Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 13/09/2014 20h48 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   

Bonjour à tous,

Il y a un sujet que je n’ai pas trop vu sur le forum, ou alors de façon éparse, c’est pourquoi et à quelle période de votre vie vous avez voulu devenir des investisseurs heureux. Je trouve qu’il est intéressant d’aller au-delà du simple "je veux gagner plus", parce que d’une part, n’importe qui peut vous le dire, et que d’autre part, pour faire une démarche d’investissement réfléchie, il y a forcément une histoire personnelle qui vous a donné le déclic car la volonté est loin d’être donnée à tout le monde (je cite un autre poste de ce forum qui illustrera assez bien mon propos :
Les gens sont paresseux, c’est affolant !

Pourquoi : quel élement déclencheur vous a donné la volonté/l’envie de gagner mieux ou de moins travailler (je précise comme salarié)?
Certains pourraient être frustrés par le système en place, détester leur travail, avoir envie de plus de temps pour leurs hobbies, être en quête du sens de leur vie, vouloir voyager, se consacrer à leur famille, rencontré quelqu’un ou lu/vu quelque chose qui a changé leur façon de voir les choses, avoir une revanche personnelle sur la vie, monter une entreprise, ont besoin de toujours plus…

A quelle période de votre vie : au-delà de l’âge, c’est plutôt les étapes de la vie (études, travail, licenciement/démission, naissance, retraite…) qui peuvent nous faire prendre conscience de certaines choses et changer notre vision du monde. Certains se considèrent très bien avec ce qu’ils ont, d’autres voudront améliorer leur situation très tôt, ou très tard…

Question subsidiaire : combien de temps ça vous a pris pour le faire (je parle de la réflexion initiale au "grand saut").

Pour ma part, c’est une longue frustration de plusieurs années dans des postes sans intérêt et des entreprises où je ne me suis jamais sentie épanouie, couplée à la rencontre de mon ami qui m’a fait découvrir les livres d’Olivier Seban et les sites comme celui-ci et qui m’a montrée qu’il pouvait y avoir une autre voie. Je suis donc loin du niveau d’investisseur des membres de ce forum, mais je suis malgré tout curieuse de vos réponses.

Ca fait quelques mois que je réfléchis à mes objectifs et le grand saut, et bien je suis en train de le faire puisque j’ai commencé mes recherches pour un 1er investissement locatif.

Dernière modification par abigaelles (13/09/2014 20h49)

Mots-clés : bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi

Hors ligne

 

#2 13/09/2014 21h42 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   46 

Très bonne idée de post ! En effet, cela permettra de mieux comprendre les motivations des participants qui sont l’origine de la qualité de ce forum.

Pour moi, la volonté de devenir un investisseur heureux est la conséquence d’un événement bien précis :
Il y a env. 2 ans, j’ai annulé l’achat de ma RP à la dernière minute (il me restait 1 semaine sur le préavis). En effet, après plusieurs nuits blanches, je me suis rendu compte que l’investissement très conséquent (emprunt 25 ans à 35% des revenus de ma femme + moi) + toutes nos économies (100Keuros) serviraient à financer une maison modeste en région parisienne qui n’allait pas améliorer notre vie (+ loin du travail, perte de notre mobilité & liberté, stress de gagner mes commissions pour rembourser l’emprunt, travaux à prévoir, etc)  et qui représenté finalement un investissement risqué et peu rentable (bulle immobilière en RP ? effet de levier conséquent, rentabilité de 2/3% par rapport à la locfation, etc.)…

Depuis ce moment, je me suis passionné par l’investissement boursier/immobilier pour placer mes économies (qui devaient servir à financer une partie de ma RP) et générer un complément de revenue qui paie déjà une bonne partie de mon loyer.

Aujourd’hui, l’investissement va même plus loin pour assouvir mon intérêt pour entrepreneuriat, la finance, la liberté. L’objectif est de pouvoir arriver à une indépendance financière (env. 500K) à 40 ans (dans 11 ans) pour pouvoir monter une société (si c’est pas déjà fait) et profiter de la vie librement et simplement.

Dernière modification par Tanuky (13/09/2014 21h43)

Hors ligne

 

#3 13/09/2014 22h19 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   145 

Personnellement le déclencheur a été la découverte de ce forum il y a 4 ans !

Les lectures ponctuelles sont devenues régulières et j’ai très vite accroché aux newsletters de Philippe.

J’apprécie l’énorme quantité d’information disponible et la qualité de nombreux intervenants qui élèvent régulièrement le débat.

J’aime aussi beaucoup l’approche développement personnel (via les newsletters, recommandations de lectures ou sujets sur ce forum).
Car enfin ne parler que d’argent serait un peu triste. Camus le dit beaucoup mieux que moi :

"on veut gagner de l’argent pour vivre heureux et tout l’effort et le meilleur d’une vie se concentrent pour le gain de cet argent. Le bonheur est oublié, le moyen pris pour la fin"

Je profite de l’occasion pour exprimer un énorme merci à Philippe et à ses modérateurs pour ce site !

Dernière modification par Thomas (13/09/2014 23h26)


investment in knowledge pays the best interest -Parrain sympa pour l'Investisseur Francais

Hors ligne

 

#4 13/09/2014 23h30 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   56 

Tanuky a écrit :

L’objectif est de pouvoir arriver à une indépendance financière (env. 500K) à 40 ans (dans 11 ans) pour pouvoir monter une société (si c’est pas déjà fait) et profiter de la vie librement et simplement.

Si vous voulez VRAIMENT créer une société, vous devriez la créer maintenant.
Mieux, vous ne devriez avoir du mal à résister à l’envie de la créer maintenant. smile
Si l’idée est bonne, vous trouverez des financements.
Si vous ne trouvez pas de financement, c’est peut être que l’idée n’est pas bonne.
Mieux vaut être fixé tout de suite.

Dernière modification par sanbouddha (13/09/2014 23h32)

Hors ligne

 

#5 13/09/2014 23h35 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   

Quel type de société, sachant qu’il faudra payer plein pot de taxes ?

Hors ligne

 

#6 14/09/2014 05h29 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   12 

Perso, tout a simplement commence par du cash qui s’amasse sur mon compte bancaire sans rien rapporter. Ensuite la necessite de preparer sa retraite, vu que je ne cotise que maigrement pour ma retraite dans le pays ou je me trouve (au mieux 2 ans de salaires verses lors du depart de l entreprise). Finalement, l’usure de travailler dans une societe qui est un foutoir geant. Mais tant que la soupe est bonne….

Hors ligne

 

#7 14/09/2014 08h31 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   57 

Bonjour,

Pour ma part, simplement l’envie (qui se transforme en besoin) d’être libre, indépendant et de ne rien devoir à personne d’autre qu’à moi-même.
Et également pour être en mesure assez rapidement de pouvoir dire ce que je pense à n’importe lequel de mes clients et/ou employeur(s) sans avoir peur des conséquences (ce qui revient en fait à ce besoin de liberté et d’indépendance).

Bien à vous,


Dooffy

Hors ligne

 

#8 14/09/2014 08h43 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Me concernant, c’est tout simplement une forte envie de pouvoir me retirer du monde professionnel assez tôt, et en parallèle me constituer un patrimoine afin de pouvoir bénéficier d’une "rente" pour améliorer le quotidien dans mon future proche je l’espère.

Ce site est une mine d’infos, et il est vrai que cela me donne envie de continuer dans mes investissements.

Cdt

Hors ligne

 

#9 14/09/2014 09h11 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   13 

Même situation géographique que Robert22, sans cotisation retraite et avec des placements locaux à des taux vraiment … tristes. Jeune, je n’ai pas de lumpsum importante, je profite donc de versements mensuels pour me former, comprendre, et profiter d’un mini effet boule de neige. Il faut bien commencer quelque part !
Les sujets sont larges : courtier, fiscalité, diversification, produits (fonds, deposit, obligations, actions FR/UK/US/ et d’ailleurs)…

Dernière modification par chlorate (14/09/2014 09h19)

Hors ligne

 

#10 14/09/2014 09h30 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   12 

@chlorate.

En meme temps, si vous pensez vous installer a Bangalore ou a Bombay ou a Goa, pas besoin d’une rente tres importante ;-) Pondichery est peut etre un peu francophone ?

Hors ligne

 

#11 14/09/2014 10h59 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   43 

Bonjour,

Je ne pense pas,pour ma part qu’il y ai eu un seul déclencheur.

Quand j’étais gamin ça m’est arrivé de manger au secours populaire et de m’habiller avec de la récup.
Ma mère disait tout le temps:Sans un bon travail tu finiras comme ça aussi.
Très tôt j’ai appris la valeur de l’argent.

Paradoxalement plutôt que de choisir un travail très rémunérateur j’ai choisi ma passion la mécanique auto.

Afin d’être sur que j’ai compris la valeur de l’argent des mon entrée en BEP j’ai touché l’intégralité de ma bourse sur mon compte.Avec l’argent économisé en travaillant pendant les vacances j’avais de quoi tenir l’année.

En BEP j’ai du faire un stage dans un garage. j’étais le meilleur de ma classe et personne ne voulait me prendre j’ai vite compris que mon prénom posait problème a des gens.

Mon prof est venu avec moi pour me vendre avec mes bulletins puis passés les préjugés j’ai toujours été rémunéré pour mes stages.

En BAC PRO il y a eu un changement de patron et j’ai du changer de garage:avec mon prénom facile d’imaginer que si je cherche un autre garage c’est que j’ai volé dans le précédant.

J’ai pu finir mon stage,louper mon bac,me faire embaucher dans ce garage et commencer un job de plongeur le week end dans un restau qui a fini par être du 7/7.

J’avais pensé naïvement qu’on me faisait une fleur a m’embaucher sans bac alors que finalement pourquoi se priver d’un mec qualifié qu’on peut payer au diplôme inférieur.

J’ai tenu un an a 100h semaine et j’ai apprécié quand j’ai été ouvrir un compte chèque:mon salaire était trop petit pour avoir un chéquier (1000e) mais le black m’en rapportait autant et aussi étonnant que cela puisse paraître le banquier il aimait bien ça!

Bon bein j’avais des sous et un job : J’ai procrastiné sur mes acquis.

6 mois plus tard changement de chef et dégradation des relations,on me donne du boulot mais j’ai pas d’emplacement j’apprend que tout le monde touche des primes et moi rien:on me fait bien comprendre que je suis pas a ma place.

Mon premier CDI c’était la panique parce que je me voyais faire ce job a vie,je voulais démissionner mais la première fois c’est dur.

Problème résolu je me suis fait virer et j’ai du apprendre a me défendre pour aller au prud’homme.

J’ai retrouvé un job l’après midi même dans un centre auto:CDI en poche 850e/mois.
J’ai pas mis 4 mois pour démissionner.

Je suis parti a contre cœur  en usine pour le salaire,rentré en interim j’ai vite compris que cela se jouait au diplôme.
Je faisais des taches répétitives parce que mon diplôme de mécanicien ne servait a rien dans l’usinage de pièces de voitures.

A ce moment la j’ai eu la chance de tomber sur une personne qui a clairement fait fonctionner son levier pour moi.

J’ai été embauché pro dans une période peu propice et j’ai profité de la nuit permanente pour re passer mon bac.

J’ai eu le malheur de m’installer avec ma copine de l’époque a peine le CDI signé et j me suis retrouvé
vite fait seul avec ma première imposition de 1000e seul dans mon appart.

Pas vacciné j’enchaîne sur la même chose avec cette fois une pension alimentaire et ma RP qui me pompe 50% de mon salaire.

A ce moment la je suis descendu bas,mon budget ne comptais pas de chauffage et j’aurais pu me transformer en steak frite qui était devenu mon repas quotidien.

j’ai roulé sans assurance et sans contrôle technique j’empilais les frais de banque ça tournait en rond.

Et j’ai rencontré une chérie compréhensive qui m’a beaucoup aidé.

Je ne regrette rien de tout ça et je ne serais surement jamais a votre sens un rentier mais j’ai toujours eu la culture épargne et budget serré.

Si j’avais connu ce site au début de ma vie active je n’aurai surement pas fait pareil mais j’ai vécu a ma façon 2 années de rentier ou flambeur c’est selon.

Maintenant il faut tout recommencer sauf que le PEL n’est plus a 4.5% alors il faut potasser.

Avec l’age je me dit aussi qu’avoir une augmentation c’est bien mais si je fais toujours le même boulot alors a la retraite je serai encore sur une chaîne de production?Et si la boite ferme…

C’est la succession de petites déconvenues qui m’a incité a repenser a mon avenir lointain et a me reprendre en main parce qu’il faut l’avouer c’est dur de s’élever quand tout le monde procrastine autour de soi.

J’en suis réduit a ne plus parler de ce que je veux faire ou de ce que je fais pour pas passer pour un taré.J’ai appris depuis a ne compter que sur moi même.On verra qui a raison plus tard.

Bonne journée


La règle n’est pas absolue, mais il semblerait que plus le niveau de scolarité de votre lecteur est élevé, plus ce dernier accorde de l’importance à l’orthographe. Le lecteur aurait tendance à mesurer l’intelligence de son interlocuteur à son mode d’expression. Méconnaître ce réflexe vous exclura.

En ligne

 

#12 14/09/2014 12h13 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   69 

Difficile de répondre sans tomber dans les clichés.

Je suis de la génération qui devient majeure pendant que Monory prône les Sicavs

Mon premier boulot est de vendre des AV à la grande époque (avant 83) avec familiarisation de sicav appelées Unijapon et Amérique Gestion

Mon premier portefeuille doit dater du milieu des années 80 car j’ai bien en tête l’idée d’épargne et j’ouvre à cet effet un PEL où j’arrive à placer 30% de mon salaire d’alors, puis achat de ma première RP

Depuis, j’ai tjrs été obsédé par l’épargne plutôt que la consommation, et les achats d’actions pendant les années 80 me laissent un bon souvenir, c’était encore le temps de la Corbeille et de la vente à la criée…
(c’est de là que vient l’origine du chahut quotidien à Brongnart quand arrivait le tour de la cotation d’Ericson, tout le monde gueulait "qu’il entre", cela faisait sursauter les non initiés !)


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

#13 14/09/2014 13h20 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Tout simplement je suis informaticien dans le milieu bancaire et j’ai eu envie de comprendre les mécanismes de la banque.

Après je me suis rendu compte que je ne ferai peut être pas ca toute ma vie et donc je me forme pour comprendre comment pouvoir générer du capital et pouvoir en vivre.

Les lectures sur le forum sont très instructives même si mon cas devient de plus en plus particulier (une nouvelle expatriation vers NY).

L’objectif de ce choix est aussi de pouvoir vivre avec un salaire moindre en province (Haute Pyrénée ou Côte Basque) compléter par une rente :)

Bon dimanche.

Hors ligne

 

#14 14/09/2014 13h34 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   12 

Ha, j’oubliais…

http://www.maremurex.net/avare4.jpg

Hors ligne

 

#15 14/09/2014 13h56 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   10 

J’avais un travail que j’aimais bien, vraiment bien même mais qui n’avait aucun avantage (pas de CE, cheques vacances, tickets restos, voitures de fonctions, telephones ou ordinateurs, retraite inexistante pour le futur etc…), rien sauf des vacances ! c’etait vraiment le seul avantage.
A cela s’est ajouté le fait que le salaire était vraiment dérisoire et qu’aucune evolution n’etait possible. ok , j’etais pas tout à fait à temps plein mais au final à la fin du mois sur le compte ça faisait qu’un pauvre Smic. pas plus !
J’ai pris conscience aussi qu’avec l’age, ce serait difficile de durer longtemps car metier physique et plutot exigeant.
Enfin, travailler dans ce milieu est l’enfer le plus total car ça revient à travailler avec des dirigeants (dans 95% des cas pour pas dire 100%…) qui ne connaissent absolument pas ce qu’ils font, sont là uniquement pour assouvir leurs interets persos et rien d’autres et qui adorent jouer les petits chefs etc… ! Au final, jamais rien n’avancait en plus d’etre particulierement penible.

Une partie de l’element déclencheur a été cette prise de conscience qu’il fallait autrechose. que ça ne pouvait pas durer comme ça et que ce ne serait pas grace à ce boulot qu’on s’en sortirait.
Une prise de conscience aussi qu’il me fallait une Liberté totale, plus de petits chefs, en tout cas ne plus dependre de personne.
Puis, en 2009 un ami s’est lancé dans la bourse alors qu’il n’y connaissait rien, je l’ai imité 6 mois plus tard.

on etait bien conscient qu’il "fallait" qu’on se trouve autrechose que notre pauvre boulot pour notre avenir.
c’est un peu une question de survie ! le Smic, une retraite hypothetique à 65 , 67 , 70 ans peut etre ( peut etre même qu’elle n’existera plus…), c’est bien gentil mais ça oblige à prendre des risques !

Enfin, je suis tombé sur ce forum, qui mine de rien donne pas mal d’idées et montre aussi qu’on peut (peut etre s’en sortir autrement).
Je suis passé à l’acte sur un projet Immo bien particulier et surement atypique suite à un message sur un topic de ce forum qui m’a (re)- donnée l’idée. je l’avais eu en 2009-2010 mais aucune idée du comment m’y prendre… beaucoup de temps qui je l’espere vont me permettre d’atteindre l’objectif.

En clair, ça m’a pris 5 bonnes années de maturation, une opportunité saisie il y a 5 ans, l’autre cette année. un peu l’instinct de survie en somme, le sentiment qu’il faille autrechose, la prise de conscience que je n’etais pas sur la bonne voie (un boulot que je ne pouvais pas faire jusqu’à 65 ans), le licenciement cette année (avec toute cette galère mais qui au final aura été le révélateur et qui sera un mal pour un bien ?!), l’envie d’etre totalement libre, independant etc…
Mais en aucun cas ce fut l’argent mon moteur. je sais me contenter et ce n’est pour moi qu’un moyen !
Il m’a fallu un certain courage pour me lancer ! la plupart des personnes à qui je l’ai dit (assez peu au final !) m’ont pour la plupart pris pour un fou ! LOL ! seuls quelques uns (2-3) m’ont dit que c’etait une bonne idée. hasard ou pas, les 2-3 ont plutot des ames d’investisseurs… et pour l’instant aucun ne m’a suivi ! bizarre . LOL !

@+

Dernière modification par vegas (14/09/2014 14h00)

Hors ligne

 

#16 14/09/2014 14h16 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   46 

sanbouddha a écrit :

Tanuky a écrit :

L’objectif est de pouvoir arriver à une indépendance financière (env. 500K) à 40 ans (dans 11 ans) pour pouvoir monter une société (si c’est pas déjà fait) et profiter de la vie librement et simplement.

Si vous voulez VRAIMENT créer une société, vous devriez la créer maintenant.
Mieux, vous ne devriez avoir du mal à résister à l’envie de la créer maintenant. smile
Si l’idée est bonne, vous trouverez des financements.
Si vous ne trouvez pas de financement, c’est peut être que l’idée n’est pas bonne.
Mieux vaut être fixé tout de suite.

Avoir ma société est un objectif pour me permettre de gagner en liberté sans perdre sur mon niveau de vie actuel - voir même de l’augmenter.

Cependant, si je commence trop tôt sans avoir mis suffisamment d’argent de côté, la création d’entreprise peut se transformer en une perte de liberté dû au besoin d’une rentabilité importante & rapidement pour pouvoir en vivre convenablement… Aujourd’hui, ma situation professionnelle me permet de mettre pas mal d’argent de côté et me donne bcp d’avantages. J’en profite tant que possible avant de quitter cette sécurité.
Bref, dans un premier temps, je privilégie la sécurité à la liberté pour dans un deuxième temps privilégier la liberté que je pourrai "auto-assurer"…

Idéalement, mon projet actuel serait de pouvoir combiner deux activités (CDI + entrepreneur) comme décrit dans le topic ci-dessous :
Cumuler un emploi salarié et une activité entrepreneuriale ?

Dernière modification par Tanuky (14/09/2014 14h20)

Hors ligne

 

#17 14/09/2014 14h29 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   104 

Hello,

Pour ma part (voir ma présentation) : Info • Forums des investisseurs heureux

Je me suis sentis vexé par les AGF quand j’ai mis le nez dans le contrat d’assurance vie qu’ils m’avaient vendu pour assurer ma retraite. Les AGF assuraient avant tout leurs profits, et bien peu mon avenir.
Je me suis dit alors, que même en étant moi même mauvais, mon propre résultat ne pouvait être pire. J’ai donc décidé de voler de mes propres ailes.

Je me suis beaucoup auto-formé (internet, littérature), mais plutôt seul. J’ai beaucoup essayé, tenté, avec succès, et en ayant aussi perdu, mais j’ai accumulé maintenant, près de 14 années d’expérience qui me permettent maintenant de gérer mon budget de manière rigoureuse, de faire fructifier mon épargne et envisager un arrêt d’activité professionnel dans une 15aine d’année vers 55 ans. Et pourquoi pas avant. On verra bien ce que la vie nous réservera.

Lorsque j’ai découvert ce site en 2010, la première réflexion que je me suis faite a été :

"Mince, si j’avais pu découvrir un tel site et surtout m’associer à une telle communauté dès 2001, j’aurai probablement gagner de 5 à 7 ans en maturité financière et en efficacité pour gérer mon épargne".

Mais bon, mieux vaut tard que jamais.

En conclusion, l’élément déclencheur a été une atteinte à mon amour propre.

A+
Zeb

Hors ligne

 

#18 14/09/2014 14h50 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Enfant, mon père qui était boulanger a eu une opération chirurgicale délicate. Entre l’incertitude du rétablissement et le voir en baver pour reprendre le rythme, cela m’avait sensibilisé même si à l’époque je ne l’avais pas formalisé.

Étant parent maintenant, j’essaie de devenir un IH pour pouvoir profiter de ma descendance quand elle sera là et ne pas attendre une hypothétique retraite à 67 ans…

Dau

Hors ligne

 

#19 14/09/2014 15h28 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   56 

Bonjour

Pour ma part, c’est un peu spécial.

En 2006, j’ai appris que j’étais atteint d’une maladie grave et incurable, m’empêchant peut être à terme de travailler. J’ai compris que si je ne voulais pas vivre des aides sociales uniquement, il me fallait trouver une autre voie. D’autant plus que mes relations avec mon épouse étaient au plus bas et que j’envisageais le divorce. Divorce qui fût prononcé quatre ans plus tard….

J’ai décidé de trouver un job correspondant à cette situation et j’ai commencé à travailler sur les placements.

Aujourd’hui je travaille encore mais à un rythme ralenti et je continue à me passionner pour les investissements en général.

Un peu hors sujet mais c’est l’occasion d’en parler: Je trouve dommage que beaucoup d’IH se plaignent alors qu’ils ont la santé ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Ceux qui sont mal dans leur job peuvent en changer: j’ai fait le choix (forcé) d’une nouvelle vie et je ne m’en porte pas plus mal. La maladie ne se change pas malheureusement!

Mafo


Travail: 750 h/an. Siestes, voyages et loisirs le reste du temps…

Hors ligne

 

#20 14/09/2014 16h08 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   10 

Oh ca oui Mafo !
100 % d’accord avec toi.
Le plus important c’est la sante. Tant qu’on est en bonne sante, c’est le bonheur, perso j’ai perdu mon boulot cette annee, mais je relativise bien la situation et me dit tous les jours qu’il y a bien plus grave que de perdre son boulot. Ca me permet aussi de m’occuper des gosses par exemple.
Ce qui est bien aussi.
Et puis, prevoir la retraite c’est bien mais ca sert a quoi si on meurt avant ?
Surtout si l’on en a pas profite avant’….

Hors ligne

 

#21 14/09/2014 16h21 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   225 

Bonjour,

Je suis surpris du nombre de réponses et de leur franchise, agréablement surpris. Je me lance donc aussi dans cet exercice introspectif, tout en restant court.

Je suis arrivé sur ce forum récemment et donc l’envie de m’occuper de mes finances encore plus est récent. Je dis ’encore plus’ car ayant eu une éducation d’épargne, je n’ai jamais non plus fait n’importe quoi avec mes sous. Mais récemment j’avais trop d’argent suite à un changement de boulot beaucoup plus rémunéré (expatriation) et je me rendais compte que je faisais des bêtises avec mon argent.

Sinon de façon plus ancienne je me souviens de mon premier vélo acheté avec plus d’un an d’économies (j’avais 12-13 ans je pense). La leçon avait été particulièrement marquante, je ne sais plus d’ailleurs pourquoi précisément mais elle est encore là.

Surtout la disparition des parents avant d’avoir atteint cette retraite tant rêvée (et pour eux c’était 60 ans!). Alors je me dis je ne ferai pas comme eux à rêver d’une retraite qui ne viendra peut-être jamais et je vais essayer de ’profiter’ avant cet âge (67 ans pour moi à ce jour). Ça veut dire que à la fois je ne me prive pas excessivement et aussi je cherche à réduire le temps de l’atteinte de l’indépendance financière.


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

Hors ligne

 

#22 14/09/2014 18h27 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   554 

Pour ma part, il n’y a eu qu’un seul déclencheur : l’ennui.
Plus précisément, je me suis particulièrement ennuyé pendant toute la durée de mes études, pensant que c’était un mal nécessaire (selon l’éducation que j’ai reçue). En plus, je devais faire 3h de trajet journalier aller-retour, ce qui renforçait la sensation. Lorsque j’ai compris, au début de mes études supérieures que je faisais cela pour avoir une vie professionnelle qui allait également m’ennuyer sans pour autant me permettre de gagner suffisamment pour m’émanciper rapidement, je me suis dit qu’il faut absolument trouver une solution et très vite.

Le constat tel que je l’ai formulé à l’époque : c’est tout de même dommage d’être en pleine possession de ses moyens pour passer sa vie à s’ennuyer pendant plus de 50% de son temps.

Hors ligne

 

#23 14/09/2014 19h02 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   174 

Depuis tout petit, j’ai trouvé très pratique que mes sous sur les Livret A fasse des petits. Je me suis fixé des seuils à atteindre sur le Livret parce que j’allais gagner tant en un an et j’adaptais mes versements en économisant ou pas sur mon argent de poche.
Puis sont venus les actions et les obligations (premier ordre d’achat à 16 ans avec mes parents qui ont regretté une fois leur accord).
Sans doute une éducation, plus qu’un élément déclencheur, pour moi.

Carpediem


«Voir c’est savoir, vouloir c’est pouvoir, oser c’est avoir. »Alfred De MUSSET

Hors ligne

 

#24 14/09/2014 20h18 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   74 

> Avoir ma société est un objectif pour me permettre de gagner en liberté sans perdre sur mon niveau de vie actuel - voir même de l’augmenter.

Je connais quelques d’entrepreneurs et franchisés. Et suis moi meme entrepreneur et fils d’entrepreneur.
J’aimerai dire le contraire. Mais j’en connais aucun qui gagne en liberté, et parmi les franchisés ce n’est pas glorieux. Niveau franchise, à mon humble avis  il faut soit créer des franchises ou etre les premiers sur un marché novateur ou les premiers dans un pays en voie de developpement.

Hors ligne

 

#25 14/09/2014 20h47 → Votre déclencheur pour devenir un investisseur heureux ? (bien-être, faire le grand saut, peur d'investir, recherche de soi)

Membre
Réputation :   104 

sergio8000 a écrit :

Le constat tel que je l’ai formulé à l’époque : c’est tout de même dommage d’être en pleine possession de ses moyens pour passer sa vie à s’ennuyer pendant plus de 50% de son temps.

Non seulement s’ennuyer, mais en plus se faire emmerder par toute une cohorte de petits commerciaux, de petits chefaillons, de minables responsables de clientèle etc … qui ne savent en réalité rien faire que beugler pour exister et faire croire qu’ils ont une réelle valeur dans la chaine qui mène à produire un bien ou un service pour le client qui les fait vivre.

Je crois que c’est cela le pire, se faire bouffer la laine sur le dos, par des guignols qui n’apportent pas la valeur ajouté correspondant à leur salaire.

L’ennui serait bien plus sympathique que de se farcir ces charlots toute la journée.

Encore vendredi dernier, des critiques depuis des semaines sur certains sujets, mais, "au fait, j’espère que tu ne participes pas au plan de départ volontaire, hein ? On a besoin de toi. Sinon, on est dans une merde noire !". (ben oui, donc lundi tu vas recommencer à me les briser menus, mais t’inquiètes, mon jour viendra smile ).

A+
Zeb

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech