Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher

Rejoignez nos 3585 lecteurs !

Inscrivez-vous maintenant pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles :

 


Portefeuille Patrimoine - Mai 2009

01/05/2009 - C’est parti pour dix ans

Reporting de mai 2009 du portefeuille de l’investisseur heureux.

01/05/2009

Voici l’allocation stratégique, sectorielle et opérationnelle actuelle :




18/05/2009

Allégement Nordic American Tankers (NAT) le 07/05/2009. Ajout de liquidités et achat de GlaxoSmithKline (GSK) le 08/05/2009 et Novartis (NOVN) le 12/05/2009 :



31/05/2009

Ajout de liquidités et achat de Thermador Group (THEP) le 19/05/2009 :



Evolution de la valeur de la part

Cette performance doit se comparer avec un fonds mixte international équilibré. Tous les dividendes sont réinvestis après prélèvements sociaux.

Valeur de la part au 04/05/2009 : 100 €
Valeur de la part au 29/05/2009 : 98,2578 €

Globalement les valeurs se sont bien comportées, sauf NAT qui subit une augmentation de capital à $32. Le portefeuille pâti de la baisse du $.

---------

"Nous n’avons pas besoin d’être plus intelligents que les autres, nous avons juste besoin d’être plus disciplinés que les autres" – Warren Buffett

 

13 commentaires

1) jmcornet
11/05/2009
Bonjour Philippe,
je ne vois pas ABC Arbitrage dans votre pannel, tandis que cette valeur (à tort considérée comme une bancaire) produit un fort rendement et fluctue peu. C'est la seule valeur du SBF250 à avoir doublé son résultat net en 2008, une performance à souligner.
Pour ma part, cette ligne que j'ai commencé à constituer en 2007, représente 24% de mes avoirs totaux et je vise, comem vous, une rente de long terme.
Bien sincèrement,
JMC
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
17/05/2009
Bonjour Jean-Marc, ça fait plusieurs mois que j'attends la fenêtre pour rentrer sur ABC ARBITRAGE, et en attendant, ABC continue à monter, monter et distribuer des dividendes à tout le monde sauf à moi ! :-)
3) Thomas
17/05/2009
Excellente chose que ces résumés fréquents de votre portefeuille. D'autant que j'ai le même objectif de constitution d'un portefeuille de "rente" à LT.
Simple petite critique : les graph sont très peu lisibles.
4) jmcornet
31/05/2009
je vois que vous ouvrez une position sur Thermador Gpe, ça tombe bien je suis en embuscade sur ce titre. J'imagine, vous connaissant, que vous avez calculé quelques éléments dont j'aimerais bien connaître la teneur. Vous est-il possible de nous donner quelques biscuits sur votre analyse ayant conduit à votre position ?
D'avance merci.
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
01/06/2009
En fait, pas tant d'analyses que ça, je connaissais "déjà" THERMADOR, j'attendais juste un point bas.

Points positifs quantitatif

- constance du CA et des résultats
- pas de dettes long terme
- EV/Ebitda inférieur à 5 (très rare pour une société sans dettes avec cette constance)
- PER inférieur à 8
- liquidité correct pour une small cap
- proche des plus bas à 3 ans
- 11% de croissance annuel du CA ses 5 dernières années, sans utiliser le levier de la dette

Points positifs qualitatifs

- management impliqué et sérieux
- groupe français, salariés semblent bien traités
- redistribution systématique d'une partie du résultat en dividendes, pas d'opération de croissance externes hasardeuse

Points négatifs quantitatif

- je cherche encore !

Points négatifs qualitatif

- activité sensible à la crise ?
- semi-grossiste, les clients pourraient chercher à s'approvisionner en direct

Estimation de la valeur :
Très simplement je vise capitalisation boursière = 1 an de CA, soit 105 €

Les dirigeants ont conscience que la valeur est sous-évaluée, et ont effectué une distribution d'actions gratuites à tout le management. En temps normal, ça m'aurait fait sortir de mes gonds, mais là c'est une nécessité pour vérouiller un peu le capital et protéger la société des requins.

A priori, donc je vends à 105 et renforce à 75.


Sources :

http://markets.ft.com/tearsheets/financialsSummary.asp?s=THE:PAR

http://www.infinancials.com/en/market valuation,Thermador Groupe,91198EF.html
6) daniel75
07/06/2009
bonjour Philippe,
d'abord félicitations pour ton blog qui a du te demander beaucoup d'investissement...
j'aurais quelques questions à te poser qui j'espère ne seront pas trop indiscrètes car j'ai un peu les mêmes objectifs me semble t'il que toi....
avec ton objectif de 500 000 euros pour ton portefeuille pour obtenir ensuite une rente décente, tu tables sur quel rendement annuel de ton portefeuille ?
a quelle terme tu fixes cet objectif ?
cette rente ça constituera ton seul moyen de subsistance ou c'est juste un complément de revenus ?
comment envisages tu l'immobiler dans ta stratégie (acquisition résidence principale ?)
merci
Daniel
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
07/06/2009
Bonjour,

Merci. Arg, je suis en retard sur le billet du jour, donc je crois que ce sera pour demain matin et je m'en excuse pour les lecteurs réguliers.

Pour vous répondre, les 500 000 € c'est plus pour se donner un objectif, mais placé à 5%, cela correspond à 25 000 € annuel, soit deux fois le smic.

D'ici que l'objectif soit atteint, entre l'inflation, les changements de fiscalité, etc, il faudra peut-être 750 000 € pour avoir l'équivalent.

J'ai 29 ans, je vise les 500 000 € pour mes 40 ans.

C'est à la fois énorme et peu : énorme car inatteignable pour un salarié qui ferait l'écureuil tous les mois ; peu, car ceux qui ont acheté un F3 sur Paris en 1996 et l'ont revendu récemment doivent s'en approcher.

D'ici là, il est fort probable que mes objectifs auront changé et que j'aurai utilisé une partie de mon patrimoine pour monter une affaire, un commerce ou que sais-je. Pour le moment, ma condition de freelance me satisfait mais ça me titille depuis un moment de faire quelque chose de plus ambitieux.

Pour la résidence principale, je n'en tiens pas compte dans les 500 000 €, c'est du bonus. Par contre, par soucis de diversification, celui qui n'est pas propriétaire investira une partie des 500 000 € dans l'immobilier, au travers de REIT, SCPI ou petits investissements locatifs en direct (seul ou à plusieurs).

Evidemment, 25 000 € de rente annuelle pour vivre, c'est pas lourd. Etre véritable rentier coute très très cher (voyages, sorties, etc.) et si c'est pour passer la journée devant la télévision ou ne rien faire, cela n'a aucun intérêt.

Je le vois donc plus comme une "assurance" du minimum vital, pour me permettre à côté de faire ce que je veux : travailler seulement à mi-temps, monter une activité qui me passionne mais qui remunère peu...

Je ne crois pas en l'oisivité de toute façon.

J'imagine que vous attendiez une réponse plus ambitieuse, mais 500 000 € c'est trop peu, pour être vraiment "rentier", sauf à partir à l'étranger (aux Philippines par exemple). Quant aux placements à 10% par an, je n'y crois pas non plus, ou alors c'est tellement risqué que cela empêcherait de dormir sur ces deux oreilles, et donc irait complètement à l'encontre de l'objectif de "paix" recherché.
8) daniel75
07/06/2009
merci pour votre réponse rapide et sincère Philippe
je pense comme vous que c'est bien de se fixer un objectif à plus ou moins long terme....
j'ai le même objectif que vous mais pour mes 50 ans et vu que j'ai 43 ans il ne va pas falloir que je traine.....
9) Robin des Bonds
08/07/2009
Nous avons les mêmes objectifs !

Mais le mien n'est pas sur le capital (qui dépend du marked to market des positions), mais sur les flux annuels dégagés par le portefeuille, par rapport en nombre de SMIC.

Cela permet de s'affranchir à la fois du marked to market des positions (ex : je suis content si mon portefeuille m'offre xxx keur par an, et peu importe si le marché estime qu'il vaut 300keur ou 500keur, là c'est une affaire de prime de risque demandée par le marché, et la prime de risque n'est pas comestible), et cela permet d'indexer l'objectif sur une référence "de la vie réelle", donc indexée sur l'inflation.

Bon courage, bonne chance et bon voyage !

Robin des Bonds
10) Pi
13/07/2009
Bonjour et bravo pour votre démarche ainsi que pour la communication de cette dernière

j ai deux questions:
l allocation d actif va être déterminante dans la réalisation de vos objectifs, même si le stock picking est crucial. Comment decidez vous de la part cash vs la part action?

dans une configuration où le cash ne rapporte presque rien, alors que les obligations peuvent atteindre des rendements nets significatifs ( 5 , 7% etc) , n est il pas dommage de se priver de cette classe d actifs? Quelle est votre attitude à ce sujet?
11) jmcornet
13/07/2009
Cher Pi, les obligations ont un rendement qui peut être alléchant pour certains emprunts privés. Toutefois, le rendement élevé (prime par rapport à l'OAT) est la contrepartie du risque de défaillance de l'émetteur, même si le phénomène est rare.
Les obligations ont un cours qui fluctue tout comme celui des actions : vous supposez que l'on peut placer ses liquidités sur des emprunts LT, or ceux-ci n'ont pas de garantie de cours et fluctuent avec les taux.
Pour ma part, je cherche à recevoir des revenus complémentaires, et je préfère ceux des actions pour trois raisons : 1/ la fiscalité est bien moindre; 2/ les sociétés peuvent être choisies pour leurs profits croissants et les dividendes augmentent année après année, contrairement à une obligation. 3/ les fluctuations du cours de l'action ne sont pas corrélées entre sociétés cotées, contrairement aux obligations qui ont une règle mécanique de révision en fonction de l'OAT du jour. Ainsi, les fluctuations des cours des actions, qui peuvent être très importantes, offrent des possibilités de rentrer à un bon cours (rendement élevé) ou sortir pour un autre titre conjoncturellement plus rentable. Ce mécanisme de changement de monture permet d'augmenter le rendement du portefeuille.
Pour ma part et pour répondre à votre question (qui ne m'est pas posée), je suis investi à 100% en actions.
12) Pi
13/07/2009
Merci pour votre réponse jm
oui aux dividendes...jusqu à environ 5000 euros la fiscalité est douce , ce qui laisse une latitude d au moins 250k investis.
Je ne parlais pas de gestion de liquidités mais bien d une classe d actifs qui, après avoir vécu une dislocation a offert -et offre encore- des rendements nets importants (par exemple la dette subordonnée ou les convertibles de maturité courtes). J y consacre depuis cette année une allocation non négligeable après être resté à l ecart des années pour l absence de rendement au regard de l illiquidité et des risques encourus.
Je suis tout à fait d accord avec l opportunité de tirer profit de l hyper volatilité des actions également
L'investisseur heureux : devenir rentier
Philippe
15/07/2009
Bonjour,

Jean-Marc a répondu pour moi et notre philosophie est proche.

La fiscalité conservatoire m'a empêché de m'intéresser aux obligations et je ne maitrise pas bien cette classe d'actifs, à laquelle je trouve a première vue beaucoup d'inconvénients.

Concernant les 34% de liquidité (sur l'allocation de Mai 2009), qui sont placés sur livret A, compte épargne logement, etc. je ne les vois pas comme 34% qui ne rapportent rien, mais plutôt comme 34% disponibles pour saisir des opportunités.

Commenter





Merci de recopier le mot ci-dessous :