Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#51 08/03/2012 19h35 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Modérateur
Réputation :   1078 

@altius : vous écrivez "j’en vois bien le risque : c’est que le  niveau marginal dissuade les créateurs de richesses que sont les chefs d’entreprise de développer leur société. On constate des alertes préoccupantes - à un niveau bien moindre - avec des médecins qui dédident délibérément de travailler moins, considérant que le niveau d’imposition global (charges + impôts) est dissuasif."

Avec un TMI marginal de 80% en moyenne (et de 91% au plus haut) aux USA entre 1935 et 1980, a-t-on observé la matérialisation de ce risque ???

Quand j’ai commencé à travailler, le taux marginal de l’IR en France était de 65%. Certes, il y avait un abattement de 20% (pour je ne sais plus pourquoi), supprimé depuis, mais comme cet abattement était plafonné, ça ne changeait RIEN au taux marginal de 65% (c’est encore une baisse du taux de l’IR pour les + gros revenus qui a été introduite en toute discrétion).
Je me souviens de médecins maugréant contre le montant de leurs impôts (autant qu’aujourd’hui d’ailleurs ! sauf que certains maugréent sur le montant de leurs consults en + smile). Mais j’ai vraiment du mal à croire que c’est ceci qui les motivera pour travailler moins. Si je gagnais 1 M€, je ne déciderais pas de passer de 70h/semaine à 40h/semaine parce que les impôts sont trop élevés, mais parce que j’aurais plus envie de changer de vie et de priorités (et dans tous les cas déjà bien assez de revenus).

Une question à se poser est : la situation "normale" est-elle l’actuelle, ou celle qu’il y a eu pendant des décennies avant 1980, ou une autre encore ?

Dernière modification par GoodbyLenine (08/03/2012 19h38)


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#52 08/03/2012 21h22 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   60 

GoodbyLenine a écrit :

Croyez-vous que Mario Monti ait renoncé à son salaire pour avoir une impact sur le montant du déficit de l’Italie, ou pour montrer l’exemple

Mais enfin, faut-il donc en arriver là?!

Hors ligne

 

#53 08/03/2012 21h28 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Modérateur
Réputation :   1078 

Vous pensez vraiment que ce qui compte pour lui en ce moment est d’encaisser un salaire ??
(sachant qu’il n’en a vraisemblablement pas besoin pour vivre)


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#54 08/03/2012 21h42 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   128 

Je ne vois pas ce qu’il y a d’injuste avec un taux d’imposition unique.

"Chacun doit contribuer en fonction de ses moyens" est un bon principe. Donc celui qui gagne 100 paye 30, et celui qui gagne 1000 paye 300. Cela me paraît on ne peut plus juste.

La véritable question, ce sont les salaires. Pourquoi il y a beaucoup de salaires insuffisants pour vivre, et pourquoi il y a des salaires de grands patrons mirobolants ?

C’est un problème d’offre et de demande, la loi de tout marché. Il y a beaucoup trop de gens pour le nombre de postes à salaire modéré disponibles, et pas assez pour les postes à salaire élevé.

Croyez-vous qu’une société paierait un dirigeant 2 M€/an si elle pouvait s’octroyer des services équivalents pour 200 k€/an ? De même croyez-vous qu’un ouvrier dans une usine serait payé au SMIC si personne ne voulait mettre les pieds dans une usine pour y travailler ?

Je pense que le problème se situe à ce niveau. La solution, je ne l’ai pas, si ce n’est qu’un début d’explication réside à mon sens dans une certaine surpopulation qu’on encourage à grand renfort d’adjudications.

On va dire que je suis un jeune-vieux réactionnaire ;-) mais je ne vois pas vraiment autre chose …

Hors ligne

 

#55 08/03/2012 22h06 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   60 

GoodbyLenine a écrit :

Vous pensez vraiment que ce qui compte pour lui en ce moment est d’encaisser un salaire ??
(sachant qu’il n’en a vraisemblablement pas besoin pour vivre)

Mais bien sûr que non! Je me demande simplement : pourquoi le besoin d’affichage ostentatoire d’un prétendu sacrifice? (prétendu sacrifice puisque en plus vous faites remarquer qu’il n’en a pas besoin)

Hors ligne

 

#56 08/03/2012 22h59 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   

GoodbyLenine a écrit :

Avec un TMI marginal de 80% en moyenne (et de 91% au plus haut) aux USA entre 1935 et 1980, a-t-on observé la matérialisation de ce risque ???



Une question à se poser est : la situation "normale" est-elle l’actuelle, ou celle qu’il y a eu pendant des décennies avant 1980, ou une autre encore ?

Je sais que ce débat est ouvert et qu’il n’est pas aisé d’y répondre car il n’y a strictement rien de valable en terme d’étude sur le sujet. Nous en sommes réduits à avancer des arguments qui relèvent d’une conviction personnelle ou d’un vécu. Je vais néanmoins poursuivre l’argumentation.

Auparavant je vous confirme mon observation sur les médecins, qui ne gagnent évidemment pas 1 M€ par an.

Il me semble que vos exemples sont pertinents et démontreraient l’inanité de la crainte que j’exprime s’ils n’étaient datés. Je ne sais quand vous avez commencé à travailler, mais au moins entre 1980 et aujourd’hui, une chose majeure a changé, c’est la mondialisation et la capacité qu’elle offre aux personnes fortunés de faire circuler leurs capitaux bien plus facilement qu’avant. S’y ajoute, je crois, une bien plus grande technicité des fiscalistes en matière d’optimisation fiscale ou sociale, une technique courante est de rémunérer des dirigeants sur des filiales implantées à l’étranger, ce qui permet de faire échapper en grande partie les revenus à la taxation. Evidemment pour cela il faut être (très) riche, les (seulement) riches ont un accès plus difficile à ces techniques.

Par ailleurs la comparaison avec les Etats-Unis mériterait d’être relativisée au vu des différences de mentalité entre les US et l’Europe, particulièrement la France. Héritage du protestantisme ou pas, il est bien vu aux Etats-Unis d’être riche et d’en subir les conséquences qui sont payer des impôts et contribuer à des oeuvres caritatives, ce n’est pas le cas en France. Ne sont-ce pas les milliardaires américains (Gate, Buffet et un autre que j’oublie) qui ont lancé l’idée de taxer temporairement plus les personnes fortunées ? Le mouvement a été relayé en France mais timidement et en suiveurs.

Pour autant, ne vous y trompez pas, je ne prétends pas que la situation présente est "normale". Je dis juste que nous ne la changerons pas en stigmatisant les (très) riches pour des raisons électorales, mais en intégrant une telle mesure dans un plan d’ensemble dont les Français verraient à la fois le dessein global et la finalité.

Hors ligne

 

#57 08/03/2012 23h39 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   60 

altius a écrit :

au moins entre 1980 et aujourd’hui, une chose majeure a changé, c’est la mondialisation et la capacité qu’elle offre aux personnes fortunés de faire circuler leurs capitaux bien plus facilement qu’avant.

Oui, et je rajouterai : pour les moins fortunés talentueux et donc créateurs de valeur (ex jeunes diplômés), possibilité de faire circuler leur capital humain en allant chercher une rémunération légitime hors de France.

Ceci me paraît économiquement très dangereux. Je ne peux hélas en chiffrer les conséquences macroéconomiquement. Mais disons juste que ces talents ont constitué un coûteux investissement en formation, dont la collectivité n’aura que partiellement le retour, pour raison de désincitation.

Il me semble que c’est là que la démagogie électorale va se trouver face à un mur de réalité. On ne peut sans danger toucher à la motivation humaine, il me semble. Les expériences communistes ne semblent guère concluantes. Or plus le ratio prélèvements ou dépenses publiques/PIB se rapproche de 100%, plus on est proche d’une économie administrée. Il me semble qu’à plus de 50%, nous sommes désormais entrés dans la zone critique.

Et jamais les Etats-Unis de Eisenhower et leur TMI à 80 et quelque % n’ont eu globalement un taux de prélèvements aussi haut que la France aujourd’hui (il n’y a pas que l’IR, il y surtout tout le reste).

Je veux citer de mémoire Zola, qui fait dire à un de ses personnages, intellectuel communiste, dans l’ "Argent" :

ZOLA a écrit :

"Hélas pour l’instant nous nous heurtons au problème de savoir quel moteur pourrait remplacer l’ancien. Et pour l’instant nous n’en avons pas."

Je ne sais pas si on peut toucher sans danger à l’énergie humaine. Mais je suppose que nos dirigeants et leurs conseillers à hautes études classiques et normaliennes sont bien plus érudits et sages que moi, et ont eux, contrairement à moi et sans nul doute, une réponse certaine à cette question. En tout cas c’est ce qu’ils montrent.

Croyons-les sans crainte, puisque paraît-il ils ne sont pas "tous pourris" mais au contraire pleinement conscients de leur mission, à la fois si importante et si dérisoire, qui est tout et pourtant qui n’est rien, qui n’est rien et pourtant qui est tout.

Grands dans leur nihilisme épique, c’est donc ça?

Dernière modification par placementapapa31 (08/03/2012 23h59)

Hors ligne

 

#58 09/03/2012 06h38 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   313 

placementpapa31 a écrit :

je suppose que nos dirigeants et leurs conseillers à hautes études classiques et normaliennes sont bien plus érudits et sages que moi, et ont eux, contrairement à moi et sans nul doute, une réponse certaine à cette question. En tout cas c’est ce qu’ils montrent.

Croyons-les sans crainte, puisque paraît-il ils ne sont pas "tous pourris" mais au contraire pleinement conscients de leur mission, à la fois si importante et si dérisoire, qui est tout et pourtant qui n’est rien, qui n’est rien et pourtant qui est tout.

Justement là est aussi votre erreur , ne croyez pas que les hautes études ( renomées tel Science Po , l’ENA ) conduisent à des personnes à mieux diriger.
Les postes ministériels attribués par le président de la république sur proposition du premier  ministre, la présidence de la république ne nécessite pas d’études particulières , pas de niveau ou CV minimum.

En aucun cas  je les croirais sans crainte , bien au contraire , je ne les crois pas et je crains leur décision qui sont uniquement de nature politicienne pour se maintenir à leur poste.
Leur décision ne sont en rien bénéfique à la France mais vont dans le sens de leur intérêt de carrière , de financement d’élection.

Placementpapa31 avez vous entendu parler du MES ( mécanisme européen de stabilité ) dont le vote à eu lieu à l’assemblée nationale mardi 22 février , ce mécanisme donne plein pouvoir à un organisme supra nationale doté d’un capital de 700 milliards pouvant être libéré à tout moment par appel auxpays signataires dont la France à hauteur de 142 milliards.

Les états emprunteront aux banques dès que le MES le demandera pour aider un pays , a se demander à quoi sert la BCE ?? elle sert à prêter aux banques pour consolider leurs fonds en vue de prêter encore plus aux pays afin d’engranger plus de bénéfices par le versement des intérêts du par les dettes. 
http://www.marianne2.fr/L-Europe-financ … 16167.html

Tous pays européen pouvant faire appel au MES doit également faire appel au FMI , ces deux organismes mettront tout en oeuvre pour mettre en place une politique d’austérité pour les pays demandeurs ( exemple de la Grèce )
Demandons nous pourquoi la Grèce est perfusé encore sous risque d’implosion de l’euro dans un contexte électorale en France et en Allemagne.
http://www.atlantico.fr/decryptage/risq … 69086.html
Qui détient ces dettes , les banques qui se refile des fonds pourris et qui mise sur une augmentation de la dette en Grèce afin de gagner encore plus en prêtant mais en s’assurant contre un non remboursement de la dette ( CDS SWAP ) 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Credit_default_swap

Je vais juste finir par la loi de janvier 1973 qui donne obligation à la France d’emprunter sur les marchés et de ne plus se financer auprès de la banque de France , depuis cette date la dette n’a fait qu’augmenter , la France est passé en déficit chronique et aujourd’hui l’ensemble des intérêts du représente le deuxième poste de l’état 50 milliards , l’équivalent de l’impôt sur le revenu des Français….
Le déficit budgétaire  est de 100 milliards par an , tous les ans nous empruntons plus pour financer le déficit sans jamais remboursé le capital de la dette , les banquiers nous disent merci de leur fournir une rente de 50 milliards par an.
http://www.monde-diplomatique.fr/2009/06/LEGAY/17386
Il faut savoir qu’un banquier prête de l’argent qu’il n’a pas , il est autorisé à créer de la monnaie scripturale ( une ligne comptable ) sous réserve de respecter les accords de bale III et pour cela il se finance auprès de la BCE en "vrai" monnaie pour augmenter ses fonds propres.
En quelque sorte plus une banque prête plus elle peux augmenter ses fonds propres auprès de la BCE.
Plusieurs ouvrages de Maurice Allais , economiste français et prix nobel d’économie ont averti des dangers de la dérégulation financière.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Allais

Certains vont me traiter de complotiste mais les faits sont là et bientôt , on ne parlera plus de la Grèce mais du Portugal , ensuite l’Espagne puis viendra le tour de la France et de l’Allemagne  d’ici là le  risque d’un conflit comme "au bon vieux temps" aura fait jour en s’appuyant sur certaines rancœurs tenaces d’un siècle.

Voila pour finir que nos dirigeants ne connaissent pas grand chose , hormis les avantages liés à l’exercice du pouvoir et la médiatisation qui en découle aujourd’hui.
Seuls les conseillers , "les hommes de l’ombre" peuvent apporter une valeur à l’action de politiques  , encore faut il que ces conseillers soient de qualité dans le contexte actuel.

Ce n’est pas avec une politique d’austérité que l’on relance un pays , bien au contraire on l’enfonce , l’histoire nous l’a montré mais visiblement les hommes ont la mémoire courte.

Philippe

Dernière modification par Philippe30 (09/03/2012 06h56)


Investisseur immobilier Rentier en 2016 Bailleurs sur Nîmes et Béziers , mutualisons les locataires

Hors ligne

 

#59 09/03/2012 07h17 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   512 

Philippe30 a écrit :

Je vais juste finir par la loi de janvier 1973 qui donne obligation à la France d’emprunter sur les marchés et de ne plus se financer auprès de la banque de France , depuis cette date […]la France est passé en déficit chronique.

Philippe, pardon mais vous avez tout faux.

Les Etats-Unis n’ont pas de "loi 1973" et pourtant ils croulent sous les dettes. Les pays scandinaves ont une "loi 1973" et pourtant ils sont bien gérés.

Je note aussi que votre connaissance de l’histoire (que vous citez a plusieurs reprises) est approximative. Cette dernière démontre en effet comme il est dangereux de laisser un gouvernement se financer aupres de sa propre banque centrale (vous avez alors une parfaite illustration de comment "creer de l’argent qu’ on a pas").

Le résultat est systématiquement le même, a savoir une inflation qui devient hors de contrôle.  L’exemple des USA et du dollar est évidemment le plus contemporain. L’exemples du Zimbabwe ou de Weimar sont les cas d’école.

Dans une démocratie, le danger est démultiplié; car a l’approche d’une échéance électorale, comme empecher un gouvernement d’arroser tout le monde?

Avec la formule actuelle, la gestion est récompensée ou punie par les lois du marche - donc a priori, par la "raison".

Votre théorie acerbe me fait penser a Mr. Smicard qui s’achete une Mercedes et un ecran plasma, puis qui vient maudire Cofidis lorsque l’établissement lui réclame son du. Vous êtes partisan de laisser Mr.Smicard imprimer ses propres billets pour rembourser Cofidis? Soyez raisonnables voyons.

La théorie que vous recyclez (banksters, blablabla) est certes séduisante mais elle ne résiste pas une seule seconde a un examen sérieux des réalités - par définition toujours nuancées.

Philippe30 a écrit :

Voila pour finir que nos dirigeants ne connaissent pas grand chose , hormis les avantages liés à l’exercice du pouvoir et la médiatisation qui en découle aujourd’hui.

Je pense que vous caricaturez, et je pense qu’ils en savent bien plus que vous et moi réunis (par parce qu’ils sont brillants, mais parce qu’ils sont dans une position privilégiée).

Philippe30 a écrit :

Ce n’est pas avec une politique d’austérité que l’on relance un pays , bien au contraire on l’enfonce , l’histoire nous l’a montré mais visiblement les hommes ont la mémoire courte.

L’histoire a montre precisemment l’inverse de ce que vous affirmez, et les exemples récents abondent (Canada, Mexique, UK, Russie, Argentine).

La politique d’austérité est nécessaire pour assainir les comptes, mais elle n’est qu’une étape - c’est le seul point sur lequel nous sommes d’accord.

Je vous soupçonne d’avoir cédé un peu vite aux sirènes de ceux qui manient le verbe avec plus d’agilité que les sciences économiques.

Ne cédez pas a la tentation de la facilite.

Dernière modification par thomz (09/03/2012 11h54)

Hors ligne

 

#60 09/03/2012 08h23 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   66 

Philippe30 a écrit :

Qui détient ces dettes , les banques qui se refile des fonds pourris et qui mise sur une augmentation de la dette en Grèce afin de gagner encore plus en prêtant mais en s’assurant contre un non remboursement de la dette ( CDS SWAP ) 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Credit_default_swap

Philippe, vous avez tout faux sur les CDS grecs, en premier lieu je rappelle que la dette grecque se chiffrait en décembre 2011 à 350 milliards d’euros.

Les CDS quand à eux ne s’élèvent qu’à 3.2 milliards d’euros soit moins d’1% de la dette grecque.

Comble de cela, ces CDS sont détenus en grande majorité par des banques américaines et ce pour diverses raisons, d’une part les banques européennes n’ont jamais été très friandes de CDS laissant ce marché principalement aux Etats-Unis et par ailleurs les banques européennes ont d’ors et déjà à augmenter leur ratio Tier 1 pour la plupart et ne veulent pas se charger en produits gourmands en capital !

Hors ligne

 

#61 09/03/2012 09h58 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   12 

thomz a écrit :

Les Etats-Unis n’ont pas de "loi 1973" et pourtant ils croulent sous les dettes. Les pays scandinaves ont une "loi 1973" et pourtant ils sont bien gérés.

Juste pour obtenir plus de précision à ce sujet, j’avais cru comprendre que les états unis et leur FED (qui n’a de fédérale que le nom il me semble) étaient dans un cas similaire au notre. Avez vous par hasard des lectures à me confier pour mieux appréhender la différence entre nos 2 systèmes de financement de la dette ?

Merci d’avance !

Hors ligne

 

#62 09/03/2012 10h21 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   94 

Derival a écrit :

Croyez-vous qu’une société paierait un dirigeant 2 M€/an si elle pouvait s’octroyer des services équivalents pour 200 k€/an ?

Il faut préciser ce que l’on entend par "société". Les grands groupes sont administrés par un conseil d’administration qui fixe la rémunération des dirigeants. Or ces conseils d’administrations sont composés de grands patrons des autres sociétés qui ont un intérêt mutuel à s’octroyer des salaires mirobolants.

Par exemple, croyez-vous que l’encaissement de loyers de centres commerciaux chez Unibail nécessite des compétences rarissimes obligeant à 800.000 € de rémunération de son PDG ? Je pense qu’un ESCAE un peu expérimenté s’en sortirait très bien (surtout qu’il y a plein de cadres sous le PDG pour faire le taff’) à un salaire "raisonnable".


Mon blog : Ma méthode d'optimisation des cash-flows    |     parrainages Boursorama, Fortuneo et Binck ;)

Hors ligne

 

#63 09/03/2012 10h42 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Administrateur
Réputation :   1307 

Jean-Marc a écrit :

Par exemple, croyez-vous que l’encaissement de loyers de centres commerciaux chez Unibail nécessite des compétences rarissimes obligeant à 800.000 € de rémunération de son PDG ? Je pense qu’un ESCAE un peu expérimenté s’en sortirait très bien (surtout qu’il y a plein de cadres sous le PDG pour faire le taff’) à un salaire "raisonnable".

Hélas Unibail est le parfait contre-exemple !

La gestion d’Unibail-Rodamco est outstanding à tout point de vue avec des achats opportuns de centres commerciaux, des ventes au bon moment (Cœur Défense vendu en 2007, acheté en 2004, 60% de +Value), une maitrise parfaite de la dette et des taux, etc.

Il n’y a qu’à comparer à Klepierre et ses acquisitions en haut de cycle, une augmentation de capital dilutive, etc.

Mais sinon sur le principe, je suis d’accord avec vous, certaines rémunérations sur les foncières sont abusives, alors que dans d’autres secteurs d’activités (technologique), la stratégie d’entreprise est hyper importante et la une rémunération élevé se justifie plus.

Hors ligne

 

#64 09/03/2012 11h09 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   313 

thomz a écrit :

Le résultat est systématiquement le même, a savoir une inflation qui devient hors de contrôle.  L’exemple des USA et du dollar est évidemment le plus contemporain. L’exemples du Zimbabwe ou de Weimar sont les cas d’école.

L’inflation est la plaine du rentier car son capital s’érode , je comprend votre réticence.
Une inflation maitrisée associé à une réduction de la dette  est toujours mieux que de servir 50 milliards d’intérêts sur un plateau aux organismes préteurs privés.

thomz a écrit :

Dans une démocratie, le danger est démultiplié; car a l’approche d’une échéance électorale, comme empecher un gouvernement d’arroser tout le monde?

Il faut mieux arroser les organismes financiers au détriment de la majorité…..

thomz a écrit :

Votre théorie acerbe me fait penser a Mr. Smicard qui s’achete une Mercedes et un ecran plasma, puis qui vient maudire Cofidis lorsque l’établissement lui réclame son du. Vous êtes partisan de laisser Mr.Smicard imprimer ses propres billets pour rembourser Cofidis? Soyez raisonnables voyons.

C’est votre vision mais une personne au smic à d’autres soucis que des signes extérieurs de richesse comme une mercedes.

En tant que particulier , je n’emprunte pas pour payer les intérêts de mes emprunts , certain l’ont tenté contrait et forcer cela s’appelle du surendettement.

N’allez pas dans l’extrême dans vos propos nous ne parlons pas de payer son pain avec un brouette mais de stopper la fuite vers une dette incontrôlable affaiblissant la France et risquant de provoquer des mouvements boursiers comme nous pouvons en voir les effets sur la Grèce.

thomz a écrit :

L’histoire a montre precisemment l’inverse de ce que vous affirmez, et les exemples récents abondent (Canada, Mexique, UK, Russie, Argentine).

Oui mais à quel prix humain et social.
Et pour le profit de quelques uns au mépris du plus grand nombre

C’est la différence avec ma vision des choses.

ratpack a écrit :

Philippe, vous avez tout faux sur les CDS grecs, en premier lieu je rappelle que la dette grecque se chiffrait en décembre 2011 à 350 milliards d’euros.
Les CDS quand à eux ne s’élèvent qu’à 3.2 milliards d’euros soit moins d’1% de la dette grecque.

Vous me voyez rassuré.

Tant mieux la situation va s’arranger prochainement pour les grecs en pleine austérité imposé par des marchés trop ravi de récupérer leur investissement en démantelant un pays pour l’obliger à payer ses dettes.

Philippe

Dernière modification par Philippe30 (09/03/2012 11h15)


Investisseur immobilier Rentier en 2016 Bailleurs sur Nîmes et Béziers , mutualisons les locataires

Hors ligne

 

#65 09/03/2012 11h14 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   69 

Philippe30 a écrit :

L’inflation est la plaine du rentier car son capital s’érode , je comprend votre réticence.

à l’inverse, l’inflation est pain béni pour l’emprunteur, souvenirs émus des années 70 !


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

#66 09/03/2012 11h16 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   66 

Je ne comprend pas en quoi payer la dette en émettant de l’argent nouveau (qui au passage creera de l’inflation), autrement dit en supprimant la loi de 1973 (ce qui au passage n’aura aucun effet puisque même une fois la loi supprimée, il faudra l’accord de la BCE et ceci est contraire à ses statuts, et je doute que l’Allemagne qui a tout de même un glorieux passé inflationniste ne laisse passer cela !) empêchera la fuite en avant de la dette ?

Les taux d’intérêts augmenteront tout simplement et la dette nous coûtera en nominal la même chose.

La seule solution pour sortir du cercle de la dette est une maîtrise des dépenses tout en soutenant l’activité du pays (donc pas une fiscalité confiscatoire, tout du moins sur les entreprises).

Hors ligne

 

#67 09/03/2012 11h37 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   512 

Philippe30 a écrit :

L’inflation est la plaie du rentier car son capital s’érode, , je comprend votre réticence

J’espère que vous rigolez. Avant d’être la plaie du rentier, l’inflation est la plaie des petites gens qui ne peuvent plus acheter de quoi vivre décemment.

Philippe30 a écrit :

Une inflation maitrisée associé à une réduction de la dette […]

C’est precisemment ce que fait l’UE. Vous étiez au courant?

Philippe30 a écrit :

[…] est toujours mieux que de servir 50 milliards d’intérêts sur un plateau aux organismes préteurs privés.

Qu’est-ce que c’est que ces salamalecs? La France est un pays qui honore ses dettes!

Les organismes préteurs vous ont prêté de l’argent, ils ont pris un risque, ils ont signe un contrat avec vous, tout est très clair, alors vous devez rembourser!

Si vous ne voulez pas "servir" 50 Mlds aux organismes prives, vous n’empruntez pas! On en revient a mon exemple de Mr. Smicard et de Cofidis.

C’est ca votre idee de la gouvernance Philippe? On arrose tout le monde avec de l’argent qu’on a pas et quand vient le moment de rembourser on

1/ envoie les préteurs se faire voir

2/ sort la planche a billets.

En gros, vous êtes une sorte de Robert Mugabe :-)

http://geoconger.files.wordpress.com/2008/03/robert-mugabe-2.jpg?w=430&h=313

Dernière modification par thomz (09/03/2012 11h51)

Hors ligne

 

#68 09/03/2012 11h58 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   313 

thomz a écrit :

J’espère que vous rigolez. Avant d’être la plaie du rentier, l’inflation est la plaie des petites gens qui ne peuvent plus acheter de quoi vivre décemment.

Les salaires sont revalorisés sur l’inflation….

Toujours aussi plaisant de lire vos réponses

Philippe


Investisseur immobilier Rentier en 2016 Bailleurs sur Nîmes et Béziers , mutualisons les locataires

Hors ligne

 

#69 09/03/2012 12h08 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   66 

Le SMIC oui, je ne sais pas où vous avez vu qu’il est automatique que les salaires soient revalorisés selon l’inflation !

Hors ligne

 

#70 09/03/2012 12h09 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   512 

Phillipe30 a écrit :

Les salaires sont revalorisés sur l’inflation….

Bien sur. Et la sécurité s’améliore a Marseille.

Philippe30 a écrit :

Toujours aussi plaisant de lire vos réponses

Monsieur, moi aussi il m’arrive de me faire remonter les bretelles quand je dis n’importe quoi, et effectivement ce n’est guère plaisant.

yannou77 a écrit :

Avez vous par hasard des lectures à me confier pour mieux appréhender la différence entre nos 2 systèmes de financement de la dette ?

Pardon je vous réponds en retard. Vous pouvez creuser Jim Grant (l’auteur préféré de Seth Klarman) ou l’ensemble des publications de Pimco.

Recommandations "a vue" car je ne connais rien de ces complexes problèmes :-)

Dernière modification par thomz (09/03/2012 12h18)

Hors ligne

 

#71 09/03/2012 13h10 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   313 

thomz a écrit :

Bien sur. Et la sécurité s’améliore a Marseille.

????

thomz a écrit :

Monsieur, moi aussi il m’arrive de me faire remonter les bretelles quand je dis n’importe quoi, et effectivement ce n’est guère plaisant.

Comme vous avez pu le constater malgré vos propos je suis resté courtois.
Vous avez la certitude d’avoir raison , je n’ai pas cette certitude , j’expose des faits mais j’ai déjà eu ce type de discussion avec vous et cela est stérile.

Vous étalez beaucoup de connaissances et d’intelligence mais cela me rappelle une maxime en lien avec la confiture…
Vos allez pouvoir retrouver cette maxime et mettre une belle photo en plus.


Philippe


Investisseur immobilier Rentier en 2016 Bailleurs sur Nîmes et Béziers , mutualisons les locataires

Hors ligne

 

#72 09/03/2012 13h13 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   66 

En attendant, ces bisbilles n’empêchent pas de réponse sur le fond !

Ni sur les CDS grecs qui ne sont qu’une goutte d’eau par rapport à la dette grecque, ni sur l’indexation des salaires à l’inflation !

Hors ligne

 

#73 09/03/2012 13h52 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Modérateur
Réputation :   1078 

A ma connaissance, les salaires (comme les pensions de retraites) ne sont plus indexés sur l’inflation en France depuis environ 20 ans, même si pas mal de minima sont encore revalorisés de manière assez parallèle à l’inflation. C’est d’ailleurs cette désindexation qui a permis en grande partie de vaincre l’inflation qui dépassait 10%/an dans les années 198x…

Il me semble même qu’il est interdit d’indexer un salaire (dans le contrat de travail, ou les conventions collectives) ou certains autres montants (le loyer d’un bail commercial par exemple) directement sur l’inflation, même si ça n’empêche pas d’y arriver quand même indirectement (et approximativement) en utilisant l’IRL ou l’ICC ou l’ILC (ou d’autres), ou une combinaison de ces indices…

Pour creuser sur l’inflation : Inflation ? Wikipédia et TAUX INFLATION EN FRANCE depuis 1901. Inflation actuelle 2016 et le site de l’insee, entre autres.

Par contre, je ne vois pas bien le rapport direct en l’inflation et le sujet de cette discussion (réflexions sur une stratégie fiscale équitable).

Dernière modification par GoodbyLenine (09/03/2012 13h54)


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#74 09/03/2012 14h15 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   83 

Pour ce qui est des salaires et de l’inflation, l’assertion de Philippe30 est assez correcte dans les faits pour la France. Intéressant de voir que c’est même sur le salaire de l’ouvrier moyen.

http://orseu.com/irp/fichiers/tableau%20142.JPG

http://www.lyc-arsonval-brive.ac-limoges.fr/jp-simonnet/IMG/jpg/0sal_emploi.jpg

L’islande est un cas récent où ce n’est pas vrai, j’imagine que l’Allemagne aussi doit être dans ce cas de figure par moment sur les 2 dernière décénies.

Hors ligne

 

#75 09/03/2012 14h22 → Fiscalité en France : réflexions sur une stratégie fiscale équitable

Membre
Réputation :   313 

GoodbyLenine a écrit :

A ma connaissance, les salaires (comme les pensions de retraites) ne sont plus indexés sur l’inflation en France depuis environ 20 ans, même si pas mal de minima sont encore revalorisés de manière assez parallèle à l’inflation. C’est d’ailleurs cette désindexation qui a permis en grande partie de vaincre l’inflation qui dépassait 10%/an dans les années 198x…

Merci de votre remarque , il s’agit du uniquement des salariés payés au smic et non des l’ensemble des salaires qui eux sont sujets à augmentation en fonction de chaque d’entreprise.

Philippe


Investisseur immobilier Rentier en 2016 Bailleurs sur Nîmes et Béziers , mutualisons les locataires

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech