Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 12/09/2014 12h34 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   554 

Bonjour,

Comme la discussion sur Awilco (Awilco Drilling : forage à très haut rendement ?) a abordé cette entreprise, je partage mes recherches sur celle-ci. Ma dernière mise à jour date de mai et ce sont ces données là qui sont prises pour l’analyse présentée ici.

I – Introduction

Transocean est une compagnie qui loue et opère des plateformes pour des compagnies pétrolières. La plupart des majors sont clients de Transocean : Chevron, BP, Shell en particulier.

L’activité, simple en apparence, consiste à faire construire des plateformes, recruter et former des équipes spécialisées dans leur opération. De cette manière, la compagnie de forage permet de réduire les coûts RH récurrents pour les compagnies pétrolières et porte le risque d’inactivité des plateformes et des équipes à la place de ses clients. La proposition de valeur est attrayante, ce qui justifie que les majors possèdent de moins en moins de plateformes et d’équipes de forage en propre. Les activités matières premières étant cycliques par nature, réduire les dépenses lorsqu’il n’est pas intéressant d’explorer devient alors plus facile.

Automatiquement, cette cyclicité est transférée vers les compagnies de forage, qui souffrent beaucoup en cas de baisse des dépenses d’exploration de leurs clients, et connaissent des périodes fastes en cas de pic de demande.

Il est communément admis que l’offre et la demande sont généralement corrélées aux prix du pétrole. Sans être expert du sujet, je dirais qu’en réalité, c’est sans doute un peu plus subtil : l’offre et la demande sont plutôt corrélées aux anticipations sur l’offre et la demande (donc les prix) de pétrole par les clients, ce qui rend la cyclicité plus difficile à prévoir encore que pour les clients.


II – Flotte

La flotte au 18 février 2014 était composée de :

- 46 High-Specification Floaters (Ultra-Deepwater – plus de 7500 pieds de profondeur allant jusqu’à 40 000 pieds, Deepwater – entre 4500 et 7500 pieds, Harsh Environment semisubmersibles – entre 1500 et 10000 pieds avec des capacités de déplacement accrues)

- 22 Midwater Floaters (moins de 4500 pieds)

- 11 High-Specification Jackups (entre 350 et 400 pieds)

J’ai préféré laisser les termes en anglais histoire d’éviter des traductions ridicules.

On a donc 79 équipements, dont 46 plateformes adaptées au forage en eaux profondes en milieu hostile, 33 plateformes pour le forage en eaux de profondeur moyenne et 11 plateformes auto élévatrices pour les eaux peu profondes.

C’est la flotte la plus importante au monde, mais celle d’ENSCO, par exemple, est plus récente.

En mai, Transocean a en construction :

- 7 Ultra-Deepwater drillships : dont 2 seront terminés en 2014 et sont déjà sous contrat. Les autres seront terminés en 2016 et 2017 (l’un des équipements de 2016 est déjà sous contrat).

- 5 High-Specification Jackups : prévus pour 2016-2017, aucun n’est sous contrat mais les clients commencent à témoigner un intérêt pour ces équipements d’après le management.

En ordre de grandeur, 6 milliards par an sont actuellement nécessaires pour opérer et maintenir cette flotte. On peut s’attendre à ce que cette dépense baisse (programme de réduction de coûts en cours).

Le business est extrêmement intensif en capital, et c’est la principale barrière à l’entrée de l’activité. En plus de l’opex, le capex requis pour les 12 nouvelles constructions a été de 2,637 milliards en 2013. Il est prévu que ce capex sera de :

- 1,633 milliards en 2014

- 1,220 milliards en 2015

- 2 milliards en 2016

- 1 milliard en 2017

- 478 M en 2018

La normale semble être autour de 1,5 milliards par an pour les constructions. Attention, ce n’est pas un capex de croissance (ni de maintenance) : une partie des constructions servira probablement à renouveler la flotte alors qu’une autre partie ira à la croissance.



III – Historique des opérations

Le FCF moyen sur la période 2008 à 2014 est de 2,091 milliards de dollars avec mon estimé de capex de maintenance (qui serait assez long à détailler). Le FCF « brut » (totalité du capex prise comme capex de maintenance) est quand à lui de 1,43 milliards.

Avant 2008, Transocean était une société en forte croissance et l’étude n’a que peu d’intérêt.

Le bilan de la société est solide et les dettes long terme ainsi que les passifs diminuent depuis 2013, période où le management a commencé une restructuration. La dette représente 62% de l’equity. C’est très raisonnable, dans la mesure où la dette de ce type de business est généralement remboursable en revendant simplement les plateformes. Pour info, lorsque Transocean vend quelques plateformes, on les voit enregistrer des gains de manière récurrente.

Les dettes sont relativement espacées dans le temps et la société a des liquidités via son cash de 3,2 milliards et ses lignes de crédit non utilisées (2 milliards dans le cadre d’un crédit revolver qui expire en 2016 et 900 millions dans le cadre d’un autre crédit revolver qui expire en octobre 2015).

Il n’y aura a priori pas de problèmes d’échéances jusqu’à fin 2017 si la société arrive à conserver sa génération de cash historique. Si les cash-flows futurs restent décents, Transocean pourra refinancer (pas mal de dettes étant obligataires).

IV – Perspectives de l’activité

A fin 2013, le carnet de commandes s’élève à 28,2 milliards, en baisse de 4,1 % par rapport à 2012 et en hausse de 34,9% par rapport à 2011. L’état des prises de commandes ne semble pas particulièrement inquiétant au premier abord. De plus, il y a moins de maintenance prévue en 2015 (prévision out of service days 1306 VS 1845 en 2014). Cela dit, il est prévu que les choses se corsent considérablement dès 2015.

Pour le forage en eaux profondes, le management attend un ralentissement dans l’exécution des contrats de forage dans un futur proche, ainsi que des pressions au niveau des prix. Il y a visiblement de l’offre en excès sur la demande : Au 18 février 2014, seules 23 plateformes parmi les 46 de la société sont sous contrat jusqu’à fin 2014. Les clients préfèrent actuellement forer en eaux peu profondes, et c’est sans doute ce qui explique que Transocean développe davantage son offre Jackup (plateformes auto élévatrices) dernièrement. A titre informatif, il y a eu plus de 50% de hausse des tarifs journaliers sur les jackups en 2011, mais ils restent de loin la solution « cheap » avec un tarif journalier actuel d’un peu plus de 160 000 $ en 2013, alors qu’une plateforme ultra – deepwater a un tarif supérieur à 500 000 $ par jour (les deepwaters sont à plus de 350 000 par jour, les high specs / harsh environnements floaters à 450 000 – 460 000 par jour, les midwaters à 310 000 par jour).

Donc, la visibilité pour 2015 est faible, et plus encore au-delà : les équipements sont actuellement planifiés pour une utilisation à mi temps en 2015 pour le moment et moins au-delà. Il y 42 renouvellements de contrats prévus en 2014. Les tarifs journaliers ont pas mal progressé depuis 2011, mais l’avenir est incertain car il y a plus d’offre que de demande : l’industrie a construit pas mal de nouvelles plateformes pour essayer de se positionner à des tarifs avantageux… Mais les clients ont réduit la demande.

On peut donc s’attendre désormais à ce que les prix pratiqués se normalisent. Au conf-call du jeudi 8 mai, on a appris que les appels d’offres sont peu nombreux et longs à arriver. La situation sur le créneau deepwater est tendue : les clients cherchent à occuper les plateformes qu’ils ont en propre et ont beaucoup d’offre via les nouvelles constructions dans le secteur. Ils sont en position favorable pour négocier une baisse des tarifs. D’ailleurs, on constate déjà que les tarifs pour les nouveaux contrats accordés ont baissé entre 375 000 $ et 500 000 $ par jour sur le créneau Ultra Deepwater, où Transocean réalisait un tarif moyen supérieur à 500 000 $ par jour. Aussi, Transocean anticipe une baisse continue de ces tarifs. Ils comptent la compenser en envoyant des plateformes avec des spécifications plus anciennes, dont la maintenance opérationnelle est moins chère : cela leur permettra de répondre à des appels d’offre en proposant des tarifs plus bas aux clients tout en diminuant l’impact négatif sur leurs marges par plateforme en activité. Les anciennes plateformes peuvent parfaitement faire le boulot sur la majorité des projets.

En résumé, on est dans un contexte deepwater où les clients préfèrent différer la demande et où il y a trop d’offre, donc attendre une réduction des tarifs de 10 à 15% dans l’année qui vient semble adéquat. Une baisse de 10% des tarifs de Transocean sur une année complète impacterait le résultat pré-taxes de 950 millions environ à activité constante. Cet impact peut aller jusqu’à 1,5 milliards pré-taxes si l’on se fie à l’historique du cycle récent (creux de demande en 2008 – 2009 avec impact en 2010 sur le CA, le temps que les tarifs et baisses d’activités entrent en vigueur).

Au niveau des jackups cependant, la situation est bien meilleure : la dynamique de marché reste favorable.

Considérant ces points, on peut se dire que la réduction de coûts couvrira en grande partie l’impact sur les résultats 2015, et que Transocean pourra faire face à la conjoncture grâce à son bilan et l’optimisation de son portefeuille. Il n’est cependant pas évident que le dividende pourra être maintenu.

Plus près de nous, pour 2014, le management attend des ventes supérieures à celles de 2013, grâce notamment aux deux nouvelles plateformes de forage Ultra-Deepwater qui seront mises en service cette année (elles sont toutes deux déjà sous contrat) et aux trois Jackups qui ont été mises en service en 2013. Egalement, les activités de maintenance sur les plateformes en activité sont prévues en baisse par rapport à 2013.

Ils s’attendent aussi à une baisse des coûts sur 2014, soit, très clairement, une expansion des marges. Ils profiteront de cette année faste pour assainir leur bilan.

La société veut arriver à une réduction annuelle de 800 millions par sa restructuration.



V – L’allocation de capital est historiquement mauvaise, mais Carl Icahn a décidé de s’en mêler…

Que dire d’une compagnie qui rachète 45 771 actions au prix moyen de 50,92 $ en 2013,
2 863 267 actions pour 240 millions depuis 2009 et qui émet pour 1,2 milliards d’actions en 2011 à 40,5 $ ?!

Cependant, Carl Icahn a pris une participation significative en 2013. Depuis, la compagnie est plutôt dans une dynamique de restructuration et vente d’actifs. De plus, un dividende de 3$ par action (pour un cours d’un peu plus de 40 $) proposé au vote de l’AG ce mois-ci à la suite d’une proposition d’Icahn. Autant d’argent que la compagnie ne pourra plus gaspiller.



VI – Valorisation

a) Prix sur le marché :

Prix d’une action : 42,65 $

Nb d’actions ~ 360 M (millions)

Capitalisation boursière ~ 15,35 B (milliards)

Dette financière nette : 7,36 B

Obligations de retraite retraitées : 760 M

Valeur d’entreprise ~ 23,47 B

b) Approche valeur de reconstruction des plateformes

Nous savons précisément quelles plateformes composent la flotte de Transocean et on sait que les plateformes en constructions couteront au total 8,968 milliards.

D’après les données de RigLogix, des jackup capable de forer entre 350 et 400 pieds coûte entre 164 et 270 millions à construire. Ceux de Transocean sont récents. Si nous retenons 200 millions par jackup, nous estimerons les 11 jackups de Transocean à 2,2 milliards.

A noter que les jackups en construction ont été commandés pour un total de 1,2 milliards, soit 240 millions par unité. Notre estimé n’est donc pas délirant.

J’ai retrouvé dans l’Oil & Gas Journal que les plateformes midwater GSF de Transocean (qui a fusionné avec Global Santa Fe depuis) ont coûté 285 millions à la construction en 2004. Pour tenir compte de leur usure estimée à 1/3 de leur cycle de vie, je propose de retenir un estimé de 190 millions par plateforme. Ainsi, les 22 midwater floaters vaudraient 4, 18 milliards.

D’après les données de Bailey & Sullivan de 2011, pour les plateformes semi-submersibles Deepwater et Ultra Deepwater, on trouve divers modèles allant de 460 millions à 770 millions, alors que les drillships vont de 550 à 1,2 milliard. Certaines plateformes de Transocean sont assez neuves, d’autres très usagées. Je vous proposerai de retenir un prix de 400 millions par plateforme pour tenir compte de l’usure globale de la flotte. Toute plateforme Deepwater vaut normalement bien plus que cela. Ainsi les 46 plateformes de Transocean vaudraient 18,4 milliards.

- En sommant tout cela, on obtient environ 33,75 milliards.

- Ajoutons le cash et les créances à 100% (les payeurs sont des majors pétroliers) : 5,35 milliards

- Soustrayons les passifs totaux : 15,9 milliards

On arrive alors à un estimé de 23,2 milliards pour la reconstruction des plateformes. Cela se compare favorablement à la capitalisation boursière de 15,35 milliards.

L’upside à la valeur de reconstruction est de 51,14 %.

c) Valeur de la capacité bénéficiaire

Vu la cyclicité du business, il est assez difficile de donner une capacité bénéficiaire moyenne. De plus, il est difficile de déterminer la part capex de maintenance et capex de croissance. En supposant un capex de maintenance normalisé conservateur de 1,1 milliards, soit 1 à 2 plateformes deepwater par an (selon le modèle) pour renouveler une flotte de 50, on aurait alors un cash-flow libre de :

- 3,6 milliards en 2008

- 4,5 milliards en 2009

- 2,8 milliards en 2010

- 725 millions en 2011 (mais arrêt total des forages dans le Golfe du Mexique)

- 1,6 milliards en 2012 (2,35 milliards hors impact Deepwater Horizon)

- 800 millions en 2013 (1,36 milliards hors impact Deepwater Horizon)

Disons que le multiple de FCF haut de cycle (autour de 4 milliards) serait autour de 6 en termes d’EV alors qu’on serait à 17-20 en bas de cycle. Le multiple moyen serait d’un FCF de 2,4 milliards serait alors de moins de 10. Cela paraît assez raisonnable, sans être une sous-valorisation démentielle. Si Transocean arrive à faire une croissance lente de son FCF moyen à l’avenir en accroissant son nombre de plateformes, cette croissance là sera a priori gratuite.

Sachant que la compagnie compte réduire ses coûts de 800 millions, elle a des chances de se réaliser.

Le meilleur moyen de débloquer la valeur serait sans doute un mix entre monnayer les plateformes les moins performantes et développer le business avec les plus rentables. Il y a sans doute une optimisation du portefeuille à faire pour ce business qui cote significativement sous la valeur de remplacement de ses actifs.



VII – Catalyseurs

- Meilleure allocation du capital

- Réduction de coûts

- Optimisation du portefeuille (ventes de plateformes « non core » avec réalisation de plus-values)

- Formation d’un MLP

- Eventuel spin-off de plateformes plus anciennes / moins performantes (la question a été abordée par le management)



VIII – Risques principaux

- Une détérioration durable des tarifs liés à une surcapacité de l’industrie (beaucoup de nouvelles constructions ont été récemment commandées). Cela pourrait empêcher l’entreprise d’atteindre son potentiel d’upside de manière durable.

- A court terme, la conjoncture semble défavorable.

- Coupure du dividende.

- Possibles pénalités supplémentaires liées à la catastrophe Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique.

- De nouvelles catastrophes comme Deepwater Horizon peuvent détériorer durablement la valeur d’entreprise. Toutefois, la sécurité des plateformes tend à s’améliorer avec le temps et l’expérience.



IX – Conclusion

Transocean apparaît assez modestement valorisée par rapport à la valeur de reconstruction de ses actifs, mais ne bénéficie pas non plus d’une sous-valorisation démentielle. Elle est à un multiple raisonnable de son FCF moyen - mais rien d’extraordinaire non plus.

Toutefois, il n’est pas évident de savoir si la société va coter rapidement ou non à sa valeur de reconstruction car les perspectives sont assez mauvaises sur le créneau deeptwater auquel Transocean est fortement exposée.

L’investissement peut convenir à un investisseur patient, capable d’affronter un cycle défavorable. Je pense être patient, mais le degré de sous-valorisation ne me convient pas. j’étais beaucoup plus chaleureux vis-à-vis d’Awilco (Awilco Drilling : forage à très haut rendement ?), même si j’ai privilégié d’autres opportunités.

Mots-clés : transocean

Hors ligne

 

#2 13/09/2014 01h22 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   54 

Belle étude.
Je pense qu’il vous faille ajouter les points suivants:

# sur le deepwater, en commandant aujourd’hui une plateforme aux chantiers coréens ou singapouriens, avec des day rates de $500k/d, vous obtenez un payback de 5-6ans. La plateforme coûte $500-600m. C’était du moins le cas en 2011-12 et expliquait pourquoi Seadrill augmentait la taille de sa flotte de façon agressive. A cette époque, RIG était en plein marasme (ne pas oublier que BP deepwater, c’est aussi leur plateforme) donc ne commandait pas beaucoup, tandis que les carnets de commandes des chantiers de Corée et Singapour étaient pleins. Donc peu de capacité potentielle en plus tandis que les forages en eaux profondes se multipliaient (dus aux découvertes dans le Golfe du Mexique et au Brésil) et que les normes de sécurité en Mer du Nord (côté Norvège) se durcissaient, exigeant des équipements aux normes draconiennes (lire neufs).

# le modèle traditionnel est de commander un rig à Sembcorp ou bien Keppel. Vous passez commande, payez 25% d’apport puis deux paiements intermédiaires puis le paiement final de livraison d’environ 40%. Du coup, pour acquérir un nouveau deepwater Rig , il vous fallait une surface financière certaine: en effet, un rig deepwater prend 4-5ans à se faire construire. Pendant 4-5ans, vous avez immobilisé un capital appréciable sans cash-flows en face. Un nouvel entrant est donc inconcevable puisqu’il faut $100-150m d’apport puis remettre au pôt dans 2 ans à hauteur de $100m, puis encore dans 18mois pour $100m.

# arrivent les chinois. Une société norvégienne pionière: Sevan Drilling, entreprit de faire construire sur place. Pourquoi? Les chinois veulent le business car ils souhaitent monter en gamme. Le chantier chinois vous demande 10% d’apport et 90% à la livraison. Et vous payez $400-450m au lieu de $500-600m
Du coup, ça change tout: vous pouvez, vous l’ancien patron d’une division de Transocean, solliciter du capital à des hedge funds/venture capitalists car vous avez un copain chez Tullow qui vous filera un petit contrat de forage en eau profonde de 2-3ans. Armé de ce contrat, vous levez $50m (de quoi faire face à quelques faux frais), payez les arrhes sur la plateforme, attendez 5ans, emprûntez le solde à une banque, puis prenez livraison de la plateforme et commencez le contrat de forage. Au pire, vous levez les fonds, passez commande et utilisez les 5 années suivantes à trouver un contrat.
Même si votre contrat ne dure que 3ans, vous avez remboursé en 1/10e de la vie utile de votre plateforme (Seadrill les utilise 30ans) au moins 30-40% du capital de l’emprûnt et vous pouvez vous permettre de refinancer à plus longue échéance et de cassez les prix si les contrats se font rares.

Voilà, à mon sens, ce qui va arriver dans ce secteur.
Ca a commencé pour les équipements moins techniques: regardez les plateformes hotelières de Prosafe, sous pression via les nombreuses entrées sur leur segment.
C’est de la microéconomie pure et dure: un secteur avec des paybacks de 5 ans ne peut durablement exister sans convoitises. Le capital étant abondant et peu onéreux, les entrants se bousculent au portillon.

Du coup,Seadrill, à 4x ND/Ebitda et un dividende de 9% me semble immensément vulnérable à une baisse des day rates.

Dernière modification par kiwijuice (13/09/2014 01h28)

Hors ligne

 

#3 13/09/2014 08h57 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   554 

A tout hasard, je précise que c’est une version très courte de l’analyse. J’appellerais plutôt cela une synthèse : l’objectif est de donner quelques éléments d’étude, et c’est adapté à un format forum. Libre à chacun de rajouter des éléments, et merci Kiwijuice pour votre complément.

Hors ligne

 

#4 14/09/2014 14h22 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   54 

Bien sûr.
Nous arrivons à la même conclusion cela dit.

Ce sont des business très cycliques et la plupart des entrprises du secteur sont assez endettées.
La valeur est présente mais le risque est que le marché ne la percoive pas pendant un bout de temps, en raison d’un cycle actuel baissier.

Hors ligne

 

#5 14/09/2014 21h27 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   83 

J’avais vu que Transocean avait commandé cette année 2 drillship ultra deep water à Sembcorp Marine pour 1.08Md$ (ici) avec une option pour 3 autres. Donc le 550M$ pour les drillship en borne basse me semble un peu trop élevé. A noter qu’un produit similaire était booké en 2012 pour 806.4M$ (mais construit et livré au Brésil tandis que ceux de Transocean sortent des ports à Singapore, ça peut jouer la concurrence y étant probablement plus rude).

Du coup je ne comprend pas pourquoi ils se développent dans ce domaine si les perspectives ne sont pas enthousiasmantes.

Hors ligne

 

#6 14/09/2014 21h55 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   54 

Le deep water est le segment en croissance.
Les paybacks sont rapides aujourd’hui, déployer du capital y fait du sens.
Mais mon pari est que les barrières à l’entrées y seront plus faibles très bientôt.

Hors ligne

 

#7 25/09/2014 18h36 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   

Le secteur est vraiment bousculé en ce moment…

Il y a également Noble Corporation PLC qui semble bon marché avec des initiés qui achètent:
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/6758_ne.png

Source : NE - Noble Corp Plc - SEC Form 4 Insider Trading Screener - OpenInsider

AMF: je ne possède pas d’actions

Dernière modification par WebRiche (25/09/2014 18h42)

Hors ligne

 

#8 25/09/2014 22h48 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   54 

Oui PGS retrouve les niveaux de 2009.

Le plus marrant c’est Fugro: ils vendent leur sismique en 2012 à CGG Veritas (excellente vente au pic) mais garde une pose dans CGG.
Du coup, bonne idée, mauvaise exécution.

Hors ligne

 

#9 02/10/2014 12h36 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Administrateur
Réputation :   1307 

Transocean continue à descendre.

En plus de ce qui a déjà été dit, l’avis de Morningstar US :

Morningstar a écrit :

Valuation 08/07/2014

We are cutting our fair value estimate to $44 per share from $52, as we now expect the industry downturn we have been anticipating to result in lower day rates for ultra-deep-water floaters coming off contract over the next two years.
Our revised fair value estimate implies a forward 2015 price/earnings ratio of 17 times and a forward 2015 enterprise value/EBITDA of about 9 times. These multiples are high but reflect trough earnings per share at the bottom of the cycle. Given contract resets and the firm’s under-construction rigs, we expect revenue growth to average about 4% over the next five years. We expect operating margins to deteriorate over the next several quarters, but rebound above 25% in the long run as the firm’s cost-saving efforts yield some success. The sale of its standard jackup fleet has removed a management headache as well as the majority of Transocean’s commodity rigs while generating cash for new deep-water investment. The firm has aggressively pursued investment in new rigs in the latter stages of 2013 and in early 2014 with eight newbuild announcements as part of a $9 billion fleet reinvestment plan.

Hors ligne

 

#10 07/10/2014 15h31 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   14 

Bonjour,

Il semblerait que le secteur perd de son intérêt du fait des chutes des comparables.
En essayant de faire tourner xlsValorisation (sans mises a jour mineures des donnés de "Valuation"), il me sort un "Consider Buy" à 45,81 ce qui est au dessus de la révision récente de morningstar.
Les analystes sur Bourso sont aussi fébriles.

Dans le domaine des platerfomes pétrolier, on dirait que c’est dur alors que j’ai du mal à imaginer une baisse de la consommation d’essence/diesel et produits dérivés. Même si le salon de l’automobile peut laisser songeur avant que l’on roule tous avec 1 litre d’essence il y a du chemin.

Quel est votre avis sur une position sur Seadrill/Transocean/Diamond offshore …?

Une raison pour que ces valeurs soient tant délaissées?

Merci
XabiX


Mon portefeuille passif et Parrainage Binck me contacter en MP

Hors ligne

 

#11 07/10/2014 17h50 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   

J’ajouterai bien Maersk Drilling à la liste, bien qu’ayant suivi leur développement de loin, j’ai pu voir qu’ils ont eu approche très expansionniste ces dernières années la livraison de plusieurs barges/an.

Dans le domaine des platerfomes pétrolier, on dirait que c’est dur alors que j’ai du mal à imaginer une baisse de la consommation d’essence/diesel et produits dérivés. Même si le salon de l’automobile peut laisser songeur avant que l’on roule tous avec 1 litre d’essence il y a du chemin.

Les politiques des opérateurs en matière d’exploration tendent à changer depuis quelques temps également. Total a pas exemple investi énormément dans des projets "high risk, high reward", sans forcément atteindre les résultats attendus. Par conséquent, j’ai cru comprendre que la tendance est à diminuer le niveau de risque acceptable et donc par extension à s’impliquer dans moins de projets. Ce qui peut contribuer à désemplir l’agenda des compagnies de forage..

Hors ligne

 

#12 07/10/2014 23h06 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   554 

En fait, ce n’est pas vraiment un problème d’essence ou de consommation, c’est surtout que les entreprises pétrolières ne sont pas obligées de forer en deepwater à des tarifs aujourd’hui élevés et qui sont en train de baisser, car il y a trop de plateformes non occupées sur le marché. Les entreprises du secteur se retrouvent à baisser leurs prix pour occuper leurs plateformes, ce qui réduit le ROI des plateformes à court-terme.

Le coût de remplacement des plateformes est significativement au-dessus du cours de pas mal des entreprises du secteur, mais il convient de se demander si les entreprises aux bilans trop endettés sauront ou non faire face à une conjoncture défavorable sur les 3 ou 5 ans qui viennent (risque principal de ces investissements aujourd’hui), d’autant plus avec la possibilité d’un environnement de taux moins favorable. Aussi, il faudra savoir se montrer patient dans un cycle défavorable qui pourrait durer quelques années - sans être certain du moment où le cycle va redevenir favorable.

Hors ligne

 

#13 28/11/2014 11h56 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Administrateur
Réputation :   1307 

Transocean a encore perdu 8% hier (pas de détachement de dividende, il s’agit bien de 8% de baisse), sans newsflow hormis le pétrole et cote maintenant $23 :

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_rig-20141128.gif

Hors ligne

 

#14 28/11/2014 12h08 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   197 

Seadrill a coupé son dividende, tout le secteur plonge par sympathie en anticipant des coupes/réductions généralisées.

Hors ligne

 

#15 28/11/2014 17h28 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   54 

exactement, cf ma conclusion du 2e message le 13/09:

Du coup,Seadrill, à 4x ND/Ebitda et un dividende de 9% me semble immensément vulnérable à une baisse des day rates. - See more at: [url=http://www.devenir-rentier.fr/t7223#sthash.ZwJFbE0v.dpuf

]Transocean : leader mondial du forage en haute mer[/url]
Depuis le cours perd 50%.

Hors ligne

 

#16 05/12/2014 14h53 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Administrateur
Réputation :   1307 

Un achat du président/CEO en début de semaine :
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_transocean-20141202.gif

Dans le même secteur, Loews se renforce également dans sa filiale Diamond Offshore Drilling :
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_diamond-offshore-20141202.gif

Hors ligne

 

#17 13/01/2015 23h41 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Administrateur
Réputation :   1307 

InvestisseurHeureux a écrit :

Transocean a encore perdu 8% hier (pas de détachement de dividende, il s’agit bien de 8% de baisse), sans newsflow hormis le pétrole et cote maintenant $23

$15,5 aujourd’hui pour Transocean, qui suit la baisse des cours du pétrole :

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_rig-20150112.gif

Hors ligne

 

#18 17/01/2015 14h23 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   10 

Bonjour,

La baisse est normale. Personnellement, je ne bloquerais pas de l’argent sur cette thématique pétrole à l’heure actuelle.

Vous pensez que les cours du pétrole vont remonter ? Pour quelles raisons ?

Du côté de l’offre : toujours abondante, et pour longtemps (le Peak Oil n’est pas prouvé).
Du côté de la demande : croissance mondiale en berne et montée des substituts au pétrole.

A noter que le ministre saoudien de l’énergie a affirmé qu’un pétrole à 100$ était une anomalie, et que un niveau autour des 50$ était son cours naturel.

Donc, pour moi, au lieu de choisir des sociétés en espérant un renchérissement du baril, il faudrait plutôt investir sur des sociétés décotées et profitables sur la base d’un baril à 50$.

Il y a en effet toujours une exagération à court terme sur certains titres lors d’une baisse sectorielle.

Hors ligne

 

#19 18/01/2015 13h52 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   

Demander à un ministre saoudien ce qu’il pense du prix du pétrole c’est comme demander à Hollande si les impôts ne sont pas trop élevés!

Sinon d’accord avec vous qu’il est peut-être encore un peu trop tôt, mieux vaut attendre que les choses se normalisent.
Cela dit je pense que les saoudiens vont finir par se rendre compte qu’ils se tirent une balle dans le pied en maintenant les cours à la baisse. Ne font-ils pas ainsi le jeu des multinationales US (donc ennemies!) qui, étant assez solides pour supporter cette baisse, peuvent aujourd’hui acheter des réserves bien moins cher qu’il y a trois mois?

Par ailleurs, la spéculation amplifiant la baisse nous devrions revoir à terme des cours un peu plus hauts. Quand et combien, je n’en ai pas la moindre idée.

Hors ligne

 

#20 18/01/2015 15h07 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   10 

nil a écrit :

Cela dit je pense que les saoudiens vont finir par se rendre compte qu’ils se tirent une balle dans le pied en maintenant les cours à la baisse. Ne font-ils pas ainsi le jeu des multinationales US (donc ennemies!) qui, étant assez solides pour supporter cette baisse, peuvent aujourd’hui acheter des réserves bien moins cher qu’il y a trois mois?

Le prix de revient par baril produit en Arabie Saoudite se situe entre 5 et 10$, et l’équilibre du budget du royaume n’est pas menacé par les cours actuels. En revanche, l’ennemi régional, l’Iran, souffre en-dessous de 90$ le baril. En gros, l’Arabie Saoudite peut faire la pluie et le beau temps sur le marché, et son intérêt ne se trouve pas dans une remontée des prix.

Vous vous trompez d’ennemi : les multinationales US seront là quoiqu’il arrive, plus ou moins puissantes selon la conjoncture. Mais l’Iran est une grande nation dont le réveil viendrait contester le leadership économique et spirituel de l’Arabie Saoudite dans la région et dans le monde musulman.

Hors ligne

 

#21 18/01/2015 16h47 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   60 

Je pense que les théories Sur qui controle le prix du pétrole et pourquoi xx l’a fait baisser n’ont pas leur place car nous n’avons aucune preuve de ces affirmations en tant que non initiés. Cela est irresponsable de propager des théories basées sur des assomptions que je qualifierais de hazardeuses pour être poli. Parlez plutôt de transocean

Hors ligne

 

#22 20/01/2015 15h10 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   10 

BulleBier a écrit :

Je pense que les théories Sur qui controle le prix du pétrole et pourquoi xx l’a fait baisser n’ont pas leur place car nous n’avons aucune preuve de ces affirmations en tant que non initiés. Cela est irresponsable de propager des théories basées sur des assomptions que je qualifierais de hazardeuses pour être poli. Parlez plutôt de transocean

J’ai donné mon avis sur l’évolution des cours du pétrole, construit par de nombreuses lectures et non par hasard, pour justement montrer qu’il était dangereux d’acheter une société en misant sur une hausse du pétrole. La seule analyse responsable, c’est de voir quels sont les fondamentaux de la société pour un prix du baril donné : sous 40$ le baril, je vend, je garde ? à 50$ je conserve ? à 60$ j’achète ?

Il ne faut pas anticiper les cours du pétrole, mais anticiper les résultats de l’entreprise en fonction des cours du pétrole.

Hors ligne

 

#23 25/01/2015 11h19 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Administrateur
Réputation :   1307 

thomz a écrit :

Il y a aussi Seadrill, la moitié de la book et trois fois les profits (!). Ce sera intéressant de voir si l’audace de Fredriksen (sa marque de fabrique) va finalement lui coûter sa couronne, ou si au contraire il avait une longueur d’avance sur tout le monde (comme auparavant).

Le message de Serge sur Transocean date un peu.

Seadrill est votre société de forage offshore préférée actuellement Thomz ?

Hors ligne

 

#24 25/01/2015 11h48 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Membre
Réputation :   512 

IH a écrit :

Seadrill est votre société de forage offshore préférée actuellement Thomz ?

Je ne connais rien à l’industrie, mais j’aime bien Fredriksen et j’ai prévu d’étudier la société cette semaine.

Il y a ces temps-ci des décotes incroyables chez les drillers mais, encore une fois, l’expérience du gaz naturel nous a appris qu’un bas de cycle peut durer des années, au-delà de toute rationalité (ie. l’industrie peut continuer de forer à perte pendant une éternité, nonobstant les banqueroutes et le non-sens économique).

A priori, quitte à y aller, je le ferai (1) dans plusieurs années, quand le prix du pétrole sera resté longtemps déprimé et (2) en sélectionnant le meilleur bilan - le plus à même de supporter une période de stress prolongée.

Hors ligne

 

#25 25/01/2015 12h16 → Transocean : leader mondial du forage en haute mer (transocean)

Administrateur
Réputation :   1307 

Je comprends !

Par contre, plus haut vous indiquez que Seadrill est une opportunité, puis plus bas que vous attendrez quelques années avant d’aller dessus.

Ce n’est donc pas une opportunité… ;-)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech