Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Sondage 

Etes-vous favorable à la généralisation du tiers-payant ?


Oui

21% - 18
Non

73% - 60
Sans réponse

4% - 4
Nombre de votants : 85

#26 10/04/2015 13h07 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   82 

Uhuh, je rigole de voir tant de praticiens irréprochables lever haut le bouclier…

C’est oublier qu’il y a une affaire d’escroquerie d’infirmier libéral qui est levée toutes les deux semaines, avec un ces centaines de milliers d’euros de fraudes à la sécu, les ambulanciers, idem, les escroqueries de dentistes à la CMU, des millions,  des kiné qui facturent des séances jamais réalisées etc etc. Donc les libéraux c’est les gentils, le gouvernement et les patients égoïstes, les méchants, faut pas trop pousser.

Le passage à la CMU n’a pas du tout augmenté le nombre d’actes, donc le coup de dire, c’est gratuit, le français de base va tirer sur la corde à n’en plus finir c’est pour endormir le monde. Absolument pas la réalité. Les Kiné le pratiquent également déjà, même résultat. Et puis on paie nos cotisations et nos impôts. Il faut donc payer deux ou trois fois? Pour être bien sur que le français moyen a bien compris ?

Les arguments de dire que les dentistes font des actes à perte…non mais sérieusement…comment pouvez vous écrire des trucs pareils? On va pleurer pour vous? Suffit d’aller ici => Salaires : les médecins bien placés, derrière les notaires et les pharmaciens | Le Quotidien du Médecin  Des mecs qui gagnent 6k, 10k, pour les radiologues 20k par mois ? Et vous êtes à perte? Franchement…vous avez pas honte.

L’administratif en plus…oulala, c’est énooorme. Faut prendre la vitale du patient et vérifier sa mutuelle une fois par an. Fiouuuu. Pour les impayés ce sera gérer par la CPAM..c’est sûr c’est vraiment du temps en plus, au bas mot 1min de rentabilité en moins.

Qui plus est un généraliste n’est pas du tout payé 22 euros, c’est oublier tous les bonus auxquels il a droit en suivi de dossier, prescription etc. En fin de compte c’est 31 euros la consultation, tout ça pour 10 à 15 minutes.

Donc ok pour que vous défendiez votre profession et vos petits privilèges c’est de bonne guerre, les notaires font pareil, mais faut pas non plus nous prendre pour des jambons.

@Xa l’exemple que vous prenez pour la mutuelle c’est du pipeau complet. Une LRAR de la salarié avec attestation de l’employeur et copie nouvelle mutuelle c’est réglé en une semaine.

@Simouss Oui bien sur, la mére vient avec ses deux gamins, et le médecin fait trois consultations pour une. N’oubliez pas d’emmener la grand-mére et la tante la prochaine fois. Qu’est ce qu’il faut pas lire.

Dernière modification par BorderLine (10/04/2015 13h08)

Hors ligne

 

#27 10/04/2015 13h15 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   25 

GoodbyLenine a écrit :

(Je vais être un peu taquin, et je m’en excuse par avance…)

Et donc, Lausm : vous pensez qu’il est préférable que ce soit vos patients qui aient à se coltiner les mutuelles et à régler les mêmes problèmes (parce qu’il n’y a guère de raison qu’à eux, la mutuelle rembourse le soin qu’elle auraient refusé de vous payer à vous) ?

Si problème il y a (ce dont je ne doute pas), il va bien falloir les résoudre, non ?

Pourquoi les informaticiens et ceux qui conçoivent les systèmes de la sécu et des mutuelles seraient ils incapable d’améliorer leur système (avec bien entendu le support et le feed-back d’utilisateurs, qui les considéreraient comme des partenaires, et pas seulement des contraintes) ?

Je ne doute pas non plus que vous faites ce métier pour les patients, pas pour la paperasserie (mais vous connaissez beaucoup de monde qui aime la paperasserie, et beaucoup de métiers où on peut s’en dispenser complètement ?).

Je ne doute pas que chacun peut préférer exercer son métier sans trop de contrôles (mais connaissez-vous beaucoup de métier où il n’y ait pas de contrôle, de la part de personne supposées compétentes -sachant que vos patients ne le sont guère- pour le faire ?).

Par ailleurs, quand vous écrivez "je pense que les vrais problèmes, et ça a été dit, dans cette loi, sont les autres articles, que je ne connais pas", vous rendez-vous compte compte du message que vous envoyez à ceux qui vous lisent, du préjugé que vous affichez ? Donc ce dont on parle (ce sur quoi vous écrivez, sur plus de 50 lignes) serait accessoire, et vous pensez que ce que vous ne connaissez pas serait le "vrai problème". Vos mots n’auraient-ils pas un peu dépassé votre pensée ?

Bonjour GBL.
Je vais être un peu taquin aussi, mais je crois qu’au-dessus de moi beaucoup ont répondu pour moi sûrement plus clairement que mon message de base (bon, c’était tard, j’étais fatigué, mais tout ce système me fatigue plus encore et je n’ai pas réussi à le cacher!)
Mes mots, en fait, sont bien en deça de ma pensée! Si je les exprimais de façon brute, je peux vous dire que je transgresserais la charte au-delà de toute limite!
Effectivement, je n’ai pas lu complètement cette loi, car elle est surtout pour les médecins. Nous, infirmiers, on nous met en boîte avant les médecins. Par contre une chose est sûre : si le médecin est prescripteur, tous les paramédicaux en prendront pour leur grade. Car dès que la sécu pose une injonction, si le médecin s’aligne, il prescrit moins.
C’est mon banquier qui s’occupait des relations avec les médicaux paramédicaux, qui m’a dit que la sécu comptabilisait leurs prescriptions, à savoir médicaments, soins kinés, infirmiers, et labo et si une case dépasse, rappel à l’ordre…et comme il me l’avait dit, mieux vaut en fait ne pas avoir de problèmes fin décembre quand les chiffres ont été explosés à la hausse.
d’ailleurs, ça me revient, c’était une des doléances au sujet de cette loi (comme quoi je n’ai pas lu, mais je me rappelle ce qu’on en a dit…mais hier je n’avais pas tout ça sur le devant de mon cortex!). A savoir la limitation des prescriptions comptabilisées en terme de catégories de médicaments. Et ils ont râlé, à raison, disant que ça ne marchera pas, car tel territoire aura une catégorie de traitement qui sera plus utilisée qu’une autre (par exemple, diabète cholestérol en zones rurale habitées par des personnes âgées, contre pathologies liées aux addictions toxicomaniaques dans les grandes zones urbaines-c’est très schématique et plein de préjugés, mais la réalité du terrain se fout des préjugés!).
Et le problème des lois, c’est quand elles veulent standardiser ce qui ne peut l’être. On ne met pas les humains dans des boîtes. Mais on essaie!
Mais pour avoir eu quelque formation en stratégie des médias, et mise en scène, la façon dont une loi est présentée, est un message médiatique. Et comme l’a dit un intervenant ci-dessus, la sécu, en dix ans, ne m’a convoqué trois fois, que pour me donner des directives, sur comment facturer, passer au scan des ordonnances. Jamais on n’a parlé de soins. Des besoins de patients. Le système est structuré uniquement autour des administratifs qui sont dedans. Pas autour du patient. C’est comme ça, quand on travaille dedans, on le découvre très très très vite. Mais cela ne se voit pas à l’extérieur, car ce n’est jamais personne qui est responsable, mais les autres.

Vous me demander pourquoi les patients devraient se coltiner les papiers de la mutuelle? Mais parce que je me coltine déjà toute la part sécu, et aussi la part mutuelle pour une part chez beaucoup! Parce que je fais le tiers payant, depuis toujours, que je ne suis pas contre. Mais que j’en ai marre de faire le boulot des autres et presque de devoir justifier le fait que j’ai fait le boulot et mérite salaire!
Et qu’ils sont, patients comme mutuelles, bien plus nombreux et fort que moi!

Vous diriez quoi, si, quand vous allez bosser chez quelqu’un qui a pris rendez-vous pour ça, que vous arrivez (donc vous êtes levé, déplacé, préparé pour), quand vous entrez, ni bonjour ni biiip, mais comme accueil : "je paye pas, je suis à cent pour cent!"…et bien, en tant que paramédical, faut se manger ça! Souvent.
Et dans tout ça on ne compte pas : les fois où l’on doit aller chercher les médicaments à la pharmacie, non facturé ni facturable…les fois où l’on doit tanner le médecin pour renouveler l’ordonnance…sinon la sécu nous tannera parce qu’on n’a pas la preuve de la prescription…et ne nous payera pas alors qu’on est allé faire le boulot…les fois où l’hopital renvoie le patient chez lui, sans ordonnance (c’est nouveau, en augmentation constante depuis un an…toute coincidence avec le fait que les prescriptions de chaque service sont contrôlées dans leur montant global doit être totalement fortuite)…sauf qu’au bout, il faut une ordonnance, pour qu’on fasse les soins-sinon on les fait gratos-et aussi avoir le matériel pour..qu’on doit donc faire prescrire, donc on doit rappeler l’hopital, ou le médecin…et aller chercher à la pharmacie…bref on s’amuse, et tout ça n’est pas payé. Et c’est du temps.
Mais on le fait, car si on ne le fait pas, les patients se tourneront vers quelqu’un d’autre, et tout le monde est tellement soumis par la peur ou l’envie de gagner toujours plus que la plupart sont prèts à faire ça, même si c’est injuste, que de ne pas le faire…et c’est bien toutes ces attittudes qui font que tout ça dure et est possible.
Car quel moyen de pression, en tant qu’infirmier? Aucun. Vous les voyez manifester, les infirmières? Oui. Elles bossent avec un brassard pour dire qu’elles sont pô contentes!….Sûr que quand les routiers disent qu’ils vont tout bloquer, étonnamment ça a un pouvoir de persuasion autrement plus fort et rapide!
Donc effectivement, j’ai sûrement des préjugés, mais il s’avère qu’après vivre tout ça, je n’ai plus tellement envie de lire des textes et décrèts de lois, car il me faut : répondre aux appels des patients, faire à manger, et parfois j’ai aussi juste envie de vivre!

Un autre exemple pour que vous connaissiez mieux les dessous de l’affaire : en Octobre, il a été décidé de modifier les cotations des perfusions. C’était déjà pas simple, c’est devenu encore pire. La sécu a envoyé un mémo, personne n’a compris, je pense même pas eux. Ca fleurait bon le truc décidé à l’arrache, et appliqué à l’arrache.
Donc, comme la nouvelle mode c’est de passer par mail avec la sécu, j’ai voulu utiliser le système comme on me l’avait dit là-bas (j’ai l’air de m’énerver comme ça, mais je suis un piètre révolutionnaire, je suis super soumis au pouvoir et au système). Donc j’ai envoyé un mail pour qu’on m’aide à coter les actes. Réponse le lendemain "votre demande a été transmise au service concerné". Pourquoi pas….puis deux jours après : "veuillez téléphoner au numéro tant à votre caisse."….bah oui, pourquoi mettre en place des procédures si c’est pour voir qu’elles ne servent à rien!…j’aurais pu appeler directement, ça aurait été plus simple. ca aurait fait trois mail en moins, un pour moi et deux pour eux!
Et j’appelle….et en fait, comme bien sûr la modification des cotations de perf a été faite au pied levé en un mois, la personne en fait était bien incapable de m’aider vraiment. Donc au final, j’ai pris sa version, croisée avec quelques trucs piochés sur des forums internet, et j’ai tenté le coup.
Mais vous imaginez, le nombre d’appels que ça doit faire, de gens comme moi qui appellent les employés de la facturation, et donc qui saturent le système, tout ça pour un résultat néant, et plus couteux que ce que ça pourrait économiser?
Et bien c’est ça la sécu en France.

Youplaboum parlait de la Belgique…paraît que là-bas, ce sont les mutuelles qui remboursent la part sécu. C’est une idée intéressante. Ca donnerait une linéarité aux flux financiers plus faciles à gèrer pour les informaticiens.
Car, puisque vous posiez le problème de l’informatique, le truc, c’est harmoniser les caisses, avec toutes les mutuelles. Savoir qu’au passage, des organismes centralisateurs (Almerys, Isanté, Viamedis, etc…) ont été mis en place pour gèrer le tiers payant…mais que c’est loin d’être harmonisé…et que ce ne sont pas les caisses qui s’en chargent. Il y a juste un étage administratif de plus, qui a été créé, et ça, ça a un coût, mais ce coût, ne sera pas remis en cause. C’est là que part l’argent qu’on devrait économiser. Il ne va pas chez les soignants, ni les patients…mais bon, ça a été dit plus haut.
En tous cas, au lieu de simplifier, on rajoute des étages. Donc forcément ça rajoute de la complexité à l’existant! Donc ça n’aide en rien à ce que ça fonctionne mieux.
Sinon on aurait depuis longtemps créé le dossier de soin sur carte vitale. Déjà que les dossiers papiers circulent mal entre service, et que depuis 25 ans que je connais le système, ça n’a pas changé, pourquoi ça changerait maintenant? Par contre, une inflation de cadres et administratifs, les mieux payés de France, il y a eu….et ça ça coute. Mais ça, on ne touche pas. Pas touche au pouvoir!
La priorité, est la gestion des flux financiers…c’est Cegedim l’acteur principal de tout ça, et si vous voulez investir dessus, j’y pense pour ma part sérieusement : je pense qu’ils ont un avantage concurrentiel certain sur un secteur d’avenir!

Si les dépenses de santé vous intéressent, que penser quand un patient de 92 ans en fin de vie, est opéré d’un polype à l’intestin et meurt dans la semaine? C’est une opération dont l’utilité au vu du tableau du patient, était contestable. Mais on la fait quand même!
Et que penser des gens qui vont aux urgences, et y retournent deux jours après car leur symptôme, pris en charge superficiellement (faut faire des économies!), n’a pas cédé?
Pour l’un, faut juste savoir que l’hopital enregistre des actes, et que plus il en fait, plus il peut justifier une dotation l’année d’après.
Pour l’autre, ça coutera juste encore plus cher que ce que ça économise! Mais on s’en fout, pourvu qu’on applique les consignes venus d’en haut.
Et je ne parle pas du gel hydro-alcoolique qu’on oblige les services à utiliser (faut que ça disparaisse des placards, quitte à ce que ça parte dans le lavabo, ainsi que leur dit le personnel de l’hygiène quand il les livre, comme me l’a décrit une collègue), depuis la grippe A. Celui qui s’est placé sur ce marché, est largement gagnant. Mais qui?
Alors qu’on m’a toujours appris que l’alcool ne remplacerait jamais le savon!…mais le savon, ça doit rapporter moins!
Mais quand on sait que le contrôle qualité mesure la quantité de gel consommé par an dans ses critères d’attribution, on a une idée un peu plus précise de cette consommation outrancière. Economie vous me dites? Excusez-moi si ça me fait doucement rigoler!

Bref, oui, j’ai des préjugés : je préjuge que tout ce système est largement vérolé par des volontés de profit financier, et que l’humain est bien loin derrière en terme de préoccupations. J’aimerais bien penser autrement, mais rien de ce que je vois ne me montre que ça aille en s’arrangeant…mais personne n’est obligé de me croire!
Si juste on demandait aux soignants s’ils se sentent écoutés par les instances qui les supervise, je pense que globalement la réponse sera non. Mais c’est un préjugé de ma part, j’en conviens et je l’assume totalement.
Enfin, pour ma part, si je suis sur ce forum, c’est que je n’attends rien, mais rien des pouvoirs publics, en terme de santé et de retraite. Rien que de payer pour les autres, pour ceux qui ont le pouvoir de faire payer.
Donc je crée mon propre fond mutuelle, ma propre caisse de retraite pour pallier au désengagement de l’état, et avoir une chance de n’être pas trop victime dans tout ça.
Et aimerais juste que l’on ouvre les yeux sur ce qu’il se passe.

Dernière modification par Lausm (10/04/2015 14h01)

Hors ligne

 

#28 10/04/2015 13h38 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   

Bonjour,
Je suis entièrement d’accord avec plusieurs intervenants précédents,en précisant que je ne suis pas un professionnel concerné par le tiers-payant.
Effectivement,il me semble logique que ce soit l’assuré qui se "coltine" avec sa mutuelle pour plusieurs raisons:
-cela ne va pas lui  arriver très souvent.Si on part d’un postulat de 2,voire 4% de problèmes,l’assuré sera concerné dans 1 visite sur 50 ou au plus sur 25,donc rarement.Au contraire,le médecin sera concerné plusieurs fois par semaine,en devant  joindre les mutuelles aux heures ouvrables,alors que beaucoup sont très pris et terminent leurs consultations en fin de journée.
- si les problèmes avec une mutuelle X sont trop fréquents,l’assuré a le pouvoir d’en changer  ,donc les mutuelles ont intérêt à ne pas trop avoir de dysfonctionnements.Avec les médecins comme interlocuteurs,il sera impossible de dire au patient:changez de mutuelle car la vôtre est déficiente. Comme le médecin aura fait le travail,l’assuré ne verra pas d’avantage pour lui à changer,et donc les mutuelles n’auront pas non plus d’intérêt à faire des efforts de qualité.

Enfin,je remarque que personne n’évoque la franchise médicale de 1 euro par visite,et de 50 c par boîte de médicament.Cette franchise était récupérée par la Sécurité sociale sur les remboursements, en déduction.Comme sera t-il  fait dans le cas où il n’y a rien à rembourser?.
J’ai entendu qu’il était envisagé que la Sécu demande le règlement de cette franchise au patient. Combien de temps et d’argent en frais administratifs pour récupérer quelques euros,alors que c’était automatique jusqu’à présent.Au total,le risque est grand d’une perte de plusieurs millions d’euros sur ce poste.

En conclusion,il me semble que c’est une mesure démagogique, et qui ne répond pas au problème posé ,à savoir que certaines personnes renoncent à des soins médicaux.Pour la plupart,ces personnes renoncent à des soins dans le domaine de l’optique,des soins dentaires,des prothèses auditives (frais qui ne seront pas mieux remboursés avec la réforme),ou des soins avec dépassement d’honoraires,sans compter,hors question de coût,les renoncements pour cause de difficultés d’avoir un rdv chez un spécialiste (éloignement,délai de plusieurs mois).
Il me semble que peu de gens ne vont pas voir leur médecin du fait qu’il faut avancer 23 euros en étant remboursé quelques jours après,et que cette réforme aura inutilement braqué le monde médical alors que d’autres choses sont à améliorer (organisation des gardes,dossier médical…).

Hors ligne

 

#29 10/04/2015 13h45 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   70 

Lausm, en Belgique il n’y a pas de mutuelles dans le sens où cela s’entend en France. Le système d’assurance primaire (la sécu quoi) s’appelle les mutuelles en Belgique. Mais c’est public. Il y a très peu d’assurances complémentaires (ce qu’on appelle les mutuelles en France) en Belgique. Ca commence, malheureusement.

Borderline, je n’ai pas dit que les cabinets dentaires étaient déficitaires. J’ai dit que les soins dentaires étaient déficitaires. On ne fait pas que des soins dentaires dans les cabinets dentaires, on fait aussi des prothèses. Comme la sécu n’a pas revu son tarif de prise en charge des prothèses dentaires depuis 30 ans (la part sécu ne rembourse même plus le prothésiste), les mutuelles paient de plus en plus pour rembourser les prothèses. C’est pour ça qu’elles râlent.
Mais je vous laisse dans vos certitudes quand à "qui profite et qui souffre", et je vous souhaite bien du plaisir dans 30 ans quand vous aurez le système de santé que vous aurez choisi. De mon côté j’aurai cessé d’exercer depuis longtemps…


The only real failure is the failure to try.

Hors ligne

 

#30 10/04/2015 13h54 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   161 

BorderLine a écrit :

@Xa l’exemple que vous prenez pour la mutuelle c’est du pipeau complet. Une LRAR de la salarié avec attestation de l’employeur et copie nouvelle mutuelle c’est réglé en une semaine.

Evidemment.

Attendez … Ah oui, on en est à 8 recommandés. Dans les 5 derniers (depuis que je suis cette hisoire, soit depuis Septembre dernier), il y a :
- l’attestation de fin de contrat de travail
- l’attestation de l’employeur "prétendant" avoir envoyé à la mutuelle la résiliation de couverture
- la copie du formulaire de résiliation remplie par l’employeur
- le courier de la mutuelle confirmant la réception de plusieurs demandes de résiliation
- l’attestation des 2 employeurs suivant
- l’attestation de la mutuelle des employeurs suivant concernant l’affiliation
- l’attestation de couverture par la mutuelle perso de l’employée sur une grosse partie de la période problématique (la mutuelle employeur n’est arrivée que peu avant sa rupture de contrat, et elle est devenue obligatoire par convention collective, en fev 2013)
- le courier de la CPAM confirmant à la dernière mutuelle l’impossibilité d’activer le télétransfert tant que la mutuelle "principale" ne se désinscrit pas.
- les réponses de la mutuelle exigeant le remboursement des remboursements indus et le fait que l’employée n’étant pas la contractante, elle doit s’adresser à son ancien employeur pour qu’il fasse les démarches pour signaler la fin du contrat de travail (contenu de la dernière réponse reçue …)

Donc le monde des bisounours, merci mais non.

Cette personne  n’a pas les moyens de sortir 2 ans de remboursement de soins pour elle même et son enfant parce qu’une mutuelle refuse de reconnaitre son erreur (la résiliation a été fournie par l’employeur, et c’est bien cette mutuelle qui n’a pas annulé la télétransmission via la Cpam (consultations) tout en annulant bien la couverture hors télétransmission)

Ce n’est qu’un cas parmi plusieurs que j’ai en stock, sur des histoires similaires (le bénéficiaire de la protection n’est pas le contractant). Et c’est déjà galère à gérer, alors je n’ose imaginer ce qu’un médecin, qui n’est ni le contractant ni le bénéficiaire de la protection, pourra faire pour se sortir de cette impasse. A part laisser tomber.

Hors ligne

 

#31 10/04/2015 13h56 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   10 

Youplaboum a écrit :

Pour info doug, les soins dentaires sont remboursés à 100% (70% sécu, 30% complémentaire) donc il n’y a aucun frein à l’accès aux soins

De nombreuses études montrent que les difficultés des classes populaires se concentrent dans l’achat de lunettes ou de prothèses dentaires : je ne parle pas d’un détartrage, mais de soins à quelques milliers d’euros.

Comme pour les notaires, des phénomènes de rente se cachent derrière tout ça.

Youplaboum a écrit :

Lorsque le lis GBL « il n’y a qu’à organiser le système de manière efficace »

En France, on a vraiment du mal à simplifier. Pour le système de paie unique des militaires ou des fonctionnaires, ce qui bloque n’est pas l’informatique, mais l’opacité : les primes et salaires à la tête du client dans les hautes sphères. Un logiciel informatique ne peut pas encore appliquer le piston humain !

Autre exemple, sur les retraites : il y a 36 régimes différents ! La moindre des choses serait de remettre à plat le système, qui gagnerait en efficacité. Et les économies de fonctionnement et d’organisation pourraient permettre d’avoir une meilleure visibilité sur l’effort demandé aux français. L’association Contribuables associés évalue à 3 milliards d’euros les gains de concentration du système.

Il y a encore plein d’autres exemples : les logiciels des CAF, dont la précision peut conduire deux agents à trouver un montant d’allocation différent à partir du même dossier. D’où ensuite des trop-perçus, des indus… Pourtant, il n’y a rien de plus simple : les étudiants font déjà leur demande d’APL en ligne, pourquoi ne pas généraliser à tous les demandeurs ? Surtout que les APL dépendent de critères objectifs : loyer, salaires, etc.

Ne pas réformer en ce moment est d’autant plus dommage que les départs en retraite vont être nombreux du fait du papy-boom, ce qui permettrait de ne pas licencier dans l’administration.

Cdlt,

doug

Hors ligne

 

#32 10/04/2015 14h16 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   161 

Je réponds en 2 messages pour bien distinguer les 2 sujets.

BorderLine a écrit :

C’est oublier qu’il y a une affaire d’escroquerie d’infirmier libéral qui est levée toutes les deux semaines, avec un ces centaines de milliers d’euros de fraudes à la sécu, les ambulanciers, idem, les escroqueries de dentistes à la CMU, des millions,  des kiné qui facturent des séances jamais réalisées etc etc. Donc les libéraux c’est les gentils, le gouvernement et les patients égoïstes, les méchants, faut pas trop pousser.

Que la CMU/gratuité pousse certains à "surconsommer", c’est possible, mais franchement, ca doit être un pouillième des dépenses parfaitement légitime. On ne constate pas de différence majeures dans les structures de dépenses dans les pays complètement sans tiers payant.

Je ne pense pas que la réponse "pas de tiers payant parce que déresponsabilisation" soit pertinente.

Mais je ne crois pas que la réponse "tiers payant pour lutter contre la fraude" le soit non plus.

Qu’il y ait des escrocs, je n’en doute pas. Mais en quoi le tiers payant règle-t-il la fraude ?

Prenons un exemple : un médecin déclare à la Sécu avoir soigné Mme et son fils, donc 2 consultations. En réalité, il n’en a ausculté qu’un des deux.

Le tiers payant permet-il de le détecter plus qu’en son absence ?

Hors ligne

 

#33 10/04/2015 15h04 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   25 

Dans la suite de la réponse de Xa, à l’adresse de Borderline :
Pour ma part, je ne suis guère corporatiste. Je ne suis pas syndiqué ou tout ce genre de choses.

C’est vrai que certains libéraux tombent dans le truc. Des escroqueries sur des prescriptions détournées de matériel de plusieurs centaines de millier d’euros.
Mais si vous mettiez en exergue la perte sèche due à la complexité du système, et aussi à une application des cotations désavantageuses, qui poussent à bosser comme un c…, c’est à dire à faire du rendement patient à l’heure, un système qui met en insécurité constante, car vous avez l’impression que vous ne pouvez reposer sur un minimum sans qu’il vous soit taxé, non payé, etc…vous verriez que l’équilibre ne va pas du coté de vos préjugés (j’ai l’impression fort subjective que vous en avez quelques uns!).
Si vous faisiez un petit stage, sur le terrain, et vous initiiez à l’art subtil de négocier avec les patients et le caisses, votre discours prendrait sûrement une autre tournure : celle de qui a vu sur le terrain, et pas seulement sur des articles de presse.
D’ailleurs, pas plus tard qu’il y a un quart d’heure, message : "je n’ai pas été remboursé de la part mutuelle, pourquoi?"…va falloir encore que je refasse une facturation à transmettre à la mutuelle, car en fait avec celle-là, la caisse ne transmet pas les données, contrairement à ce que j’avais cru. Parce que tout ça n’est renseigné nulle part sur la carte mutuelle, et inutile d’attendre que les patients comprennent comment ça fonctionne en détail!
Après, juste pour que vous sachiez comment on est payé, je parle pour les infirmiers, ça vous ouvrira peut-être les yeux sur une certaine ire, et un grand ras le bol.
Déjà, comme j’ai déjà dit, plein de petits trucs non cotés : prise de tension, pose et dépose de bas de contention. Parfois, certains n’ont besoin que de ça. Mais si il n’y a aucun autre soin de prescrit, impossible de se le faire payer. C’est gratos. Mais essayez, à 87 ans, de retirer les bas de contention, vous verrez si vous y arrivez seul. Je pense que beaucoup dorment avec.
Les distributions de médicaments : toujours justifier selon l’art. 10, à savoir patient atteint de troubles cognitifs. Même si c’est pas vraiment vrai. Vous verrez si vous vous y retrouvez le plus jour où vous aurez plus de vingt comprimés à prendre par jour, un jour générique, un jour pas, donc qui changent d’aspect et de nom trop souvent, si vous y arrivez bien même sans trouble cognitifs. Sans oublier qu’il faut envoyer à la caisse une entente préalable, si bien nommée!
Entente préalable obligée aussi pour les toilettes soins d’hygiène.
Cotés AIS 3, montant 7,95. Jusqu’à trente minutes. Si vous avez dedans un pansement simple, une prise de sang, une injection, vous n’avez pas le droit de la facturer si vous avez une toilette à faire. Tout est compris dans le kit. C’est gratos. C’est pour ça que les infirmiers n’ont aucun intérèt à faire des soins d’hygiène (et pourtant j’aime ça, on a du contact).
Quand aux soins typiquement infirmiers, cotés AMI (3,15 euros l’unité), et bien si vous avez deux soins dans un passage, on cote le plus cher, le deuxième cote la moitié de sa valeur, le troisième n’est tout simplement pas facturable.
Cela donne, si un pansement plus une prise de sang, plus une injection, AMI2+AMI1,75/2 et rien pour l’injection (normalement AMI1). Je vous laisse faire le calcul, là j’ai la flemme. Mais c’est juste pas motivant. A coté de ça, vous facturerez AMI 15 une perf qui aura pris 5 minutes à préparer. On ne valorise que l’acte technique, pas le temps qu’on passe.
Alors au lieu de revaloriser l’AMI, il y a trois ans, on nous a pondu la Majoration d’Acte Unique (MAU). A savoir pour tous les soins entre AMI 1 et AMI 1,5 on rajoute 1,35 euros. Tout ça pour valoriser les actes uniques et donc qu’on gagne un peu mieux si on fait une injection ou une prise de sang. Si on fait deux soins, pas de MAU facturable. Vous suivez? C’est bien, on continue!
Autant dire que je me suis planté, les premiers coups. et qu’il aurait été bien plus simple de revaloriser l’AMI de 5 centimes au lieu de pondre cette usine à gaz comptable. Ils ont dû s’arracher quelques cheveux dans les services de facturation!

Donc là je parle nombrilistiquement de mon vécu d’IDE de campagne égocentriquement plongé sur son drame personnel. Mais de ce que je vois à lire ici, mais je n’en doutais que peu, ce genre de tortuosités mentales est le lot de tous les autres paramédicaux et médicaux.

Vous devriez venir en stage chez nous, vous verriez qu’il n’y a pas que des nantis du système, superprivilégiés. Il y a aussi des gens qui bossent, pour le patient, pour une qualité des soins, mais parfois ils aimeraient juste qu’on leur permette de bosser pour les patients, et pas pour un système de contrôle financier chronophage et au final qui nie l’individu au profit d’un système administratif et comptable.
Car un soignant stressé devient un mauvais soignant à terme. Et des soignants stressés, il y en a de plus en plus.

Hors ligne

 

#34 10/04/2015 15h38 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   39 

AleaJactaEst a écrit :

On peut regarder par exemple le portugal, qui a diviser quasiement par 10 les honoraires des notaires, ce qui n’a strictement rien changer à leur droit. Je connais pas de portuguais qui se serait fait voler sa maison par son frère lors d’un week end parce qu’il a payé son notaire 10 fois moins !

Euh… vous êtes sérieux ?
Vous avez déjà eu un litige immobilier au Portugal ? Les notaires sont à peu près aussi compétents que les agents immobiliers en France.
Pour prendre l’exemple de l’Espagne, le notaire ne fait AUCUNE vérification légale, il n e vérifie pas que le vendeur est propriétaire…c’est l’agent immobilier qui le fait. (ou pas…). Des montants colossaux peuvent être payés en liquide… Alors oui, quand les notaires parlent de "sécuriser" les pratiques, je suis d’accord (précision, je ne suis pas dans le métier mais investisseur immobiilier)
Quand je vois combien touch un notaire sur une vente et la quantité de boulot à abattre, je suis sidéré, le taux horaire est minime. Bien entendu, je parle de ce qui va dans la poche de l’étude. Pas des "frais de notaires" dont 80% des Français ne savent pas que c’est de l’impôt à 80%…


"We judge a book by its cover ; And read what we want ; Between selected lines"

Hors ligne

 

#35 10/04/2015 15h56 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   70 

doug a écrit :

De nombreuses études montrent que les difficultés des classes populaires se concentrent dans l’achat de lunettes ou de prothèses dentaires : je ne parle pas d’un détartrage, mais de soins à quelques milliers d’euros.

Comme pour les notaires, des phénomènes de rente se cachent derrière tout ça.
doug

Les lunettes sont plus chères en Belgique, et pas du tout remboursées. Le secteur est complètement concurrentiel. Les prothèses dentaires sont aussi chères voire plus chères en Belgique, et moins voire pas du tout remboursées (aucun remboursement sur la prothèse fixe - couronnes et bridges - en Belgique). Il y a en Belgique une densité de dentistes bien plus importante qu’en France, avec une concurrence bien plus forte. Cela ne plaide pas pour une situation de rente.

Un cabinet dentaire coûte très cher à installer et à faire tourner. On peut comparer avec les vétérinaires dont les honoraires ne sont pas spécialement bon marché non plus (ici aussi secteur concurrentiel donc difficile de parler de rente). Je crois qu’il sera très difficile de trouver des gens pour s’installer si les revenus ne sont pas équivalents au risque financier encouru. Vous aurez alors des dentistes salariés par des cabinets gérés par des mutuelles. Pourquoi pas? C’est un choix de société à faire.

Aux Pays-Bas, ils ont récemment supprimé tout contrôle des honoraires en dentisterie, espérant faire baisser les tarifs par la concurrence. Je ne sais pas ce que ça donne. En Allemagne, ils ont réglé le problème de manière radicale : les prothèses et soins dentaires non préventifs ne sont plus remboursés par l’assurance publique. Il faut prendre une assurance privée spécifique. Au Royaume Uni, les tarifs du NHS sont aussi déconnectés de la réalité qu’en France. Résultat il n’y a quasi plus de dentistes NHS dans le nord de l’Angleterre : ce sont tous des dentistes privés.

Encore une fois je crois que voir le problème sous un regard trop franco-français donne une perception biaisée des choses. Je peux vous dire que lorsque je vois le remboursement auquel mes patients ont droit ici sur leurs prothèses dentaires, je n’en reviens pas. Ici, contrairement à ce que vous pensez, les gens peuvent se faire soigner dans les règles de l’art - bien plus qu’en Belgique (et maintenant en Allemagne), où le renoncement en soins prothétiques dentaires est bien plus important qu’en France.


The only real failure is the failure to try.

Hors ligne

 

#36 10/04/2015 16h16 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   421 

L’idée même que l’on rembourse des visites à des généralistes est parfaitement inepte…

Demandez à quelqu’un qui n’a pas d’argent ce qui est le plus vital pour lui et il vous répondra dans l’ordre :
- De pouvoir dormir au chaud.
- De pouvoir avoir une vie sociale.
- De pouvoir manger (ca c’est assez facile, il suffit d’aller dans un super marché)
Pour ma part j’ai toujours privilégié l’acces à la culture avant l’acces à la médecine que je qualifierai de courante (rage de dent etc…) et j’ai vécu sans secu pendant des années et actuellement ca me choque profondément qu’on me rembourse un acte médical.

On devrait donc rembourser les loyers et les repas de tout le monde avant de rembourser des visites où la moitié du temps les gens racontent leur vie.

La solidarité et les systèmes d’assurance doivent être réservés aux pathologies graves qui engagent le pronostic vital et dont le coût ne peut être assumé.

Ainsi la médecine serait vraiment libérale : le médecin serait libre de soigner mais il ne serait pas payé par l’argent public ce qui est une conception unilatérale de la liberté.


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#37 10/04/2015 16h19 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   73 

Je pense sincèrement que ce n’est pas un problème de qui gagne combien et combien coutent les prothèses dentaires et pourquoi general electric vend ses scanners aussi chers ..

Le vrai problème c’est que quand le bénéficiaire d’un soin ne sait plus combien il coûte, alors quelque part çà veut dire qu’on retire la transparence sur les prix. Et sans transparence sur les prix, c’est la porte ouverte à toute les dérives.

Imaginez un supermarché, une boulangerie, un magasin de vêtement où aucun prix n’est affiché, déjà ce serait difficile de s’y retrouver. Mais si en plus vous payez avec la carte bleue du voisin il n’y aucun besoin de se poser la question de savoir si c’est normal que le total soit de 50€ ou de 70€.

Bien entendu, sur ameli.fr, on peut avoir le détail de l’historique de ce qui a été payé et pourquoi, etc.. mais il faut déjà être dans une démarche analytique pour avoir envie d’éplucher les documents.

Hors ligne

 

#38 10/04/2015 16h45 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   157 

bifidus a écrit :

La solidarité et les systèmes d’assurance doivent être réservés aux pathologies graves qui engagent le pronostic vital et dont le coût ne peut être assumé.

Les privilégiés oublient souvent que la santé des masses affecte leur propre santé.
Soigner ses masses est non seulement une obligation morale (mais de nos jours, ça n’est pas très important…), mais aussi et surtout une obligation économique (et c’est d’ailleurs la principale justification de ces dépenses somptuaires)

Pragmatiquement, une personne non soignée:
- est moins efficace au travail
- est malade plus longtemps (donc plus longtemps inefficace)
- contamine plus de personnes (qui seront moins efficaces, etc…)

Concernant le sujet maintenant, je n’ai pas trop d’avis.
Disons que c’est loin d’être un sujet primordial et urgent à légiférer.
Le statu-quo ne semble pas si intolérable que ça.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#39 10/04/2015 17h34 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   421 

Tout d’abord je ne me considère pas comme faisant partie des privilégiés, je parle en connaissance de cause ayant vécu 20 ans sans aucune protection sociale tout simplement parce que ca ne me venait pas à l’idée d’aller quémander une CMU ou je ne sais quoi.

Je suis en désaccord complet avec le discours consistant à dire que la prévention systématique fait faire des économies au système. Ca en fait surtout gagner à Sanofi, le seul moyen d’etre aussi bénéficiare de ce système étant de posséder des laboratoires pharmaceutiques.

Il suffit de se rappeler de la gabegie des vaccins à Roselyne… C’est comme les études qui expliquent que les fumeurs font perdre de l’argent !
Non seulement ils paient toute leur vie une énorme taxe mais en mourant 10 ans plus tôt ils épargnent notre assurance vieillesse (en quand on prend en compte le coût de leur maladie on oublie que non fumeurs ils mourront 10 ans plus tard d’autre chose qui coûtera peut etre aussi cher). Après si ils sont moins efficace au travail (ce qui est indéniable je parle en connaissance de cause ayant été fumeur et ayant arrêté pour des raisons financières (bien sur sans aucune aide)) et bien un employeur n’a qu’a prendre quelqu’un d’autre)

Si on avait le droit de virer un salarié inefficace plus facilement, certains malades se mettraient à courrir et il y aurait beaucoup moins d’absentéisme.

La sur-médicamentation actuelle entraîne un affaiblissement des défenses immunitaires et une adaptation des microbes.
La quantité de maladie nosocomiales est aussi très importante alors qu’une grande partie des hospitalisations ne sont absolument pas obligatoires.
Je ne suis pas sur que payer ses dépenses de santé courantes diminue l’état de santé général de la population. De toute façon je n’empêche personne de souscrire volontairement à une mutuelle privée.


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#40 10/04/2015 18h17 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   70 

MisterVix a écrit :

L’Etat est aujourd’hui TOTALEMENT incapable de gérer son informatique. un hôpital est totalement incapable de gérer son réseau en interne, alors un réseau de centaines de complémentaires et d’autant de mutuelles? Le tout suffisamment sécurisé pour respecter le secret médical?

Avez vous suivi le désastreux projet avorté de fiches de paye des militaires?

Louvois
édifiant fiasco, source de drames dans les familles !


Ericsson…!  Qu'il entre !

En ligne

 

#41 10/04/2015 18h41 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Modérateur
Réputation :   1084 

Une réflexion de plus : Les professionnels de santé (souvent professions libérales) semblent capable de se coordonner quand il s’agit de protester CONTRE une mesure (avec différents arguments, dont je persiste à penser que ce sont plus des excuses que des arguments solides), au besoin en faisant la grève ("pour le bien de leurs patients") ou la grève du zèle (en revenant aux feuilles de soin papier, histoire de bien aider les administratifs à devenir plus efficaces sans doute…), plutôt que pour travailler AVEC les administratifs (et avec la sécu par exemple) pour corriger les défauts du système et faire marcher ce qui rendrait service à leurs patients.

Au lieu de coordination (de professionnels de santé) CONTRE telle ou telle proposition, où donc se trouvent les coordinations POUR améliorer le système ?  Où se trouvent les propositions constructives ?


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#42 10/04/2015 18h54 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   40 

GBL,

Cette remarque s’applique au médecin ou à l’importe quelle syndicat ou corps de métier ?
Les médecins sont t il différents ?

En ligne

 

#43 10/04/2015 19h09 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Modérateur
Réputation :   1084 

Les médecins sont supposés être des scientifiques, donc considérer qu’il est possible de progresser, de faire mieux, de changer pour améliorer, y compris le "système". On pourrait s’attendre à un réaction (devant une difficulté) différente de celles de "camionneurs" par exemple.

Par ailleurs, je ne crois pas que ce ne soient les plus à plaindre au sein de la société (contrairement à ce que les plaintes de certains pourraient laisser croire). Ils ont leur part de responsabilité dans le "système" (de la sécurité sociale et tout ce qui gravite autour), et un rôle (à prendre et assumer) pour l’améliorer.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#44 10/04/2015 19h27 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   40 

Je crois que la réaction est épidermique, comme chacun réagirait quand il est menacé.

Quand on attaque sur le front de la démogagie, les organisations répondent sur le front de la démagogie.

Maintenant je suis assez d’accord avec vous, la communication et l’image du corps médicale donnée lors de ces grèves est mauvaise et male gérée.

Personnellement je suis pas alaise avec ça.

La responsabilité individuel des médecins dans l’établissement du système est un peu discutable. Pourquoi n’est ce pas la faute aux politiques qui ont décidés ? ou bien même à leurs électeurs.

Le tier payant est pour moi du pain béni pour les généralistes … moins pour les Français.
Tant pis, la politique est ce qu’elle est … communication, image, court terme, laisser sa trace, le long terme on s’en balance.

Je pense que les plus grand perdant dans un système qui se libéraliserait serait t la population, et surtout le tiers le plus précaire. Les médecins chercherait à reduire leurs activités et augmenter leur "marges".

Pourquoi s’attaquer à une entente qui permet de fournir un maximum de consultation aux Français à un cout très compétitif  ?

Pourquoi ne pas s’attaquer à d’autres profession libérales, dont le service rendu par rapport au cout pour le contribuable est mauvais ? (cf autres pays d’Europe). Par exemple : Les expert comptables, les pharmaciens (à 10000€/mois), les notaires (19500€), huissiers (>8000€).

Les médecins généralistes sont biensûr "protégés" par le système comme les autres sus cités, mais en contre partie, ils offrent au systeme un service à un prix en dessous du marché (cf autres pays en europe), contrairement aux notaires ou aux huissiers. (Pour les pharmaciens c’est discutable, ce qui est discutable, mais ils ont une formation et une responsabilité un peu en dessous des médecins, pour une rémunération égale)

Dernière modification par AleaJactaEst (10/04/2015 20h02)

En ligne

 

#45 10/04/2015 19h59 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   96 

GoodbyLenine a écrit :

Par ailleurs, je ne crois pas que ce ne soient les plus à plaindre au sein de la société (contrairement à ce que les plaintes de certains pourraient laisser croire). Ils ont leur part de responsabilité dans le "système" (de la sécurité sociale et tout ce qui gravite autour), et un rôle (à prendre et assumer) pour l’améliorer.

Quel rapport ? D’autant plus que pour le secteur 1 une consult à 23 euros c’est relativement faible…

Medecine c’est 10 à 12 ans d’études avec un max d’horaires et bcp de précarité. Le tiers payant va faire exploser le déficit de la sécu. (voyez avec les médicaments…) et ca n’est pas de la justice sociale puisque les gens qui ont des pbs de tréso se font déjà encaisser leur chèque par le médecin après avoir été remboursé par la sécu…

Le tiers payant ne fera qu’aggraver les choses en instaurant une medecine à deux vitesses (un réseau de medecins conventionné par les mutuelles - qui ne seront à mon avis pas les meilleurs…- et le reste…)

Dernière modification par roudoudou (10/04/2015 20h04)

Hors ligne

 

#46 10/04/2015 20h09 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Modérateur
Réputation :   1084 

AleaJactaEst a écrit :

Pourquoi ne pas s’attaquer à d’autres profession libérales, dont le service rendu par rapport au cout pour le contribuable est mauvais ? (cf autres pays d’Europe). Par exemple : Les expert comptables, les pharmaciens (à 10000€/mois), les notaires (19500€), huissiers (>8000€).

Il me semble que ceux parmi ces professions libérales qui ont des prestations payées par la collectivité, ou des tarifs fixés par les pouvoirs publics, sont aussi mis un peu plus "sous pression" depuis quelques temps…
Certains ont même été manifester (ou plutôt ont "incité" leur employés, payés bien moins, et pas vraiment directement bénéficiaire de la "rente" défendue, à manifester).
Mais on s’éloigne largement du tiers payant (qui est supposé simplifier la vie aux patients, et tirer avantage des techniques modernes).

@roudoudou et d’autres : les "mutuelles" (ces méchants qui conventionneraient les moins bons médecins, ou encourageraient des pratiques nuisibles pour les patients) sont (encore) en grande partie des sociétés sans but lucratif (même si certains acteurs du domaine -ceux qu’on montre quand on veut critiquer les mutuelles- sont à présent des filiales d’assureurs, à but lucratifs), et leur but n’est alors pas de maximiser leur bénéfice (il n’y a personne à qui le distribuer), mais d’équilibrer leurs comptes, et de servir au mieux leurs sociétaires.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#47 10/04/2015 22h53 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   96 

Macsf et Malakoff Mederic ne sont sans but lucratif. Si vous pensez réduire le déficit de la sécu en réduisant et fonctionnarisant les médecins avec le tiers payant je pense que vous faites fausse route.

Le tiers payant est une mesure purement électorale, aussi simple que ca. Il n’y a aucune raison a le mettre en place et cela ne résout aucunement le problème d’accès au soins qui est un pbm de densité médicale dans certains quartiers (au demeurant tenus pour certains par des délinquants).

D’autre part vous mentionnez que pour les médecins il "suffit de glisser la carte vitale", c’est faux, il faut vérifier que la mutuelle est toujours valide avec la petite carte et il y en a un paquet des mutuelles. Comme fait le pharmacien d’ailleurs. Les médecins vont donc courir après les mauvais payeurs.

Il est déraisonnable que le patient n’avance pas l’argent et ne "perçoive" pas la valeur de l’acte. Ce n’est pas gratuit, c’est une prise en charge par la société.

Vous ne croyez pas à l’inflation des dépenses de santé, comment expliquez vous l’inflation actuelle ?

Ma femme médecin, risque de renoncer à s’installer avec le TP, et je peux vous dire que c’est le cas de ses (nombreux) confrères internes.

ps = Et je dois vous dire que je n’apprécie pas vraiment la teneur de vos posts qui jettent l’opprobre sur la profession. C’est assez déplaisant et non justifiable - qui plus est de la part de quelqu’un qui ne connait assurément pas la profession et qui n’a pas de vécu dans ce métier.

Cordialement.

Dernière modification par roudoudou (10/04/2015 23h06)

Hors ligne

 

#48 10/04/2015 23h23 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   161 

GBL,

Votre remarque parait un peu naive.Une association 1901 est aussi sans but lucratif, ce qui n’est pas nécessairement vrai pour ses employés …

La mutualité reconnait que les frais de fonctionnement des mutuelles avoisinent les 18%. Pensez vous vraiment qu’il y aurait autant de mutuelles en concurrence s’il n’y avait aucun but lucratif ?

Par ailleurs, l’activité complémentaire santé est sans but lucratif, que ce soit le fait de sociétés mutuelles (code de la mutualité) ou de mutuelles d’assurance (code des assurances). Cf ordonnance de 45 et les textes affiliés.

Hors ligne

 

#49 10/04/2015 23h58 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Membre
Réputation :   43 

Bonsoir,

xa a écrit :

Je veux bien qu’on discute de la justification du prix des pièces officielles ou non sur un véhicule. Ca m’irrite que mon assureur puisse imposer les pièces de son choix sans qu’il n’ait à me justifier quoi que ce soit.

En France les constructeurs jouissent de la propriété intellectuelle de leur pièces de carrosserie donc elles en fixent le prix comme bon leur semble.Ce prix est -il justifié?Je ne le pense pas les prix ayant augmentés de 35% en 10 ans.

L’assureur lui est tenu de remettre en état votre véhicule.Pour un véhicule neuf il va mettre des pièces neuve et pour un véhicule âgé il cherchera a mettre des pièces d’occasion (chez un casseur agrée) beaucoup moins chères ce qui peut sauver votre véhicule d’être VEI (véhicule économiquement irréparable)

Apres peinture on ne voit pas la différence.

Les assurances n’étant pas des entreprises philanthropiques vous vous doutez bien qu’ils mettent la pression sur les experts pour qu’ils chiffrent a minima sous peine d’être remerciés.

Et qu’il mettent la pression sur leurs "partenaires" pour obtenir un prix de réparation le plus bas possible sinon ils vont voir ailleurs.

C’est le même cinéma quand vous achetez un véhicule neuf et que vous le ramenez en garantie:Le constructeur rembourse faiblement la concession donc elle boude pour faire votre voiture.

En ce qui concerne la complémentaire santé (pas mutuelle donc) j’ai juste une anecdote.

Forcé par mon entreprise a m’affilier en juillet 2012 j’ai été ponctionné d’une cotisation famille alors que je suis célibataire.Au téléphone on m’a dit qu’une fois mon dossier reçu les cotisations seraient remboursées.On m’a dit aussi que j’étais couvert.Ils ont mis 26 mois pour accepter mes pièces et m’ont remboursé 2 mois.J’ai appelé la sécu qui m’a dit qu’il y avait une connexion mais pas de transmission sans doute parce que je ne paie pas….

J’ai demandé le remboursement de la cotisation qui m’a été refusé au téléphone jusque a me dire oui on vous a volé.

J’ai essayé de me procurer les conditions générales et particulières:l’assurance renvoi vers l’employeur,l’employeur vers l’assureur.

Je les obtiens sur internet et me rend compte que:l’employeur nous a demandés de transmettre directement a l’assurance et que les conditions générales disent de passer par le RH donc je demande des explications a mon N+1 N+2 N+3 N+4 et le responsable de relations sociales.

Le responsable des relations sociales ne répondra pas et le N+4 m’a convoqué pour me dire qu’il ne peut rien faire.

J’ai demandé l’adresse du médiateur,on m’a demandé des précisions et hop plus de réponse!
Je suis passé par Facebook et la même chose!

J’ai quand même trouvé une adresse ou on m’a répondu qu’on me répondrai dans le plus brefs délais.

J’avais prévenu qu’en l’absence de réponse rapide je posterai tous les 2 jours pour faire remonter mon avis négatif dans toutes les occurrences google.

J’ai contacté la DGCCRF qui me donne raison,Je vais bientôt envoyer mes recommandés et si je n’ai pas satisfaction je songe a engager des poursuites contre cette assurance.

La complémentaire sera obligatoire en 2016 pour les salariés,j’ai déjà pu constater qu’outre le fait qu’elle soit obligatoire elle n’hésite pas a augmenter ses cotisations.

J’ai une cotisation fixe et une variable dépendant de mon brut:mon 13 ème mois et mes primes sont ponctionnées ainsi que mes heures supplémentaires.

Pour le coup je suis solidaire avec les médecins et j’ai envie de dire:mutuelle obligatoire=plus grosse arnaque du siècle!

J’ajoute aussi qu’a ce jour je n’ai toujours pas ma carte d’assuré et que ma complémentaire c’est MALAKOFF MEDERIC,je possède bien sur les preuves de ce que je dis.

Bonne soirée.


La règle n’est pas absolue, mais il semblerait que plus le niveau de scolarité de votre lecteur est élevé, plus ce dernier accorde de l’importance à l’orthographe. Le lecteur aurait tendance à mesurer l’intelligence de son interlocuteur à son mode d’expression. Méconnaître ce réflexe vous exclura.

Hors ligne

 

#50 11/04/2015 00h22 → Généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ? (gratuit, justice sociale, médecins, santé, soins, tiers-payant)

Modérateur
Réputation :   1084 

Je voudrais juste rappeler quelques points :

1) Le tiers payant, ce n’est nullement "rien du tout à payer par le patient dans tous les cas". C’est juste que le patient ne paiera plus la partie qui lui aurait de toute manière été remboursée, qui est déterminée en consultant ses droits (avec sa carte vitale).

2) Il semble qu’en 2013 (selon -notamment- un journal qui ne soutient pas outrageusement le gouvernement français actuel : ici), le tiers payant généralisé était déjà en vigueur dans 24 des 28 pays de l’Union Européenne (avec sans doute des différences dans les systèmes en vigueur dans ces pays). Et ça serait impossible à mettre en oeuvre chez nous ? Croyez-vous que la-bas, les patients ne perçoivent pas la valeur des actes, ou surconsomment (ou tous les autres "maux" qui ont été invoqués dans cette discussion) ?   

3) Le tiers payant généralisé est effectivement un engagement de campagne sur lesquels FH a été élu, qui s’inscrit dans le cadre de la proposition n°20 du candidat FH « sécuriser l’accès aux soins ». C’est une mesure de simplification administrative, d’amélioration de l’accès aux soins et de justice sociale.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

Discussions similaires à "généralisation du tiers-payant : une justice sociale et une gratuité en trompe l’œil ?"

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech