Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 14/06/2011 08h17 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   16 

Le minimalisme est intéressant car c’est une clé pour être financièrement indépendant car même avec un beau capital productif, si votre niveau de consommation reste élevé, vous avez encore besoin de travailler pour compléter vos revenus financiers.
Le livre Early Retirement Extreme est très bien pour en comprendre les fondements. L’auteur y explique comment il est devenu rentier en 5 ans : il vit sur 25 % de ses revenus. Je l’ai résumé ici.

Une chose est sûre, réguler sa consommation vous fait inévitablement sortir de la masse et du train-train quotidien de millions de personnes.

Ne l’oublions pas la consommation est ce qui tire l’économie. Mieux vaut que les autres consomment pour vous smile

Hors ligne

 

#27 30/12/2011 16h23 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Modérateur
Réputation :   171 

Il parait que c’est la crise ?
Le minimalisme ou la simplicité volontaire pour votre réveillon :

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/381_langouste_crise1.jpg

Bonne fête à tous


Peu de choses sont impossibles !  … mais à quel prix !

Hors ligne

 

#28 30/12/2011 17h55 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   

Avoir de l’humour et de l’autodérision est la meilleure thérapie vis à vis de l’incertitude contre laquelle nous ne pouvons rien.

Et si nous sommes tous ruinés (je plaisante), voici un livre à télécharger gratuitement. C’est un peu long 133 Mo, mais avec ces 253 pages, vous pourrez vivre en totale autarcie !

Revivre à la campagne de John Seymour

Hors ligne

 

#29 31/12/2011 17h43 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   16 

Faut aimer la carotte (pis ils auraient pu la nettoyer d’abord) mais sinon c’est un bon exemple smile

Bonnes fêtes

Hors ligne

 

#30 31/12/2011 19h10 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   36 

pour concilier le tout !
pas osé l’acheter….

http://www.decitre.fr/gi/25/9782212552225FS.gif

Hors ligne

 

#31 02/01/2012 15h52 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   82 

Martine a écrit :

Avoir de l’humour et de l’autodérision est la meilleure thérapie vis à vis de l’incertitude contre laquelle nous ne pouvons rien.

Et si nous sommes tous ruinés (je plaisante), voici un livre à télécharger gratuitement. C’est un peu long 133 Mo, mais avec ces 253 pages, vous pourrez vivre en totale autarcie !

Revivre à la campagne de John Seymour

Livre très bien fait. Mais qui ne rentre pas tout à fait dans les détails. (en particulier sur l’élevage)

Par contre est ce bien légal de le proposer en téléchargement?

Hors ligne

 

#32 02/02/2012 11h49 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   

Il faut penser aussi aux effets psychologiques du minimalisme.

J’ai commencé à donner et jeter le maximum de chose depuis 2 ans.
Il y a de moins en moins d’objets et d’affaires dans ma chambre : elle est du coup mieux rangée.
Je n’ai plus la culpabilité de me dire que je dois ranger tout le bazar mais que je n’ai pas envie.
J’ouvre les yeux le matin et rien de viens agresser mon regard.

Cela me libère l’esprit.
J’ai commencé à faire de même avec mon bureau.

Je suis en colocation (très intéressant financièrement d’ailleurs) et un des colocs achète tous les mois des objets "en affaire".
Sa chambre déborde, le garage n’est plus utilisable car il y stocke le surplus, le séjours est parfois rempli de ses derniers achats. Cette colocation va se terminée dans 3 mois.
Question : qui pensez vous aura le plus de faciliter pour déménager ?

J’en arrive à me dire que ma prochaine location pourrait être un petit meublé.
Si je dois partir quelques mois, je n’aurais qu’a terminer ma location (préavis d’un mois) et donc d’utiliser mon loyer pour financer en partie mon voyage.
Préavis minimum = souplesse !


Jérôme, apprenti rentier - http://jerome-pinard.com

Hors ligne

 

#33 03/02/2012 09h18 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   16 

C’est le principal effet (avec les économies réalisées bien sûr). Cela évite la fuite en avant vers l’achat continu d’objet qui est le modèle traditionnel et permet de se poser une question simple : de quoi dépend vraiment mon bonheur ?

C’est exactement comme lorsqu’il faut rembourser plusieurs crédits pour une personne fortement endettée. La logique voudrait commencer par le crédit qui coûte le plus cher (côté rationnel fort représenté sur ce forum par ailleurs smile ) mais ce qui marche le mieux c’est de rembourser la plus petite ligne (effet très motivant pour la personne qui se retrouve avec un crédit en moins).

Hors ligne

 

#34 18/02/2012 23h10 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   

Perso, sans parler de minimaliste je n’achète plus que ce dont j’ai reellement besoin.
Quand je casse quelque chose j’essaye de réparer (meuble, electromenager,etc), ca prend quelquefois un peu de temps mais ca marche dans 70% des cas, sacré économie!!!
Je fais beaucoup de travaux par moi même (bricolage, renovation-amenagement maison.
Je ne cherche plus a avoir le dernier truc a la mode mais quand j’ai besoin j’achète, du coup les achats deviennent beaucoup plus rare.
Entre nous a échelle conséquente c’est dévastateur pour l’économie et l’état qui ne perçoit plus sa mane (impot, taxe, tva , etc…)
Le seul poste ou je regarde pas trop c’est la nourriture

Hors ligne

 

#35 10/04/2012 12h08 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   158 

Le minimalisme extrème c’est possible ! il s’agit de vivre comme un homme préhistorique ! Et là n’importe qui est immédiatement rentier puisqu’il faut 0,00 €…

Il est possible de voir ce que cela donne dans un documentaire actuellement diffusé sur C+ :

http://www.canalplus.ch/offres-tv/decou … temps.html

Bien sûr ceci est à la portée de 0,00001%  des gens mais on prend conscience que même si on fait attention, on achète quand même bcp de choses pas vraiment utiles/nécessaires…

Dernière modification par Shagrath (10/04/2012 12h09)

Hors ligne

 

#36 10/04/2012 13h02 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   197 

Je connais Lynx de part le splendide livre d’Eric Valli “Rencontres hors du temps” (Rencontres hors du temps). Les autres témoignages sont tout aussi fascinants (ancien grand financier de Wall Street qui s’est retiré comme trappeur dans les marais du sud des US, des ingénieurs qui ont tout plaqué pour aller vivre de ce qu’ils peuvent glaner à la fois dans la nature et dans les poubelles des grands magasins alimentaires qui jettent et gaspillent en masse, des chrétiens qui vivent comme il y a un siècle en quasi-autarcie etc.).

Les photos sont splendides et les réflexions de Valli sont pertinentes. Le sous titre « ils ont choisi de vivre libres » montre qu’on partage plus avec eux que ce qu’on pourrait penser de prime abord, même si les solutions choisies sont radicalement différentes.

Mais… dans le livre, même Lynx dit qu’elle a besoin de 500 dollars par mois, surtout en hiver si je me souviens bien. Comme quoi…

Dernière modification par Kapitall (10/04/2012 13h04)

Hors ligne

 

#37 10/04/2012 14h43 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   82 

Shagrath a écrit :

Le minimalisme extrème c’est possible ! il s’agit de vivre comme un homme préhistorique ! Et là n’importe qui est immédiatement rentier puisqu’il faut 0,00 €…

Juste une remarque, depuis l’homme préhistorique, on a fait de nombreux progrès technique et intellectuel.
Par exemple l’agriculture permet de planifier et de se nourrir.
Sans compter les techniques types utilisation du bois pour la construction, du soleil pour le chauffage et la cuisson, de l’eau pour moudre le grain. Les connaissances au niveau de l’hygiène on également bien évolué.

Pour information, il y a pas mal de monde qui sont rentier car autonomes.
Ils se contentent de quelques travaux par an pour financer le non-produit et payer les impôts.

Dans l’absolu on peu prendre l’exemple de jacob le bloggueur de Early Retirement Extreme: — a combination of simple living, anticonsumerism, DIY ethics, self-reliance, and applied capitalism
Qui a vécu ainsi quelques années, avant de changer d’idée et de faire autre chose.

Hors ligne

 

#38 11/04/2012 08h38 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   104 

Cela me rappelle Diogène et son tonneau en fait une jarre et qui serait mort en disputant un morceau de poulpe avec un chien.
Pour Platon c’était le « bipède sans cornes et sans plumes ».
C’est sa l’idéal de la décroissance vivre comme un animal, sans feu(début de la civilisation) et mangé cru.

Hors ligne

 

#39 11/04/2012 11h39 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   82 

pvbe a écrit :

C’est sa l’idéal de la décroissance vivre comme un animal, sans feu(début de la civilisation) et mangé cru.

Etant décroissant (je suis encore débutant), j’ai l’habitude de cet argument.
Mais si on caricature, soit on est décroissant et on mange de la viande crue, soit on est moderniste et on ne mange que des pilules.
L’exagération est pratique car elle ne permet pas la demi-mesure.

Typiquement, le barbecue est décroissant, car on cuit de la viande sur un feu de bois (je sais c’est honteux pour un moderniste, manger de la viande… beurk).
Et je préfère ne pas évoquer le pique nique, qui lui est carrément mangé par terre comme des animaux.

Et pour finir, le pire du pire : le fast food. Où non seulement de se baffrer comme des porcs, des animaux (apparentés à l’humaine) osent manger avec leurs mains. Manquerait plus que les bipèdes mangent un fast food à même le sol en plein soleil et on les confondrait avec des animaux. (avez vous déjà visité le parvis de la Défense un midi où il fait beau?)

Désolé pour le ton moqueur, j’ai pas réussi à répondre sérieusement (surtout que j’avais été sérieux juste avant)… neutral

Dernière modification par gunday (11/04/2012 11h42)

Hors ligne

 

#40 12/04/2012 09h36 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   104 

Un décroissant respecte également la nature et diminue sa consommation d’énergie.
Le barbecue est une manière très inefficace de cuire et de consommer de l’énergie.

Le fast-food c’est consommer des animaux d’élevage gras parfois, il n’ont jamais vu l’herbe, surnourri à l’aide de céréale et d’antibiotique on est loin de la qualité de viande des aurochs originel.

Il y’a peu des chercheurs ont cultivé des cellules de viande et ainsi ont fabriquer le 1er Hamburger du 21 siècle à 250.000€ pièce.

Le fast food est le comble du capitalisme fabriqué un produit de mauvaise qualité bon marché, destiné au cochon consommateur et dont la seul valeur n’est que le marketing.
Si fabriqué des obèses rapporte beaucoup d’argent à court terme à certain secteurs bouffe industriel, pharmaceutique, cela fait à long terme de piètres producteurs, sans aucune force de travail et coûteux pour la société.
Faudrait-il envisager comme Danemark de taxé la graisse et le sucre?

La décroissance est une mauvaise solution à un vrai problème et ne concernera toujours q’une infime minorité. De tous temps des gens ont voulu retourné à une vie saine à un passé idyllique au jardin d’éden. On en trouve trace dans les plus ancien écrit mésopotamien.

Mais ce retour à un passé, une réalité fantasmagorique c’est aussi la société sans classe traduite par le goulag et les camps Cambodgien ou le Reich de 1000 ans.

Avant les crises s’appelait famine, épidémie, la durée de vie ne dépassai pas 45 ans, la misère généralisée avec quelques très riches.
C’est le capitalisme qui nous amené à un société d’abondance pour tous, plus juste, avec une classe moyenne dominante, la démocratie. La production de masse permet à tous le monde de jouir de biens  qui avant n’était destiné qu’à une petite élite qui en plus nous dirigeait.

Hors ligne

 

#41 12/04/2012 10h27 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   82 

Tout d’abord je tiens à préciser que l’énoncé su rle barbecue et le fast food était totalement ironique.
Je suis bien d’accord sur le fait que la graisse et le sucre sont une plaie pour la société.

Maintenant que nous sommes d’accord sur ces points, pasons aux désaccords! wink

pvbe a écrit :

La décroissance est une mauvaise solution à un vrai problème et ne concernera toujours q’une infime minorité. De tous temps des gens ont voulu retourné à une vie saine à un passé idyllique au jardin d’éden. On en trouve trace dans les plus ancien écrit mésopotamien.

Mais ce retour à un passé, une réalité fantasmagorique c’est aussi la société sans classe traduite par le goulag et les camps Cambodgien ou le Reich de 1000 ans.

Avant les crises s’appelait famine, épidémie, la durée de vie ne dépassai pas 45 ans, la misère généralisée avec quelques très riches.
C’est le capitalisme qui nous amené à un société d’abondance pour tous, plus juste, avec une classe moyenne dominante, la démocratie. La production de masse permet à tous le monde de jouir de biens  qui avant n’était destiné qu’à une petite élite qui en plus nous dirigeait.

Là on frôle dangereusement le point Godwin.
D’ailleurs, c’est la première fois que je vois la décroissance comparé aux goulags, ou aux camps en général…

Pour l’argument décroissance = épidémie et famine, encore une fois, c’est un argument courant.
La présentation du capitalisme comme système de justice est pas contre amusante.
Dois je rappeler les conditions de travail des ouvriers suite aux révolutions industriels? Je ne suis pas sûr que les ouvriers atteignaient les 45 ans. Pourtant c’était du capitalisme, sauvage certe, mais capitalisme quand même!
La classe moyenne est plutôt une conséquence du fordisme qui a eut pour conséquence de payer les ouvriers davantage que le minimum vitale (dans les années 1908).

Au passage, les décroissants prônent entre autre ne pas changer de téléphone tout les 6 mois, parce que la pomme a sorti une nouvelle version.
Ils prônent aussi de revenir à une nourriture plus naturel, mois chimique et industriel.
Donc ils sont loin de prôner l’abandon de toute technologies, simplement d’utiliser nos compétences technologiques pour la simplicité.

Hors ligne

 

#42 12/04/2012 15h40 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   104 

L’augmentation du niveau de vie ne date pas du Fordisme.
En analysant les testaments on constate que à la fin du XVIè  le legs était constitué d’un vêtement usé et rapiécé ainsi q’une paire de sabot, un siècle plus tard  de vêtements en bon état ainsi que quelques éléments de mobilier et outils que des choses indispensable, au XIXè s on trouvait trouver dans les testaments des ouvriers et ouvrières outre l’indispensable des frivolité robes pour sortir des éléments décoratifs…..
En outre les populations se sont fortement accrue au point que Malthus s’en inquiétais et si il y a eu explosion démographique c’est grâce à la révolution industrielle et à l’amélioration du niveau de vie.
Je rappelle qu’avant la révolution industrielle la population anglaise ne dépassais pas la moitié de la population française et qu’au XIXè elle était plus nombreuse.
Le début de la révolution industrielle est généralement situé vers 1750 en Angleterre, elle progresse d’abord lentement, gagne le continent d’abord en Belgique au début du XIXè s qui au milieu du XIXé s siècle était encore la 2è puissance industrielle mondiale devant la France et L’Allemagne.
Je sais bien que les décroissant ne veulent pas retourné au bon temps d’avant le capitalisme et que ce n’est qu’une minorité et  je suppose que la plupart savent bien que se n’est pas extensible à l’ensemble de la population, alors faire preuve d’originalité, pourquoi pas, la richesse est dans la diversité et non dans l’uniformité.
Finalement les décroissants d’aujourd’hui ne sont-il pas les successeurs de Henry David Thoreau qui dans son livre publié en 1854 "Walden ou la vie dans les bois" préconisai une vie simple dans les bois loin de la société.
Mais parfois cela me fais penser au village de Marie-Antoinette et ses moutons plus blanc que blanc.

Une meilleur connaissance du passé aide à comprendre le présent.

Hors ligne

 

#43 12/04/2012 15h53 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Administrateur
Réputation :   1307 

pvbe a écrit :

Finalement les décroissants d’aujourd’hui ne sont-il pas les successeurs de Henry David Thoreau qui dans son livre publié en 1854 "Walden ou la vie dans les bois" préconisai une vie simple dans les bois loin de la société.
Mais parfois cela me fais penser au village de Marie-Antoinette et ses moutons plus blanc que blanc.

Une meilleur connaissance du passé aide à comprendre le présent.

Je ne crois pas que la situation soit comparable.

L’explosion exponentielle démographique et industrielle actuelle a eu lieu grâce aux énergies fossiles et est sans commune mesure à ce qu’il y a pu avoir auparavant.

On le voit très bien sur ce graphique, l’exponentielle a "commencé" après la seconde guerre mondiale :
http://www.manicore.com/documentation/serre/consommation_graph1.jpg
Source : Manicore - A quoi ressemble notre consommation énergétique actuellement ?

De fait, dans les adeptes de la décroissance, on trouve peut-être des Walden, mais aussi simplement des personnes qui pensent à long terme et veulent être en paix avec leur conviction (comme les végétariens qui ne veulent pas cautionner l’industrie de la viande) : il serait idiot de prôner moins de croissance collective si à titre individuel on est déjà incapable de le faire.

Hors ligne

 

#44 12/04/2012 16h30 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   82 

InvestisseurHeureux, tu as bien résumé la situation.

pvbe a écrit :

Je sais bien que les décroissant ne veulent pas retourné au bon temps d’avant le capitalisme et que ce n’est qu’une minorité et  je suppose que la plupart savent bien que se n’est pas extensible à l’ensemble de la population, alors faire preuve d’originalité, pourquoi pas, la richesse est dans la diversité et non dans l’uniformité.
Finalement les décroissants d’aujourd’hui ne sont-il pas les successeurs de Henry David Thoreau qui dans son livre publié en 1854 "Walden ou la vie dans les bois" préconisai une vie simple dans les bois loin de la société.

Je pense que là, il s’agit des adeptes de la survie en milieu forestier qui est plus proche du survivalisme que de la décroissance.
Dans l’absolu, je pense que les apprentis rentiers que nous sommes sont plus ou moins décroissant, sur le simple fait de ne pas avoir le dernier gadget à la dernière mode.

Hors ligne

 

#45 12/04/2012 17h34 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   197 

Vous savez, Serge Latouche (un des pères de la décroissance en France) argumentait que l’empreinte carbone d’un français dans les années 1960 était encore soutenable. Et, fondamentalement, le style de vie d’alors et de maintenant n’est pas foncièrement différent, du moins si j’en crois les témoignages de mon père et de ses amis qui ont vécu des jours heureux alors. Ce qui a changé, en revanche, c’est entre autre l’explosion démesurée des circuits longs pour les marchandises (on connait tous l’exemple absurde des crevettes de la mer du Nord qui vont au Maroc pour se faire travailler à la main avant de revenir en Belgique pour se faire empaqueter, puis elles repartent en camion dans les magasins français). Tous nos vêtements viennent de l’autre bout du monde. Bref…
Si on ajoute une modération dans les désirs (non, on n’a pas besoin de renouveler nos gadgets high-tech tous les ans!) à une rationalisation des circuits de production, on aura déjà fait une bonne partie du chemin.

Hors ligne

 

#46 12/04/2012 22h47 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   104 

Kapitall a écrit :

on connait tous l’exemple absurde des crevettes de la mer du Nord qui vont au Maroc pour se faire travailler à la main avant de revenir en Belgique pour se faire empaqueter, puis elles repartent en camion dans les magasins français).

En d’autres terme les privilégiés mangent des crevettes décortiqués à la main au Maroc, le commun mange des crevettes épluchées à l’acide citrique et le riche à son éplucheur personnel avec un salaire de niveau Européen, le décroissant quand à lui ira pêché lui même ses crevettes, les jettera dans l’eau bouillante et les épluchera lui même.

Vous savez, Serge Latouche (un des pères de la décroissance en France) argumentait que l’empreinte carbone d’un français dans les années 1960 était encore soutenable.Et, fondamentalement, le style de vie d’alors et de maintenant n’est pas foncièrement différent

Oui la fameuse empreinte carbone, les clapiers du grand Corbusier théoricien du HLM de l’entassement de population sur un espace restreint, c’est le retour au tribalisme, les bandes urbaines l’univers à la Mad Max; sans doute vous voyez plutôt les jolies petite maison minimaliste dans une agréables campagne ou chacun cultive son potagé

Dans les année 60, les golden sixties, les trentes glorieuses le français moyen consacrait les 3/4 de son revenu à l’alimentation au logement, au chauffage, il ne lui restai guères pour les loisirs. L’alimentation représentait 25% du budget contre 12% maintenant et 10% ailleurs en  Europe qui n’a pas la tradition du bien manger.

InvestisseurHeureux a écrit :

L’explosion exponentielle démographique et industrielle actuelle a eu lieu grâce aux énergies fossiles et est sans commune mesure à ce qu’il y a pu avoir auparavant.

On le voit très bien sur ce graphique, l’exponentielle a "commencé" après la seconde guerre mondiale :

En zoomant sur ce graphique on s’apercevrait qu’ au 19è L’augmentation était déjà exponentielle, il n’y avait que quelques pays concerné et au fur et à mesure de la diffusion de la révolution industrielle la croissance va en s’accélérant. Après la 2ème guerre mondiale nous avons la décolonisation, les autres peuples veulent aussi accéder à la société de consommation.
Doit t’on le leur interdire, car il est scandaleux que les Chinois qui nous fournissent des vêtements bon marché veulent en plus mangé de la viande avec leur riz.
Mais heureusement le sacrifice magnifique de quelques décroissants permettra aux Chinois et aux Africain d’aller au Macdo.

La déconstruction c’est de se demander quel est le rapport entre la bourse et la décroissance, l’anti-productivisme, l’anti-consumérisme.
Si le taux de croissance et de consommation ne peut être accrus ni même maintenu nous devrions  vendre nos actions et acheter des terrains agricoles comme l’avait fait le père Kennedy.

Hors ligne

 

#47 13/04/2012 11h59 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   82 

pvbe a écrit :

le français moyen consacrait les 3/4 de son revenu à l’alimentation au logement, au chauffage, il ne lui restai guères pour les loisirs. L’alimentation représentait 25% du budget contre 12% maintenant

Vos chiffres sont en contradiction avec l’INSEE :
En 1960, 38% du revenu était consacré à l’alimentation, 25% actuellement (2007).
Le logement est passé de 16% à 19%, les transports de 11% à 18%, les loisirs de 10 à 16%.
Pour simplifier, on consacre dorénavant 84% au lieu de 90% de nos revenus à nos obligations.

Concernant l’expansion démocraphique, il est souvent estimé que les débuts de l’hygiène avec Pasteur en particulier on lancé le mouvement.

pvbe a écrit :

Doit t’on le leur interdire, car il est scandaleux que les Chinois qui nous fournissent des vêtements bon marché veulent en plus mangé de la viande avec leur riz.
Mais heureusement le sacrifice magnifique de quelques décroissants permettra aux Chinois et aux Africain d’aller au Macdo.

Ce qui est amusant, c’est que vous utilisez un des arguments de décroissant (moins de consommation mondiale limiteraient l’exploitation des peuples), pour l’utiliser contre les décroissants, ce qui est un simple non sens.

pvbe a écrit :

La déconstruction c’est de se demander quel est le rapport entre la bourse et la décroissance, l’anti-productivisme, l’anti-consumérisme.
Si le taux de croissance et de consommation ne peut être accrus ni même maintenu nous devrions  vendre nos actions et acheter des terrains agricoles comme l’avait fait le père Kennedy.

Pourriez vous définir ce que vous englobez dans le termes déconstruction?
Car sauf erreur de ma part, on parle ici de minimalisme pas de terrorisme anti-technologie.
Pour le minimaliste, la croissance n’est effectivement pas nécessaire, mais paradoxalement, ces dernières années n’ont pas été brillantes par la croissance, mais les dividendes étaient néanmoins là…

Hors ligne

 

#48 13/04/2012 16h17 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   104 

gunday a écrit :

Concernant l’expansion démocraphique, il est souvent estimé que les débuts de l’hygiène avec Pasteur en particulier on lancé le mouvement.

Prenons le Royaume uni à l’aube de la révolution industriel en 1750 la population était de 7,5 M d’habitant, en 1801 de 11,9M, en 1841 20,2M, en 1901 41,5 M, actuellement 60M
A comparé avec la population française 1740 24,6M, 1801 29,3M, 1841 34,9M, 1901 40,9M
Au cours de la révolution industrielle, l’espérance de vie des enfants a augmenté de façon spectaculaire. Le pourcentage des enfants nés à Londres qui sont morts avant l’âge de cinq ans a diminué de 74,5 % entre 1730 et 1749, et de 31,8 % entre 1810 et 1829.
On a donc pas attendu Pasteur!

gunday a écrit :

Pourriez vous définir ce que vous englobez dans le termes déconstruction

Je fait référence à la déconstruction de Derrida et de Heidegger, il s’agit d’une analyse critique de texte, d’une pensée, d’une philosophie.

INSEE: En 1960, 38% du revenu était consacré à l’alimentation, 25% actuellement (2007)

Avec l’accroissement du niveau de vie, la structure des dépenses des ménages se modifia nettement. La part des dépenses pour la nourriture, qui autrefois dominait dans les budgets familiaux, recula massivement (38,8% en 1921, 29,7% en 1950 et 12,2% actuellement). Inversement, les dépenses consacrées aux loisirs, aux vacances et à la mobilité qui leur est liée augmentèrent.
J’étais un peu surpris par les chiffres  que vous citiez pour l’alimentation, mais en vérifiant cela comprend également le tabac, l’alcool et la restauration.
Si on prend les catégories correspondant à l’indice Harmonisé européen ont a pour l’alimentation 24,7% en 1960 et 14,4% en 2007 la plupart des pays développé sont à 10-12%. Je citais des chiffres de mémoires et cela correspond bien à la réalité.

Minimalisme

Je suppose ici que ce n’est pas un genre de libéralisme qui prône un état minimal comme par exemple le minarchisme, ni  un mouvement architectural.
Mais simplement un mouvement qui prône la réduction de son empreinte carbone par la réduction de la consommation mais quand même pas d’internet, ceci dit si on s’informe sur la fabrication de composant électronique en Asie on constate que les ouvriers manipulent et respirent des substances toxique, grâce à quoi nos portable sont bon marché.

Hors ligne

 

#49 27/04/2014 15h51 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   

Je déterre une conversation vieille de 2 ans, car le sujet m’intéresse, étant moi-même minimaliste. J’ai d’ailleurs un blog sur le sujet.

Je trouve que la conversation dérive un peu sur des soucis écologiques, qui pour moi, même s’ils sont amenés à intéresser le minimaliste ne sont pas la raison principale de son intérêt pour ce mode de vie.

Comme je dis, je suis une minimaliste. En ce moment, je suis dans la phase finale de mon désencombrement : il me reste 2 petits cartons à trier et je saurai tout ce que je possède vraiment chez moi. Je ne compte pas mes possessions comme le font certains minimalistes qui disent vivre avec moins de 100 objets. Je n’en ressens pas le besoin.

Ce que j’aime dans ce mode de vie :
- La gestion plus facile du quotidien : étant maman de 2 enfants, je vois vraiment la différence avec ma vie d’avant pleine de stress. Le ménage est maintenant fait plus rapidement.
- L’absence de frustration quant à la non possession du dernier objet à la mode
- La tranquillité d’esprit en général (moins d’engagement, moins d’obligations)
- L’augmentation du temps libre, qui permet de penser à autre chose qu’au train-train quotidien. Du coup, j’ai un projet perso qui me tient à coeur. J’espère le mener à terme.

Il m’est désormais difficile de penser revenir à ma vie d’avant, à la surconsommation.

Hors ligne

 

#50 27/04/2014 16h11 → Le Minimalisme ou la simplicité volontaire : vivre la simplicité volontaire (minimaliste, simplicité volontaire)

Membre
Réputation :   188 

Merci Dreamer d’avoir déterré ce sujet.

Je trouve tout à fait intéressant de discuter de cela dans un forum d’investissement où a priori je m’attends à trouver plutôt des partisans de la croissance.

D’autre part cela fait bien 10 ou 15 ans que j’essaye d’être minimaliste. Sans y parvenir très bien d’ailleurs. Disons que j’essaye d’écarter de mon chemin les occupations ou objets que je juge peu utiles (terme sur lequel on peut bien sûr discuter des heures ; dans mon esprit le plaisir est utile…).

Une question : y’a t’il une différence entre le minimalisme et la décroissance ?

JL


Investisseur deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech