Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 31/05/2011 15h11 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Administrateur
Réputation :   1309 

Plusieurs fois sur ce forum, j’ai vu des personnes retraitées ou proches de la retraite se présenter et vouloir tirer un revenu immédiat d’un capital.

La solution qui vient de suite à l’esprit sont les SCPI achetées au comptant, mais c’est une solution couteuse en terme de frais.

Voici quelques possibilités (l’objet de mon post n’est pas d’aller dans le détail mais de les évoquer) :

SCPIs achetées au comptant
(panachage de SCPI à capital fixe ou variable)

Avantage : revenus sensibles à l’inflation, revenu trimestriel
Inconvénient : 10% de frais d’entrée, liquidité pas garanti dans le cas des SCPIs à capital fermé (liquidité théoriquement garantie sur les SCPIs à capital variable), régime micro-foncier avec abattement de 30% sur les revenus fonciers uniquement si vous disposez d’autres revenus fonciers, risque sur le capital si baisse de la valeur de part SCPI

Usufruit de SCPIs

Idem que précédemment, mais pour obtenir plus de revenus on abandonne son capital.

Actions de rendement achetées dans un compte-titre
(portefeuille d’actions de rendement diversifié : Sanofi, Total, GDF-Suez dont foncières cotées comme Unibail-Rodamco)

Avantage : revenus + ou - sensibles à l’inflation, peu de frais, liquidité, imposition du dividende après abattement 40%
Inconvénient : volatilité, risque sur capital si baisse des valeurs des actions, fréquence et montant des revenus pas aussi stables qu’avec des SCPIs (bcp de dividendes seront touchés en mai, et rien le reste du temps)

Actions de rendement achetées dans un PEA

Même chose que précédemment, sauf que pour pouvoir retirer de l’argent du PEA sans le clôturer, il faut qu’il soit ouvert depuis 8 ans. Fiscalement encore + intéressant que la solution précédente.

OPCVM ou tracker de distribution dans un compte-titre

Ils existent des trackers obligataires ou OPCVM obligataires comme le iShares Barclays Capital Euro Corporate Bond (IEAC) ou BNP Paribas Obli Revenu qui distribuent du revenu. C’est aussi le cas pour certaines OPCVM d’actions, mais là on est sur de l’obligataire, donc c’est vraiment la raison d’être.

Avantage : revenus trimestriel, liquidité, volatilité contenue
Inconvénient : peu de sensibilité à l’inflation, imposition sans abattement, perte de capital au moment de la vente possible si hausse des taux, risque sur le capital si inflation ou remonté des taux

Retrait partiel dans assurance-vie
On suppose une assurance-vie essentiellement investie en fonds euros.

Avantage : fiscalement avantageux si AV + de 8 ans, perte de capital impossible (il peut y avoir une perte "réelle" si l’inflation est supérieure à la rémunération du fonds euros)
Inconvénient : certains assureurs pénalisent le rendement distribué sur les retraits partiels

Vendre à viager sa résidence principale
Rien à voir mais une bonne solution si vous n’avez pas de descendant.

Une base saine est un panachage :
1/3 de revenus de taux (soit via un fonds euros et retrait partiel, soit avec des trackers obligataires de distribution ou les deux !)
1/3 de revenus immobiliers (via des SCPI)
1/3 de revenus actions

Enfin, tout cela pour dire qu’il n’y a pas que les SCPI et que s’il faut investir en SCPI au comptant, je prendrais le temps de chercher un vendeur de gré à gré pour éviter de perdre "bêtement" 5%.

Signalons qu’il existe aussi au Canada des véhicules cotées permettant de recevoir des revenus mensuels (foncières cotées et MLP de pipelines). On y a accès via le compte-titre, normalement la fiscalité est neutre par rapport à un investissement en France grâce à l’accord fiscale France-Canada). Ça peut apporter de la diversité à la poche actions de la rente.

Hors ligne

 

#2 31/05/2011 21h28 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   143 

Pour la partie taux, pourquoi pas prendre des obligations perpétuelles ? Les rendements sont entre 4% et 10%. On peut se caler sur des taux fixes ou variables (ou mélanger les deux).

Pour un gros portefeuille et pour ceux qui sont peu fiscalisés, c’est peut être une bonne solution.

Hors ligne

 

#3 01/06/2011 09h43 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   85 

J’ajouterais quelques points :

-  sur la partie "Actions de rendement achetées dans un compte-titre" : il existe de très bonnes valeurs de rendement, notamment à l’étranger, qui offrent un dividende trimestriel (et plus rarement mensuel). Vois les magnifiques screeners du site + la file pour optimiser le choix de son courtier…

- Pour l’assurance vie, si l’âge du capitaine est inférieur à 70 ans (pour nos très jeunes retraités) et qu’il y a une problématique de transmission, c’est certainement le support à privilégier pour placer son pecul car pour tous les versements effectués avant avant 70 ans : aucune imposition jusqu’à 152.500 € par bénéficiaire. ( & Imposition forfaitaire au taux de 20% au-delà).

Rappellons la fiscalité pour les rachats de l’AV. Au choix :
- Prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5 % donnant droit à un avoir fiscal de même montant dans la limite de 4.600 € (ou 9.200 € pour un couple)
- Impôt sur le revenu : intégration dans le revenu imposable après abattement de 4.600 € (ou 9.200 € pour un couple)

C’est donc un très beau support pour optimiser revenu immediat / transmission.

Nous n’évoquerons pas ici la problématique de la stabilité fiscale dans notre beau pays.

- Ne pas oublier les livrets réglementés : Livret A & LDD, qui permettent de placer 26k€ à un taux attractif (net de fiscalité) et qui présentent une grande liquidité.

- Pour ma part, je déconseillerais l’acquisition de SCPI au comptant : pas d’effet de levier, pas de defiscalisation des intérêts d’emprunt, frais élevés, faible liquidité. Bref on a tous les inconvéniants du produit sans pouvoir bénéficier de ses principaux avantages. Le choix de SIIC ou REIT me parait plus pertinent au comptant, pour diversifier une partie du patrimoine dans l’immobilier.

Fiscalement, pas de possibilité de faire du micro-foncier mais le régime fiscal des dividende est intéressant.
NB : Outre l’abattement de 40% évoqué, il faut noté qu’est ensuite appliqué un abattement forfaitaire annuel de 1 525 euros (personne seule) ou 3 050 euros (couple).


À la bourse tu as deux choix: t'enrichir lentement ou t'appauvrir rapidement. Benjamin Graham

Hors ligne

 

#4 01/06/2011 10h19 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   197 

Motus a écrit :

- Pour ma part, je déconseillerais l’acquisition de SCPI au comptant : pas d’effet de levier, pas de defiscalisation des intérêts d’emprunt, frais élevés, faible liquidité. Bref on a tous les inconvéniants du produit sans pouvoir bénéficier de ses principaux avantages. Le choix de SIIC ou REIT me parait plus pertinent au comptant, pour diversifier une partie du patrimoine dans l’immobilier.

Je suis très dubitatif quand on dit que les SCPI et les SIIC sont interchangeables. Les SIIC sont beaucoup plus volatils, incorporant de la dette à haut niveau et donc plus risqués, les revenus sont annuels et par ailleurs beaucoup moins réguliers sur la durée que les SCPI. 
A contrario, les SCPI n’ont pas vocation à être arbitrées régulièrement (on parle de 10 ou 15 ans minimum!) et donc leur faible liquidité (toute relative, c’est 15 jours chez Sofidy, il faut regarder ailleurs que chez UFG tout de même…) ne devrait pas être un problème. Leurs revenus trimestriels sont parfaitement adaptés à qui a besoin de revenus alimentaires. Et pour ce qui est des frais, zParisien a démontré dans une autre file qu’ils n’étaient pas si « hors marché » que ça et correspondaient à un véritable travail de la société de gestion.

Hors ligne

 

#5 01/06/2011 11h12 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   85 

D’accord.
Je me range à votre avis.


À la bourse tu as deux choix: t'enrichir lentement ou t'appauvrir rapidement. Benjamin Graham

Hors ligne

 

#6 01/06/2011 16h07 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Modérateur
Réputation :   1084 

Pour tirer des revenus d’un capital, il n’est pas nécessairement préférable de viser les placements générant directement des revenus (comme ceux décrit au début de ce fil), et surtout pas nécessaire de s’y limiter.

En effet, le plus souple me semble de toute façon être de tirer des liquidités d’une "réserve de liquidités", comme des livrets. Cette réserve est alimenté, quand ça s’avère nécessaire (ou quand on a décidé de vendre quelque chose), outre par les revenus des placements qui génèrent directement des revenus, par des retraits des placements qui capitalisent sur le long terme.

Il n’est pas vraiment pertinent de faire une énorme distinction entre les placements qui génèrent ce qui est apparemment des "revenus", et les placements qui prennent petit à petit de la valeur et génèrent donc ce qui est apparemment de la "plus-value".
Seul le rendement des placements après fiscalité (il y en a une, autant pour les placements générant des revenus que pour ceux générant des plus-values) est à prendre en compte, en plus du niveau de risque, de la régularité, de la diversification, et surtout de la liquidité des placements.

En fait, les placements dit "de rendement" ne facilitent pas forcément la vie (pas plus que les placements de "plus-value") : si les "revenus" générés sont trop importants par rapport aux besoins courants, il faudra s"’occuper d’investir ces fonds, exactement comme il faut s’occuper de réaliser certains placements si les liquidités sont insuffisantes. Dans tous les cas, si les livrets représentent quelques mois de besoin courant , il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’y consacrer beaucoup de temps. Et si un besoin important ponctuel (changer la voiture, payer le ravalement, s’offrir un voyage autour du monde, etc.) apparait, il faut de toute façon gérer sa trésorerie en conséquence…

Tout ceci n’a de sens que si le capital disponible permet bien entendu de générer le montant de revenus nécessaire (et même un peu plus pour avoir une marge de sécurité) sur le long terme. Si ce n’est pas le cas, il faut juste diminuer ses dépenses, ou jongler avec les placements en espérant ne pas devoir passer un jour par la case "game over : capital consommé".


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#7 01/06/2011 17h14 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Administrateur
Réputation :   1309 

GoodbyLenine a écrit :

En effet, le plus souple me semble de toute façon être de tirer des liquidités d’une "réserve de liquidités", comme des livrets. Cette réserve est alimenté, quand ça s’avère nécessaire (ou quand on a décidé de vendre quelque chose), outre par les revenus des placements qui génèrent directement des revenus, par des retraits des placements qui capitalisent sur le long terme.

Tout à fait. Il y a cependant tjs la problématique d’être capable de vendre une partie des placements capitalisant au bon moment, et d’éviter les mauvaises périodes (par exemple marché actions en 2008-2009).

Le risque c’est de se trouver à cours de liquidité, et de devoir solder une position au mauvais moment.

L’avantage de la stratégie basée entièrement sur les revenus distribués et que cela évite ces effets de timing.

Mais vous aurez raison, en pratique l’idéal est de combiner les deux stratégies, ne serait-ce que pour jouer sur le fait que l’imposition des +Value est différente de l’imposition des revenus distribués.

Avant la suppression du seuil de cession, on pouvait d’ailleurs sortir 2000 € par mois en soldant une partie de son portefeuille d’actions chaque mois. Versons une larme pour cette "niche fiscale" qui a trépassée et sur laquelle je comptais beaucoup…

Hors ligne

 

#8 01/06/2011 19h03 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   71 

InvestisseurHeureux a écrit :

GoodbyLenine a écrit :

En effet, le plus souple me semble de toute façon être de tirer des liquidités d’une "réserve de liquidités", comme des livrets. Cette réserve est alimenté, quand ça s’avère nécessaire (ou quand on a décidé de vendre quelque chose), outre par les revenus des placements qui génèrent directement des revenus, par des retraits des placements qui capitalisent sur le long terme.

Tout à fait. Il y a cependant tjs la problématique d’être capable de vendre une partie des placements capitalisant au bon moment, et d’éviter les mauvaises périodes (par exemple marché actions en 2008-2009).

Le risque c’est de se trouver à cours de liquidité, et de devoir solder une position au mauvais moment.

Un moyen d’éviter cela est de sortir progressivement. Par exemple, vente tous les mois ou tous les trimestres de x titres pour alimenter un livret. Cette formule a l’avantage de lisser les variations du marché. De cette manière l’on est sûr de ne pas toujours vendre au mauvais moment mais bien entendu l’on ne profite pas pleinement des plus hauts… Ceci dit, le timing étant un art difficile, des sorties périodiques (ou des entrées pour la phase achat) me semble une méthode intéressante. Elle peut être dynamisée avec une réserve de liquidités constituée durant les phases calmes afin d’être utilisée durant les phases de krach pour éviter de vendre dans ces moments là.

Hors ligne

 

#9 27/12/2011 17h17 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   

Bonjour,

"Voici quelques possibilités (l’objet de mon post n’est pas d’aller dans le détail mais de les évoquer) :"

Les pistes citées sont toutes tres franco-francaises… j’ajouterais une diversification hors zone euro
et/ou un accès au marché des devises (forex) éventuellement en gestion sous mandat.

Francois

Hors ligne

 

#10 28/06/2015 16h42 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   

Bonjour,
Quatre ans après, auriez vous les mêmes suggestions pour placer un capital de 150KE pour une personne âgée, dans un objectif immédiat de perception de revenus trimestriels, mais sans nécessairement manger dans le capital?
Avec la contrainte de ne pas du tout gérer le portefeuille… Bref, un placement digne d’une retraite… Perception d’une rente sans bouger le moindre petit doigt.
J’entends certains qui diront que tout revenu mérite un labeur. Ici, c’est un point essentiel: bien décider, et ne plus y revenir pendant 5 ans minimum.
J’avais pensé à des FCP obligataires a revenu trimestriel. Est ce que quelqu’un aurait vu un palmarès publié récemment dans une revue un peu sérieuse?

Hors ligne

 

#11 14/03/2016 11h45 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   221 

Quels conseils donneriez vous à une personne seule et âgée (85 ans) qui souhaite tirer un revenu complémentaire de liquidités (100k€) non placées ?

Son souhait est d’avoir une rente de 1000€/mois jusqu’à épuisement du capital.

Elle a par ailleurs PEL, CEL et assurances vie (fonds euro et UC, toutes pourries)
Son TMI est de 14%

La sécurité du placement est la priorité, la facilité (virement automatique mensuel) est recherchée.


" Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave" Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#12 14/03/2016 14h15 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   13 

Bonjour DDtee,

vu l’âge de la personne et la demande de facilité, je pense que le plus facile est la rente viagère.
Il y aura évidement perte du capital au profit de l’assureur. C’est le seul inconvénient.

J’ai fait une simulation sur le site le blog patrimoine
Année de naissance                     1931
Age du départ à la retraite        85 ans
Montant du capital retraite         100000 €
Taux de revalorisation annuelle     1,09 %
            
Hypothèse du calcul de la rente viagère :      
Taux technique                  0, 9 %
Taux de rendement des actifs financiers 2 %
            
Rente viagère annuelle     12 051 €

Je ne suis pas certain de maîtriser parfaitement la notion de taux technique (donc je vous laisse vous renseigner) mais cette simulation me semble un bon point de départ avec une hypothèse de rendement assez conservatrice (le site proposait 3 %)

L’autre possibilité assez sûre, c’est l’assurance vie avec consommation progressive du capital.

L’avantage de la rente viagère, c’est que les revenus durent toute la vie même avec une durée de vie très importante.

Hors ligne

 

#13 14/03/2016 14h45 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   43 

DDtee a écrit :

Son souhait est d’avoir une rente de 1000€/mois jusqu’à épuisement du capital.

Effectivement, il faudrait savoir en combien de temps il est souhaitable d’épuiser son capital.

Si la personne ne veut pas avoir à gérer cet argent, il faut qu’elle table sur un gain de 3% avec un bon fond en euro. Et encore, ça va devenir difficile d’avoir ce rendement sur les années à venir.
Au dessus de 3%, il faudra y travailler pour obtenir un meilleur rendement.

Donc en considérant 3% de rendement et 1% d’inflation, elle pourra obtenir 1000 euros par mois durant 9 ans :
Année 0    100 000,00
Année 1    90 880,00
Année 2    81 365,20
Année 3    71 442,54
Année 4    61 098,57
Année 5    50 319,41
Année 6    39 090,75
Année 7    27 397,85
Année 8    15 225,50
Année 9    2 558,04

Hors ligne

 

#14 14/03/2016 17h21 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   221 

Sur quel support envisagez vous une rente viagère ?

Une assurance vie me semble assez peu pertinente car deux choix insatisfaisants me semblent possibles (si j’ai bien tout compris) :
- Nouvelle assurance vie : fortement fiscalisée puisque rente immédiate
- Anciennes assurances vie détenues : très mauvaises comme indiqué précédemment (4% de droit d’entrée, performances médiocres…)


" Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave" Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#15 14/03/2016 17h39 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Modérateur
Réputation :   1084 

Si la rente est "viagère", le capital est aliéné dès le départ (donc les héritiers n’auront RIEN de ces 100 k€, m^me en cas de décès à 85 ans et quelques mois), la rente sera versée jusqu’au décès de cette personne, et c’est l’assureur qui assumera le risque sur la durée de vie du crédit-rentier.
Il reste à trouver un assureur qui accepte de verser une rente viagère de 1k€/mois pour un capital de 100k€ pour une personne de 85 ans (ce sera peut-être différent selon que c’est une femme ou un homme)

Ce n’est pas du tout la même chose qu’un contrat d’assurance-vie…


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#16 14/03/2016 18h25 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   221 

La recherche est celle d’une rente (qui inclut la consommation du capital) mais comme dit précédemment pas forcément viagère…


" Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave" Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#17 15/03/2016 09h26 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   174 

Pour précision, la fiscalité d’une nouvelle assurance-vie est soit un forfait de 35% soit IR donc 14% puis les prélèvements sociaux.

Sachant que cette fiscalité ne s’applique que sur les PV rachetées et que celle-ci vont représenter quelques % du montant total du rachat de 12 000 €/an, la fiscalité des rachats les premières années va être au final très faible.

En l’état des données communiquées, je pense que l’AV avec un fonds euros performant et des rachats programmés est la meilleure réponse.

Carpediem


«Voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »Alfred De MUSSET

Hors ligne

 

#18 09/06/2016 09h55 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   

Bonjour à tous,

Je viens vers vous car j’aimerai consulté la communauté :

d’après vous quels sont les placements les moins risqués et qui pourraient me donner un peu revenu même trimestriel

j’ai des assurances vie, apparemment avec la crise et la dette c’est pas forcément la solution du coup je vois pas ce qui est le plus judicieux

est il vrai que l’état peut bloquer nos comptes (assurance vie etc..), je connais les plafonds etc..

prendre une assurance vie au Luxembourg chez patrimea ?

Valeurs de rendement à la bourse ?

merci de vos éclairages sur ce sujet et je suis impatient de vous lire.

j’ai conscience de ma question qui peut paraitre "étrange" car 410 000€ c’est une somme c’est de l’épargne sur 24 ans, gain de jeu 40 000€, ventes de parts société 60 000€, donc épargne 310 000€

Cordialement

Effectivement je ne me suis pas présenté donc il manque une partie importante pour répondre à ma question, donc :

43 ans
concubinage
sans enfant (je souhaite en avoir au moins un)
salaire 2000€ mal déclaré du fait de mon statut, donc pas d’impôt ou très peu
patrimoine 410 000€ en cash
Objectif ? préparer ma retraite car je n’aurai pas grand chose 550€ max et pourquoi pas des revenus d’ici 1 an ou plus
peur de perdre  mon emploi donc précarité (vraiment)

Hors ligne

 

#19 09/06/2016 10h14 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   

Un mot diversification:

-assurance vie avec UC (le fonds euro ne suffira pas)
-achat immobilier avec emprunt?
-achat part SCPI ?
-PEA avec valeur de rendement?


Parrainage LINXEA, n'hésitez pas à me contacter.

Hors ligne

 

#20 09/06/2016 10h36 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   132 

Je rejoins Flyz57, il faut diversifier.

Question subsidiaire, êtes vous propriétaire de votre résidence principale ? Comptez vous l’être ?

Ensuite, une solution serait effectivement de répartir les 400K entre :
- AV en fonds euros
- AV en UC : fonds obligataires, fonds diversifiés
- Trackers ou actions en direct sur PEA
- Cash sur livret A, LDD, PEL
- SCPI à crédit
- SCPI en nue propriété sur 15 ans
- Eventuellement PEA/PME
- Encore éventuellement, pour compléter sur les actions, ouvrir un compte titre ordinaires pour y loger des actions hors UE

En se plaçant sur un horizon de placement de 15 ans, le risque est minoré sur des classes d’actifs comme les actions ou les SCPI.

En panachant toutes ces solutions, vous pouvez espérer des revenus de l’ordre de 1000€ / mois nets, sans prendre trop de risque.

Hors ligne

 

#21 09/06/2016 10h54 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   16 

Concrètement je ferai:

- 150k en SCPI sur mesplacements liberté (avec répartition Primopierre, Patrimmo Commerce, Primovie, Actipierre Europe, Edissimmo, Multimmobilier 2 etc) ce qui générera très vite un revenu trimestriel de 1.125e environ que vous pourrez gérer par la suite (laisser en fonds euro ou racheter des parts de scpi).

- 100k en SCPI NP (sur 5/10 ans au choix selon la fiscalité prévue et les besoins de cash) avec une préférence immorente/corum mais cela n’engage que moi.

- 50k en AV EUR chez un autre assureur avec retraits rapides possibles (sorte de super livret A)

- 100k sur PEA en trackers:
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/7727_1091557-zffkyrsophf09x-895394d84775ffe0bd5fc6a9fb0c18d13a70209d_1.png

- 10kEUR de cash

Après tout dépend de combien vous avez besoin immédiatement car fonds bloqués sur PEA pendant 8 ans (possible de sortir avant mais avec une lourde fiscalité) mais sortie en rente par la suite (il est assez facile également de sortir du cash via prêt sur titres notamment)

Possible également de mettre 150kEUR sur PEA et 100kEUR sur mesplacements.

Dernière modification par maxlille (09/06/2016 11h40)

Hors ligne

 

#22 09/06/2016 11h33 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   93 

perrain9393 a écrit :

Objectif ? préparer ma retraite car je n’aurai pas grand chose 550€ max et pourquoi pas des revenus d’ici 1 an ou plus
peur de perdre  mon emploi donc précarité (vraiment)

Dans cette situation, je pense que votre priorité numéro 1 devrait être de sécuriser votre situation financière et d’assurer vos vieux jours.  Malheureusement, il est impossible de placer 410 000 euros de manière sécurisés sans sacrifier grandement le rendement. En acceptant de courir quelques risques, cette somme peut toutefois générer un beau complément de revenu.

Votre premier travail (car il en faut !) devrait être de définir précisément vos objectifs et votre tolérence au risque. Notre hôte peut vous inspirer. Son portefeuille et surtout son livre peuvent être des points de départ particulièrement instructifs. Votre tâche sera d’autant plus "facile" que vous bénéficiez d’un taux d’imposition faible et que vous avez déjà une somme relativement importante de côté.

Dernière modification par PierreQuiroule (09/06/2016 11h33)

Hors ligne

 

#23 09/06/2016 11h38 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   85 

C’est marrant, c’est exactement les sommes que j’ai investies suite à la vente d’un appartement hormis pour le PEA (j’avais 100k de moins). (à propos du message #4 de maxlille):
- 150k en SCPI - 100k en SCPI NP (sur 5/10 ans) - 50k en AV EUR
Initialement j’avais l’intention d’investir 30k sur PEA, j’ai mis 10k et pensais continuer progressivement. J’ai finalement soldé le PEA au bout d’un an, ne m’estimant pas compétent et trop de volatilité à mon goût.
Pour commencer, j’ai tout mis sur des livrets à taux boostés. Ca permet de prendre le temps de se former et d’investir par tranches car on ne place pas plusieurs centaines de milliers d’euros en quelques semaines. Je vous conseille de faire de même.

Dernière modification par kc44 (09/06/2016 11h44)


Parrain de mon adorable filleule

Hors ligne

 

#24 09/06/2016 14h02 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   

maxlille a écrit :

Après tout dépend de combien vous avez besoin immédiatement car fonds bloqués sur PEA pendant 8 ans (possible de sortir avant mais avec une lourde fiscalité) mais sortie en rente par la suite (il est assez facile également de sortir du cash via prêt sur titres notamment)

Attention, le PEA est exo d’impôt dès la 5eme année, la période de 8 ans permet seulement de récupérer ses fonds sans casser l’enveloppe.


Parrainage LINXEA, n'hésitez pas à me contacter.

Hors ligne

 

#25 12/06/2016 22h31 → Tirer des revenus d'un capital : SCPI, obligations, trackers...

Membre
Réputation :   52 

Bonjour,

J’essaye d’apprendre sur les SCPI, en particuliers celles en usufruits et en pleine propriété car nous avons un peu de cash - pas moyen de trouver du foncier ou de l’immobilier qui nous conviennent - et besoin de revenus en étant peu imposés ; pourriez vous me préciser/actualiser les points suivants svp ?

- Le régime micro foncier est il toujours possible ? Si oui, cumulé au crédit éventuel c’est très intéressant non ?
- je crois avoir lu sur le forum qu’il existe un marché secondaire pour les ventes de gré à gré : que faut il en penser ? Car je supposais que les SCPI (uniquement à K variable ?) étaient tenues de racheter les parts…De bonnes affaires sont elles possibles (j’entends : sur de bons produits en évitant les frais en tout ou partie ?)
- j’ai un TMI très bas depuis l’an dernier, mais nous finirons par rejoindre les 14% sous peu (5 enfants obligent, mais les revenus augmentent) que se passe t’il  la 1ére année : on déduit les frais d’entrée, le crédit, et avec 6 mois de carence sur les revenus, cela peut il donner du crédit d’impôt ???

Je retourne potasser les posts pour les débutants en SCPI…

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech