit différents facteurs qui peuvent influer sur l'efficacité de cette démarche, l'un d'eux concerne le type d'investissement que l'on souhaite effectuer pour obtenir des taux d'intérêts intéressants.

Sans entrer dans les détails, il existe des possibilités en ligne pour investir, le tout étant de savoir quels sont les moyens les plus fiables pour gagner des intérêts plus élevés que ceux proposés habituellement ailleurs.
29) JL
05/08/2012
Dans notre contexte de crise économique, d'effondrement de la bourse, 6% d'interet me parait énorme, je ne suis pas un spécialiste mais mon épargne ne m'apporte pas ça malheureusement.

Et encore moins depuis l'augmentation annuelle de la CSG qui n'est plus de 11% mais de 15,50 %

Concernant le sacro-saint investissement immobilier, il vient juste d'etre taillé en pièce dans ses 2 branches rémunératrices.

La plus value a été quasi-supprimée puisque la taxe est passée à 34% et l'exonération de 15 ans déjà élevée à 30 ans ....

Les revenus fonciers subissent eux la CSG, et l'encadrement des loyers par l'insee, qui stipule une revalorisation inférieure à 2% quand rien que la CSG augmente de 2% ...

Enlevons au 12 mois de revenus, 1 mois et plus d'impots foncier, 1 mois et demi et plus de CSG, l'assurance, 1 à 3 mois de frais d'entretien quand ça tombe, 1 mois et plus de frais d'agence selon la gestion, 2% de frais annuel d'assurance loyer impayé car en ces temps difficile, il vaut mieux se protéger, ....

bref la poule aux oeuf d'or a disparue

Concernant votre volet des rentes reçues selon le capital, il me semble aussi exagéré.

Entendons que nous devenions rentier à 50 ans, 60 ans n' a plus rien de miraculeux, et que nous ne voulions plus nous remettre à travailler à 80 ans

Car un capital épargné de 600000 euros, en ne prenant que 2000 euros de pensions mensuelle, donc inférieur à vos 2 smics. Votre capital sera épuisé en seulement 30 ans

On ne va quand meme pas retravailler à 80 ans, quand bien meme on voudrait de nous

Bref preférons une rente viagère pour notre rentier, le taux technique est de 2% le plus souvent. La revalorisation de 3%

Avec un capital de 650000 euros on peut espérer une pension mensuelle de 2000 euros à vie. revalorisée

ceci est donc inférieur à vos 2 smics

Quand au projet de financement de votre capital de 650000 euros, certainement pas en 10 ans, l'épargne et le locatif sont compromis, donc je ne vois pas

Quand à un salaire de 4000 euros certains ont cette chance, mais sans doute peu interessé par nos petits calculs
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
05/08/2012
Vous êtes trop pessimiste JL...

Lisez mon reporting mensuel, ça vous fera du bien...

"Quand à un salaire de 4000 euros certains ont cette chance, mais sans doute peu interessé par nos petits calculs"
Regardez les présentations des membres sur le forum, vous serez surpris.
31) swx
12/09/2012
Vous ne croyez pas que vous êtes un peu court avec 600000 euro

Quelle fortune pour arrêter de travailler?
Qui n’aimerait pas de toucher le jackpot qui permettrait de «partir en vacances» à vie? Le rêve est à portée de main pour ceux qui disposent de 3 MILLIONS de franc Mais pour garantir la sécurité de votre «non-emploi», il faut compter 10 MILLIONS

bilan.ch de cette quinzaine
32) sissi
02/10/2012
swx ...il me semble que vous y allez un peu fort! Ca ne prend pas 10 millions et meme pas 3.
J'admire le portefeuille et les efforts de Philippe!
Je suis sure qu'il se casse la tete comme beaucoup de Francais ...et forumeurs pour ajuster sa strategie face a cette avalanche de changements de fiscalite...

Ca m'a pris du temps...mais je commence a comprendre cette foutue fiscalite...

Reste... l'expatriation.pour un minimum de 3 a 5 ans, quand le portefeuille est assez gros et que sa gestion puisse procurer un VRAI rendement...en ajoutant un portefeuille actif d'obligations, lombard...etc...
33) François
01/02/2013
C'est nul. Cet article va faire rêver certaines personnes..il n'y a aucun placement sans risque qui rapporte 6%, et qui dit risques dit "matelas" pour se protéger des aléas.
34) Philton
03/02/2013
Que pensez-vous de la méthode suivante ?
Achetez 30 000 € d'or
Dans 5 ans ça vaudra 150 000 € voir plus
renouveler avec les 150 000 € et 5 ans après vous avez 750 000€
Reste plus qu'à se saigner pour avoir au plus vite les 30 000€.
Où alors, groupez l'achat de l'or... à 6 ça fait 5000 € / personne
au bout de 10ans vous avez donc quasiment 130 000€ pour 5000€ d'investi... qui dit mieux ?
35) mamco
04/02/2013
qui dit mieux ?
-----------------------------
1971 - En effet, depuis les accords de Bretton Woods, les États-Unis s’étaient engagés à pouvoir convertir chaque dollar détenu à l’étranger en or, et au taux de 35$ par once d’or. ---------

Vu qu on vit dans un monde qui marche sur la tête qu est-ce qui vous prouve que nous n en revenions pas là ??

Commenter





Merci de recopier le mot ci-dessous :