Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#76 08/09/2012 18h55 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   231 

Je vais essayer… n’hésitez pas à poser des questions si ce n’est pas clair.

La BCE achète des obligations avec de l’argent créé ex nihilo, ce qui remplit les poches des vendeurs des obligations rachetées et fait baisser les taux sur le marché secondaire.

Mais pour ne pas que de l’argent "nouveau" soit injecté dans l’économie, elle retire de l’argent ailleurs, par exemple en incitant ou en forçant les dépôts à court terme au jour le jour à rester plus longtemps chez elle.
Comment inciter ou forcer les gens à déposer davantage et/ou plus longtemps ? En proposant des taux plus intéressants et/ou en acceptant davantage de "clients" dans ses appels d’offres quotidiens pour les opérations de dépôt.

Métaphore familiale :
Si vous voulez que vos enfants n’achètent pas de bonbons, vous pouvez leur proposer de laisser leur argent à la banque centrale "Placementpapa31" qui rémunère 1% par jour. En espérant qu’ils comprennent vite que c’est un super taux, vous leur retirez des liquidités (bon, avec un taux pareil, ca revient à créer de la liquidité et de l’inflation car l’intérêt est trop élevé, mais vous comprenez l’idée)

Si vous avez envie de leur en rendre un peu, vous dites que vous n’acceptez que 100 euros de dépôts. Et pour ne pas être trop arbitraire, vous leur dire que le taux sera déterminé par une enchère : chacun soumet des montants et des taux et vous servez uniquement les moins-disants.


Elle peut aussi augmenter les réserves obligatoires, c’est à dire les liquidités que doivent immobiliser les banques à la BCE pour avoir le droit d’exercer leur activité.

Métaphore familiale :
C’est comme dire aux enfants que leur argent est toujours à eux, mais que papa a dit de façon autoritaire qu’il doit toujours y avoir 50 euros qui restent dans la tirelire.


Ainsi, pour chaque personne qui a reçu des liquidités en échange de la vente de ses obligations, il y a quelqu’un qui a moins de liquidité parce que son capital est bloqué à la BCE (ca peut être le vendeur mais aussi n’importe qui d’autre…)

Comme la BCE retient les fonds à court terme, elle doit renouveler sans cesse son pilotage de liquidités : en théorie, pour compenser l’achat d’une obligation à 3 ans, elle devrait "attirer" du capital bloqué 3 ans ; dans la pratique, elle préférera s’assurer de retenir le capital chaque semaine pendant 3 ans.

Métaphore familiale :
Papa te rachète ton iphone 100 euros, mais tu dois les laisser dans la tirelire jusqu’à nouvel ordre. Je n’ai pas créé de liquidité, mais le fiston sait que sa fortune personnelle n’est plus dépendant du cours de l’iphone. Il dort mieux et a de meilleures notes à l’école, sans qu’on ait créé de liquidités.


Les banques centrales ne gèrent pas la liquidité ligne à ligne (j’ai acheté pour tant donc je retire tant de liquidité) mais gère leur bilan avec une vision plus globale, en compensant ces opérations avec les nombreux autres facteurs qui influent quotidiennement la liquidité.

Hors ligne

 

#77 08/09/2012 20h30 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   71 

Vos métaphores familiales sont très parlantes. Reste à savoir si la BCE stérilise vraiment ou dit qu’elle va stériliser… D’autres pensent que c’est la situation économique qui "stérilise" la monnaie :

Bruno Bertez a écrit :

Cette monnaie est stockée, stérilisée, elle ne circule pas, car les mécanismes de transmission des politiques monétaires à l’économie réelle sont grippés. Les conséquences inflationnistes de l’existence de cette masse de monnaie ne se manifestent donc pas. Tout se passe comme si cette monnaie était stérilisée, dans un coffre, et que le seul effet était que le système bancaire sait qu’elle existe.

Article complet : L?Edito du Mercredi  5 Septembre 2012 :  Bernanke, Draghi, déflation, inflation, hyperinflation, un schéma  par Bruno Bertez | Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Tout cela est terriblement compliqué… Mais si la situation est inédite ceci explique cela…

Bruno Bertez a écrit :

La masse de monnaie susceptible de se déverser dans l’économie mondiale est colossale. Hors de toute proportion et norme historique.

Hors ligne

 

#78 08/09/2012 21h33 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   

Nikki a écrit :

Métaphore familiale :
Papa te rachète ton iphone 100 euros, mais tu dois les laisser dans la tirelire jusqu’à nouvel ordre. Je n’ai pas créé de liquidité, mais le fiston sait que sa fortune personnelle n’est plus dépendant du cours de l’iphone. Il dort mieux et a de meilleures notes à l’école, sans qu’on ait créé de liquidités.

Belle métaphore !

Suffit de remplacer Papa par Banque centrale, enfants par secteur bancaire et iphone par…..actifs pourris !

Ou, la BCE au secours des banques en faillite

Dernière modification par MarsAres (08/09/2012 21h35)

Hors ligne

 

#79 09/09/2012 09h10 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   104 

Le risque des emprunts diminue puisque, la BCE garanti qu’elle rachètera de toutes façon les dettes, donc les taux diminuent.

Mais en cas de plan de remise/rééchelonnement de dette, la BCE enregistrera sa perte, c’est  à se moment la que les pays de la zone Euro paieront effectivement via une augmentation de capital de la BCE.

Hors ligne

 

#80 12/09/2012 00h18 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   60 

Nikki a écrit :

Les banques centrales ne gèrent pas la liquidité ligne à ligne (j’ai acheté pour tant donc je retire tant de liquidité) mais gère leur bilan avec une vision plus globale, en compensant ces opérations avec les nombreux autres facteurs qui influent quotidiennement la liquidité.

Belle conclusion de cette superbe explication. La stérilisation n’est donc pas une mesure ponctuelle et isolée, mais un ensemble de mesures, un dispositif global.

Avec ce système complexe, donc assez opaque (tout au moins pour le non spécialiste), que penser des promesses de la BCE en matière de stérilisation? Est-ce fiable, est-un engagement important?

MarsAres a écrit :

Nikki a écrit :

Métaphore familiale :
Papa te rachète ton iphone 100 euros, mais tu dois les laisser dans la tirelire jusqu’à nouvel ordre. Je n’ai pas créé de liquidité, mais le fiston sait que sa fortune personnelle n’est plus dépendant du cours de l’iphone. Il dort mieux et a de meilleures notes à l’école, sans qu’on ait créé de liquidités.

Belle métaphore !

Suffit de remplacer Papa par Banque centrale, enfants par secteur bancaire et iphone par…..actifs pourris !

Ou, la BCE au secours des banques en faillite

Si vous avez raison (je dis bien SI), à ce compte-là il me semble que PUISQUE l’argent doit être laissé dans la tirelire, peu importe que la BCE accepte des actifs sains ou pourris. Ca ne change rien, non?

pvbe a écrit :

Mais en cas de plan de remise/rééchelonnement de dette, la BCE enregistrera sa perte, c’est  à se moment la que les pays de la zone Euro paieront effectivement via une augmentation de capital de la BCE.

Pouvez-vous clarifier votre explication : en quoi l’augmentation de capital de la BCE serait-elle un moyen de faire payer les états? (ces états seraient les apporteurs de capitaux supplémentaires de la BCE?)

Dernière modification par placementapapa31 (12/09/2012 00h36)

Hors ligne

 

#81 12/09/2012 09h18 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   104 

placementapapa31 a écrit :

pvbe a écrit :

Mais en cas de plan de remise/rééchelonnement de dette, la BCE enregistrera sa perte, c’est  à se moment la que les pays de la zone Euro paieront effectivement via une augmentation de capital de la BCE.

Pouvez-vous clarifier votre explication : en quoi l’augmentation de capital de la BCE serait-elle un moyen de faire payer les états? (ces états seraient les apporteurs de capitaux supplémentaires de la BCE?)

Si à l’échéance des dettes est reportée et/ou les taux d’intérêt son modifié ou le remboursement de la dettes se limite à 50% ou les titres actuels sont échangé par des titres à des conditions moins favorable, dans tous ces cas la BCE comptabilisera ses montant en pertes  et si les pertes sont trop importantes les états devront intervenir en recapitalisation la BCE; c’est dernier temps la BCE a déjà été recapitalisée plusieurs fois.

Hors ligne

 

#82 15/09/2012 22h47 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   60 

Entendu cette analyse sur BFM, qui me laisse une fois de plus perplexe (suite au discours de M. Draghi):

La BCE a donné un signal fort, et des pays comme l’Espagne, l’Italie, le Portugal, ne pourront plus désormais connaître de crise de liquidité, car leurs obligations arrivées à échéances seront refinancées par de nouvelles émissions qui trouveront forcément preneur PUISQUE la BCE s’est engagée à acheter des obligations d’états européens à échéance maximum 3 ans pour un MONTANT ILLIMITE. De ce fait la crise de la zone euro est en voie de stabilisation.

Pardonnez-moi si j’ai l’air obtus, mais il y a une chose que je ne comprends pas : j’avais cru comprendre qu’il s’agissait d’achats illimités sur le MARCHE SECONDAIRE, pas sur le marché primaire. Donc, en quoi ceci va-il donner l’assurance aux pays endettés de trouver preneur pour leurs nouvelles émissions destinées à refinancer les anciennes?

Ou alors, c’est que l’on compte sur les banques et autres institutionnels pour acheter la dette sur le marché primaire, ces derniers étant désormais assurés de pouvoir les revendre au besoin et sans limite à la BCE. Dans ce cas l’image donnée par Nikki avec l’iphone ou autre actif douteux pris en garantie est valable, non?

Ou alors encore, peut-être les banques ont-elles pris des engagements d’achat de dette publique européenne sur le marché primaire? (dans ce cas des choses m’auraient échappé…)

Qui pourrait nous éclairer un peu? Quelle est la teneur et la portée exacte de cet engagement "illimité" de la BCE?

Hors ligne

 

#83 16/09/2012 09h08 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   104 

placementapapa31 a écrit :

Pardonnez-moi si j’ai l’air obtus, mais il y a une chose que je ne comprends pas : j’avais cru comprendre qu’il s’agissait d’achats illimités sur le MARCHE SECONDAIRE, pas sur le marché primaire. Donc, en quoi ceci va-il donner l’assurance aux pays endettés de trouver preneur pour leurs nouvelles émissions destinées à refinancer les anciennes?

Ou alors, c’est que l’on compte sur les banques et autres institutionnels pour acheter la dette sur le marché primaire, ces derniers étant désormais assurés de pouvoir les revendre au besoin et sans limite à la BCE. Dans ce cas l’image donnée par Nikki avec l’iphone ou autre actif douteux pris en garantie est valable, non?

Oui c’est bien cela le principe; comme les banques et autre institutionnels sont assurés de pourvoir revendre sur le marché secondaire, elle accorderons sur le marché primaire des prêts à des taux inférieur, diminution du risque.

Hors ligne

 

#84 17/09/2012 08h28 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Modérateur
Réputation :   41 

Pour l’instant ça a l’air de fonctionner: les taux italiens et espagnols en particulier ont beaucoup baissé depuis deux semaines, c’est surement une bonne chose pour les bugdets de ces états.

Hors ligne

 

#85 17/09/2012 19h15 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   60 

J’imagine donc que ces engagements de la BCE peuvent inciter les fonds obligataires des banques et assurances à revenir sur la dette publique d’Europe de Sud, celle-ci voyant son risque baisser dans les grilles de "scoring" des investisseurs. Pensez-vous que cette idée soit correcte ?

Deux choses qui me viennent à l’esprit :

1- revenir sur la dette d’Europe du Sud ferait sans doute baisser les taux, mais cela ferait-il monter ou baisser le rendement des portefeuilles obligataires? (en effet, au-delà de l’idée évidente d’une baisse générale des taux, on peut aussi se dire que si les fonds se mettre à racheter de la dette "risquée devenue moins risquée", leur taux restera j’imagine supérieur aux taux "refuges" français et allemands, ce qui devrait faire remonter les rendements de portefeuilles)

2- la BCE s’est engagée sans limite de montant total de rachat, mais s’est-elle engagée sur UN PRIX de rachat?… (sinon, il me semble que racheter MAIS à un prix très bas ne résoud en rien pour un investisseur la question du risque)

Ou alors ce prix de rachat serait-il le prix du marché au moment de la demande de rachat? (mais alors il pourrait-être bas)

Dernière modification par placementapapa31 (17/09/2012 19h16)

Hors ligne

 

#86 18/09/2012 09h33 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   104 

Le prix du rachat est bien évidement le prix du marché.

Si le taux pour les nouveau prêt diminue sur marché primaire, sur le marché secondaire le prix des anciennes obligations montent.
ex: nouvelles obligation Espagnole a du 4.90%, les anciennes obligations Espagnole à du 6% vaudront 110% du prix d’émission.

En quelques mois les prix sur le marché secondaire ont augmentés de 30%, ceux qui avait anticipé les décision de la BCE ont fait une excellente affaire.

Hors ligne

 

#87 19/09/2012 07h58 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Modérateur
Réputation :   41 

placementapapa31 a écrit :

J’imagine donc que ces engagements de la BCE peuvent inciter les fonds obligataires des banques et assurances à revenir sur la dette publique d’Europe de Sud, celle-ci voyant son risque baisser dans les grilles de "scoring" des investisseurs. Pensez-vous que cette idée soit correcte ?

Note: l’action de la BCE a eu surtout pour effet (et avant ça pour objectif) d’améliorer la liquidité des dettes d’etats (et ça les fait baisser surtout pour des raisons techniques à mon avis), néanmoins, l’action de la BCE ne change en rien l’état de solvabilité des pays en questions (vu qu’il n’y a aucune intervention sur les bilans des états).

… libre à l’investisseur alors d’évaluer si le prix des obligations d’état est corrélé au risque lié à la solvabilité de ceux-ci…

Hors ligne

 

#88 08/10/2012 14h22 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Administrateur
Réputation :   1309 

Si certains doutaient encore :

CIB Natixis a écrit :

La BCE est-elle sortie de son mandat en menant ces politiques ?

La zone euro va avoir une croissance durablement faible et non inflationniste avec :
- le passage à la Règle d’Or (interdiction des déficits publics structurels, graphique 5a) ;
- le désendettement du secteur privé (graphique 5b), qui explique que la création de monnaie de Banque Centrale (M0) n’entraîne pas la création monétaire (M2) (graphique 5c) ;
- la baisse des salaires réels (graphique 5d), la déformation du partage des revenus au détriment des salariés d’où le niveau élevé des profits (graphique 5e).

Source : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=66273

Hors ligne

 

#89 08/10/2012 15h40 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   71 

InvestisseurHeureux le 05/05/11 a écrit :

Le CIB Natixis pronostic l’hyper-inflation pour 2013 :

CIB Natixis a écrit :

Lorsque les conditions du monétarisme (plein emploi des capacités, chômage égal au chômage structurel) seront remplies, compte tenu de la croissance monétaire (graphiques 1a/1b/1c, graphiques 11a/11b), l’inflation deviendra très forte : 10% pour l’inflation mondiale, 5% dans les pays de l’OCDE, 15% dans les émergents par exemple.

Il faut pour cela :
- que le PIB se rapproche du PIB potentiel ;
- que le chômage se rapproche du chômage structurel.
Nous avons vu que ceci va se produire assez vite = 2013 sans doute, en tenant compte des pertes de PIB potentiel dues à la crise et de la hausse du chômage structurel.

J’ai quotté pour pouvoir revenir sur ce msg dans deux ans. :-)

Source : Vos pronostics pour 2011 ? Krach/maintien/embellie ? (2/3)

Alors forcément, je doute encore et je tiens compte du scénario de l’inflation dans mon allocation d’actifs…

Hors ligne

 

#90 08/10/2012 22h12 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   60 

InvestisseurHeureux a écrit :

Si certains doutaient encore :

CIB Natixis a écrit :

La BCE est-elle sortie de son mandat en menant ces politiques ?

La zone euro va avoir une croissance durablement faible et non inflationniste avec :
- le passage à la Règle d’Or (interdiction des déficits publics structurels, graphique 5a) ;
- le désendettement du secteur privé (graphique 5b), qui explique que la création de monnaie de Banque Centrale (M0) n’entraîne pas la création monétaire (M2) (graphique 5c) ;
- la baisse des salaires réels (graphique 5d), la déformation du partage des revenus au détriment des salariés d’où le niveau élevé des profits (graphique 5e).

Source : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=66273

C’est plutôt une bonne nouvelle, ça, non? (pour nous épargnants-investisseurs)

(cité par Okavongo)

CIB Natixis a écrit :

Il faut pour cela :
- que le PIB se rapproche du PIB potentiel ;
- que le chômage se rapproche du chômage structurel.
Nous avons vu que [b]ceci va se produire assez vite = 2013 sans doute

L’inflation venant si vite, dès 2013, on a vraiment du mal à le concevoir.

IH auriez-vous sous la main le lien du Flash Natixis complet?

J’ai la liste des publications :
http://cib.natixis.com/research/economi … tions.aspx

Mais on n’y trouve que les récentes (les anciennes sont accessibles?)

Dernière modification par placementapapa31 (08/10/2012 22h22)

Hors ligne

 

#91 03/12/2012 19h40 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   

Je suis totalement d’accord avec cet article et vous ?

La Chronique Agora | La France, retardataire de la mondialisation

En résumé, la croissance mondiale va repartir, la France sera entraînée en fin de cortège avec des taux de croissance anémiques et à la prochaine crise (qui pourrait être causée par le papy boom explosion des caisses de retraite et/ou l’amélioration du bilan des banques centrales)on va replonger en premier et sévère à cause de de notre immobilisme congénital et l’image de marque négative du pays france dans l’esprit de tous les investisseurs du monde.

Les rentiers français sont dans la ligne de mire à l’image d’un rentier grec il y a 2 ans.

Heureusement l’Europe existe…pourvu que çà tienne et les Qataris aiment la France, on trouvera toujours des acheteurs surtout en grande braderie.

Mais je n’ai pas pris mon pseudo Bear pour rien à long terme je n’arrive pas à être Bull pour ce pays.

Dernière modification par Bear33 (03/12/2012 19h41)

Hors ligne

 

#92 03/12/2012 20h10 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Modérateur
Réputation :   1084 

Ca ne devrait pas sous surprendre, mais pour ma part je ne suis pas d’accord avec ce texte.

Je ne suis pas d’accord sur le fond (Je suis optimiste, on ne se refait pas… Et pour le moment les taux auxquels la France empruntent indiquent que je ne suis pas tout seul.), qui mélange des éléments véridiques et d’autres moins, pour en déduire des projections discutables.

De plus, j’accorde une crédibilité très limitée à l’auteur/éditeur du texte :
1)  j’ai déjà lu pas mal de documents produits par la même officine, et leur message est constant : ayez peur, vous allez vous faire plumer, mais heureusement qu’on est là pour vous vendre le rapport qui va vous sauver. Déjà pour 2010, puis pour 2011, puis pour 2012, ils ont annoncé la faillite imminente et inévitable (de la France, de l’Europe, du monde, avec hyper inflation, et j’en passe sur les autres catastrophes). Comme Bear, vous aimerez tous leurs textes !
2) J’ai eu affaire à cette même officine comme client : elle a repris une entreprise de presse dont j’étais abonné -(La Vie Financière) … puis a failli, interrompant la publication sans même informer les abonnés (avant de "généreusement" -plusieurs mois plus tard- envoyer quelques numéros d’une autre de leurs publications en échange des n° encore dus).


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#93 03/12/2012 21h03 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   57 

Je partage l’avis de GBL sur la Chronique Agora.

1) L’idéologie libérale-libertarienne imprègne leurs analyses. Or, idéologie et objectivité ne font pas bon ménage.

2) Ils ont leurs produits à nous fourguer. Ce qui n’est non plus très bon pour la neutralité.

3) Vous trouvez sérieux un type qui écrit ça ?

Didier Maurin a écrit :

nous affirmerons que tant qu’il y aura le capitalisme et la paix dans le monde, la croissance mondiale repartira toujours. A contrario, un monde communiste et en guerre serait la source d’immenses désastres.

4) Et un journal qui affiche ce genre de bouffonnerie ?

Chronique Agora a écrit :

En vous positionnant dès maintenant sur les quatre "investissements bunker" que j’ai identifiés au coeur de ces secteurs, vous pourriez engranger des gains de 100%, 45%, 125%… alors que le monde sombre dans le chaos. Et je pèse mes mots -- car comme nous allons le voir tout de suite, c’est une véritable lame de fond qui s’apprête à s’abattre sur la planète.

Hors ligne

 

#94 03/12/2012 21h15 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   

Bonjour GBL,

effectivement vous êtes constant envers la chronique agora mais vous avouez vous même que tout n’est pas à jeter.

Je préfère aussi être optimiste donc votre argumentaire j’aimerais y croire les yeux fermés mais je ne peux m’empêcher d’avoir des doutes ce qui ne m’arrange pas dans ma projection de rentier tout du moins qui me met une sacrée variable dans l’équation.

Les taux sont peut être bas mais pourquoi?? qui le sait vraiment? un dealer sait aussi pour "fidéliser" le client donner de la drogue au début…

Le chômage réel en France est énorme 5 millions +inactifs+retraités+planqués(après la Grêce on doit être pas mal placé) et il est très coûteux car bien indemnisé et surtout car la sécu et les caisses de retraites comptent sur les actifs pour leur mettre la main à la poche.

Si le dealer décidait d’augmenter ses tarifs en simultané vu la dose de came qu’il nous faut on pourrait vite en venir à vendre les bijoux de famille.

Je ne veux pas être négatif pour faire l’oiseau de mauvais augure on n’en manque pas ces derniers temps, mais clairement si la France (j’entends le peuple français nous quoi) ne me démontre pas qu’elle a compris le problème et qu’elle va enrayer le cercle vicieux par une accélération de son adaptation au capitalisme et à la mondialisation, je ne pourrai pas être serein même si j’aurais vraiment envie de l’être.

Pour conclure, je reste persuader que si on n’a pas sombré déjà c’est grâce on notre histoire et notre géographie qui nous ont positionné au centre de l’europe et que l’onde de choc crée par la faillite de la France serait catastrophique pour des pays vertueux pour l’instant. Je nous vois comme un boulet difficile à se débarrasser, je pense que çà va larver encore des années mais l’objectif de certains c’est de nous laisser nous autodétruire lentement, le temps de préparer un bon contrat de divorce avec de bons avocats.

J’espère sincèrement que mon scénario est complètement faux.

Dernière modification par Bear33 (03/12/2012 21h18)

Hors ligne

 

#95 03/12/2012 21h30 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   60 

Bear33 a écrit :

Je nous vois comme un boulet difficile à se débarrasser

Intéressante image, à creuser.

Bear33 a écrit :

image de marque négative du pays france dans l’esprit de tous les investisseurs du monde.

Il faut des décennies d’effort pour construire une image de marque, comme tous les investisseurs "value" de ce forum le savent. Et il suffit de quelques années pour la détruire. Vous touchez à un point qui me me fait réfléchir à moi aussi : le comportement actuel des Français risque de leur coûter très cher.

Bear33 a écrit :

Les rentiers français sont dans la ligne de mire à l’image d’un rentier grec il y a 2 ans.

Pourriez-vous développer?

Ceci par contre (dans votre lien) me paraît faux :

AGORA a écrit :

A l’heure où vous lisez cette lettre, tout s’accélère encore et encore, et bien plus vite que je ne l’avais initialement prévu. La vitesse d’accumulation de l’endettement public français est telle que nous frôlons le surendettement et le défaut de paiement.

Il me semble que les trajectoires de désendettement (public) de la France soit "jouables". Et c’est l’avis d’économistes sérieux (ex Patrick Artus).

Dernière modification par placementapapa31 (03/12/2012 21h44)

Hors ligne

 

#96 03/12/2012 21h52 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   

Bonjour Placementapapa

Lisez cet article Epargne : les Français, ces incorrigibles fourmis

Je ne retiendrai que çà: "Au final, l’encours des contrats d’assurance vie s’élève à 1 379,3 milliards d’euros, celui des livrets d’épargne réglementée à 325.5 milliards d’euros."

En gros nous sommes avec le patrimoine immobilier français l’actif net tangible face à notre énorme dette qui se creuse chaque jour Oxoty | Compteur économique de la dette publique française en direct

A mon avis c’est pour çà qu’on nous prête sans problème. Après je ne vois pas comment les créanciers pourraient venir directement piocher dans nos bas de laine spécifiquement de nous rentiers français (heureusement que l’euro existe) sauf de passer par la case gouvernement voir les dernières mesures, il suffirait de déplacer le curseur encore un peu plus à gauche et Goldman aura obtenu ce qu’il voulait.

Adieu les rêves de rentier…en france

Je ne sais pas ce que je sais c’est qu’on est pas aimé dans ce pays et que mieux vaut faire profil bas dés qu’on a + qu’une RP à crédit.

Dernière modification par Bear33 (03/12/2012 21h48)

Hors ligne

 

#97 03/12/2012 22h00 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   512 

Sinclair a bien pointé du doigt les red flags habituels. Si j’étais le dictateur de ce pays - c’est l’ambition que je caresse secrètement - les clowns de la "chronique agora" seraient en train de casser des cailloux aux iles Kerguelen.

Bear33 a écrit :

Les taux sont peut être bas mais pourquoi??

Les taux sont au plus bas parce que les professionels des bons du trésor aux quatre coins du monde - des gens informés, compétents, et surtout très exigeants - estiment que les ajustements budgétaires actuels garantissent la viabilité de la dette française.

Bear33 a écrit :

l’objectif de certains c’est de nous laisser nous autodétruire lentement, le temps de préparer un bon contrat de divorce avec de bons avocats.

Je pense que vous avez de fort malsaines lectures mon ami, et je vous encourage vivement à diversifier vos sources d’informations.

Accessoirement, j’attire votre attention sur le fait que "l’autodestruction" que vous évoquez n’est pas le fait de "certains", mais la conséquence des discours défaitistes et masochistes qui tournent en métronome sur nos ondes et nos écrans, et dont vous vous faites vous-même l’apôtre et le relais.

Bear33 a écrit :

je ne pourrai pas être serein même si j’aurais vraiment envie de l’être

Jamais dans l’histoire nous n’avons été "sereins", mais qu’allez-vous imaginer?… Quand ce n’est pas la dette, c’est l’Algérie, les Nazis, Verdun, l’amputation de l’Est par la Prusse, l’Empire mis en miettes par les monarchies, la révolution et la terreur, la tyrannie du "roi soleil", les épidémies de peste, les famines, la tyrannie de l’Eglise, etc, etc.

Vous n’avez aucune idée de votre chance! Bénissez votre époque, et cessez de pleurnicher!

Dernière modification par thomz (03/12/2012 22h11)

Hors ligne

 

#98 03/12/2012 22h29 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   57 

<mode taquin on>.

Bear33 a écrit :

Adieu les rêves de rentier…en france

Et vous pensez contribuer à restaurer la grandeur de la France en devenant rentier ?

</mode taquin off>

Hors ligne

 

#99 03/12/2012 22h36 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   

thomz c’est pas faux ce que vous dîtes et j’aime bien le ton direct,

et certes l’histoire humaine n’est pas un long fleuve tranquille, il y a eu des générations et des civilisations entières sacrifiées,

j’ai largement conscience de la chance d’être né ici maintenant mais l’idée de ce forum est de devenir rentier,

je suis désolé de vous rappeler que les dernières mesures de limitations des niches fiscales, abaissement de l’ISF, création d’une tranche à l’IR de +; taxation sur les plus value en tout genre, hausse de la CSG… + chute des taux d’intérêt etc je vais pas faire la liste, me font penser qu’il va être de + en + difficile de devenir rentier en france.

Soit on s’arrête là et c’est encore faisable soit on continue dans ce sens et c’est mort, toute ma question est là

Maintenant comme je disais plus haut çà m’arrangerait que vous ayez raison, en tous les cas à moyen terme je vois le CAC à 5000 donc je ne suis pas négatif mais à plus long terme c’est une autre affaire mais je reste ouvert et j’entends votre argument qui me dit que je ne suis pas assez éclairé, c’est possible j’ai conscience d’avoir dans ma compréhension de grosses parties obscures, d’où ma présence sur ce forum.

Hors ligne

 

#100 03/12/2012 22h40 → Quantitative Easing : inflation, hyper-inflation ou déflation ? (bce, déflation, fed, inflation future, qe, quantitative easing)

Membre
Réputation :   512 

Votre souplesse vous honore Bear33. Bravo.

[…] me font penser qu’il va être de + en + difficile de devenir rentier en france

Effectivement. Je ne connais pas votre âge, votre situation familiale, la taille de votre capital, ni votre train de vie, mais avez-vous bien lu et assimilé la méthode qu’IH développe dans son bouquin?

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech