Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 29/06/2014 09h30 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   512 

La valeur intrinsèque de LUK est sûrement très différente de la valeur de son actif net, mais l’évaluer avec précision est un exercice impossible.

Comme je l’écrivais plus haut, il y a aussi un inévitable élément de "blind trust" - mais c’est la même chose avec Berkshire par exemple.

Contrairement à vous, je n’ai pas du tout l’impression que Cummings ou Steinberg aient perdu leur "magic touch" sur les dix dernières années: la book value a triplé sur la période je vous signale!

Au sujet du nouveau CEO - Richard Handler - son parcours à la tête de JEF n’a rien à envier à ceux des deux fondateurs: lui aussi a composé sa book value à plus de 15%/an.

Pour National Beef, je suis tout sauf un expert de l’industrie et je n’ai pas étudié le dossier en détail, mais Tim Klein n’avait pas l’air de se formaliser de la fin du contrat avec Wal-Mart… Plutôt tout l’inverse!

Je crois que Serge pense comme moi, ou pour remettre les pendules à l’heure, que je pense comme Serge: LUK est sûrement une entreprise d’exception, gérée par du personnel de grande qualité, un investissement "bon père de famille" dans la veine du concept des "OPCVM capitalisants" de la file, mais il nous faudrait une meilleure marge de sécurité pour y investir.

Dernière modification par thomz (29/06/2014 09h30)

Hors ligne

 

#27 29/06/2014 10h41 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   401 

thomz a écrit :

Contrairement à vous, je n’ai pas du tout l’impression que Cummings ou Steinberg aient perdu leur "magic touch" sur les dix dernières années: la book value a triplé sur la période je vous signale!

J’ai quand même la forte impression que vous vous trompez dans vos calculs et sur-estimez les performances passées de LUK, ce qui consciemment ou inconsciemment, vous rend (trop?) optimiste sur le futur.

Analysons votre affirmation ci-dessus en regardant les chiffres, rien que les chiffres:
Book Value/share (BVS) fin 2003: $10.05
BVS fin 2013: $27.71

En apparence, presque un triplement (+176%). Mais en fait, beaucoup moins. En effet, en 2005 puis en 2007, LUK a activé au bilan des pertes fiscales passées, avec un impact sur la BVS de respectivement $5.26 et $2.44. Or, après analyse, ces pertes fiscales sont nées pour au moins 70% avant fin 2003. Si elles avaient été activées dès fin 2003, la BVS fin 203 aurait été au minimum de $15.50. Et là, la progression entre 2003 et 2013 apparait nettement plus modeste (+78%, au grand maximum) . Par ailleurs, cette progression de la BVS s’est faite surtout entre 2003 et 2007, où la BVS est montée à $25.03, quasiment le niveau d’aujourd’hui.

Conclusion: l’actif net par action aurait un peu sous-performé le S&P 500 dividende réinvesti les dix dernières années et massivement sous-performé depuis fin 2007 le S&P500 ou BRK par ex.

PS: pourquoi avoir tardé jusqu’en 2005, et même un peu en 2007, pour activer des pertes fiscales nées majoritairement avant fin 2003? C’est la prudence des commissaires aux comptes, qui attendent d’abord que les résultats de la société progressent pour avoir une certitude raisonnable qu’il y aura des gains futurs dans un avenir proche pouvant "consommer" les pertes antérieures.

Hors ligne

 

#28 29/06/2014 12h55 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   512 

Vos remarques sont intéressantes et rejoignent semble-t-il le consensus - du moins si on en juge par les récentes évolutions du cours.

D’ici:

Je vois que la book value de LUK (Cummings + Steinberg) était de $1,97 en 1990 et de $27,67 en 2012 (+13% annualisés, hors dividendes spéciaux).

Je vois que la book value de JEF (Handler) était de $0.91 en 1990 et de $16.90 (+14% annualisés, hors dividendes) en 2012.

Handler a pris les commandes et annoncé que son focus serait l’augmentation de la book. Sa philosophie d’investissement est celle que j’aime retrouver chez les gens à qui je confie mon capital:

Handler a écrit :

Leucadia is distinguished by our ability to take a truly long-term view in a world often characterized by impatience and increasingly shorter investment horizons.

A philosophy of patient and prudent risk-taking is one shared by the founders of Leucadia, as well as the two of us.

With hard work and good luck, we intend to capitalize on our ample permanent capital and ability to invest for the long-term.

Un curriculum comme le sien inspire a priori la confiance, ce qui ne signifie pas non plus qu’on doive aveuglément boire ses paroles - je vois rejoins sur ce point.

Comme lui, je me méfie des sentences trop lapidaires car fondées sur des séquences courtes. Quelques années, c’est court, très court, beaucoup trop court.

Par exemple, le cours de Berkshire et de Markel n’ont pas non plus bougé entre 2004 et 2009. Idem pour le cours de Seacor etre 1996 et 2004, etc. On peut aujourd’hui en dire autant de Sears Holdings. Les exemples se comptent pas milliers.

Le creux de la vague est toujours le meilleur moment pour investir avec des CEO d’exception. Il y aura toujours des "oui, mais", comme il y avait Barron’s pour titrer "What’s Wrong Warren?" en 1999.

Que Handler soit un CEO d’exception et le LUK post-fusion avec JEF un formidable véhicule d’investissement is your guess, not mine.

Hors ligne

 

#29 29/06/2014 14h51 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   66 

Ma petite contribution.

Puisqu’il s’agit de s’adosser à un géant voire plusieurs j’ai "googlelisé" et trouvé un site et une famille d’ETF.

Un site Gurufocus (version gratuite et version payante) que j’ai trouvé un peu fouillis mais avec beaucoup d’informations. Mes maigres connaissances ne me permettent pas d’en voir l’opérabilité, mais peut-être cela pourra être utile à quelqu’un.

Par ailleurs je suis tombé sur ceci :
"Access to Top Hedge Fund Equity Ideas
Hedge Funds spend tens to hundreds of millions on talent and research to uncover the most attractive investment opportunities, and in exchange typically charge a 2% management fee and a 20% performance fee. However, on a quarterly basis, all hedge funds and institutional investors with more than $100 million in U.S. equity investments are required to publish their holdings in a publically available document called the Form 13F. The Global X Guru™ family of ETFs track indices that utilize proprietary methodologies to compile the highest conviction ideas from a select pool of hedge funds and other institutional investors where the 13F information is most valuable. For example, investors with high turnover are eliminated from the pool. The goal of the Global X Guru™ family of ETFs is to aggregate on a quarterly basis the ideas and knowledge of select investment managers into the transparent, cost-efficient, and easily accessible format of an ETF".

Il s’agit donc d’un ETF inspiré par les Gourous (lesquels je ne sais pas). La présentation est claire et l’ensemble des positions est mentionné. Pour exemple les 10 premières positions :
                        
% NET
ASSETS    NAME    IDENTIFIER    MARKET PRICE ($)    SHARES HELD    MARKET VALUE ($)

2.05    PANDORA MEDIA INC    698354107    29.30    347,354.00    10,177,472.20

1.99    MICRON TECHNOLOGY INC    595112103    31.51    313,061.00    9,864,552.11

1.96    BAIDU.COM, INC. ADR    056752108    184.96    52,657.00    9,739,438.72

1.93    NATIONSTAR MTGE HOLDINGS    63861C109    35.70    268,953.00    9,601,622.10

1.87    AMERICAN AIRLINES GROUP    02376R102    44.00    211,534.00    9,307,496.00

1.85    YPF SOCIEDAD ANONIMA ADR    984245100    33.14    276,904.00    9,176,598.56

1.84    HESS CORP    42809H107    98.29    92,885.00    9,129,666.65

1.84    CP RAILWAY    13645T100    180.13    50,630.00    9,119,981.90

1.83    PIONEER NATURAL RESOURCES    723787107    226.29    40,085.00    9,070,834.65

1.81    FLEETCOR TECHNOLOGIES INC    339041105    133.66    67,163.00    8,977,006.58

L’ETF est coté sous le sigle GURU. Il existe aussi un GURX (small) et un GURI (international)

Dernière modification par bajb (29/06/2014 14h53)


Parasite assumé et partageur

Hors ligne

 

#30 29/06/2014 15h24 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   401 

Thomz,
Je vois qu’à partir des mêmes données, nous n’arrivons pas aux mêmes conclusions:
- vous mettez en avantla création de valeur (mesurée par la hausse de l’actif net par action) extraordinaire de LUK ces vingt dernières années et qui a même été prodigieuse sur les 35 dernières années
- alors que je m’inquiète que cette performance s’est faite surtout avant fin 2003 et plus gênant encore, depuis fin 2007, l’actif net/action n’a pas progressé ce qui est pire que quand le cours ne progresse pas (qui peut être dû à une méfiance injustifiée de la bourse, qui finira par se corriger).

De toute manière, l’"allocateur de capital", qui a un rôle crucial dans ce type de société, n’est désormais plus les deux co-fondateurs, mais Handler, qui vient de les remplacer. Ce qui change la donne, espérons-le pour le mieux.

Merci pour cet échange, qui à défaut d’aboutir  à un consensus, m’a permis de mieux progresser dans ma compréhension de LUK.

Hors ligne

 

#31 06/07/2014 15h34 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   401 

Décidément, je vois se dégonfler à mes yeux plusieurs de sociétés présentées ici comme des "mini-Berkshires", supposées être gérées par des "allocateurs de capital" de génie, capable - comme le disent Sergio et Thomz, de "composer" à 15 ou 20% par an (c’est-à-dire, en bon français, d’augmenter l’actif net/action de 15 ou 20% par an).

Après Leucadia (LUK), dont la croissance de l’actif net/action a été très décevante depuis 2006 (cf. échanges ci-dessus), je vois avec regret que Fairfax Financial, une autre "mini-Berkshire, ne fait guère mieux ces dernières années en terme de hausse de l’actif net/actif:+2% en 2010, -3% en 2011, +4% en 2012, -10% en 2013.
Chacun de vous a dû faire mieux sur cette période avec son portefeuille actions, et certainement mieux que -10% en 2013, année de fort rebond de la plupart des bourses. (Une partie de cette sous-performance résulte du pessimisme excessif de Fairfax, qui les a conduit à couvrir intégralement leurs positions actions, leur faisant rater le rebond des bourses).

Je dis tout cela avec regret, car moi aussi, j’aurais tant souhaité pouvoir investir dans une telle société dont l’actif net aurait progressé en moyenne de 20%/an, et donc le cours de bourse, lui aussi, aurait fait tôt ou tard +20%/an.

Comment ceux qui sur ce forum vantent les mérites de ces sociétés se laissent aveugler à ce point? Deux raisons probablement:

- ils regardent la moyenne annuelle des performances sur une très longue période, et sont impressionnés à juste titre par cette moyenne, qui est souvent supérieure à 15%/an pour ces mini-Berkshires. Mais cette moyenne est très tirée vers le haut par les premières années.
Par ex., pour Fairfax en démarrant en 1986 inclus, la hausse de l’actif net/action sur les 5 années suivantes a été +180%, +48%, + 31%, +27%, +41%. Mais cette performance époustouflante est totalement improbable en 2014 ou 2020. Fairfax était une très petite société dans les années 1980, qui allait mal et donc l’actif nul était proche de zéro. Les +180% correspondent à un redressement réussi.
Et le ou les allocateurs de capital (un chez Fairfax, deux personnes chez LUK) peuvent très bien perdre de leur génie après 25 ans, l’âge venant, surtout quand il faut gérer un groupe devenu infiniment plus grand et complexe.

- Et déjà au fait, comment de telles performances passées époustouflantes étaient possibles? Pas seulement grâce au génie de l’allocateur, mais aussi (peut-être surtout) à l’effet de levier.
En effet, ces mini-Bershires comprennent des activités d’assurance et de réassurance (ou une banque dans le cas de LUK).
Du coup, pour chaque € d’actif net (fonds propres et actif net, c’est la même notion, sauf à quelques rares exceptions), le groupe peut investir jusqu’à dix ou quinze fois plus, en additionnant:
- les fonds propres
- la dette (on s’endette, pour investir ensuite l’argent emprunté)
- le "float" de l’activité assurance, qui représente jusqu’à 5 fois les fonds propres
- les impôts différés (l’argent que l’on doit payer un jour à l’Etat, par exemple sur la plus-value latente de titres de participations, mais qu’on n’a pas à payer pour le moment, par ex. tant que l’on n’a pas vendu ces titres de participations).
On comprend donc qu’avec un tel effet de levier, une perf. de 20%/an soit possible sans que l’on soit nécessairement un génie. Mais elle est loin d’être assurée (par ex. quand la bourse baisse) et elle devient plus difficile à réaliser quand la taille du groupe devient très grande.

Autre point à noter: les réglementations prudentielles, par ex. Solvabilité 2 pour les assureurs européens qui oblige désormais les assureurs à investir en pratique 90% de leur float en obligations. Combiné au fait ques le taux des obligations sont très bas et le resteront sans doute pour quelque temps, cela va rendre les mini-Berkshires probablement encore moins performantes au vu du risque de l’effet de levier.

Conclusion: peut-être la seule société intéressante du lot est Berkshire Hathaway elle-même, qui a continué à augmenter fortement son actif net/action, malgré sa taille colossale, même si elle sous-performe le S&P500 depuis 2009.

Hors ligne

 

#32 06/07/2014 17h19 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   83 

Wendel compose à 15.6% depuis 2002 (date de création).

First Pacific à 21% depuis 2003 (j’ai des doutes sur le avant 2003 par contre).

British Empire fait +12% depuis 1985 (et +10% sur 10 ans environ me semble).

IDI est une société qui compose de 15% depuis les années 80 puis quand on y regarde de plus près, depuis qu’elle est réellement coté et liquide, elle n’a pas des performances incroyables.

Je vous rejoins pour le float de l’assurance. Dans le futur il sera compliqué d’investir une grande partie de float en actions. Sur la non vie le float est faible (vous payez votre prime pour un an) tandis que sur la vie, les assurés touchent 85% des profits du float (en France, j’imagine pareil ailleurs), ce qui donne une prise de risque assymétrique (ils ne partagent pas les pertes).

Trouver une société qui va vous rendre riche n’est pas facile, sinon la légère efficience des marchés ferait un peu son travail smile

Hors ligne

 

#33 06/07/2014 18h02 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   401 

Je n’ai jamais dit qu’une société ne peut pas composer pendant 10, 20, voire 30 ans à 15% ou plus et ce point n’est pas important d’ailleurs.

Le plus important est quelle société choisir aujourd’hui pour avoir 15-20%/an sur les 10-15 prochaines années. Or cette question est malheureusement sans réponse, car 95% voire 99% des holdings qui ont autant performé dans le passé ne vont probablement pas reproduire cela dans le futur:

- elles étaient à l’origine bien plus petites, voire en quasi faillite (cas de LUK à l’arrivée de ses 2 dirigeants à la fin des années 1970) ce qui rend possible (je n’ai pas écrire facile) la croissance très rapide de l’actif net (on peut faire alors +300% la première année, comme ils l’ont réellement fait chez LUK)

- de plus elles ont fait jouer l’effet de levier de la dette (dette bancaire et obligataire dans le cas de Wendel, dette obligataire et float d’assurance dans le cas de Fairfax, etc.), ce qui d’ailleurs a contribué à la division par 5 du cours de Wendel en 2008-2009. Souhaitez-vous voir votre argent divisé par 5, même si on se dit alors que ce n’est probablement que temporaire

- enfin, l’allocateur de génie ou supposé tel va tôt ou tard partir. Le cas d’allocateurs comme W. Buffet qui restent 45 ans en place est évidemment tout à fait exceptionnel.

Bref, pour ces "mini-Berkshires" comme pour un banal OPCVM, la performance passée ne garantit rien quant au futur.

PS: Wendel, dans laquelle Jesterinvest a investi, a eu une performance en apparence excellente depuis 2010, mais que tout un chacun aurait pu obtenir en achetant avec de la dette des actions Bureau Veritas et St Gobain. Mais l’effet de levier de la dette joue dans les deux sens, comme on l’a vu en 2008/2009.

Hors ligne

 

#34 06/07/2014 18h24 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   143 

http://www.pastel.fr/_docs/opcvm/0 […] 4_2577.pdf

On peut ajouter Loews. On voit que les débuts sont bons, et ensuite, ça cale.

Hors ligne

 

#35 06/07/2014 18h31 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Administrateur
Réputation :   1307 

Si l’on considère que finalement, une foncière cotée est un fonds fermé d’investissement en immobilier, avec effet de levier, il y a également des performances fantastiques pour les meilleurs "allocateurs" du capital.

Par exemple, Simon Properties Group, fondée et dirigée par la famille Simon :

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_spg-total-return.gif

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_spg-total-returnbis.gif

Mais la performance de l’investisseur particulier n’a rien à voir, à cause du frottement fiscal du dividende.

Le fait que BRK, par exemple, n’ai jamais versé de dividende contribue à sa performance hors norme.

Hors ligne

 

#36 06/07/2014 18h37 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   554 

Si votre objet est de dire que la performance passée ne présage pas de la future, tout le monde sera d’accord avec vous.

Cela étant dit, il ne faut pas oublier que :
1) La performance dépendra nécessairement du prix, quelle que soit la société que vous allez acquérir
2) La performance dépendra aussi du management

Investir dans Leucadia à la moitié de sa valeur aux livres augmentera les probabilités d’une performance décente voire exceptionnelle, même si le gérant sera moins bon que par le passé. Si vous achetez une book qui composera à 10% (moyenne des business au US, pas d’un business supérieur à la moyenne), si vous payez la moitié de la book, vous ferez 20% quand même. Si vous payez deux fois la book, vous ferez 5%.
Le fait d’acheter LUK ne vous dispense pas du fait d’acheter au bon prix. Les seules périodes récentes où j’ai vu LUK à bon prix (pour moi) étaient le point bas de 2009 et 2012. Le prix actuel me semble à peu près acceptable.

Aussi, il me semble que vous discréditez bien vite LUK avec l’histoire de levier. LUK n’a une banque que depuis la fusion avec JEF, dont l’annonce date de novembre 2012.

Bref, pour résumer : La probabilité d’une bonne performance de LUK sur les 10 ans qui viennent me semble bien supérieure à celle sur les 10 années passées pour les raisons suivantes :
1) Le prix à payer est beaucoup moins cher maintenant qu’il y a 10 ans
2) Les gens ne le comprennent pas ou l’ont oublié
3) Tout le monde dit que LUK a perdu son "toucher magique" - rappelez-vous de "What’s wrong Warren"
4) N’importe quel singe aurait fait mieux que LUK et peut-être même BRK en prenant des choses au hasard sur le marché depuis la crise, mais il est quand même assez peu probable que n’importe quel singe puisse le faire indéfiniment en prenant des choses au hasard. Par exemple, BRK a sous-performé le SP500, mais il me semble assez probable que cette sous-performance va s’arrêter net sur les 10 ans qui viennent lorsque je compare les investissements de BRK aux niveaux du marché.

On pourra en rediscuter, mais, bizarrement, si cela se produit, je suis à peu près sûr que ce ne sera plus un bon investissement dans 10 ans parce qu’il faudra le payer trop cher et que tout le monde dira alors que LUK est géniale. Personnellement, à moins de 10 milliards, leur taille me semble modérée.

Quant à Watsa, hormis en 2006, il a toujours fallu payer un premium pour son génie, surtout depuis qu’il a prédit la crise des subprimes. Encore une fois, quand on paie une prime pour un génie, il devrait être logique de ne pas s’attendre à un rendement génial.

Hors ligne

 

#37 06/07/2014 19h06 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   401 

Vous dites beaucoup de choses sensés, à part l’erreur mathématique, étonnante chez un ingénieur puis analyste financier donc supposé être un peu matheux, d’affirmer que:
l’achat avec une décote de 50% d’une société  qui compose à 10%/an est équivalent à l’achat sans décote d’une société qui compose à 20%/an.

Je n’ai pas de doute sur le fait que vous auriez corrigé de vous-même si vous vous étiez relu.

Mais les choses sensés que vous dites, notamment sur le cours de bourse, sont hors sujet par rapport à ce que j’écrivais, à savoir que j’ai du mal à croire que Watsa (Fairfax) est encore un génie vu la faible croissance de l’actif net/action:+2% en 2010, -3% en 2011, +4% en 2012, -10% en 2013.

Bref, vous parlez évolution du cours de bourse et achat avec décote ou prime et je parle de la capacité du dirigeant à créer de la valeur depuis début 2010 et dans le futur.

Hors ligne

 

#38 06/07/2014 19h28 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   554 

Compose n’est pas correct en effet - il est adéquat de parler de rendement locatif puisque les ROE des sociétés US ne composent pas mais sont une moyenne sur une année donnée. A titre de parenthèse, je me défends d’être ingénieur, vu que je ne suis pas certain de savoir ce que ce mot signifie.

Par rapport à la création de valeur de Watsa depuis 2010, il me semble qu’on ne peut pas vraiment dire quoi que ce soit - puisque la création de valeur de Watsa devrait être jugée après son investissement dans BBRY, entre autres, dont on ne connaît pas le dénouement. L’ANR peut parfaitement être déprimé entre temps et être réévalué très vite.
Il faut également penser à mettre les titres au prix du marché et pas au coût historique d’acquisition lorsqu’on veut parler de la composition d’un Actif Net.

Dernière modification par sergio8000 (06/07/2014 19h31)

Hors ligne

 

#39 06/07/2014 20h00 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   83 

D’après mes calcul LUK a un discount sur NAV de moins de 10%. Je n’ai regardé que 3 de ses compagnies et je ne sais pas trop quoi en penser.

- National Beef : ça ne yield pas trop et moi je n’ai pas d’idée sur l’abattage de bœuf aux USA.
- Harbinger : qui en fait ne détient surtout qu’une participation (consumer goods moyen-bas de gamme), joli EBITDA/Sales de 15%. Mais l’ensemble semble quand même fort complexe et pas rentable.
- Linkem : Une compagnie à 300M€ qui va faire comme Free en Italie? En 1 an ils ont gagné 70k clients pour arriver à 190k. Je ne vois pas comment ça peut être rentable avant d’arriver à 2 000k voire plus. Il faudrait donc passer la seconde sur l’acquisition client et il faudra encore investir énormément dans l’infrastructure.

A partir de 30% de discount, j’analyse en détail et probablement j’achète, mais pas avant.

Hors ligne

 

#40 06/07/2014 23h00 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   145 

Parisien, j’apprécie les points que vous soulevez pour alimenter cette discussion.

En revanche, je ne suis pas fan de votre ton plutôt…  parisien.

parisien a écrit :

Vous dites beaucoup de choses sensés, à part l’erreur mathématique, étonnante chez un ingénieur puis analyste financier donc supposé être un peu matheux

Ce forum est une mine d’informations et la courtoisie générale des échanges contribue à le rendre encore plus remarquable. Il se veut être un forum de gentlemen. Être courtois et bienveillant envers ceux qui prennent le temps de vous répondre me semble un minimum.

parisien a écrit :

Mais les choses sensés que vous dites, notamment sur le cours de bourse, sont hors sujet

Pour info, vous oubliez d’accorder correctement par deux fois dans votre dernier message l’adjectif  ’sensé’ qui serait dans ce cas ’sensées’

Dernière modification par Thomas (07/07/2014 00h07)


investment in knowledge pays the best interest -Parrain sympa pour l'Investisseur Francais

Hors ligne

 

#41 06/07/2014 23h35 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   31 

Euh….
Thomas,mon expertise dans le domaine a ses limites, mais il me semble que "sensé" est plutôt un adjectif, issu du nom sens…
Ce qui ne m’empêche pas de me joindre à vos propos!

Hors ligne

 

#42 07/07/2014 00h36 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   554 

JesterInvest a écrit :

- Harbinger : qui en fait ne détient surtout qu’une participation (consumer goods moyen-bas de gamme), joli EBITDA/Sales de 15%. Mais l’ensemble semble quand même fort complexe et pas rentable.

Harbinger a en fait plusieurs participations, mais si vous voulez dire que le gros de la valeur est dans Spectrum Brands, je suis relativement d’accord.
Je ne comprends pas vraiment ce qui vous amène à dire que l’ensemble n’est pas rentable : je trouve une capacité bénéficiaire de SPB conséquente avec une exposition très intéressante à la reprise de l’immobilier résidentiel US via la division Hardware & Home Improvement (numéro 1 des serrures aux US) acquise auprès de Black & Decker à un prix très modéré.
Ainsi, en 2013, Spectrum génère 254 millions de FCF, et 350 millions au moins sont prévus pour 2014. Je trouve la projection assez conservatrice car je pense que la division serrures va beaucoup mieux performer chez SPB que chez B & D. Cette croissance du FCF peut encore se poursuivre par des mécanismes simples : Désendettement (objectif affiché du management et déjà amorcé en 2013) + refinancement de la dette à un taux plus favorable. Il est raisonnable de supposer que le contexte immobilier devrait rester favorable : un vent dans le dos appréciable pour la compagnie.
Aussi, cette profitabilité permettra à la compagnie d’utiliser 1,3 milliards de pertes reportables. La décote de holding de HRG sur SPB seule rend l’opportunité intrigante, et d’autant plus si la croissance du FCF se poursuit évidemment.

Hors ligne

 

#43 07/07/2014 08h48 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   83 

sergio8000 a écrit :

Ainsi, en 2013, Spectrum génère 254 millions de FCF, et 350 millions au moins sont prévus pour 2014.

Cela fait 5$ et 7$ par actions. Soit 6% et 8%. Rien d’incroyable non plus.

Hors ligne

 

#44 07/07/2014 10h15 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   554 

Incroyable non, en effet, mais tout dépend de la croissance. Entre une AV et 6-8% avec une option de croissance, que préférez-vous ?

Dans mon post, il s’agissait simplement de dire que cette entreprise est profitable avec un vent dans le dos, et je dirais même intelligemment gérée (il est rare qu’une M&A soit aussi relutive que celle de HHI auprès de Stanley Black & Decker dès la première année). Je vous rejoindrai sans problème sur le fait que l’opportunité était plus intéressante qu’avant la progression du cours assez récente - mais HRG offre une décote sur SPB et on a toutes les autres participations gratuitement tout de même. Dans un environnement aussi difficile que celui de 2014, il me semble assez rare de voir des décotes de holding, a fortiori sur de bons business (je pense que l’ancien SPB est un business décent et le nouveau SPB post fusion est devenu bien meilleur).

Hors ligne

 

#45 07/07/2014 12h02 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   83 

sergio8000 a écrit :

HRG offre une décote sur SPB et on a toutes les autres participations gratuitement tout de même.

Disons que vous payez pour Spectrum Brands, l’assurance et les petit truc qui restent (HGI ***) c’est gratuit (fin Q2 vous avez $2.59 de "gratuit").
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/343_hrg-5656.png

Entre ça et Foncière Euris qui détient Casino je ne réfléchis pas longtemps. Casino est disons au même prix que Spectrum Brands (un peu trop cher) et a une croissance réelle. Foncière Euris propose une décote de 45% sur le prix de Casino avec un dividende de 2.8% (ou bien Rallye qui propose une décote de 30% mais un dividende de 4.5%).

Aux US je ne crois pas qu’on puisse facilement trouver de la décote, hors des US c’est déjà plus facile.

Hors ligne

 

#46 01/08/2014 14h21 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   69 

Bonjour à tous et merci pour vos messages.

J’ai donc regardé :

- Brookfield AM
- Alleghany
- Fairfax
- Loews

My 2 cents :

1) Brookfield AM me plait pour son double profil de gérant d’actifs pour compte de tiers qui touche des frais de gestions et d’investisseur en compte propre dans l’immobilier, les infrastructures etc.

Leur taille leur permet d’avoir accès à des gros deals avec moins de concurrence et ils surfent à fond, en tant qu’asset manager, sur la mode des infrastructures chez les assureurs/fonds de pension. L’historique de performance est attractif.

Dans une présentation, Brookfield proposait un calcul de sa valeur intrinsèque en 2013 à 45$ environ, sans tenir compte du potentiel de croissance des activités gestion d’actifs et investissements en compte propre.

A l’heure actuelle, le cours est à … 45$.
Pas de réelle marge de sécurité aux cours actuels, la marge de sécurité viendra de la croissance future ou d’une baisse du cours.

2) Alleghany est un assureur/réassureur non vie. La partie souscription est ok.

Ils sont très prudents dans leurs investissements (seulement 2,5 G$ en actions, le reste est en obligations assez courtes ou en cash). Du coup, le ROE moyen est assez faible, autour de 7-8% en moyenne.

Alleghany côte actuellement à sa book value. Vu les ROE historiques, je ne suis pas sûr que cela vaille le coup actuellement, sans compter la fiscalité du CTO.
A 50% de la book value, cela sera différent. smile

3) J’ai du mal à comprendre la logique de Prem Watsa.

Les performances opérationnelles de FairFax sont excellentes mais elles sont plombées depuis 2-3 ans par les couvertures massives sur les actions.

Watsa étant considéré comme un investisseur value, je ne comprends pas la logique de Watsa à couvrir totalement son portefeuille actions.

Dans un sens, cela revient à avoir une vision macro et à faire du market timing alors qu’un investisseur value se concentre sur chaque société.

Si un investisseur value estime que la marge de sécurité est suffisante, il achète un bout de l’entreprise. Dans le cas contraire, il reste en cash et attend patiemment un caprice de M Market.

Quand Watsa a acheté un bout de Blackberry, il a regardé la situation de Blackberry par rapport à son cours, il n’a pas regardé la situation du marché immobilier chinois ou l’évolution des dettes publiques des principaux pays développés.

4) Loews est une holding possédée par la famille Tisch et qui détient des participations majoritaires dans l’assurance non vie, dans l’exploration pétrolière ainsi que des hôtels et des pipelines.

La book value a augmenté de 10% par an ces 10 dernières années, plutôt pas mal !
Dans leurs présentations, ils comparent régulièrement le cours de l’action aux prix des participations cotées + les investissements + les actifs non cotés (hotels, pipelines).
Au 31 mars 2014, pour 44$, on achetait 48,6$ de participations cotées + tout le reste (hôtels, pipelines etc.)

A la louche, la décote sur la book value est d’environ 20% aux cours actuels, plutôt dans la fourchette basse depuis 2008.  La valorisation est donc plutôt attractive et les rachats d’actions seront d’autant plus relutifs.

Le point noir réside amha dans la qualité médiocre des actifs surtout pour Loews Hotel et HighMount qui sont peu rentables et très cycliques.

Hors ligne

 

#47 01/08/2014 15h26 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   211 

JB0660 a écrit :

Watsa étant considéré comme un investisseur value, je ne comprends pas la logique de Watsa à couvrir totalement son portefeuille actions.

Dans un sens, cela revient à avoir une vision macro et à faire du market timing alors qu’un investisseur value se concentre sur chaque société.

Si un investisseur value estime que la marge de sécurité est suffisante, il achète un bout de l’entreprise. Dans le cas contraire, il reste en cash et attend patiemment un caprice de M Market.

Pas forcément :
- Watsa avait d’ailleurs parié contre la bulle immobilière US en 2008 et avait empoché 2 Mds$ pour 340m$ d’investissements ! Aujourd’hui il essaie de faire le contraire et cela joue en sa défaveur…
- Cundill avait shorter le japon dans sa globalité à un moment (je parle des indices)
- Buffett a des puts sur les indices
- Templeton a emprunté des Yens (à 0,1% d’intérêt !) pour acheter des Bons canadiens pendant la marché baissier post-dotcom, générant 25%/an sur 3 ans.

On pourrait dire qu’il s’agit de visions macro effectivement.
Je veux simplement dire que l’investisseur value n’est pas forcément là où on l’attend…

Hors ligne

 

#48 03/08/2014 22h43 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   

JesterInvest a écrit :

sergio8000 a écrit :

HRG offre une décote sur SPB et on a toutes les autres participations gratuitement tout de même.

Disons que vous payez pour Spectrum Brands, l’assurance et les petit truc qui restent (HGI ***) c’est gratuit (fin Q2 vous avez $2.59 de "gratuit").
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/343_hrg-5656.png

Entre ça et Foncière Euris qui détient Casino je ne réfléchis pas longtemps. Casino est disons au même prix que Spectrum Brands (un peu trop cher) et a une croissance réelle. Foncière Euris propose une décote de 45% sur le prix de Casino avec un dividende de 2.8% (ou bien Rallye qui propose une décote de 30% mais un dividende de 4.5%).

Aux US je ne crois pas qu’on puisse facilement trouver de la décote, hors des US c’est déjà plus facile.

Bonjour JesterInvest,

merci pour ce message qui m’a fait découvrir la foncière Euris. Je viens de jeter un oeil au dossier, et je remarque que le shareholder’s equity a été divisé par 10 entre 2011 et 2012, savez-vous ce qu’il s’est passé? Et dernièrement l’action a grimpé de plus de 50%, en connaissez-vous la raison?

Hors ligne

 

#49 03/08/2014 23h29 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   83 

Je ne retrouve pas la division par 10 des capitaux propres. Vous pouvez donner plus d’info?

Sur la montée du cours de foncière euris, je crois qu’il y a eu un pression acheteuse de Finatis (ou autre proxy de Naouri), vu le flottant … On a aussi les problèmes de dettes qui se résorbent.

Hors ligne

 

#50 03/08/2014 23h44 → Considérer Berkshire Hathaway (et assimilé) comme des OPCVM capitalisants ? (alleghany, berkshire hathaway, markel)

Membre
Réputation :   

J’ai trouvé cette information sur ft.com: Fonciere Euris SA, EURS:PAR financials - FT.com

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech